avatar
Humainstaff
MESSAGES : 103
RACE : Humaine
MÉTIER/ÉTUDE : Secrétaire personnelle d'Antigone Pritchard

 (sidney) Like if your Uber driver talks to you, the ride should be free?


Sidney Faye Clarke

nom | Clarke. Des parents américains, une vie plus ou moins toujours vécue près de New-York, l'attitude qui va avec, la même que mon père, autant dire que c'est pas franchement la joie de me supporter tous les jours.
prenom | Sidney. Notamment parce que mes parents croyaient que j'étais un garçon jusqu'au moment où je suis sortie du vagin de ma mère. Mais surprise, non. Du coup le prénom mixte, c'était pour pas se faire trop chier.
âge | 35 ans. La seule chose qui me trahisse vraiment, ce sont les rides qui commencent à poindre sur le bord de mes yeux et sur le reste de mon visage, et encore, je me trouve chanceuse. Mais sinon je me fringue toujours comme si j'avais pas de but dans la vie et j'agis avec encore moins de résolution.
race | Humaine. Si on me parle de surnaturel, je vais automatiquement associer ça à une série télé. Pas franchement à la vraie vie.
lieu et date de naissance | 4 septembre 1983. Quelque part à Brooklyn.
orientation sexuelle | Hétérosexuelle. J'ai bien eu une expérience avec une femme, mais c'était pour la déconne et très franchement, j'ai pas accroché plus que ça. Si c'était à refaire je cracherais pas forcément dessus, mais ça s'arrête là.
statut marital | Dans la merde. Célibataire. Sans attache, vraiment, mais avec mon passé qui me court après. Littéralement, en fait. Mais ça, je vous expliquerais plus tard, c'est encore trop le bordel dans ma tête pour que j'en parle clairement.
metier/etudes | J'étais chauffeur de taxi mais après un accident, on m'a retiré ma licence. ça plus soucis familiaux, on m'a envoyé à Bray rendre "visite" à de la famille, des cousins que je ne peux pas me blairer, pour que je prenne l'air et que j'évite de montrer que j'existe. Sans savoir combien de temps je vais rester, j'ai trouvé un boulot dans le secrétariat auprès d'un grand nom dans le monde du cosmétique, Antigone Pritchard.  
situation financiere | Je ne suis pas payé des milles des cents, mais je me maintiens, assez pour avoir un petit appartement dans Pilgrim.
organisation | Je travaille sans le savoir pour la superviseur des Dux, mais techniquement, je n'en fais pas partie puisque j'ignore qu'une telle organisation - ou son contraire - existe.
ft | Kristen Bell (c)january cosy


