Who will tell the story of your life? (Keenan&Hecate)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité


❝Who will tell the story of your life?❞
Keenan & Hecate
Keenan ferma brièvement les yeux, sentant la lassitude prendre le dessus sur son être. Il n'était pas fatigué, pas réellement, pas physiquement. Mais ses recherches ne menaient à rien, il était là depuis le début d'après-midi et il n'avait toujours rien trouvé. Il devait sans doute être vingt heures passées, d'ailleurs. Plus personne n'était présent au Quartier Général, et pourtant il était resté. Les deux djinns se trouvaient bien entendu toujours en garde devant la porte, mais cette dernière étant close, ce n'était pas comme s'il pouvait entamer une discussion. Non pas qu'il en ait spécialement envie, depuis la mort de son frère, les esprits se trouvaient être ses ennemis principaux. Si un jour il arrivait à mettre la main sur le fameux grimoire qu'il se saignait pour trouver, il s'empresserait de le faire tester sur un des esprits. C'était purement cruel, il le savait, car si certaines créatures, de ce qu'il avait lu, pouvaient être réellement sauvées, transformées en une nouvelle espèce humaine, fabriquée, les esprits, eux, s'évaporaient et disparaissaient définitivement. C'était donc de la pure cruauté que de commencer par eux, mais il n'en éprouverait sans doute pas le moindre remords.

Quoiqu'il en soit, les recherches sur le livre prenaient un temps fou, et plus encore, il devait faire traduire tous les livres qu'il souhaitait lire en braille, forcément, ce qui ne rendait pas la tâche plus simple. Il aurait bien tenté de dire à un autre des Dux de les lui lire, mais peu d'entre eux parlaient couramment le latin, et si c'était pour leur faire répéter chaque phrase quatre fois pour en comprendre le sens, ce n'était même pas la peine d'y penser. Pour la première fois depuis des lustres, Keenan était dans une impasse. Il ne savait pas quoi faire, pas comment le faire, et l'idée même d'aller en Sibérie sans savoir ce qu'ils allaient y trouver et où relevait de la folie. Bien sûr il avait cherché le monastère dont le moine parlait, mais il n'était indiqué nulle part, comme s'il n'avait jamais existé. L'idée que le texte lui même ne soit que l'ancêtre d'un roman, une lettre inventée pour faire parler d'elle, lui effleura l'esprit, mais il essaya de la réfréner. S'il perdait espoir, c'en était fini de leur cause, il fallait persévérer.

Rouvrant les yeux, même s'il n'en aurait pas vraiment eu besoin, pour aider à se concentrer, il passa de nouveau ses doigts sur le livre qu'il tenait entre ses mains. Beaucoup auraient trouvé sa situation contraignante, mais ce n'était pas une question de handicap, pour lui. Il y était habitué. Lorsqu'on lui demandait si cela ne lui manquait pas, il se contentait de sourire. S'il aurait préféré voir? Evidemment, on en faisait des tels romans, de la vue, qu'il s'imaginerait presque monts et merveilles. Mais lui manquer? Il ne l'avait jamais connu, comment le pourrait-il? Les notions de couleur lui étaient étrangères, il ne connaissait que les formes, les sons, les sensations. Et de son, il en entendait un. D'abord faible, il reconnu la voix d'un des djinns, se heurtant à une autre voix qu'il n'entendit pas. Puis la porte s'ouvrit de nouveau. L'oracle n'avait pas souvenir de quelqu'un devant être présent ce soir, aussi, il fronça les sourcils, alors qu'il entendait des pas venir vers lui. Se levant vivement, attrapant sa canne pour éviter de malencontreusement heurter quelque chose lors de ses gestes, il se tourna vers la source du mouvement.

" Qui est là?"

S'il pouvait aisément reconnaître la démarche du maire, féline mais affirmée, les autes se mélangeaient, un peu trop similaires. Il aurait parié sur une femme, mais l'organisation n'en comptait pas qu'une seule, il était donc difficile de statuer sur l'identité de celle qui venait de franchir la porte. Méfiant, Keenan se raidissait, attendant que la personne face à lui réponde. Si les djinns l'avaient laissée passer, c'était qu'elle en faisait partie, mais l'homme n'avait jamais été très doué, pour la confiance.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who will tell the story of your life?
Keenan & Hecate

Courir, évacuer, oublier, chercher et recommencer. Je ne dois pas m’arrêter une seule seconde pour penser, sinon je vais devenir folle. Comment ai-je pu être aussi imprudente ? Que vais-je faire ? Enfin la question à se poser serait plutôt, qu’allons-nous faire ? Puisque je ne suis plus toute seule dans cette histoire. Comment il va réagir Keenan ? Je n’en sais rien et toutes ces pensées me perdent ! Mon esprit ne s’arrête plus de penser, cherchant une explication au problème. Sauf qu’il n’y en a pas, malheureusement … Je suis enceinte et je ne sais pas comment je vais gérer. Parce qu’il faut bien l’avouer, je ne me vois pas être mère !

