(Alexis&Castiel) ▴ been waiting on that sunshine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité


Castiel & Alexis
been waiting on that sunshine
Alexis porta sa tasse à ses lèvres - sérieusement, ils étaient là, tous les deux, fin de journée, dans un coin inaccessible à ceux qui ne connaissaient pas leur cachette, à boire de la vodka dans des tasses immondes avec un jus d’orange qui traînait dans son sac, est-ce que ça faisait kitch ? Légèrement. Mais le tableau dépeint la faisait sourire, parce qu’elle en aimait la simplicité. Sans prise de tête, il lui avait envoyé un message et elle était venue parce qu’il avait besoin de parler, besoin d’elle et qu’elle avait envie de le voir et qu’il lui manquait pas mal, quand même. Ouais, elle aimait bien le tableau qu’elle peignait dans sa tête, à défaut de pouvoir le contempler puisqu’elle en faisait partie, elle aimait bien ces moments arrachés au temps puisque, dans cette clairière, plus rien n’existait vraiment en dehors d’eux deux. Le monde extérieur pouvait se prendre une comète, s’ils étaient là, ils ne s’apercevraient de rien. C’était ça qui faisait le charme de cet endroit : l’isolement qu’il leur procurait et, paradoxalement, qui leur permettait d’encore mieux se retrouver. - et remarqua qu’elle était vide. Tant pis, elle était bonne pour se resservir. Parfois, elle se demandait comment son foi tenait encore avec tout l’alcool qu’elle ingurgitait. Elle buvait au travail - un peu - en soirée - beaucoup - quand elle voyait Scylla - tout le temps - et en plein d’autres occasions. Le pauvre, elle n’en prenait pas vraiment soin. La Samson jeta un coup d’oeil à la tasse de Castiel, constata qu’elle n’était pas vide, et reposa la bouteille avec un petit soupir. « Non, tu as raison. Je me vois pas vivre ailleurs. Comme tu dis, même si je devais partir, je reviendrais forcément. » Pas seulement pour ses amis, mêmes si c’était une des raisons : comment vivre sans Scylla, Niamh, Castiel, et tous les autres qui composaient son paysage familier, mais aussi pour la ville en elle-même, pour les souvenirs, pour tout ça, quoi. C’était peut-être l’ambiance magique qui y régnait : Alexis ne connaissait pas toutes les créatures magiques, mais elle apprenait chaque jour un peu plus et se rendait bien compte que cette ville était plus qu’un refuge pour les êtres surnaturels : il y en avait énormément. « On profiterait de tout beaucoup plus longtemps si on savait ce qu’il allait nous arriver. » Elle aurait profité des parents et de son frère à en faire une overdose si elle avait su qu’ils mourraient si vite. Mais à quoi bon avoir des regrets, elle avait bien compris que ça ne servait qu’à se faire du mal pour rien et qu’on avançait pas comme ça.

