Qui va à la chasse, perd sa proie ! #castiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Qui va à la chasse,
perd sa proie !

Lorsque les premiers rayons du soleil filtrent dans la chambre, William décide de se lever. Il est agacé de ne pas pouvoir trouver le sommeil. Sa nuit se résume à un cumul de quarts d'heure de sieste, et à de longues heures à fixer le plafond.
Malgré ses efforts vains, il n'a pas réussi à tourner ses pensées en mode off. Pourtant, aucune ne valait vraiment la peine que sa nuit soit si peu reposante. Ses interrogations nocturnes se résument au studio de danse et à son avenir à Bray. Puis surtout, à Hazel. Son petit bout de femme, qu'il trouve encore trop maigre. Ne vous détrompez pas, elle est la plus magnifique de toutes les femmes. Toutefois avec ses antécédents d'alcoolisme et d'anorexie, son poids a du mal à revenir à la normale - pour une danseuse de ballet. Elle a beau aller mieux, William continue de faire attention à ce qu'elle mange suffisamment.
Il y a aussi le fait que Hazel ne veut pas arrêter la pilule... Il ne cache pas son envie d'avoir un bébé avec la femme de sa vie. Mais il n'arrive pas à comprendre pourquoi elle, elle ne semble pas partager ce souhait. Au fond, c'est peut être ca qui le tracasse, plus qu'il ne voudrait bien l'admettre ?

S'extirpant du lit en douceur, William prend garde à ne pas réveiller Hazel. Tout en s'étirant, il se rend dans la cuisine pour petit déjeuner. Un bon café noir, plusieurs tranches grillées tartinées de Nutella, beurre et confiture, un kiwi, et un jus d'orange. Tout ce qu'il faut pour mettre un champion en forme !
Il se décide à aller courir. Cela lui semble une bien meilleure idée que de tourner en rond, jusqu'à ce que son cours de danse commence. Cependant, il va prendre garde à rentrer avant sept heure trente, c'est à dire dans une heure trente. Il n'a pas envie que Hazel se réveille dans un appartement vide.
Un bâillement lui échappe tandis qu'il retourne en silence dans la chambre, enfiler sa tenue de running - collant et tee-shirt. Avant de partir, son regard s'attarde sur Hazel qui semble dormir si paisiblement. Un instant, son esprit vagabonde jusqu'au souvenir d'Amanda lui souriant. Quand il pense à l'une, il lui arrive régulièrement de penser à l'autre, les deux amours de sa vie...

La ville est calme à six heure du matin. Pas un bruit ne règne, hormis le chant mélodieux des oiseaux. William commence par marcher pour s'échauffer un peu. Il fait bon ; le soleil se lève dans un ciel sans nuage. La lisière de la forêt approchant, et il se met à courir. Il préfère la nature à un parc urbain ou des bâtiments.
Il a pris l'habitude d'y faire son jogging. Au moins un jour sur deux, à n'importe quel moment de la journée où cela lui est possible. Tellement l'habitude d'ailleurs, qu'il n'emprunte plus le sentier. William a un très bon sens de l'orientation, et il ne s'est jusque là jamais perdu. Très sportif, il court vite comparé à la moyenne, et tient longtemps.
Il regarde sa montre : il lui reste une heure avant de rentrer. Il lance le chronomètre sur une demie heure, lui permettant de s'enfoncer dans la forêt sans se soucier du temps. Il n'aura plus qu'à rentrer au sonnement du gong.
Il ne met jamais d'écouteurs quand il court, il se concentrerait bien trop sur la musique autrement. À vrai dire, lorsqu'il court, c'est tout simplement le vide dans son esprit. Aucune pensée ne vient le perturber, tous ses tracas de la nuit disparaissent, sans exception.