Je m’arrête deux minutes pour reprendre mon souffle. Mes muscles hurlent de douleur, mais je ne les écoute pas. Surtout pas aujourd’hui. La douleur me permet de ne pas penser, ce qui me convient parfaitement. Je retire mes écouteurs et commence à m’étirer. Mais mon esprit vagabonde de nouveau et je me demande comment je vais devoir gérer la chose. Je ne veux pas être mère, mais jamais je ne pourrais tuer cet enfant. Quant au père, je ne suis même pas certaine qu’il se voit avoir des enfants à l’heure actuelle. Ce que je peux comprendre entièrement. La chasse étant toute ma vie, je ne peux pas m’imaginer arrêter de me battre pendant un moment, même si c’est un temps de trois mois. Ma main se pose sur mon ventre alors que je me mets à penser très rapidement. Il faut que je prévienne Keenan. Même si la nuit qu’on a passé date de trois semaines environ, et qu’il n’y a rien eu depuis, je ne peux pas le laisser de côté. Il mérite d’être au courant et ce, dès ce soir.
Je rentre rapidement chez moi pour me changer et prendre une douche. J’essaye d’imaginer la réaction de l’oracle, mais j’avoue que je n’y arrive pas. Après tout, je pense qu’aucun de nous deux s’imaginait devenir parent dans neuf mois. Neuf moi, mais c’est court ! On est tous les deux concentrés sur notre mission et non sur une vie de famille quelconque. Personnellement, ma solitude me convient entièrement et je n’ai pas envie de changer cela maintenant. Je me gifle mentalement. Ce n’est pas la peine de m’imaginer mille et un scénarios, de toute façon, aucun ne sera le bon. Une fois prête et habillée, il ne me reste plus qu’à attraper ma veste pour sortir. Direction le quartier des Dux Tenebris.

Sur le chemin, je me mets à stresser chose qui est plutôt rare. J’ai presque envie de faire demi-tour à de nombreuses reprises mais je me retiens. Il faut qu’on trouve une solution et quoi de mieux que deux cerveaux pour réfléchir à un seul problème. Enfin à un seul gros problème car un futur enfant, ce n’est pas un sujet banal comme celui de savoir s’il faut prendre de la sauce soja ou épicée pour accompagner le poulet ! J’entre dans le bâtiment et je me demande où il peut bien se trouver. Je suis presque certaine qu’il est dans une des salles, au calme, avec un de ses livres dans les mains. J’arrive et trouve deux djinns devant la porte. L’un me dit qu’il ne faut pas déranger l’oracle. Est-ce une blague ? Je dérange qui je veux, quand je veux. Surtout lorsqu’il s’agit de traiter d’un sujet important.
-On est partenaire de missions, alors tu vas te pousser bien gentiment et me laisser passer. Ou je vais devoir me répéter, mais je ne le dirais pas aussi gentiment mon petit.
Est-ce le ton de ma voix ou autre chose qui le fait se pousser ? Je n’en sais rien et à dire vrai, je ne cherche pas à comprendre. Je pousse directement la porte et la referme derrière moi. Je le vois se lever et attraper sa canne. Tu devrais plus rester assis, vu ce que j’ai à t’annoncer Keenan.
-C’est Hecate, petit Potter.
Pourquoi l’appeler par le nom de ce petit sorcier dans les livres ? Parce qu’il me faisait penser à lui. Sa coupe, ses lunettes lorsqu’il les mettait pour décorer, et le fait qu’il soit un oracle. Ce dernier détail me faisait toujours penser à une sorte de magie, donc dès que j’avais vu Keenan pour la première fois, j’avais de suite pensé au sorcier à lunettes. Je m’avance vers lui et pose ma main sur son épaule, pour le réinviter à se rasseoir.
-Je pense qu’il faut mieux que tu reprennes ta place, je n’ai pas envie de te ramasser après que je t’aurai parlé.
Je tire la chaise à côté de la sienne et observe la table. Bien sûr qu’il est encore avec un livre dans les mains ; j’aurai parié, j’aurai gagné. J’inspire profondément et pose mes mains sur la table. Ce n’est pas le moment de reculer, plus maintenant. Et puis, on va éviter de lui demander comment il va, car sinon, je ne vais jamais réussir à parler. Autant aller droit au but, comme lorsqu’on fait une mission.
-Je ne suis pas venue pour parler mission. Sinon crois-moi, j’aurai attendu demain, surtout que je savais que j’allais voir ta tête. Non je suis là pour affaire personnelle, mais qui te concerne également. Mets tes neurones en route et souviens-toi. Il y a trois semaines, on a fait une connerie … sauf que maintenant, il y a un petit mais vraiment très petit problème dans nos actions … Un problème qui dépose ses valises dans neuf petits mois …
Je ne peux pas me résoudre à prononcer le mot. Mais je suis certaine qu’il comprendra parfaitement de quoi je parle. Maintenant, il ne me reste plus qu’à voir comment il va réagir …

