avatar
Tempestairestaff
MESSAGES : 4018
RACE : Tempestaire d'orage
MÉTIER/ÉTUDE : Acteur / Réalisateur / Président de Myst&Co

 Stars are on the ground + EVIE&GALAAD

Stars are on the ground
Galaad & Evie

« Every face along the boulevard is a dreamer just like you
You looked at death in a tarot card and you saw what you had to do  »
Je me sens malade, vaseux. Une envie de vomir que je réprime tout juste et mon corps qui me fait vivre un enfer. Je me suis réveillé brusquement, sans doute est-ce dû à la douleur. J’ai les souvenirs en vrac, pendant quelques minutes, je ne me souviens même pas où je suis, me contentant de regarder les murs blancs autour de moi, sans décoration, vide d’âme et les draps qui semblent avoir connu des jours meilleurs. Cette ambiance, cette odeur, je la connais, sans l’avoir particulièrement connue auparavant. Je suis dans un lit d’hôpital, un moniteur à côté de moi. Je fronce les sourcils, tente de me relever, mais mon corps retombe sous le coup de la blessure que je semble avoir au côté. Rien qu’à voir ma peau, du moins la partie non couverte par les vêtements de rechange que je ne me souviens pas avoir mis, ça n’a rien d’étonnant. Je suis couvert de bleu, et ma main passée sur mon visage ne fait que confirmer qu’il ne doit pas être beau à voir non plus. Etrangement, avant toute chose, la première pensée qui me traverse est de me dire que je pourrais pas retourner devant une caméra de si tôt, et qu’il allait falloir que je trouve un autre moyen de gagner du fric en attendant. L’idée eu tendance à me faire rire, ce qui eut pour effet de donner à mon corps une autre secousse de souffrance, transformant mon sourire en rictus grimaçant.

Les souvenirs commençaient à me revenir. Pas en grand-nombre, un peu décousus. La dernière chose dont je me souvenais, avant que ça devienne le chaos total, était le rendez-vous que j’avais eu avec Ian, pour parler du cadavre que l’on avait trouvé dans la maison du vieux Phinéas. Enfin, en l’occurrence, celui du vieux Phinéas même. Il avait fallu remplir une déposition, et j’étais sorti du commissariat assez tard dans la soirée, alors que même le Craig avait du mal à fermer les yeux. Je ne pus pas m’empêcher de me dire que je semblais déborder de malchance et tout son contraire en ce moment, frôlant la mort sans jamais l’atteindre. Je devais avoir une sacrée bonne étoile, et en même temps une qui adorait prendre des risques. Le fait est que je me rappelais être allé dans le parking pour retrouver ma voiture, puis c’est là que ça avait commencé à partir de tous les côtés. Deux hommes, m’avaient pris par surprise, je crois que j’ai même pas pu me défendre un brin. Faut dire que j’ai jamais su me battre, alors ce ne fut pas dur de me mettre à terre. Une fois là, je me souviens juste m’être protégé la tête de mes bras, subissant les coups de pieds. Y avait aucun flic autour, comme le confiant que j’étais, j’étais pas garé assez proche du commissariat. Après ça je ne sais pas trop. Je sais pas à quel moment ils en ont eu marre de me frapper, je ne sais pas si c’était mon manque de réaction qui leur avait fait péter un plomb, ce que je sais c’est qu’ils voulaient faire passer ça pour un vol qui a mal tourné. Jusqu’au moment où l’un d’entre eux a sorti un flingue. Je sais que les flics vont pas tarder à venir, connaissant Craig, ce sera sans doute le premier à m’engueuler avec ses yeux tristes, comme s’il s’inquiétait vraiment “ même si t’es quand même un petit con Galaad” . Mais je saurais pas quoi leur dire. Je suis encore dans le brouillard, j’ai la morphine qui s’échappe peu à peu de mon corps, la douleur me paralysant de nouveau. Et je sais qu’ils me poseront la question fatidique. Est-ce que tu les connaissais?” J’aurais bien envie de leur dire oui, parce que ce mec là, je l’ai déjà vu, j’en suis persuadé. Je ne sais pas d’où, je ne sais pas comment, je l’ai sur le bout de la langue mais y a comme un flou sur son visage quand je tente d’y penser, ça me rend fou.

