Deux pour le prix d'un, c'est les promos ! ~ Hamlet & Sirius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Magicien
Messages : 516
Age du personnage : 40
Race : Magicien.
Métier/Etudes : Professeur en Arts & Sciences Occultes à l'Université de Bray.

On est con des fois... Non, c'est juste notre façon d'être qui varie de celle des vrais cons.

Hamlet & Sirius

Ça faisait un moment que je n'avais pas eu de clients chiants. Genre, vraiment chiant. Si chiant que j'avais envie de prendre la caisse et de la balancer sur cette brave femme qui ne remplissait que sa tâche de chieuse professionnelle dans tout le quartier depuis des années. Si chiante que j'avais des envies et des idées de tortures particulièrement cruelles et sophistiquées. Depuis que The Aquila's Trick or Treat était installé, je n'avais encore jamais eu de problème avec cette femme, il fallait bien que ça finisse par arriver. Évidemment. Sincèrement, je m'en serais très volontier passé. Surtout dans une après-midi comme celle-ci où la boutique était un vrai moulin, m'obligeant ainsi à rester derrière la caisse, à l'écouter braire et également à surveiller les curieux qui avaient un peu tendance à tout toucher avec leurs petites mains crochus parfois très exercées à prendre sans jamais reposer. Ainsi, j'écoutais cette Madame dont je n'avais jamais retenu le nom, mais plutôt le visage et son style vestimentaire proche des nones qui passaient parfois dans le centre ville, hochant parfois la tête, pour lui montrer que mon cerveau était toujours en fonction. Mais mes nerfs furent assez vite à bout à la quatrième personne que j'encaissais et qu'elle effrayait avec ses grands gestes de bras et de mains. L'avant bras droit posé sur le dessus de la caisse, ma main gauche se tenait fermement au comptoir, m'obligeant ainsi à rester sur place, je pris une profonde inspiration avant de relever un peu la tête et de plonger mon regard dans le sien.

En toute politesse et sans animosité aucune, vous m'emmerdez là. Clairement. Il y a du monde, j'aimerai pouvoir m'occuper de mes clients tranquille. Je ne fais rien d'illégal dans ma boutique, je ne cache pas d'argent non plus, je paye tout ce que je dois payer. Je ne cache rien ni personne. C'est vrai, je pratique la sodomie, mais ça ne vous regarde pas que je sache, et ça ne m'empêche pas de contribuer au bon fonctionnement de la ville, pas comme tout le monde ici bas. Alors soit vous restez et vous achetez quelque chose, soit vous prenez la porte. Sans élan. Parce que si c'est avec, je pourrais avoir des problèmes. Merci de votre visite et au plaisir de ne plus vous revoir de sitôt.



Ouais, elle m'avait vraiment gonflé là. Dans le genre énormément. Cependant, son regard choqué me fit tellement rire que je croisais les bras sur mon torse et la regardais partir alors qu'elle se signait plusieurs fois. J'avais donc vu juste en la pensant de la race des grenouilles de bénitier. Hélas, c'était chose commune en Irlande. J'en venais à envier les rares pays européens (parce que faut pas rêver, en dehors des frontières du continent Européen, la cause homosexuelle est loin d'être reconnue et tolérée) où il y avait une "paix" entre les différentes orientations sexuelles. Mais c'est un autre sujet, je m'égare. Une fois donc qu'elle fut sortie, je soupirais encore, mais de soulagement cette fois-ci et jetais un regard circulaire à la boutique. Les clients semblaient soulagés eux aussi que cette harpie soit partie, l'ambiance étaient beaucoup plus détendue. Beaucoup plus... comme d'habitude. Je me laissais retomber sur mon fauteuil derrière le comptoir, posant les pieds sur ce dernier. Bon, je lui avais mentis sur une chose, je cachais bien ma weed, mais tout bon client de ma boutique le savait et ne le disait pas. C'était en partie pour ça que les gens venait d'ailleurs. Je fumais dedans, j'invitais mes clients à le faire aussi, loin des étagères et rayonnages pour le coup, partageant avec eux mes joints parfois. Si les flics venaient, là je pourrais être dans la merde, mais depuis le temps que j'étais ici, et avec un peu de poudre de perlinpinpin, j'arrivais à les tenir loin.

