Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 [EVENT] WORLD ON FIRE - PART ONE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Invité
Invité

World on Fire!



Gaïa ~ Mark


Tourner en rond, encore et encore, à chercher les deux personnes qui m'étaient plus chères que ma propre vie, voilà ce que je m'amusais à faire maintenant... enfin non, cela ne m'amusait pas du tout en réalité, je détestais faire des allers-retours dans le vide, comme lorsque je cherchais un endroit pour garer ma voiture, mais la situation actuelle était compliquée et bien différente, je n'avais pas le choix que de continuer mes recherches. ′Bon Sang de Bonsoir′, pourquoi est-ce qu'il fallait que mes deux sœurs qui répondaient toujours aux appels en général, ne me réponde pas une seule fois aujourd'hui... et ce qui arrivait à notre chère ville de Bray, je ne pouvais que m'angoisser et espérer, deux sentiments bien contradictoires, mais qui allaient parfaitement avec ce que je vivais à présent: la peur qui soit arrivée quelque chose à l'une d'elles, voir aux deux et l'espoir qu'elles soient toutes les deux saines et sauves et qu'elles aient réussies à se trouver un abri quelque part. Sortant de mes pensées, je regardais partout autour de moi une trace quelconque de l'une d'elles, ce fut-là que je vis une femme qui se dirigeait d'un pas décidé dans ma direction, ne sachant quoi faire, je me contentais de la regarder faire, sans bouger de ma place.

«Vous saignez. Vous devriez voir quelqu'un.»

♛ Ah oui, je n'avais pas remarqué, merci. Mais ce n'est pas le moment pour moi d'aller voir quelqu'un comme vous dites... ♕


Bon, d'accord, je m'étais blessé à la joue, mais il s'agissait que d'une simple et toute petite égratignure, rien de bien important quoi et donc des soins immédiat n'était pas vraiment nécessaire. Ce qui comptait le plus pour moi était de retrouver Tarja et Simone, quand elles n'étaient pas à mes côtés, elles avaient le don de ce foutre dans des situations pas possible et ne sachant pas où les chercher, je ne pourrais pas les rejoindre à temps et les aider en cas d'embrouilles. Voyant que la femme qui m'avait indiqué ma blessure s'en alla, j'en profitais pour continuer mes recherches, du haut de mon mètre quatre-vingt-dix, je parvenais à voir plutôt loin dans le gymnase et sans que personne ne me bloque la vue, car la plupart des personnes ici présentes étaient plus petites que moi.

Tout en parcourant l'intérieur du gymnase afin d'essayer de trouver le moindre petit indice sur mes sœurs, je vis que la femme qui m'avait parlé de ma blessure prenait tout ce qui fallait pour soigner quelqu'un et sans demander la permission aux médecins ou aux infirmières qui bossaient ici. Sur le coup, cela ne me choqua pas plus et je m'en retournais à ma seule et unique occupation... jusqu'à que la demoiselle se ramène à nouveau devant moi, avec les objets de soin qu'elle avait pris sur la table, elle n'avait pas besoin de dire quoique ce soit, j'avais très bien compris qu'elle voulait soigner ma joue. Ni une ni deux, elle ouvrit le petit flacon d'alcool, en mit sur une compresse et tendant le bras, elle parvint jusqu'à mon visage afin de l'appliquer sur la coupure.


«Je préviens, ça va piquer. Et vous allez devoir vous contenter de moi comme infirmière, vu que les autres sont tous occupés.» ▬ me dit-elle d'une voix autoritaire

♛ Oh ce n'est pas un peu d'alcool sur une petite coupure qui me feront mal et vous vous en sortez bien pour une infirmière improvisée. ♕


A peine j'avais terminé ma phrase qu'elle sortis le pansement de son emballage et me le posa sur la joue. Vraiment, elle se débrouillait vraiment bien pour quelqu'un qui n'avait pas fait d'études d'infirmières, elle avait été très délicate et minutieuse, oui, elle avait très bien fait son travail du jour et je ne pouvais que lui en être reconnaissant. Et alors que je voulais lui dire merci pour ce qu'elle venait de faire, une sonnerie se fit entendre, elle attrapa son portable et décrocha aussitôt, un appel important a priori. Ne voulant pas écouter, je m'éloignais d'un pas et prenant mon téléphone en main, je tentais à nouveau de contacter mes deux sœurs, car peut-être qu'elles me décrocheraient ce coup-ci. Mais non, ça sonne, ça sonne et je termine à chaque fois sur messagerie... dans cette situation, laisser un message ne servirait pas à grand-chose, alors je raccroche, frustré et encore plus inquiet que je ne l'étais déjà. Mlle ma soigneuse qui avait terminé son ′Coup de Fil′ regardait de nouveau dans ma direction, elle me tendit alors une de ses deux mains.

«Gaïa Fitzwilliam. Vous aussi vous cherchez vos proches?»

♛ Enchanté Gaïa, Mark A. Turunen. En effet, je recherche mes proches! Vous aussi? ♕ ▬ répondis-je en serrant la main qu'elle me tendait


Comme elle avait pris le temps de s'occuper de moi, il était possible que oui, mais aussi que non, donc je préférais demander avant de faire une boulette. Tout en la regardant, je commençais à réfléchir à un moyen de la remercier pour sa gentillesse envers un parfait inconnu, mais j'avais beau me creuser la tête encore et encore, pas la moindre petite idée ne me venait à l'esprit, soupirant alors, je secouais la tête pour faire partir la vague de négativisme et je fis un sourire à Gaïa.!

♛ Ah et merci beaucoup de m'avoir soigné, c'est très gentil de votre part! Si vous avez besoin de quoique ce soit, n'hésitez pas ♕



© realised by Morphine
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1392
Age du personnage : 22
Race : Oracle

world on fire

Il est redevenu l'enfoiré qu'il a toujours été et c'est tant mieux. Je sais, c'est débile de penser ça. S'il changeait à mon contact peut-être que notre situation s'arrangerait, mais c'est être naïf que de croire qu'il pourrait changer à ce point là. Non cet homme sait être un parfait enfoiré, il doit y avoir une véritable raison à cela. Il n'a pas l'air de se forcer beaucoup en plus pour en être un. Non, je ne dois pas croire qu'il pourrait changer grâce à moi, qu'il pourrait devenir plus humain, parce que si ça n'arrive jamais, j'aurais essayé en vain et je serais encore plus déçue au final. Non je préfère le voir comme il était vrai, un être sans coeur, ça sera mieux, plus facile pour tout le monde. Surtout pour moi. Je sais que du coup je m'enfonce dans une relation malsaine qui ne sera jamais vouée à s'améliorer mais au fond je préfère ça. Je souffre un bon coup, une année entière et après j'en sortirais grandie. Bon brisée, c'est évident, je n'en sortirais pas sans dommage et je ne serais plus jamais la même mais peut-être que c'est mieux au final. Déjà je change et j'ai beau prétendre regretter la Scylla d'avant, je me dis que ce n'est peut-être pas plus mal de changer, de s'endurcir. Je ne trouverais peut-être jamais le bonheur, mais pourquoi serais-je si égoïste de croire que je le mérite ? Peut-être que le bonheur n'est pas à la portée de tout le monde et qu'il n'y a aucune raison que moi, plus qu'une autre personne, ne le mérite.

