drink on & on & on & on (ft. Alix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Je le suivais en marchant à son allure. Il m'expliqua que lui-même ne savait pas où exactement aller, en même temps il n'y avait pas trois mile choses à faire à cette heure là après une cuite. Il ne voulait juste pas avoir froid à rester planter contre le mur. Et on pouvait pas lui en vouloir.

« Tain... Ca doit être cool la Malaisie... Vous devez pas vous taper des température aussi basse qu'ici... »

Pour toute réponse j'hochais les épaules. De toutes manières, ça faisait longtemps que je n'y avais pas été, je ne me rappelle même plus quand c'était la dernière fois. C'était sûrement une visite de trois-quatre jours à mes parents avant de rentrer en Angleterre. J'avais vécu plus de temps hors de la Malaisie. Certes il y faisait chaud, mais je n'avais pas vraiment envie d'y retourner pour l'instant.

C'est vrai qu'à côté, il faisait pas mal froid ici, mais un pays ne se juge pas sur la température et la météo des saisons quand même. Si ? Bah, de toute façon ce n'était pas ce qui m'intéressait, ce qui m'intéressait c'est d'être écarté de l'Amérique du Sud, de la Malaisie et de l'Angleterre pour éviter de tomber sur qui que ce soit. Même si en soit, je n'étais pas loin de l'Angleterre, mais je n'allais pas changer de planète non plus.

« Le plus loin que j'ai fait niveau voyage c'est Cork. J'y suis resté quelque temps, mais finalement... tous ceux à qui je tiens vraiment vivent ici alors... Voilà... D'ailleurs qu'est-ce que tu fais à Bray ? Il y a vraiment quedal ici... »

Je n'avais décidément pas l'habitude de communiquer avec qui que ce soit. Je n'ai jamais vraiment parlé de ma vie aux autres et encore moins aux inconnus. Il fallait rester méfiant dans un monde comme celui-ci et je restais encore en vie seul dans mon coin.

Je ne savais pas vraiment quoi répondre, est-ce que les gens normaux révélait leur vie au premier venu eux aussi ? Sans s'inquiéter, sans se méfier ? Tout le monde avait bien des secrets, n'est-ce-pas ?

« C'est sûr que la Malaisie c'est un autre monde à côté de l'Irlande. »

La culture des pays et des peuples changeaient bien une fois la frontière passée. La plupart des gens trouvaient cela intéressant, cette multitude de cultures suivant là où on est dans le monde. Mais pour moi c'est juste comment le monde est fait. Comment le monde a évolué au fil du temps, passant par ses périodes les plus sombres aux moins sombres. Et peu importe ce qu'il s'y passe, il y aura toujours des choses inconnues pour un grand nombre d'humains.

Alors qu'on marchait dans la rue je me rendis compte que j'avais envie d'aller pisser. Comme je regrettais les toilettes qu'on avait abandonné là-bas.. Enfin, j'étais encore bourré, j'avais une bonne excuse pour aller pisser contre un mur. Sauf si je pouvais me retenir d'ici là. Ce qui m'étonnerait, mais bon, on verra.

Je réfléchis à la deuxième question Alix. Qu'est-ce qui m'avait fait venir ici ? Avais-je vraiment choisis de venir ici avec de vraies raisons ? Où est-ce que j'avais pioché ? Je ne crois avoir de bonnes raisons. Je ne connais pas mes propres raisons pour ma venue ici. Est-ce que disparaître de la portée de ma famille était une bonne raison ?

« J'sais pas. C'est pas cher, la ville à l'air pas mal. J'avais besoin de changer de paysage. L'Angleterre m'étouffait. »

Mes crimes non-intentionnels m'étouffaient, mais ils étaient toujours avec moi. Le djinn serait toujours avec moi, quoi qu'il m'en coûte. Le passé ne changera jamais. Peut-être qu'un jour je repartirais dans un autre pays après que ce bon vieux Jeeshóó m'ai à nouveau pourrit la vie comme s'il ne l'avait pas déjà bien assez fait.

« Et y'a des pays plus horrible que l'Irlande. »


© Papy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée
Messages : 1475
Age du personnage : 27
Race : Fée
Métier/Etudes : Assistant social
Faire la conversation n'était vraiment pas un problème pour moi. J'étais même doué pour ça. Enfin, il fallait que mon interlocuteur soit un peu receptif et je sentais que ça allait être assez compliqué de faire parler Ravi davantage. Quoique je me débrouillais bien pour le moment. Bon en soit, si il ne voulait pas parler, ce n'était pas si grave. Je n'allais pas me mettre à pleurer non plus. Mais c'était toujours sympa de faire la conversation à deux et pas à un quoi... Oh, je pouvais bien parler tout seul pendant des heures, ce n'était pas un problème, mais ce n'était pas franchement cool. Puis j'aurais plus l'impression d'agacer Ravi plus qu'autre chose.

