Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 The Happiness Of Meeting Again After A Long Time [Violet/Skye/Ezeckiel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité
Invité
I found you, you find me
I can't help but miss you
Ez&Violet&Skye
 
Tu sens une résistance, au départ, tu te dis que t'aurais pas dû lui sauter dessus comme ça alors qu'elle t'a sûrement pas reconnu, puisque t'as compris qu'elle ne pouvait plus voir. Mais t'y peux rien, t'es comme ça, spontané, tu fais et tu réfléchis après ce qui te mets souvent dans des situations que tu ne désires pas. Tu sais que ton Monstre se tiendra tranquille, avec le chien de la brune, surtout si t'es là. Parce que t'es là. Le Gros Loup qui te prend pour son Chef de meute, qui te suit comme si t'étais seul sur Terre. Mais les pensées sur ton loup s'évaporent alors que tu sens la jeune femme resserrer sa prise autour de ton cou, sa main parcourir ta nuque à la recherche de ce repère, sans doute le seul qui pourra lui indiquer la personne que tu es. Et après un temps infini, qui te semble de longues minutes alors qu'il ne s'agit réellement que d'une poignée de secondes, ton prénom franchit ses lèvres, et tu souris, douchement, parce que t'attendais que ça, qu'elle te reconnaisse, que de nouveau vous soyez réunis. Ta voix se fait plus calme, comme si sa simple présence t'apaisait. " ça commençait à faire longtemps, pas vrai ?" Peut-être que lorsque l'on perdait quelqu'un comme t'as perdu Violet, tu n'en remarquais l'étendue que lorsque tu la retrouvais. C'était pas la même chose qu'avec Orphée, parce que tu sais que tu la reverras pas, et si t'as fait la paix avec cette idée, en grande partie grâce à Skye, tu peux pas non plus dire que ça ne te rend pas empli de rage et de malheur, d'obscurité et d'envies meurtrières.

Sa phrase te choque autant qu'elle te fait du bien. Elle a été adoptée. Peut-être que tu te dis que c'était toi qui lui donnait cette allure de rebelle, qui l'empêchait de se faire voir comme ce qu'elle était, une fille qui valait le coup. D'être heureuse, de connaître une belle vie, loin de celle que les jumeaux ont connu. T'essaies de te rassurer, te dire que partir c'était un mal pour un bien, pour tout le monde. Tu regrettes pas ce que t'as vécu, si tu pouvais changer des détails tu le ferais, mais sûrement pas ça, être séparé de ton frère, c'était juste une idée à laquelle tu n'aurais jamais pu te résoudre, et à laquelle tu ne te résoudrais toujours pas aujourd'hui. Tu sais que si tu devais le refaire, tu le referais sans hésiter une seule seconde. Mais t'es tout de même soulagé qu'elle ait réussi à trouver son chemin malgré tout. La coincidence te semblait folle et pourtant ... Vous étiez là tous les deux. Au milieu de l'Irlande. T'aurais cru à toutes ces conneries de destin, tu te serais sans doute dit que c'était écrit. Mais pour toi, ta destinée, c'est toi qui te l'a fait, pas les autres. Y a pas un pauvre mec au milieu du ciel qui décide ce que tu vas devenir de ta vie ni les choix que tu feras. Ni même ce que tu es. Tu penses bien que t'es tout seul, et sans doute que t'as pas forcément tort. " Tu as été adoptée ? C'est … Juste génial !"  Et tu repenses à ce moment où tu es parti, où t'as bien failli lui proposer de vous suivre, et maintenant tu sais que ça aurait été mauvais, et tu te félicites de pas l'avoir fait, parce qu'elle avait trouvé une famille. La façon dont elle en parlait, ça te faisait penser qu'elle en était heureuse, et c'était bien mieux comme ça que la vie d'errance que toi t'as mené.

Soudainement, tu te rappelles la présence de Skye. Non pas que tu l'aies jamais oublié, mais tu sais que tu lui dois des explications. Après tout, t'en as jamais parlé de Violet, pas avec elle. Une fois, t'as parlé d'Orphée, mais tu ne peux pas tout dire, t'es pas celui qui va te confier, parce que t'es juste incapable de le faire. Alors elle doit être perdue, et tu t'en veux un peu, t'as juste du mal à comprendre pourquoi et comment elles se sont retrouvées toutes les deux. Tu hoches la tête, te tourne vers la blonde, ton éclat de bonheur. Tu sens qu'elle se pose des questions, après tout elle en aurait tous les droits. Tu n'as jamais dit qu'il n'y avait eu qu'Orphée, et même si en un sens elle a été la seule pendant des années, Violet a eu une grande part, différente, en toi. Tu laisses Skye répondre, la question lui étant directement adressée, mais tu préfères t'expliquer. Laisser faire les choses par les autres, ça n'a jamais été ton truc, tu préfères t'en occuper toi-même. " Violet aurait pu être une River que ça aurait choqué personne à l'orphelinat. Quelque part, c'en est une. " Faire comprendre que ce que tu ressens pour la brune tatouée n'est que de l'amitié, de la fraternité. Ne pas effrayer la sauvage face à toi, parce que t'as aucune envie de la perdre, parce qu'elle est entrée en toi comme un rayon à la fois lumineux et beaucoup trop sombre, comme toi. " On ne s'est pas revus depuis que j'en suis parti avec Aidan."  
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
hapiness of meeting again
You've felt this way for far too long. Waiting for a change to come. You know you're not the only one
Δ Ezeckiel, Violet&Skye


Cette angoisse au fond de mon être qui grandit, entouré par la noirceur, entouré par la peur, et cette chose qui grandit en moi. Je ne comprends pas, je n’ai jamais été très douée avec les émotions, ils sont nouveaux pour moi, amputée depuis trop longtemps. Et ce tourbillon qui rasait tout sur son passage,  enterrant mon âme dans une avalanche de sentiment dont je ne connaissait le nom. Je perdit le fil un instant, enfouissant mon visage dans le doux poil du monstre à quatre pattes devant moi. J'étais dans un drôle d’état, je comprenait pas et j’aimais pas ça. J’aimais pas ça ne pas comprendre. J’essayais de me ressaisir, je n’était pas du genre à me montrer vulnérable, encore moins devant une inconnue, même si elle était aveugle. J'entendis sa question, sans en comprendre totalement le sens pendant l’espace d’un instant et je ne pu m’empêcher de la regarder, sans réellement comprendre. Et puis, le brouillard dans mon esprit se dissipa, assez longtemps pour comprendre, pour réaliser, pour enlever ce poids de sur mon coeur.