Malgré le jour qui se lève, la lumière du soleil semble quitter la forêt. Un œil en l'air lui fait remarquer que des nuages apparaissent, et il espère qu'il ne va pas se mettre à pleuvoir. On ne sait jamais à Bray ; le temps change tellement vite ici.
Étrangement, William commence à entendre quelqu'un chanter. Au beau milieu des arbres, il est vrai qu'il lui arrive de temps en temps de croiser des randonneurs. Toutefois, hors du sentier et aussi tôt le matin, il se dit qu'il doit sûrement halluciner. Surtout qu'il a vraiment l'impression que le chant est dans sa tête.
Sa montre sonne, lui signalant qu'il est temps de faire demi tour. Alors qu'il se retourne, il se retrouve totalement désorienté. En trente minutes, il a dû parcourir près de dix kilomètres. Et retourner simplement sur ses pas lui est impossible dans cette forêt, puisqu'il ne peut pas la traverser en allant tout droit sans réfléchir. Toutefois, il tente de faire ainsi, mais il pourrait très bien s'enfoncer plus encore.
Qu'est-ce qu'il lui arrive bon Dieu ?! William commence à se demander s'il n'a pas perdu la tête. Et pourquoi cette chanson persiste dans sa tête ? N'a-t-elle pas de fin, comme toutes les musiques ? Bêtement, il regarde autour de lui, espérant apercevoir la ville malgré la distance... Au lieu de ca, il est persuadé d'entrevoir la silhouette d'un homme.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Humainstaff
Messages : 3792
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice

Qui va à la chasse,
perd sa proie !

Castiel était agenouillé depuis environ deux minutes, observant une trace au sol à l'aide de sa lampe torche. Il faisait encore noir, surtout en pleine forêt, et même si le jour n'allait sans doute pas tarder à se lever, il ne pouvait pas attendre d'avoir une luminosité suffisante. Mais la trace observée le préoccupait. Celle qu'il avait repérée un peu plus tôt était clairement celle d'un tigre, ou dans tous les cas, celle d'un très gros félin ... Tigre, lion, panthère ... Quelque chose que l'on ne retrouvait pas tous les quatre arbres, surtout en Irlande. Certes il y avait bien le zoo à proximité, mais il était plutôt évident que la fuite d'un animal aurait été annoncée comme une sonnette d'alarme, surtout ce genre de bestioles pas sympathiques pour trois sous. Il ne restait donc qu'une solution : un métamorphe. Celui qu'il suivait depuis trois heures, ça ne faisait pas un pli. Mais alors qu'il pensait se rapprocher, les traces étant assez fraîches, il était tombé sur ces marques là. Mi-patte, mi-pied. Pour peu que l'homme ou la femme ait planqué des vêtements dans la forêt, comme beaucoup de métamorphes le faisait - il aimait d'ailleurs brûler ce genre de vêtements lorsqu'il en trouvait, cela rendait la traque beaucoup plus simple ... Séparer les métamorphes des humains en devenait moins compliqué quand on prenait en considération que ceux qui se baladaient nus dans une forêt d'Irlande étaient rarement complètement humains. Ou bien fortement dérangés psychologiquement - il pourrait avoir plus de mal à le, ou la, retrouver.

Fermant quelques secondes les yeux, Castiel se surprend à somnoler. La fatigue commençait à le gagner sérieusement. Il n'avait pas dormi réellement depuis des jours, c'était un enfer. Sa vie était devenue un tel fouillis qu'il se sentait obligé de tourner et retourner dans son esprit tout ce qui s'était produit. Comme si son existence avait pris une pause pendant des années pour se remettre en route et déclencher les coups du destin les uns derrière les autres. Son château de cartes qui s'était effondré. On aurait pu se dire qu'en vivant chez Alix, il aurait pu mettre les chasses de côté. Mais c'était sans compter son père, qui les lui programmait d'avance. Et il ne fallait pas se mentir, chasser était devenu chez lui une réelle drogue, il ne le faisait plus par obligation depuis bien longtemps, mais par pur plaisir, sadique, parfois, de faire souffrir les autres autant que lui avait souffert et souffrait encore aujourd'hui une nouvelle fois. Pour Niamh, pour ce qu'il lui avait fait subir, pour Maellyan, à qui il avait brisé le coeur, pour Cally, qui se retrouvait sans le savoir dans cette histoire abracadabrante dont il ne savait pas tirer partie, pas encore du moins, pour Elena, qu'il commençait à voir comme la femme de toute une vie, et ce à cause du reste de sa famille. Mais surtout, le plus important, la raison pour laquelle il avait débuté cet exercice, cette extermination. Pour Ailee. Le souvenir de sa soeur, pourtant datant de dix ans, onze dans quelques mois, qui restait gravé dans sa mémoire. Le désespoir, la mort, l'accusation, froide. L'amour qui empoisonnait les vies, l'amour qui prenait partie pour la douleur. Elle était morte sans que personne n'en connaisse vraiment la raison. Alors même dans cet état, même si la fatigue entrait dans tous ses muscles, il continuait, il continuait toujours, jusqu'à ce que le corps de sa victime, le coupable, gise à ses pieds. Le chasseur se releva, suivant de nouveau les traces de pas.