"Pourquoi dis-tu ça ? Je sais que je te vois comme le diable en personne, mais il ne faut pas exagérer, tu es très loin d'être un ange déchu qui règne sur l'Enfer mon chou ..." J'ignore tout de sa nature de djinn, comment aurais-je pu le savoir ? La nature des gens n'est pas inscrite sur leur visage, personne n'est omniscient et c'est tant mieux non ? Ce serait tellement chiant de tout savoir sur tout le monde, moi ça me gonflerais. Plus aucune surprise, plus de suspens, plus rien qu'une simple évidence. Il ne sait pas que je suis une tempestaire et j'ignore tout de lui. Au fond moins j'en sais, mieux je me porte. Je me demande malgré tout s'il ne serait pas un tempestaire de feu... Mais même s'ils maitrisent les flammes, ne peuvent-ils malgré tout pas brûler ? J'avoue que c'est un point sur lequel je ne me suis jamais penchée. Je ne me suis jamais demandée si je pouvais survivre en immersion sous l'eau. Pour moi il est évident que non. Peut-être qu'au début, grâce à mon pouvoir, je pourrais créer une sorte de bulle protectrice pour m'éviter la noyade. Mais il arrivera forcément un moment où j'aurais épuisé mon énergie et seule la mort s'offrira à moi, mais sous deux formes possibles : soit c'est mon pouvoir qui me tuera, soit c'est l'eau ... Donc même s'il était un tempestaire de feu, comme Alexis, il ne survivrait pas éternellement dans les flammes et c'était arrogant de croire le contraire. Mais ça évidemment, c'était que s'il était comme moi, ce que je doutais. Au fond ça me dégoûterais d'apprendre qu'on était pareil tous les deux, je ne veux pas avoir de points en commun avec lui. C'était plus simple pour le détester. Sinon l'idée que finalement on avait plus à partager qu'un lit ferait jour dans mon esprit et ça je ne le voulais pas.

Il se rapprocha de moi et c'était toujours étrange. Moi qui mettais toujours du coeur à le tenir éloigné, il finissait inlassablement par se rapprocher. Il sait que ça me rend dingue, ce n'est pas pour rien qu'il le fait. Il se contente toujours de me frôler, sans me toucher mais c'est suffisant. Un frisson me parcours l'échine, j'aime à penser que c'est du dégoût, mais est-ce vraiment ça ? A mon avis ce n'est pas aussi simple. Ce n'est ni totalement du désir, ni totalement du dégoût. Beaucoup de choses se mélangent dans mon être. Certes il y a du désir pour lui, il arrive là où beaucoup échoue. Mais il y a aussi ce désir malsain d'apprécier cette situation, le dégoût de sa personne, le dégoût de ma propre personne, je me déteste d'apprécier cette situation, je ne devrais pas. Ses lèvres frôlent mon lobe et je reste stoïque, droite comme un i, figée, comme si on m'avait mise sur pause. Il n'avait pas tort, je n'aurais jamais dû accepter son offre. J'ignore ce qui m'est passé par la tête ce soir là mais j'ai fais la plus grosse erreur de ma vie, maintenant je dois en assumer les conséquences. "L'erreur est humaine ..." Lui dis-je avant de faire un pas en arrière. "Bon c'pas que tu m'ennuies mais presque ... J'ai des gens plus importants à retrouver. Alors tiens toi sage, arrêtes d'effrayer ses pauvres gens et si tu veux rendre service ... quittes la ville." Lui dis-je en sachant pertinemment que toutes mes piques et mes railleries ne feront que l'amuser. Au fond, est-ce que je cherchais vraiment plus ? ll fallait que je trouve Alexis, c'était ça le plus important.

AVENGEDINCHAINS

_________________
I'm lost in my head
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1768
Age du personnage : 25
Race : Tempestaire d'eau douce
Métier/Etudes : Barmaid au The Drunk Mermaid


World on fire
part one
Alexis commençait à paniquer de plus en plus, entre les flammes qui brûlaient les immeubles, au loin, son pouvoir qui s’échauffait, l’idée que son frère pourrait peut-être être entrain de… non, elle ne voulait pas y penser. Elle s’était retournée, cherchant la direction de l’hôpital, et était rentrée de plein fouet dans un pompier qui la rattrapa avant qu’elle ne tombe. « L’hôpital… » Elle devait avoir l’air complètement égaré parce que l’homme prit le temps de lui répondre d’un ton calme « Vous ne pouvez pas aller à l’hôpital, madame, une unité est détachée là-bas pour évacuer les malades, ils sont presque tous en sécurité mais vous ne pouvez pas y accéder. Si vous avez un numéro et un nom je demanderais à l’équipe médicale de vous appeler pour vous tenir au courant. » La jeune femme mis quelques secondes avant de réagir et de hocher la tête. Elle lui dicta son numéro, telle une automate, son nom et celui de son frère dont elle voulait des nouvelles puis le regarda s’éloigner. Il avait au moins réussit à la rassurer sur la sécurité de son frère. Légèrement plus calme, elle rejoignit Eldarion qui n’avait pas bougé de là où ils s’étaient arrêtés. Tout autour d’eux, les gens continuaient de courir, de bousculer d’autres personnes, de hurler le nom de la personne qu’ils cherchaient, ou bien de faire la queue pour entrer dans le gymnase. Un peu honteuse, Alexis se rendit compte que la situation de son frère l’avait aveuglée au point qu’elle en avait complètement oublié ses amis les plus proches. Niamh, Castiel, Scylla, est-ce qu’ils allaient bien ? Eldarion était à ses côtés, elle était donc sûre qu’il ne mourrait pas brûlé, endormi chez lui - cette pensée eut le don de la dérider une petite seconde - mais qu’en était-il des autres ? Sa gorge se serra à nouveau et l’angoisse pris le dessus une nouvelle fois. Mais il ne fallait pas qu’elle cède à cette peur panique. Il y avait le feu, les flammes étaient partout, si elle perdait le contrôle de sa magie ça pourrait créer des catastrophes supplémentaires.