‘’Skye.’’


Je ne lui demandais pas son nom, je l’avais entendu, répétez en boucle dans ma tête pour me rappelez un souvenir qui n’avais jamais eu lieu, essayer de me souvenir d’un nom, mais le seul qu’il m’avait dit c’était celui d’Orphée, je n’avais jamais posée plus de question, il n’en avait pas posé non plus. Violet. Sa voix, résonnant à nouveau à mes oreilles, m’expliquant qu’elle aurait pu être l’une d’entre eux, et je vis de nouveau les yeux de glace me transpercer l’esprit. Je comprenais. Parce que dans une autre vie, dans un autre temps, j’avais aussi eu quelqu’un qui avait pris cette place dans ma vie, quelqu’un qui avait été aussi important que Violet, Orphée, Aidan, pour lui. Des yeux de glace dans un univers de noirceur et de mort, de douleur et de fin. De l’espoir alors que rien d’autre ne survivait. Je me souvenait de son courage qui m’enveloppait, de l’espoir qui me réchauffait. Je me souvenais de sa force qui nourrissait la mienne. Et l’espace d’un instant, le centre n’existait plus que dans l’ombre de Chase. Je comprenais au plus profond de mon être alors que ce poids si lourd, m’empêchant de respirer, m’empêchant de penser, ce poids, il s’enlevait, me libérait.

Et j’avais honte, honte qu’il ait vu ma vulnérabilité, honte qu’il m’ait vu comme cela, mais au fond de moi, je me doutais qu’il connaissait déjà chaque facette de moi parce qu’il était déjà au fond de mon être, entourant mon âme tel une lumière dans la noirceur, illuminant des ténèbres trop longtemps plongé dans la noirceur, dans la mort. Et même si Chase avait éclairé ce qu’il avait pu, même s’il avait essayé, il était encore plus brisé, cassé dans la noirceur qui l’avait déjà avalé, l’un et l’autre avait trop vécu, trop vu, trop entendu, trop éprouvé pour être capable de recollEr les morceaux de l'autre, pour être capable d’illuminer mon âme comme Ezeckiel le faisait. Et même si lui aussi était brisé de l’intérieur, enfoui dans sa noirceur autant que moi dans la mienne, notre noirceur n’avait pas la même odeur, pas la même consistance. Elle ne venait pas du même endroit. Alors je me levais, le regardais, le touchait du bout des doigts. Les contacts physique me faisait toujours autant peur, de cette terreur qui avait été si longtemps repousser et qui revenait en force. Mais lui, lui je pouvais le toucher. Je regardais de nouveau Violet, je regardais de nouveau ses yeux qui fixais le vide, je pensais de nouveau à sa réponse, au fait qu’elle semblait presque à l’aise avec sa cécité, au fait qu’elle avais décidé de vivre au lieu de survivre. Et au fond de mon être, l’écho de ses paroles résonnait. Et même si pendant un instant l’idée de les laisser à leurs retrouvailles, je restait, parce qu’au fond de moi, cette peur du centre résonnait toujours, légère, mais assez pour me forcer à rester, analysez.

‘’C’est quand la dernière fois vous vous êtes vu?’’

Et au fond de mon être, j’espèrais qu’un jour j’aurais droit à des retrouvailles avec Chase. Il ne me sauterais pas dans les bras, et moi non plus. Trop de douleur, de souvenir, de mort. Mais je voulais le revoir, éprouvé de nouveau cette chaleur qu’Ezeckiel avait pour Violet.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

The Happiness Of Meeting Again After A long Time

A
près l'avoir enfin reconnu et dans ses bras, elle ne voulait plus le lâcher. Elle l'avait retrouvé, et elle avait tellement peur qu'il reparte, c'était la dernière chose qu'elle voulait. Alors s'il restait dans ses bras, elle était sûre qu'il n'allait pas partir. Elle avait l'impression qu'un poids lourd, tellement lourd, s'enlevait de ses épaules, c'était magique. Elle n'avait pas éprouvé un tel moment de bonheur depuis... Depuis bah... Qu'il était parti. Elle lâcha un léger rire, finalement c'était ce qu'elle préférait faire, cacher ses larmes derrière le rire. Même celles de joie. Et elle savait qu'il l'avait remarqué. Elle savait qu'il s'était rendu compte qu'elle était devenue aveugle. Si elle avait pu le voir, elle l'aurait reconnu. En un seul regard. Il n'y avait que lui qui avait une telle profondeur dans ses yeux, c'était ce dont elle se rappelait le mieux.

« Longtemps ? Nooon, à peine dix ans. Sans se voir, sans nouvelle... Putain ça fait du bien. »

Elle resserra encore un peu la prise qu'elle avait sur le tee-shirt du jeune homme, avant de desserrer ses bras d'autour de lui, sans pour autant le lâcher. A cette instant, elle n'espérait qu'une chose. Avoir une vision de lui. Elle voulait le voir. Elle voulait savoir à quoi il ressemblait maintenant. Et elle voulait voir Aidan aussi. Elle ressentait tellement de choses, des sentiments qui étaient endormis depuis bien longtemps.. Ce sentiment de fraternité, d'avoir retrouvé son frère, ça lui semblait simplement irréel. Elle avait tellement l'impression qu'elle allait se réveiller, que ça n'était qu'un rêve... Non, elle n'apprécierait clairement pas. De toute façon, dans ses rêves elle voyait. Elle retrouvait la vue... C'était bien la réalité. Et pour une fois, elle l'aimait réellement, elle débordait de joie. Elle sourit et haussa les épaules quand il lui demanda si elle s'était faite adopter. Enfin... Question rhétorique.

