Matelot navigue sur les flots ♥ Loganou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

   
ft. logan o murchu

   
Matelot navigue sur les flots

   
   

   
Dans les décombres encore fumants de la bâtisse partie en feu, les Carmody regardaient avec lassitude tout ce qui restait de leur maison. Ils avaient récupéré le père Carmody au gymnase, où les blessés avaient pu être amenés à l’hôpital. La cheville de Siobhan avait été finalement bandée – il ne s’agissait pas d’une foulure, mais une déchirure microscopique. Ca guérirait rapidement. Certaines fées avaient proposé leurs enchantements pour améliorer la souffrance mais la jeune fille avait préféré les laisser au chevet de personnes plus gravement blessées qu’elle. Maintenant, il fallait voir dans quel état était leur maison. Arrivés devant le lotissement, les choses n’étaient pas si graves que Siobhan n’avait pu le penser au début. Les murs avaient été proprement léchés par les flammes, et certains meubles en bois avaient perdu un pied ou deux. Les rideaux avaient disparu et certaines portes manquaient de tomber. Les lustres étaient tombés, tapissant les lieux de bouts de verre scintillants sous la caresse des rayons du soleil. Siobhan se tenait dans l’embrasure de la porte, attendant l’arrivée de Logan. Ses poumons avaient subi le courroux de la fumée, tout comme les miens, mais il était resté un plus long moment auprès des médecins. Je lui avais demandé de me rejoindre quand il serait remis sur pied – je n’étais pas certaine qu’il désirait rester aux côtés de Castiel par une journée pareille. Je lui avais proposé de m’aider à récupérer certaines affaires dans ma chambre, et je comptais après l’emmener boire un verre, ou peut-être faire quelque chose pour nous aérer l’esprit. Toute la ville était en effervescence après la manifestation et le feu qui s’était déclaré : tout le monde se demandait qui en était l’auteur, pourquoi maintenant, qu’est-ce qui s’était passé. Siobhan n’avait pas vraiment de réponse à ces questions mais elle espérait que ça arriverait vite. Il y avait peut-être un meurtrier parmi eux sans qu’ils ne le sachent.

Les bras croisés sur sa poitrine, la jeune femme contemplait ce qui restait de la maison : mais elle ne s’inquiétait pas pour sa situation. Ses parents avaient les moyens de rebâtir tout ça, d’avoir une maison encore plus belle qu’auparavant. Ce n’était pas le cas de tous les habitants de Bray. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à toutes ces personnes logeant dans de petits appartements détruits par l’incendie. Où est-ce qu’ils iraient ? Comment allaient-ils faire ? La petite blonde savait bien qu’elle ne pouvait pas faire grand-chose pour eux. Mais peut-être que leurs familles, avec tous les fonds dont ils disposaient… Des aides, ou quelque chose comme ça… Elle pouvait déjà imaginer les yeux ronds de son père. « Pourquoi faire, Siobhan ? Allons, nous n’avons pas le temps pour tes bêtises. J’ai gagné cet argent avec la sueur de mon front, qu’ils en fassent de même. » Elle connaissait ce refrain par cœur, et elle avait presque hâte de posséder toute cette fortune pour en faire ce qui lui plairait. Enfin bon, pour le moment de toute façon, elle ne pouvait rien faire d’autre que récupérer ses anciennes affaires, donner ce qui n’avait pas été grignoté par le feu, et jeter le reste… Elle voulait faire le bien, mais ne savait pas vraiment comment aménager son temps pour faire ça. Peut-être que Logan aurait quelques idées. D’ailleurs, alors qu’elle se retournait pour scruter la rue, elle le remarqua. « Ohé, matelot ! Montez à bord, voulez-vous ? » Elle fit une petite courbette amusante, essayant de le dérider un peu – l’incendie avait embrouillé certains esprits, faisant soudainement face à la fragilité de la vie. L’herbe de leur jardin avait été calcinée mais l’arbre n’avait pas pris feu, elle avait presque l’impression qu’il s’agissait d’une vaste étendue d’eau croupie, et le sentier qui menait à son perron, un ponton pour monter sur un navire.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Siobhan & Logan
Because you're my friend.