Haussée sur la pointe des pieds, elle fouillait la foule du regard, cherchant un visage connu, un de ses amis, un signe qu’ils allaient bien. Elle commençait à désespérer et à se dire, à espérer plutôt, qu’ils étaient peut-être à l’intérieur du gymnase, même si ça n’était pas forcément une bonne nouvelle puisqu’on y transportait les blessés, quand elle aperçu une silhouette élancée, une chevelure blonde et reconnut Scylla quand celle-ci tourna la tête. « Je viens de voir Scylla, on va la retrouver ? » La brune lui attrapa un bout de son pull pour l’entraîner avec lui et ne pas le perdre dans cette foule d’êtres humains qui se bousculaient en tous sens, complètement paniqués, sans se soucier des autres, avec pour seul objectif de retrouver l’être cher. Elle n’avait pas envie de laisser Eldarion tout seul, s’ils étaient ensembles au moins elle ne s’inquièterait pas pour lui, mais elle avait aussi envie de retrouver Scylla, de savoir si tout allait bien, de la prendre dans ses bras - oui, elle avait envie de lui faire un câlin - et de faire redescendre un peu la panique qui affluait à nouveau. Une flamme qui augmenta brusquement dans son champ de vision la fit sursauter. Il fallait vraiment qu’elle se force à se calmer. Fendant la foule, elle arriva enfin jusqu’à son amie. « Scylla ! » Alexis ne savait pas si elle l’avait entendue mais elle allait forcément sentir la main qu’elle avait posée sur son épaule. Au même moment, la blonde fit un pas en arrière, se rapprochant d’Alexis et lui permettant de voir qu’elle n’était pas toute seule mais en compagnie d’un grand type, blond, qui lui disait vraiment quelque chose, jusqu’à ce qu’elle se souvienne de lui : le sale type du bar. La brune lui adressa à peine un regard, beaucoup plus préoccupée par l’état de son amie. « Tu vas bien, tu n’as rien ? » Elle n’avait l’air ni blessée, ni mal, et ça rassura énormément Alexis qui se sentit tout de suite plus soulagée. Tant mieux, parce qu’elle n’avait aucune envie de contribuer à l’incendie qui était entrain de ravager Bray. Néanmoins, elle n’avait aucune nouvelle ni de Castiel, ni de Niamh, elle ne les avait aperçus nulle part dans la foule, mais avait très bien pu les rater. Sortant son téléphone de sa poche, elle envoya un message aux deux jumeaux, espérant qu’ils allaient bien. « Tu étais où quand c’est arrivé ? »
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



WORLD ON FIRE



Je ne sais même plus comment je suis arrivée là. Sûrement que je me suis évanouie, et qu'ils m'ont traînée jusqu'au gymnase. Heureusement, il semble que je n'ai pas touché à l'eau... sinon, je ne serais sûrement pas dans ce gymnase, mais ailleurs. Plus de peur que de mal, en fin de compte, face à ce feu, parce que je n'ai pas l'air blessée. Voir toutes ces flammes autour de moi avait pourtant été le pire moment de ma vie. J'ai cru que l'Enfer était remonté à la surface et que trop de mauvaises actions se retournaient brusquement contre moi. L'heure de la rédemption arrive toujours trop tard, et je suis punie. Mais non... c'est autre chose. A l'abri de ce grand gymnase, je vois maintenant que l'incendie n'a rien à voir avec moi. C'est juste la malchance, le désastre, un terrible accident dramatique dont certains ne sortirnt sans doute pas vivant. J'ai peur, en fait. J'ai toujours peur même hors de tout danger. En ouvrant les yeux, j'ai vu des gens courir, pleurer et appeler leurs amis, leur famille pour voir s'ils étaient bien là. Je suis peut-être plus chanceuse qu'eux tous... Je n'ai pas de famille qui aurait pu être en danger. Je n'ai pas d'ami trop proche ni d'enfant, ni de frère ou de soeurs. Quand je me lève, je sens un poids que je sais n'être rien à côté de la souffrance et de la peur de tous les autres. Peut-être est-ce pour cette raison que je devrais venir en aide à ceux qui en ont besoin. Je vois tant de blessés... mais un profond coup tranchant dans ma tête, cet appel de la famille, me dit de ne rien faire. Les seuls que je dois aider sont les miens. Mais où sont-ils ? J'ai passé une longue partie de ma vie dans une bulle où j'aurais pu échapper à l'incendie. Maintenant que je suis là, ne devrais-je pas faire ce qui est bien pour eux, pour la ville, pour les autres gens ? Je regarde tout autour. Il y a sans doute tellement que je peux faire pour leur faire passer un moment moins douloureux.

Je marche quelques pas. Parmi eux. Je ne leur suis d'aucun secours. Je n'ai plus peur, cette peur paralysante qui fait hurler, qui fait fuir, pour échapper au pire et ne plus se trouver sous la menace de la mort. La peur qui m'a fait m'évanouir tout à l'heure. Maintenant que je suis ici, il ne reste qu'un angoisse vaste et handicapant. C'est comme si ce qui s'était passé avant n'existait plus, comme si ça avait été un rêve, mais la réalité me rappelle trop bien que ce n'en était pas un, et que j'aurais bien pu mourir il y a quelques heures. Les visages que je vois ne me dise rien. Il faut dire, je ne connais pas grand monde. Et finalement, c'est la voix de la bonté qui finit par l'emporter, la voix de la compassion, contre celle de la famille. Quelqu'un est étendu prêt de moi, avec les blessés. Parce que nous sommes nyous blessés à cet endroit. "N'aie pas peur, tu vas t'en sortir." C'ets une petite fille, et soudain, j'aimerais faire quelque chose pour elle. Mais je ne peux rien. Ceux qui peuvent sont beaucoup trop occupés... Tous ces pouvoirs, toute cette magie... ne sert-elle donc qu'à détruire ? Y a-t-il une seule personne ici-bas qui serais capable de produire de la vie par la magie ? Ou n'y a-t-il que la nature qui engendre, alors que nous tuons ? C'ets bien ça, la vérité. Nous ne savons produire que le malheur. C'est ce qu'on nous apprend à tous, chacun dans notre clan, comme si nous étions seuls. Et c'est vrai : nous sommes seuls. Au milieu de cette foule, personne ne voit que l'aide qu'ils recherchent ne viendra d'aucun d'entre nous.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 3576
Race : Triton
Métier/Etudes : Officiellement gérant de TDM. Membre du SC Tritons