« Oui... Environ une semaine après que vous soyez partis.. Mais j'aurais préféré être avec vous. C'est vous ma famille, ma première famille, c'était d'abord vous. Et puis... » Elle ne put s'empêcher de lâcher un léger rire. « Disons que jusqu'à ce que je sois majeure environ, j'ai fait clairement de la vie de mon père un enfer. Je le considérais absolument pas comme tel, et... Enfin, j'ai pas été une bonne fille on va dire. Et regarde... Premier tatouage. »

Elle caressa l'intérieur de son avant-bras gauche où été inscrit le prénom du jeune homme et lui montra. Juste en-dessous, il y avait aussi celui de son jumeau, parce qu'elle l'aimait aussi comme son grand frère... Elle sourit et s'humidifia les lèvres, hocha la tête à l'annonce du prénom de la jeune femme avec qui elle avait discuté de la vie. Elle tourna la tête vers la dénommée Skye lorsqu'elle posa la question, et puisque Ezeckiel avait parlé de l'orphelinat, elle en déduisit qu'elle pouvait également en parler.

« Le soir où ils sont partis. Ca allait faire onze ans. »

Elle lâcha un soupir d'aise. Elle était tellement heureuse qu'elle était incapable de l'exprimer. Elle ne pouvait que faire un large sourire. Son guide s'approcha, curieux, du jeune homme, que la jeune femme tenait toujours sans même s'en rendre compte, et commença à le renifler. Violet l'entendit et secoua la tête en riant légèrement.

« Looping... »

Le chien s'arrêta et lécha la joue de la jeune femme, la prenant par surprise. Elle lâcha Ezeckiel ainsi qu'un rire et caressa la tête de l'animal en lui faisant à son tour un câlin, avant qu'il ne se rallonge docilement à ses côtés. Elle posa la tête sur l'épaule de celui qu'elle considérait comme son frère.

« Dix ans... »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
I found you, you find me
I can't help but miss you
Ez&Violet&Skye
 
Tu laisses Skye te toucher, t'as vu dans ses yeux, t'as vu la peur, l'incertitude, tu sais pas à quoi ça ressemblait, toi, de l'extérieur, tu sais que Violet t'as manqué, que tu crèverais de la joie que t'arrives pas à ressentir, que t'en aurais mal au coeur tellement elle t'a pris aux tripes. Mais elle, tu lui en avais jamais parlé, elle savait pas que t'avais eu une soeur, pas une vraie, pas de celles qui partagent le même sang, mais de celles que tu t'étais faite alors que tu pensais déjà que c'était Aidan et toi, et personne d'autre. Y avait que vous, de réels, y avait que vous qui vouliez dire quelque chose, qui signifiait encore un truc. Les autres ils étaient rien et tu les avais traité comme tels, spécialement lorsqu'ils avaient cru connaître ceux que vous étiez, qu'ils avaient cru que vous vous laisseriez faire. Mais plus t'y réfléchis, plus cette période là provoque chez toi une culpabilité que t'aurais jamais pu avoir autrement. Celle de l'avoir laissée, celle de ne jamais en avoir parlé comme si elle n'existait pas alors que tu portes encore son collier autour du coup avec celui d'Orphée. Tu regardes Skye, t'essaies de lui faire comprendre, que tout va bien ,que Violet et toi ça remonte à loin mais c'est pas ça, c'est pas vous. Violet c'es ta famille, le genre de famille à qui tu parles pas tous les jours, que t'as perdu de vue mais à qui tu penses au moins deux fois par jour, parce que c'est celle qui était comme ti mais bien plus douce, celle qui avait une chance de s'en sortir, celle qui pouvait aller loin alors que toi, dans ta tête, t'étais déjà perdu d'avance.  

Tu sais pas vraiment si elle t'en veut, parce que toi tu t'en veux. T'aurais pu essayer de la retrouver, avec les talents de ton frère ça aurait pas été difficile, mais tu pouvais pas lui faire subir ça parce qu'elle avait eu une chance, et toi tu t'en étais jamais laissée aucune. Orphée, elle était déjà mal quand vous l'avez trouvé, elle était déjà comme vous, Violet elle l'était pas encore. Et t'as eu trop de problèmes en France, t'avais aucune envie de la mêler à ça, et pourtant t'as rêvé, t'as fantasmé sa présence près de toi des mois durant, des années, quand t'as perdu Orphée. Tu te disais que c'était la seule qui pourrait jamais t'en sortir, et que t'avais besoin d'elle. T'aurais pu être égoïste, à ce moment précis, t'aurais pu demander à Aidan de la retrouver, mais tu t'étais souvenu des yeux vides, du temps qui semblait s'être arrêté entre deux battements de coeur, de cette tâche rouge qui se répandait sur le vêtement noir, presque impossible à voir mais qui t'avait obsédé si longtemps. Et tu voulais pas que la même chose arrive à Violet. Tu te le serais jamais pardonné. " S'il est resté du début à la fin, je suppose que c'est que t'es bien tombé, tu pouvais être une teigne quand tu t'y mettais ! "  Et tu plaisantes comme tu plaisantes avec ton frère, ça te vient naturellement, c'est pas le retrait que t'as avec tout le monde, tous les autres, elle tu sais que tu peux lui dire et qu'elle se vexera pas, parce que derrière tes mots, y a la seule tendresse que tu peux encore donner. Tu te mets à toucher le tatouage, comme pour vérifier qu'il était bien incrusté, et t'observes ton nom, et celui d'Aidan, les River dans toute leur splendeur, et tu souris. " Si tu pouvais voir le mien ... C'est le même que sur le collier de ta mère."