détails, anecdotes et caractère

Sid, elle a une culture assez affolante en termes de jeux vidéos, séries et cinéma. Faut dire qu'elle ne passe pas sa vie à sortir alors elle a du temps à perdre. Et des abonnements inutiles un peu partout, Netflix, OCS, Amazon Prime, Playstation ... Faut bien les rentabiliser. Elle a d'ailleurs joué comme figurante dans un épisode de Brooklyn 99, l'une de ses séries préférées, et elle n'hésite jamais à raconter l'anecdote dès que l'occasion se présente ... Ou pas.+ Elle adore l'humour. Elle aime beaucoup aller voir des humoristes sur scène, et à New York, c'est pas ce qu'il manque. + Sidney n'a jamais vraiment eu d'amis, sauf une en particulier. Pour le reste, elle se contentait de se rapprocher de quelqu'un dès que cela lui donnait un avantage, pour le trahir aussi facilement le jour d'après si elle n'en voyait plus l'utilité. Pourtant, elle a toujours été considérée comme une personne sociable, assez amusante, mais s'il y a bien une qualité que l'on ne retrouvera jamais en parlant à ceux qui l'ont connue, c'est bien la sincérité et l'amitié. Si on peut dire du bien de ce qu'elle était quand elle le voulait bien, on parle aussi souvent de sa manière à vous planter un couteau dans le dos, c'est pourquoi tous ceux dont elle a été proche un jour ont tendance à la détester.+ Sidney est le genre de personnes sur qui l'on fait passer sa rage sans qu'elle n'en ait rien à foutre, le genre à apporter des paquets de chips au cinéma, peu importe si ça fait du bruit ou à téléphoner sans aucune discrétion dans les salles d'attente en critiquant toutes les personnes présentes sans vergogne.  + Lors d'une sortie à la plage a ses quinze ans, l'une des filles avec qui elle était a failli se noyer. Encore aujourd'hui, elle maintient qu'elle n'est pas allée la secourir parce qu'elle ne l'a pas vue. C'est un mensonge. Le fait est qu'elle l'a laissée là en pleine connaissance de cause parce qu'elle ne la supportait pas et qu'elle avait jugé que ça lui donnerait une bonne leçon.  + Sidney a un langage très fleuri et très peu d'empathie pour les autres. Elle passe son temps à juger, insulter ou se concentrer sur sa propre personne. + Elle n'a jamais su tenir une relation sur la durée. La plus longue a duré sept mois, avant que l'homme en question ne se rende compte de toute la portée de son égoïsme et de ses actions de manière générale. C'est la seule fois où elle a été larguée, mais mis à part le coup à l'ego, elle n'en a pas été très touchée, n'étant jamais réellement tombée amoureuse. + De par son style vestimentaire, on ne lui donnerait pas l'âge qu'elle a réellement. Elle préfère encore largement les jeans et baskets aux talons hauts, et s'il lui prend la fantaisie de sortir avec un blazer parfois, elle porte souvent, dessous, des hauts à l'effigie de ses séries préférées.+ Si l'humanité ne fait pas partie de ses plus grandes qualités, on peut dire d'elle qu'elle regorge d'idées dès qu'il s'agit de se faire de l'argent ou d'obtenir quelque chose, allant même jusqu'à piquer les bons de réduction de ses voisins pour aller faire ses courses à moindre prix et prétendre qu'elle n'a jamais reçu ses colis pour se faire rembourser. + Elle a un problème avec l'alcool. La solitude, même si elle se convainc facilement qu'elle y est habituée et qu'elle ne supporterait pas que quelqu'un s'immisce dans son quotidien, n'aide pas vraiment. Si elle ne boit pas moins, elle a donc décidé de chercher une colocation à Bray. Puis ça baisse le prix du loyer, en plus.  + Elle ment comme elle respire. Vous savez les mecs qui s'inventent acteurs dans les boîtes pour impressionner les nanas? Sidney c'est l'équivalent féminin. + Si elle n'aime pas spécialement les gens, elle est bénévole dans un refuge et sort, de ce fait, régulièrement les chiens qui s'y trouvent. + Pour travailler, elle est obligée de se résigner à porter tailleur chemise et talons, et c'est sans doute la chose qui l'énerve le plus. On pourra donc très souvent la voir faire la gueule quand Antigone n'est pas dans le coin.  + Depuis son accident, elle a du mal à se concentrer sur quelque chose trop longtemps, ni même à remonter dans une voiture.  + Lorsqu'elle était plus jeune, elle a travaillé comme opératrice de téléphone rose. + En cherchant du travail sur Internet, elle est tombée sur l'annonce d'Antigone. Elle l'a immédiatement reconnue de par les nombreux articles à son sujet dans les magasines féminins et a décidé de tenter le tout pour tout. Etonnemment, elle a été retenue, sans savoir réellement ce qui la différenciait des autres candidats. La réponse étant son ignorance du surnaturel, mais ça, elle n'est pas prête de le découvrir.


