AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

avatar
Invité
Invité

(bathsheba) wanderess

Mer 19 Déc - 7:38

Bathsheba McCarthy

nom | McCarthy, un nom parfaitement irlandais qui fait, parfois, se hausser quelques sourcils. Son père est roux, terriblement roux et, s'il ne lui a pas légué son teint de porcelaine, elle a bien hérité de ses taches de rousseur.
prenom |Bathsheba était le prénom de sa grand-mère. Iranienne de confession juive née à Téhéran, la première Bathsheba a quitté le pays avec sa famille pour fuir le régime et s'est installée en Irlande - la légende est bien plus longue, mais il faut bien résumer. Mais tout le monde, clients comme amis, l'appelle généralement Beth.
âge | 27 ans
race | Oracle - Bathsheba a perdu la vue il y a maintenant quatre ans, tandis que sa première vision l'a frappée quand elle était adolescente.
lieu et date de naissance | Un 22 septembre à Dublin.
orientation sexuelle | Avant de perdre la vue, Bathsheba avait une préférence pour les hommes - une préférence purement esthétique. Depuis qu'elle ne peut plus voir, elle a appris qu'il y avait d'autres choses que le regard et ses goûts ne sont plus aussi tranchés.  
statut marital | Célibataire - Bathsheba n'est pas contre le couple, l'amour, ce genre de choses, bien au contraire. Elle sait toutefois que son don et son handicap rendent les choses beaucoup plus compliquées.
metier/etudes | Herboriste - elle n'est jamais entrée à la fac, ayant opté pour une formation en herboristerie peu de temps après sa sortie du lycée. Elle tient une petite boutique dans Bray, vendant plantes en vrac et remèdes maisons qu'elle crée de ses petites mains.
situation financiere | Moyenne, elle rentre à présent dans ses frais et peut se payer un petit salaire.
organisation | Neutre
ft | Medalion Rahimi (c)unicorn