Et puis t'y penses, et tu détaches ton collier. Tu récupères le pendentif d'Orphée, tu le mets dans ta poche, et tu prends la main de Violet, pour le mettre à l'intérieur. " Il a marché ton collier. Tu m'as dit que si je le prenais, j'aurais un jour l'occasion de te le rendre." Et c'était une promesse, de celles que tu voulais tenir, de celle de retrouvailles, et tu te dis qu'Aidan aussi, il va être heureux, et que c'est pas quelque chose que tu pourras lui cacher longtemps. Tu te tournes vers Skye alors que la brune pose doucement sa tête contre toi. " J'avais quatorze ans quand on est partis. La vie ne tourne jamais comme on le prédit, après tout."
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
hapiness of meeting again
You've felt this way for far too long. Waiting for a change to come. You know you're not the only one
Δ Ezeckiel, Violet&Skye



Je les regarde ensemble, si facile, ça semblait si facile, ils riaient, content de se revoir, content d’être ensemble, et moi je suis là, je les regardent, et au fond de moi, j’ai cet espoir que ça sera pareil quand je vais le revoir, quand il va de nouveau être à mes côtés, mais je le réalise bien que Cinaed et moi, on est différent, on est cassés, trop pour jamais être normal, que notre relation ne sera jamais tel que la leur, qu’elle ne sera jamais plein de sourire, de rire, de souvenirs partagés. Nos souvenirs à nous, on les enterrait, on gardais les quelques rayons qui nous avais laissé vivant, qui nous avais laissé entier, mais il était comme moi, brisé de l’intérieur, on était des animaux sauvages. Et un sourire triste étire mes lèvres, parce que leurs rencontres, leurs retrouvailles, elle est douce amer pour moi, parce que d’un sens, je suis jalouse d’elle, jalouse de lui. Jalouse de les voir si heureux, si simple, si facile, alors que rien n’as jamais été simple, que rien n’as jamais été facile pour moi. Et surtout, je suis jalouse de leurs relations, des rires qui fusent entre eux, de leurs sourires. C’est étrange, parfois, je me dis que j’aimerais que ses caresses, elle ne soit que pour moi, mais il n’est pas comme moi, il n’as pas cette peur du toucher, du contact, lui, il les donne à profusion à ceux qu’il apprécie, qu’il aime, et même si j’aimerais être capable d’être comme lui, de pouvoir apaiser l’animal assoiffée de caresse en moi, je savais bien que le seul homme, la seule personne, que je serais jamais capable de toucher, de ressentir un manque, de vouloir ses caresses, c’était lui. Mais lui, il était différent. Alors j’enfouissais mes sentiments, je les rangeait à double tour. Et puis, parfois je la voyais, cette lueur dans son oeil, celle qui calmais la bête sauvage, celle qui calmais ma jalousie, cette lueur qui se reflétais dans mon regard, celle qu’il avais qu’avec moi, comme moi je ne l’avais qu’avec lui. Et je sentais mon âme se calmer. Je n’aimais pas être vulnérable, il me rendais vulnérable. Étrangement, cela devrais me combler de terreur, et même si je pouvais voir la pointe de peur qui perçait dans la lumière, je sentais sa chaleur m’envahir.

Je posais mon regard sur le sien, un léger sourire sur mes lèvres, un peu triste, pas très joyeux. Mais au fond de moi, je me disais que je ne pourrais jamais être totalement heureuse, qu’il y aurais toujours une part de moi qui me manquerais, que si lui, il était entier à nouveau, il me laisserais peut-être de côté, qu’il aurais peut-être plus besoin de moi. Mais je le savais bien qu’il n’était pas entier, qu’il ne le serais probablement jamais, que sans Orphée, il était comme moi sans Cinaéd. Et au fond de moi, j’étais heureuse pour lui, je le savais, je le sentais, il méritais le bonheur, il méritais la vie, mais j’étais aussi égoïste. Et l'égoïste en moi, elle voulais cette chose qu’elle ne pourrais jamais avoir, ce sentiment de joie sans fin, réciproque. Ce moment où tu te sens finalement à ta place, chez toi. J’hochais la tête à sa réponse. Onze ans, c’était long. C’était le temps que j’avais passé au centre. Avec Cinaéd. Et ça faisait que quatre ans qu’il n’était plus dans ma vie, que je l’avais abandonné, quatre ans. C’était long, mais ça semblait si court comparé à eux.

‘’Je vais vous laisser ensemble.’’

Et même si la bête sauvage en moi est totalement contre de les laisser ensemble, seuls, je le fait, parce que je sais qu’au fond de moi, cette jalousie elle était mauvaise, que cette jalousie elle me rongerais jusqu’à ce que je ne sois plus rien. Et je ne voulais pas la laisser gagner, je ne voulais pas être celle qui emprisonnait. Alors je l’enfermais, lui lançais un dernier regard, un dernier sourire, et je bondis, mon corps prenant la forme d’un renard, courant vers la forêt d’où j’étais arrivé, on était seuls, elle était aveugle et au fond de moi, je n’avais rien à perdre. Et pour la première fois, je me dit que le centre pourrais bien m’attraper, que l’idée d’y être si Cinaéd y était n’était pas mauvaise, mais je serais loin d’Ezeckiel. Et au fond de moi, j’étais incapable de me dire que je serais capable de vivre avec l’un ou l’autre, qu’il me fallait les deux.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

The Happiness Of Meeting Again After A Long Time

S
on père adoptif avait beaucoup entendu parler de Ezeckiel. Elle en parlait au début en le provoquant, disant qu'elle aurait préféré qu'il l'emmène plutôt que d'être ici, même si ça... Elle le pensait, quand même. Après tout, elle avait perdu l'équivalent de ses frères quand ils l'ont laissé. Ez était tout pour Violet, et Aidan comptait aussi énormément pour elle, elle savait parfaitement que quoi qu'il pouvait arriver, si elle avait besoin d'aide, il était là... D'autant plus que quand c'était pour embêter gentiment Ezeckiel, ils étaient tous les deux très complices. Elle lâcha un léger rire quand il  commenta le fait qu'elle pouvait être une teigne.

« La faute à qui ? On se le demande, c'est vous deux qui m'avez influencé, hein. » Elle lui tira la langue. « Mais j'suis pas mécontente de mon caractère, il est très bien. »

Bien sûr que non, jamais elle se vexerait pour ça. De toute façon, elle ne se vexerait jamais des paroles de ce jeune homme, lui ou Aidan. Déjà, ce n'était pas facile de la vexer d'ordinaire, et ensuite, elle savait comme les deux garçons étaient. C'était leur façon de s'exprimer, leur façon d'exprimer leur attachement, et elle le savait, ça ne la gênait pas, à cause -ou grâce- à eux, elle faisait pareil, bien qu'elle était un peu plus câline quand même. Quoique, c'est bien lui qui lui avait sauté dessus en la reconnaissant ! Mais elle savait qu'il ne faisait pas tout le temps ça, et surtout pas avec n'importe qui.
Elle souriait légèrement le temps qu'il inspectait son tatouage, elle sentait son toucher délicat parcourir l'encre incrustée dans ta peau. Le tatouage dont tu étais la plus fière. En entendant sa réflexion, elle se remémora le collier de sa maman, et sourit. Que pouvait-elle faire d'autre ?


