Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 drink on & on & on & on (ft. Alix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Invité
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Je ne sais pas le combientième était ce verre que je finissais. Ça faisait longtemps que j'avais arrêté de compter de toute façon. Un verre de plus, un verre de moins, qu'est-ce que ça changeait ? Je finissais toujours saoul, je buvais toujours comme un trou. Un trou. C'était le seul problème et encore c'était le problème de mon porte-monnaie. Un jour on inventera la carte de fidélité sur l'alcool en mon honneur.
Ma vision commençait à se flouter, j'arrivais à peine à différencier les gens tout autour de moi, est-ce que ce truc là-bas était une personne où un pilier ? Est-ce qu'il y avait des piliers ici ?

Et la fatigue était bien présente. Elle était déjà présente les trois derniers jours. En trois jours, je n'avais dormis que trois maigres heures. Jeeshóó s'était attaqué à tout mes rêves. Le pire c'est qu'hier on était mardi, c'est-à-dire jour de travail et je vous raconte pas la paranoïa dans un musée la nuit alors que j'ai faillit m'endormir plusieurs fois. J'avais désespérément besoin de sommeil, mais je ne pouvais pas. Pas avec Jeeshóó qui transformait mes rêves en cauchemars, pas avec les terreurs nocturnes. Les gens normaux ne savent pas la chance qu'ils ont d'être normaux. Si seulement j'avais pu rester en Malaisie, tout cela n'aurait sans doute jamais eu lieu.

Mais est-ce que je pouvais m'endormir ici ? Pour cinq minutes ? Est-ce que je pourrais y arriver ? Et si ça finissait en bain de sang ? Je ne veux pas que Jeeshóó reprenne le contrôle, plus jamais.
Je laissais tomber ma tête dans mes bras croisés. Ce n'est pas comme si ça allait changer grand chose. Il m'avait fait manger de l'Homme avant et il m'en refera manger. Je ne sais juste pas quand et où ça arrivera, mais ça arrivera encore et encore.

Je commandais un nouveau verre. Maintenant j'avais même envie de vomir, mais qu'est-ce que ça pouvait me faire ? J'ai une faim qui n'en finis plus, mais s'il y a un moyen de mettre fin à ma soif pour un soir, pourquoi est-ce que je devais m'en priver ?

Tout ces gens autour de moi dans le bar... je commençais à avoir la tête qui tourne. La fatigue, l'alcool, le bruit, les gens... c'était pas un super cocktail tout ça. J'entendis mon verre tomber ; je ne m'étais même pas rendu compte que je l'avais fait tomber.

« Putain, » je jurais.




© Papy

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1344
Age du personnage : 38
Race : Fée
Métier/Etudes : Directeur de l'école et Instituteur
Ca faisait un moment que je ne m'étais pas permis une soirée aussi animée ! J'avais eu tellement de dossier à faire et de réunion à enchaîné que je n'avais pas pu me permettre d'excès ces derniers jours. Mais là, c'était différent, j'allais enfin être libre pour quelques jours. Enfin, libre, c'était un bien grand mot. J'allais simplement avoir moins de travail que ce que je n'avait eu cette semaine. Ce n'était pas pour autant que je n'allais rien faire. Arrêtez de croire que tous les fonctionnaires passent leur journées à rager leur stylo et à attendre la fin de la journée avec impatience !

OK, choisir un mercredi soir pour sortir, ce n'était peut-être pas la meilleure idée que j'avais eu. Surtout que je travaillais le lendemain, mais tant pis ! J'avais envie de profiter ! Pour une fois que j'avais vraiment quelque chose à fêter. Puis ce n'était pas comme si ce serait la première fois que je me pointerai au bureau avec une gueule de bois. De toute façon, j'avais de bon remèdes face à ça. Enfin, ma mère m'avait filé une cinquantaine de mixtures à base de plantes bio et ça marchait plutôt bien en fait. Après, c'était sûrement plus psychologique qu'autre chose.