Quand il lui parla du mariage, elle tourna la tête pour étudier la sienne. Il parlait jamais de ce qu’il ressentait, c’était un fait, Castiel c’était le mec qui semblait toujours aller bien et qui n’extériorisait que rarement. Avouer qu’il flippait, ça montrait vraiment que ce mariage l’angoissait. Maintenant que l’inévitable allait arriver, que le mariage était programmé et qu’il approchait à grand pas, que Niamh et Castiel ne pouvaient plus changer leur destinée, Alexis ne montrait plus tout ce qui n’allait pas du doigt. Elle avait parlé de ses réticences à ses amis, les voir se marier par obligation, elle trouvait ça terriblement vieux jeu et complètement con, elle n’en démordait pas, et ils savaient parfaitement ce qu’elle pensait de tout ça. Elle désapprouvait, purement et simplement. Malgré tout, elle ne comptait pas les laisser tomber : elle serait là, à leur mariage, demoiselle d’honneur de sa meilleure amie, elle lui ferait un enterrement de vie de jeune fille d’enfer, et elle la soutiendrait, elle et Castiel aussi, quoiqu’il arrive. Parce que ça ne servait plus à rien de montrer sa désapprobation quand la chose était inévitable. Parfois il fallait se résigner, comme le faisait Castiel, et c’était pas à la Samson de changer ça, elle pouvait juste être là pour eux. « Elle est pas mal physiquement, c’est sur que tu aurais pu tomber sur pire. » Son ton indiquait clairement qu’il y avait un “mais” sous-entendu qu’elle ne prononça pas. Descendra la future femme de Castiel n’était peut-être pas une super bonne idée. Alexis connaissait Alys du lycée, de vue, elle savait qui elle était, et si elle ne la détestait pas, elle ne l’aimait pas non plus. C’était de l’indifférence, jusqu’à ce qu’elle entre plus intimement dans la vie de Castiel. Enfin, c’était pas elle qui se mariait avec donc bon. « Je te dirais jamais assez à quel point je trouve ça courageux mais aussi terriblement con… J’espère juste que tu ne seras pas trop malheureux… Si c’est le cas, ma porte sera toujours ouverte et je garderais une bouteille de vodka juste pour toi et moi ! » Elle pensait pas vraiment que Castiel, et Niamh idem d’ailleurs, allait avoir un mariage heureux. Elle le connaissait assez pour le savoir. Mais peut-être qu’il s’arrangerait pour que sa vie ne soit pas entièrement foutue. Alexis ne parvenait pas à imaginer son futur, quand même, comment construire une vie avec une personne qu’on n’aimait pas ? Se sacrifier pour sa famille, elle trouvait ça bien noble, certes, mais elle aurait aimé que quelqu’un d’autre que lui le fasse. Et puis, au fond, elle ne comprenait pas vraiment comment refuser ce mariage pouvait blesser qui que ce soit. Il y aurait juste son père qui serait furax, mais ça… « T’as encore la possibilité de dire non, devant l’autel… » Piètre utopie, elle n’y croyait pas. Elle savait qu’il le ferait, la mort dans l’âme, mais il le ferait. « Bien sur que oui, je serais témoin de ce qui sera la plus belle farce et la plus grosse connerie de la décennie ! » Elle eu un sourire qui tempéra ses propos. Non pas qu’elle le pensait pas, elle le pensait absolument.

Voyant que la tasse de Castiel se vidait, elle l’attrapa pour la remplir, donnant au jeune homme l’occasion de revenir sur sa beauté inconditionnelle. « Et bah t’en auras un, deal. Mais j’en veux un échange ! » Elle aimait bien faire des cadeaux, mais elle aimait tout autant recevoir. Recevoir des éclats de vaisselle, beaucoup moins par contre, même si le jeu en valait peut-être la chandelle. « Je me cacherais quelque part, à l’abri. Et si tu me lances des assiettes je te lancerais des verres, et à deux contre un, tu ressembleras à un hérisson à la fin. » Qu’il ose encore dire qu’elle ne pouvait pas le battre et programmerait vraiment un lancement de vaisselle sur Castiel avec Niamh. C’était une idée, ça pourrait les défouler. « Brindille toi même » grommela-t-elle. « Tu peux rêver pour voir ça un jour dans ta vie, pour la peine tu es réduit à te demander comment est-ce que je me bats, voila. » Elle aurait bien sorti un “nah” et tiré la langue mais ça faisait peut-être un peu trop puéril et elle avait pas encore assez bu pour oublier totalement le fait qu’elle était censé avoir vingt-deux ans. « Pouah, ton futur métier à l’air emmerdant au possible. Vraiment Castiel, faudra que tu viennes boire chez moi sinon tu finiras en vieux con aigri qui fera peur à ses employés ! »
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humainstaff
Messages : 3784
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice


Castiel & Alexis
been waiting on that sunshine
Cet endroit avait la faculté de rendre à Castiel un peu de son âme d'enfant, comme si les parcelles de tous ceux qu'il avait été lorsqu'il venait ici étaient encore là, comme des bouts de son passé qui n'avaient pas totalement disparus. C'était curieux de s'imaginer une telle chose, voir des flashs de lui, à côté d'une Alexis beaucoup plus jeune, beaucoup plus innocente. Des adolescents rebelles qui avaient pourtant une vie certes semblant plus proches d'une prison dorée qu'autre chose, mais quelle vie ne l'est pas, pour des adolescents ? Se sentir piégé dans une vie de famille qui pourtant n'est rien d'autre que normale, c'est une phase. Ce qu'ils vivaient maintenant, c'était sans doute le contre coup, la prison dorée, ou pas, qui s'était réellement refermée. Bien des années plus tard, il arrivait à faire la différence. Il regrettait un peu de ne pas avoir pu le faire auparavant, cependant. Puisqu'on est jeune et con, puisqu'ils sont vieux et fous. On pouvait détester cette ville. La haïr réellement, les souvenirs que l'on avait ici, les épisodes de notre vie que l'on souhaitait mettre derrière nous. Mais certains lieux, comme celui-ci, certaines sensations éprouvées, ça vous prenait par les tripes, ça ne vous lâchait plus. Et Castiel, quelque part, n'en avait pas envie. Ici, il avait pu comprendre qu'il n'était pas qu'une machine destinée à servir les ordres de son paternel, les ordres de tous ceux qu'il devait suivre. Cet endroit lui avait permis d'espérer, et l'espoir, lorsque tout le reste devenait noir, c'était un peu tout ce qui leur restait. " On est condamnés dans ce trou, pas vrai? Non pas que ce ne soit pas une bonne chose, finalement ... Le reste du monde doit pas être bien mieux, si tu veux mon avis." Partout, cela devait être la même chose. Des souvenirs, des lieux importants pour d'autres adolescents, d'autres jeunes adultes. Buvant une gorgée dans sa tasse toujours aussi hideuse, le triton se surprit à sourire. Personne ne savait ce qui les retenait à Bray, ou alors s'imaginait de mauvaises raisons. Ce n'était pas vraiment les proches, les endroits rassurants, la familiarité du lieu qui faisait croire à une paix qui n'était rien d'autre que factice, le triton était bien placé pour le savoir. Non, c'était autre chose. L'assurance que l'apparence n'était pas tout, que derrière chaque habitant se cachait des secrets, derrière chaque enfant une trace de magie. Même les humains ne semblaient jamais être exactement ce qu'ils paraissaient. Le goût de l'aventure, le goût de la découverte, ce qui poussait chaque personne à partir découvrir le monde ... Il était ici. Nul besoin d'aller le chercher ailleurs. " Pas forcément tu sais ... Je pense que quoiqu'il arrive, tu aurais toujours pensé ne pas avoir assez profité, ne pas les avoir assez vu. Peu importe que tu l'aies su ou pas. Ce n'est pas une question du passé, seulement du futur que tu n'as pas eu ... Et c'est sans doute le plus dur. Ne pas pouvoir partager ce que j'ai vécu après sa mort avec Ailee ... C'est sans doute la chose que je regrette le plus. Il fallait être stupide pour ne pas comprendre qu'elle parlait de ses parents. Il la comprenait, quelque part, mais les regrets, surtout sur ce qu'on ne pouvait changer, ne faisait que nous tirer en arrière.