Revenir en haut Aller en bas
Invité


❝Who will tell the story of your life?❞
Keenan & Hecate
Keenan appréciait venir dans le quartier général lorsque personne ne s'y trouvait. C'était, globalement, la même chose que chez lui, mais il avait toujours été très organisé, prônant l'ordre. Lorsqu'il se trouvait dans sa villa, il n'avait pas, pour lui, à s'occuper de l'Organisation. Il corrigeait ses copies, il lisait, beaucoup. Mais rien qui n'avait de rapport avec son poste de conseiller. Non, ça il le réservait pour les moments où il était ici. Parce que c'était beaucoup mieux, parce que compartimenter sa vie ainsi, c'était ce qui la rendait moins folle, qui rendait sa vie moins sans dessus-dessous. Tout rentrait dans les cases qu'il imposait, parce que c'était ainsi qu'il avait appris à survivre à la mort de son frère et à son divorce. Ne pas tout voir comme un ensemble inextricable mais comme des boîtes. Son esprit était une pile de boîtes, de bonnes et de mauvaises choses, d'actions et de pensées, de réflexion et de lassitude. Sans doute était-ce pour cela qu'il était bien plus posé, calme et réfléchi que la plupart des membres de l'organisation, qui pensaient pouvoir tout régler en fonçant droit dans les murs. C'était ainsi qu'ils avançaient, en coopérant, prenant les bons côtés de chacun. Utopique, sans doute que cela l'était, mais ils arrivaient, peu à peu , à se rendre efficaces ainsi. Keenan vivait pour son travail, pour les deux emplois qu'il avait, l'officiel et l'officieux. Il n'avait pas vraiment de vie privée, se contentait de calmer ses pulsions humaines par des histoires sans lendemain, l'amour lui ayant tourné le dos lorsque son frère fut assassiné. Mais il n'en vivait pas moins malheureux. Il s'était noyé dans les buts qu'il se fixait, ne voyait pas sa vie en dehors de ça. Le fait m^me de trouverl e grimoire le préoccupait. Il savait qu'il n'était pas comme les livres de magie dans les dessins animés, que rien ne se règlerait en mettant la main dessus seulement, mais il ne pouvait s'empêcher de se demander de quelle sorte il gérerait son envie de vengeances'il n'avait plus rien et personne sur qui se venger. Il sombrerait peut-être, ou peut-être pas. Dans l'alcool, le sexe à outrance, la drogue, même si la poussière de fée ne lui était pas totalement inconnue. Il ne se voyait aucune évolution, aucun avenir en dehors de son travail. C'était ce qui avait causé la perte de son couple, la question à cent mille euros, la dispute incurable, je veux des enfants, t'en veux pas. Non il n'en voulait pas, pas dans ce monde, pas alors qu'il ne pouvait détacher ses yeux de son but.

Ses pensées s'effilochèrent lorsque la porte s'ouvrit, puis se referma. Il se leva rapidement, préférant se montrer suspicieux. Sa cécité avait toujours laissé penser qu'il était incapable de se défendre par lui-même, mais ça n'avait jamais été le cas. Il avait toujours su se battre, clamer que son handicap n'en était pas un et qu'il était bien plus fort que ce qu'il laissait penser. Keenan avait cette fierté qui ne le faisait plier devant rien ni personne. Son frère lui disait toujours que ça causerait sa perte, un jour ou l'autre, plus proche qu'il ne le croyait. Le fait est qu'il était mort avant que sa prophétie ne se réalise. Il attend patiemment que la personne se nomme, qu'elle décline son identité. Lorsqu'il comprit qu'il s'agissait d'Hecate, il se détendit. Ils ne s'étaient pas vraiment parlé depuis ce qu'il s'était passé entre eux, mais Keenan n'était pas réellement du genre à se sentir mal pour quelque chose qu'il voulait faire à ce moment-là, et qu'il referait s'il devait y revenir. Enfin, c'était ce qu'il pensait maintenant, alors qu'elle n'avait pas commencé à parler. Il grimaça à l'entente du surnom. " Je veux bien admettre que je n'ai jamais vu mon physique, mais il est fort probable que je ne ressemble pas à un adolescent aux lunettes rondes. " Enfin, il espérait. Le toucher, cela dit, donnait une idée assez précise de ce qu'il pouvait ou ne pouvait pas être.

Ses sourcils se froncèrent à l'entente de la voix de la jeune femme. Elle n'avait pas l'air d'être totalement bien et le fait même qu'elle veuille qu'il s'asseoit ne présageait rien de bon. Il aurait pu, par fierté, décider de rester debout, mais quelque chose lui disait que ce serait une mauvaise idée. Une très mauvaise idée. Et Keenan a eu l'oeil. Plus elle parlait, plus il devait blanchir à vue d'oeil. Il mit quelques secondes à pleinement réaliser ce qu'elle était en train de dire, et fut, pendant quelques temps, sans doute même une minute, incapable de sortir le moindre son. Elle était enceinte. Lui qui avait toujours refusé ne serait-ce que la possibilité d'avoir un jour un enfant, pas dans ce monde, alors que tout commençait à partir dans tous les sens, que le monde était plus dangereux qu'il ne l'avait jamais été, et qu'il n'était absolument pas fait pour être père. Enceinte. A l'intérieur de son esprit, il sentait comme une explosion, toutes les boîtes qui se déversaient en même temps, le remplissant d'un chaos monstrueux alors même qu'il restait d'un calme olympien. Puis une porte de sortie. Une infime porte de sortie. Tu es sûre qu'il est de moi? C'était mal sorti. ça laissait penser qu'il la prenait pour quelqu'un qu'elle n'était pas, mais ce n'était pas ce qu'il voulait dire, il ne jugeait personne, lui même n'était pas réellement du genre sage comme une image lorsqu'il le voulait. Mais il ne pouvait s'empêcher d'espérer. Qu'il y en ait un autre, juste un, capable de lui enlever ce poids des épaules. Il desserra brièvement les dents, restant tout de même interdit. " Qu'est ce que tu comptes faire?" Parce que Keenan ne réalisait pas ue c'était aussi son problème, si cet enfant était le sien, qu'il ne voulait pas se résoudre à le penser comme sien. Il était plus que probable qu'elle veuille avorter, et le fait de se dire que c'était son enfant ... ça ne rendrait les choses que plus compliquées.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who will tell the story of your life?
Keenan & Hecate