Ce soir j'étais donc au Zanzibar, un endroit sympa, pas si loin de mon quartier. Ouais, je n'avais pas de voiture, mais je n'en avais pas vraiment besoin non plus, le métro desservait très bien dans toute la ville. Puis ça ne me gênait pas de marcher. Je n'étais pas bourré, je connaissais bien mes limites, j'avais jsute bu suffisamment de verre pour être bien et me sentir particulièrement joyeux. Je parlais un peu avec tout le monde, allant d'une table à l'autre. Ca ne semblait déranger personne, à vrai dire, je connaissait déjà pas mal de monde ici. Ou tout du moins, il s'agissait de personnes que j'avais déjà croisé au Zanzibar.

Quittant un instant le groupe avec lequel je parlais, je me dirigeais versle bar, histoire d'aller me chercher une nouvelle bière. Mais en chemin, alors que je passais près d'une table et un peu trop près même. En effet, je n'avais pas du tout fait attention au verre qui était posé au bord de la table et en passant, je le fit tomber terre. Cela eu pour effet e réveilél le gars qui était assis là et qui lâcha un juron en voyant son verre vie cassé. Arr... même si le gars n'avait pas l'air d'être dans un super état, je me sentait un peu coupable. Je ramassais donc les bouts de verre du mieux que je pu pour les poser sur la table. Il ne manquerai plus que quelqu'un se blesse avec ça.

J'aurais pu repartir et aller chercher ma bière après ça. Mais le gars en face de moi avait vraiment une sale mine. Tss... un jour il faudrait me punir pour être aussi facilement soucieux envers les autres. Il avait beaucoup bu, pas la peine d'avoir un sixième sens pour le sentir. Et en général quand on buvait autant, c'était que quelque chose n'allait pas. Je posait donc une main amicale sur l'épaule de l'inconnu pour lui demander innocemment :

- Hey gars, ça va ? Si t'es vraiment mal, tu ferais mieux de rentrer. Si tu t'en sens pas capable, je te raccompagne si tu veux...

Il n'y avait vraiment aucune mauvaises inttention dans mes paroles. Je voulais juste aider, c'était tout. Mais certaines personne voyaient toujours d'autre sous-entendus. Quoique, vu l'état de mon interlocuteur, je doutais qu'il ait les idée assez claires pour se méfier de quoique ce soit. C'était un peu triste, mais je ne pouvais pas y faire grand chose. A part proposer mon aide pour le raccompagner. Dormir dans un bar était tout de même très déconseillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Je sentais une présente à côté de moi, mais j'avais bien trop bu pour en avoir quelque chose à faire ou même pour le réaliser. J'avais l'impression que la salle tournait autour de moi et tout s'emmêlait dans ma tête. J'entendis à peine un remus de verre près de mes pieds, mais encore, je ne savais pas si j’hallucinais. Mais il y avait toujours cette présence.

Une main se posa sur mon épaule, je me figea, les muscles étirés, grimaçant. Brr du contact. Le temps que je me décide à bouger, l'inconnu avait parlé :

« Hey gars, ça va ? Si t'es vraiment mal, tu ferais mieux de rentrer. Si tu t'en sens pas capable, je te raccompagne si tu veux... »

Ces paroles, je les avait entendu comme si elles passaient sur canal plus. Je n'étais donc pas sûr de comprendre. Je tournais enfin ma tête vers lui, mais je ne le vis pas tout de suite, au premier regard il était flou et il fallut que je cligne plusieurs fois des yeux pour voir son visage. Je devais quand même avoir une sale gueule.

« Quoi ? » lâchais-je pour toute réponse.

Je le dévisageais discrètement - ou du moins je pense. Ses cheveux étaient mal coiffés comme un adolescent et ... de ce que je pouvais voir avec ma vision actuelle il avait deux yeux, un nez et une bouche, c'était déjà pas mal.

C'est alors que j'eu une terrible sensation ; mon ventre grognait, mes joues se gonflèrent, ma gorge brûlait avec un mauvais goût et ma tête me faisait souffrir. J'eu à peine le réflexe de me pousser avec la chaise pour rendre par terre, tout près de mes pieds malheureusement.
En d'autres mots, je me vomissais presque dessus et c'était pas beau à voir. J'espère que je ne m'aurais rien taché. Je devais avoir une bien meilleure gueule maintenant : fatigué, bourré et malade..

« Bon, je crois que j'ai un peu poussé sur l'alcool là, » je me dis à moi-même.

