Follow me... Don't ask, just follow me, right ? feat. Alaska

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Quelqu'un peu me rappeler pourquoi j'avais intégré la Dux Tenebris déjà ? Je crois que de toute ma vie je n'avais jamais fait un choix aussi débile. Oh, non. Pardon, il y avait Hamlet. Puis ma vie était un enchaînement de choix débiles de toutes façons.Mais le denrier en date était plutôt pas mal. Comme vous le savez déjà, je suis membre de la Dux Tenebris et je me suis engagé en temps qu'information. Ben quoi ? Je passais mes journées à m'endormir n'importe où ? C'est qu'à faire semblant de dormir parfois, on entendait des trucs intéressants. Puis je n'avais pas trop la tête d'un sale type donc quand je parlais avec quelqu'un sa passait crème en général. Puis au pire, je pouvais toujours exploiter Hamlet si j'avais besoin. Après tout, autant qu'il me serve.

J'avais donc accepté cette mission qui était de capturer une Grindylow pour ensuite l'amener à la Dux Tenebris pour lui soutirer des informations. Je ne savais pas trop ce que la fille ne question savait de si précieux, mais je n'étais pas du genre à poser des questions à mes supérieurs. J'avais pas envie de m'attirer des problèmes non plus. Ainsi, ces derniers jours, je m'étais efforcé de jouer les agent infiltrer pour en apprendre un peu plus sur ma cible avant de passer à l'action. Mon plan était tout près. Il ne me restait qu'à convoquer Hamlet pour qu'il fasse le sale boulot. Mais là était le problème. J'avais beau tenter tous les moyens de communication magique ou non, possible, le djinn ne répondait pas. Puis, je me sentais con... Parce que la seule raison pour laquelle il ne devait pas me répondre, c'était sûrement que je lui avais donné un autre ordre, parce que même si il était sur le trône ou en plein épisode des feux de l'amour, Hamlet aurait été obligé de tout lâcher pour me répondre. Le problème, c'est que je ne me rappelais juste pas quel ordre je lui avais donné récemment...

Du coup, je me retrouvais sur cette mission tout seul. Je n'avais pas de délai pour la remplir, mais on m'avait bien fait comprendre qu'il fallait que ce soit fait avant la fin de la semaine. Et c'est qu'ils rigolaient pas à la Dux Tenebris. OK, le maire ne me détestait pas trop pour le moment, mais je voulais pas en abuser non plus. Du coup, je me retrouvais là, comme un con, devant l'Ambush à me demander si je devais vraiment rentrer dans ce fichu bar pour aller voir cette foutue Grindylow ou pas. De toute façon ce n'était pas comme si j'avais énormément de choix non plus. Poussant un long soupire, je rentrais dans le bar et... Et non, je vous jure que ce n'est pas une blague débile du genre : l'histoire du mec qui rentre dans un bar et lance "Salut c'est moi !!" mais en fait... c'était pas lui.

A défaut de trouver autre chose de plus intelligent à faire, je me mis au comptoir à côté de la jolei blonde que je savais être ma cible et d'un air détaché, je commandais une bière. J'aimais bien l'alcool, mais j'étais plus le genre de personne à se prendre une bonne murge en soirée pour promettre le lendemain matin qu'il ne boirait plus jamais, que ceux qui venait à l'occasion boire une bière entre amis ou non dans un bazar. De toute façon, ce n'était pas pour tous les amis que j'avais dans cette fichue ville. Je préférais encore vider la contenu du bar de mes parents en compagnie d'Alexis, chez moi, que d'aller tenter de jouer les jolis coeurs en ville. En attendant, je continuais de me plaindre mentalement, oubliant limite que j'étais sensé capturer ma voisine.

Capturer ma voisine... C'était tellement pitoyable comme expression. On se croirait dans Pokémon. Dommage que ça ne soit aps le cas d'ailleurs, parce que j'étais plutôt doué à ce jeu quand j'étais plus jeune. Il suffisait d'une bonne équipe et d'une pokéball et le tour était joué. Quoique, dans ce cas précis, mon équipe m'avait lâché. Ou tout du moins avait une autre mission. A tout les coups, j'avais encore du donné un ordre à la con à Hamlet du genre "Tu peux pas me foutre la paix pour quelques jours ?" et il avait du le prendre au pied de la lettre, comme d'habitude. Et maintenant je me retrouvais dans la merde, comme d'habitude. J'avais bien envie de laisser ma tête tomber sur le comptoir pour m'endormir, comme un narcoleptique. Mais je n'étais pas sûr que ce soit très bien vu. Alors je croisai les bras et posai ma tête dessus en regardant les bulles de ma bière en face de moi, monter, monter, monter, jusqu'à s'éclater à la surface.