Il faut que je lui dise, le temps presse en quelque sorte. Ça fait trois semaines qu’on a fait cette erreur, et maintenant, l’addition est arrivée. Enfin elle n’est pas réellement arrivée, mais d’ici un peu moins de neuf mois, elle déposera ses bagages sur nos épaules. Et je ne suis pas la seule concernée dans cette histoire. Puisque bon, après tout, je ne me suis pas mise enceinte toute seule. Dans cette histoire, on est deux et Keenan est mon partenaire. Décidemment, il est mon partenaire dans de nombreuses situations. Tout en est qu’il faut que je lui annonce la nouvelle, afin qu’on sache quoi faire. Il est hors de question que je prenne une décision seule. Je ne porte pas seulement mon enfant, c’est également le sien. Et je pense qu’en tant que père du monstre qui pousse dans mon ventre, il mérite de savoir et de m’aider à prendre la meilleure décision pour nous deux. Enfin pour nous trois, ça serait plus juste.

Sur le chemin, dire que j’angoisse serait un doux euphémisme. Je suis littéralement stressée et comme je ne le suis jamais, c’est une chose très difficile à gérer. J’ai juste envie de m’enfuir en courant, alors que je me retrouve devant la porte où il se trouve. Après une légère menace envers le djinn, j’ai enfin la chance d’obtenir le droit d’entrer. Finalement, j’aurai préféré ne pas l’avoir … Je prends pourtant mon courage à deux mains et pousse la porte. Je vois petit Potter se levait directement à mon entrée. Je le rassure en quelque sorte, bien que ça ne soit qu’un moyen de me présenter. Je le vois grimacer lorsque je l’appelle par son surnom mais ça me fait sourire. Si tu penses réellement que je vais changer ça Keenan, tu te trompes royalement. Sa réponse me donne envie de rire mais la situation est trop sérieuse et importante pour que je le fasse. Pourtant, je me surprends moi-même à lui répondre.
-Tu n’as pas vu ton physique, alors tu ne peux rien dire, petit Potter. Tu es un adolescent à lunettes rondes, je l’ai décidé parce que moi, je vois ta tête jour après jour.
Une fois chose dite, je m’avance vers lui pour poser une main sur son épaule, lui demandant ainsi de se rasseoir. Vu ce que j’ai à lui annoncer, je n’ai pas spécialement envie qu’il tombe en faisant un malaise. Tout ce que je risque de lui dire va surement être un choc, tout comme ça l’a été pour moi. Alors il vaut mieux qu’il soit assis, ça m’évitera de le ramasser. Une fois prête, bien que je ne le sois pas totalement, je me lance. Mais je n’arrive pas à me résoudre à prononcer le mot fatidique. Cela serait trop … réel. Une fois mon petit texte terminé, je remarque qu’il n’a toujours pas répondu. Je tourne la tête vers lui et vois qu’il est assez pâle. Il ne va pas me tomber dans les bras quand-même ? J’aurai bien lancé quelque chose pour le charrier, mais je n’y arrive pas.