Je lâchais un soupire, quelle semaine de merde tout de même.



© Papy

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1344
Age du personnage : 38
Race : Fée
Métier/Etudes : Directeur de l'école et Instituteur
Clairement, mon interlocuteur n'avait pas l'air d'être au top de sa forme. Il cligna des yeux plusieurs quoi avant de réaliser que j'étais en train de lui parler. Un peu comme si il faisait la mise au point. Je l'aurait volontiers trouvé mignon comme gars qui si avait pas bu autant et que je mon esprit été plus préoccupé par son état qu'autre chose. Je fus même presque surpris qu'il me réponde. Pendant un moment j'avais bien cru qu'il allait m'ignorer totalement et se rendormir, mais non.

Cependant, je n'étais pas sûr que ce soit très utile de répéter ce que je venais de dire. J'étais franchement perplexe à vrai dire. J'étais venu passer une soirée tranquille à m'amuser et je trouvais tout de même le moyen de me faire du soucis pour quelqu'un que je ne connaissais même pas. Fais chier. Pourquoi je n'étais juste pas capable de faire comme tout le monde ? Et d'ignorer purement et simplement ce genre de type qui a trop abusé de la boisson hein ? Si c'était encore un truc de Fée... J'allais avoir une bonne raison d'aller me plaindre auprès de mes parents. Quoique, je doutais que beaucoup de mon se plaigne que je sois quelqu'un de trop gentil...

Je m'étais perdu une seconde dans mes pensées que c'était déjà trop tard. Je sentis le l'épaule du gars glisser soudainement sous ma main. Et sans rien que je ne puisse faire, il se mit à rendre tout son dernier repas au sol. Brrrr, ce n'était pas beau à voir, c'est moi qui vous le dit. Pour le coup, une bonne partie des personnes qui étaient autour de nous s'étaient retournées, mais je crois que je fus le seul à entendre le gars se plaindre qu'il avait sûrement trop bu ce soir. Ce n'était pas peu dire.

Je ne pu m'empêcher de grimacer. Il faut dire, la situation n'était pas très agréable, puis l'odeur non plus. Puis voilà que je me sentais coupable pour ce qu'il se passait maintenant. Je soupirais et addressait un sourire désolé à la serveuse au loin que je voyais grogner avant de partir chercher une serpillère. Ce ne devait pas être la première fois qu'elle voyait ce genre de spectable, mais ce devait être franchement agaçant, je la comprenais. Pour le coup, si il ne partait pas de lui-même, ce garsallait sûrement se faire virer d'ici.

- Merde... En effet t'as trop bu gars. Et je doute que le proprio te laisse squatter la place alors... Allez viens, je te ramène.

J'avais aucune idée d'où j'allais le ramener, mais je ne pouvais pas laisser ce gars là. Tant pis pour ma soirée de fin de semaine chargée. Je trouverai bien une autre occasion pour sortir boire dans la semaine de toute façon. Et heureusement que je n'avais pas abusé de la bière ce soir ! J'attrapai l'inconnu par le bras pour le forcer à se lever et pour le soutenir en même temps. Qu'il n'aime pas le contact ou ne veuille pas que je l'approche ne m'était même pas venu à l'esprit. Au pire si il ne voulait pas qu'on s'occupe de lui, il ne fallait pas se donner en spectacle ainsi.

- Allez, de l'air frais ça te fera du bien, crois-moi.

J'avais presque honte de dire que j'avais déjà fini dans un état pareil. Mais que voulez-vous, j'avais eu une vie d'étudiant bien chargée. Puis elle ne remontait pas à si longtemps à vrai dire. En tout cas, on pouvait dire que j'avais fait ma BA du jour, si le gars en question n'en était pas content, le personnel du Zanzibar m'en serait sûrement reconnaissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Les gens se retournaient comme s'ils n'avaient jamais vu quelqu'un vomir, comme s'ils n'avaient eux-même jamais vomi à une soirée... en plus ma vision des autres n'arrangeait rien, je voyais juste la lumière qui bougeait quand certains se sont retournés. Ouaip, bah ça va pas revenir là d'où ça vient, peu importe l'intensité avec laquelle vous me regardez. Aah, j'aimerais pas être la place du gars qui est venu poser sa main sur mon épaule. Il devait avoir la meilleure vue après moi.

