Take a walk with Mother Nature ~ Skye&Aenor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
SKYE & AENOR


Cette nuit, alors que je n'arrivais pas à dormir, pour une quelconque raison, j'ai eu envie d'aller me balader. Mais pas à pied, non, j'ai plutôt vu l'opportunité de me balader sous forme de panthère. Cette forme que je peux prendre, c'est ma liberté, ma bouffée d'oxygène. Je croque la vie à pleines dents, et j'aime la vie, mais pouvoir me transformer en panthère nébuleuse est vraiment quelque chose que j'apprécie.

La seule chose un peu galère, si je peux dire ça comme ça, c'est quand la colère m'envahit, à ce moment là impossible de me contrôler, et dans le passé j'ai failli faire des dégâts. Mais il faut être doué pour pouvoir m'enlever mon sourire, toujours présent sur mes lèvres. Alors ça va, on peut dire que pour l'instant tout se passe bien. J'ai hâte d'en savoir plus sur tout ça.

Revenons-en au fait: j'ai donc décidé de partir en pleine nuit, et mon choix s'est porté sur les montagnes de Wicklow, un paysage qui devrait s'avérer parfait pour ma balade nocturne. Une fois arrivée là-bas, je laisse place à l’animal qui sommeille en mois. Une fois que je suis sous la forme de la panthère nébuleuse, toute ma vision change. Mes yeux sont plus adaptés à la nuit, je distingue les mouvements, ainsi que les sons. Je me sens plus agile, et infiniment plus près de la magnifique nature environnante. Je cours, saute par-dessus des buissons, tout est plus simple et plus rapide que quand je suis humaine. Je sais cependant que si je me laisse envahir par une émotion, même assez faible, je ne pourrais pas me contrôler. C’est pour cela que la nuit est plus propice pour ces balades, ainsi que les coins où on ne croise jamais personne, puisque je ne voudrais pas que l’incident que j’ai causé à l’internat se reproduise de nouveau.

Je profite de ma balade et contemple tout ce qui m’entoure, ainsi que la lune, aujourd’hui pleine et magnifique. Dehors il fait doux, c’est donc vraiment agréable. Mais tandis que j’admire ce qu’il y a autour, j’entends un bruit. Je ne suis pas experte pour détecter les bruits qui m’entourent, mais je jurerai qu’il vient de la gauche. Je me tourne donc vers cet endroit, et fixe jusqu’à distinguer quelque chose. Qui que ce soit, il ou elle doit être plus expérimenté(e) que moi, à moins que ce ne soit un animal curieux de voir un félin dans ces montagnes .

Tout un tas de questions fuse dans ma tête, et si ce qui est là-bas est une créature magique ? Devrais-je aller voir pour poser des questions ? Mais je dois absolument me méfier, je ne connais pas grand monde ici, et je ne sais pas si un métamorphe serait apprécié par ici, je ne connais rien ou pratiquement rien à la magie.
Sentant plein d’émotions survenir, je décide de me concentrer sur ce qui est là-bas, et ne bouge pas, plus curieuse qu’apeurée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
SKYE & AENOR


De nouveau ce rêve, celui qui me laissant pantelante dans un lit couvert de sueur, dans un lit qui était devenu un terrain de guerre. Ce rêve qui laissait toujours une trace indélibible dans mon âme, un souvenir qui rongeait mon être peu à peu, honte, dégoût, tristesse, un mélange de tout. Ce rêve qui me poussait toujours à me lever, à me transformer, à sentir la terre fouler sous mes pattes blanches, à laisser la liberté m’envahir peu à peu. Pour lui, d’une manière ou une autre, je me disais que si je profitais de cette liberté dans mon âme, cette liberté qui m’enserrait toujours un peu plus à chaque jour de ma vie. Je me disais que si j’en profitais, si je laissais mon courir mon renard jusqu’à l’épuisement, le laisser fouler cette terre sous ses pieds, sans but, sans destination, peut-être qu’il pourrait le ressentir, de là où il était. Peut-être qu’il pourrais savoir que c’était à lui que je pensais quand cette liberté m’étourdissait, que je donnerais ma vie pour pouvoir la partager avec lui, pour qu’il soit libre comme moi.