Il ne sut pas combien de temps il courut après l'animal, l'homme, le mélange des deux, la seule chose qu'il vit fut le soleil se levant petit à petit. Et pile lorsque la lumière envahissait son espace, lui picotant les yeux de sorte à ce qu'il ne vit plus très bien, tellement la fatigue se rappelait à lui, qu'il l'aperçut. L'ombre du coureur, l'ombre de la bête. Castiel n'eut pas à réfléchir longtemps, l'homme étant trop loin pour qu'il le touche de son arme. Alors il ouvrit la bouche. Les seules fois où il utilisait son don était pour ses chasses. Il l'avait utilisé une fois pour Cally, mais il était véritablement amoché et le regrettait encore aujourd'hui alors même qu'elle n'en avait aucune idée. Mais pour les créatures, c'était autre chose. Il s'en moquait éperdument, elles allaient de toutes manières connaître une mort atroce. Son chant résonna dans la forêt, en direction de l'homme toujours debout. Il va dans sa direction, sans le savoir , guidé sagement par sa chanson. Chantant toujours, de cette voix qui rend les tritons, les privilégiés, si spéciaux, il lève son arme, s'approche lentement. Il n'a pas l'habitude de tuer sans parler. Il veut qu'on le voit, il veut que la bête comprenne que si elle est morte, c'est parce qu'elle était plus monstrueuse encore que lui. Mais quelque chose cloche, il le sent. Alors qu'il arrive près de l'homme, totalement désorienté, il arrête de chanter.

" Je dois admettre, c'est une des premières fois que quelqu'un de ton espèce me fait autant courir. "

Il reste dans le flou, tâte le terrain. Il s'entête toujours à avoir des réponses sur Ailee. Sur sa mort. Alors peut-être que lorsqu'il verra le tigre, il tirera. Mais pour le moment, il veut juste des réponses à ses questions.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Qui va à la chasse,
perd sa proie !

Ses pieds avancent d'eux mêmes, donnant à William l'impression qu'il n'est plus au commande de son propre corps. Mais cette idée est absurde. La chanson finit alors par s'arrêter, laissant place au calme de la forêt et aux chants des oiseaux matinaux. Il ne fait plus un pas, se retrouvant en face de l'inconnu qu'il avait aperçu quelques secondes plus tôt. William eut un mouvement de recul en remarquant l'arbalète pointée sur lui. L'homme paraît plus jeune que lui, et un peu trop déterminé à son goût. Il s'adresse à lui, et William commence à se demander dans quoi il a bien pu se fourer... "Je dois admettre, c'est une des premières fois que quelqu'un de ton espèce me fait autant courir." Sur qui il est tombé exactement ?
Le mot espèce fait tilt dans son esprit. William est au courant de l'existence du surnaturel, sans pour autant être informé du panel varié auquel il se rapporte. Il connaît plus ou moins tout sur les fées. Après, il n'a que les grandes lignes. Certains se téléportent, d'autres se transforment en animal, et d'autres encore sont capable de Dieu sait quoi. Et il y a les chasseurs, possiblement comme cet individu, qui se chargent d'exterminer ces races qu'ils estiment non conformes.  William ne peut s'empêcher de répondre avec un peu d'humour. "Et encore, je ne suis pas le plus rapide de l'espèce humaine ! Tu connais Usain Bolt ? L'éclair, qu'on l'appelle. Apparement, il est plutôt bon comme sprinter. Enfin, il a seulement battu huit record du monde, rien de bien impressionnant."