Si seulement je pouvais être comme une de ses bulles et n'avoir aucun autre soucis que monter et m'éclater. Je n'avais pas bu une gorgée de ma bière que j'étais déjà creuvé et j'en avait déjà marre de cette mission. Mais ce n'était pas comme si j'avais le choix. Quoique, ça ne m'empêcha pas de piquer du nez. A croire que j'étaix devenu incapable d erester éveillé plus de quelques heures maintenant. C'est triste. Mais c'était le prix de ma magie et ma négligence à son égard. En même temps, ma mentor ne se serait pas barrée sans un mot aussi... Peut-être que j'aurais été plus motivé pour faire des efforts. Enfin bon, je ne pouvais pas me permettre de pioncer ici. Je me redressait et décroisai les bras dans le but de m'étirer longuement. Mais mon coude tapa au passage dans le verre de ma voisine et le renversa sur elle, temps qu'à faire.

- Oh... Désolé. Promis, c'est pas une tentative de drague douteuse Alaska, j'aurais du faire attention...

Plus con, on meurt, je vous le jure. S'excuser, c'était la moindre des choses, mais avoir la maladresse de dire le prénom de la Grindylow dans ma phrase... Ca c'était carrément suspect. Et au mieux, j'avais passer pour un stalker pervers... Ce qui n'était pas franchement top à vrai dire. Sérieusement... Pourquoi il n'y avait personne pour m'achever quand je faisais des conneries pareilles hein ? Du coup j'avais aucune idée de ce que je pouvais dire d eplus ! Avec un peu de chance, Alaska n'aurait pas relever que je connaissais son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Follow me.
Don't ask, just follow me.
C’était l’une de ses journées où le destin semblait prendre le dessus, la douleur dans ma cuisse vrillais mes muscles, ma jambe, mon corps, tel un coup de couteau qui s'enfonçait pour mieux se retirer. Encore et encore. J’allais me glisser dans le lit d’Utah, me collant contre cet homme, ce frère qui n’en ai pas tout à fait un. Laissant mes pensée glissé contre lui, lui parlant dans la lueur de l’après-midi, lui me serrant contre lui, malgré le mal de tête carabinés qui devait le terrasser, vu sa soirée de la veille, soirée à laquelle je n’avais pas participé, pour une fois. Et malgré tout, malgré son lendemain de veille, sa fatigue, son manque de sommeil, il me garda contre lui, me laissant raconter ma douleur, me laissant revenir sur un passé longtemps résolu, sur des souvenirs merveilleux de plage et de surf, de feu de camps et de rire.  Les rires retentissait dans la petite pièce, éclairant mon âme et mon coeur. Et fût un moment où il fallut qu’il se lève, parte. Et je me retrouvais de nouveau seule avec moi-même ,avec cette journée qui ne commençais pas super bien. Je voulais aller boire ma douleur pour une fois. Je voulais rire et pleurer, je voulais entendre les autres rirent et se taquiner. Je sortit, ma planche à roulette sous le bras, la laissant me conduire là où elle voulait. Depuis mon accident, c’était la seule planche sur laquelle j’embarquais. Hell, je m’étais retrouvé dans une ville qui n’avais rien des vagues ahurissante qui peuplais la mer de mon enfance. Mais elle me gardais sur le droit chemin cette chère amie, cette planche qui me suivait partout, en cours, dans les partys ou encore dans la nuit. Elle roulais partout, me portant tel un nuage de bonheur.

Je me retrouvais devant un petit bar, miteux, dans le pire quartier, ce quartier mal famé que tous évitait. Je regardais cette place, un regard perplexe, un doute en moi. Mais je ne l’écoutais pas, je n’écoutais jamais ces pressentiment qui me prenait parfois. J’aimais bien mieux faire à ma tête et foncer droit dans le danger. C’est ce qui était arrivé à Hawaii du coup. Mon instinct m’avais dit et redit de ne pas la faire, que ça allais mal tournée. J’avais rien écoutez du tout et me voilà, une jambe en compote et dans une ville où le surf était inexistant. Au moins l’alcool existait. Alors j’y entrais dans ce bar mal famé, dans la noirceur mal éclairé. Un homme au fond y était assis, entre deux lumière, dangereux sous la lumière tamisé, trop sombre de l’endroit. Il était le seul visiteur du lieu en cet après-midi trop ensoleillé.