D'ailleurs il sembla s'adresser à moi, mais encore une fois je n'y compris pas grand chose - mais plus que lors de ses premières paroles. En gros il voulait m'aider à partir. Hmmm...

Il me prit le bras et me força à me lever tandis que je râlais «aah!», non mais comment les gens font pour être aussi tactiles! Et qui disais que j'avais envie de partir ? Bon d'accord, j'avais envie, mais je pouvais trouver un moyen de me barrer par mes propres moyens. Cependant j'étais trop fatigué pour le bousculer et puis bon, on dit bien que l'alcool obscurcit les instincts. Ou un truc du genre.
Remarque maintenant que j'étais debout, j'entendais mieux ce qu'il racontait.

« Allez, de l'air frais ça te fera du bien, crois-moi. »

Je soupirais tandis qu'il m'accompagnait dehors comme un videur. Une fois sortit, je pu admirer brièvement la noirceur de la lune ; c'était une nuit noire, il allait sûrement pleuvoir demain. Heureusement que les lampadaires éclairait la rue sinon ç'aurait pas été simple de rentrer. Enfin, comme tout les soirs quoi.

Mais cette admiration de la nature ne dura pas bien longtemps, quand l'envie de revenir revint et cette fois je m'écarta de l'inconnu pour m'appuyer avec une main contre le mur pour vomir de l'eau - ou plutôt de l'alcool. Ce qui s'accompagna de toussotements graves.

Une fois cela fait, je fis quelques pas vers la gauche et, appuyant mon dos contre le mur, je me laissa tomber sur le sol pour m'asseoir. Puis je sortit une cigarette. Ah, c'était rare que je fumais pourtant. J'étais loin d'être accro, ce paquet datait de plusieurs mois et j'en avais fumé que deux. Trois maintenant avec celle-là. Je m'attarda à faire fonctionner mon vieux briquet, me disant que je ferais mieux d'en racheter un et tira un coup. Je souffla un bon coup et tourna ma tête vers l'autre zigoto qui m'avait fait sortir.

« Mais t'es qui toi au fait ? » je lui demandais, la cigarette entre les dents.

Mon regard se perdit devant moi. Oh, il n'y avait pas grand à voir, mais sans le bruit et l'agitation de l'intérieur du bâtiment et peut être avec les vomissements, ma tête tournait moins et je retrouvais un peu ma vision. Eh, c'était pas comme si j'avais pris du shit non plus. Quoiqu'il en était, je n'arrangeais rien avec la cigarette.

Tirant une nouvelle fois, j'appuyais ma tête contre le mur et regardait en l'air. Heureusement que j'avais pas à bosser ce soir.

« Oh et la prochaine fois t'es gentil, tu demande avant faire du contact. »


© Papy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1344
Age du personnage : 38
Race : Fée
Métier/Etudes : Directeur de l'école et Instituteur
Même si il protestait, mon interlocuteur, ou ce qu'il en restait se laissa traîner dehors sans trop de problème. L'air froid de la nuit me fit du bien à moi aussi à vrai dire. Je commençais à avoir la tête qui tourne. Comme quoi, je n'avais peut-être pas été aussi raisonnable que je le pensais. Enfin, tant que j'arrivais à être un minimum lucide, c'était le principal. Puis vu comment tournai ma soirée, je ne risquais pas de faire plus d'excès. Finalement je devais peut-être remercier l'autre gars... Quoique...

En effet, le moment n'était sûrement pas très bien choisit pour savoir qui en devait plus à l'autre. Nous étions à peine sorti me mon interlocuteur était déjà reparti vomir contre un mur, ce qui me fit soupirer de nouveau.Je restais planté là à le regarder s'asseoir un peu plus loin par terre tout en sortant une cigarette. Décidément, il se plaignait d'avoir trop bu, il fallait qu'il se mette à fumer maintenant. Personnellement, je n'étais pas fumeur, enfin, j'en grillais bien une de temps à autre en soirée, mais assez rarement en fait.