L'incendie. Tu ne te souvenais de presque rien. Et pourtant. Et pourtant. Ton cerveau te renvoyait sans cesse ces horribles images, ces sons insupportables. Les flammes, la fumée, la toux qui t'avait prise. Un bon quart de la ville avait été détruite, peut-être même plus. Tu n'en savais trop rien, tu étais inconscient. Toute cette histoire te faisait te sentir faible. Tu avais perdu une maison, mais votre père en avait une autre pour vous tous. Tu avais perdu ta mère dans l'incendie. Elle était morte. Mais ça ne t'affectait pas plus que ça. Tout ce qu'elle savait faire, c'était copuler. Copuler et être belle. De plus, elle avait pondu un alien comme toi. Personne n'était blond dans la famille, alors pourquoi ? Mais le pire... le pire du pire, c'était Castiel. Tu ne l'avouerais jamais, mais il te manquait. Un peu. Un tout petit peu. C'était ton frère, après tout. Tu étais bien obligé de ressentir de l'amour pour lui ; non ?

Siobhan t'avait appelé. Pour récupérer des affaires. Sa maison avait brûlé, et tu te sentais coupable. Pourtant, ce n'était pas de ta faute, à moins que tu sois atteint d'Alzheimer. Vous deviez passer par sa chambre, si tu avais bien compris. À vrai dire, tu ne l'écoutais pas vraiment quand elle t'avait appelé. Tu étais encore choqué par la mort de ta mère. Pas tellement triste, mais choqué. Elle, Siobhan, n'avait perdu personne. Sauf si tu te trompais. Tu espérais que non, au fond. Pas que tu essayais d'être compatissant, mais c'était ce que tout le monde devait espérer, au fond. Que les gens s'en sortent indemnes. Tu arrivais devant la maison anciennement rongée par les flammes et souriais en entendant ton amie. Est-ce que tu pouvais l'appeler comme ça ? « Amie » ? Peut-être, peut-être pas. À vrai dire, tu n'en avais rien à faire. Sio' était ton amie. D'accord, ton frère et elle étaient fiancés, et tu semblais être le seul de la famille à vraiment l'apprécier... mais justement, ce n'était pas une raison pour la dénigrer, ou quoi que ce soit d'autre. C'était du moins ce que tu pensais.

« Matelot ? tu demandais en rigolant. Nous sommes en mer, capitaine ? »

Tu faisais toi aussi une courbette, en continuant de rire. Au moins, tu cessais de froncer les sourcils et de faire apparaître ces horribles rides sur ton front. Tu t'avançais vers elle et te penchais pour coller un bisou sur sa joue bien ronde, avec un sourire sur les lèvres. Tu glissais ensuite une main dans ses cheveux pour les ébouriffer, puis te tournais vers la bâtisse. Il vous faudrait pénétrer là-dedans. Sans qu'une poutre ou qu'un mur porteur ne vous tombe dessus. Tu acquiesçais lentement face à tes pensées plus réalistes que négatives, et pinçais les lèvres, te retournant vers Siobhan. Tu lui tendais la main, cachant l'autre derrière ton dos, et refaisais une stupide courbette.

« Mademoiselle, êtes-vous prête ? Je serais votre homme pour... pour le déménagement risqué que voilà ! »

© code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
 
Matelot navigue sur les flots ♥ Loganou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les Flots se lèvent... [BG - Récit à lire]
» Les débuts d'un jeune matelot
» voguons sur les flots d'un océan narcissique en échange de la satisfaction de la curiosité des autres membres (et je me demandais aussi si les titres avaient une limite de taille).
» Matelot Fred dvdt au rapport!!
» WoD : Quête de pêche-Le Hoki des flots noirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-