Je ne le quitte pas des yeux, attendant une réaction, une parole. Et sa voix rompt le silence au moment où je m’apprête à lui demander s’il est toujours avec moi. Je le regarde avec des yeux ronds, surprise et énervée parce qu’il vient de dire. Il est sérieux ?! Non mais pour qui il me prend maintenant ? Je tâche de ne pas m’énerver, bien que j’en aie envie, me doutant que ça n’arrangerait pas la situation.
-Oui il est de toi. Je sais encore dans quel lit je passe et le dernier en vue est le tien, petit Potter.
S’il faut te rappeler la situation et remettre les points sur les « i » je peux le faire. Mais maintenant que les choses sont posées sur la table, il faut que je sache ce que tu en penses. Parce qu’on est dans le même bateau qui vogue en direction des ténèbres. Un enfant est en jeu ... Je me demande bien ce que je vais faire maintenant qu’il est au courant. Je ferme brièvement les yeux et frotte mes tempes pour me calmer. Cette histoire est un vrai cauchemar tout comme cette nuit était … Non ce n’était pas une erreur à proprement dit, mais ça n’en était pas loin. Je laisse quelques minutes s’écoulaient et il brise de nouveau le silence en me demandant ce que je compte faire. Comme si j’avais déjà une idée ! Je me tourne vers lui et le fusille du regard, bien qu’il ne puisse pas le voir.
-Ce que je compte faire ? Je vais m’ouvrir le ventre, ouvrir le tiens et te mettre le gamin dedans. Comme ça, c’est toi qui deviendras la baleine plus qu’énorme, et moi, je continuerai mes chasses tranquillement. Non mais tu veux que je fasse quoi, petit Potter ? Je ne veux pas de mioche à charge moi !
Voilà qui est dit aussi. Je ne veux pas d’enfant, autant que tu le saches dès maintenant, Keenan. Mais c’est vrai que la question est légitime. Je soupire pour me calmer, avant de poser ma main sur son bras. Les gestes affectifs ne sont pas ma tasse de thé, mais pour une fois, autant faire un effort. Surtout que je venais de mal lui parler, alors qu’il n’y était pour rien.
-Désolée, je n’aurais pas dû te parler sur ce ton. Mais je ne sais pas ce que je vais faire … enfin ce que nous allons faire. Parce que tu es autant enfoncé que moi dans cette histoire, petit Potter. Mais il faut trouver une solution à ce petit problème, rapidement.  Surtout qu’il ne doit pas y en avoir trente-six des solutions ! Alors toi qui est toujours peace and love, zen, deux de tension et tout ce que tu veux qui s'approche de ces mots, trouves-moi un plan rapidement. Parce qu’on n’a pas beaucoup de temps devant nous … Neuf mois, c’est très court.
Il faut que tu m’aides à trouver, Keenan. Parce que là, je suis complètement perdue et je déteste cette sensation. J’aime rester maître de mes émotions et cette situation me fait perdre tous mes moyens. Alors mets tes neurones en route petit Potter, et trouves-moi une solution.

Hrp: Désolée, c'est pas top. J'espère que ça t'ira quand même!

Revenir en haut Aller en bas
Invité


❝Who will tell the story of your life?❞
Keenan & Hecate
L'oracle était penché sur ses textes, remarquant à peine, en premier lieu, la femme qui venait d'arriver. Elle n'était pourtant pas réellement silencieuse, affirmait sa présence directement, faisant savoir qu'elle était là. C'était quelque chose, sans l'avouer qu'il aimait chez elle, cette assurance qu'elle avait, qu'elle s'en rende compte ou pas. S'il ne pouvait pas voir, il avait quand même une bonne connaissance des auras, faute de trouver meilleur terme, de ceux qui l'entouraient. Sans doute plus que quiconque, n'étant pas altéré par sa vision. Sans doute était-ce ça, qui l'avait attiré en premier lieu. Ce n'était certainement pas les fois où elle ouvrait la bouche. S'il admettait sa valeur en tant que chasseuse et membre des Dux Tenebris, il pouvait dire qu'ils arrivaient rarement à se supporter, sans doute dû au fait de leurs méthodes à l'opposé l'une de l'autre. Mais ce qu'elle faisait ressortir d'elle-même … Sans le savoir, certainement. Il finit toutefois par se lever, même si cette posture ne tarda pas longtemps.

Le fait qu'elle ne puisse pas attendre ne serait-ce que cinq minutes avant de lui lancer sa première pique le fit sourire. C'était en quelques sortes un jeu entre eux, même si parfois Keenan admettait volontiers qu'il le prenait peut-être un peu trop à cœur. Et elle était sans doute la seule personne capable de le mettre vraiment dans un état de colère, alors qu'il était globalement quelqu'un d'assez calme. Pourtant, il ne détestait pas être en sa présence, peut être dû au fait qu'il ne trouvait pas d'intérêt à beaucoup de personnes, et lorsqu'il le faisait, il aimait assez les garder assez proches, qu'ils s'entendent ou pas. Il ne cherchait pas beaucoup, à vrai dire. S'il était bien du genre à réfléchir sur tout et n'importe quoi, il y avait bien des choses qu'il laissait au hasard, rien que pour voir ce qu'elles allaient donner. Attribuez ça à l'historien, au chercheur caché derrière le professeur. Il ne savait pas trop. Peut-être au gamin qu'il avait autrefois été. Celui qui avait plus de joie de vivre et d'innocence qu'actuellement, qui ne connaissait pas la douleur de la perte, et qui préférait parier sur le bonheur que sur la vengeance. L'oracle se mit à rire volontiers, sortant de ses pensées qui le ramenaient bien trop loin dans le passé, un passé qui était de toute manière bien trop lointain. Mais n'était-ce pas également une déformation professionnelle ? «  Je refuse de te croire, j'ai encore trop d'amour propre pour oser m'imaginer ainsi. Mais si tu le dis … Je devrais peut-être laisser tomber les lunettes. » Bien entendu, il ne le ferait jamais, seul vestige du lien qui l'unissait auparavant avec son frère, lien qui s'était déterioré dès l'apprentissage de la magie commencé, puis évaporé à sa mort. Mais pour Keenan, malgré ses erreurs, son frère serait toujours son frère. C'était ainsi, c'était comme ça. La famille, il n'y avait rien d'autre d'aussi important, pas vrai ? Le jeune homme se rassit à la demande de la jeune femme, son annonce lui donnant sans doute l'air plus pâle qu'il ne l'était en règle générale. Le temps sembla s'arrêter quelques peu, avant qu'il ne réalise ce qu'il venait d'entendre. Un enfant. Non, il refusait de l'appeler ainsi, pas encore. Un fœtus. Il avait implanté un fœtus à l'intérieur d'Hecate. En premier lieu, les mots lui manquèrent.