world on fire

Castiel était un peu perdu, trop de choses se passaient trop vite. Avant de s'occuper de ce qu'il se tramait réellement autour de lui, le jeune homme avait préféré s'approcher d'Alix, désormais assis sur le lit qu'il occupait auparavant, et le força à s'allonger. Il y mit toute sa force mais au bout de quelques secondes de protestation pas si véhémentes que ça, la fée se coucha. " Je te surveille Alix, t'as besoin de repos et tu te lèveras pas jusqu'à ce que t'aies repris des forces, j'y veille." On pouvait dire qu'il était peut-être un peu trop surprotecteur, surtout le Sweetman, qui n'avait d'ordinaire pas besoin que quelqu'un veille sur lui. Mais il le fallait, sa nature trop gentille le perdrait sans doute plus vite qu'autre chose, s'il continuait à vouloir secourir tous ceux qui se mettaient sur son chemin. Et Castiel s'était presque fait un devoir de l'en empêcher. Il ne voulait pas perdre quelqu'un d'autre, même si voir son chieur de frère passer la barrière des infirmiers était sans doute la chose qu'il voulait le plus voir actuellement, ainsi que tout le reste de sa famille réunie, pour empêcher son coeur de faire des soubresauts toutes les cinq minutes en imaginant qu'il ait pu leur arriver malheur durant l'incendie. Il pensait également à Siobhan. Certes leur amour était tout sauf réel, mais ce n'était pas pour cela qu'il souhaitait qu'il lui arrive quelque chose.
Une fois que le cas de son colocataire fut réglé, du moins pour le moment, il s'approcha de Niamh. Il avait quelque chose à lui dire, quelque chose qu'il ne pouvait pas vraiment ignorer et qu'il ne pouvait pas remettre à plus tard. Suivre les conseils de Alexis était la meilleure chose à faire, et après ce qu'il venait de se passer, il n'avait aucune envie de retarder l'échéance encore plus. Il l'entraîna donc à part sans réellement lui demander son avis, l'espace seulement de quelques minutes. " Je sais que j'ai pas été honnête avec toi. Je reconnais mes torts dans cette histoire et je te referais pas l'affront de te répéter ce que je t'ai déjà dit parce que j'ai très bien compris où tu voulais en venir."  Le jeune homme marqua une pause, le temps de se mordre la lèvre. Il le faisait souvent lorsqu'il était nerveux, mais c'était quelque chose qu'il ne pouvait éviter, un tic inconscient qui l'empêchait le plus souvent de dire n'importe quoi. Dommage que ça ne lui ait pas servi plus tôt. " Mais après ce qui s'est passé aujourd'hui ... Je supporterais pas qu'il m'arrive quelque chose sans que tu saches à quel point je t'aime. T'avoir avec moi c'est vital Niamh, j'ai passé des semaines affreuses et je veux pas que ça se reproduise. Je veux pas que tu me haïsses, et je ferais tout pour récupérer ma jumelle." Il ne pouvait même pas s'imaginer la situation si elle avait été dans le rôle de la blessée, dans le rôle de celle à qui il arrivait quelque chose, parce que rien que le fait d'y penser lui donnait envie de mourir. Alors lui expliquer ainsi, c'était la seule façon qu'il avait de le lui faire comprendre. " C'est nous d'abord et les autres ensuite, ça a toujours été ça, et je sais que même si tu n'acceptes pas mes excuses, ce sera toujours comme ça pour moi." Le triton n'était pas du genre à exprimer ses émotions. Pourtant, avec Niamh, c'était différent, il n'y avait pas de barrière, pas de code, pas de conventions.

Puis une jeune femme brune arriva, se présentant sous le nom d'Aslinn. Castiel admit qu'il avait peut-être été un peu trop brusque, ce que niamh appuya. Lui envoyant un faux regard noir de circonstance, il se mit à soupirer, plus pour lui que pour les autres. " Non c'est à moi de m'excuser, je suis un peu sous tension, je suis pas si désagréable d'habitude." Ce qui était assez honnête comme description, même s'il avait encore du mal à croire à l'histoire de la jeune femme, qu'il écouta pourtant sans coupure." Toutes mes condoléances pour ta mère. Il le pensait réellement. Il se doutait que pour la nouvelle arrivante, se retrouver dans une ville inconnue, et toute seule n'était pas une partie de plaisir. Rajoutez à ça un incendie ravageur, et vous avez le pire cauchemar de toute l'humanité.

