(jordi) OPEN SESAME.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
or is it 'open, says me' ?
Il y a des tas de trucs empilés partout. Du plancher au plafond, dans les étagères sur le point de s’écrouler, par terre, sur le rebord des fenêtres. C’est minuscule et à la fois immense –on pourrait s’y perdre si on ne fait pas attention. La magie pulse faiblement, à droite et à gauche : il y a, sous d’autres objets ou bien entassés dans des coffres, des tas de grigris, d’objets enchantés, de grimoires de peu de pouvoir qu’on vend aux plus crédules. Des amulettes les plus ordinaires aux curiosités qui en valent la peine, tout est si bordélique que tu arrives à peine à distinguer ce qui est vrai de ce qui est faux sans le tenir au creux de tes doigts.

Ça te plaît pourtant ces pièces étouffantes. Ça sent un peu le renfermé, la poussière, le vieux bois. Des rideaux de perles cliquètent au gré des quelques courants d’air que tu causes en passant, et une obscure musique New Age résonne en arrière-plan. T’es pas là pour rien, en fait, mais tu ne cherches rien à acheter. C’est, encore une fois, cette drôle d’impression qui guide tes pas –celle de ne pas être la seule curiosité à écumer la place. Le visage caché derrière le lourd rideau platine de tes cheveux, tu essaies d’oublier l’inconfort de ton séjour trop prolongé en cherchant la provenance de ce sentiment qui te prend aux tripes. Ça t’arrive un peu trop régulièrement, ces derniers temps. Ça te mets sur les crocs, ça te rend agitée, intenable, alors que la gamine ne te demande rien d’important, rien de difficile –elle aurait très bien pu invoquer un Djinn aux capacités bien inférieures aux tiennes- et tu t’ennuies. L’inaction gruge tes nerfs encore plus que la douleur et l’inconfort causés par la forme humaine que tu assumes sans en changer.

Tu parcours lentement les étages, effleurant du bout des doigts les bijoux extravagants, les tissus tape à l’œil qui recouvrent les chaises d’un autre temps. Et puis tu empruntes finalement l’escalier pour redescendre, incertaine de ce que tu devais trouver –de qui tu devais trouver- sur ton chemin. Et c’est là que tu le croises, c’est là que tu t’arrêtes en plein milieu de la descente, alors que lui continue de monter. « Vaas » tu prononces d’un ton faussement réprobateur. « Tu pourrais dire bonjour. » Ton visage fin s’éclaire d’un sourire carnassier, et tu reprends l’ascension, dans le sens inverse de ton trajet. Sans ciller, tu reprends la conversation, cette fois en changeant d’interlocuteur. « Il n’est pas très poli, n’est-ce pas ? » demandes-tu d’un ton compatissant. « Qu’est-ce qu’il a fait, cette fois ? – Vaas, tais-toi, s’il-te-plaît. Ça n’est pas à toi que je parle. » C’est plutôt à l’homme charmant qui a le malheur d’abriter un être particulièrement exécrable –et que tu portes dans ton cœur, tu dois l’avouer. « Toujours en train d'interrompre les autres quand ils parlent. N'est-ce pas incroyablement agaçant ? » t'enquiers-tu d'un ton courtois, sourire encourageant aux lèvres. Ne pas répondre ne serait pas très bienséant.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
 
(jordi) OPEN SESAME.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eur'open Bowl 16 et 17 octobre 2010 Anglet (64)
» Is it necesary open any port in my Internet router?
» 2ème Open d'Alsace le 12 février 2011
» Open Nab
» Dernier appel pour le Dutch Open

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-