Et je le savais bien que la journée où l’on se verrais de nouveau, cette journée fatidique où je retrouverais une partie de moi, ma famille, mon frère, je la perdrais de nouveau cette partie retrouvée, il ne serait plus le même, parce qu’au fond, je le savais qu’à sa place, j’aurais sombrer dans ma folie, dans ma haine, j’aurais franchi le pas qui me séparait du reste du monde. Et parfois, je me disais qu’il était plus fort que moi, qu’il était un bloc de granit là où je ne faisait pas le poids, mais ses paroles qui me revenait parfois, son pour toujours qui résonnait encore et encore en boucle dans ma tête. J’avais laissé une partie de moi quand j’avais fuit, j’avais failli à une promesse, à cette promesse qui m’avait gardé en vie, saine d’esprit dans la folie.

Et puis un bruit, un instant. Mon être qui s’arrête et je le vois, cette panthère qui déambule. Un instant, dans la noirceur, mon coeur s’arrête, cette panthère nébuleuse que j’avais pris pour un léopard l’espace de secondes arrêtez dans le temps. J’avais voulu qu’il soit de nouveau là. Un instant, la déception qui envahit mon âme. Il y avait bien Ezeckiel qui avait pris une autre place dans mon être, différente, unique, il comblait une partie du vide, mais il ne le comblerais jamais complètement, il ne le pouvait pas. Cette partie là était réservé à un autre. Chacun d’entre eux possédait une partie que l’autre ne pourrait jamais combler. Un tigre et un léopard. Un lien unique et un frère. L’un et l’autre tatoué sur mon corps, l’un et l’autre une partie de moi.

Je m’assied, une queue touffue s’enroulant autour de mes pattes, renard curieux. Chaque fois que je voyais un métamorphe, chaque fois que je rencontrais l’un d’entre nous, je me disais que je le connaissait peut-être, qu’il venait peut-être du centre. Les métamorphes du centre c’était un peu comme ma famille, une famille brisé, cassé à un point de non retour, mais chacun d’entre nous survivait pour un autre. Je me levais rapidement, un instant, allant près de l’un de mes caches, là où quelques morceaux de vêtements se trouvait, me transformant de nouveau, enfilant les morceaux. J’étais curieuse, comme toujours lorsque je rencontrait l’un des membres de mon espèce. Et alors que je me rapprochais de nouveau, sous ma forme humaine, je regardais la panthère nébuleuse tout prêt, m'assoyant au sol. Je n’avais pas l’habitude d’être sociable, je ne savais pas parler pour parler, alors je me taisait, attendant qu’elle se décide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Stupéfaite, je vois un renard polaire s’approcher, aussi curieux que moi. Puis, quelques instants plus tard, une jeune femme revient, vêtue de vêtements surement cachés et prévus pour les balades nocturnes. Je n’en crois pas mes yeux, toujours sous la forme de panthère, je ne bouge plus.
Étonnée de ma rencontre, et même bouche-bée à vrai dire, je mets du temps à réagir. Je suis venue ici, à Bray, pour découvrir ce mystère, et je peux enfin me renseigner, comprendre ce qui se passe avec moi, et avec bien d’autres personnes, j’en suis maintenant convaincue. Lorsque mes émotions du moment sont passées, je pars à quelques mètres, là où se trouvent un short et un sweat de survêtement , que j’ai pris sous ma forme humaine, et laissé ici juste avant ma transformation, histoire de ne pas rentrer chez moi totalement nue, ce qui ne serait sans doute pas une super idée. Une fois habillée, je me dirige vers la blonde qui se trouve en face de moi. Je souris aussi bien que je le peux après ma récente surprise. Voyant que comme moi, la jeune femme n’aime pas être celle qui commence les conversations, je me lance. C’est maintenant ou jamais.