Je m’assoyais au comptoir, sur l’un des grands tabourets, commandant une bière, je la dégustais tranquillement lorsqu’un grand type vint se placer directement près de moi. Sur le coup, je voulais lui sauter au cou, le rentrer dans le mur, lui casser mon verre sur la tête. Le bar était vide, fallait réellement qu’il viennent s’asseoir près de moi? Mais le silence qui s’ensuivit me calma, et je ne pu m’empêcher de le regarder du coin de l’oeil alors qu’il semblait vouloir s’endormir dans son verre.  Du coup, lorsque son coude cogna sur mon verre, le renversant sur moi, me sortant une phrase bidon, je ne relevas pas qu’il savais mon nom. Ne le réalisant même pas. De toute manière, j’étais tellement habitué maintenant que les gens me reconnaissent dans la rue suite à mon accident… Mais je vis rouge. Sérieusement? En plus de prendre la seule place près de moi dans un bar vide, il avais réussit à renverser toute ma bière, ma précieuse bière sur moi. Comme si cette journée pouvais être pire. Je pris son verre, y pris une gorgé tranquille, regardant l’homme près de moi dans les yeux, pour ensuite le renverser sur sa tête, lentement, avec tout le plaisir que cet acte me procurait.

Bien fait pour lui.

‘’Maintenant on est quitte’’

Je me commandais un autre verre, lui tournant le dos, le laissant là, dégoulinant de la tête au pied. Je savais pas ce qu’il cherchais chez moi, ni ce qu’il voulais, mais là, présentement, ça me passais dix pieds au dessus de la tête.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
La chance ? Je crois qu'il s'agissait juste d'un concept que les gens avaient inventé pour se rassurer. Parce que, personnellement, je trouvais cette notion très vague et je n'avais jamais eu l'occasion de la tester. Quoique je fasse, les choses tournaient mal. Alors pourquoi j'étais toujours étonné qu'il m'arrive des trucs pareils hein ? Je pensais que m'excuser suffirait à calmer Alaska, au pire je pouvais bien lui payer une autre bière, je m'en fichais. Ce n'était pas comme si l'argent était un réel problème pour moi. Puis ce n'était pas comme si je venais de commettre un crime de la plus haute importance. OK, la bière était une sorte d'idole en Irlande, mais il ne fallait pas abuser non plus, ça restait une boisson comme les autres. Pourquoi les gens en faisaient autant pour si peu ? C'était pas comme si j'avais déclanché la troisième guerre mondiale non plus.

Puis comme un con, je regardais Alaska attraper ma bière pour en boire une gorgée. Qu'elle la finisse si ça pouvait l'aider. De toute façon elle ne risquait pas d'en boire de nouveau avant un petit moment si je réussissais ma mission. Si j'avais été plus intelligent, j'aurais peut-être pensé avant à l'idée de faire boire ma cible pour l'emmener plus facilement... D'ailleurs, cet espoir persista encore une petite seconde avant que la blonde me renverse ma blonde sur la tête. Ouais, je blague, mais je n'avais pas l'air fin avec mes cheveux plein de bière. Alaska balança qu'on était quitte à présent. Et je me sentais toujours aussi con. J'étais sensé faire quoi maintenant. Si j'avais été plus réveillé, je crois que j'aurais trouvé tout de suite une solution. Mais là, il me fallait le temps de connecter mon neurone.

Je laissais la blonde me tourner le dos sans bouger d'un iota. Je vous assure qu'on fait difficilement plus con que moi en ce bas monde. Heureusement, parce qu'on serait pas dans la merde sinon. Je poussais un soupire. Je n'avais pas envie de risquer de commander une nouvelle bière. Puis, pourquoi de toutes les cibles de la Dux Tenebris, je tombais sur la demoiselle caractérielle de mauvaise humeur hein ? La vie était injuste. J'aurais du demander à Lana de venir avec moi sur ce coup là. Quoique, il me semblait que ma chère coéquipière était sur une autre mission en ce moment. Décidément, quand une merde décidait de me tomber dessus à moi... J'allais vraiment finir par croire que j'étais une sorte de tuer en série sans foi ni loi, dans une autre vie, et que j'en recevais ma punition maintenant. Quoique, j'avais bien tué mes parents dans cette vie là....