détails, anecdotes et caractère

Beth n'était pas très bonne à l'époque. Il lui arrivait souvent de sécher les cours pour aller se promener aux alentours de Dublin : elle sautait dans un bus et partait aussi loin que possible avant de revenir à la fin de la journée. Ses parents ne se sont jamais totalement remis de ce qu'ils voient comme une occasion manquée, car elle n'est pas bête, Bathsheba, elle n'aime juste pas rester assise sur une chaise toute la journée. + Devenir herboriste ne lui avait jamais vraiment traversé l'esprit. Si elle a toujours aimé être dehors et ramasser des plantes en tout genre, Beth n'était pas certaine de ce qu'elle voulait faire de sa vie après le lycée. C'est en se promenant dans Dublin qu'elle est tombée sur une vieille apothicaire qui lui a fait visiter sa boutique. Quelques semaines plus tard, Beth passait les vacances à travailler avec la vieille femme. + Bathsheba vit dans un petit deux pièces assez étroit qui sent constamment l'encens et la terre fraîche. Elle possède aussi un chat, tout noir avec une tâche en forme de coeur sur le poitrail. La bestiole est entrée par sa fenêtre un matin, quelques jours après son installation, et n'est jamais vraiment repartie. + Beth a très mal vécu les premiers signes de la disparition de ses facultés visuelles. Elle ne comprenait pas bien, à l'époque, ce qu'il se passait - que cela était lié à ses visions. Elle a toutefois fini par accepter totalement ce que certains voient comme un handicap et ce qu'il lui arrive, parfois, de considérer comme une chance. Ses autres sens se sont peu à peu développés, en particulier son odorat. Si votre odeur lui plaît, qu'il s'agisse de votre parfum ou de l'odeur de votre lessive, Bathsheba pourra certainement vous reconnaître rapidement. + Quand elle s'est inscrite en école d'herboristerie, Bathsheba n'était pas encore aveugle mais, sa vision diminuant rapidement, certains ont tenté de la décourager, pensant impossible de pouvoir travailler les plantes sans pouvoir les reconnaître visuellement. Avec l'aide de son mentor, Bathsheba a appris à reconnaître les différentes espèces au toucher et au nez, parfois au goût et son savoir dans ce domaine est devenu quasi-infaillible. + Beth n'est pas aussi à l'aise avec son don. Généralement très courtes et très douloureuses, ses visions impliquent les cinq sens mais sont éloignées dans le temps, si bien qu'il est difficile pour elle de deviner le contexte. Comme ses visions concernent parfois de sinistres inconnus ou des lieux qu'elle ne connaît pas, Beth n'agit généralement pas en fonction de ce qu'elle voit et se laisse guider à l'instinct, ayant tendance à ignorer son don plus qu'à l'exploiter. + C'est pourtant une vision qui l'a poussée à s'installer à Bray bien que Beth se tienne assez éloignée, en temps normal, de tout ce qui concerne les chasseurs et les surnaturels. C'est une rencontre fortuite avec un magicien - également ex-petit ami - à Dublin qui l'a initiée à ce monde dont personne dans son entourage ne semblait faire partie. + Bathsheba est non-violente par nature. Si sa langue peut être piquante lorsqu'il le faut, elle considère l'usage de la violence comme une faiblesse. Il faut toutefois préciser qu'elle n'a jamais été menacée et que sa vision des choses reste conditionnée par ce qu'elle a vécu jusque là - soit peu de choses. + Quelques mois après avoir totalement perdu la vue, Beth a eu une aventure avec une femme. Se considérant jusque là hétérosexuelle, elle a envoyé les étiquettes par la fenêtre. Foncièrement féministe et défendant farouchement sa liberté, Beth faisait partie d'un cercle de femmes à Dublin qui se réunissait toutes les semaines pour échanger dans un café culturel. + Bathsheba n'est pas magicienne, mais il lui est arrivé de réaliser des rituels dans son arrière boutique. Il s'agissait plus de manifester une intention que de réellement faire appel à la magie. + Quand vous entez dans sa boutique, vous pouvez être sûr de trouver un bâton d'encens en train de brûler, le chat sur le comptoir, et une infusion en train de fumer dans un vieux mug certainement ébréché. Ce sont des constantes qui vous accueilleront toujours dans la boutique de Bathsheba - et elle vous proposera certainement une tasse de thé, si vous avez le temps.+ Beth refuse de porter des lunettes : elle sait que ses yeux sont rarement concentrés comme le sont ceux des voyants, et qu'ils peuvent se promener ici et là alors qu'elle parle, mais elle refuse catégoriquement de les cacher. Elle n'a pas pu, par contre, éviter la canne qui lui permet de se déplacer plus aisément en ville. + Chez elle ou dans sa boutique, Beth marche souvent pieds nus. Il n'est pas rare de la voir enlever ses chaussures dès qu'elle approche de la plage ou de la forêt également. + Elle se rend de temps en temps à Dublin pour visiter sa famille et la vieille apothicaire qui est maintenant retraitée. Aucun d'eux ne sait ce qu'elle est, et elle a parfois du mal à faire comme si de rien n'était quand elle se trouve au milieu d'eux - surtout quand une vision survient et qu'elle est obligée de s'enfermer dans le noir pendant quelques heures. + Bathsheba a un petit frère, Ephraïm, qui vit toujours à Dublin et qui, contrairement à elle, semble parti dans un long cursus universitaire. Très proches quand ils étaient enfants, le secret de Bathsheba les a peu à peu éloigné, si bien qu'ils ne se parlent que peu souvent.


