Rattrape moi si tu peux ! Hunter & Xion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
C'est l'extase totale, la liberté à l'état pure

Depuis combien de temps étais-je allongé là ? Une heure ? Plus ? Moins ? Je n’en avais aucune idée et je n’avais aucune envie de le savoir. Allongé sur mon lit, je matais mon plafond avec un grand intérêt, souriant tout en pensant à mes retrouvailles avec Sirius. Cela avait été intense, triste, passionné, désespéré. Un mélange de sentiments contradictoires, totalement à notre image. Malgré tout ce que nous nous étions dis, je gardais à présent l’espoir que tout recommence, qu’il me pardonne, me redonne une chance, même si cela faisait plusieurs semaines que je n’avais aucune nouvelles de lui. Je l’avouais, si j’étais une véritable loque depuis quelques heures, c’était seulement à cause de ça. Ca me rendait malade alors que j’essayais de me rassurer. A croire que cet homme passerait sa vie à jouer avec moi, à me hanter sans même le savoir. Je soupirais.

Prenant un courage incroyable, je roulais sur le côté afin d’apercevoir mon réveil, m’indiquant à quel point est-ce que je pouvais être lamentable. Alors que les rayons du soleil perçaient à travers les stores, je décidais de me reprendre plus ou moins en mains. On était le milieu de l’après-midi, j’avais donc encore tout le temps de profiter de la journée. Me trainant jusqu’à la douche, je priais pour que celle-ci me réveille un temps soit peu tout en réfléchissant à ce que j’allais bien pouvoir faire. Il me fallu une vingtaine de minutes avant de sortir de la salle de bain, une serviette autour de la taille, récupérant rapidement mon portable avant de m’habiller. Un nouveau message me fit sourire, découvrant qu’Hunter me proposait une petite escapade. En bécane, bien évidemment. Sans attendre, je lui répondais rapidement avant d’enfiler les vêtements appropriés, à savoir un simple jean et un tee-shirt, prenant soin d’enfiler mes Combat et ma veste en cuir avant de choper mon casque et mes clés. Je retrouvais mon bijou rapidement, flamboyante dans mon garage. Un cadeau que je m’étais fait il y a quelques mois. Le joyau de ma collection. Une Harley, évidemment. Embrochant l’engin, je démarrais tout en enfilant mon casque, profitant du magnifique bruit caractéristique de la marque. Elle m’avait coûté une véritable fortune et était customisée, pour ne rien gâcher.

Démarrant sans attendre, je m’engageais sur la route à toute allure, préférant les chemins moins empruntés afin de me rendre au rendez-vous. Cette excursion allait me faire un bien fou, d’autant plus que cela faisait longtemps que je n’avais plus vu Hunter. Le sourire aux lèvres, j’accélérais dans une ligne droite vers les montagnes.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Invité
C'est l'extase totale, la liberté à l'état pure

C’était l’une de ses journées où tout allait mal. Déjà qu’avec toi, c’était rare que les choses allait dans le sens où tu voulais qu’ils aillent, t’avait le don de trouver le trouble ou le trouble te trouvais, dans tout les sens, tu te ramassait toujours avec l’impression de frapper un mur. Au fond, tu t’en foutais bien, tu n’en avais pas grand chose à faire de ta vie terrestre, si tu dealais, c’était parce que ça t’aimais ça voir les autres foutent leurs vies en l’air. En fait, parfois tu te disais qu’il te manquait probablement un bout dans ta tête, tu savais que t’avais perdu ton âme la journée où t’avais planté ton couteau dans son coeur. Tu savais bien que t’étais mort lorsque son regard c’était éteint, tu était mort et c’était quelqu’un d’autre qui avais survécut. Parfois tu te demandais si c’était pas mieux ainsi, sans elle pour te mener vers le fond du gouffre, sans l’amour, sans la pitié, sans les remords. T’étais une machine, parfaitement huilé pour tué. T’étais une machine parfaite. Du moins, tu le croyais. Mais t’aimais pas ça faire le sale travail, t’aimais pas ça aller cogné sur des junkies trop drogués pour pouvoir même se rendre compte qu’ils se faisaient démolir le portrait. Non, t’étais loin d’être parfait, même si la seule raison que t’aimais pas ça, ce n’étais pas par pitié, simplement parce que ça te dégoûtait des les toucher, ça te dégoûtait d’avoir qu’une flasque molle à frapper dessus, pas de coups rendus, pas de haine, pas de douleur, au fond, ils étaient aussi vide que toi. Habituellement, tu donnais le sale boulot à un autre, mais tu le savais bien que parfois, c’est toi qui fallais qui le fassent, question de jeu de pouvoir. Et c’est journée là, tu finissais toujours dans un sale état. Alors tu partais en moto, longtemps, très longtemps.

T’avais l’habitude d’y aller seul, tu y allais toujours seul, mais cette fois, t’avais envie d’être accompagné, t’avais pas envie de la solitude qui semblait toujours peser d’une manière ou d’une autre autour de toi. Tu l’as cherchais cette solitude, rejetant tout ceux qui s’approchait de trop près, mais il y avait toujours des exceptions, Xion et votre passion commune, Findley qui semblait étrangement tenir à toi. En fait, tu savais pas trop comment géré tout ça, t’avais jamais été très bon avec les sentiments humains en général. Mais tu le textais, Xion, pour qu’il t’accompagne, que tout les deux vous rouliez dans les montagnes jusqu’à ce que la rage qui t’habitais s’envole, jusqu’à ce que tu redevienne normal. Oui, normal. Mais tu l’étais pas réellement, n’est-ce pas? Tu ne l’avais jamais réellement été, même ton toi d’avant, il y avais toujours eu une part de folie, un grain de démence.

Tu pouvais sentir le moteur de ta moto rouler sous toi, tu pouvais sentir les vibration qui te calmais, et tu pouvais aussi entendre la moto de Xion au loin. Tu pouvais sentir ton excitation s’élevé, ton adrénaline pomper ton sang, et tout ça te calmais. Tu le vis arriver près de toi, poser un pied à terre, et tu souris, de ce sourire qui faisait froid dans le dos, mais tu savais pas vraiment sourire autrement.

‘’Prêt?’’


T’avais pas tant envie de parler, enfin, t’étais juste pas très bon pour partir des conversations. T’étais bon pour enfoncer les autres, pour insulter ou dégrader, mais en vrai, tu savais pas trop comment être avec ceux que t’appréciais. Alors tu restais silencieux, t’attendais. Mais toi t’étais prêt, tu voulais rouler, sans jamais t’arrêter, sans jamais regarder derrière.

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
 
Rattrape moi si tu peux ! Hunter & Xion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Armure Xion (bloody roar 3)
» Monster Hunter 2nd G est-il possible de jouer online ?
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!
» xX Soul Hunter Xx
» [MOC] Base Xion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-