William se doute d'avoir déstabilisé le jeune homme. Il fait souvent cet effet là sur les gens. Sa capacité à parler en tout temps est une nouvelle fois prouvée ! Non pas qu'il fasse le coq tandis qu'il est cible d'une flèche, mais c'est sa façon à lui de détendre l'atmosphère. Et d'extérioriser son inquiétude d'être transpercé à la tête, au cou, aux bras, aux jambes... "Je ne voudrais pas trop t'en demander, mais au cas où ta main te démange, tu pourrais éviter de tirer là où ce serait dangereux pour ma santé ? Ou pourquoi pas, de choisir une autre cible ? Oui, ça pourrait vraiment être sympa ca !", ajoute-t-il alors qu'un rire nerveux lui échappe.
William sent qu'il commence à atteindre le cap où les gens s'énervent quand il l'ouvre trop. Mais c'est comme si sa bouche était douée d'une conscience propre. D'une capacité à réfléchir et à prendre des décisions sans consulter son cerveau, ce qui n'est pas très fute fute. "Tu sais en général, les gens chassent les animaux. Je peux comprendre que je sois bien en chair, mais tout de même, y a des limites..." Il se pince les lèvres, se retenant de déblatérer de nouvelles conneries. Il ne l'avait pas laissé en placer une.

Son imagination folle fait alors des siennes. Il s'imagine la une des journaux de demain, un coureur abattu d'une flèche dans le coeur. Jolie rime pour un bien joli titre... Hum hum. En réalité, son corp ne serait sûrement même pas trouvé. Hazel se serait réveillée dans un appartement vide, peu inquiète pour Will car le sachant parti courir. Ce n'est que le soir venu, ne le voyant pas à la maison, qu'elle aurait commencé à prevenir les autorités. Ils auraient fait une battue dans la forêt, sans succès. Et elle pensera alors qu'il l'a abandonné, qu'il en avait peut être marre de Bray et du manque d'opportunité pour sa carrière. Puis dans 10 ans qui sait, l'affaire referait surface, et sa mort serait finalement établie...
Bon sang William, reprends tes esprits au lieu de te faire des scénarios invraisemblables ! Enfin...
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Humainstaff
Messages : 3792
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice

Qui va à la chasse,
perd sa proie !

Le triton, au fil des années, a été habitué à voir l'effet que son pouvoir pouvait avoir sur les autres - fées, leprechauns et esprits non inclus - et pourtant, il en était toujours étonné. Il avait des effets étranges sur les autres, variés. Cally s'était sentie vaseuse, mal en point. Il se demandait encore si ça n'avait été dû qu'au fait qu'il soit passablement alcoolisé et qu'il avait dû y aller relativement fort lorsqu'il avait décidé de l'envoûter ou si elle était juste naturellement fragile à ce niveau-là. Non pas que cela change quelque chose au final. Pour les métamorphes qu'il envoûtait, cela dit, ils ne restaient jamais assez longtemps en vie pour qu'il puisse observer comme il le fallait ce que son chant produisait sur eux. Après tout, dans son esprit, ils l'avaient tous mérité. Personne ne s'attaquait à sa famille sans en subir les conséquences. Depuis la mort de Tracy, tout ça s'était empiré, il devenait de plus en plus urgent de mettre à mal tous ceux qui oseraient poser la main sur l'un des leurs. Son amour pour son espèce était d'ailleurs tout nouveau, quelques mois plus tôt, il aurait volontiers dit qu'il se moquait réellement de l'unité sous-marine ... Mais les choses peuvent changer beaucoup plus vite qu'on ne le pense.
Pendant que Castiel parle, il se rend compte que l'homme en face de lui ne réagit pas vraiment de la bonne façon. Pas, du moins, comme les autres réagissent d'ordinaire. Certes il y en a souvent pour faire les marioles, à croire qu'avec des mots ils s'en sortiront, mais jamais comme ça. En général, il se tape un speech sur la fierté de pouvoir se transformer en lapin des Cévennes, et après ils se retrouvent la gorge tranchée. La méthode Ò Murchù, très efficace pour faire régner le silence. Mais là ... Non, là c'était une grande première. Le brun hausse un sourcil, laissant son arme pointée sur le soit-disant joggeur.