Ton histoire, ta petite histoire

 « Bathsheba ? C’est quoi ce prénom ? »

C’est ainsi que l’histoire commence, malheureusement : ouverture d’une remarque ignorante, à laquelle l’enfant répondra  « C’est le nom de ma grand-mère et celui d’une héroïne et laisse-moi tranquille. » Parce qu’elle connaît ses classiques, la petite Beth, et Thomas Hardy, à ses dix ans, n’a guère de secret pour elle. Bathsheba Everdene est pour elle un modèle d’indépendance, tout autant que l’est sa grand-mère - mais voilà, Beth n’est pas religieuse pour un sous. Rien dans le judaïsme de sa mère ne semble l’intéresser, pas plus que l’église de son père. Elle, elle aime courir dans la forêt ou au bord de la mère, s’enfuir de Dublin le week-end, dans la vieille voiture familiale, faire semblant d’être malade pour ne pas aller à l’école.
C’est à l’école, qu’elle entend souvent cette remarque -  « Bathsheba ? C’est quoi ce prénom ? » - généralement accompagnée d’autres phrases désobligeantes sur sa couleur de peau, sur ses cheveux, bouclés, frisés, un peu fous quand vient la pluie. On parle de sa mère, aussi, qui est encore plus sombre qu’elle et dont les yeux noirs effraient les gamins à la sortie de l’école. On parle, parce qu’elle est différente et qu’elle est belle - certains la disent sorcière, parmi les parents, car ils sont aussi bête que leurs enfants. On se demande comment un irlandais pur souche, bien roux, bien blanc, a pu choisir une femme pareil, à croire que le XXIe siècle n’a pas ouvert les esprits, n’a pas atteint certains quartiers de Dublin.

Très tôt, Bathsheba devient « la sauvage », la gamine qui fait les yeux noirs et qui mord si on l’ennuie un peu trop. Elle n’est pas méchante pourtant, bien au contraire : la petite passe son temps à sauver les oisillons tombés de l’arbre qui se trouve dans la cours de récré et elle tient la main aux plus petits, ceux qui ont peur de laisser leurs parents derrière la grille et de peut-être ne jamais les retrouver. Elle est adorée des maîtresses et, surtout, des dames de cantine, mais ce n’est pas pour son assiduité et ses notes : Beth n’a de cesse de s’endormir sur son bureau, une fois le déjeuner passé et obtient tout juste la moyenne tout au long de sa scolarité. Non, Bathsheba est appréciée parce qu’elle aide à ranger la classe, après la sonnerie, et parce qu’elle ramasse les crayons qui sont tombés. On s’étonne, à la maison, qu’une enfant si vive soit si peu scolaire, déteste autant l’école - parce que c’est important, les notes, et on a de cesse de lui répéter que pour avoir un bon travail, pour être bien payée, il faut travailler dur et être meilleure que les autres. Mais Beth s’en fiche de tout cela. Elle laisse les félicitations à son jeune frère, de deux ans son cadet, qui, dès la maternelle, semble enclin à la réussite. Ephraïm, contrairement à sa soeur, se laisse aisément modeler, accepte les conseils, les cours particuliers, et finit par quitter le système public pour entrer dans une école privée que l’on ne pensait pas pouvoir payer un jour - mais il le mérite, le petit. « Contrairement à sa soeur », mais ça, on ne le dit pas.

***

 « Qu’est-ce qui se passe ? Tu es toute pâle.
J’ai mal à la tête, c’est rien. Je vais aller m’allonger.
Bathsheba ? »


La première fois, c’est le mal de tête qui annonce la vision. Le mal de tête le voile noir qui semble danser devant ses yeux, obstruant la lumière, l’empêchant de profiter de sa grand-mère qui est venue déjeuner chez eux. Elle ne connaît pas ce genre de douleurs, Beth : à quatorze-ans, c’est une adolescente particulière, à la fois très ouverte et étrangement réservée, qui passe son temps à s’enfuir et à sécher les cours, disparaissant pendant des heures pour rejoindre le front de mer, seule ou avec des amis. Elle ne fait qu’y marcher, mettant les pieds dans l’eau quand un banc de sable apparaît, loin du port de Dublin. Le collège ne vaut pas mieux que l’école primaire et le lycée après lui ne lui apportera rien de plus, mais Beth reste pour ses parents. Elle se fiche bien d’avoir son diplôme : si elle ne sait pas ce qu’elle souhaite faire, après, elle sait que ce sera différent. Que ça ne leur plaira pas, et qu’ils trouveront quelque chose à objecter, mais qu’elle le fera tout de même car elle est déterminée. Douce, généreuse, mais déterminée et prêt à défendre la liberté chèrement acquise au fil des années.