« Donc on a eu tous les deux l'idée de se faire tatouer le prénom de l'autre, quelle connexion. »

Quand elle sentit que son ami de longue date lui prit la main et déposa quelque chose dedans, elle fronça doucement les sourcils. Elle referma la main dessus et devina immédiatement ce que c'était. Son pendentif, celui qu'elle lui avait confié lorsqu'il était parti. Elle sourit à son commentaire, à son rappel, puis serra un peu plus ses doigts dessus. Mais elle secoua la tête, d'abord faiblement, puis énergiquement. En fait les larmes lui étaient montées aux yeux, et le fait de bouger autant la tête les avaient presque fait disparaître aussitôt. Elle lâcha un léger rire, et lui retendit.

« Non... Garde-le. Il a marché une fois, et si jamais tu repars... Je te retrouverai une deuxième fois, comme ça... »

Oui, elle avait peur qu'il reparte encore une fois. Elle ne voulait pas. Elle le retrouvait tout juste, alors au cas où, elle préférait avoir une garantie pour le revoir à nouveau. Bon, techniquement ça ne garantissait rien du tout, mais elle avait besoin d'y croire. Après tout ça avait fonctionné une fois, non ?
La jeune femme à leurs côtés ne décrochait pas un mot, et lorsqu'elle les informa qu'elle les laissait, la brune tourna la tête vers elle.


« Oh, tu pars ? Bon, à la pro... » Elle sentit bien le mouvement de l'air, alors elle tourna la tête à nouveau vers le jeune homme. « Elle est partie, hein ? »

C'était une question rhétorique. Elle l'avait senti, qu'elle était partie. Mais ce qui l'étonnait, c'était qu'elle n'avait absolument pas fait le même bruit que lorsqu'elle l'avait abordée. En repartant, elle avait été très discrète, avec des pas quinze fois plus légers. Pas qu'elle n'avait pas été discrète en arrivant, mais elle avait la légèreté d'un... Bah d'un humain, quoi. Et en repartant, c'était différent.

« Et dis-moi, c'est quoi comme animal que tu as ? Vu la réaction que Looping a eu, et les bruits aussi, ainsi que le mouvement à côté, t'es pas tout seul, donc j'aurais tendance, te connaissant, à dire un gros chien. »

Elle avait toujours le regard tourné vers lui, interrogatif.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
I found you, you find me
I can't help but miss you
Ez&Violet&Skye
 
Tu souris de manière complice à Violet. Tu peux pas vraiment dire ce qui te traverse maintenant, c'est juste un soulagement, comme si tu retrouvais une parcelle de ta vie que tu croyais perdue à jamais. C'est une sensation que t'as jamais eu, et tu te demandes si elle est bénéfique, si replonger dans l'esprit de celui que tu étais il y a dix ans était quelque chose de bien ou de foncièrement mauvais. T'en sais rien, en fait, tu sais pas si c'est une bonne chose ou si tu finiras par replonger inévitablement dans le mal-être, mais t'es pas non plus de ceux qui vont réfléchir longtemps avant de profiter de ce qui se présente devant leurs yeux. Alors tu souris, même si elle peut pas le voir, même si elle pourra sans doute plus jamais le voir. Ça te rend triste, même si tu connais pas les détails et que tu veux pas trop la harceler de questions. Mais c'est Vio, et tu sais que s'il y en a bien une qui peut survivre à un tel acharnement de vie, c'est bien elle. C'est ce qui te rassure et qui t'as permis de partir avec ton frère, en vérité, savoir que tu ne laissais pas une féminité fragile derrière toi mais bien quelqu'un que tu savais forte et capable de s'en sortir, même après t'avoir croisé sur sa route. Toutes ne s'en était pas aussi bien sorties. Pas la faute d'un manque de caractère, cela dit. «  Toujours la faute sur les River, c'est bien connu. » Tu soupires, faussement affligé. Tu te demandes aussi comment réagira ton frère lorsqu'il apprendra la nouvelle. Sans doute de la même façon que toi. Tu te demandes si tu peux pas traîner Violet dans votre nouvel appartement, d'ailleurs, histoire de lui faire la surprise.

La vision de son tatouage apporta un sourire nouveau sur tes lèvres, le sourire que tu ne réservais qu'à elle, comme tu en réservais un tout aussi profond, tout aussi différent, à Skye. Parce que t'as pas la même façon d'appréhender les gens, peu importait qu'ils se ressemblent ou pas, tu n'offrais pas la même chose à ceux qui t'entouraient. Etait-ce la raison pour laquelle il était aussi difficile de tirer un trait sur toi alors même que tu finissais toujours par rejeter le monde entier, d'une façon ou d'une autre ? Tu n'y pensais pas, pas maintenant en tout cas, te contentant de sourire . T'es pas le genre à croire au destin mais pourtant, il t'as fait une bien belle surprise, à penser que tu n'avais pas réellement de passé, ou pas de passé que tu puisses rattraper. Pourtant, tu l'as toujours gardée près de toi, que ce soit par le biais du collier ou de cette marque sur ta peau, tu as toujours eu une pensée pour elle. Tu te rappelles des premières années, celles où tu squattais les appartements abandonnés et les hangars, quand vous aviez moins de chance, avec Aidan, celles où tu volais de la bouffe pour pouvoir te nourrir, des vêtements pour t'habiller, et parfois même des outils un peu plus technologiques. Tu te rappelles que parfois, le hasard t'avais fait prendre des habits qui n'étaient pas pour toi, féminins. Tu te souviens des bijoux et de cette réflexion, celle où tu te disais que tu devrais le garder pour Violet, parce qu'encore à l'époque résonnait dans ton esprit cette certitude que vos routes ne s'étaient pas croisées pour de bon. Tu ne les gardais jamais, en vérité, parce que t'as fini par abandonner l'idée, mais finalement, t'as eu tort, et t'as jamais été aussi heureux d'avoir tort. «  Je t'ai dit qu'ils ont dû faire une connerie et qu'on était nés triplés avec Dan. »