Ton histoire, ta petite histoire

1983 - 1988 : 0-5 ans + Je suis née dans une famille étrangement banale. Kathleen, ma mère, n'attendait que ça, réellement, avoir un enfant. C'était, et ça a toujours été le but de sa vie. Elle avait désormais une excuse pour ne plus travailler, et elle fut la plus heureuse quand il eut été de prendre son congé maternité, qui s'éternisa. Elle n'a d'ailleurs toujours pas de travail, et si elle en a déjà eu, les souvenirs remontent à bien trop longtemps et je suis persuadée qu'elle ne réussirait pas vraiment à reprendre, même si elle en avait l'envie. Mais être femme au foyer, c'était tout ce dont elle aspirait. Avec mon père ça a été l'opposé. Chirurgien, il venait seulement de décrocher le poste qu'il convoitait depuis des années lorsqu'on lui a annoncé la grossesse. Je ne dis pas qu'il n'en était pas heureux, mais il a seulement dû composer avec tout ce qui lui tombait dessus en tentant d'être présent en toute situation. Il s'était bien consolé avec le fait qu'il aurait un petit garçon avec qui lancer des balles en grandissant, ou voir le Superbowl. Qu'on ne se méprenne pas, j'adorais regarder le Superbowl avec mon père. Mais quelque chose lui a toujours manqué, lorsqu'ils eurent la surprise, à ma naissance, de se rendre compte qu'il me manquait quelque chose entre les jambes. Mais ce n'est pas pour ça que je n'ai pas eu des premières années heureuses, loin de là. Je ne voyais pas mon père souvent, notamment à cause de son travail, mais la présence de ma mère compensait bien tout ça. Bien qu'un peu trop bigote, elle n'a jamais été méchante et a su m'élever correctement, du moins c'est ce qu'elle a toujours pensé. J'apprenais même, à l'époque, quelques passages de la Bible, chose qui aurait dû m'apprendre quelques qualités et valeurs qui semblent pourtant me manquer maintenant. Quand j'ai eu trois ans, on m'a mise en garderie. Non pas parce que ma mère ne pouvait pas s'occuper de moi, de toute évidence, mais pour m'apprendre à évoluer avec d'autres enfants. Fille unique et avec un début de caractère qui s'annonçait difficile, je ne vous précise pas que ça n'a pas été de tout repos pour ceux qui ont dû me garder... Entre le fait que je n'avais aucune notion de partage - encore actuellement, tenter de me prendre une seule frite dans mon assiette, c'est faire voeu de décès - mais encore que j'avais tendance à frapper les autres enfants ... On a même cru que je reproduisais ce que je voyais à la maison, autrement dit mon père a été accusé de frapper sa femme à demi-mots. Mais il n'était pas assez présent pour qu'il ait le temps de le faire de toute manière et les accusations se sont vite estompées, laissant la conclusion que j'étais juste une petite peste en devenir.

1988-1995: 5-12 ans + Mais tout a commencé a dégénérer, du moins à mon sens, a mes cinq ans. C'est là qu'ont choisi mes parents pour faire un deuxième enfant. Mon père avait plus de temps, il était là plus souvent, s'occupant comme il pouvait de moi alors que l'attention de Kathleen était en majorité portée sur Ashley, ma toute nouvelle soeur. Je l'ai détestée dès l'instant où je l'ai vue. Enfin ... Ce n'était pas de la haine à proprement parler, plutôt de la jalousie de ne plus être le centre d'attention, celle qui attirait les regards quand on était invités quelque part, celle qu'on chouchoutait. A ce moment-là, la seule question que l'on me posait c'était de savoir si j'étais heureuse d'avoir un nouveau membre dans la famille. Ma réponse était toujours la même, remplie d'honnêteté, et on me punissait souvent juste après. Mais je ne pouvais rien y faire, aucun amour ne venait entre elle et moi à cette époque là. C'est pour fuir cet environnement que j'ai commencé à m'entraîner au baseball avec mon père, allant même jusqu'à m'inscrire dans un club. Je me rappelle encore la fierté que je ressentais lorsqu'il venait assister aux matchs. Même si je n'avais pas un grand esprit d'équipe et que même en 1993, j'avais cette tendance à tout contrôler, je prenais sur moi, juste pour avoir l'occasion de le voir m'applaudir. Parce qu'il n'y avait pas vraiment autre chose dont il pouvait se vanter, quand on en venait à ma personne. Mes résultats scolaires ont toujours laissé à désirer, et pour rajouter au tableau, ils étaient régulièrement convoqués pour mon comportement. Je parlais beaucoup trop en classe, je n'écoutais rien et les professeurs avaient un mal fou à me faire accepter leur autorité. C'était bien simple, il n'y avait qu'une personne que je respectais, et c'était mon père. Je baissais la tête lors de ses remontrances mais dès lors qu'il n'était plus là, la même rengaine encore et encore.