Allez, bouge-toi Eldy, fais quelque chose. Je me repassais mentalement, tous les plan que j'avais élaboré avant de rentrer ici. OK, je n'avais pas de plans avant de rentrer ici. J'étais sensé faire quoi du coup ? J'aurais bien aimé aller me mettre en Position Latéral de Sécurité dans un coin pour pleurer toutes les larmes de mon corps, mais ce n'était pas très viril, ni très digne de moi. Je vous l'accorde, ma dignité n'était plus vraiment existante... Mais quand même... Je n'étais pas du genre à pleurer pour si peu. Quoique... Peut-être en fait... Mais je n'avais pas envie de me lancer dans une analyse maintenant. Il me fallait une idée. Roh et puis pourquoi je me prenais la tête hein ? Je re-commandait une bière et la bu d'une traite. Au moins elle ne risquait pas de finir sur ma tête celle là. Passant une main dans mes cheveux, qui étaient à présent tout collant, je tentais une nouvelle approche vers Alaska, un petit sourire débile plaqué sur le visage.

- Hey, sérieux, chuis désolé pour ta bière de tout à l'heure... Promis, j'vais revoir ma technique de drague la prochaine fois.

Evidemment, je disais ça que le ton de la rigolade. Je pense que si Alaska n'était pas trop bête, elle devait avoir compris qu'il ne s'agissait pas vraiment d'une technique de drague. Ce n'était vraiment pas mon genre de faire des choses pareil de toute façon. Je trouvais ça totalement con d'essayer d'attirer l'attention de quelqu'un...  D'ailleurs je venait déjà de faire cette blague sur les techniques de dragues... Mais je n'étais pas sûr qu'Alaska m'ait vraiment écouté la première fois, vu comment elle était énervée. Au pire tant pis, j'étais bien trop crevé pour réfléchir à une autre connerie de toute façon.

- J'te dirai si la bière c'est bon pour les pointes...

En fait, j'avais pas vraiment besoin de réfléchir pour sortir des bêtises, c'était ça l'avantage d'être bête. On disait rarement des choses très philosophique à moins d'y réfléchir pendant un bon moment. Je n'étais peut-être pas si bête que je le disais, mais je ne faisais aucun efforts, donc ça revenait exactement au même de mon avis. D'ailleurs ne parlant d'effort, j'essayai de me trouver une excuse poru avoir abordé Alaska et ne pas passer pour un stalker ou juste pour un boulet suprême... mais rien ne me venait à l'esprit alors au pire... Tant pis... J'allais encore passé pour un con. Mais ce n'était pas nouveau en même temps. En attendant une réponse de la part de la blonde, je me frottais les yeux après avoir mis ma main devant ma bouche pour masquer un bâillement. A cette allure, je risquais de me rendormir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Follow me.
Don't ask, just follow me.
Une gorgée du liquide dans ma bouche, douceur âcre, amer, sucré sur la langue. Je ferme les yeux, pensant enfin être débarrassé du pot de colle, mon chandail mouillé moulant mes formes tel un étendard géant avec un message du type escorte, mais présentement, c’était le dernier de mes soucis. J’avais juste envie de goûter la bière sur la langue, de la déguster tranquillement, perdue dans mes pensées. J’avais bien méritée de décompressée, non? Ma jambe me brûlais depuis des jours maintenant, comme une marque de feu, me rappelant sans cesse les vagues, l’océan, l’eau qui coule doucement sur ma peau, caressant mon âme, caressant mon être. Et au moment que je m’enfonce de nouveau dans mes souvenirs, dans l’océan et les vagues, les récifs me frappent de plein fouet, alors que je me retrouve enfoui sous la mort et la douleur, ballottée telle une poupée. Mes yeux s’ouvrent en grand, évitant les souvenirs douloureux.

Mais il revient à la charge, s’excusant de nouveau, me sortant de nouveau cette putain de phrase à la con. Sa technique de drague, il est sérieux lui? Il pensais à quoi? Qu’en me renversant mon verre sur moi j’allais devenir toute douce et sympathique? Il devait sérieusement être atteint de démence pour penser qu’un truc pareil allais fonctionner. Et puis, il y avais plusieurs règles ici-bas, et la plus important était de ne jamais, jamais, jamais enlever l’alcool des mains d’un australien, et ne pas les provoquer, ils ont la tendance plutôt facile sur les poings. Et ce gars qui se pensait au dessus de tout, il jouait avec le feu. J’avais été élevé avec deux gars qui prenaient comme un devoir de me protégé, ils m’avaient appris bien plus que de donner un coup de genou bien placé. Et il se pensais où lui de toute manière? On était à l’Ambush, pas la meilleure place pour essayer des techniques plus que douteuse.