Lorsque le pendentif revient dans ta main, tu acquiesces. Tu comprends son raisonnement, et tu sais que tu auras beau lui dire que tu ne partiras pas, elle te connait, elle connait ce besoin en toi de voyager, de ne pas rester enfermé dans un seul endroit. Pour toi, à force de s'éterniser, une ville pouvait devenir pire qu'une boîte sans issue de secours. Alors tu ne peux pas lui promettre, pas sans lui mentir, que tu resteras longtemps, parce que t'en as vraiment aucune idée, pas encore du moins. «  Si je pars, tu seras la première au courant. Et puis maintenant j'ai un téléphone. » C'était plutôt pratique. Lorsque Skye annonça son départ, tu la fixes. Tu comprends, qu'elle veuille te laisser un peu d'espace, dans la situation inverse, tu aurais sans doute voulu faire la même chose, même si tu connais ton caractère plutôt possessif. Alors tu lui souris, comme une promesse que tu ne la laisseras pas longtemps seule, et tu vois son renard s'éloigner rapidement. Tu le suis jusqu'à ce qu'il disparaisse, pour te tourner de nouveau vers la Lewen. «  Oui, elle n'est plus là . »

Avec la question de la jeune femme, ton attention se reporte sur ta bête. Ton loup. Tu l'aimes, ce débile, c'est sûr. C'est une histoire peu conventionnelle, il était cassé, comme toi, mais il s'en est remis. Tu l'as aidé à s'en remettre et maintenant il donnerait sa vie pour que tu restes toujours dans la sienne, c'est à ce point fidèle, ces chiens. « Oui, plutôt gros, c'est un chien loup tchéquoslovaque. En somme, c'est un loup ! Croisé, mais une bonne partie loup quand même. » Tu le vois renifler le chien de la jeune femme, et ça te fait sourire, il est un peu plus sociable que toi. «  Je l'ai trouvé mal en point dans la rue un jour, et j'ai décidé que je pouvais pas le laisser là. Et toi ? Ça fait longtemps que tu l'as ? » Tu as très bien compris que c'est un chien d'aveugle, quelque part c'est ta façon de lui demander quand c'est arrivé, mais tu veux pas aborder le sujet de toi même parce que t'es maladroit et que tu veux pas dire quelque chose qu'il faudrait pas.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

The Happiness Of Meeting Again After A Long Time

A
l'orphelinat, ça avait toujours été compliqué de savoir qui, d'Aidan, d'Ezeckiel, ou de Violet, avait fait la bêtise. Forcément, ils se couvraient toujours les uns les autres, et en général on les prenait pour des frères et sœurs, ce n'était pas rare. Et au début, quand les garçons avaient quelque peu pris la brune sous leur aile, à chaque fois qu'elle allait se faire punir, Ezeckiel était le premier à la protéger en disant que ce n'était pas elle mais lui, et son jumeau ne le laissait jamais seul. Puis petit à petit, la jeune femme en avait marre qu'ils prennent à sa place, du coup elle avait commencé à les contre-dire, donc résultat : plus personne ne savait qui disait vrai et qui disait faux. Et ça se passait comme ça à chaque fois... Donc soit ils étaient punis tous les trois, soit aucun ne l'était. Rares étaient les fois où seulement certains se retrouvaient punis. En l'entendant dire qu'évidemment, c'était toujours de leur faute, elle rit légèrement.

« Ouais, mais c'est aussi ''à cause'' de vous deux que plus personne n'osait m'embêter à l'orphelinat. Si j'me rappelle bien, c'est vous qui m'avez donné confiance en moi. » Elle sourit en coin et pencha légèrement la tête. « Au fait en parlant de lui, comment va mon autre zigoto préféré d'Aidan ? »

Oui, elle savait. Elle l'avait tout du moins compris, qu'il avait besoin de liberté, de voyage. Elle ne lui en voulait pas pour ça, non, certainement pas. Elle ne pouvait pas lui en vouloir d'être qui il était, elle l'aimait profondément comme ça. Elle voulait juste pouvoir profiter un peu de sa présence, parce que décidément elle aimait pouvoir le voir -enfin... Etre en sa présence du coup- et parler avec lui, ça lui avait manqué. Beaucoup manqué. Elle sourit légèrement, un peu moqueuse, mais pour rire.

« Parce que tu crois qu'en étant aveugle, je vais avoir un téléphone ? » Elle laissa un petit temps avant de hausser les épaules. « Parce que si tu le penses, t'as raison. » Elle sortit son portable de sa poche et rit un peu. « C'est pas parce que je ne vois plus que je vais abandonner ça, c'est trop pratique. »

Elle avait pu rencontrer d'autres aveugles, qui, eux, n'arrivaient pas à s'y faire, au téléphone. Que ce soit des aveugles de naissance ou non. La plupart qu'elle avait croisé ne s'encombrait pas, mais elle, si. Heureusement que la fonction vocale existait. Après le départ de l'autre femme, elle tourna donc la tête vers son animal, étant donné qu'elle avait entendu la bête de son ami d'enfance s'en approcher. Elle l'écouta, et approcha sa main, d'abord pour caresser son Berger Blanc Suisse, puis pour la tendre vers celui qui semblait sympathiser avec lui. Sur le coup, elle ne sentit rien, mais elle patienta un peu, puis une truffe humide la renifla, un peu méfiant, avant de se laisser faire. Elle caressa la tête et le cou du fameux loup, puis tapota le flanc de Looping.