Ne sachant pas trop quoi faire, je me rapprochai du brun qui, sa cigarette entre les dents, me demanda qui j'étais en grognant. Mmh... Heureusement que je savais qu'il avait beaucoup bu, sinon je crois que j'aurais pu m'agacer de son manque de reconnaissance. Puiis ce n'était pas comme si on était des amis de longue date non plus, il avait le drroit de se méfier. Il y avait tellement de gens bizarres qui traînaient dans cette ville. Puis avec les organisations qui s'étaient mise en place récemment, ce n'était pas franchement mieux niveau sûretée. Enfin pas pour les créatures surnaturelles comme moi.

Apparemment, mon interlocuteur n'avait pas apprécier que je le touche sans avoir sa permission. Donc il n'était vraiment pas tactile et... Et ça me tira un petit rire en fait. Je n'étais pas forcément le mec le plus tactile du monde, mais le contact ne me dérangeaient pas. Je vins d'ailleurs m'asseoir près du fumeur, enfin pas trop près non plus. J'étais peut-être un peu imprudent parfois, mais je n'avais pas de pulsion suicidaires non plus. Je ne connaissais pas ce gars et même si il était bourré, je ne savais pas ce qu'il pouvait me faire. Pour peu qu'il soit un ête de l'eau, je risquais peut-être gros.

- Alix. Je m'appelle Alix et... Je suis juste un gars qui trainait dans le coin.

Je ne voyais pas trop ce que je pouvais dire de plus sur moi. J'aimais bien parler avec les autres, mais pas forcément étaler toute ma vie. Je pense que mon interlocuteur en avait rien à faie de qui j'étais, même si c'était sa question. Je pense qu'il voulait surtout dire "Qui j'étais pour l'avoir ramasser ainsi ?". Du coup, il n'y avait pas de bonne réponse à donner. Quoiqu'il arrive, j'étais presque près à parier qu'il trouverai une manière de se plaindre.

- La prochaine fois, si tu veux vraiment pas qu'un inconnu t'attrape comme ça, évite de te bourrer la gueule tout seul en publique. Puis, sincèrement, c'est pas pour me vanter, mais je crois que tu aurais pu tomber sur pire.

Il valait sûrement mieux que ce soit moi qui l'ai sorti de là qu'un des membres du personnel du bar. Il aurait sans doute été beaucoup moins sympathique. Bon, je n'allais pas dire non plus que tous les travailleurs du Zanzibar étaient moins sympa que moi. Bien au contraire, je les connaissais bien et c'était tous des gens géniaux. Mais bon, une personne énervé n'est jamais la même que quand elle est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
Il était désormais assis près de moi et se présenta sous le prénom d'Alix. Un p'tit Irlandais quoi. Le petit rire amusé qu'il sortit lorsque je lui eu fait part de mon "inconfortabilité" avec les gens tactiles m'arracha un haussement de sourcil. Je voyais pas en quoi c'était drôle, mais bon.

« La prochaine fois, si tu veux vraiment pas qu'un inconnu t'attrape comme ça, évite de te bourrer la gueule tout seul en publique. Puis, sincèrement, c'est pas pour me vanter, mais je crois que tu aurais pu tomber sur pire. »

Voyons, je ne suis sûrement pas le seul qui ait fait ça. En même temps j'avais pas trouvé un bar plus tranquille. J'avais juste errer jusqu'à tomber sur un bar, mais il semblait que ce bar n'était pas qu'un simple bar car en fait c'est surtout une boite de nuit. Mais j'avais trop soif pour m'en préoccuper.

Je souffla une nouvelle fois la fumée de ma cigarette droit devant moi. Me demandant quelle heure il était, je sortit mon portable.

« Je me bourre la poire presque tout les soirs maintenant. Enfin, peut-être pas autant que ce soir. »

Il était vingt-trois heures. J'étais crevé physiquement après cette dure semaine, mais là étrangement, ce n'était que physiquement. Je n'avais aucune envie d'aller dormir. C'était ... bizarre, mais encore assez commun. Mon cycle de sommeil commençait bien plus tard.

J'affichais un sourire un peu ironique en soupirant.