Le sujet dériva sur le mariage, sujet obligatoire quand on savait qu'il approchait à grands pas. Castiel se demanda brièvement si le fait qu'il ne souhaitait pas vraiment mettre un point d'honneur à cette union le faisait avancer plus vite, ou si c'était juste le fait de son imagination. Le temps était tout de même une notion assez abstraite, n'est ce pas? Il savait qu'Alexis n'approuvait pas la tradition, et sans doute pas non plus sa résignation, il n'en savait rien. En situation inverse, sans doute l'aurait-il secouée dans tous les sens pour qu'elle reprenne la raison, mais à quelques mois du grand saut, ce n'était plus l'heure des doutes. Castiel se surprit à se demander si, malgré ce qu'il avait lui même vécu, il pourrait faire subir cette attente, cette absence de choix à ses propres enfants. Si dans son éducation, quelque chose ne l'avait pas pourri de l'intérieur. Son père, par exemple. Peut-être pas totalement. Peut-être qu'il se contenterait de diriger ses enfants plus subtilement, les poussant vers sa propre race pour les maintenir hors de danger. Il n'en savait rien et très franchement, la réponse lui faisait presque peur. " Tu m'étonnes, le fils Ò Murchù a plutôt intérêt à avoir une jolie épouse, ça rend bien dans les galas de charité. Disons que je te connais et que tu n'es cependant pas très convaincue par le choix de ma future femme, pas vrai? S'il ne posait jamais réellement la question mais qu'il connaissait plus ou moins le positionnement de ses soeurs à ce sujet, il est vrai qu'Alexis ne s'était jamais clairement exprimée sur la question. Sur le mariage arrangé en lui-même ? Bien sûr que oui. mais sur Alys ... Pas réellement. " Même si je suis heureux, t'as intérêt à me laisser la porte ouverte et une bouteille de vodka ... Je te laisserais pas ruiner ton foie toute seule, je suis assez sympa comme ami... Mais oui, j'espère aussi que malgré tout, ça finira par aller. Je pense que les premiers temps seront les plus durs à passer. Cally partie ... Et bien il faut juste que je l'oublie." Oublier la seule fille qu'il avait vraiment aimé ... Ce n'était pas la chose qu'on pouvait qualifier de réellement faisable. Comme dirait le commun des mortels, on oubliait jamais son premier amour. Mais dans le cas de Castiel qui n'avait eu que des relations factices, qui ne sonnaient pas vraiment réelles, la seule pour laquelle il s'était donné corps et âme s'était enfuie. Il avait Alix. Alix. Ce n'était pas comme si ça avait été facile pour lui d'admettre qu'il était tombé plus facilement pour un homme que pour une femme. L'exemple de sa mère qui l'avait marqué au fer rouge, ou simplement parce qu'il était ainsi. Il n'en savait rien. Il s'était longtemps cherché des excuses. Amer, le triton sourit. " Bah voyons ... Je pense qu'on a assez eu de dramas digne de tv shows dans la famille." Il n'était en plus pas du genre à tourner le dos à sa famille, jamais pour son propre intérêt, en tout cas. Il se mit à rire. " Et tu me connais, on va rendre cette connerie mémorable ..."

Récupérant la tasse des mains d'Alexis après lui avoir sourit en guise de remerciement - elle faisait apparemment très bien son travail de barmaid - le jeune homme secoua la tête. " Je suis super fort à ce jeu là, t'en fais pas. Mes cadeaux sont toujours géniaux, j'y peux rien j'ai ça dans le sang !" Un souvenir amer du dernier qu'il avait offert, le pendentif que Cally devait sans doute porter autour du cou, quelque part en Grèce. A moins qu'elle ne l'ait déjà jeté, qui sait ? Peu importait maintenant. " Bah voyons, je suis imperméable au verre moi, tu peux pas test. ça glisse sur moi comme une plume sans me blesser. Technique Avengers on appelle ça." Castiel se mit à rire de bon coeur. Ces moments lui faisaient du bien, il ne demandait rien de plus actuellement, en vérité. Juste se changer les idées avec sa meilleure amie sans penser à ce que sera demain. " Je vois. Donc j'ai le droit d'imaginer que tu te bats comme un pingouin? ça me fait rire et ça te rend encore moins sexy que le jour où je t'ai vue en pyjama intégral en plein hiver. J'aime bien !" Un sourire de nouveau. Comme quoi, ce n'était pas si perdu. " Je finirais comme mon père tu veux dire?"
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Castiel & Alexis
been waiting on that sunshine
En tête à tête avec leur tasse de vodka-orange, ils étaient complètement plongés dans leur passé, le mettant en parallèle avec leur présent, à développer des théories philosophiques sur tout les “Et si” qu’ils pouvaient bien trouver. Et si on avait su ce qu’on allait devenir, ce qu’il allait advenir de nos proches, de notre avenir, de tout le reste, aurait-on plus profité ? Aurait-on fuit bien avant que tout ça n’arrive pour ne pas voir la réalité ? Est-ce qu’on aurait pu changer quoique ce soit ou bien est-ce que tout serait quand même arrivé, inéluctable. Est-ce que c’était le destin qui se chargeait de lancer les dés ou bien y avait-il une sorte de détermination de la vie de chacun qui l’empêchait d’échapper à certains événements ? Alexis ne préférait pas trop y penser, elle n’aimait pas vraiment l’idée que, quoiqu’elle fasse, son avenir resterait le même parce qu’il en avait été décidé ainsi. Mais en même temps, se dire constamment qu’un geste aurait pu changer la donne pouvait mener à un sentiment de culpabilité proche de l’auto-destruction. Ils étaient là, à Bray, peut-être pour toute la vie, peut-être pas, mais pour le moment ils y étaient. « Peut-être bien ouais… Au moins, on aura toujours ce petit coin hors du temps pour venir souffler de temps en temps ! » Un endroit qui leur rappellerait tous les moments passés ensembles, l’adolescence et puis le reste. Elle s’imagine Castiel et elle venir ici à soixante ans et se plaindre de tout et de rien et eut un petit rire. Est-ce qu’ils auraient alors la même discussion ? Est-ce qu’ils regretteraient encore de ne pas avoir assez profité ? « C’est triste quand même. Ça veut dire que personne ne peut vivre sans regret… C’est dommage. » Elle hocha la tête quand il évoqua Ailee. Elle comprenait parfaitement ce sentiment de ne pas pouvoir partager ce qu’on vivait avec des proches disparus. Quand elle avait obtenu son diplôme, sa main s’était portée vers son téléphone. Mais qui appeler ? Sa famille n’était plus là, alors qu’elle aurait aimé profiter de ce moment avec eux. Et ça n’était qu’un exemple parmi tant d’autres. Mais les proches disparus étaient une fatalité, ils disparaissaient plus ou moins tôt, alors qu’on s’y attendait plus ou moins, mais ils disparaissaient toujours à un moment donné.