Je m'accordais ainsi une petite pause tranquille, toujours en guettant les potentiels voleurs, mais ce qui restaient étaient principalement des enfants avec leurs parents qu'ils tentaient de convaincre de leur acheter telle ou telle chose. Ce qui me rendait assez fier de les voir comme ça, fier du travail accompli, fier de tous les efforts faits jusque là. Après une petite heure, je crois que j'avais fini par m'endormir là où je m'étais posé, épuisé par les journées de fous que je me tapais. Mon instinct parano se taisait tranquille pour une fois, même si une partie de mon cerveau restait en alerte. J'étais mi-conscient, mi-endormi, entendant tout ce qui se passait, mais trop mou pour faire quoi que ce soit.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

On est con des fois... Non, c'est juste notre façon d'être qui varie de celle des vrais cons.

Hamlet & Sirius

Je ne sais pas vraiment ce que je fais là. Je pourrais commencer toutes les journées où je sors de mon appartement par cette phrase, en vérité. Même celles où j'y reste cloîtré, si l'on va par là. Je ne sais pas ce que je fais dans le monde terrestre, parce que même Eldarion n'en a aucune idée … Quoique depuis notre intégration – la mienne de force, il ne faut pas se leurrer – dans les Dux Tenebris, le fait qu'il se serve de moi pour être protégé face à tous ces vilains magiciens et créatures n'était pas vraiment un secret d'Etat. Mais depuis l'effraction au poste de police, j'avais besoin de me défouler. Sur lui, de préférence. Je ne pouvais pas à proprement parler le blesser, surtout pas le tuer – ce qui était bien dommage, si on me demandait mon avis, parce que j'avais une imagination débordante qui n'avait rien à envier à la torture de Sanael, concernant la mort que je réservais à mon magicien s'il osait ne serait-ce qu'une minuscule erreur – mais je pouvais ne serait-ce que contribuer à rendre sa vie un peu moins tranquille, et ça, je ne le laisserais pas échapper. Je crois que personne ne peut imaginer ce que c'est, de devoir plier devant un gamin qui possède beaucoup moins de puissance que vous, mais qui, parce que la nature est mal faite, peut vous garder en son emprise. Personnellement, ça me donne la gerbe, et je ne suis pas le seul djinn dans ce cas. Alors je profite de ma journée de libre pour aller faire un tour du côté de la boutique de farces et attrapes, que je regarde d'un œil depuis que je l'ai remarquée, il y a de ça quelques semaines. Il paraîtrait que l'on y trouve des illusions à couper le souffle, à la grande limite du possible. Je crois pas vraiment aux coïncidences, je serais mal placé pour le faire vu ma condition d'être surnaturel. Alors ma curiosité sans limite – bon j'exagère un peu, y a quand même moins passif que moi, dans le style – m'a poussé à aller jeter un œil. Alors que je m'apprêtais à entrer, je vois une furie en sortir, le genre d'humains – ou pas, allez savoir – qui vous donne cette envie irrépressible de la pousser accidentellement devant un bus. Dommage qu'il n'y en ait pas en vue. Je la vois me jeter un regard hautain, et je me demande si c'est la barbe, qui fait cet effet là. Après tout, Anthony ne faisait pas bien attention à la couper correctement, et je n'avais guère besoin, pour ma part, de m'adonner à la coupe. Poutant elle ne dit rien, et ce ne serait pas vraiment étonnant qu'elle ait été virée de la boutique, vu comme elle la fuyait. Si j'avais un peu de chance, elle renfermait peut-être Lucifer, ça m'éviterait bien des tourments Grimms. Il faut vraiment que Sally arrête de me faire regarder ses séries à la con, vraiment, je commencerais presque à parler comme elle … Mettant de côté la femme qui de toute manière s'était éloignée à pas précipités, non sans avoir auparavant fait un signe de croix en direction de l'échoppe, je décidais d'y entrer. Je sais pas combien j'y ai passé de temps, à regarder un peu tout ce qu'elle renfermait. J'ai, de toute manière, pas vraiment la même notion du temps que la plupart des gens, comme si mon horloge interne était cassée, ou je sais pas trop. Mais au bout d'un moment, je commençais à vraiment me lasser de ne pas savoir que chercher. Peut-être que le mec assoupi près de la caisse pourrait m'aider, qui sait.