« Ca ne m'étonne pas de toi... Un loup, ça te correspond, je trouve. Et le mien est plus un husky... Mais tout blanc. Ma race préférée. » Elle lâcha un petit rire plus ou moins blasé. « Il a fallu attendre que je sois aveugle pour en avoir un, bah dis-donc. »

Maintenant, elle avait tendance à pas mal s'en foutre, à rire de sa cécité, parce qu'elle relativisait. Elle continuait de voir par moment. Même si ce n'était pas toujours beau. Comme cet incendie. Franchement, de toute façon, à quoi ça lui servait de s'apitoyer sur son sort et de refuser sa nouvelle condition ? Elle ne pouvait pas retourner en arrière, elle n'avait pas le choix. Elle avait assez râlé comme ça, maintenant elle assumait et elle avançait. C'était peut-être plus dur, mais elle allait y arriver, elle n'avait de toute façon pas le choix. Et finalement, elle se débrouillait plutôt bien, en fait.

« J'ai Looping depuis octobre dernier environ. Un peu avant mon anniversaire. »

Elle voulait lui en parler. Mais elle ne savait pas comment. Elle voulait lui dire la vérité, pas ce qu'elle avait dit à Skye, pas l'excuse du traumatisme crânien. Elle lui faisait confiance. Mais si jamais il la prenait pour une folle à lier ? Non. Non, définitivement pas. Pas lui. Il ne la rejetterait pas pour ça. Et puis quand bien même il connaissait ce monde magique, il n'allait pas être un chasseur.... Non, clairement non. C'était bien le seul à qui elle pouvait se confier comme ça, sans crainte... Enfin sans compter son père, qui était un Leprechaun. Et elle se disait que de toute façon, au pire, il rirait. Elle avait toujours été douée pour les plaisanteries, l'ironisme et tout le tralala. Dans le pire des cas, elle ferait passer ça pour une blague. Ouais.

« Dis Ez', tu crois à la magie ? Les leprechauns, les magiciens, les génies, les oracles... ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
I found you, you find me
I can't help but miss you
Ez&Violet&Skye
 
Tu pars dans tes souvenirs, dans ces moments où il n'y avait que vous, Violet et les jumeaux, comme un trio inséparable. C'était la bonne époque, en vérité, celle où vous ne vous souciez de rien, me^me si vous aviez perdu vos parents, pour la plupart vous ne vous en souveniez même pas, surtout pas vous. Les malheurs de la vie, quoique n'ayant pas été très agréable avec ce qu'elle vous avait donné, ne vous avait pas encore touché. Ne t'avais pas encore touché. Il a fallu des années pour que tu comprennes que t'étais le mal aimé du Destin, pas vrai Ez? Que malgré tout ce qu'on t'avait donné de pourri dans cette vie, tu méritais encore moins. Tu méritais pas d'amis, pas de ceux comme la brune en face de toi, tu méitais à peine ton frère. Non, tu méritais pas non plus Orphée, si tu l'as eue, ne serait-ce qu'un temps, c'était pour mieux te l'enlever plus tard. Mais comment aurais-tu pu le deviner, hein? C'était pas écrit dans ton code génétique, ou peut-être que si, mais tu t'en rendais pas compte, que tu empoisonnes tout ce que tu touches. Mais les mots de Violet t'atteignent, et tu souris. Peut-être que t'as pas tout fait mal, en fin de compte. " Je suis plutôt fier d'avoir servi à quelque chose alors. Personne n'avait la moindre chance de toute manière, on s'attaque pas à la famille River. " Parce qu'elle en faisait partie, à l'époque comme mantenant, et sans doute était ce dans un souci de protection que vous avez décidé de ne pas l'emmener. A quatorze ans, on réfléchit différemment, et pourtnt aujourd'hui tu referais exactement la même chose, avec les connaissances de ce qu'a été ta vie en plus. " Oh il va bien ... Il s'est même trouvé quelqu'un. Enfin, tout le monde le voit sauf eux deux, Aidan quoi. "

Penser à Lana te fit sourire. Ils étaient idiots, tous les deux, mais tu savais que ça ne durerait pas et qu'ils finiraient par s'en rendre compte. Si tu devais le pousser au cul pour ça, tu le ferais. Il méritait une pause, lui aussi. Parler de ton départ était étrange.Violet ne savait pas tout, et t'as aucune envie de lui dire ce que t'es réellement devenu. Un braqueur confirmé, c'était certes une belle performance, mais pas de celles qu'on inscrivait dans un CV, aussi, tu dis rien. T'as honte de ce que t'es autant que t'en es fier, en fait, c'est sans doute la seule personne devant laquelle t'en auras honte, et tu le sais. Tu faillis t'excuser, te traiter d'idiot, parce que tu sais pas vraiment quel effet la cécité a eu sur ton amie, mais elle finit par te rassurer, en sortant son appareil de sa poche. " Waow, t'es vraiment accro à la technologie hein." Doucement, tu lui prends l'appareil des mains, pour y inscrire ton numéro, et en passant, celui d'Aidan. " Je t'ai rajouté nos deux contacts, comme ça si t'as besoin de quoique ce soit ou que tu veux juste t'assurer qu'on est encore là, t'as qu'à appeler."

Tu ris en regardant ton monstre. C'est fou ce qu'en l'espace de quelques semaines, il est devenu trop important à tes yeux. Tu sors jamais vraiment sans lui, tu te fous des regards des autres à son égard, tu sais qu'il intimide, qu'il impressionne, et que même s'il est, au fond, pas si méchant, il pourrait arracher le bras de la moindre personne qui s'approche de trop près, et ce sans même y mettre toute sa force. Alors tu sais que oui, Violet a raison, c'était sans doute l'une des espèces de chiens qui lui correspondaient le mieux. Ce qui était étonnant lorsque l'on savait que sa forme de métamorphe était un félin. Certes, un énorme félin, mais un félin tout de même. Tu regardes Looping. Drôle de nom pour un chien, mais tu l'aimes bien. " Il est magnifique." T'aimes la prestance de la race canine, cette grâce qu'ils ont de manière innée, sans vraiment la chercher. Tu as toujours eu plus de facilité avec les animaux qu'avec les humains, de toute manière, c'est pas une nouveauté. Violet est donc aveugle depuis au moins octobre. Tu t'interroges sur ce qui a pu se passer, un accident ou quelque chose d'autre? Mais tu ne dis rien. " Et en plus ton père peut se garer sur une place handicapée, si c'est pas de la chance ça." La seule façon que tu trouves de faire avec ce que tu ne sais pas gérer, l'humour. Parce que t'es pas un émotif, mais tu te demandes quand même si elle n'aurait pas pu conserver la vue, si seulement elle était partie avec eux. Est-ce qu ça aussi, c'est de ta faute?