Puis cette phrase, qu'il savait ne pas avoir à prononcer, parce qu'elle pouvait bien paraître offensante. Mais pour lui, ça n'avait rien d'un jugement. Juste une envie de pouvoir échapper à cette réflexion, à cette idée qui commençait à s'implanter doucement dans son esprit, et qui l'effrayait plus que n'importe quel Inhumain contre lequel il avait à se battre avec l'organisation. Non, pour lui, c'était bien pire, c'était ce qu'il avait toujours fui, tout ce qu'il n'avait jamais voulu, une grande partie de la cause de son divorce et du fait qu'il ne restait que peu de temps dans le lit d'une même femme. Fonder sa propre famille alors qu'il n'avait pu protéger celle qu'on lui avait donné par défaut ? Il avait toujours refusé de s'y plier. «  Désolé, c'était déplacé. Je … Oh boy. » Non, ce n'était pas la phrase la plus intelligente qu'il ait jamais sorti, on était bien tous d'accord sur ce point. Mais le fait même que son cerveau se remette doucement en marche était presque l'effet d'un miracle. Neuf mois. Dans neuf mois, s'ils ne faisaient rien, ils risquaient d'avoir pire à affronter : la vie. Et ça, l'oracle ne l'avait absolument pas vu venir. Même s'il l'avait vu, de toute manière, il aurait trouvé le moyen de ne pas le croire, vu tout ce que la situation impliquait d'absurde. Il n'avait pas l'étoffe d'un père, loin de là. «  Parce que tu crois que j'en veux un ? C'était pas vraiment sur ma Christmas List, aux dernières nouvelles ! » S'il avait haussé le ton, il finit par soupirer, bien conscient qu'il n'en avait pas après elle, mais après la situation générale. L'angoisse commençait à le prendre aux tripes face à tout ce qui s'annonçait, et ça ne lui disait rien de bon. Il se rappela soudain la raison pour laquelle il avait toujours refusé à Sally des enfants. Bray, tout simplement. Ce monde de magie, de monstres, où personne n'était sauf. Etait-ce vraiment une vie pour un enfant ? Rien que la pensée de ce mot lui donna envie de vomir. Il se donna cependant quelques secondes pour remettre ses pensées en place et faire revenir son esprit pratique, dénué de toute émotion. «  Est-ce que tu as songé à avorter ? Je ne te forcerais pas la main si c'est hors de question mais … J'ai besoin de savoir si tu l'envisages comme une possibilité. » Bien entendu, pour lui, ce serait un soulagement si elle le faisait. Après tout, il n'aurait plus vraiment de problèmes et ils pourraient retourner à leur vie … Mais était-ce vraiment le cas ? Avec le recul ne se détesterait-il pas de n'avoir osé qu'en évoquer la possibilité ? Le jeune homme se mordit la lèvre. «  J'ai jamais voulu d'enfant. Je … J'ai toujours préféré me concentrer sur mon travail plutôt que sur cette idée. Et dans le monde dans lequel on vit, ça me paraissait la meilleure chose à faire. » Keenan ne savait pas vraiment pourquoi il lui disait ça. Pour se justifier ? Sans doute.

© Pando


Désolé c'est vraiment pas top mais je me rattraperais au prochain promis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Who will tell the story of your life?
Keenan & Hecate

Plus le temps s’écoule, plus les minutes passent, et plus je sais que je dois lui dire la vérité, enfin plutôt, je dois lui faire part de la découverte. Sauf que lorsque j’arrive au quartier général des Dux Tenebris, je me demande comment il va réagir. Se voit-il avoir un enfant dans ce monde, dans cette ville ? Je n’en sais rien mais en tout cas, je peux assurer que ce n’est pas mon avis. Je ne me vois pas avoir un bébé, surtout qu’il faudrait que j’arrête mes chasses et ça, c’est bien hors de question. Et surtout, il ne faut pas oublier que nous ne sommes rien l’un pour l’autre, hormis deux partenaires de chasses. Nous avions bien été amants un soir, la preuve en était dans mon ventre, mais rien de plus.
Après tout, qu’est-ce qui pourrait bien y avoir entre nous deux ? Il était mon total opposé sur tous les points alors comment imaginer quelque chose pour un futur. Keenan est d’une nature calme et réfléchi alors que je suis plus du genre à foncer droit dans le mur, sans me poser des questions. On était bien trop différent ! Je n’imaginai même pas si on devait élever un enfant ensemble. Le pauvre, il aurait deux éducations complètement différentes ! Enfin là n’est pas le problème pour le moment, alors que je me retrouve dans la salle où l’oracle se trouve.