Mais la vision n’a rien à voir avec tout ça. Beth sent son coeur accélérer dans sa poitrine et la panique s’éveiller : elle ne sait pas ce qui se passe mais derrière ses yeux semble naître une chaleur désagréable, douloureuse, presque, comme si on venait de brûler les nerfs et la peau à l’intérieur même de son crâne. Subitement, pourtant, elle voit, derrière ses paupières fermées. C’est rapide, trop rapide, une succession d’images courtes, lumineuses, de visages, parfois des mots qu’elle ne comprend pas et une terrible odeur de brûlé.
Jusqu’au lendemain, Beth est incapable de se lever. Elle pense avoir perdu connaissance, et se demande s’il ne s’agit pas d’épilepsie - elle ira même voir un médecin, un neurologue, plus exactement, qui lui dira que non, tout va bien, il n’y a rien qui pourrait expliquer ce moment. Les hormones peut-être ?, demandera-t-il avant qu’elle ne lui claque la porte au nez.
Trois semaines plus tard sa grand-mère, la première Bathsheba, périt dans l’incendie de son petit appartement. Si on lui expliqua le pourquoi du comment - une simple histoire de bougie que l’on a laissé brûler -, Beth pensa longtemps être responsable et décida de garder son secret, et sa culpabilité, pour elle.

***

 « Tu ne devrais pas être en cours, petite ?
J’aime pas vraiment ça, l’école.
Viens m’aider à trier la verveine, puisque tu es là. »


Il ne lui en faut pas plus, à Bathsheba, pour s’inviter chez la vieille apothicaire tous les mercredis et parfois le soir, après le lycée. Elle pose ses affaires derrière le comptoir et, comme si de rien n’était, se met à trier les plantes, à les mettre en sachet, à ranger les tisanes sur les étagères. La vieille femme est petite et svelte, lui rappelant une fée, un lutin, un esprit de la forêt. Est-ce que tout cela existe ? Beth n’en est pas certaine, mais après tout, elle n’est plus sûre de rien.
Il lui a fallu du temps pour comprendre son don : pour admettre qu’elle ne provoquait pas mais qu’elle voyait, et qu’elle n’était pas toujours capable d’y faire quoi que ce soit. Pour admettre, aussi, qu’elle y voyait de moins en moins bien - et que d’ici quelques mois, elle n’y verrait certainement plus rien.

***

 « À Bray ? Mais pourquoi tu veux t’installer à Bray ?
Pour changer d’air. »


Parce qu’il fait meilleur ailleurs, il paraît, et que son diplôme sent le frais. Beth ne va pas bien loin, non, elle s’installe à Bray quand elle n’a que vingt-cinq ans, travaillant d’abord ici et là avant de pouvoir ouvrir sa propre boutique. On se demande si elle n'est pas devenue folle, en plus d'avoir perdu la vue, même si cela est arrivé il y a un moment déjà. Il faut dire que ses parents se sont posés la même question quand elle s'est inscrite en école d'herboristerie, un métier qu'ils pensaient oublié depuis des années.
C’est à Bray qu’elle découvre le surnaturel, le vrai, ce qu’elle est, ce qui l’entoure. C’est à Bray, qu’elle sort pour la première fois avec tempestaire, puis avec un magicien, avant de se tenir éloigné de ce drôle d’univers. C’est à Bray qu’elle adopte son chat, c'est de là qu'elle part en voyage, parfois pendant plusieurs semaines, c'est ici qu’elle a décidé d’habiter, qu’elle veut rester, pour le moment, encore quelques années. C’est à Bray qu’elle se cache, au milieu des autres comme elle, au su et à la vue de tous. Et si elle sait que ce n’est pas la meilleure stratégie, elle en est pour le moment satisfaite et préfère se fondre dans le décors, passant souvent pour une sorcière new-age qui s’amuse à concocter remèdes et tisanes dans une petite boutique enfumée. Si on ne se doute pas de son statut d'oracle - elle apprit ce qu'elle était en sortant avec le magicien, justement -, Beth fait tout pour l'oublier. Certains useraient de leurs talents, elle n'en doute pas, mais elle préfère souvent faire comme si de rien n'était. Il lui est arrivé, quelques fois, d'essayer de prévoir, de résoudre, d'anticiper - n'ont suivi que des catastrophe, ou de véritables imbroglios. Alors elle note, parfois, ce qu'elle voit mais préfère laisser au futur l'entièreté de ses secrets.