Je ne sais même plus comment je me suis échappé, comment je ne suis pas mort; Certainement que mon pouvoir n’y est pas pour rien, je me souviens bien de l’orage qui grondait, de la pluie qui tombait, comme un écho à tout le reste. Et la balle qui m’a frôlé avant que j’en profite pour disparaître. Je le savais, que j’avais échappé à la mort, je le sentais. Mais encore maintenant, alors que je suis allongé sur un lit à me demander si je vais pouvoir résister à la douleur qui me fusille la peau, j’ai dû mal à croire que toutes ces bribes de souvenirs forment la réalité. Je suis quelqu’un qui bosse dans le milieu du cinéma, ce genre de scènes, je les imagine, je les rend réelles, ou je les joue, au pire des cas. Je ne les vis pas, personne ne devrait, surtout pas dans une ville comme Bray, qui est assez petite pour qu’on la croit tranquille.

La lumière pâle du matin s’échappe des stores à demi fermés. J’ai dû rester là quelques heures, à dormir, assommé par la drogue qui avait au moins pour effet d’endormir mes blessures. Mes yeux sont fixés sur cette clarté, comme si je pouvais, par là, voir à l’extérieur, tenter de partir de là. Je crois que personne n’aime les hôpitaux, surtout pas moi. Pourtant, un bruit me fait sursauter, celui d’un cognement sur la porte, de la poignée qui se tourne, et enfin de quelqu’un qui entre, une âme hésitante. Je me fige, le temps se suspend quelques secondes. Sans doute la personne que je m’attendais le moins à voir. Mes parents, Malia, Elliott, Morgane, bordel même Sam ou Janet, mais sûrement pas … “ Qu’est-ce que tu fais là Evie?”
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SirèneTriton
MESSAGES : 26
RACE : Sirène
MÉTIER/ÉTUDE : Diplôme En Criminologie Et Psychologie Criminelle - Détective Privée en formation

 Stars are on the ground + EVIE&GALAAD

Stars are on the ground
Galaad & Evie

« Every face along the boulevard is a dreamer just like you
You looked at death in a tarot card and you saw what you had to do  »
« La chambre de Monsieur Delaunay s’il vous plait. » L’infirmière de l’accueil releva le nez de son ordinateur prenant le temps de la détailler quelques secondes avec un air plus que réprobateur. Bah quoi ? On la dérange pendant sa sieste la vieille ?! Evie afficha un léger sourire, ne surtout pas réagir, ne pas se focaliser sur le fait qu’elle était encore en tenue de jogging et qu’elle n’avait pas eu le temps de passer par chez elle pour se changer ! Quand ce n’est pas votre journée… Depuis leur petite entrevue nocturne qui avait pris un virement plus qu’étrange, incommodant et qui lui avait fait plus de mal que de bien, Evie avait mis un point d’honneur à se jeter corps et âmes dans son travail. En parallèle et aussi étrange qu’elle n’arrivait à l’expliquer, elle n’avait jamais été aussi créative. Ironie quand tu nous tiens… Autrement dit elle s’occupait l’esprit jusqu’à tomber de fatigue pour bénéficier d’un sommeil sans rêve et recommençait le lendemain. Ah elle était d’une productivité hors norme pour le coup, elle était même prête à danser à poil sur un foutu bar si ça lui permettait de se concentrer sur une tâche et refouler au plus profond de son inconscient cette maudite entrevue. Elle passait des caps dans le fait de faire la politique de l’autruche ! Et lorsqu’elle avait un temps libre un peu trop conséquent, le sport restait le dernier moyen pour évacuer le peu d’énergie qui lui restait et combler son besoin d’occupation. Il n’était donc pas aussi inconcevable que cela qu’elle porte cette magnifique tenue de sport à des horaires défiant toute concurrence…

