avatar
Fée
MESSAGES : 93
AGE DU PERSONNAGE : 38
RACE : Fée, issu d'une famille entière de fée, je dispose d'ailes noires à paillettes blanches, que je ne montre à personne - sauf les autres fées
MÉTIER/ÉTUDE : Inspecteur à la crim', j'enquête sur des meurtres, des agressions, entre autres choses.

 c'est mon tofu (cill&bj)

c’est mon tofulâche-le !T’avais encore passé des heures (des jours ?) au comico et t’avais autant faim que sommeil. Du coup, t’avançais comme un zombie dans l’épicerie, à la recherche de ce que t’allais bien manger, parce que bordel, t’avais peut-être un peu plus les crocs que la paupière tombante. Après tout, tu étais capable d’enchaîner les gardes pourvu que t’aies du café, par contre, la bouffe, c’était proprement essentiel à tes méninges comme à tes muscles. Sans nourriture, tu étais tout raplapla, et il n’y avait rien de pire pour toi que d’être raplapla.

T’avais donc ton petit caddie aux roues qui grinçaient, t’avançais, snobant le rayon des viandes, pour te diriger vers le rayon bio. Tu préférais l’idée d’acheter de la nourriture qui ne faisait pas de mal à la Terre, t’avais l’espoir que ta planète puisse exister encore longtemps sans souffrir, et puis tu avais surtout, surtout, une envie de tofu absolument énorme. Tu voyais déjà d’ailleurs dans le frigo qu’il n’en restait qu’une seule boîte… Mais tu ne te pressais pas vraiment, d’abord car t’étais mou, sérieux, et surtout parce qu’il n’y avait qu’une blonde dans le rayon, et elle devait s’être perdue, comme beaucoup de gens qui finissaient là.

Parfois tu t’amusais à observer les gens qui arrivaient ici, regardaient les prix, les produits puis s’en allaient en mode je ne suis jamais venu ici, moi. Tu étais la brigade du bio, et c’était marrant. Enfin, là tu n’avais pas l’énergie de fixer du regard cette blonde, aussi canon soit-elle – bien qu’il lui faudrait quelques kilos de plus, tu avais l’impression qu’elle pourrait s’envoler au moindre coup de vent – même s’il n’y en a généralement pas dans un magasin.

Pourtant, quand tu arrivas enfin à la boîte de tofu, que tu avais ouvert la porte, pour poser ta main sur le produit, la blonde avait fait pareil, tout cela sans vous concerter, et vous avez fini comme ça, tous les deux, comme des cons, à vous regarder, toi un peu surpris qu’elle aie vraiment voulu du tofu. D’ailleurs, sur le coup, t’es vraiment resté con. « Oh. » puis, tu as repris contenance, parce que tu le voulais réellement, ce tofu, sans déconner. Puis, c’était pas que tu étais un connard, mais si, t’allai pas le laisser à une donzelle qui, si ça se trouvait, n’allait même pas savoir le cuisiner. « Vous avez la main sur ma boîte. Vous voulez bien ?... » Tu restais poli un peu malgré tout, parce que ouais, connard un peu, mais pas non plus imbuvable – du moins pas si vite. Par contre, tu marquas tes paroles en tirant un peu vers toi le tofu, sans l’arracher, pas encore. La bagarre n’était pas encore au programme, par contre, tu assurais bien la prise de tes doigts.

C’était le dernier tofu bio, et ça allait être le tien, parole de Cillian Craig.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
SirèneTriton
MESSAGES : 54
RACE : Sirène
MÉTIER/ÉTUDE : Etudiante

 c'est mon tofu (cill&bj)




C'est mon tofu !