Son surnom ne lui plait toujours pas. Pourtant, il faudrait qu’il s’y fasse, car je ne compte pas m’arrêter. J’ai décidé de le surnommer ainsi, alors je continuerai. Je ne vois d’ailleurs pas pourquoi il ne serait pas d’accord avec ça, puisque c’est moi, jour après jour, qui doit voir sa tête. Et il a vraiment des airs à ce gamin je trouve. J’hausse les épaules face à sa réponse, bien qu’il ne puisse pas le voir. Avec ou sans, ça ne changera rien.
-Tu peux les enlever ou pas, tu garderas ce surnom. Parce que tu ressembles à ce gamin dans les livres, petit Potter.
Mais trève de plaisanteries, le sujet doit être abordé. C’est pourquoi je lui demande de s’asseoir et commence rapidement ce que je dois lui dire, sans jamais mettre réellement un nom sur le problème. Le dire à haute voix rendrait les choses plus vraies, et peut-être qu’au fond, je ne suis pas encore prête à l’accepter.
Il dit la phrase de trop et je me sens obligée de lui rappeler la situation. Je sais encore avec qui je passe une nuit et que c’est avec lui que j’ai passé la dernière. Oui c’était déplacé comme phrase et pas qu’un peu ! Mais je ne peux rien dire, ni lui signaler que je ne lui en veux pas d’avoir dit ça. Cette situation commence à me rendre folle et il était vraiment temps que j’en parle à Keenan. Maintenant, que tout était dit, je ne sais plus trop quoi faire. Alors lorsqu’il me demande ce que je compte faire, je ne peux me résoudre à être amère et ironique. Cette situation me stresse énormément ! Je me retiens de lui en coller une face à sa réponse mais j’hausse également le ton.
-Ce n’était pas sur ma liste de noël ou même de pâques ou autres listes débiles, non plus d’accord ?! Tu es autant fautif que moi dans cette histoire, alors arrête de gueuler !
Je le vois soupirer et je m’en veux d’avoir hurlé moi aussi. Cette histoire d’enfant ne réussit à aucun de nous deux visiblement … Je m’excuse de mon comportement et attends patiemment pour savoir s’il a une solution au problème. Parce que personnellement, j’ai beau chercher, je n’en vois aucune. Il aborde le sujet de l’avortement et je ne sais pas quoi répondre. C’est vrai qu’il y aurait cette solution.

Mais est-ce que ça en est réellement une ? Je sais bien qu’aucun de nous deux désire un enfant apparemment, mais tuer un embryon en serais-je réellement capable ? Je sors de mes réflexions lorsqu’il reprend la parole. J’acquisse, comprenant parfaitement sa situation, puisque la mienne lui ressemble étrangement. Mais je me rends compte que je n’ai toujours pas répondu à sa question pour l’avortement. En même temps, je ne sais pas quoi répondre, car ça serait tué un innocent …
-Je ne veux pas d’enfants non plus, pas dans ce monde en tout cas, pas dans cette vie non plus. Le travail, la chasse du moins, c’est tout pour moi, tout comme ton travail l’est pour toi. Puis bon, soyons sérieux, qui sommes-nous l’un pour l’autre ? On ne pourra jamais rien offrir de bien à ce gamin …
J’ai l’impression d’être un robot qui répète uniquement ses pensées. En même temps, c’est un peu ce que je suis actuellement. Je sais ce que je suis et ce que je veux être. Et avoir un enfant ne rentre pas dans les critères de mon avenir. Et pourtant, je ne me vois pas tuer un pauvre embryon qui est arrivé uniquement par notre faute …
-Et je crois qu’avorter me fait peur … Tout comme tuer un fœtus qui n’a rien demandé et qui a été créé uniquement par notre faute, notre connerie.

Hrp: désolée, c'est encore pire qu'avant ... Pardon vraiment .. Hésites pas à me dire ce que tu veux que je change si jamais par mp ! Désolée!

Revenir en haut Aller en bas
Invité


❝Who will tell the story of your life?❞
Keenan & Hecate
Hecate était sans doute l'une des seules personnes de l'organisation avec qui Keenan ne détestait pas s'entretenir. C'était certes loin d'être l'amour fou entre les deux, peu importe ce qu'il s'était passé entre eux, mais même s'il ne l'avouerait pas sous la torture, leurs joutes verbales étaient, à ses yeux, assez sympathiques. Elle n'était pas vraiment comme les autres chasseurs. Peut-être aussi violente, peut-être aussi peu encline à la stratégie et beaucoup plus à l'attaque sans poser de questions, mais elle était différente, d'une manière qu'il n'aurait su l'expliquer. C'était d'ailleurs quelque chose qu'il admirait, quelque part, sa force. Il se doutait que comme lui, elle avait des raisons d'être ici, dans cette organisation. Que même si elle ne parlait pas beaucoup de son passé, il n'était pas étranger au fait qu'elle se retrouve en binôme avec lui, qu'elle soit ce qu'elle était au lieu de vivre sa vie sans se préoccuper des créatures qui l'entouraient. C'était assez rare, ces gens se lançant dans cette mission tout simplement parce qu'ils n'avaient aucun autre but. Même pour les chasseurs issus de longue génération, il y avait des raisons, et Hecate en avait sûrement tout autant que n'importe qui d'autre. L'oracle n'était pourtant pas du genre à chercher des excuses aux chasseurs, à l'instar des Inhumains. Il les savait essentiels à leurs buts mais pourtant ne validait pas la moitié de leurs méthodes. Tout comme il ne validait pas les méthodes de Sanael, quand bien même ses meurtres visaient des Inhumains. Trop violent, le plaisir de tuer transparaissait dans les images qu'il avait demandé de connaître. Pour lui, rien ne valait une mort rapide et efficace. Une exposition en place publique ? Inutile et dangereuse.