Le destin est bien étrange parfois, pour une fois elle avait pris son téléphone avec elle en allant courir, la plupart du temps il trônait négligemment sur le meuble de l’entrée, mais pas cette fois… Lorsqu’elle avait décroché, elle ne s’attendait pas le moins du monde à ce que ce soit l’hôpital de Bray à l’autre bout du téléphone. La première personne qui lui vint en tête fut son oncle, il lui était forcément arrivé quelque chose, ça avait fini par arriver… Qu’elle ne fut pas sa surprise lorsque son interlocutrice lui parla non pas de son oncle mais de Galaad… Comment, pourquoi, what the fuck ?! ! Sa première pensée fut que ce n’était rien d’autre qu’une foutue blague, une espèce de canular à la noix qui était sauf amusant ! En même temps pouvait-on le lui reprocher ? Galaad était soi-disant hospitalisé et on l’appelait elle ? Au niveau de la crédibilité on était au moins à moins huit mille ! Elle avait tout de même écouté jusqu’au bout la personne au bout du fil, les termes employés étaient bien trop spécifiques, bien trop appuyés, les formulations typique d’un hôpital, elle les connaissait pour y avoir fait plusieurs stages durant ses études. Elle avait raccroché et elle s’était rendue directement à l’hôpital sans passer par la case maison ! Encore une fois le destin avait voulu qu’elle se déplace en voiture jusqu’au parc dans le quartier de Golden Coast, une envie subite de verdure… Elle avait eu donc à porté de main son kit de survie réunissant lingette nettoyante, déo et surtout un sweat plus qu’utile pour couvrir le haut de son corps. Sweat qui avait appartenu à Gal d’ailleurs et qu’elle avait gardé sans une réelle raison valide.

Alors certes, elle était vêtue n’importe comment, mais était-ce réellement important ? Connasse ! Les doigts d’Evie martelaient le comptoir dans l’attente de ce satané numéro de chambre. Un soupir puis enfin la réponse à sa question, elle ne prit pas la peine de répondre et partie tel un ouragan, un ouragan qui s’essouffla bien vite lorsqu’elle se retrouva devant la porte de la chambre de Gal. Pourquoi avait-elle accouru ainsi ? Et surtout de toutes les personnes sur cette planète elle devait bien être la dernière à avoir sa place ici ! Sans compter que vu son passif elle avait une sainte horreur des hôpitaux et là elle avait plongé la tête la première ! Magnifique ! . Entrer, ne pas entrer… Telle est la question ! Elle devait avoir l’air bien ridicule coincée dans cette position à observer la porte devant elle. Elle n’avait pas fait tout ce chemin pour rien, elle s’assurait simplement qu’il allait bien… Oui il allait partir courir un marathon dès demain c’est sûr… Il allait avoir une forme d’e.n.f.e.r ! Elle frappa doucement ça se trouve il dormira ! ouvrant la porte avec douceur avant de s’engouffrer dans la chambre d’un pas tout sauf assuré. « Qu’est-ce que tu fais là Evie? » Moi aussi je me le demande ! La vision de Gal’ allongé ainsi, des stigmates qu’il portait, et ceux qu’on ne voyaient pas… « Je… » Ça serait pas mal d’aligner plus d’un mot elle avait l’impression d’avoir ses cordes vocales prises dans un étau, un flot d’émotions parcourant ses pensées « C’est l’hôpital qui m’a appelé… A priori tu m’as mise dans la case personne à contacter… » Non ce n’était pas une blague, c’est que lui avait dit l’opératrice au téléphone, et elle en avait été la première surprise !

Elle faisait un effort pour tenter de le regarder, sans y arriver, les poings fermés bien enfoncés dans la poche avant du sweat. « Surement une erreur administrative… » Ses baskets venaient de devenir la chose la plus intéressante au monde, il lui fallut un effort considérable pour relever la tête et planter son regard dans le sien. « Ecoute, je me doute que je suis la dernière personne que tu as envie de voir… » Bonne ambiance… « Ils m’ont appelé, j’ai juste… » Débarquée comme une folle furieuse ? Était morte d’inquiétude alors que je ne devrais plus rien ressentir ? « M’assurer que t’étais pas mort ! » Ah mais alors là on était bien ! Punchline au poil ! Elle se serait foutue une baffe si elle avait pu ! « Enfin savoir comme t’allais ! » Mieux, mieux, on fait des efforts sur la formulation…

(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tempestairestaff
MESSAGES : 4018
RACE : Tempestaire d'orage
MÉTIER/ÉTUDE : Acteur / Réalisateur / Président de Myst&Co