Le sujet dérivant sur le mariage, Alexis plongea autant qu’elle put dans sa tasse pleine d’alcool. Castiel la connaissait bien, il avait sentit qu’il y avait quelque chose qui ne la satisfaisait pas dans le choix de cette épouse. « J’ai pas vraiment mon mot à dire, pas du tout en fait, mais… Oui Alys fera parfaitement femme de Ò Murchù, c’est clair, elle est jolie et riche. Mais de ce dont je me souviens au lycée, c’est pas non plus la folie sur le reste. Disons que je la trouve… pimbêche ? Pour rester polie. Donc elle ira très bien à Seth, c’est pour ça qu’il l’a choisit d’ailleurs, mais je trouve que tu méritais quand même mieux. » Alexis n’était pas vraiment du genre à juger, mais il y avait certaines personnes qu’elle n’aimait pas, un regard suffisait à les lui rendre insupportable, et c’était comme ça. Alys en faisait partie. « Mais oui, même si tu es heureux la porte sera ouverte ! Mais juste à toi. Et Niamh. Pas à Alys et je sais qui d’autre. » Elle but à nouveau de la vodka et manqua d’avaler de travers. C’était qui, Cally ? Ce qu’il dit ensuite la poussa à penser qu’elle comptait pas mal pour Castiel mais il ne lui en avait jamais parlé. Les miracles de l’alcool. « Cally ? C’est qui ? » demanda-t-elle sur le ton le plus innocent possible. Bon, elle allait pas le lâcher maintenant qu’il avait prononcé son nom, donc autant qu’il parle tout de suite. « Je suis ravie de te l’entendre dire, je vais me charger de faire des provisions d’alcool histoire qu’on se souvienne longtemps de ce mariage. Faut quand même qu’on s’amuse. On attendra que Papa soit couché et puis on fera la fête pour oublier tout ça. » Se noyer dans l’alcool le soir de son mariage pour oublier qu’il avait eu lieu… ça promettait pour la suite, quand même.