Mais ils n'étaient pas là pour aborder ce sujet, si la jeune femme n'avait encore rien dit, il pouvait s'en douter. On venait rarement le déranger dans ces moments là, spécialement si tard alors qu'il avait le nez plongé dans ses livres. Pour le moment, ce n'était que de la petite discussion, mais ça ne resterait sans doute pas longtemps comme cela. Et il n'avait pas la moindre idée d'où cela pourrait mener, avec le départ en Sibérie, Hecate et lui n'avaient plus eu de missions ensemble depuis un bon moment. " Puisqu'il n'y a apparemment aucun moyen de te faire changer d'avis, je ne vois pas l'intérêt d'insister. Je me contenterais de ne pas répondre à cette appellation, je pense que c'est le mieux ! " L'oracle sourit distraitement. Il aurait pu tenter de trouver un surnom qui agace autant la jeune femme que lui celui ci, petite vengeance, en somme, mais il n'était pas vraiment doué pour ce genre de choses. Sans doute n'était-il pas doué pour les relations sociales en général, d'ailleurs. A se demander comment il avait pu rester marié si longtemps.

Mais le sujet que la jeune femme semble avoir du mal à aborder est désormais sur le tapis, et Keenan a beaucoup de mal à digérer l'information. Etre parent, ça a toujours été abstrait pour lui. Non pas qu'il n'ait pas eu de bons modèles, loin de là, mais disons qu'il ne s'était jamais imaginé faire voir le jour à sa propre descendance, pas alors qu'il n'était rien d'autre qu'une image de haine. Pas vraiment le genre de messages bons pour l'éducation, à ce qu'il paraîtrait. La seule réaction qui lui vint, forcément, fut de se mettre en colère. Parce que c'était sa manière de gérer tout ce qui lui tombait sur la gueule depuis des années. Il pouvait rester calme dans énormément d'occasion, diplomate. Mais lorsque ça le touchait réellement ? Il devenait fou. Et la nouvelle lui fit un tel choc qu'il ne fut pas certain de pouvoir s'en remettre immédiatement. Pourtant, il se força à serrer les dents face à Hecate, pour ne pas qu'ils se mettent à se taper dessus sans avoir défini la façon d'agir. " J'arrête de crier mais lève pas la voix. C'est dur pour toi, alors imagine se recevoir cette information sans que tu t'y attendes pour voir. " Mais le brun se rendit vite à l'évidence que remettre la faute l'un sur l'autre ne servirait à rien. S'ils voulaient pouvoir affronter ce qui venait, il fallait qu'ils se serrent un peu les coudes, ou la situation risquerait de devenir encore plus désastreuse qu'elle ne l'était actuellement.

La grossesse fut abordée avec plus de calme, dans les moments qui suivirent. Keenan paniquait toujours intérieurement mais avait désormais assez de self control pour ne pas le montrer. Il ne pouvait décemment pas se taper la tête contre un mur en attendant que le cauchemar cesse - parce que oui, pour lui, il s'agissait d'un cauchemar. Il n'avait jamais voulu faire d'enfants à son ex femme, alors à une femme avec qui il n'avit couché qu'une fois ... Certes elle était attirante, il ne détestait pas la voir et lui parler, mais on ne pouvait pas parler d'amour dans cette situation. Quel foyer pour un enfant pourraient-ils tous les deux offrir ? " Huit mois et demi, c'est court. Pas assez pour pouvoir mettre cet enfant, du moins ce futur enfant à l'abri. On peine déjà à rester en vie, et on a fait la connerie de rajouter un problème à l'équation ? Je ne sais pas quoi te dire Hecate, pas du tout ... J'aimerais avoir la solution, mais on a pas des tonnes d'options là... " Malgré le désespoir de ses parents, Keenan avait depuis longtemps accepté le fait qu'il n'aurait jamais d'enfants. Il n'en voulait pas. L'adoption ? Pourquoi pas. Mais pas d'enfants qui lui appartiendraient. Non. Une nouvelle âme damnée à devoir parcourir ce monde qui n'offrait que malheur ... Ce n'était pas envisageable. Et pourtant. " Je vois ... " Toutes ses pensée s'embrouillaient, il voulait lui dire qu'il fallait qu'elle avorte, qu'il ne lui laissait pas le choix, mais finalement, ce serait agir en parfait connard, et même lui n'était pas encore à cette limite. Au bout du compte, c'était son choix, et il le respecterait.

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Who will tell the story of your life? (Keenan&Hecate)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [27/08/2014] Kit de niveau Toy Story
» [MULTI] The Tiny Band Story
» Nolife Story
» City Life sur Macbook ?
» [Story] Into the darkness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-