«  Hey, c'est toi qui fabrique tous ces trucs ? »

Oui parce que je m'emmerde pas à parler aux sous-fifres, moi il me faut le grand patron, m'voyez ? Non mais sait-on jamais, les employés lambda étaient dans la plupart des cas moins renseignés, et j'avais vu des traces de magie, pas de celle que je peux fournir de par ma nature, mais une magie puissante quoiqu'il en soit … Et si le mec en face était un humain, je pouvais pas vraiment parler librement, et pour dire la vérité, ça m'emmerdait un petit peu.

«  Désolé de te réveiller de ta sieste, ça a l'air confortable comme plan de travail … Plus ou moins. »

Je comprenais mal pourquoi le sommeil était si important chez les humains. La biologie, le corps humain qui s'essouffle, certes, mais leur vie était déjà si courte, quand on pensait qu'ils passaient au moins cinq heures par jour à dormir, pour les plus vaillants, c'était un peu flippant. Je me demande toujours à quel moment ils prennent le temps de vivre.

DEV NERD GIRL

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Magicien
Messages : 516
Age du personnage : 40
Race : Magicien.
Métier/Etudes : Professeur en Arts & Sciences Occultes à l'Université de Bray.

On est con des fois... Non, c'est juste notre façon d'être qui varie de celle des vrais cons.

Hamlet & Sirius

J'étais tout mou, mais j'entendais quand même tous les bruits autour de moi. J'entendais les clients qui sortaient de la boutique en glissant un "au revoir", parfois joyeux, parfois déçu (sans doute les enfants dont les parents n'avaient pas cédé), parfois hésitant, ou pas du tout même. Un silence paisible régnait dans la boutique, si bien que j'aurais pû finalement dormir complètement, jusqu'à ce que j'entende une voix tout près de moi. Et au ton que prenait cette voix, j'avais plutôt intérêt à me réveiller. Ça sonnait comme des ennuis. Encore. La vieille grenouille de bénitier n'avait pas suffit ? Soupirant, j'ouvrais finalement un œil, histoire de voir ce qui se passait, et qui venait me déranger, mais la voix s'excusa presque aussitôt après, avec un commentaire qui me fit d'ailleurs ricanner un peu. Avant de lui répondre, je m'étirais et baillais, reposant les pieds par terre, frottant mon visage et mes yeux au passage. Je devais avoir une sale gueule, encore plus que d'habitude disons, j'allais devoir me bouger pour trouver un employé et fissa ! Je jetais un rapide coup d'œil au type qui venait de me parler à la barbe impressionnante. Les barbus, les vrais, ne m'avaient jamais attiré, mais je devais reconnaître que lui était plutôt pas mal. Après avoir attraper mon paquet de tabac, avec ma weed mélangée et une feuille, je commençais à m'en rouler un en m'appuyant contre le dossier de mon fauteuil.

Mon lit est plus confortable, mais j'ai pas trop le choix, je dois bosser.


Sa question m'intriguait quand même, parce que contrairement aux autres clients qui me posaient cette question pour me graisser la patte et avoir une réduction, lui ça avait l'air de... j'sais pas, comme si quelque chose le perturbait. J'attendais cependant d'avoir fini de me rouler le joint et de l'avoir allumé pour reprendre la parole. J'avais pas pour habitude de trop réfléchir quand on venait s'intéresser à mon travail quand c'était des clients lambdas qui me questionnaient, mais disons que d'avoir été pigeonné une fois par d'autres commerciaux à suffit à me rendre parano. Enfin, c'était pas la seule raison non plus.