‘’Oh, mais putain, mec. T’as pas compris le message? T’en veux plus peut-être? J’suis pas d’humeur pour tes techniques de drague douteuse, mais là, vraiment pas. Soit tu dégage ou je t’en renverse une autre, mais cette fois dans ton slip. Tu vas pouvoir voir si c’est bon pour hydrater ta troisième jambe.’’


Lui tournant le dos de nouveau, un léger sourire sur les lèvres, il me gonflait, mais j’imaginais très bien la scène alors qu’un fou rire menaçais de traverser mes lèvres, de retentir dans l’endroit silencieux. Rien de plus mauvais que de rire lorsque l’on essaie d’avoir l’air méchante, mais je le sais bien que je ne le suis pas, mais une bière renverser c’était d’ailleurs le pire des scénarios. Et puis, s’il savait mon nom, c’était parce qu’il me connaissait du surf n’est-ce pas? Et la lumière qui s’allume dans mon esprit alors que je me retourne.

‘’Sérieusement, si c’était une autographe que tu voulais, y’as de meilleures méthodes qu’une bière renverser pour arriver à tes fins.’’

Ceux qui connaissait mon nom, voulais habituellement un autographe ou me demander si j’avais repris les compétitions ou de savoir pourquoi j’avais disparu. Même si j’essayais d’éviter ceux qui posait trop de questions, m’enfin, les fan en général. C’était le rayon d’Utah de se pavaner devant les foules et de signer les seins des filles qui se pâmait devant lui, j’aimais mieux me faire petite et me concentrer sur les vagues et ma planche, mais parfois c’était impossible de tous les éviter, alors je faisais avec, souriante et tout et tout.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Bordel de cul. Comme ça me faisait plaisir à moi aussi de devoir tenter de faire la conversation avec cette fille pas du tout coopérative. Pourquoi est-ce que j'étais autant une merde en communication hein ? Enfin, il me semblait que j'avais pas un trop mauvais feeling avec les gens d'habitude. Mais évidemment, il fallait que je tombe sur la fille la moins aimable de la ville et le plus irritable aussi. J'm'en foutais pas mal qu'elle me renverser une bière sur la tête. Mes cheveux avaient déjà connu pire que ça. Et non... Vous ne voulez pas savoir ce que j'entends pas "pire", croyez-moi. J'avais tellement envie de me barrer d'ici et de rentrer dormir chez moi. Mais je n'avais pas le choix. J'allais me faire arracher les yeux par le maire si je repoussai encore cette mission. Encore, je m'en foutais du maire... Mais ça ferait bientrop plaisir à Hamlet. Quoique, le Djinn serait déçu de ne pas pouvoir m'arracher les yeux lui-même.

Alaska venait encore de me gueuler dessus en me disant d'aller me faire foutre. Et encore, j'étais poli en disant ça. Je pouvais bien comprendre que ça la faisait chier qu'un gars s'accroche comme ça. Mais j'en avais absolument rien à faire d'elle. Ce n'est pas méchant hein ! C'était juste vrai ! Cette fille était juste ma mission ! Je devais la remettre à la Dux Tenebris et basta ! Finito ! J'voulais pas la mettre dans mon lit ! Je voulais même pas de son numéro de portable ! De toute façon j'avais déjà son numéro de portable... Déconnez pas hein ! Je suis peut-être un peu mou du genou, mais je suis plutôt bon quand il s'agit de faire des recherches sur quelqu'un. Mais bon, je n'étais pas sûr que son numéro de portable me servirai à quoique ce soit.

La jolie blonde me tourna alors de nouveau le dos, apparemment elle était fière d'elle et... Et j'étais juste désespérer. Soupirant longuement je recroisais mes bras sur le comptoir pour poser ma tête dessus. La prochaine fois qu'on m'impose une mission pareille, peu importe les conditions, hors de question que ce soit moi qui m'en occupe. C'était bien trop galère comme ça. Limite se serait mieux à faire passer les interrogatoires. Ouais non... Je serais pas crédible dans ce domaine... Déjà que j'arrivais pas à aborder une fille dans un bar sans qu'elle pense que je ne suis qu'un sale dragueur... Puis, comme si elle m'avait entendu me plaindre, Alaska se retourna vers moi et me demanda si je voulais un autographe. Je crois que, si j'étais quelqu'un de plus énergique, je lui aurait sauté dessus pour l'embrasser. Mais, elle n'eut le droit qu'à une illumination de la part de mon regard et une vaine tentative de réprimer un sourire.