Je dis d’un ton sympathique, toujours étonnée « Salut, je… mon nom c’est Aenor. » Je ne sais pas par quoi commencer, ni quoi dire. Ça fait 24 années que je vis, et que l’on ne m’a jamais renseigné sur la magie, sur ce qui l’entoure. Alors maintenant que je suis face à une créature magique, et bien je ne sais plus quoi dire.

Je me lance finalement, bien décidée à ne pas gâcher cette improbable rencontre.
« Excuse moi, je vais avoir l’air stupide, totalement stupide. Mais je me pose un million de questions sur la magie. Tu comprends, ça fait 24 ans que je suis sur ce monde, et 24 ans que je ne parviens pas à démêler le vrai du faux à propos de la magie. Alors maintenant que je rencontre quelqu’un comme moi, je ne sais pas vraiment quoi dire. »
Je souris, un peu perdue, mais heureuse d’être enfin face à une métamorphe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Un instant, mon corps de nouveau humain, de nouveau sur deux jambes, je regarde la panthère s’éloigner. C’était peut-être de la déception qui m’envahit soudainement, j’aurais aimer voir si c’était l’un du centre, l’un de ceux qui me recherchais vraisemblablement. Je voulais voir si c’était pas l’un de ceux qui avais constitué une famille pour moi pendant tant d’année. Cette famille un peu dérangé qu’avais été la mienne pendant si longtemps, cette famille que j’avais lâchement abandonné. Et puis, elle revint vers moi, habillé, mélange de déception, de joie, d’excitation, de rencontrer un nouveau métamorphe, un autre. Depuis mon arrivé, j’en avais rencontré seulement quelque uns, le principal ayant été Ezeckiel, mais chaque fois que j’en rencontrais un nouveau, chaque fois je rencontrais un être de ma race, mon coeur battait un peu plus fort, ma curiosité prenant le dessus, mon renard grattant à la surface, intrigué autant que moi. Elle s’avance, se présente. Un instant, je reste muette. Je suis tellement pas celle qui converse le plus facilement, tellement pas celle qui aime le plus parler.

“Skye. On m’appelle Skye.”

Parce que même si ça l’avais toujours été mon nom, même si je pouvais presque me rappellez mon géniteur le criant, j’en avais jamais été réellement sûre. La folie qui avais pointé son nez, la douleur qui m’avait envahit la plus grande partie de ma vie, la torture, l’emprisonnement, il me semblait parfois que cela ne pourrais ne pas être mon vrai nom, que j’aurais pu simplement me l’imaginez, me l’inventez. Et puis, elle me déboula un monologue, se posant des questions, me demandant des explications. Je reste interdite, je n’aurais jamais cru qu’un jour on me demanderais des explications sur un monde dans lequel j’avais toujours grandit, toujours évolué. J’aurais cru que ça l’avais été de même pour les autres comme moi, j’aurais cru que ça l’aurais été un fait anodin. Mais au fond, je ne devrais pas être surprise, ils en avaient toujours qui était tenu dans l’ignorance, ceux qui apprenais seulement par eux-même. Je baffouille, prise de court.

“J’i… j’imagine que je peux t’aider. Que veux-tu savoir?”

Par quoi commencer? Que savait-elle? C’était vaste comme sujet. Les scientifiques du centre avait passé des années à essayé de nous sortir les secrets de nos corps, à coup de torture et de recherche. Ils avaient passé des années à essayé de trouver notre mutation, le pourquoi du comment. Je pourrais probablement passé la nuit ici, à lui expliquer le pourquoi du comment. Je n’en avais pas particulièrement envie. Parler n’avait jamais été ma force.
métamorphe.

(Sorry. Ça l'as été super looong et c'est pas fameux )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Take a walk with Mother Nature ~ Skye&Aenor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crime "contre-nature"
» [Fête] Les Gardiens de la Nature vous invitent...
» Halloween / Zombie Walk
» Grandeur Nature, JdR ...
» How I Met Your Mother

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-