Je me doutais bien que la Malaisie était loin de ressembler à l'Irlande. Déjà pour les autres pays d'Europe on passait pour des weirdos avec notre accent, notre amour pour la bière et pour notre pays en général. D'ailleurs ils buvaient quoi en Malaisie ? J'aurais pu poser la question, mais c'était peut-être pas le bon moment. Restons simple pour le moment. Je n'avais pas envie de faire fuir mon interlocuteur. Apparemment c'était déjà un miracle qu'il soit toujours là alors... Profitons-en.

Les raisons de Ravi à propos de Bray n'avaient rien de très exceptionnel. Il me semblait comprendre que c'était pas défaut qu'il était ici. Il fuyait en quelque sorte l'Angleterre... il y avait sûrement une autre raison. Mais je n'avais sûrement pas envie de la savoir. Quoique, si ! J'en avais envie ! Mais je le regretterai peut-être. Enfin c'est compliqué quoi. Mais à entendre Ravi me dire qu'il y avait pire que l'Irlande, j'avais l'impression qu'il se répétait un peu. Comme si... Comme si il essayait de se convaincre de quelques chose.

- Haha ! C'est vrai qu'il y a pire... Et je sais pas si il y a mieux. Je suis un trop bon patriote pour pouvoir dénigrer mon pays.

Après tout, je vivais en Irlande depuis toujours et aujourd'hui, c'était grâce à l'Etat que j'avais un salaire. Doncje n'avais vraiment pas à me plaindre de mon pays. Evidemment, je le faisais, un peu comme tout le monde. Mais dans le fond j'adorai être ici et je ne m'imaginais pas partir très loin éternellement. Il y avait trop de choses qui m'attachaient à Bray. Puis je doutais qu'il existe une autre ville où toutes les créatures surnaturelles étaient aussi bien accepté.

- Sinon, ça va ? Tu te sens un peu mieux ? T'as vraiment du passé des sales journées pour boire autant...

Finalement, c'était plus fort que moi, il fallait que j'aborde de nouveau le sujet. Je ne m'attendais pas à ce que mon interlocuteur m'offre une réponse précise. Et je remarquais d'ailleurs rapidement que ce n'était pas franchement la meilleure idée que j'avais eu. J'essayai donc de me rattraper :

- Oh ! Non,c'est pas mes affaires... Désolé... L'habitude d'essayer de régler les problèmes des autres...

Après tout, j'avais bien certains de mes clients qui étaient alcoolique et ce n'était pas toujours les plus agréables, ni les cas les plus faciles. Mais bin, ma journée était finie, je n'avais pas vraiment envie de parler travail maintenant.

_________________
❝ we are buried in broken dreams ❞ Is it fair, or is it fate? No one knows. The stars choose their lovers, save my soul. It hurts just the same. And I can't tear myself away. ©️Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Une fois encore, je ne sais pas comment sociabiliser avec autrui. Pour le peu de personnes avec qui j'ai "sociabiliser" ont un peu forcer et il faut croire que nos caractères s'accordaient ou se compléter, ce qui a créer la chimie d'une relation amicale. Non en vrai j'en sais rien du tout.

En tout cas Alix avait l'air de vrai apprécier son pays. Il se décrivait lui-même comme étant un trop bon patriote pour dire du mal de son pays. Il avait surtout bien l'air d'y avoir passer sa vie, dans son pays. On pouvait pas l'en blâmer. L'Irlande avait l'air plutôt tranquille, bien qu'infester de bêtes surnaturelles. Aah, si seulement j'étais resté assez longtemps en Malaisie pour aimer mon pays autant qu'il aimait le sien.

« Sinon, ça va ? Tu te sens un peu mieux ? T'as vraiment du passé des sales journées pour boire autant... »

Je m'arrêta de marcher d'un seul coup, comme un blocage. Je regardais droit devant moi, par terre, pour le peu que j'y voyais. A cet instant-là, tout était revenu dans ma tête et je ne regardais pas réellement une rue vide en pleine nuit. Je voyais le cadavre d'une certaine personne par terre, j'entendais à nouveau les gouttes de sang tomber par terre et une mouche... je secoua la tête pour reprendre mes esprits.

Quand j'adressa à nouveau un regard à Alix, il ne semblait plus attendre de réponse et je compris que j'avais du rater une phrase ou deux. Ou plus ?

Je papillonnais des yeux pour bien reprendre mes esprits et ma main alla caresser mon front parce que ma tête me faisait mal à nouveau.

« Et pas que des journées, » je lui dis en riant faussement.

Et je ne pensais pas seulement aux cauchemars qui me hantaient, ou aux subites terreurs nocturnes que je pouvais avoir, mais aussi au nombre inconnu de gens qui avaient du périr par ma faute en pleine nuit sans que je ne connaisse leurs visages. Je savais juste que quelque chose de mal avait dû se passer quand je me réveillais à un autre endroit, que ce soit dans un autre quartier, une autre ville ou dans une autre pièce.