- Je euh... Vraiment ? Enfin... je veux dire... Désolé... Je voulais pas t'aborder comme ça je... Je suis juste pas doué et con quand je m'y met... Mais c'est pas tous les jours qu'on rencontre des surfeuses à Bray...

Je n'étais pas un menteur invétérer. Mais pour le coup, je n'avais pas besoin de jouer un rôle, j'étais vraiment pris au dépourvu. Et, j'avais bien fait de faire mes recherches sur Alaska. Je savais donc qu'elle avait été une surfeuse plutôt en Australie. Bon, après il faudrait que je trouve un moyen pour expliquer comment un pauvre petit Irlandais pouvait biren l'avoir connu. Quoique, aujourd'hui, avec internet, la question ne se posait pas trop. Puis des coincidence, ça arrivait aussi non ?

- Si ce n'est pas trop te demander... J'veux bien un autographe et... je te fou la paix... Promis !

Quelle promesse à la con, sérieux. Un jour il faudrait que j'arrête de parler avant de penser. Enfin, c'était trop tard maintenant. Mais je trouvais que je m'en sortai pas trop trop mal encore pour un premier contact là... Enfin, j'avais connu pire. Oui oui, encore une fois... Mais il faut croire que ma vie entièr eétait composé de "pire" et le karma devait vouloir toujorus battre son record avec moi. Barf, je ne m'en plaignais pas... Je m'en foutais, mais quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Follow me.
Don't ask, just follow me.
J’arrivais toujours pas à croire ce gars. C’est à croire s’il n’avais jamais abordé personne avant moi. La bière, les répliques de dragues, il pendait réellement que ça fonctionnais tout ça? Et puis, si je m’était rendu à l’Ambush, ce n’était pas pour faire ami-ami avec des gens, on s’entend pour dire que la clientèle du bar n’est pas la plus irréprochable de la ville. Les gens louches, y faisaient légion dans le coin. C’était justement pourquoi j’y était, parce que je voulais boire ma bière tranquillement, sans me faire dérangé par des tarés dans son genre. Je pris une longue inspiration. Me relaxant. Après tout, il voulait un autographe n’est ce pas? Il me laisserait tranquille après.

‘’Sérieux mec, faut t’apprenne à abordé les gens. Parce que pour l’instant. Ça fait pitié.’’

Ça faisait longtemps que t’avais pas signer d’autographe. Comme il le disait, c’était pas tout les jours que l’on rencontrait des surfeurs à Bray. Et même si on était à côté de la mer, les vagues n’étaient jamais assez grosse qu’en jour de tempête et dans ces moments, c’était toujours un risque à prendre. J’avais bien vu Utah y aller, alors qu’il croyait que je le ne voyais pas faire. Ça me rendait triste au fond de moi, qu’il s’empêche de faire ce qui nous as permis de survivre parce que je n’était pas assez forte pour me replonger à l’eau. Je l’avais regardé plongé dans la tempête, heureux comme jamais, et ça m’avais démangé de le rejoindre, de prendre ma planche et de plonger à ses côtés, de sentir le vent contre ma peau, le sel dans mes cheveux, la joie dans mon coeur. Et chaque fois, je me détournais de l’océan, de mon air. J’avais encore l’impression  de couler, de sentir mon corps qui se fracassait contre les récifs, de sentir mes os brisés.

Et je m’en voulais, parce que c’était de ma faute si tout cela était arrivé, si je n’avais pas cherché la guerre avec Shawn, si j’avais attendu après, si je n’étais pas été à l’eau alors que la colère bouillait dans mes veines. Sans réfléchir, je passais un doigts sur la ligne fine qui s’allongeait sur ma cuisse, souvenir d’un passé révolu, souvenir de ce qui fait de moi celle que je suis aujourd’hui, même si j’en renie la nature alors qu’avant je l’embrassait. Je sortait un morceaux de papier de mon sac, un crayon, la force de l’habitude j’imagine. Avant, c’était normal, les fans qui m’abordait dans la rue, les sourires, les photos, c’était normal. Maintenant, j’avais tout arrêtez, mon instagram, facebook, twitter, ils étaient morts. C’était à croire que j'étais disparu du monde médiatique, si cela n’avais été d’Utah qui c’était mis en tête de donné de mes nouvelles à ses fans. L’un et l’autre, nous avions eu une époque où il n’y avais jamais une photo de lui sans moi et vice-versa. Inséparable. Nous l’étions encore, mais parfois j’avais cette impression au fond de moi, qu’il m’en voulait toujours un peu de l’éloigné de son rêve.