Lorsque la sirène - il supposait qu'elle en était une, i sa mère était la cousine de la sienne, c'était de toute manière obligatoire - lui tendit la photo, le sourire, certes léger, de Castiel s'évanouit. Mais il n'eut pas le temps de réagir qu'il sentit des bras l'encercler, et il rendit son étreinte à sa soeur aînée. " Is' ! Dis-moi que tu vas bien, tu n'as rien?" Mais de terne son visage passa à blanc lorsqu'il vit l'état de Phoebe. " Il ... Il est dans l'aire des blessés, on attend des nouvelles des infirmiers. Phoebs? Dis moi que ça va, qu'est ce qu'il s'est passé?" C'était le moment où tout le monde posait des questions et plus personne ne se répondait, c'était le foutoir, on ne savait plus où donner de la tête. Castiel se rendit compte qu'il avait toujours la photo de sa mère entre les mains, preuve irréfutable, s'il en était une, qu'Aslinn faisait partie de la famille. Il la tendit à Niamh, tout en se tournant vers Isleen. " Apparemment quelqu'un aurait oublié de nous prévenir qu'on avait une tante qui avait elle aussi des enfants. Je te laisse deviner qui." S'éloignant un peu du groupe, étant totalement conscient que ses soeurs pourraient gérer la situation sans qu'il ait à être à moins d'un mètre, il alla voir sa petite soeur. Elle était consciente mais l'état de sa jambe portait à inquiétude. " Comment tu veux que je te traite comme une adulte si tu te casses une jambe dès que j'ai le dos tourné, Monkey? Il essaya non sans mal de la faire sourire, tentant de cacher son inquiétude derrière un visage réconfortant.
Lorsqu'il vit Siobhan s'avancer, il fut d'abord soulagé de voir qu'elle n'avait rien. Une personne de moins pour qui s'inquiéter, ce n'était pas quelque chose que l'on se refusait, surtout pas aujourd'hui. Il savait qu'il devait faire un mouvement, si son père était là, c'était sans doute la première chose qu'il lui dirait " Si tu commences à y croire, les autres y croiront aussi." Il se leva donc du bord du lit de sa soeur pour s'approcher de la blonde et lui déposer un baiser sur le front. " Tout le monde a l'air d'être en un seul morceau... Plus ou moins. Sauf nos parents, ils n'ont pas l'air d'être ici. Les tiens vont bien?"  Castiel affichait un air soucieux. Il n'avait jamais été mauvais et l'inquiétude qu'il exprimait pour tous ceux qu'il connaissait ne serait ce que de vue était réelle. Il ne voulait pas que quelqu'un traverse ce qu'il avait traversé. Jamais. Il se rendit compte qu'il était de retour près de ses soeurs et d'Aslinn, aussi, le triton se décida à faire les présentations, comme c'était de convenance. " Aslinn, je te présente Siobhan, ma future femme. Siobhan, ma cousine Aslinn ... Apparemment. Il fallait encore que la deuxième principale intéressée s'exprime sur le sujet, mais elle était aux abonnés absents, et sans connaître le fond de l'histoire, Castiel se dit que c'était sans doute mieux pour la jeune femme. Connaissant sa mère, si elle ne leur avait rien dit, c'était bien qu'elle n'avait aucun contact avec sa soeur avant sa mort.On pouvait être plus ou moins étonné de la facilité qu'il eut à présenter Siobhan comme sa future femme. C'était sans doute idiot et le sentiment s'évaporerait probablement dès que les tensions se seront calmées, mais il avait l'impression que son mariage était la seule chose qui ne s'était pas écroulé aujourd'hui, le seul repère qu'il avait. De loin pas le meilleur, qu'on soit honnête. Son téléphone, toujours dans sa poche, se mit à vibrer, et il y lu le nom d'Alexis. Un petit rire de soulagement le parcourut quand il en lu le contenu, principalement car savoir qu'elle allait bien provoqua en lui une vague de soulagement.Il lui répondit. " Chez Alix. Il m'a soigné, il va bien, toute la famille aussi sauf les parents, pas encore de nouvelles. Et toi?" Une fois cela fait, le triton se concentra de nouveau sur la situation.

© charney


HS : bon alors c'est carrément naze, mais j'ai essayé d'intégrer le max de choses dites auparavant, j'espère que ça vous va (et Sio' ton rp )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
$

WORLD ON FIRE
La présence de celui qui avait partagé ta vie pendant des années t’apaisais. Il canalisait ta peur et son aura de protecteur te rassurait. Tu te sentais beaucoup plus en sécurité à ses côtés qu’avec n’importe qui d’autre. Votre contact t’avait laissé un peu ébranlée et tremblante, retrouver après autant de temps la chaleur de son corps et ses bras te mettais dans tous tes états. Tu aurais tellement aimé ne l’avoir jamais quitté, avoir eu ces 4 ans de plus avec lui, à ses côtés. Vous aviez pas mal de choses à rattraper vous deux mais encore une fois ce n’était pas du tout le lieu et le moment de rattraper le temps perdu avec celui qui a été ton compagnon pendant toutes ses années. Tu le remerciais intérieurement de rester avec toi pendant toutes ces minutes, voire ces heures, tu ne savais pas depuis combien de temps tu étais là à attendre la sortie de William. Son intérêt et ses petites attentions pour toi te permettais de tenir le coup en ce moment plutôt difficile pour tout le monde.
Tu voyais le corps de William ressortir de l’enceinte de soin, il manquait une partie de sa jambe, tu aurais voulu y aller mais tu n’avais pas accès à cette zone avant que l’infirmière revienne. Il était en vie mais tu savais que ce n’était pas suffisant, il t’en voudrait quoi qu’il arrive maintenant qu’il ne pourrait plus danser et exercer sa passion. Tu ne savais pas du tout ce qu’il pourrait devenir après cet accident et comment il allait gagner sa vie sans pouvoir danser. Tu voyais Azraël lui jeter des petits coups d’œil, il devait jubiler de voir son rival, en quelque sorte, dans cet état. Tu n’étais pas d’humeur à supporter un concours de qui avait la plus grosse entre Azraël et William pour prouver que tu étais bien avec le bon ou pas. S’il faisait une seule remarque il allait vite le regretter et rencontrerais la Hazel de Cork qu’il n’a surement jamais vu. Tu trépignais d’impatience, pourquoi est-ce que cette foutue femme avec sa blouse blanche ne pouvait pas revenir vers toi et te donner des vraies nouvelles de William ?
Heureusement il était toujours là pour toi, contre toute attente il restait avec toi volontairement. Peut-être qu’il s’inquiétais aussi pour William, tu en doutais fortement. Il était plutôt inquiet pour toi après le savon qu’il te passait sur le fait d’utiliser tes pouvoirs ici, entourés de tous ces gens. « Il y a pas mal de fées qui ont utilisés leurs pouvoirs mais moi je ne l’ai pas fait seulement parce que j’ai trop peur. Si tu avais été à la place de William je n’aurais pas hésité une seconde malgré le danger. » Certes tu l’aurais fait mais le dire à haute voix n’était pas la chose à faire, tu montrais clairement que tu tenais encore à Azraël plus qu’à ton compagnon actuel. Sentir sa main sur ta peau, sur ta joue, te fais frissonner. Tu appréciais ce contact avec lui encore, tu fermais les yeux il n’y avait pas grand-chose de plus agréable. « Merci Az, mais tu ne peux pas comprendre, je n’imagine pas ma vie sans danse et lui non plus. C’est une catastrophe, il m’en voudra, il faut une responsable pour ce qui lui arrive. » Tu savais très bien que dans ce cas-là tu agirais comme ça, tu en voudrais à quelqu’un de te priver de ta passion. William était du genre à avoir besoin d’un responsable pour son état. Personne ne revenait pour te donner des nouvelles et cela t’inquiétais malgré le fait qu’il avait l’air bien allongé dans sa couchette de fortune. Son réveil se rapprochait et la boule dans ton ventre grandissait de plus en plus, comment allait-il le prendre lorsqu’il allait le réaliser ?
« Comment fais-tu pour ne pas t’inquiéter pour eux Azraël ? Enfin ne pas t’inquiéter plus que ça ? Tu n’as vu que Balth, les autres pourraient aller mal. » Tu aurais bien proposé d’utiliser tes pouvoirs mais ce n’était pas vraiment une bonne idée au fond, tu le savais. Tu le trouvais beaucoup trop calme pour quelqu’un qui n’avait pas vraiment de nouvelles des membres de sa famille. Tu le connaissais très proche des autres Blackwood mais peut-être que depuis ton départ pour Cork leurs relations avaient changé ce qui pouvait expliquer son comportement. Une femme en blouse passa juste devant toi, tu l’interpellas. « Excusez-moi, j’aimerais avoir un peu des nouvelles d’un patient qui vient de sortir, il est là-bas. » Tu pointais le lit dans lequel William était allongé. Elle te fit un signe de patienter encore, tu en avais marre de ne pas savoir. Une autre revient quelques minutes après. « Bonjour, nous nous sommes occupés de votre ami, il est dans état stable, il ne va pas tarder à se réveiller. Il va avoir du mal avec le manque de sa jambe, il risque de ne pas s’en rendre compte immédiatement. Vous pouvez aller le voir si vous le souhaitez. » « Merci beaucoup mademoiselle. » Tu te dirigeais vers son lit, il allait se réveiller, que pouvais-tu faire mis à part attendre ? « Tu veux bien rester avec moi ? Enfin sauf si tu veux chercher ta famille je comprendrais Az’. En tout cas merci d’être resté avec moi jusque-là, c’est vraiment gentil de ta part ! »