 Stars are on the ground + EVIE&GALAAD

Stars are on the ground
Galaad & Evie

« Every face along the boulevard is a dreamer just like you
You looked at death in a tarot card and you saw what you had to do  »
Avec Morgane, j'ai toujours dû faire celui qui pouvait tout assumer. Le grand frère fort dans la famille qui n'avait pas de place pour un autre enfant à charge, celui qui se devait de soutenir tout le monde tout en oubliant souvent de faire passer ses propres émotions en premier plan. Pas tous les jours facile à assumer, mais pourtant un rôle qui me convenait très bien. Après tout, ce n'était pas la faute de mes parents, ni la faute de personne, si Morgane était comme elle était. Il fallait juste faire en sorte que tout se passe bien pour elle quoiqu'il arrive et c'était le rôle de ma vie. Mais pour la première fois, j'étais forcé de me trouver en position de faiblesse. S'il y a bien une personne à qui ça ne devrait pas arriver, c'était moi. La honte m'assaillit si tôt qu'il y eut quelqu'un dans la pièce pour témoigner de mon état. Qu'il s'agisse d'Evie ne faisait que la renforcer, mais sans doute aurait-ce été la même chose avec n'importe qui. J'aurais presque eu envie de m'excuser, si mes parents avaient franchi la porte à sa place. Désolé d'avoir foiré, je sais bien que les frais d'hospitalisation ne se paieront pas tout seuls. Certains pourront me dire que je suis chanceux d'être encore en vie. La réputation des chasseurs les précèdent bien souvent, et peu sont ceux qui, en se retrouvant face à eux, peuvent se targuer d'être encore en vie. Mais ce n'est pas vraiment comment je me sens. J'ai plutôt l'impression d'être cassé, un amas de douleur et plus grand-chose d'autre, et j'ai peur, bien que j'aurais du mal à l'affirmer à haute voix. J'ai peur d'être emprisonné sur ce lit d'hôpital et que les hommes responsables finissent par savoir que je leur ai réellement échappé et que je ne suis pas mort quelques mètres plus loin en me vidant de mon sang. Je ne suis pas quelqu'un de discret, ni même quelqu'un qui pourrait prendre des précautions, je sais bien qu'ils peuvent totalement franchir la porte de la chambre et finir le job, me laissant seulement une nuit de répit pour penser que je suis sorti d'affaires.

Alors quand la porte s'ouvre, je sursaute, je me redresse avant de m'affaisser de nouveau, mes blessures se rappelant à moi. Mais de toute manière, s'il s'était agit de mes agresseurs, quelle chance pouvais-je vraiment avoir ? Avec toutes mes capacités et en extérieur, mon pouvoir disponible, j'étais déjà rendu dans un sale état. Alors enfermé sans défense et pouvant à peine bouger … Malgré moi, je fus donc légèrement soulagé lorsque la jolie brune fut celle qui venait me déranger, avant d'être complètement déconcerté et pas des plus agréables. Mais avec notre dernière conversation, ce n'était pas spécialement étonnant, je ne m'attendais pas à la revoir du tout, alors encore moins comme la première visite reçue à mon chevet, aux premières lueurs du jour. Mais elle non plus ne semble pas savoir ce qu'elle fait là, comme si elle était entrée par hasard ici et m'avait trouvé, moi, comble de l'ironie, alors que je sais pertinemment qu'elle a autant envie que moi de se retrouver en ma présence. Le malaise en serait presque palpable alors qu'elle tente d'expliquer les raisons de son entrée. Je fronce les sourcils. «  C'est n'imp... » N'importe quoi, qu'elle, plus que tous les autres, se trouve première de la liste des personnes à contacter en cas d'urgence. Puis ça me frappe. J'ai le souvenir lointain de l'avoir fait changer il y a bien des années de ça, alors que j'étais amoureux, stupide, et sans doute sous influence d'alcool. Mais la question ne s'était jamais posée, je n'avais pas mis les pieds dans un hôpital avant la nuit dernière. Le souvenir avait donc largement eu le temps de s'effacer de ma mémoire et la question ne s'était jamais posée. «  Et merde, quel con... » Parce que oui, jusqu'à la veille, j'avais toujours été persuadé que rien ne pouvait réellement m'arriver, comme si j'étais invincible et que ça n'arrivait qu'aux autres. L'arrogance de la jeunesse et probablement l'un de mes plus gros défauts, sans pour autant réussir à m'en échapper. Elle finira par revenir dès que je serais remis sur pieds. «  Sûrement ouais … Désolé du dérangement. » Comme une tentative vaine de clore la discussion et de la voir partir. Dans l'air, on pouvait presque sentir le fantôme des dernières altercations que nous avons eu, et je ne compte pas m'excuser pour ce que j'ai pu lui dire, du moins sur la fin, n'ayant jamais vraiment eu de raisons de penser l'inverse entre temps.