" Tu sais que c'est pas très malin de te foutre de la gueule d'un mec qui est sur le point de t'envoyer en l'air ... littéralement. Je sais pas ce que vous prenez comme dope mais ça doit être sacrément puissant hein."

Le triton était crevé, c'était sans doute pour cela qu'il parlait et qu'il n'avait pas encore tiré. Certes, si l'autre osait ne serait-ce qu'un pas de travers, il n'hésiterait pas à le transpercer de toute part, mais pour le moment, il avait déjà du mal à réfléchir convenablement, alors si en plus l'autre le perdait dans ses élucubrations ... Il se demanda brièvement s'il n'était pas tombé sur le mouton noir de la troupe, l'espèce de débile qu'on aime bien mais qu'on sait pas où mettre, alors on l'emmène dans les bois et on fait semblant de le perdre, comme Hansel et Gretel. Mais au lieu de tomber sur une maison en pain d'épices, c'est un chasseur qui lui tombe sur le râble. Le mélange entre ce conte là et Blanche-Neige. Parce que ses paroles sont pleines de non-sens, comme s'il ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait en face de lui. Et ça commençait à véritablement agacer Castiel. Déjà qu'il n'était pas bien patient d'ordinaire.

" Bah voyons. Et je te laisse partir comme si de rien n'était aussi tant qu'à faire? Tu veux pas que je t'offre une bouteille d'eau pour le dérangement non plus? Ailee, grande, brune, ça te dit quelque chose?"

C'était un espèce de rituel, chez lui. Parler de sa soeur, à tous les métamorphes qu'il rencontrait. Il voulait abattre tous ceux de l'ancien groupe, l'ancienne famille de celui qui avait partagé la vie de sa soeur avant de l'assassiner et la laisser pour morte dans les bois, comme si elle n'était rien d'autre qu'un jeu. C'était pour cela qu'il le faisait, et qu'il continuait. Mais tous les métamorphes seraient sa cible, tous sans exception, ces dangers de la nature, qui n'étaient, pour lui, même pas à moitié humain.

" Parce que tu ne te vois pas comme un animal? Et t'appelles ça comment, par curiosité? Parce que les traces que t'as laissé n'ont strictement rien d'humaines. "

Castiel ne sait toujours pas pourquoi il tente d'argumenter alors que l'autre en face semble jouer au plus stupide, mais il insiste, reprenant ainsi quelques forces. Même si l'appel de son lit se fait fort, il n'est pas cruel au point de tuer sans avoir une absolue certitude.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Qui va à la chasse,
perd sa proie !


[ltr]William se questionne sur cet étrange énergumène. Serait-il tombé sur un psychopathe tueur ? Avec son arc et ses flèches pointés sur sa belle personne, il croit être Robin machin chose ? Will pige quetchi à son charabia. Ailee ? Un animal ? Traces pas humaines ? Sa liste s'allonge au fur et à mesure que le temps passe, et que cet étranger ouvre sa bouche.

"Écoute, entre nous je sais pas qui est le plus sous hallucinogènes, mais c'est certainement pas moi mon pote... Je ne connais pas cette Ailee. Et à moins qu'on m'ait menti toute ma vie, je crois bien être autant un homme que toi. Pour les traces, excuse moi, oui je l'avoue ces belles tennis me chaussent, courir sans, c'est pas tip top! Mais la loi n'a toujours pas changé sur ce point je crois, ce n'est pas encore un crime. "

William commence vraiment à se sentir inconfortable, pour pouvoir faire vannes sur vannes en sa position. Il n'ose même pas imaginer ce qui peut traverser son esprit fou. Car clairement, cet homme est tout sauf un saint esprit... William commence à faire mijoter sa caboche. Peut être qu'il peut le filer ? Il sait courir plus vite, et malgré son orientation passée aux oubliettes, cette forêt il la connaît bien. Bien sûr, il y a cette arme toute mignonne le prenant pour cible... Mais avec ce fou, il vaut sûrement mieux tenter la fuite, plutôt que rester en proie facile. Au moment où il s'approuve ce plan, il ne peut même pas faire un geste et son cerveau s'embrouille.