Une petite mélodie fredonnée sur le bord de ses lèvres, ses pensées voletant de l’autre côté de l’océan, ses yeux qui ne regardaient rien de réel, Billie Jean avançait nonchalante dans ces rues qu’elle ne connaissait toujours pas. Un sac en toile beige qui portait l’inscription « go vegan » était accroché à son épaule, lui rappelant qu’elle avait quitté le confort de son appartement pour trouver quelques victuailles dans les rues voisines. Bray était bien différente de Los Angeles et si la jeune américaine lui reconnaissait son calme et son aura mystique, le manque de magasins bio et d’alimentations alternatives ne lui facilitait pas la vie. Google maps ne lui semblait presque d’aucune utilité tant elle se perdait facilement et se retrouvait à errer un peu partout avant de retrouver son chemin par miracle ou de rencontrer une âme bienveillante. Ce fut l’une d’elle qui la guida vers le saint graal de son expédition dont le simple perçu de la devanture lui fit accélérer le pas. Ce n’était malheureusement qu’un supermarché traditionnel comme il y en avait tant mais on lui avait assuré que le rayon bio était assez large et qu’elle y trouverait bien de quoi remplir son petit estomac.

En tant que touriste sans responsabilités, elle aurait pu venir un mardi matin à 10h mais, tels ces retraités frustrés, elle venait emplir les files déjà impressionnantes du vendredi 16h. Pendant deux secondes, elle se figea dans l’entrée, soudainement perturbée par le nombre de personnes et tous ces couloirs artificiels de boites de conserves où résonnaient des annonces de promotions. Elle fut ramenée à la réalité par une dame qui devait faire au bas mot trois fois son poids et qui la bouscula sans ménagement, décidée à ne pas laisser la blonde un peu stupide rester trop longtemps dans l’entrée. Elle se recula en s’excusant mais ne put s’empêcher qu’après c’était les américains qu’on venait qualifier de mal poli. Aussi idiot que ça pouvait sembler, faire ses courses dans un magasin qu’elle ne connaissait pas du tout relevait du parcours du combattant pour elle. Elle ressorti une liste chiffonnée du fond de son sac et s’attela à partir à la recherche de son chou khale dans un rayon rempli de conserves avant de se rappeler que c’était au rayon frais qu’elle trouverait son bonheur. Complètement dépassée, elle se fit avoir par un vendeur qui réussit à lui refourguer des crevettes surgelées enroulées dans du bacon. Après quelques pas, ravie de cette promotion, elle se rappela qu’elle n’avait rien mangé de ce genre depuis ses 14 ans et que la crevette ce n’était pas vraiment une sous-famille du chou et fit une demi-douzaine d’acrobaties de ninja pour redéposer la boite sans se faire griller par le vendeur et paraitre encore plus stupide qu’une meuf avec un sac go vegan qui achetait des crevettes roulées dans du bacon.

Déjà fatiguée et énervée par sa propre incompétence, elle décida d’écourter sa liste et de quitter cet endroit bruyant le plus vite possible. Malheureusement, impossible de sortir d’ici sans un peu de temph. Une autre âme bienveillante lui indiqua le chemin du rayon vegan où le calme environnant rendit un petit sourire sur son visage inquiet. Billie Jean se jura que c’était la dernière fois qu’elle venait aux heures de pointes elle détailla tous les étages pour trouver le temph ses rêves. Malheureusement, le magasin ne devait pas être réapprovisionné souvent car de nombreux produits manquaient. Tant pis, du tofu ferait l’affaire. Alors qu’elle posa la main sur la boite, un autre être humain sorti de nulle part décida de faire pareil, lui arrachant un sursaut. Bon sang, ce magasin avait-il décidé qu’elle mourra de fin ce soir ou quoi ? L’inconnu semblait surpris, quoi il pensait être le seul sur terre à manger du soja ? Quoi qu’il en soit, la boite était la cible de deux individus différents et avant qu’elle ait pu ouvrir la bouche pour s’excuser, presque par réflexe, son concurrent du jour la pris de court :

« Vous avez la main sur ma boîte. Vous voulez bien ?... »

Ah ouais la politesse il ne connaissait pas ce connard ? Tant pis, Billie n’avait pas la force nécessaire pour se disputer, si l’univers avait décidé qu’elle mangerait de l’eau ce soir, ainsi soit-il. Elle lâcha la boite et s’excusa avec son air de petite fille perdue dans un trop grand monde :