Je lui adressais un petit sourire rassurant, mais en réalité, c'était pour essayer de me rassurer moi-même. Peut-être qu'on font j'avais peur ? Ou c'était pour me dire que tout ça sera finit, un jour ? Je ne sais pas.

« Mais bon, puisqu'on peut rien y faire, autant aller boire un remontant. »

Même si au final on commençait à y devenir accro et qu'on allait dans les bars presque tout les soirs ou qu'on allait s'acheter des bières au supermarché pour les finir devant un film ou deux.

« C'est la vie au final. Y'en a qui sont moins chanceux que d'autres, c'est tout. »

Sinon j'avais bien bu pour parler autant de mes problèmes à un mec que je venais de rencontrer dix minutes avant.

© Papy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée
Messages : 1475
Age du personnage : 27
Race : Fée
Métier/Etudes : Assistant social
Sérieusement, heureusement que j'avais bu un peu et que je n'avais pas franchement conscience de la gravité des choses, parce que sinon je me serais mis à paniquer. Oui, je ne connaissais Ravi que depuis quelques minutes, mais je ne pouvais pas m'empêcher de me faire du soucis pour les autres. Ce trait de ma personnalité était un peu adoucit par l'alcool, mais ne disparaissait pas complètement non plus. Il était clair que Ravi avait un problème. En général, on ne buvait pas autant pour le plaisir de finir dans un état pitoyable tous les soirs.

Mais j'étais assez embêter quand même, je ne voyais pas trop comment répondre à autant de pessimiste. Personnellement, j'étais toujours très optimiste, je passais mes journées à aider les gens à régler leurs problèmes. Mais là, je n'étais pas au boulot, puis ce gars me semblait tellement étrange. Il ne parlait que par énigme... enfin quand il parlait. Il ne semblait pas être quelqu'un de très sociable. Et pour ça je n'avais pas de remède. Puis pourquoi je me souciais toujours de ce qui ne me regardais pas ?

Je lâchais un soupire et levais les yeux aux ciel. OK... C'était plus fort que moi, je ne pouvais pa srester stoïc et juste hocher la tête en écoutant Ravi parler pour ensuite lui foutre la paix. J'allais sûrement le regretter. Comme je regrettais toujours ce que mon impulsivité me faisait faire. Quoique... Parfois, ça pouvait avoir du bon... Mais il y avait toujours des conséquances un peu moins top qui suivaient. Je m'arrêtais soudainement de marcher et me tournai vers mon interlocuteur avant de commencer.

- Sérieusement ? T'en a pas marre de te plaindre ou juste de te dire que de toute façon, il y a pire... ou il y a mieux ? Mais bordel, mec ! Arrête !

Oh, je n'ai jamais dis qu'à une heure pareille, j'avais autant d'éloquence qu'en temps normal. Puis c'était un peu n'importe quoi mon discours, mais c'était trop tard, j'étais parti sur ma lancée. Ne demandant même pas sa permission à Ravi de posait un doigt accusateur sur sa poitrine tout en reprennant.

- OK, il t'es peut-être et t'arrive les pires merdes du monde, mais c'est pas en buvant que tu vas t'en sortir. Crois-moi, j'ai jamais vu personne s'en sortir en ingérant autant d'alcool. C'est même pire en général. Puis t'en a pas marre de finir dans un état aussi pitoyable ?

Parler sans savoir... Il faut croire que j'étais doué pour ça aussi. Quoique, mes paroles n'auraient peut-être aucun effet sur Ravi, je ne le connaissais pas assez pour le dire. Enfin, dans tous les cas, j'étais indéniablement doué pour m'énerver tout seul.

- Il existe des aides pour les personnes qui ont des problèmes merde ! On vit dans un pays civilisé ! Si t'as es problèmes, c'est pas la honte de demander à quelqu'un ! Puis crois-moi, à Bray, il y en a des gens à problème, mais il y en a aussi beaucoup qui sont là pour aider. Alors si tu veux continuer à te morfondre éternellement, vas-y ! Mais c'est pas une vie sérieux ! Si non, arrête de déconner tout de suite et prend-toi en main, merde ! T'as quel âge pour agir comme ça ?

Ouais, j'y allais peut-être un peu fort. Mais je n'étais pas totalement sobre, je tiens à le rapeler. Et quelque part, je me disais que crier un bon coup sur certaines personnes était parfois utile. Bon au pire, Ravi allait me détester, mais je n'étais plus à un près. Quoique, ce serait dommage, parce que Ravi avait l'air d'être quelqu'un d'intéressant malgré tout. J'aurais vraiment voulu l'aider. Si il avait été un de mes clients ça aurait été sûrement plus simple. Mais ce n'était pas parce que Ravi avait des problèmes d'alcool qu'il avait des problèmes d'argent, de logement ou familliaux. J'étais assistant social, pas psychologue ou avocat.