« Et t'inquiètes pas, je suis habitué à rencontrer pire que toi. »

Je pensais bien sûr à Jeeshóó. Est-ce qu'il y avait même pire à rencontrer dans ce bas monde qu'un esprit qui vous plie à sa volonté de temps à autres, vous obligeant à manger vos semblables, votre famille, vos ennemis ?

Est-ce qu'il n'y avait que les autres wendigos avec qui je pouvais partager ma douleur ? Ou est-ce qu'ils y prenaient leur pied ? Est-ce que j'étais seul ? Bon... assez de déprimer et de questions philosophiques pour ce soir. Il y avait sûrement mieux à faire.

Lorsque j'eu finis ma cigarette, je l'écrasa contre le sol avec ma main pour l'éteindre et lança au milieu de la rue, au loin, au pif, dans le noir.

« ... je m'appelle Ravi. »

Et s'il me fait un jeu de mot, je m'autorise à lui mettre une patate. Enfin... j'espère qu'il va pas trouver matière à se plaindre, ce n'est pas tout les soirs que je sociabilise avec quelqu'un.


© Papy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1344
Age du personnage : 38
Race : Fée
Métier/Etudes : Directeur de l'école et Instituteur
Etrangement, j'étais presqu sûr que j'allais me faire bouler, mais non ! Mon intrlocuteur se montra bien plus compréhensif qu prévu. Appramment l'air frais devait vraiment lui avoir fait un peu d'effet, il semblait bien moins mal en point que tout à l'heure. Enfin, tout du moins, il allait un peu mieux pour être capable de comprendre ce que je lui disais et de me répondre de manière cohérente. Mais je ne pouvais m'empêcher de me sentir un peu triste pour lui. En venir à se boire tous les soirs, ce n'était pas la joie. J'aimais bien boire hein ! Mais pas tous les jours non plus, je n'en étais pas là encore.

Pour le coup, je ne savais pas trop quoi répondre à par un sourire un peu triste. J'aimerai bien dire que j'y connaissais rien en psychologie, mais c'était faux, en temps qu'assistant social, j'étais souvent amené à bosser avec des psychologues. Mais vu l'heure, je n'avais pas envie de me lancer dans une analyse à proximative de ce mec que je connaissais à peine. D'ailleurs, il finit par afficher un sourire ironique en me disant qu'il était déjà tombé sur pire que moi de toute façon. Ce qui était assez rassurant pour moi et pour lui aussi à vrai dire.

Un petit silence s'écoula donc durant lequel mon interlocuteur fini sa cigarette avant e la jeter au loin. Heureusement pour lui que j'avais un peu d'alcool dans le sang parce que sobre... je crois que je lui aurais fait ramassé son mégot avec un discours sur l'écologie. Ouais, je sais, ce n'était pas pour une petite cigarette... mais que voulez-vous, c'était devenu une sorte d'habitude. Ma mère était écologiste au possible. Donc il y a certains réflexe que je ne changerai sûrement jamais. Dans tous les cas, mon interlocuteur fini par me donner son nom. Ravi. Original, je n'avais jamais entendu un tel prénom avant.

- Enchanté de te rencontré alors. Tu viens pas de Bray, je me trompe ?

Je me trompais rarement sur ce genre de truc. Bray était ma ville natale et elle n'était pas bien grande. Je connaissais quasiment tout le monde ici. Et je savais aussi qu'on attirait beaucoup d'étranger... Qui étaient pour la plus part des créatures surnaturelles. Mais ce n'était pas franchement le genre de sujet qui s'aborait facilement. Après tout, il y avait des humains en ville aussi. Ce qui rendait la chose compliqué, on ne va pas se le cacher. Pourquoi il n'existait pas de radar à surnaturel hein ? Quoique... Ca existait peut-être... Les humains étaient bien assez fou pour avoir fait ça....

Finalement, je n'étais plus sûr d'aimer l'air frais de la nuit. Maintenant que l'alcool était reescendu... C'est qu'il se faisait frisquet. Je ne sais pas ce qu'en pensait Ravi, il avait bu bien plus que moi et il ne semblait pas s'en soucier. Il faut dire aussi que j'étais quelqu'un de très frileux. Surtout pour un Irlandais. Et là, je n'étais pas franchement couvert pour passer la nuit dehors. Je croisais les bras en espérant que ça m'aide à me réchauffer un peu, mais je frisonnais encore alors je finis par craquer :

- Bon... Gars, j't'adore hein ! Mais, je sais pas pour toi, mais perso je commence a avoir froid alors... Ca te dit qu'on continue de parler autre part ? Ou au moins qu'on marche un peu ?

Oui, j'étais loin de passer pour un homme des plus virils et des plus sûr de lui. J'étais même assez ridicule à me plaindre du froid soudainement. Mais que voulez-vous ! Personne n'est parfait ! Pourtant j'étais vraiment intéressé par notre conversation hein ! J'avais vraiment envie d'en apprendre plus sur Ravi ! Et j'espérais que ma présence ne l'insupportait pas tant que ça... Je n'aimais pas me mettre les gens à dos, ni les agacer. Enfin sau si c'était mes clients. Ce n'est pas méchant hein ! Mais certain d'entre eux faisaient preuve de tellement de mauvaise volonté quand j'essayai de les aider, qu'il fallait bien que je les remue un peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

drink on & on & on & on

ft. alix
J'avais sûrement trop la tête ailleurs pour faire attention à son élan de compassion. De toute façon, la compassion, ce n'était pas un sujet que je connaissais bien. Je ne le connais même pas du tout. Ça ne pouvait pas être si utile et je n'avais aucune raison de vouloir faire un effort là dessus. Je vivais comme je pouvais, c'était déjà assez dur de s'occuper de ma personne pour aller s'amuser à s'occuper des autres.

« Enchanté de te rencontré alors. Tu viens pas de Bray, je me trompe ? »

Ah, c'est sûr que contrairement à lui, je viens de loin. De très loin. D'une petite île par là-bas dont peu de gens d'ici voudront bien s'en préoccuper. L'Europe, c'était trop loin de l'Asie pour ça. Ici la vie en est complètement différente. Je lâche un petit soupire amusé. Au final j'en avais vu du pays. Peut-être un peu trop. Plus que je n'aurais bien voulu. Mais je ne pense pas que de toute façon j'aurais pu rester là-bas pour toujours. Grâce à la nostalgie, le pays de mes parents me manquait quand même un peu.

Alix croisa les bras, je ne compris pas tout de suite pourquoi il faisait ça, mais ses paroles qui suivirent me le firent bien comprendre. Il commençait à avoir froid. Et le pire c'est que c'était un Irlandais. Dire qu'en Malaisie il fait toujours autour de vingt degrés quelle que soit la saison. Il me proposa de bouger par peur d'être gelé sur place.

« .. La Malaisie. C'est pas exactement la porte à côté. »

Servit de réponse à sa première question. Finalement je me levais, c'est pas comme si j'avais froid ou que je voulais aller quelque part spécialement, mais il vaudrait mieux que je passe pas ma soirée devant une boite de nuit surtout aussi proche de mon propre vomis qui commençait à puer. Je n'avais strictement aucune idée de par où aller, je ne retournerais pas chez moi avec lui, ça c'est sûr. Surtout qu'il faudrait prendre le métro avant. Je pensais plutôt traîner par ici, mais s'il avait envie d'aller s'acheter des chocobons ce n'était pas un problème.
Et de toute façon il fait pas si froid.

« T'as de la chance que je sois encore saoul. »

Il était évident qu'en temps normal je n'aurais sûrement pas accepté de continuer la conversation avec un gars comme ça, au milieu de la rue à vingt-trois heures. Je n'avais rien à y gagner, mais au moins si ça pouvait faire passer le temps, ce serait déjà ça. C'est pas toute de suite que je vais m'endormir.

Qu'est-ce que je pouvais faire comme stupidités en étant saoul. J'espère que tout cela ne tournera pas au drame au moins. Avec un peu de chance, je pourrais être tranquille ce soir contre tout ce qui n'est pas naturel dans ce monde, y comprit Jeeshóó et tout ce qui pourrait être dans la nature ce soir. Avec un peu de chance, Alix était un humain normal qui n'y connaissait rien et qui pourrait me faire penser que la vie est normale et que tout est rose dans le monde dans lequel on vit.

« Par contre, j'ai aucune idée d'où est-ce que tu veux aller te promener. »



© Papy
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1344
Age du personnage : 38
Race : Fée
Métier/Etudes : Directeur de l'école et Instituteur
Ravi était un gars assez étrange tout de même, il répondit à ma question mais sans que cela ne ressemble vraiment à une réponse. Efin, je n'allais pas me plaindre. Apparemment c'était déjà un événement qu'il accepte de traîner un peu avec moi. Puis j'étais bien trop impressionné de voir un Malaisien à Bray pour me poser trop de question. Décidément, quand je disais que cette ville attirait les étrangers. Après Ravi avait sûrement eu un parcourt intéressant avant de finir ici. Et dire que moi, j'avais toujours rêvé des Etat-Unis, mais n'avait jamais pu mettre un pied en dehors de l'Irlande...

J'aimais mon pays, ce n'était pas le problème. Mais j'avais toujours l'impression d'avoir raté quelque chose dans les autres me parlaient de leur voyage. Le plus loin que j'avais fait pour ma part, c'était Cork... Enfin, le froid me changea rapidement les pensées et lorsque je lui proposais de bouger, Ravi se leva immédiatement en me disant que j'avais bien de la chance qu'il était saoul. J'affichais un sourire en coin avant de me lever à mon tour. Je serais bien rentré chez moi. Mais je me voyais mal proposer à Ravi de venir à mon loft alors qu'on se connaissait depuis quelques minutes à peine. Bon, d'accord, ce n'était pas une raison, ça m'était déjà arrivé de faire ça... Mais pas avec un taux d'alcool aussi bas dans le sang.

Nous commençâmes donc à marcher, pendant que Ravi m'avouait qu'il n'avait aucune idée de l'endroit où je voulais aller. Ce qui était assez rassurant. Sinon ça voudrait dire qu'il savait lire dans mes pensées et... Ce serait flippant pour le coup. Je ne pu donc m'empêcher de lâcher un nouveau rire. Non mais cherchez pas, j'étais de bonne humeur ce soir. Puis finalement, j'aimais bien Ravi, il était un peu étrange, mais il avait l'air d'être un gars assez sympa.

- Euh... je sais pas non plus. De toute façon, vu l'heure, où qu'on aille, ça ne changera pas grand chose. Perso, j'ai juste pas envie de mourir de froid.

Je haussai les épaules avec un petit sourire. Puis je repensais à la Malaisie... Ce devait être cool comme endroit. Ce n'était pas parce que je n'avais jamais quitté l'Irlande, que j'étais profondément nul en géographie. Je savais quand même encore où était la Malaisie et qu'il ne devait pas faire froid là-bas.

- Tain... Ca doit être cool la Malaisie... Vous devez pas vous taper des température aussi basse qu'ici...

C'était un peu de ma faute aussi si j'étais toujours à Bray donc je me plaignais mais pas trop non plus. En fait, j'aimais bien trop l'ambiance qui règnait ici pour partir trop loin. Quoique... Vu les événements récent niveau ambiance... Arf, j'étais attaché à cette ville, c'est tout ! C'était plein de souvenir et tous mes amis et toute ma famille était à Bray.

- Le plus loin que j'ai fait niveau voyage c'est Cork. J'y suis resté quelque temps, mais finalement... tous ceux à qui je tiens vraiment vivent ici alors... Voilà... D'ailleurs qu'est-ce que tu fais à Bray ? Il y a vraiment quedal ici...

Avec ma famille, j'avais une bonne raison d'avoir choisit cette ville. Mais j'étais toujorus curieux de savoir comment des étrangers pouvaient atterir ici. A mes yeux, il n'y avait pas d'endroit plus ennuyeux que Bray. Quoique, il y avait plein de chose à faire quand on connaissait bien la ville. Mais Bray était sûrement bien moins attrayante qu'une Capitale étrangère et ce n'était clairement pas son climat qui devait attirer des masses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
drink on & on & on & on (ft. Alix)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Drink team : Campagne Terminator Falling Hope
» Arizona Green Tea
» Arrivée dans votre forum de Cagouille 17
» [MALIFAUX] Sorties
» Présentation de Drink-Energie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-