« Désolée, je ne vous avais pas vu. Bon appétit »

Au moins, quitter le magasin sans rien lui épargnerait les longues files aux caisses.



panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fée
MESSAGES : 93
AGE DU PERSONNAGE : 38
RACE : Fée, issu d'une famille entière de fée, je dispose d'ailes noires à paillettes blanches, que je ne montre à personne - sauf les autres fées
MÉTIER/ÉTUDE : Inspecteur à la crim', j'enquête sur des meurtres, des agressions, entre autres choses.

 c'est mon tofu (cill&bj)

c’est mon tofulâche-le !T’avais la main sur la boîte de tofu, et cette blonde n’allait certainement pas te retirer le tofu de la bouche, t’en étais certain. Quitte à passer pour un connard, t’avais l’habitude. Après tout, t’en étais un, non ? Connard, va. Mais quand t’avais gagné la bagarre sans voir la moindre bagarre, en réalité, bah ça t’avait fait hausser un sourcil. Déjà que c’était rare de croiser quelqu’un dans ce rayon, mais en plus, si c’était une p’tite blonde jeunette qui arborait un air de chien battu du plus bel effet, t’avais de quoi monter ton sourcil au moins jusqu’à ton début de calvitie – n’essaye pas de nier, t’as un front mastoc et t’avais pas toujours eu ça.

En fait, son air de chien battu avait quelque chose qui faisait limite appel à la bonté. Un peu comme ces gens qui quémandaient la charité pour ces ONG dans la rue, et que tu n’arrivais pas à les envoyer chier – ce qui faisait que t’avais pas mal de prélèvements chaque mois, des dessins d’enfants que tu parrainais ainsi que ces lettres de remerciement par dizaines. Puis, elle avait l’air famélique cette gosse, on aurait dit qu’elle te venait tout droit d’un village pauvre du fin fond de l’Ukraine.

T’avais tenté de te forcer à tourner les talons, parce que la charité ça allait bien deux secondes, mais fallait croire que t’étais vraiment crevé, car t’avais envie d’être sympa. Cette envie, t’avais envie de la défoncer, de la ranger au couché panier, quitte à avoir des regrets pour la forme une fois rentré chez toi. Mais non. T’as fini par faire demi-tour pour rattraper la fille, et dire : « Bon, j’aurai pas besoin de tout ce tofu pour la recette. T’veux partager ? » Ca t’arrachait un peu la gueule en même temps que quelque part, ça soulageait ta zone du cerveau dédié à la bonté. A vrai dire, tu voudrais bien qu’elle s’éteigne un peu, qu’elle ferme sa gueule et se plie à ta volonté, ça aurait été vraiment pas mal.

Surtout que si tu voulais partager, fallait ouvrir la barquette. Et du coup, trouver un tupperware. T’avais pas envie d’en acheter un, ça faisait cher pour une seule utilisation et tu n’étais pas généreux à ce point-là. Vous auriez pu aller chez l’un pour partager le repas, mais d’une pas chez toi, t’avais invité personne depuis quasi la dernière décennie, pas même ton partenaire, t’allais pas commencer avec une blondinette sans tofu fixe, et aller chez elle, c’était le meilleur moyen pour passer pour un pervers.

En bref, t’avais l’air con avec ta proposition de partage, et le mieux que t’avais à faire, c’était laisser flotter cette proposition, en espérant que la fille se décide seule sur comment vous alliez procéder au partage, ou pire, si vous n’alliez rien partager du tout.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 c'est mon tofu (cill&bj)

Revenir en haut Aller en bas
 
c'est mon tofu (cill&bj)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dilemme : prérequis d'arme et Tofu fou
» [JEU] eat the tofu !!
» Qui veut un sandwich o tofu???
» Ramna panda terre mode tofu sur maimane
» [Wanted] Gwo tofu ventripotent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Golden Coast :: Centre-commercial-