anipassion.com
 

 Quand tout dérape [PV Quinn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité





Quinn - Aisling
“ Quand tout dérape ”






Parfois, il m'arrivait de faire la serveuse histoire de donner un coup de main à James. Ce soir-là en particulier, il avait eu besoin de mon aide. Je l'aidais sans rechigner tout en faisant attention de ne pas faire tomber mon plateau que je tenais d'une main pas vraiment assurée. Ce n'était pas le job que j'affectionnais car mes débuts avaient été catastrophiques. J'en avais cassé des verres, mais bon, James égal à lui-même, il était resté très professionnel, et il ne m'avait pas remballée. Au contraire, il avait été patient et il continuait à croire en moi. Cela me réconfortait : ce n'était pas un sombre connard.

Ce que je n'aimais pas vraiment quand il fallait donner un coup de main, ce sont les ivrognes qui restent tard et quand ils te voient passer, bah ils pensent que tu réclames une petite claque sur le derrière. Deux ou trois avaient été remis en place par moi. Bon, une fois j'ai décoché une baffe en pleine figure à l'un d'eux et j'avais même cru que James allait me virer sur le champ. Non. Il me laissait gérer comme bon me semblait. Tant que je ne faisais pas fuir la clientèle. Je n'étais pas du genre à me laisser faire et puis même si j'avais un fort caractère, je n'étais pas pour autant méchante. Pourtant, dans le fond, comme tout un chacun, il y avait une part d'ombre en moi qui m'avait poussée à commettre l'irréparable. Je préférais ne pas y penser, je préférais garder cette histoire enfermée dans une boîte et ne jamais revenir dessus.

Pourtant, ce soir-là, j'étais seule au bar. James avait du quitter le bar un peu plus tôt et m'avait confiée le bar. Je ne savais pas si cela était une bonne idée, mais pour le moment, tout se passait admirablement bien. Bon, ce n'était pas vraiment dur de servir les clients habituels, puis à force, ils me connaissaient bien et ils savaient que je ne faisais pas dans la dentelle. Ils savaient que si on me cherchait des noises, je savais parfaitement me défendre, même si j'étais une piètre bagarreuse. Moi, j'utilisais plutôt les mots. J'aboyais pour montrer mon mécontentement, mais parfois, je n'avais juste à montrer les canines pour qu'on se radoucisse. C'était calme. Bien trop calme pour un samedi soir. Mais ce n'était pas plus mal.

Je connaissais du bout des doigts le nom de chacun. Ce n'était pas très dur en fait, j'avais mon mode de fonctionnement. Là l'ivrogne qui dort à moitié, bah c'est le gros Rodolf, l'autre là-bas, c'est Jimmy. Même eux m'avaient donné un petit sobriquet : ma jolie. Quand ils me demandaient un coup à boire, c'était :"Sers-moi ma jolie." Je ne trouvais pas ça forcément mignon, mais je me contentais de les servir.

Puisque tout le monde semble calme et rassasié, j'en profite pour me mettre au piano. Comme à leur habitude, ils m'applaudissent ou sifflent pour m'encourager. Je ne deviendrais sûrement pas célèbre, mais au moins, j'ai mon petit public, mes plus fidèles fans. Dans le fond, je dois dire que cela me réchauffe le cœur. Donc, bah je leur donne un peu de chaleur tout en leur apportant un peu de douceur dans ce monde de brutes. Y a un adage qui dit que la musique adoucit les mœurs, je dois dire qu'il est exact. Tout en jouant, je me surprends même à penser à mes parents. Il y a un petit moment que je ne les ai pas vus, mais comme on dit, pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Je dois admettre qu'ils me manquent malgré tout, mais c'est pour mon bien qu'ils disent.

-Laisse-nous occuper de toute cette affaire.

-Oui bien sûr, comme toujours. Je n'ai pas mon mot à dire.

-Tu n'es pas vraiment en position pour décider, regarde dans quelle merde tu nous fous une fois de plus !

-Vous ne comprenez rien, de toute façon vous...

-Maintenant ça suffit jeune fille, me coupa sèchement mon père. C'est tout décidé, dès demain tu iras à Bray. Nous nous sommes chargés de te trouver un petit appartement. J'espère que d'ici-là, tu méditeras sur tes conneries et que tu prendras du plomb dans ta caboche. Maintenant file préparer tes affaires.

Quand mon père parlait, il ne valait mieux pas pour moi de lui couper la parole. C'était une personne autoritaire et il faut dire qu'il savait précisément où taper pour faire mal. Je devais m'avouer vaincue. Et c'est ainsi que je me suis retrouvée ici livrée à moi-même. Pour le moment je m'en sortais pas mal, même si mes parents n'étaient pas au courant du fait que je touchais encore un peu à la drogue. Bon un petit joint par-ci par-là, ça n'a jamais tué quiconque, encore fallait-il ne pas en abuser non plus. Il faut faire cela avec modération, et puis, tant que ça paie et que les clients sont ravis, où est le mal ? Je suis à la recherche constamment de sensations fortes et puis, j'aime beaucoup jouer avec la faucheuse. Même si je sais qu'elle me fout une frousse pas possible, mais c'est ainsi. Au moins, je me sens vivante et puis si un jour je péris à cause de la drogue, je ne pourrais m'en prendre qu'à moi-même. Pour l'instant, je ne pensais pas trop à la mort, je ne faisais que m'amuser avec elle, la frôler du bout des doigts, mais juste ça et ça me suffisait amplement. J'aimais beaucoup m'amuser de tout et de rien. Je ne prenais rarement les choses trop au sérieux. C'est sans doute l'insouciance de la jeunesse.

Une fois ma prestation achevée, on m'acclama. Je les gratifiais tous d'un sourire entendu et puis, je retournais au bar pour servir mes clients. Je suis sûre que James serait fier de moi. Pour une fois, cela se déroulait comme il se devait. J'étais parfaite dans ce rôle, mais pour combien de temps ? Il fallait toujours quelque part que quelque chose vienne briser ça, donc, je me demandais jusqu'à quand ce répit allait durer...



par humdrum sur ninetofive





Revenir en haut Aller en bas
 
Quand tout dérape [PV Quinn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aeron va pour se caler pépère quand tout à coup...
» Je me promenais quand tout à coup...
» Quand tout est gris, le flood est mon ami
» L'attaque la plus Chiante
» Je jouais tranquillou à Pokémon Rouge Feu quand tout à coup...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-