AVENGEDINCHAINS
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 832
Race : Tempestaire de ronces

WORLD ON FIRE
Les évènements autour de toi te donnaient le tournis. Il y avait trop de monde, trop de nouvelles têtes et trop d’agitation. Tu t’inquiétais pour toute ta famille, pour Alix et pour tous ceux que tu n’avais pas encore vu. La fée qui s’était occupé de Castiel et de toi était partit se reposer un peu histoire de ne pas s’épuiser inutilement. Tu n’en revenais pas qu’il soit aussi gentil avec vous. Vous aviez été très proche pendant une certaine période et c’était chez lui que Castiel était allé se réfugier après votre dispute. Tu le remercierais encore après la catastrophe pour sa gentillesse et avoir utilisé sa magie sur vous. Il ne restait plus que Castiel et toi, tu redoutais un peu votre discussion, vous n’aviez encore pas parlé depuis votre dispute. Mais il te manquait terriblement, être séparé de ton jumeau c’était quelque chose d’invivable. Castiel s’excusait de ne pas avoir été totalement honnête avec toi, tu ne lui en voulais plus, après votre séparation et son manque tu avais totalement outre passé cette histoire. « Je suis désolée Castiel d’avoir réagis de cette manière. J’ai aussi pas mal de tord dans cette histoire, je n’aurais pas vraiment du m’emporter aussi facilement et être aussi méchante avec toi. Je m’en excuse Cas’. » Tu retrouvais ton jumeau cela te faisais un bien fou de pouvoir lui parler de nouveau. Tu voulais rentrer avec lui chez vous et que votre vie redevienne comme avant cependant votre maison n’était plus en état d’être habitée. Les paroles de ton jumeau te donnaient envie de pleurer, les larmes te montaient aux yeux. Toi non plus tu ne pouvais pas vivre sans lui et tu avais tellement eu du mal à supporter ces semaines sans lui. « Castiel, tu m’as tellement manqué ! Je ne veux plus passer une minute sans toi ! » Même s’il te refaisait un coup de la sorte tu ne pourrais pas être séparé de lui aussi longtemps. Cela avait été un vrai supplice et tu prendrais sur toi pour que ça ne se reproduise pas. « Je ne peux pas vivre sans mon jumeau Cas’. Tu m’as manqué tous les jours ces dernières semaines et ce fut un supplice. » Tu avais le je t’aime extrêmement difficile mais après tout vu ta famille c’était totalement compréhensible, Castiel avait plus de facilité à le dire mais il savait que tu pensais la même chose que lui. Que tu l’aimais plus que tout, enfin dans la limite du raisonnable pour une relation de jumeaux.
La jeune femme devant toi, enfin plutôt ta nouvelle super cousine avait sorti une photo de sa mère et visiblement aussi de la tienne. La ressemblance était assez troublante et si elle était bien la fille de la seconde femme de la photo il n’y avait aucun doute sur votre parenté. Tu trouvais tout de même cela étrange qu’elle débarque précisément lorsque tout s’écroulait autour de vous et dans un instant aussi tragique d’un incendie catastrophe. La seconde partie de la famille choisit aussi cet instant pour débarquer et donc couper court à la petite conversation qu’il y avait entre Aslinn, Castiel et toi. Vous aviez le don les jumeaux pour agir de la même manière et la pauvre sirène devait se sentir un peu étrangère. Les O Murchu n’étaient pas connu pour leur délicatesse c’était un fait. Castiel se dirigeait vers vos sœurs fraichement arrivée. « Huuum, alors ce qu’on va faire, Aslinn… Vu que pour le moment c’est un peu encore le bordel vu qu’il nous manque des membres de la famille et d’autres sont encore en soin, je pense que tu peux rester avec nous pas de soucis, mais on trouvera surement un moment plus adéquat pour parler de notre parenté. Qu’en penses-tu ? »
Tu te dirigeais à ton tour vers ta grande et ta petite sœur. Cela faisait du bien de les voir saines et sauves. Isleen avait demandé où était Logan, il était sous ta responsabilité et tu te sentais mal de devoir lui avouer que tu avais failli à ton rôle de grande sœur qu’elle faisait à merveille elle. « Il est aux soins, il a été gravement blessé je crois, je n’ai pas pu le secourir rapidement… Je suis désolée Is’. » Tu doutais qu’elle t’en tienne responsable mais tu ne comprenais pas comment elle arrivait à gérer sa position d’aînée à surveiller tous ses frères et sœurs alors que toi tu n’étais même pas capable d’en protéger un seul. Castiel lui expliqua rapidement l’histoire avec Aslinn qui vous était tombée dessus histoire qu’elle soit au courant et qu’avec son talc le courant passe mieux avec la nouvelle venue. Tu portais ensuite ton attention sur la petite dernière de la famille. C’était le duo des jumeaux les plus jeunes qui avaient visiblement le plus souffert de cet incendie, vous autres aviez été épargnés. « Ca va aller pour toi, les médecins vont soigner le tout et tu pourras marcher et danser à nouveau Phoebe. » Tu essayais d’être réconfortante et maternelle mais tu n’avais pas un don inné pour ce genre de choses, C’était plus le rôle d’Isleen, la mère poule, toi tu en étais totalement incapable.
C’est au tour de Siobhan de se montrer, il y avait une sorte de défilé de tête autour des 2-3 lits que vous occupiez mais cela faisait du bien de voir des visages familiers sains et sauf. Malgré le fait que Sio et toi n’étiez plus réellement très proche après vos légers différents sur le mariage arrangé tu étais heureuse de la voir. « Tu t’en es sortie indemne toi aussi ? Tout le monde va bien chez toi ? » Tu prenais des nouvelles rapidement c’était la moindre des choses à faire dans ces moment-là. Tu laissais Castiel et sa future femme discuter, il s’inquiétait peut-être pour elle malgré le peu d’intérêt qu’il portait à leur mariage. Un texto d’Alexis te permis de t’éclipser discrètement. Tu n’avais pas eu une seule seconde l’idée d’utiliser ton téléphone pour prendre des nouvelles de tes proches et voir que ta meilleure amie s’en était sorti te faisait chaud au cœur. Pour l’instant il n’y avait pas de victime à déplorer dans ceux qui comptait pour toi et c’était le principal. « J’étais au manoir Mushu, il n’y avait que Logan et moi mais il n’est pas très bien… On attend les infirmières. » Alexis connaissait toute la famille et était assez proche de tous les membres.
« Mademoiselle O Murchu ? » Une infirmière se tenait derrière toi. Tu t’empressais de ranger ton téléphone pour l’écouter. « Vous êtes bien la sœur de Logan O Murchu ? Nous avons fait le nécessaire pour lui, il va beaucoup mieux. » Ce fut un soulagement ! Ton petit frère n’avait donc rien ! Un gars assez costaud ramena le petit dernier de la fratrie dans un lit et à présent, tous les enfants étaient sains et saufs dans des états plus ou moins corrects. C’était un soulagement d’être entouré de tes frères et sœurs.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Je ne ressentais plus rien. J'étais perdu en moi même, en mon esprit, en mes souvenirs. Tout n'était qu'obscurité  ou vision flou de la réalité. Le temps d'une seconde, ma conscience reprenait le dessus, ouvrant mes yeux à moitié, me forçant à faire face à la réalité. Tous ces bruits, ces cris, ces voix inquiètes et effrayées qui grouillaient autour. Et toutes ces couleurs orangées, ces images de bâtiments en flammes ou en cendres. Cette supposée réalité me semblait au final pure imagination de mon esprit. Une ville comme Bray, aux apparences d'être tombée en enfer, cela me paraissait bien plus irréel que possible. Et je sombrais une nouvelle foi. Je me retrouvais seul dans le vide de mon esprit. Je ne me sentais plus en vie, comme touché par un Avada Kedavra.