‘’Mais sérieusement, t’as pas tout fait ce cirque pour seulement un autographe. Qu’est que tu veux?’’


Parce que les gens ne me reconnaissait plus. Et ceux qui le faisait, c’était habituellement ceux qui avait vu mon accident à la télévision ou sur le net. Ceux qui avait cet lueur de pitié dans l’oeil, lueur que je détestait soit dit en passant. Mais lui ne l’avais pas, non. Il semblait plutôt perdu, comme si mon intervention l’avais sauvé d’une quelconque erreur, ou d’une baffe de ma part. Dans tout les cas, même si je lui tendais son autographe, j’y croyais pas trop. Mais s’il me laissait tranquille après tout ça, peut-être que je pourrais finalement retourner à ma bière et ne pas la renverser sur sa tête une nouvelle fois, ça serait bien dommage d’en gaspiller une autre pour un type comme lui.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Des fois je me demandais sérieusement ce que je foutais de ma vie. Comment j'avais fait pour en arriver là ? Dire que mes parents c'étaient toujours montrés stricts avec moi pour que je ne finisse pas comme une vieille loque... Et maintenant c'était clairement ce que j'étais. J'aurais peut-être du cotinuer mes études, je n'aurais peut-être jamais du étudier la magie... Tant d'alternatives possible... A croire que je faisais toujours en sorte de faire les pires choix possibles. Je ne fus capable que d'adresser un sourire ridicule à Alaska lorsqu'elle me dit que je faisais pitié. Elle n'avait pas tort sur ce coup là, je ne pouvais pas lui en vouloir.

Pourtant cette histoire d'autographe semblait bien marcher. Quoique, ça me semblait un peu facile. J'étais loin d'avoir une carrure de surfer et on était à Bray quoi... C'était presque improbable de trouver des fan de surf ici. On aimait bien trop le basket pour ça. Mais bon, l'internet existait. Et heureusement, sinon j'aurais eu du mal à débusquer toutes ces informations sur Alaska. Heureusement elle avait un ami du nomde Utah, qui postait parfois de ses nouvelles, c'était avec ça que j'avais commencé mon enquête. Si je croisais ce mec un jour, je devrais sûrement songé à le remercier. Lui et Dakota aussi. De ce que j'en savais ils étaient tous les deux les colocataires d'Alaska avec un autre gars dont j'avais oublié le nom. Mais ce n'était pas bien important dans l'immédiat. Alaska doutait déjà de la véracité de mes propos et je haussais bêtement les épaules en avouant :

- Ok, j'avoue, je suis pas super branché surf... j'ai juste vu quelques vidéos sur YouTube... C'est juste que j'ai fait un pari avec des potes... Ils sont tout aussi persuadé que toi que je suis incapable d'aborder quique ce soit... Alors je me suis dit que si je leur rapportais le numéro d'une filles ça suffirai à leur prouver que je ne suis pas si désespéré que ça... Puis en te voyant... Je me suis dit qu'un autographe ce n'était pas plus mal non plus...

Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour cette putain d'organisatio, sérieusement. Comme si j'avais des potes. Il y avait bien Lana, Alexis et Laoise... mais je n'avais pas parlé avec cette dernière depuis un bail. Pour la première, on ne délirai qu'au travail et la seconde, il y avait souvent un bon nombre de bouteilles d'alcool entre nous à chacune de nos conversation. Pour toutes mes autres connaissances... C'était des gens qui se contentaient de me supporter ou de penser que j'étais un boulet. Ce qui n'était pas forcément faux, on ne va pas se le cacher. Je lâchais un soupire en finissant ma bière. Cette mission c'était vraiment de la merde.

- Non mais te casse pas la tête au pire, je trouverai bien une autre excuse. Quoique, dans le fond, je vois pas pourquoi je me casse la tête à essayer de leur prouver le contraire alors qu'ils ont raison.

J'allais passer pour un Calimero à parler comme ça. Putain, je m'énervais moi-même parfois. Je fini donc par sourire, il fallait essayer de voir le bon côté des choses. Mais pessimiste comme je suis, ce n'était pas évident non plus.

- Ou alors je devrais juste changer de potes... Ouais nan... Vu mon habileté à rencontrer des gens... Bref ! Quitte à être là... Je peux tenter de te faire la conversation en te demandant ce que tu fais maintenant ? Ou je risque un nouveau rinçage à la bière ?