Mais je n'en dis pas plus, je la laisse se démerder pour trouver une porte de sortie toute seule. Je veux pas vraiment me poser de questions, je veux pas me demander pourquoi elle est là, parce qu'elle aurait pu tout aussi bien ignorer l'appel ou prévenir Malia pour s'enlever la culpabilité d'être la seule au courant. Cette dernière aurait certainement prévenu tout le reste de mes connaissances, complètement paniquée, et la boucle aurait été bouclée, mais non, elle était là. Un petit rire me secoue, que je réprime avec une grimace. Le moindre mouvement est déconseillé dans mon état apparemment. «  Je suis increvable, tu dois être déçue.» Je sais bien que c'est pas non plus ce qu'elle voudrait, on a des différends mais je pense bien qu'elle est loin de vouloir me voir mort. Au moins en dehors des moments où on s'en fout plein la gueule et où on se tuerait presque sur place. Mais c'est histoire de pas perdre la face. Blessé dans mon ego, je ne sais pas vraiment quoi dire pour ne pas faire transparaître le fait que je vis sûrement l'un des pires moments de mon existence. «  Je suis en pleine forme, attends un peu et je peux participer à Danse avec les Stars. » Je ferme les yeux quelques secondes. « Ils t'ont dit ce qu'il s'est passé ? » Une simple curiosité, ou pas, juste savoir ce qu'elle pouvait bien avoir entendu comme bruit de couloir sur la raison pour laquelle je m'étais presque pris une balle.
(c) DΛNDELION
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SirèneTriton
MESSAGES : 26
RACE : Sirène
MÉTIER/ÉTUDE : Diplôme En Criminologie Et Psychologie Criminelle - Détective Privée en formation

 Stars are on the ground + EVIE&GALAAD

Stars are on the ground
Galaad & Evie

« Every face along the boulevard is a dreamer just like you
You looked at death in a tarot card and you saw what you had to do  »
L’expression « la tension est palpable » prenait tellement out son ses en cet instant… Une question tournait dans sa tête « Pourquoi ?! » Si seulement elle pouvait y répondre, ou du moins arriver à reconnaître la réponse elle avancerait beaucoup plus rapidement. Mais coincé à l’épisode déni, cela ne restait qu’une interrogation de plus. Vraiment très inconfortable comme atmosphère, comme situation… Est-ce que le destin pourrait ne serait-ce que pour un tout petit mois prendre pour cible une autre personne ? À croire que des instances supérieures s’amusaient à ajouter du sel sur des plaies ouvertes juste pour l’amusement ! Ou alors simplement pour contredire le fameux « de toute façon ça ne peut pas être pire ! ». Présentement elle échangerait volontiers sa place avec Louis XVI pour monter sur l’échafaud et se faire guillotiner ! Bah quoi ? Plus de tête plus de problème ? Peut-être un peu trop radical quand même avec un soupçon de dramaturgie !  Mais elle ne serait pas contre une intervention de… N’importe qui si ça pouvait la sortir de là… Avec un peu de chance il n’allait même pas se donner la peine de lui répondre lui donnant ainsi le meilleur prétexte pour s’en aller en se disant qu’elle avait fait ce qu’il fallait. Oui c’est toujours plus simple lorsqu’on rejette la faute sur les autres ! « C'est n'imp... » Ah bah va falloir trouver autre chose ! Elle ne le contredirait pas sur ce coup-là, elle n’arrivait toujours pas à embringuer correctement les pièces du puzzle ! « Et merde, quel con... » Elle arqua un sourcil, si elle n’avait pas tous les éléments a priori il y avait un début de piste qui était venue pointer el bout de son nez.