Tu t'enfermes dans ton silence, quelque peu perdu de nouveau dans tes pensées, quand cette question t'atteint. Tu tournes ton regard vers elle, hésitant. Pendant un moment, tu ne dis rien. Tu réfléchis. Tu pourrais faire comme si tu ne savais rien, comme si tu ne pouvais pas toi même te transformer en animal lorsque tu le désirais. L'ironie c'est que tu connais pas grand chose aux autres créatures. En fait, tu sais qu'elles existent, tu connais leur nom, mais t'en sais pas plus, parce que t'as toujours préféré t'occuper de tes propres affaires, et lorsque ta première transformation a eu lieu, t'étais bien trop occupé à admettre le fait que tu ne sois pas humain pour penser à à te renseigner sur les autres espèces. T'hésites, cependant. Je ... Pourquoi cette question? Tu ne sais pas trop où elle veut en venir et ça te préoccupe un petit peu. Est ce qu'elle a juste des doutes ou est-elle aussi ancrée dans ce monde? " Je pense qu'il y a bien trop de choses qu'on ne sait pas pour se permettre de ne pas croire en quelque chose."  
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

The Happiness Of Meeting Again After A Long Time

E
lle sourit quand il répondit être fier d'avoir servi à quelque chose. Il ne pensait pas si bien dire. Non seulement il lui avait donné confiance en elle, mais en plus il avait été sa motivation. Bizarrement, pendant longtemps elle s'était demandé lorsqu'elle avait eu des choix à faire : « Qu'est-ce qu'Ezeckiel me conseillerait ? » Certes, il n'était pas parole d'évangile. Mais il l'avait longtemps guidée, et voilà où elle en était. Quand elle ne savait plus quoi faire, quand elle était perdue, elle pensait à lui, et à Aidan, et ça allait mieux, elle finissait par trouver une solution. En entendant qu'Aidan avait trouvé quelqu'un, elle pouffa de rire.

« Bah tiens... Ca m'étonne pas. Et toi ? »

Elle sourit légèrement. Elle voulait savoir si son meilleur ami, son frère, avait quelqu'un. En tout cas, elle avait deviné une chose : la jeune femme qui l'avait abordée, et qui était partie il y avait de cela quelques minutes, Skye, elle n'était pas rien pour lui. Elle ne saurait dire pourquoi, mais elle l'avait ressenti. Elle connaissait bien Ezeckiel, ils n'avaient pas toujours besoin de parler pour se comprendre.

Elle savait qu'elle le mettrait mal en lui posant la question sur le téléphone, mais c'était trop tentant pour ne pas lui faire une petite frayeur. Même aveugle, elle ne changeait pas, elle était toujours aussi taquine que dix ou onze ans auparavant. Surtout avec lui. La brune lâcha un rire quand elle le sentit soulagée, et lui laissa prendre son appareil et attendit patiemment, pas longtemps d'ailleurs, avant qu'il lui rende. Elle se doutait de ce qu'il avait fait, et il lui confirma bien quand il lui rendit son téléphone qu'il avait enregistré leurs numéros. Elle hocha la tête en le remerciant et embrassa sa joue.

Le gros chien-loup du jeune homme s'allongea finalement à côté de Looping, et la tatouée se pencha pour le caresser. Il avait une grosse fourrure, comme son Berger d'ailleurs, et ça la fit sourire, de sentir sa main s'enfoncer dans les poils de l'animal. Elle tourna la tête vers son chien quand il le complimenta et sourit.


« J'imagine. »

Evidemment, elle ne pouvait pas le voir, mais elle connaissait cette race par cœur. Elle savait exactement à quoi il ressemblait, et elle connaissait son corps par cœur... D'autant plus qu'elle l'avait vu dans une ou deux de ses visions déjà. Elle pouffa de rire en l'entendant et hocha la tête. Oui effectivement, il le pouvait, et puis elle avait même parfois des réductions. Et laissez-moi vous dire que pour un Leprechaun, il n'y avait rien de mieux que des réductions, ça faisait à chaque fois rire Violet d'ailleurs. Elle aimait profondément son père... Et une fois, elle l'avait vu se téléporter alors qu'elle avait dix-neuf ans. Et c'était donc à cet âge qu'elle apprit l'existence du monde magique. Elle avait sincèrement cru devenir folle-dingue quand elle l'avait vu apparaître dans la cuisine, et quand il lui avoua sa vraie nature, elle avait hallucinée. Son père avait eu peur qu'elle le prenne pour un fou, mais pas du tout. Elle avait trouvé ça génial. Et puis quelques années après, la voilà elle aussi plongée dans ce monde magique, sans en avoir le choix.

Puis lorsqu'elle posa justement une question sur sa croyance au monde surnaturel, elle remarqua sa... ''méfiance'' ? Oui ça avait l'air d'être ça. A sa réponse, elle hocha doucement la tête, et son regard partit dans le vide. Elle le baissa et hésitait. Est-ce qu'elle pouvait lui dire ? Oui, elle pouvait lui faire confiance. Mais s'il la prenait pour une folle ? Elle se mordit la lèvre, et prit une grande inspiration, baissant les yeux sur ses propres mains elles aussi tatouées, et se triturant les doigts. Elle se mordit la lèvre, et d'une voix à peine audible, murmura :


« En fait, je... Je continue de voir parfois... » Comment dire ça ? « Je vois plus loin dans le temps... »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
The Happiness Of Meeting Again After A Long Time [Violet/Skye/Ezeckiel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» « We used to be lovers, a very long time ago » (Jake)
» A new house , a new life ★ feat. Emily [X]
» (F/PRISE) NINA DOBREV ✿ A long time ago, we used to be friends
» Les coups du sumo/match up Fei-Long
» Pirates Tueurs de Long Drong Sylver - Bardés de Pistolets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-