lien recherché (H/F) + ici
lien recherché (H/F) + ici
lien recherché (H/F) + ici
lien recherché (H/F) + ici



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(bathsheba) wanderess

Mer 19 Déc - 7:38
Liens

UNE SUPER CITATION


prénom nom

blablabla
prénom nom

blablabla

prénom nom

blablabla
prénom nom

blablabla
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

(bathsheba) wanderess

Mer 19 Déc - 7:39
Liens

UNE SUPER CITATION


prénom nom

blablabla
prénom nom

blablabla

prénom nom

blablabla
prénom nom

blablabla
Revenir en haut Aller en bas
Emily Dunham
Oracle
MESSAGES : 307
AGE DU PERSONNAGE : 28
RACE : Oracle
MÉTIER/ÉTUDE : Employée juridique à la mairie

(bathsheba) wanderess

Mer 2 Jan - 21:35
Hello! Alors je viens non pas pour Emily, mais pour Anthéa, mon DC. Quoique, un lien avec Em' est possible aussi!

Anthéa est enceinte jusqu'au cou ou presque. Et donc je l'imaginais bien venir dans la boutique de Beth pour calmer un peu les douleurs de dos et les inconforts liés à la grossesse. Et pour te dépeindre un peu la demoiselle, Anthéa tient beaucoup aux apparences. Elle peut paraitre, et est en partie, pimbêche et condescendante. En réalité, elle est très sensible, mais a appris à parquer cette sensibilité, parce qu'on n'affronte pas le monde avec la sensibilité. Donc elle est un peu froide, un peu snob, assez matérielle, et choisit ses fréquentations avec soin.
A partir de là, soit elles se détestent cordialement, soit elles s'apprécient malgré tout, soit elles sont somme toute indifférentes l'une par rapport à l'autre. Je t'avoue que j'avais imaginé du positif, Anthéa serait intriguée par cette aveugle qui manie les herbes avec passion et doigté.
Et puis, si tu veux pimenter un peu, Beth peut avoir eu une vision sur Anthéa (bathsheba)  wanderess 3293157673

Revenir en haut Aller en bas
V. River Ó Mordha
Sirène
MESSAGES : 85
AGE DU PERSONNAGE : 18
RACE : Sirène
MÉTIER/ÉTUDE : Etudiante en alternance, bijouterie de Golden Coast, venez nombreux !

(bathsheba) wanderess

Ven 18 Jan - 6:04
Coucou Bathsh (bathsheba)  wanderess 2571641524 (oui je trouve ce surnom si cool (bathsheba)  wanderess 3874217186)
J'viens pour un lien avec ta demoiselle comme je l'avais promis (même si je viens si taaaaaard (bathsheba)  wanderess 1226555958 (bathsheba)  wanderess 1226555958 (bathsheba)  wanderess 1226555958 (bathsheba)  wanderess 1226555958 )

Et en vrai, j'aime surtout beaucoup beaucoup le fait qu'elle soit herboriste et fasse des remèdes maison. J'imagine tellement River être cliente régulière de sa boutique, et venir avec sa liste longue comme le bras de petits thés, remèdes pour certaines choses comme le stress pour ses études, la douleur des règles, ce genre de chose (bathsheba)  wanderess 2210271934
Est-ce que ça te dirait un petit RP boutique ? (bathsheba)  wanderess 2571641524
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

(bathsheba) wanderess

Revenir en haut Aller en bas
 
(bathsheba) wanderess
Revenir en haut 

Sauter vers: