Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 Old habits die hard || ft. Alaska

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité

Old habits die hard # Alaska & Maxine

Remember that no moment lasts, good or bad, time moves on because it has to.


C’est bien pire que ce Maxine croit quand Alaska n’a plus les menottes aux poignets, la demoiselle se met soudainement à lui piquer une crise phénoménale en lui parlant avec tellement de violence et de familiarité que la flic a pratiquement envie de mettre un hola mais elle se tait et préfère laisser parler la jeune. Tant de colère, il faut bien que ça sorte à un moment où à un autre et il vaut peut être mieux que ce soit maintenant devant quelqu’un qui ne s’en formalisera pas tant plutôt que devant une personne qui lui renverra l'ascenseur avec beaucoup plus de force. Est-ce le fait de lui dire qu’elle ne lui donnera pas d’alcool qui déclenche les hostilités ? Le fait d’être en manque de boisson c’est possible. En même temps, Max ne s’éternise pas sur la raison, elle hausse vaguement les épaules à l’idée que la jeune femme refuse de lui révéler pourquoi ça ne va pas, parce qu’au fond, elle n’a aucune intention de la forcer. Elle lui a laissé le choix après elle ne va pas prendre la décision pour elle non plus. N’exagérons rien ! Pourquoi elle raconterait à une flic ? Pareil, elle n’a pas l’intention de répondre à cette question bien qu’elle ait envie de dire qu’elle n’est pas que ça : elle n’est pas seulement un agent de police, elle est une habitante de Bray également. Pas un seul moment, elle n’a prétendu que cette fille soit une sainte. Après tout, Max n’a pas arrêté les frères River alors qu’elle l’aurait du. Disons qu’elle a toujours été bien plus clémente avec les jeunes. Ce n’est pas vraiment nouveau et elle ne fait pas ce métier uniquement dans le but de faire régner la justice mais parce qu’elle a envie de se rendre utile et aider les autres. Aider ça passe parfois par le fait d’écouter les autres. Parfois ! Elle n’est pas comme ça emplie de faux-semblants comme le dit si bien cette blonde. Elle n’est pas sournoise, elle aurait plutôt tendance à être franche à l’inverse. Max se passe une main dans les cheveux, d’un air embarrassé parce qu’elle se sent un peu vexé par les propos au fond. Être considérée comme une menteuse, c’est une sensation désagréable. C’est déterminée qu’Alaska lui tends ses poignets comme une soudaine provocation. Max a attendu qu’elle finisse sa tirade, elle lui adresse un regard calme en retour. Pas de discours moralisateur, pas de soupir, pas de regard perçant. Sa réponse consiste simplement à ranger les menottes à sa ceinture. Elle a besoin d’aide cette demoiselle mais on ne peut pas forcer à l’accepter, on ne peut que proposer. Du coup, elle lui griffonne le numéro de son téléphone et le lui donne, faisant retomber toute la pression. La bagarreuse se rend peut-être enfin compte que la représentante de l’ordre n’a pas fait semblant d’écouter. Bien sûr qu’elle espère que cette fille va prendre le papier, ce serait déjà un bon pas en avant mais elle va pas lui coller entre les mains avec brusquerie. Avouons-le, elle est assez surprise de voir cette main se tendre pour attraper le papier avant de finalement lui délivrer quelques petits mots. Une confidence. La perte de celui qu’elle voyait comme son meilleur ami, comme un membre de sa famille. La famille de coeur. Max n’a pas de gens comme ça, elle peut pas vraiment savoir ce que ça fait mais sa famille de sang est suffisamment importante pour que la perte d’un parents lui transperce le coeur de douleur. Elle s’apprête à lui dire qu’elle est désolée. C’est ce qu’on dit en général mais désolé de quoi. Elle n’a aucun rapport avec cette mort. C’est un peu con comme phrase.

Max ∞ « Et ton monde s’écroule avec lui…
 »

Il y a des gens, il paraît qu’on les aime trop pour supporter leur perte. C’est une carapace que Maxine s’est forgée pour ne pas subir ce genre de douleurs. Elle ne peut pas se targuer d’avoir un ou une meilleure amie, parce qu’elle ne se lie pas si facilement aux gens. Elle évite ce genre de relations délétères. Elle veut être forte, ne jamais faiblir et s’attacher aux autres, c’est le pire moyen de s’affaiblir. Bon c’est que sur le coup, Max a surtout eu envie de l’étrangler parce qu’elle l’a fait tourner en bourrique cette  fille mais bon, mettons ça sur le compte du fait qu’elle soit déboussolée et puis aussi sur l’alcool qu’elle doit avoir dans le sang. Bon elle a des éléments amoindrissant le jugement de la flic.

Max ∞ «  Je dis pas que c’est facile de t’en sortir sans lui. C’était peut être ton repère mais mourir ça ne te le ramènera pas. Tu peux vivre pour deux même si ça va être douloureux et pas facile à faire. Je te laisse partir… j’suis flic ça veut pas dire que je suis une conne pour autant… »

HRP.

© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Old habits die hard # Alaska & Maxine

Remember that no moment lasts, good or bad, time moves on because it has to.


Au fond, c'était probablement ce surplus d'alcool en moi qui me rendais si sujette au saute d'humeur. Mais en vrai, je me sentais seule comme je ne l'avais jamais été, je n'avais jamais été par moi-même, nous avions toujours été quatre, quatre contre le monde, quatre contre la vie, en voir un disparaître, c'était de nous amputer d'un membre, nous tuer à petits feu, me tuer lentement mais sûrement. Au fond, il était partit avec une partie de mon âme et je n'avais aucun moyen de la récupéré, aucun moyen de la retrouvé, elle avait disparu en même temps que lui, cette partie de moi qui était capable de rire, de sourire, de me sauver de moi-même, elle n'existait plus depuis longtemps maintenant, et au fond, elle avais raison lorsqu'elle disait que mon monde s'écroulais avec lui, parce que j'avais l'impression que c'était le cas. J'avais voler trop haut, trop longtemps et je m'écrasais comme un oiseau sur un mur de brique. J'avais toujours été choyée par la vie, j'imagine qu'au fond, c'était le juste retour des choses.

Je la regardais un instant, incertaine. Je n'avais pas l'habitude de m'en sortir par moi-même, j'aurais cru qu'elle m'aurais pas fait de cadeau, comme ils l'avaient fait au mecs avec qui je venais de me battre, que j'aurais finit en prison, peu importe. Au fond, cela m'aurais peut-être plus aider, un moyen de me forcer à la sobriété, mais je n'étais pas trop sûre si finalement, il n'y avais pas moyen de consommer entre les quatre murs d'une prison, et je me connaissais, s'il avait moyen je le trouverais. Je ne dit rien l'espace d'un moment, je comprenais quand elle me disait que je pouvais vivre pour deux, pour lui, pour moi, mais je ne savais pas si j'en avais la force, si j'étais capable de survivre, de passez par dessus, de tourner la page, si je voulais tout simplement tourner la page. J'étais une dépendante, une fille à addiction, je surfais sur les diverses dépendances sans jamais me soucier de mon être, de celui des autres autour de moi. J'étais une égoïste dans l'âme, simplement, personne ne l'avais jamais réellement sû avant la mort de Dallas.

Au fond, sa mort, elle avait fait apparaître des aspects de mon être qui n'aurais jamais ressortit autrement. Il avait été mon ancre et maintenant, je me retrouvais à la dérive en pleine tempête, je me demandais s'il avait un autre moyen de me sauver que de m'échouer sur la rive, je me demandais si je m'en sortirais vivante un jour.

"Merci."

Je me levais, me dirigeais vers la porte, son numéro dans mon poings serré, le gardant contre moi. Je ne savais pas trop si j'allais m'en sortir, je ne savais pas trop si j'allais un jour l'utiliser, mais je me disais que si ça l'arrivais, si un jour je trouvais mon chemin, si un jour je finissais par survivre au naufrage qui m'attendais éventuellement, je l'appellerais, lui dirais merci. Parce qu'au fond, parfois il ne suffit qu'une seule personne croit en nous, une parfaite inconnue pour ramener la flamme de l'espoir l'espace de quelques secondes. Ce n'était pas que personne n'avais cru en moi, il y avais eu Juliet, mais cette journée là, cette matiné là, Utah avait tout démoli, et au fond, ce n'était pas de sa faute, je n'avais pas été très douce non plus, je n'avais pas fait attention à la morsure de mes mots, mais il avait démoli le peu d'espoir de m'en sortir, de survivre. Parce que même s'il n'avait pas cru les mots qu'il avait prononcer, il les avait dit, les avaient craché comme du venim, et moi, moi l'être faible que j'étais, je me les avait mangé en pleine figure et je m'était recroquevillé un peu plus dans la haine, dans la drogue et l'alcool. Je me demandais si un jour, je pourrais simplement redevenir la fille sans soucis que j'avais un jour été.

THE END


HRP.

© Great Thief
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
 
Old habits die hard || ft. Alaska
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Pour les habits.
» LES HABITS
» Laki dans ses nouveaux habits royaux.
» Aide pour les habits ( Fixations )
» Habits et accessoires de femme fatale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-