Toute cette histoire est trop étrange pour être normale. Et Will pense alors à sa petite fée Hazel, et à ce que son frère lui racontait brièvement. Il n'y a pas que les fées ; l'univers est tellement varié, que connaître toutes les espèces est impossible pour lui. À se sentir pomé et à voir ce qu'il raconte, se pourrait-il que...?

"Ok, je sais pas qui tu crois que je suis, mais à mon tour de poser les questions. T'es qui toi ? Pourquoi tu me prends pour un animal ? Tu crois franchement que je vais me transformer en aigle ou en ours ou en vache peut être, pourquoi pas, continuons dans la folie ! Par contre, j'ai rien contre toi hein, mais franchement, tu pourrais pas baisser ce machin ?"
[/ltr]
AVENGEDINCHAINS




PS: désolée pour les soucis de mise en page, mais sur iPad la je galère ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Humainstaff
Messages : 3792
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice

Qui va à la chasse,
perd sa proie !

Plus le temps avançait, plus Castiel avait la forte impression que quelque chose ne tournait pas rond. Il n'était pas toujours tombé sur des métamorphes avec le QI d'Einstein, mais en général ses allusions qui n'en étaient pas vraiment finissaient par faire tilt dans l'esprit des animaux, qui voyaient très rapidement leur vie défiler devant leurs yeux. Celui-là, il faisait le con. Le triton aurait sans doute trouvé assez audacieux et assez amusant ce genre de personnalités s'il avait été seulement Castiel et non pas le chasseur, mais dans cette situation, il assumait parfaitement hésiter à utiliser son arme juste pour que le brun se taise. Ce qui serait loin d'être professionnel. Et un peu pathologique, comme comportement. Il regrettait de ne pas être dans un scénario de série télé... Ils avaient toujours des détecteurs pour savoir si on était en présence de telle ou telle créature ... Sel, souffre, eau bénite, aconit, ail ... Le genre de trucs que tu peux trouver partout et qui aide à prendre une décision sans vraiment s'embêter. Mais dans la vie réelle, ça se passait rarement ainsi, alors il fallait être sûr ou ne rien faire du tout, c'était sa devise. Après tout, il n'avait rien d'un meurtrier.

" Des empreintes de pattes. De tigre, pour être précis, " mon pote". Alors arrête de jouer, on gagnera déjà un peu plus de temps."

Voilà le point où Castiel commençait à être vraiment agacé. Et agacer quelqu'un qui a une arme disons ... Que c'est pas l'idée du siècle, si on peut dire ça poliment. C'est même une idée sacrément débile, en vérité. Il était assez entraîné pour ne pas y céder, mais chaque casseur avait son moment de breakdown et avec son air de " je fais genre d'être totalement confiant' , le mec en face lui donnait des envies de meurtre, un peu comme les personnes âgées racistes dans les files d'attente.

Après l'agacement, le triton fut juste extrêmement décontenancé. Il ne savait pas sur quel phénomène il était tombé, mais sans doute le vilain petit canard, le mouton noir, Simplet, le nain débile. Il avait du mal à croire que sa métamorphose soit un tigre, en général les animaux totems sont plus proches de la personnalité de l'homme que ça. Mais il jouait peut-être un jeu, comme Castiel, qui pouvait se montrer le plus sociable et souriant des amis le jour et chasseur sanguinaire la nuit. Les deux côtés d'une même pièce, en somme.

" T'es un métamorphe, les métamorphes c'est à moitié animal aux dernières nouvelles. Et désolé de te décevoir mais non, je préfère pas me prendre un tigre dans la gueule parce que j'ai pas été assez vigilant."

Le jeune homme prend une pause, en profitant pour prendre une grande inspiration.

" Je veux la vérité. Pas de blague à la con, crois moi je sais viser. c'est un méta qui a tué Tracy pas vrai? "

La jeune femme accrochée sur la place publique, tuée par les Dux. ça avait fait la une des journaux, et Castiel s'en servait pour prêcher le vrai du faux. Les bestioles, elles détestaient qu'on leur attribue des meurtres qui étaient pas les leurs, et la plupart du temps, elles fonçaient tête baissée en clamant leur innocence. Ce qui avait tendance à les tuer un peu plus vite.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Un métamorphe. Cet homme chassait un métamorphe. Un tigre, plus précisément. Sans chercher à me rabaisser, je sais très bien que je n'ai rien d'un tigre. Si je devais avoir ce genre de don supernaturel, je me dis que je serai plutôt une belette. Ou un suricatte. Ou vous savez, cet animal au grands yeux, ah oui, un lemurien. Ca c'est plus mon genre, l'animal qui aurait pu être mon patronus dans un autre monde, vous voyez. Petit, mignon, et des plus innofencifs. Alors un tigre...! Il doit avoir de la merde dans les yeux pour croire ca. Ou être vraiment buté.
Et je me demande alors ce qui peut pousser un homme à en chasser un autre. Que ce soit une fée, un métamorphe, ou simplement moi, le pauvre humain que je suis, on devrait tous pouvoir vivre en paix. Sans un fou furieux bon à envoyer à Azkaban pour nous traquer... La haine semble l'habiter. Posséder ses faits et gestes. Tout ca m'apparaît être une histoire de vengeance, sur la mort d'une fille. Voire deux. Tracy... Ce nom me dit quelque chose. Une image horrible surgit alors dans mon esprit. Je me revois à l'appartement avec Hazel, à regarder les infos. Et ces photos, vidéos même, je ne comprends toujours pas qu'ils aient pu oser les diffuser. L'horreur m'a fait graver son nom dans ma memoire. Tracy Litchfield. Littéralement crucifiée sur la place publique. Et je me souviens, assis sur le canapé avec Hazel blottit contre moi, l'avoir serré dans mes bras, embrassant ses cheveux. Ça m'avait rendu inquiet pour elle.

" Je suis désolée pour Tracy, si elle a été une proche quelconque de ta personne. Je n'en sais pas plus que ce qu'ont raconté les médias à propos de son meurtre. " Je le regardais calmement dans les yeux. Je me sentais sincèrement triste pour lui, malgré cette flèche pointée sur moi. " Désolé. ", je répétais. La pluie commença à tomber, et je m'assis en tailleur sur l'herbe fraîche. Quitte à se prendre une rincée, à se faire insulter de supposé meurtrier, et à mourir qui sait ! Autant que ça se passe tout confort. Manquerait plus qu'une petite bière au beurre.
" La vérité, j'ai pas arrêté une seconde de te la dire. Je ne mens tout bonnement jamais. Comme si je buvais constamment du veritaserum. Alors pour une énième fois, je ne suis qu'un simple humain, qui n'a rien à voir avec ces assassinats. " Je marquais une pause. Il doit sûrement trouver étrange que je ne sois pas surpris par cette discussion fantasque. Alors il me semble bon de me justifier. Surtout quand je jette un oeil à son arme. " J'en connais peu sur ce côté extraordinaire du monde. Je sais juste que le fantastique existe, et sûrement bien plus que je ne me l'imagine. Je ne pensais pas que les metamorphes étaient réel, avant que tu ne m'en parles. " Je ne lui parlais pas d'Hazel, trop effrayé qu'il lui fasse du mal. Ni qu'un de mes proches faisait parti de ces créatures fantastiques. Ni des fées, la seule espèce que je connaisse vraiment. Et je pourrais mourir, s'il insistait pour que je révèle une de ses trois choses, pouvant mener Hazel en danger. J'irai jusqu'à aller affronter Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, si ca pouvait la garder saine et sauve.




(J'espère que ça te va, mon précédent post était un peu nulos... )
Revenir en haut Aller en bas
Humainstaff
Messages : 3792
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice

Qui va à la chasse,
perd sa proie !

Plus la scène avançait, plus Castiel se mettait à douter. Ce n'était pas bon pour un chasseur de douter. Surtout pas pour lui. Certains chasseurs n'avaient aucun scrupule à tuer, qu'ils soient surs ou pas de ceux qu'ils avaient devant eux. Castiel n'était pas un meurtrier, du moins pas de la même sorte qu'eux. Si lui tuait, c'était parce qu'ils étaient coupables. Laisser s'infiltrer ne serait-ce qu'une dose de doute, et il ne le faisait pas. Parce qu'il ne voulait pas ajouter un mort de plus qui ne l'avait pas mérité, parce que si le jeune homme disait vrai, il se rendrait aussi monstrueux que ceux qu'il chassait. Et rien que cette idée le répugnait. La générosité n'y était pas pour grand chose, la gentillesse non plus. Seulement la bonne conscience. Il ne voulait pas avoir à assister à un autre enterrement, pas alors que la personne enterrée n'était qu'un innocent. C'est pour cela qu'il parlait, à toutes ses proies. Pour s'assurer de leur identité. Et la honte n'était pas un facteur, chez les métamorphes. Alors ils ne niaient jamais bien longtemps leur nature, et pensaient dans la plupart des cas que leur apparence animale les délivreraient de l'emprise qu'il avait sur eux. Grossière erreur. Mais plus le temps passait, plus le triton se demandait s'il jouait vraiment à un jeu ou s'il faisait simplement fausse route. Tracy fut évoqué, et les images de sa mort ne manquèrent pas d'envahir l'esprit du triton. Il se demandait encore quel connard avait pu lui faire ça. Ce n'était pas tant dans le meurtre lui-même, non, mais plutôt dans la mise en scène, vomitive, irréelle. Ailee avait eu droit à un peu plus de décence, même si cela ne l'avait pas empêché d'en avoir un choc rien qu'avec une image de mauvaise qualité.

« Je ne la connaissais pas. »

Il connaissait juste son père, faisait partie de la même espèce, avait ce lien avec les Litchfield qui pourtant n'en était pas vraiment un mais qui le forçait également à chercher sa vérité, pour essayer de soulager un peu Oscar et sa femme. Mais c'était peine perdue, comment se remettre de ce genre de vision, comment réussir à survivre à ça ? Mais c'était une situation qui lui permettait de s'enfuir de cette haine qui le bouffait depuis la mort d'Ailee, c'était un échappatoire, pas le meilleur, sûrement pas le plus sain. La pluie commença à tomber, pas assez pour que ce soit une menace pour lui, pas encore, mais le jeune homme, presque inconsciemment, rabattit sa capuche sur sa tête et s'assura que ses manches couvraient assez sa peau. Il portait des gants, toujours, c'était sans doute la bonne chose lorsque l'on ne voulait pas se transformer sans s'en rendre compte. Si la pluie devenait trop violente, il n'aurait de toute manière que l'espoir de pouvoir courir assez vite jusqu'au lac, ou jusqu'à sa voiture.
Castiel savait bien qu'il devrait soit tirer soit baisser son arme, et ce rapidement, parce que le temps ne ferait sans doute que s'empirer et qu'il avait juste besoin de sommeil. Aussi, il prit la première solution. Un tigre, ça ne passe pas inaperçu, il aurait bien le temps de repartir à la chasse plus tard.

«  D'accord. »

Le brun en face de lui se mit à lui expliquer pourquoi il en connaissait autant, ou du moins pourquoi il n'avait que très peu bronché face aux accusations de Castiel. Ce dernier comprenait, en un sens, beaucoup de gens, en ville, était au courant d'au moins une partie du monde surnaturel qui évoluait autour d'eux. Excepté Cally, à moins qu'il l'ignore totalement, qui semblait hermétique à la moindre magie. C'était peut être mieux pour elle, cela dit.

«  Si t'en croises un qui se transforme en tigre, t'auras qu'à lui transmettre mes amitiés. Désolé. Si t'es vraiment ce que tu dis être, désolé de t'avoir fait peur. Je suis pas vraiment un psychopathe. Un peu, mais a priori si tu te transforme pas en ours, lapin, chat ou licorne y a pas de danger.»
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Qui va à la chasse, perd sa proie ! #castiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dungeons and Dragrons : Neverwinter
» Aegwynn et la chasse au Dragon
» Chasse rapide aux ballasts.
» La chasse au trésor de l'été
» La chasse à l'ours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-