1995-2000: 12-17 ans + Et ça a continué pendant le lycée. J'ai arrêté le sport à partir du moment où mon père ne venait qu'à un match sur trois et si j'ai essayé autre chose pour expier mon besoin de mouvement, rien n'est resté, que ce soit l'équitation, la boxe, le taekwondo, même la batterie. J'ai même intégré le groupe de cheerleaders de mon lycée mais comme vous pouvez vous en douter après avoir eu un portrait du personnage, j'ai fini par plonger la tête de l'une des filles dans les toilettes ce qui m'a valu non seulement le retrait de l'équipe mais aussi une exclusion d'une semaine. Je naviguais entre les groupes, amie avec tout le monde et personne, détestée par au moins la moitié d'entre eux, sans me concentrer aucunement sur les cours. Je crois que c'est dans cette période-là que mes parents ont abandonné tout espoir. Au lieu de cela, ils éduquaient Ashley à ne pas devenir comme moi. Vous savez la fameuse phrase "si tu ne travailles pas tu finiras comme ta soeur !" La phrase qui fait toujours extrêmement de bien quand tu es ladite soeur. Mais finalement, elle commençait à ne plus les écouter non plus, puisqu'à mon grand dam elle me suivait partout, comme une ombre non désirée. Si elle ne l'avait pas fait, sans doute nous ne nous serions jamais rapproché, je dois bien l'admettre. Mais c'est sans doute quelque chose qui était obligatoire. Avec la perte de mes parents, j'ai gagné une soeur.

2000-2010: 17-27 ans + J'ai obtenu mon diplôme presque par miracle puis décidé de partir dans la voie du secrétariat et de l'administration, notamment parce que je ne me voyais pas passer dix ans de plus dans le cercle scolaire. Là également, je m'en suis plutôt bien sortie, considérant que je n'ai jamais eu aucune méthode de travail, mais je voulais valider quelque chose. J'avais beau être du genre à vivre le moment présent, je ne suis pas stupide au point de ne pas voir que trouver du travail peut être une réelle épreuve. Mais une fois tout cela terminé, j'ai préféré partir dans une autre voie et m'acheter une licence de chauffeur de taxis. Après quelques péripéties et encore quelques épreuves en candidat libre à passer, je me suis retrouvée avec mon taxi, un diplôme inutile et mon savoir-vivre - qui est, apparemment, essentiel dans la profession. Si j'avais toujours de bonnes relations avec ma soeur et mon père, je les voyais peu souvent. Tout finissait par partir en éclat, ma personnalité ressortant à chaque dîner de famille et l'envie de se barrer se faisant ressentir. C'est d'ailleurs en quittant la maison de mes géniteurs, un jour, que j'ai rencontré Tom, celui qui s'avérera être le seul à m'avoir plaquée. Au bout du compte, en dix ans, ma vie s'est résumé au boulot, aux sorties et à une seule petite relation de moins d'un an. Autant dire que je suis bien rentrée dans la case des losers. Une fois que j'ai compris ça, je me suis réfugiée chez moi en compagnie de l'un de mes grands alliés: l'alcool. J'ai du mal à lâcher la bouteille depuis.

2010-2015: 28-32 ans + La vie à continuer comme ça, entre la vodka, le rhum et le taxi. J'avais un appartement limite dans le Bronx et je me garais où je pouvais, alors je ne vous dis pas combien de fois je me suis fait voler mes roues, casser les vitres et piquer la radio, ou toute autre connerie que je pouvais bien avoir laissé dedans. Je me suis retrouvée dans la merde financièrement, et avec ça, j'ai commencé à arnaquer mes soit-disant potes, leur piquer du fric ou trouver des combines pour payer moins cher mes courses. S'il n'y avait pas eu l'accident, j'aurais sans doute fini à la rue complètement. J'ai au moins eu la pitié de ma famille, et c'est sans doute ça qui m'a sauvée.