Heureusement, ils avaient un don pour basculer des sujets graves aux sujets légers. « Je suis sûre qu’avec ma super tasse, je briserais ton armure d’avengers ! » Tout en parlant, elle désigna l’immonde tasse qu’elle tenait dans les mains en la secouant. Pas assez fort pour les éclabousser d’alcool, heureusement. L’image d’elle se battant comme un pingouin la fit rire aux éclats. « Tu peux avoir l’image que tu veux, le jour où je te prendrais pas surprise tu finiras K.O. » Son rire s’interrompit quand il mentionna ce vieux souvenir. « Bah tu vas me ressortir ça jusqu’à la fin de mes jours ? Heureusement que tu as pas pu prendre de photos. » Sa réputation était ruinée sinon. Et puis quoi, si elle aimait bien les pyjamas comme ça, elle avait le droit. « Mon dieu non, j’espère pas. Si je te vois prendre ce chemin crois-moi que moi et ma technique de pingouin on viendra te secouer. »
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humainstaff
Messages : 3784
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice


Castiel & Alexis
been waiting on that sunshine
Parler du passé pouvait parfois mener à de trop grandes remises en question. Comment en était-on arrivé là? Aurait-on pu faire pour changer quoique ce soit aux épreuves que l'on avait traversé? Ou tout ce que l'on aurait pu faire ou dire n'aurait-il rien changé? D'ordinaire, Castiel n'était pas réellement du genre à se plonger dans cette partie de sa vie, car seul pour lui importait l'avenir et ce qu'il pouvait en faire, ce qu'il arriverait à avoir de l'avenir que l'on avait écrit pour lui alors même qu'il n'était encore qu'un enfant. Mais aujourd'hui, sans doute en avait-il besoin, alors qu'il buvait son verre de vodka orange, ses pensées accaparées par la dispute qu'il avait eu avec sa soeur, ne pouvant s'empêcher de penser qu'ils auraient pu ne pas en arriver là s'ils n'avaient pas eu tous les deux des caractères bien trop combatifs et bien trop fiers. Se plonger dans ce qu'il avait été, c'était éviter de penser au fait que ce qu'il était devenait peut-être un peu trop sombre. Il ne savait pas vraiment, et pour être honnête, n'avait pas la moindre envie d'y réfléchir maintenant. Le jeune homme sourit distraitement. " C'est la meilleure chose qu'il risque de m'arriver durant les prochaines années. Je devrais peut-être installer un canapé ici, histoire de pouvoir dormir là quand je me mettrais sur la gueule avec ma femme." Il prit une pause, songeur. " Remarque, ce serait peut-être mieux de construire une maison, du coup." Il se mit à rire doucement, comme pour se moquer de lui-même. Puis haussa les épaules. Tout ça n'avait pas vraiment d'importance, en vérité. Tout le monde avait des regrets, tout le monde voulait tenter de réécrire les mauvais souvenirs. Le fait est que personne ne le pouvait, même pas dans le monde surnaturel totalement fou dans lequel ils vivaient. " ça ne vaut pas le coup, pourtant. On ne peut rien y faire anyway." S'il aurait aimé revoir sa soeur, au moins une fois? Bien sûr. S'il regrettait tous les moments qu'il aurait pu passer avec elle et qu'il n'avait jamais connu ? Evidemment. Mais à quoi bon. Sa mort l'avait forgé, avait fait celui qu'il était, il n'était même pas sûr de vouloir connaître celui qui n'aurait pas tourné comme il l'avait fait. Ils n'auraient pas eu grand chose en commun.

Le sujet dériva sur le mariage de Castiel. Il savait que ses proches ne portaient pas vraiment Alys dans leur coeur, à commencer par Isleen qui la haïssait carrément, mais il n'en avait jamais vraiment demandé les raisons. Tout bonnement parce qu'au départ, il se sentait véritablement comme eux. Non pas qu'elle devenait soudainement sa personne préférée sur Terre, mais il arrivait à se mettre, parfois, à sa place, et à moins lui faire ressentir le fait qu'il ne voulait absolument pas de cette union. Il offrit un sourire à Alexis. " On mérite toujours mieux hein ? Ce n'est certes pas vraiment le genre de femmes qui m'attirent en règle générale, je ne vais pas te mentir ... Mais bon, t'en sais quelque chose ! " Un rire sortit de ses lèvres. Il avait de toute manière toujours été plus attiré par les femmes à fort caractère, étrangement très souvent brunes et qui arrivaient à lui faire comprendre qu'il n'était pas toujours le maître dans toutes les situations. " Ah bon ? On se fera pas des diners de couple, toi, Alys, ton futur grand amour et moi? Je suis déçu, je te voyais bien devenir sa meilleure amie." Pour accentuer son propos, le triton la poussa légèrement d'un geste de l'épaule. Le nom de Cally, qu'il prononça presque sans s'en rendre compte, sans se rappeler qu'il n'avait jamais parlé d'elle à personne, lui redonna instantanément son sérieux. " C'est ... Une fille. Que j'ai fréquenté pendant quelques semaines. La fille de notre employée de maison, autant te dire ... Pas vraiment wife material. Mais ironiquement j'étais pas retombé amoureux comme ça depuis Siobhan." C'était même un peu plus compliqué que ça compte tenu de la nature de chacun. Mais ça, il ne pouvait pas vraiment en parler à Alexis, qui ne savait absolument pas qui il était vraiment, du point de vue biologique. Le jeune homme porta son verre à ses lèvres. " Très bonne idée, je propose même qu'on se bourre la gueule dans la suite nuptiale!"

Après une telle conversation, Alexis et Castiel avaient besoin de souffler un peu, partir dans des sujets de conversation un peu moins lourds, et c'était une activité qu'ils maitrisaient à la perfection. " Pf, faudrait qu'elle soit en adamantium ta tasse. C'est du bluff." Il se mit à ricaner doucement, en secouant la tête comme affligé par ce qu'il entendait. " Bah voyons, même si tu me sautais dessus, je te sentirais même pas tellement tu pèses léger. Et moi, j'ai des muscles." Il carra les épaules pour essayer de le lui prouver de la façon la plus ridicule possible, puis relâcha les épaules, en riant. " Je ne te lâcherais jamais avec ça, c'est la meilleure scène de ma vie ! " Devenir comme son père, même s'il ne l'avouait pas, était sans doute l'une de ses plus grandes peurs. C'était triste, de voir sa famille ainsi, mais sans doute que lorsqu'on connaissait les Ò Murshù, ce n'était pas si étonnant que cela. " Je compte sur toi pour ça, t'auras le droit de me frapper, exceptionnellement, si jamais !"
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Castiel & Alexis
been waiting on that sunshine
L’idée qu’il se construise une maison simplement pour y aller les soirs où il s’engueulerait avec sa future épouse arracha une petite rire à la jeune femme. Il n’y avait bien que les Murchu qui pouvaient se permettre ce genre de folie dans le coin. Et elle était à moitié sûre qu’il en serait bien capable. Mais elle avait une meilleure solution : beaucoup moins coûteuse et qui l’arrangeait bien, elle. « Ou alors tu viendras squatter chez moi. Il y a plein d’alcool, chez moi. » C’était à moitié vrai. Il y en avait plein, jusqu’à ce qu’elle invite quelqu’un et qu’ils vident toute sa réserve. Puis il fallait à nouveau la remplir et ça ça demandait un peu plus de temps en général. Les regrets avaient leur temps, trop se plonger dedans pourrissait la vie, elle était bien placée pour le savoir. C’était assez compliqué, alors qu’ils se retrouvaient là, tous les deux, de ne pas penser au passé, à ce qu’ils voudraient changer sans le pouvoir, à ce qu’ils auraient aimé faire… Mais il fallait réussir à tourner la page du passé quand on se le remémorait pour penser à autre chose, au futur, au présent, c’était déjà pas mal. Même si les regrets restaient là, on pouvait tenter de les oublier pendant un instant.

Elle répondit un peu tristement au sourire de Castiel quand il aborda le sujet de son mariage. Elle était véritablement triste pour ses amis parce qu’ils allaient au devant d’une vie qu’ils n’avaient pas choisis. Peut-être qu’ils s’en accommoderaient mais ça signifiait tellement de changements pour eux… et, très égoïstement, pour elle aussi. Ses deux meilleurs amis mariés, ça changeait tout d’une certaine façon. Elle savait qu’ils allaient changer, avoir une vie maritale, et une part d’elle-même avait peur de perdre une partie de leur amitié. L’autre part savait que ça n’arriverait pas, qu’il y aurait toujours les moments hors du temps où ils se retrouveraient, sans les femmes et maris. Non, Castiel voyait juste, ils ne se feraient pas dîners de couples. « Il vaut mieux éviter, histoire qu’il n’y ait pas de vaisselle cassée, tu vois ? Et puis je suis toujours célibataire donc la question de mon grand amour ne se pose pas. » Elle évita volontairement d’aller plus loin, parce que question regret, son adolescence niveau amour en comportait un énorme dont Castiel avait parfaitement connaissance. Il avait sûrement eu une pensée pour lui d’ailleurs, ils étaient meilleurs amis après tout. Mais le présent, le présent, le présent, on pense pas au passé, pas maintenant. « On se fera des dîners de couples avec Niamh, si tu veux, mais sans les conjoints. » Avec un grand sourire, elle but à nouveau dans sa tasse.

Mais il disparut rapidement, son sourire, à la mention de cette Cally. Elle en était certaine, il ne lui en avait jamais parlé, jamais au grand jamais. Donc ça voulait dire qu’elle était importante. La brune connaissait assez Castiel pour savoir qu’il ne cacherait jamais une relation sauf si elle était importante à ses yeux. Il aimait bien exhiber ses relations pour faire enrager son père, comme ça avait été le cas entre eux deux, donc si personne ne connaissait Cally, c’était bien qu’il y avait du sérieux entre les deux. Il lui confirma son idée première mais Alexis ne put s’empêcher d’être légèrement sarcastique pour se venger de ses piques depuis le début de leur conversation. « Une fille ? Ben mince, j’aurais jamais cru. » Elle but innocemment à sa tasse avant de redevenir un peu plus sérieuse. « Wahou, Castiel amoureux… bah merde alors. Et encore plus merde avec le mariage. Merde merde merde. » Histoire d’atténuer un peu toute cette merde, elle avala en grandes gorgées ce qui lui restait d’alcool. Merde quoi, elle trouvait ça trop triste. Il était obligé de se marier et en aimait, vraiment pour de vrai, une autre. « On se croirait dans un téléfilm du samedi après-midi. » Sa pensée avait franchit ses lèvres avant même qu’elle ne puisse réfléchir à ce qu’elle disait. « Enfin, je veux dire… Merde, tu te maries alors que tu en aimes une autre, c’est trop triste. » Ouais, décidément, l’alcool à ce mariage allait être une nécessité. « T’en fais pas, je vais ramener de quoi faire. » La brune savait pas trop comment les invités réagiraient si deux mariés et une demoiselle d’honneur quittait la scène pour se cacher et se bourrer la gueule mais elle s’en fichait pas mal, au fond.

Heureusement qu’ils ne parlaient pas que de sujets gravissimes et qu’il existait un peu de légèreté dans ce monde. « Me met pas au défi, Castiel, tu sais très bien que j’aime pas perdre et je suis capable de te la trouver, ta tasse en adamantium. » Son ton faussement féroce cachait qu’en réalité, elle était pas sûre du tout qu’on en trouvait comme ça, au coin de la rue, de l’adamantium. Pas sûre du tout, du tout, du tout. « On verra, je suis sûre que quand je te frapperais si tu prends le même chemin que ton père, tu la sentiras passer. Promis je vais m’entraîner. » Elle espérait quand même ne pas avoir besoin d’en arriver là. Elle allait une nouvelle fois répliquer sur sa force mais son téléphone vibra. Elle lu rapidement le message et soupira longuement. « Un collègue malade, je dois aller bosser. » La brune se releva et épousseta ses vêtements. « Il faut vraiment qu’on revienne un peu plus ici. Et promis, je ramène de quoi oublier ce qu’il se passe le jour de ton mariage. Je te laisse ce qu’il reste de vodka et cette magnifique tasse, tu auras qu’à me la ramener. » Avec un dernier sourire et un geste de la main, elle lui souhaita une bonne soirée et partit en maugréant à son travail.
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
(Alexis&Castiel) ▴ been waiting on that sunshine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» BON ANNIVERSAIRE ALEXIS !!!
» I'll be waiting [But I can't wait forever]
» BON ANNIVERSAIRE ALEXIS ^^
» je m'appelle Alexis... mais dans le 34
» Raporte sur:--alexis--72--

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-