« Sûrement ouais … Désolé du dérangement.  » Prends-moi pour une conne ! Ils pourraient se reprocher jusqu’au réchauffement climatique mais il y a bien une chose sur laquelle elle ne transigerait pas : elle le connaissait, elle connaissait ses micro-expressions , ses tics de langage, et là elle savait qu’il ne comptait pas partager sa découverte avec elle et elle ne s’abaisserait pas à lui poser la question. Déjà par question de fierté, surtout qu’il continuerait de nier elle pouvait le signer là tout de suite ! Et en suite, ça serait reconnaître, s’avouer à elle-même que quoiqu’elle dise, quoiqu’elle fasse, il avait laissé une empreinte sur elle, une empreinte si profonde qu’elle arrivait encore à déchiffrer ses attitudes. Ou alors elle se plantait complètement, présumant de ses capacités elle se livrerait à une magnifique scène… Pour rien ! Elle avait son quota pour le mois, elle allait s’en passer. Autant opter pour la solution c’est un hasard et basta. Politique de l’autruche bonjour ! Non elle n’allait pas rempiler pour un nouveau rodéo contre Gal’, pas maintenant, pas ici… « Je suis increvable, tu dois être déçue. » What ? Attend whaaat ?! Elle sentit le muscle de sa mâchoire tressauter. Elle pouvait lui mettre une gifle ? Une petite une toute petite mignonne qui ferait à peine mal ? Non ? Vraiment ? La vie est injuste ! « Tellement… J’avais tout misé sur le vaudou, pas terrible comme résultat ! » De l’huile sur le feu ? Non je ne vois pas vraiment… C’est lui qui avait commencé ! « Diabolise-moi tant que tu veux si ça peut te faire plaisir ! Mais jamais je ne souhaiterais ta mort ! » Non juste des souffrances atroces c’est différent !

« Et tu le sais très bien ! » Elle n’avait pas encore le complexe de dieu à dire « toi tu vis toi tu vis toi tu meurs ! » et encore heureux ! Elle savait mieux que quiconque du côté éphémère de la vie et à quel point la mort pouvait subvenir sans préambule, laissant derrière elle un énorme trou béant duquel il fallait se sortir soi-même. Paradoxalement elle n’était pas effrayée par la mort, elle ne s’était pas réfugiée dans la religion pour combler son angoisse, elle l’avait côtoyé, et la retrouverait lorsque ça serait à son tour… Elle l’avait simplement accepté… « Je suis en pleine forme, attends un peu et je peux participer à Danse avec les Stars. » Merci pour le sarcasme très utile ! « Eh bah j’ai bien fait de venir ! » Siffla-telle entre ses dents. Si elle pouvait éviter de servir de déversoir ça pourrait être sympa quand même ! Au pire… Elle aurait pu tout aussi bien partir et le laisser là ! Elle était venue, elle l’avait vu, il était vivant, elle avait fait plus que le nécessaire non ? Et pourtant elle restait là où elle était… « Ils t'ont dit ce qu'il s'est passé ? » Elle haussa les épaules avant de croiser les bras sur sa poitrine. « La standardiste a été assez vague ! Elle m’a dit que tu avais subi une agression plutôt violente... Ah elle m’a aussi dit que tu avais eu beaucoup de chance que l’on t’emmène jusqu’à l’hôpital ! A priori deux flics sortait du commissariat ils ont entendu un coup de feu et t’ont trouvé… » En le disant à haute voix ça devenait vraiment réel, c’était une sensation… Etrange ! Elle n’arrivait pas à savoir ce qu’elle ressentait vraiment. « Mais merde tu t’es fait tirer dessus quoi ! » Elle se passa une main sur le visage, reprenant une grande bouffée d’oxygène.

« Pourquoi ? » Elle n'avait aps formulé la question dans sa tête ? Dommage ! « Tu as des souvenirs de ce qu’il s’est passé  ? » Mais pourquoi tu veux savoir ? Simple question professionnelle… Après tout elle était presque détective privée… Bien sûr qu’elle allait utiliser cette carte, jusqu’à la mort même, plutôt que de reconnaître qu’elle était inquiète pour lui et qu’elle avait une furieuse envie de meurtre sur des personnes dont elle ignorait tout… Elle se poserait la question du pourquoi de ses émotions dans une vie ou deux !


(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 Stars are on the ground + EVIE&GALAAD

Revenir en haut Aller en bas
 
Stars are on the ground + EVIE&GALAAD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Revue] BIONICLE : 7116 Tahu STARS (vidéo)
» [Vidéo] Bionicle 7137 Piraka Stars
» Etude joueur : chévres ou stars ??
» [Review] BIONICLE 7117 : Gresh Stars.
» [Review] BIONICLE 7136 : Skrall STARS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Coconut Grove :: L'hôpital-