2015-2018: 32-35 ans + Pourtant, ils auraient pu me laisser me démerder. Après tout, j'étais en faute. J'avais bu, j'ai pris la voiture, et j'ai eu de la chance qu'il n'y ait personne avec moi lorsque j'ai percuté ce mur. Je sentais plus mes jambes et j'avais la tête en sang, mais j'ai également échappé au pire. Mais peut-être pas, en fin de compte, peut-être que, inconsciemment, j'aurais bien voulu crever, avec la vie de merde que je me tapais à New-York... Et ce qui a suivi après n'a fait que me le confirmer, j'ai dû retourner vivre chez mes parents après avoir passé un mois hospitalisé. Plus de permis, plus d'appartement, plus d'argent et des dettes réglées par mon père. Et comme si ça ne suffisait pas Ashley a décidé de se marier. Parce qu'elle avait réussi sa vie, la brillante avocate de la famille, elle allait passer la bague au doigt à un médecin et faire de beaux petits gosses parfaits à vomir. Je dois avouer que j'ai fait la connerie de reprendre la boisson lors du dîner de répétitions. Je voulais me venger d'elle, de sa vie sans aucune tâche si ce n'était moi. Mais pour ma défense, son fiancé ne s'est pas beaucoup défendu. Je me suis contenté de le rejoindre dehors, de lui demander une clope, l'instant d'après il me parlait de ses doutes et cinq minutes plus tard il était déjà en train d'enlever mon haut. Non pas que ce soit étonnant, Ashley c'est la perfection, c'est le contrôle, tout le temps. C'est l'inverse de moi. Et comme les autres à qui j'ai fait des sales coups, dans ma tête elle le méritait. Et c'est là qu'elle est arrivée et nous a surpris.

Et voilà où j'en suis maintenant, dans l'avion pour l'Irlande. Pourquoi l'Irlande? On a de la famille à Bray, des cousins. Mes parents pensaient que ce serait une bonne idée que j'aille leur rendre visite, du moins c'est ce qu'ils m'ont dit en me mettant le billet dans les mains devant l'aéroport. Mais la vérité, c'est qu'ils ont fait leur choix. Ashley a dû annuler son mariage à cause de moi, je suis la paria de la famille et il fallait m'envoyer loin pour que j'arrête de leur gâcher la vie. Mais qui sait, peut-être que ça me fera changer d'air?


Colocataires + de 1 à 10, des étudiants, des travailleurs, de tout, je recherche une ou plusieurs personnes qui alimenteraient le quotidien de Sidney. Elle qui a son propre caractère arriverait dans la maison et tout le monde devrait composer avec, plus ou moins difficilement.

Voisins + T'as eu le malheur de laisser traîner ton courrier ou tout ce qui aurait pu servir, et voilà que maintenant Sidney se sert outrageusement de ta connexion internet et te vole régulièrement tes coupons de réduction pour le supermarché du coin sans que tu ne le saches.

Bitches in the place + Mais comme partout, Sidney, elle a besoin d'un ou d'une acolyte. Parce que la solitude, ça lui plaît pas, et qu'elle t'apprécie réellement ou pas, elle a besoin de toi pour se foutre de la gueule des gens qui courent dans un parc, pour piquer des échantillons gratuits sans rien acheter dans les magasins ou pour faire pleurer les enfants sans aucune raison.

Etc... Je rajouterais d'autres liens au fur et à mesure, mais n'hésitez pas à proposer ce qui vous sort par la tête



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humainstaff
MESSAGES : 103
RACE : Humaine
MÉTIER/ÉTUDE : Secrétaire personnelle d'Antigone Pritchard

 (sidney) Like if your Uber driver talks to you, the ride should be free?

+1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humainstaff
MESSAGES : 103
RACE : Humaine
MÉTIER/ÉTUDE : Secrétaire personnelle d'Antigone Pritchard

 (sidney) Like if your Uber driver talks to you, the ride should be free?

+2

I'm good
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasseur
MESSAGES : 139
AGE DU PERSONNAGE : 25
RACE : Humaine, apprentie chasseuse
MÉTIER/ÉTUDE : Vendeuse en librairie

 (sidney) Like if your Uber driver talks to you, the ride should be free?

Moi je veux un lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tempestairestaff
MESSAGES : 4009
RACE : Tempestaire d'orage
MÉTIER/ÉTUDE : Acteur / Réalisateur / Président de Myst&Co

 (sidney) Like if your Uber driver talks to you, the ride should be free?

OMG LE TEMPS DE REPONSE
Mais oui bien sûr
T'as une idée déjà où on discute ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 (sidney) Like if your Uber driver talks to you, the ride should be free?

Revenir en haut Aller en bas
 
(sidney) Like if your Uber driver talks to you, the ride should be free?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout sur Uber diablo et les PWE (en construction)
» TUTO: Uber Farming
» [Guide] Le Zealot/Smiter anti-uber
» vous avez utilisé UBER ?
» Need Build anti Uber

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Carnet d'adresses :: Relationships-