Pour répondre à ta question, oui, c'est moi qui fabrique tout ça. Pourquoi, tu cherches quelque chose en particulier ?


Je me prenais peut-être un peu trop la tête, c'était peut-être seulement un client très exigent qui voulait de la qualité et de bonnes informations. Dans ce cas, j'étais bien son homme. Je finis par me relever et m'étirer encore, marchant un peu dans la boutique pour me dégourdir les jambes, faisant bien un chemin particulier pour éviter les détecteurs de fumée installés. Pour qu'il n'y ait pas trop une odeur bien reconnaissable, j'allais ouvrir la porte de l'atelier et les fenêtre, pour faire courant d'air, j'allumerai une bougie ou de l'encens après, pour les plus puristes des visiteurs. Pour finir, j'allais m'appuyé contre le comptoir, observant de nouveau le barbu qui dégageait quand même un truc bien particulier. Aussi fatigué et défoncé que j'étais, quelque chose me disait que ce mec était du monde Surnaturel, qu'il y avait de la magie quelque part. Bon, après tout, ce ne serait pas la première fois qu'une créature surnaturelle venait dans ma boutique, mais ça me surprenait toujours autant. Mes marchandises n'étaient pas normales, elles étaient impregnées de magie, de mon savoir de leprechaun. J'aurais aimé pouvoir pousser les choses un peu plus loin, mais comme mes pouvoirs d'illusions m'avaient été retiré par mon père, ça restait un projet avorté. C'était peut-être ce qui les attirait ? Est-ce que tous pouvaient le voir ? Ça serait une théorie sympa à vérifier. Fallait-il encore que j'ai du temps à perdre pour ce genre de chose.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

On est con des fois... Non, c'est juste notre façon d'être qui varie de celle des vrais cons.

Hamlet & Sirius

Je navigue entre les rayons de cette boutique, avec la forte impression que quelque chose ne tourne pas rond. Je sais, appelez ça comme vous voudrez, un radar ou autre chose, je m'en fous, mais je sais que c'est pas net. La plupart des Surnaturels, comme le monde aime à les appeler, ne se rend pas compte de la magie qui traîne tout autour d'eux. Nous, les Esprits, on est différents, on est pas seulement dans la même veine que cette magie, on est issue d'elle. Sans magie, on existe pas. Sans magie, je serais pas là, j'aurais jamais eu cette substance, cette attache terrestre. Bref, sans magie, je serais peinard dans mon plumard, alors la magie, j'ai ma dose, si vous voyez ce que je veux dire. Mais bon, aux grands maux les grands remèdes, quand il s'agit de faire chier Eldarion sans que j'ai l'air d'être totalement impliqué - parce que j'ai pas vraiment le droit, sinon torture et tout ce qui s'ensuit, ce qui n'est pas super agréable - je veux bien utiliser celle des autres. Une boule de feu en plein dans le ventre me semble un peu extrême comme solution, et de toute manière, je n'en ai pas le droit, les sortilèges dont il s'est protégé le bougre sont impossibles à contourner de cette façon. Alors il faut bien que j'en trouve d'autres. Je finis par abandonner l'idée de trouver par moi-même, et me dirige donc vers le blond assoupi sur le comptoir. N'importe qui aurait eu un certain scrupule à le réveiller, mais pas moi. Je suis un chieur, c'est pas nouveau.

" Vivement le jour de congé hein. "

Il paraît que les discussions banales pour arriver là où on veut arriver font " plus humain" et la logique voudrait que je me fonde dans la masse. Donc j'essaie, sans véritablement de succès, puisque même moi je trouve ça débile. Il va bien finir par comprendre ce que je veux de toute manière, je suis pas fan des millions de chemins pour arriver là où je veux. Mais j'ai pas vraiment les compétences adéquates pour parler à des gens, je suis même plutôt mauvais à ça. Je sourcille pas quand il se roule son joint ni même quand il l'allume, pour moi il fait un peu ce qu'il veut, c'est pas vraiment mon rôle de juger sur les bonnes moeurs alors que mon passe-temps préféré ça a toujours été a mort et la destruction. Okay, depuis Bray je me suis légèrement calmé, mais seulement parce que d'autres s'en chargent à ma place.

" Disons que j'aimerais bien trouver quelque chose pour ... Me venger gentiment de quelqu'un."

Gentiment, ça passe toujours mieux dans une phrase quand il y a un désir de vengeance juste avant. Enfin c'est mon avis, je suis pas certain que les autres le perçoivent comme ça, mais je lui fracasserais bien gentiment le crâne avec un rocher, aussi.

" Je ne sais pas quels tours tu utilises, mais je ne sais pas, je pensais que lorsque j'aurais trouvé une bonne idée, je pourrais peut-être utiliser certaines de mes compétences pour améliorer un peu le truc."

Et le rendre mortel, par exemple. Par tours, j'entendais magie, si c'était pas clair dès le départ. Il a dû le capter, maintenant, il a pas l'air totalement con non plus, ce qui est agréable dans le sens où j'ai l'impression d'être entourés d'idiots non stop. Sauf quand je croise Vaas, seulement son magicien semble un peu à l'ouest, mais lui garde quand même la prestance qu'il avait dans le temps ... Voilà que je me mets à devenir nostalgique ! L'humanité, ça me va décidément pas au teint.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Magicien
Messages : 516
Age du personnage : 40
Race : Magicien.
Métier/Etudes : Professeur en Arts & Sciences Occultes à l'Université de Bray.

On est con des fois... Non, c'est juste notre façon d'être qui varie de celle des vrais cons.

Hamlet & Sirius

Bien posé, un bras croisé sur le torse, j'observais le barbu en écoutant ses demandes, essayant de trouver quelque chose qui pourrait lui convenir. Quelque soit ses motivations, je m'en foutais, mes marchandises n'étaient de toute façon pas faites pour toi, mais comme le disait mon enseigne, à faire des farces. J'avais tout un tas de choses pour des farces plus ou moins innocentes, et sincèrement, ce n'était pas la première fois qu'on me faisait ce genre de demande. Beaucoup de gens cherchent à se venger de tout et de rien, ce qui engendre une autre vengeance, et une autre vengeance, faisant naître un cercle vicieux qui augmente le degré de méchanceté des farces à chaque fois. Mais y avait un truc qui me gênait, bon, il était bien un surnaturel, vu ce qu'il disait, mais ce qui me gênait, c'était qu'il voulait "améliorer" mes inventions. Pour ça, j'étais pas trop chaud. Si jamais quelque chose tournait mal, ça serait contre moi que ça se retournait, et c'était hors de question. Donc, les inventions les plus... "potentiellement dangereuses" allaient resté bien cacher. À moi de ne pas attirer son attention là-bas pour qu'il n'y aille pas. Je me levais finalement, l'incitant à me suivre, allant en direction du rayonnage préféré des enfants.

Alors, j'ai des pêtards qui durent un certain temps, ils peuvent rester allumer des jours à des semaines, ça dépend de l'endroit en fait, c'est sympa à mettre dans un bureau, ça fout bien la merde. Y a plusieurs couleurs au choix, mais ils font tous la même taille. Attention au risque d'incendie quand même. Ensuite, y a ça.


Pour cette invention, les démonstrations étaient toujours mieux que des mots. Je touchais du bout des doigts une espèce de banane en plastique bien jaune fluo, mais aussitôt, elle resta collée contre la pulpe de mon doigt. Je la reposais bien sur l'étagère pour me reculer d'un pas, elle me suivit, se dirigeant vers mon front, mais je la rattrapais au vol pour ne pas justement me la prendre en pleine gueule. Pour finir, je me rapprochais du barbu pour que le fruit en plastique le touche, et reste ainsi accrochée à son épaule. Avec un sourire satisfait, je reculais d'un pas pour admirer le travail, les bras à nouveau croisés sur mon torse.

Ce truc qui parait complètement inutile peut devenir excessivement chiant, puisqu'il reste collé à la personne pour une période indéterminée, ou plus exactement, ça dépend de la force de la personne. Force mentale et physique. Plus on est fort, plus ça reste collé. Pour s'en débarasser, il faut soit de la patience, soit coller cette chose sur quelqu'un d'autre, soit l'envelopper dans un tissu.


Juste pour voir comment il se débrouiller avec, je ne l'en débarasser pas et je jetais un rapide coup d'œil à ce que j'avais d'autre pour la vengeance et qui ne pourrait pas être trop dangereux. Le reste c'était très bon enfant, très sage. Je lui montrais les changeurs de formes, ceux qui ont trois formes bien précises et qui se changent à intervalles réguliers, en coupe de fruit, un téléphone et en poulet en caoutchouc, ainsi que les boîtes de bonbons piégées, les faux grimoires, ou plus exactement des grimoires remplies de formules permettant de changer la forme et la couleur de n'importe quel objet à proximité, en passant par les mains coupées, les vibrateurs, les fleurs qui lancent de l'eau et les cigares explosifs. Des petits explosifs, rien de grave.

Est-ce que tout ça t'inspire ou il faut chercher encore ?


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

On est con des fois... Non, c'est juste notre façon d'être qui varie de celle des vrais cons.

Hamlet & Sirius

Une vengeance " gentille", c'était ce qui avait franchi la barrière de mes lèvres, mais rien que penser à l'expression me donnait envie de rire. Si je pouvais lui éclater les yeux à coups de couteau suisse je me gênerais pas, et pourtant je dois me contenter d'un truc qui le fera pas hurler de douleur, parce que j'ai aucun droit de blesser mon magicien, c'est l'une des règles de base de la relation magicien/djinn. J'aurais quelque chose à redire, très sincèrement, à celui qui a écrit ces règles, mais maintenant que c'est fait, on y peut plus rien. Je vois pas pourquoi ça m'étonne, de toute manière, quand on décide de soumettre l'une des plus puissantes créatures existantes, faut bien prendre des dispositions pour pas se le reprendre tout de suite sur le coin de la gueule. Mais quand on fait partie de la caste des esclaves, ça a de quoi donner envie d'exploser la moindre petite chose sur son passage. Après je lui en veux pas au mec en face, j'ai l'impression qu'il répond à côté mais je peux pas vraiment lui dire de but en blanc que je veux juste un truc qui frôle la limite autorisée. Je veux pas juste l'emmerder, Eldarion, je veux qu'il regrette. La mention "risque d'incendie" me ferait presque lever la tête, mais même moi, j'ai mes limites. Je suis déjà pas friand de feu quand ça me tombe sur le coin du museau, alors je pense avoir eu ma dose dernièrement à Bray.

Si je peux éviter d'être lynché en place publique juste après l'Incendie ça m'arrangerait, quand même. Je sais qu'il y en a bien que ça éclate, mais j'ai jamais été adepte de la case prison.

Non pas que j'y resterais longtemps cela dit, si l'on enlève le fait que ce serait juste un avertissement pour éviter de se moquer du malheur des gens, j'ai pas spécialement envie de tomber nez à nez avec le Blackwood rencontré à l'Ambush. J'ai fait des recherches sur lui et sa famille, et ce que j'ai trouvé me donne vraiment pas envie de le revoir. Non pas que je n'ai pas confiance en mes talents, mais m'exposer comme ça devant un chasseur ... Ce serait quand même pas très malin. Je regarde l'espèce de banane sur mon bras, et grimace.

" Il n'a aucune force mentale et physique, alors ça risque pas de marcher avec lui. Je dis pas ça parce que je ne peux pas me le blairer, mais il passe ses journées à dormir, je suis même pas sûr qu'il le remarquerait si je lui collais ça sur le nez."