Ouais, du coup je me montrait prudent. J'en avais rien à faire de ma santé capillaire. Mais ce n'était jamais très agréable de savoir une bière gâchée pour mes conneries. C'est que ça coûtait cher ! Puis un peu ce respect pour la boisson ! Merde ! J'espérais aussi qu'Alaska savait se montrer plus créative pour allait envoyer chier un mec chelou comme moi. Quoique... Je ne sais pas si je le souhaitais vraiment en fait. A y repenser, je ne savais plus qui je devais craindre le plus entre la Dux Tenebris ou cette fille...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Follow me.
Don't ask, just follow me.
Ce mec, il était lourd. Je le regardais un instant, un peu désamparé. J’avais voulu l’éloigner, le faire partir, je pensais lui avoir donner ce qu’il voulais, mais finalement, je me retrouvais avec un mec coller à mes basques et aucune manière de m’en débarasser. J’avais envie de retrousser mes babines et de lui montrer mes lèvres en grognant comme Denali savais si bien le faire, mais sur un chien, c’est bien vu, c’était une toute autre histoire lorsqu’un humain le faisait, alors je me contentais de soupirer.  J’avais déjà fait un pari avec Utah, de savoir qui ramenais le plus de numéro de téléphone lors d’une soirée, la différence? Je m’attardais pas à ceux qui n’avais visiblement aucune intention de me le donner. Je savais reconnaître une cause perdue, contrairement à lui.

"Si tes amis te font faire des pari aussi idiots, tu devrais vraiment revoir ton cercle d'ami. Tu fais un peu pitié mec. "


J'étais venu pour prendre une bière tranquillement, avant que la cavalerie débarque à la maison, être seule un peu, m'éloigner un peu de ceux que je considèrais comme ma famille, pas parce que je ne les aimais pas, mais tout simplement parce que j'avais besoin d'air, besoin de faire autre chose, besoin de respirer, besoin de m'éloigner d'Utah parce qu'au fond, je n'en pouvais plus de le voir rester sur place alors qu'il avait tant de talents et qu'il voulait tant revenir sur les devant de la scène, m'éloigner de Dallas parce que j'avais l'impression de ressentir plus que ce que je ne devrais ressentir pour lui, plus que ce que je devrais ressentir pour un frère, même s'il ne l'était pas réellement. J'avais voulu m'éloigner pour respirer, pour faire le tri, pour mettre mes pensée en place, mais je me retrouvais avec un boulet accrocher au basque  et surtout, je ne savais pas trop comment m'en débarasser. Je voulais déguster une bière tranquillement, mais c'était devenu impossible avec lui qui frémissais de la queue tel un chien trop excité. Je soupirais un instant. Je me levais, finissais ma bière d'un trait, le regardant sans rien dire l'espace de quelques secondes.

"Tu devrais réellement changer ta technique pour aborder les femmes. Ce n'est pas vraiment gagnant partie comme c'est là. Ce que je fais présentement ne te concerne pas vraiment, mais si tu fais une petite recherche vite fait, tu trouverais probablement que j'étudie en art. Content? Je ne gaspillerais pas ma bière de nouveau sur toi, j’ai des limites tout de même. Mais va t’en, et oublie moi s'il te plait. Je n’ai pas envie de devenir ton amie, de coucher avec toi, ou peu importe ce que tu veux de moi."

Je me retournais, me dirigeant vers la sortie, j'avais envie de solitude, je réalisais qu'un bar n'était peut-être pas le meilleur endroit pour en avoir. Je préférais la plage, je ne savais même pas pourquoi j'étais venu en premier lieu, mais ça l'avais été une mauvaise décision. Au moins, à la maison, j’avais l’océan qui grondais, l’odeur du sel qui imprégnais mes vêtements. Au moins, à la maison, il n’y avais pas de mec lourd venu du nul part qui venait me parler.


THE END


AVENGEDINCHAINS


C'est tellement nul, je suis tellement désolé, en plus ça l'as pris tant de temps avant de te répondre. Mais je dois t'avouer que Ska elle as tellement changé depuis que j'avais vraiment beaucoup de difficulté
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Follow me... Don't ask, just follow me, right ? feat. Alaska
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ADRIANO ☼ I follow rivers.
» Hello. Hello. Follow me. OK!
» "Lexique Twitter"
» [Follow] BRINK
» agent de piste sur fsx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-