Puis la douleur ressurgit brusquement. Mes yeux s'ouvrirent en grand, et mon cri fut aussi fort et strident que celui de Mimi Geignarde. Je m'aggripais à ce qui me passait sous la main, une blouse, un rebord de table, les serrant de toutes mes forces pour tenter d'éloigner cette sensation qu'on m'arrachait la jambe. Mes yeux s'affolaient, je n'arrivais pas à fixer mon regard sur une chose en particulier. Je voyais des visages indistincts, inconnus, un bout de bois aussi. On venait sûrement de me retirer la branche qui transperçait ma cuisse. Je ressenti alors cette même sensation désagréable, précédent l'évanouissement. Des sueurs froides me parcoururent le corps, et mon visage se vida littéralement de mon sang. Mes oreilles bourdonnèrent, les voix ne devenant plus que des bruits de fond berçant ma descente dans l'inconscient. Mains crispées, yeux fermés, bruits étouffés, l'obscurité refit son apparition.

Je me sentais libre. Aussi libre qu'un elfe de maison à qui on aurait donné une chaussette. En paix. Passé la souffrance, la mort était douce au final, agréable. Simple. Car en cet instant, je ne me voyais pas être en vie. Pas avec cette blessure, avec tout le sang que j'ai perdu. Je priais pour que Hazel soit saine et sauve. Puis me laissais porter à l'image d'Amanda. A son sourir, ses beaux yeux bleus emplis de joie. Je me demandais quand je la rejoindrai enfin, lorsque mon esprit reprit le chemin de la réalité. Lumos. Je clignais des yeux, me réveillais de ce sommeil qui me semblait avoir durée une éternité. Je ne voyais que des points de couleurs, jusqu'à ce que je la vis elle. Et alors tout ce qui était autour disparu. J'en venais à oublier ma présence ici, les derniers événements. Mes yeux furent incapable de quitter les siens.

"Mon Hermione...", dis-je dans un souffle, encore droggy de mon opération. "Je t'aime.", les mots s'échappèrent de mes lèvres. Mais c'était la seule chose qui me traversait l'esprit en cet instant. Et ils se répétaient en boucle dans ma tête, tandis que je tendais une main vers elle, sans avoir assez de force pour la lever dans les airs. J'étais tellement heureux de voir qu'elle allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

world on fire

Tu voulais éclaté de rire, elle était tellement loin de savoir la vérité. Tellement loin de connaître ta nature. Mais l’enfer, toi tu connaissais. T’étais dedans, toujours dedans, pour toi, la terre c’était ton enfer personnel, un inconfort constant, cette douleur qui palpitait en toi, toujours présente, sans jamais s’estomper. T’avais appris à vivre avec, t’avais appris à vivre avec la douleur de ton âme, celle de ton coeur aussi, tu les enterrais loin, profondément. Et c’est peut-être pour ça que t’étais un enfoiré, que t’avais pas de coeur, mais tu étais beaucoup plus humain que tu ne voulais te le faire croire, parce qu’au fond de toi, t’avais peur, peur de t’attacher à nouveau, peur de ressentir autre chose que la haine, que la rage. Mais ces émotions, elles étaient humaines, et tu ne le réalisais peut-être pas, t’en avais peut-être pas l’impression, mais tu t’étais attaché une fois, t’avais aimé une fois, c’était beaucoup plus que la majorité des djinns que tu connaissais. Et t’avais beau te cacher la face, t’avais beau tout enterrer, un jour ça allais t’éclater en plein visage.

‘’Je suis bien pire que le diable.’’

Ce sourire qui éclairais de nouveau ton visage, mauvais, dément. Et au fond, tu l’étais un peu, dément. T’étais pas sain d’esprit, tu ne l’as pas été depuis longtemps, bien avant elle, bien avant son meurtre. Elle, elle avais autant contribuer à te sauver qu’à t’enfoncer. Elle t’avais aidé, mais tu le savais que cela aurait été temporaire, un jour, qu’elle n’avais pas été éternel, qu’elle ne l’aurais jamais été, qu’elle aurait finit six pieds sous terre éventuellement. Ça ne t’aurais peut-être pas amener dans l’abysse comme cela là fait, parce que cela aurait été naturel, parce que c’est pas toi qui l’aurais tuer, mais ça t’aurais tuer, ça t’aurais enfoncé dans ta démence, dans ta folie. Un jour ou l’autre, t’aurais finit dans le même état qu’aujourd’hui.

L’erreur est humaine. L’erreur n’était pas qu’humaine, toi, tout était calculé, tout était pesé, le pour et le contre, mais t’en avais fait des conneries, tu l’avais aimée, elle, et puis la blonde face à toi, elle aussi t’avais pas pu t’empêcher, elle lui ressemblais trop, elle était trop semblable. T’avais fait une connerie, mais t’était trop fier pour l’admettre. T’étais trop fier pour faire autre chose que d’assumer et de mener sa vie un enfer, question que toi, tu ne t’attache pas.

Tu la fixais toujours, et au fond de toi, t’aurais bien aimer pouvoir quitter la ville, mais t’étais pris ici, avec ta magicienne, tu pouvais pas aller bien loin. Tu levais un sourcil à sa dernière phrase, un léger sourire éclairant tes lèvres

‘’Tu m’as déjà vue être sage? Et puis, j’aime bien mieux faire de ta vie un enfer que de quitter la ville.’’

Une brune arrivais sur ses mots, et un léger sourire éclaira de nouveau ton visage, tu las reconnaissait, c’était la fille du bar, celle que, faudrais t’arracher la tête pour que tu l’admette, t’appréciais. C’était sûrement pas réciproque, mais toi, t’avais bien aimé votre petit jeu, votre petite guerre.

AVENGEDINCHAINS


(HJ: C’est vraiment mauvais. Sorry.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
World on fire
L
ogan était blessé. Mon inquiétude restait forte. Je ne me calmerais que lorsque je le verrais. Mais Niamh semblait encore plus inquiète comme si elle se sentait coupable. Pourtant elle n' avait aucune raison de l' être. J' allais la serrer dans mes bras pour la rassurer.

« Chut, ça va aller ma Niamh. Tu n'y est pour rien et tu n' aurais rien pu y faire. Mais merci. Merci de l' avoir amené. Et tout ira bien tu verras. »

Je mis encore un peu de temps avant de la lâcher. Je ne le fis que lorsque je la sentis se détendre tout doucement. Je n'aimais pas la voir comme ça. Je n' aimais pas voir mes frères et soeurs comme ça.
Mais Logan revint enfin et il était bien. Nous étions enfin tous réunis. D' accord nos parents étaient absents mais pour moi, mes parents n' étaient guère utile. Savoir que la totalité de la fratrie était enfin ensemble suffisait à me rassurer. Et je pus enfin me concentrer sur l' autre situation imprévue que nous tombait dessus. On avait visiblement une cousine du nom d' Aslinn. Je pris la photo que me tendait Castiel et la regardait. Alors c' était donc vrai. La brune que j' avais bousculée à mon arrivée était une cousine. La pauvre était tombée en plein chaos et devait être perdue. Je rendis la photo à Castiel avant de me diriger vers cette nouvelle cousine. Je la pris dans mes bras, comme je l' avait fait avec mes frères et soeurs, et l'embrassait sur la tempe.

« Bienvenue dans la famille Aslinn. C'est le chaos, mais tu es la bienvenue. »

Je lui fis un sourire rassurant. Elle était tombée au moment mauvais, mais elle devait savoir qu'elle serait accueillie affectueusement dans la famille. En tout cas, pour ma part, j' allais m' assurer qu' elle aille aussi bien que mes frères et soeurs. La situation nous avait prouvé qu' il était nécessaire de rester soudés les uns avec les autres. Je la pris donc par les épaules pour la mener face au reste de la fratrie et faire de vraies présentations en bonnes et du forme, même si Niamh ou Castiel avait déjà du débuter la formalité.

« Moi c'est Isleen. Je suis l' aînée. Le beau brun là, c'est Castiel. Mais je pense qu' il a déjà dû se présenter. C'est le frère jumeau de Niamh qui est là et qui vient de te parler. C'est la seconde paire de jumeaux de la fratrie. Dans notre famille, ça fonctionne par jumeaux. La petite brune à la jambe cassée, c'est Phoebe. Et celui qui vient de revenir c'est son jumeau Logan. Ah et le grand pas causant, là, c'est mon mari Asher. Niamh a raison, on parlera famille plus en détail plus tard. Mais tu vas rester avec nous. Parce que maintenant que la famille est réunie, on se sépare plus. »

Je la poussais doucement par les épaules pour l'encourage à aller s' asseoir auprès du reste de la fratrie. Je me doutais que la situation devait lui être intimidante mais au moins, maintenant elle était avec les siens et j' allais m' assurer que tout se passerait bien pour ma famille. Certes, le chaos n' allait pas disparaitre aussi vite et Logan et Phoebe étaient blessés. Mais nous étions ensemble et leurs blessures se remettrais. Je les surveillerais personnellement et les couveraient davantage si il le fallait. Mais je ne notais qu' une chose. Nous étions enfin ensemble. Et même si la présence de Siobhan me semblait de trop, car je ne la considèrais pas comme ma famille, j' étais désormais rassurée. Il ne fallait plus qu' attendre maintenant. Nos parents finiraient de toute façon par nous retrouver. Je ne doutais pas des capacités de mon père dans ce domaine.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT] WORLD ON FIRE - PART ONE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» The LiveSkipper World Race Départ 31/12/2010 à 12h00 GMT
» (M) Jai Brooks + Set the world on fire
» World event
» [Comic] Première BD Hero Factory 2011 : Ordeal of Fire
» The Legend of Nintendo World [RPG Maker XP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-