Par contre, moi, ça colle, et je suis pas vraiment le plus patient. D'un geste, je l'envoie valser vers un gamin qui passait près de moi, m'aidant d'une micro rafale de vent. J'ai pas vraiment ce culte du secret concernant mes pouvoirs, notamment parce que celui qui va baver risque fort de se retrouver égorgé dans une ruelle. Et puis ... Je suis toujours en vie, ça prouve bien que j'ai pas grand souci à me faire des autres personnes qui évoluent en ville. Je regarde le reste des objets qu'il me montre, émet une hésitation.

" Et ces grimoires ils font quoi exactement? T'en as plusieurs sortes?"

Si tu veux emmerder un magicien, touche à ses bouquins.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Magicien
Messages : 516
Age du personnage : 40
Race : Magicien.
Métier/Etudes : Professeur en Arts & Sciences Occultes à l'Université de Bray.

On est con des fois... Non, c'est juste notre façon d'être qui varie de celle des vrais cons.

Hamlet & Sirius

J'avais montré les grimoires sans trop m'attarder, je cherchais surtout à cerner le client pour mieux le satisfaire, mais quelque chose me chiffonait vraiment. J'avais l'impression qu'un truc ne collait pas avec ce que le barbu, il dégageait une aura... désagréable. Je savais que c'était une créature surnaturelle, je soupçonnais une créature du même groupe que moi, mais ces intentions me paraissaient au départ innocentes, maintenant étaient suspectes. Enfin, avec les grimoires, il n'allait pas faire beaucoup de mal, c'était... surtout pour les enfants, c'était purement de l'amusement, les parents étaient persuadés qu'il y avait un truc. Ainsi donc, je pris un grimoire et l'ouvrit à une page au hasard. Normalement, ça n'aurait pas pû marcher avec n'importe qui, mais avec un petit coup de pouce de... mon ex, j'avais pû les ensorceler pour que tout le monde puisse les utiliser.

Avec ça, tu peux modifié la couleur et les textures de tous les objets qui t'entourent. Enfin, si tu es prévenu. Tu peux aussi filer ça à quelqu'un qui pratique la magie, il sera surpris, surtout s'il croit lancer des sortilèges. Enfin, là encore, c'est tout gentil.


Ça n'allait probablement pas le satisfaire, je le savais. Jetant un coup d'œil au gosse à qui le barbu avait refilé la banane, je rappelais aux parents, avant qu'ils ne sortent, qu'ils devaient payé ce qu'ils emportaient. Oui c'était bas, oui c'était mesquin, mais c'était mon gagne pain. Je laissais le blond dans ses réflexions le temps d'encaisser la banane du petit garçon qui chouinait alors que ses parents lui passaient un savon. Si un jour ou l'autre je devenais père, d'une façon ou d'une autre, ce qui serait surprenant d'ailleurs, je serais un très mauvais père. Une fois fait, je retournais près du barbu, lui tendant un kit de parfait petit chimiste. Du moins, c'est ce dont ça avait l'air.


Si tu ne trouves rien qui te plaise, je te propose ça. C'est en gros pour fabriquer des boules puantes, des pétards, des petits feux d'artifice, mais aussi des petites potions. Il n'y a rien dedans qui puissent donner la mort ou rendre gravement malade, mais tu peux te faire plaisir. À condition de savoir te débrouiller avec ça. Au pire du pire, tu me dis ce que tu veux vraiment, tu passes commande, et je te fais ça. Mais ce sera plus cher.


Ce n'était pas quelque chose que j'avais l'habitude de faire, mais ce mec avait l'air d'être quand même bien intéressé par ce que je proposais et je soupçonnais qu'il puisse être un bon client. Pour les bons clients, je sortais toujours les bons et gros arguments.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Deux pour le prix d'un, c'est les promos ! ~ Hamlet & Sirius
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1000] Deux pour le prix d'un !
» Un supplément pour le prix du t-shirt ?
» PS4: sortie en Novembre, deux modèles et PSN Payant
» Le prix du t-shirt Made in Gueulard
» ou acheter clé wifi max pour psp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-