_________________
❝ we are buried in broken dreams ❞ Is it fair, or is it fate? No one knows. The stars choose their lovers, save my soul. It hurts just the same. And I can't tear myself away. ©️Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Il s'arrêta d'avancer pour commencer à me faire la leçon. Malgré tout je sentais qu'il avait bu, mais qu'il essayait de faire un effort. Bon j'avoue, j'étais bien saoul moi-même et j'en avais dit plus que ce que j'aurais voulu dire et j'allais continuer sur ce chemin parce que de toute façon, demain j'aurais sûrement oublié tout ce qu'il vient de se passer, cette rencontre, cette discussion... et qui disait que j'étais forcé de le revoir après ?

J'eus un mouvement de recul lorsqu'il pointa son doigt sur moi, merde j'avais dit de demander avant de faire ça! Et pourtant je ne réagissais pas, j'avais juste un sourcil levé et mon regard alternait entre son doigt et sa tête.

« OK, il t'es peut-être et t'arrive les pires merdes du monde, mais c'est pas en buvant que tu vas t'en sortir. Crois-moi, j'ai jamais vu personne s'en sortir en ingérant autant d'alcool. C'est même pire en général. Puis t'en a pas marre de finir dans un état aussi pitoyable ? »

Je ne pouvais m'empêcher d'afficher un sourire ironique en réponse à ses paroles. Bien sûr que je savais que ça n'arrangerait rien de boire. Mais c'est comme la cigarette dit-on. Une fois qu'on est accro c'est pas facile d'arrêter. Puis j'étais pas un alcoolique violent non plus. Enfin, des fois.

« Il existe des aides pour les personnes qui ont des problèmes merde ! On vit dans un pays civilisé ! Si t'as es problèmes, c'est pas la honte de demander à quelqu'un ! Puis crois-moi, à Bray, il y en a des gens à problème, mais il y en a aussi beaucoup qui sont là pour aider. Alors si tu veux continuer à te morfondre éternellement, vas-y ! Mais c'est pas une vie sérieux ! Si non, arrête de déconner tout de suite et prend-toi en main, merde ! T'as quel âge pour agir comme ça ? »

Wow, calme-toi mon gars. Je le regardais toujours, dans la même position que j'aime appelé le "what the fuck man ?" et un silence s'installa. On entendit juste au loin un chat faisant tomber une poubelle en poursuivant un rat. Un peu cliché, mais c'est ce qu'il arriva. Parce qu'on peut dire ce qu'on veut, y'a pleins de chats qui n'ont pas le sens de la discrétion.

Enfin revenons-en à nos moutons. J'étais peut-être trop bourré pour m'énerver, ou alors peut-être que je trouvais ça amusant puisque c'était la première fois qu'on me sortait quelque chose comme ça. Néanmoins je ne laissa pas la colère m'envahir, au contraire, j'étais vachement calme. Je repoussa sa main et lui donna une tape sur l'épaule. Moi tactile ? Woah, l'alcool ça fait vraiment des miracles!

« Mon gars, tu crois que ça m'est pas venu à l'idée d'essayer de m'en débarrasser ? Mais tu vois, j'ai appris que c'était comme le sida et que y'avait pas de remèdes.... sauf si je suis pas au courant. »

Déjà j'avais pas les idées claires, mais en plus je parlais comme si j'avais le cancer, c'était vraiment n'importe quoi. Maintenant que j'y pense j'étais plutôt pitoyable, mais Alix l'avait cherché.

« Et ... et... »

Quelque chose n'allait pas. Je regarda ma main encore posée sur son épaule. Elle tremblait. Je m'écarta de lui comme si j'avais vu une aiguille sur son vêtement. Non, ça n'allait pas du tout. J'alla me réfugier dos contre un mur. Je ferma les yeux et essaya de respirer tranquillement.

Il voulait sortir. Il avait faim. Alix t'es dans la merde je crois.

© Papy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée
Messages : 1475
Age du personnage : 27
Race : Fée
Métier/Etudes : Assistant social
Je m'étais peut-être énervé illégitimement. Cependant, je ne regrettais pas. Ou tout du moins pas encore. Il faut dire que l'alcool, plus le sommeil ça n'aidait pas à grand chose. Puis même en temps normal, je ne me sentais rarement coupable de crier sur les autres pour leur remettre les idées en place. Même si mon travaille incombait une grande patience, il y avait certaines personnes qui ne comprenaient que lorsqu'on haussait un peu le ton... Donc je m'adaptais.

Le silence qui suivit mes paroles fut assez étrange et pesant. Ravi semblait étonné par mes réflexions soudaines et... Il y avait de quoi. Foutue impulsivité. Il allait falloir que j'apprenne à me calmer un peu parfois. Mais bon, je n'étais pas au boulot donc ça ne causait pas trop de problème. Ce n'était pas comme si Ravi allait porter plainte pour si peu non plus. Puis il semblait ne pas trop mal prendre ce que je venais de dire. Au contraire, le malaisien semblait d'un calme imperturbable. Peut-être que c'était l'alcool qui le rendait ainsi... Je ne le connaissais pas assez pour pouvoir juger à vrai dire.

D'ailleurs à mon grand étonnement, Ravi posa une main sur mon épaule. Moi qui le croyait pas du tout tactile. Il faut croire que je m'étais tromper. Ou alors il était en train de faire un effort monstre et je ne m'en rendait pas compte. Barf, ça ne changeait pas grand chose à la situation. J'avais l'impression que le malaisien allait m'avouer quelque chose de super grave à se comporter ainsi et... C'était assez flippant. Heureusement que les effets de l'alcool commençaient à se dissiper parce que sinon j'aurais vraiment paniqué. Oui, j'étais bien plus sensible émotivement parlant après plusieurs verres. Mais là, ça allait.

Et en effet, ce que me dit Ravi n'avait rien de très réjouissant. Il avait quelque chose dont il ne pouvait pas se débarrasser, comme le sida... Ce que c'était joyeux. Je me sentais assez mal pour le coup. J'étais en train de m'imaginer le pire. Genre que Ravi avait un cancer en phase terminale ou un truc du genre. Ravi tenta de continuer... Mais soudainement, il enleva sa main de mon épaule et s'éloigna. Quoi ? Il faisait une crise d'asthme maintenant ? J'étais complètement paumé, je vous l'avoue.

A défaut de savoir quoi faire, je m'approchais du malaisien. J'étais peut-être en train de faire une connerie. Mais il fallait pas trop m'en demander non plus ! J'étais assistant social, pas médecin non plus ! Il ne fallait pas me demander de reconnaître les synptômes d'une maladie au premier coup d'oeil non plus ! Dans tous les cas, Ravi donnait l'impression qu'il n'allait pas bien et qu'il essayait de garder son calme ou de réprimer quelque chose. J'attendis un petit instant avant de poser à mon tour une main sur son épaule pour lui dire doucement :

- Hey... Ravi... Ca va ? Je... Désolé... Je ne voulais pas m'énerver comme ça... Je n'aurais pas dû. Je ne savais pas et... Tu vas t'en remettre ?

Même si je ne le connaissais que depuis quelques minutes, je savais que Ravi n'était l'homme le plus bavard du monde. Mais là son silence m'inquiétait, on allait pas se le cacher. Ce n'était pas une simple maladie que cachait ce gars, il y avait autre chose. Mais quoi ? Je ne saurais le dire dans l'immédiat. J'essayais de passer en revue tout ce que je connaissais sur le monde surnaturel au cas où... Mais ça faisait beaucoup de choses qui pouvaient coller avec ce genre de réaction, ce n'était pas facile. Taiiin... Pourquoi ce genre de truc devait tomber sur moi ?

- Ecoute gars... n'y voit pas là une proposition louche, mais si tu te sens mal, tu peux venri chez moi et je vais essayer de te trouver quelque chose.

Je n'étais pas médecin, certes, mais j'étais plutôt douée pour soigner les gens. Ouais, ouais, encore un truc de fée. Nous avions un don pour la guérison. D'ailleurs si elles ne devenaient pas danseur ou artistes, la plupart des fée finissaient dans la médecine. A croire que j'étais un vrai vilain petit canard pour ceux de ma race. Quoique, travailler dans le social ne s'éloignait pas trop des idéaux du peuple des fées non plus.

_________________
❝ we are buried in broken dreams ❞ Is it fair, or is it fate? No one knows. The stars choose their lovers, save my soul. It hurts just the same. And I can't tear myself away. ©️Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Comme de par hasard, c'était maintenant qu'il fallait que ça arrive. J'allais manger le premier gars sympa de la soirée. Est-ce que c'était l'alcool qui m'empêchait de le contrôler aussi bien que dans la journée ? ( Pas que je le contrôlais super bien en fait. ) Est-ce qu'il était en colère ? Ou il avait juste une subite faim pour ne pas changer ?

J'entendais la voix lointaine d'Alix, comme si Jeeshóó était en train de prendre les rênes.

« Hey... Ravi... Ca va ? Je... Désolé... Je ne voulais pas m'énerver comme ça... Je n'aurais pas dû. Je ne savais pas et... Tu vas t'en remettre ? »

Si j'avais pu parler, si je n'étais pas paralysé et que je ne concentrais pas mes efforts sur le contrôle du wendigo, je lui aurais crier de partir et je lui aurais sans doute mis un coup de pied aux fesses pour accélérer son départ.

Respire Ravi, respire. Inspire, expire, empêche-le de revenir. ( Oui ça rime. ) C'était une rude bataille contre le djinn et c'était une bataille que je ne gagnais que très rarement et si j'étais chanceux, je pourrais la gagner ce soir malgré l'alcool et la fatigue.

J'étais épuisé de manger des gens comme ça, d'y être forcé. Si seulement je pouvais le sortir en dernier ressort dans des moments dangereux, comme un métamorphe qui se contrôle ! Est-ce que je devais prévenir Alix ? Est-ce que je devais abandonner, prévenir Alix en vitesse en priant qu'il ne se fasse pas avaler tout cru ? Ce serait une bonne idée ou ça en valait vraiment pas la peine ? Merde, je ne pouvais pas me concentrer sur cette question. Allez, je peux y arriver...

« Ecoute gars... n'y voit pas là une proposition louche, mais si tu te sens mal, tu peux venir chez moi et je vais essayer de te trouver quelque chose. »

Sa voix devenait encore plus lointaine. Est-ce que je pouvais essayer de négocier avec Jeeshóó ? EEeeh, Jeeshóó tu veux pas remettre ça à plus tard ? ... S'il te plait ? Allez, soit sympa un peu dans ta vie mec! Si tu fais pas ça pour moi, j'vais aller faire le pompier volontaire et nous tuer dans un feu c'est ce que tu veux ? - Oui bon, on essaye ce qu'on peut. Je crois pas qu'il ait grandement envie de partir maintenant, je pense qu'il veuille encore aller manger un bon gros tas de gens dehors.

Ou peut-être fallait-il que je le menace en dehors de mes pensées ? A haute voix ? Putain, Alix va flipper après, mais j'ai pas le choix. Ce djinn, c'est pas le genre de type avec qui tu communique beaucoup, il doit être sourd ou quelque chose.

« Saya akan mendapatkan api!! »

Quoi. Autant à parler à un esprit qui joue avec la magie noire, je peux lui parler en malaisien, à mon avis ils parlent un peu toutes les langues ces gars-là. Ou au moins il pouvait bien essayer de comprendre. Grr.

J'inspire, j'expire. J'inspire, j'expire. Je le répète quatre autres fois. J'ouvre les yeux et je découvre que je ne tremble plus. AH! DANS TES FESSES JEESHOO!

Je regarde Alix. Le pauvre, je le plains d'avoir du assister à ça, mais bon, j'suis bourré et j'ai vaincu un esprit de wendigo en le menaçant avec du feu. Ça va bien avec le thème de la soirée, non ?

« Mec, tu sais pas à quel point t'es chanceux, » je soupire.

Je suis épuisé maintenant. J'étais déjà pas mal fatigué avant. J'essaie de me décoller du mur, mais je faillis tomber sur Alix alors par instinct je retourne voir le mur. Bon, c'est pas comme si j'avais jamais dormi dehors, n'est-ce-pas Jeeshóó ?

© Papy



à propos des paroles en malaisien:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée
Messages : 1475
Age du personnage : 27
Race : Fée
Métier/Etudes : Assistant social
Peu importe ce que je disais, ça ne semblait pas changer grand chose à la situation, malheureusement. J'aurais pu essayer de parler encore à Ravi, dans l'espoir que ça change quelque chose, que ça le fasse rester sur terre ou une connerie du genre. Mais peut-être que ça ne faisait qu'empirer les choses. J'en savais rien putain ! C'était rageant ! Ravi affichait une tête de constipé pris d'un mal de ventre intenable et moi j'étais là, comme un con à essayer de communiquer.

Puis il se passa un truc assez étrange. Ravi se mit à parler... Mais dans une langue assez bizarre,que je n'avais jamais entendue. Du Malaisien sûrement. Enfin c'était la seule idée que j'avais, vu que mon interlocuteur venait de Malaisie... Bref, je vous fais pas un dessin. De toute façon, vu mes talents d'artiste, même avec un dessin vous ne comprendrez pas mieux. Mais ce n'était pas comme si c'était vraiment dur à comprendre quoi ! En tout cas, c'était flippant. Et si je n'étais pas aussi préoccupé par l'état de Ravi, j'avais déjà détalé comme un lapin.

Ravi continua de parler encore en malaisien sans se décoller de son mur et j'essayais d'énumerer mentalement tout ce que je faisais habituellement en cas de crise. Ca me faisait bizarre parce que... Ben en cas de crise, d'habitude, je ne réfléchissais pas, je laissais mon impulsivité faire. Mais là, Ravi se n'était pas montrer violent ou méchant de quelque manière qu'il soit. Il était juste là à se causer tout seul... On se serait juste cru dans un film d'horreur. En plus j'avais froid putain. Ca ne devrait pas être autorisé de telles température. Pourquoi je restais dans ce pays hein ? Quoique, visiblement, c'était pas en Malaisie que j'allais aller vivre. Enfin pas après un événement pareil. Imaginez tous les malaisiens sontchelou comme ça hein ?

Alors que j'étais en train de me dire que Ravi était peut-être en train d'accoucher, il releva les yeux vers moi. C'était tellement soudain que je faillit sursauter. Il avait l'air d'aller mieux, même si il prenait clairement appuies sur le mur. Mais je crois que je n'ai jamais été aussi heureux et soulagé de ma vie ! Quoique... Si, ça m'était déjà arrivé dans d'autre condition bien différente où... Non... Vous ne voulez pas savoir. Il y a des jeunes enfants ici. Ou tout du moins qui se cachent pas loin, j'en suis sûr. Non mais qu'est-ce que je suis en train de raconter ? Arrêtez-moi la prochaine fois hein ! On s'écarte du sujet !

Dans un soupir Ravi me lâcha que j'étais chanceux et... J'étais trop perturbé pour savoir si je devais lui répondre positivement ou non. Je me contentai de lui sourire bêtement. Ca, pour le coup, je suis plutôt doué. Enfin, maintenant j'étais bien sûr que je ne voulais plus rester ici, ni même me promener dans les rues de Bray. Cette ville était remplie de bien trop de truc louche et ce petit événement ne faisait que me le rappeler. Dans un élan de bonne humeur (parce que oui, j'étais heureux maintenant), je passais mon bras sous celui de Ravi et autour de ses épaules pour le soutenir. Il avait l'air encore mal, donc autant que je l'aide à marcher.

- Haha, j'ose pas te contredire là-dessus, tu m'as fait flippé gars. Heureux que ça soit passé. Viens, on rentre à la maison, j'ai de bons trucs pour te remettre sur pied, tu verras.

Au final, je ne lui laissais pas le choix. Puis il n'allait pas non plus refuser une invitation aussi sympathique si ? J'avais vraiment de bon trucs pour se remettre d'une nuit très alcoolisée. Attendez, vous parlez à un expert là ! J'avais quelques années d'expériences en cuite maintenant. Puis je tenais la plupart de mes remèdes de ma mère. Ils étaient super efficace, mais je ne préférai pas savoir comment elle les connaissait. Mes parents était du genre hippies dans leur jeunesses alors... Je crois qu'il valait mieux que je n'en sache pas trop sur le sujet.

- Mais il s'est passé quoi en fait ? C'est pas l'alcool qui t'as fait ça hein ?

Ouais, j'étais trop curieux, je ne pouvais pas attendre d'être rentré pour poser mes questions. Que voulez-vous... Je me montrais patient toute la journée avec mes têtes de pioches de client. J'avais bien le droit de lâcher un peu la pression le soir non ? Puis ce n'était pas comme si je réfléchissais vraiment avant de parler en ce moment.

_________________
❝ we are buried in broken dreams ❞ Is it fair, or is it fate? No one knows. The stars choose their lovers, save my soul. It hurts just the same. And I can't tear myself away. ©️Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
La fatigue me paralysait presque, mais on venait d'éviter l'irréparable avec le djinn, alors ça me suffisait bien assez pour le moment. Je n'avais pas vraiment envie d'y penser un peu plus ce soir. J'avais vraiment besoin de dormir. Il faudrait que je me dépêche de rentrer chez moi. Lorsqu'il passa son bras sous le mien, je ne pus m'empêcher de grimacer, mais j'étais trop épuisé pour protester.

« Haha, j'ose pas te contredire là-dessus, tu m'as fait flippé gars. Heureux que ça soit passé. Viens, on rentre à la maison, j'ai de bons trucs pour te remettre sur pied, tu verras. »

Q-quoi ? Je lui lance vite-fait un regard incompréhensible à cause de tout ces derniers événements. Pourquoi il voulait me kidnapper chez lui maintenant ? Ok, il voulait sûrement être sympa. Mais accueillir un inconnu chez soit ? Un inconnu aussi bizarre que moi après ce qu'il vient juste de se passer ? Oh et puis qu'est-ce que je vais en avoir à faire, c'était sûrement la meilleure solution, j'étais saoul, à tout les coups j'allais me tromper d'appartement.

« Mais il s'est passé quoi en fait ? C'est pas l'alcool qui t'as fait ça hein ? »

Pouvais-je lui faire confiance ? Devais-je lui faire confiance ? Devais-je lui dire la vérité ou l'en préserver ? Tant de questions m'envahirent quand il m'eut demandé ça. Et d'un autre côté, j'étais à moitié entrai de m'évanouir.

« Bon ok, traîne moi chez toi si ça te chante.. »

Oui parce que je sens que dans pas longtemps j'allais m'endormir et qu'il allait soit finir par me porter soit finir par me laisser là. Dans tout les cas je lui en voudrais pas vraiment. Ça doit pas être super facile d'avoir à s'occuper de moi dans cet état.

Dans tout les cas, est-ce que j'aurais le droit de lui apprendre l'existence de toutes les bêtes bizarres dans le coin ? J'avais pas super envie de lui détruire son petit monde d'humain normal.

« T'as dû remarquer qu'il y a beaucoup de choses bizarres qui se passent dans cette ville.. »


© Papy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée
Messages : 1475
Age du personnage : 27
Race : Fée
Métier/Etudes : Assistant social
Je ne savais pas si il me faisait plus confiance maintenant ou si il avait tout simplement abandonné l'idée d'essayer de me contredire, mais Ravi accepta que je le ramène chez moi. C'était décidément très bizarre dit comme ça. Mais bon, ce n'était pas comme si quelqu'un allair lire ça un jour, il n'y aurait que Ravi pour juger. Puis vu son état, j'étais près à parier qu'il avait autre chose en tête que le fait que je le ramène chez moi alors que je le connaissait à peine. Ce n'était pas franchement la première fois que je faisais ça. Ce n'était pas une habitude, n'allez pas me prendre ppour n'importe qui non plus. Mais, si certaines personnes recueillait sans réfléchir les animaux blessés qu'ils trouvaient dans la rue... Et bien moi je faisais la même chose, pour les animaux et pour les humains.

- De toute façon tu n'as plus vraiment le choix maintenant.

Je lâchai un petit rire en prenant la direction de chez moi, soutenant toujours Ravi pour l'aider à marcher. Heureusement, je n'habitais pas si loin de Hare Bay. Mon loft était à Carp View. Ouais, donc évidemment, si nou snou étions rencontré au Three Goddess Pub, ça aurait été bien plus simple pour le ramener chez moi. D'ailleurs c'était ce dernier pub dans laquelle je passais la plupart de mes soirées. Mais parfois, j'aimais bien changer d'air et le Zanzibar avait une ambiance sympa aussi. Enfin, bref, mes habitudes n'intéressaient pasgrand monde. Puis mine de rien, c'était qu'il pesait son poids Ravi. Heureusement que le hocket sur glace ça formait bien parce que sinon je n'aurais jamais été capable de le porter jusque chez moi. En plus, l'état du Malaisien n'avait pas l'air d'alleur franchement ne s'améliorant.

Il s'écoula quelques minutes avant que Ravi ne brise le silence. Il évoqua ce qu'il se passait d'étrange en ville. Je ne pu m'empêcher de sourire. Evidemment qu'il se passait des choses étranges à Bray, entre les sirènes et Tritons qui voulaient prendre le pouvoir, les êtres de l'air qui ne voulaient pas les laisser faire, les métamorphes qui c'était approprier la forêt, et les humains qui étaient perdus au milieu de tout ça... Evidemment qu'il s'en passait des choses à Bray. Après, la notion d'étrange était assez subjective. De mon avis, c'était normal. J'avais toujours vécût ici et j'avais toujours su ce qu'il se passait réellement en ville.

- Et pas qu'un peu. On bat des records à Bray ! Mais je crois qu'on les attire aussi.

Je sous-entendai bien qu'on attirait les êtres de tous éléments. En même temps, c'est un peu un rêve une communauté pareille. Je ne savais pas si il existait d'autre ville comme Bray dans le monde. Mais ce n'était pas parce nous arrivions à vivre tous ensemble qu'il n'y avait jamais de problème non plus. Au contraire... On avait assez régulièrement des problèmes qu'il fallait masquer aux yeux des humains et les faire paraître plus "normaux"... Quoique, quand il s'agissait d'une adolescente assassiné sur la place... C'était un peu plus difficile à cacher.

- Je sais pas si il existe une autre ville comme celle-ci, mais je crois que j'habite depuis assez longtemps à Bray pour trouver qu'on s'en sort pas trop mal.

Quand on y repense, ça pourrait être pire que ça, on ne va pas se le cacher. Quand on songeait qu'on cohabitait avec des djinns et des wendigos... Je n'avais rien contre eux, mais ce n'était pas le genre de créatures réputé pour être très sage. Enfin après on pouvait aussi blâmer les Leprechauns pour leur goût un peut trop prononcer pour l'or et les mauvaises farces... Ou les Grindylow et leur attirance pour les enfants et même les fées et les tritons qui ont parfois tendance à être un peu trop hautains et narcissique, on ne va pas se le cacher.

_________________
❝ we are buried in broken dreams ❞ Is it fair, or is it fate? No one knows. The stars choose their lovers, save my soul. It hurts just the same. And I can't tear myself away. ©️Astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
drink on & on & on & on (ft. Alix)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Drink team : Campagne Terminator Falling Hope
» Arizona Green Tea
» Arrivée dans votre forum de Cagouille 17
» [MALIFAUX] Sorties
» Présentation de Drink-Energie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-