avatar
Humain
MESSAGES : 131
RACE : Humain
MÉTIER/ÉTUDE : Neurologue à mi-temps, doctorant sur le reste

 Truth begins in lies. | Chester & Maxwell




Truth begins in lies.


C’était le même cirque chaque été, sous prétexte que le soleil apportait une certaine chaleur, les gens se permettaient de laisser leurs problèmes de côté. Une semaine de vacance à la plage avait visiblement le même effet qu’un an d’anti-dépresseurs. Les amourettes se multipliaient apportant avec elles leur lot de drames ridicules. Même les grévistes laissaient de côté leurs revendications, la justice sociale attendra bien le mois de septembre non ? Toute cette mascarade de bonheur dégoulinant démontrait bien à quel point les problèmes de la majorité de l’humanité n’en étaient pas, aux mieux des questions existentielles qui donnaient un sens à leur misérable existence.

Et comme souvent, Maxwell se démarquait comme une petite tâche de vin sur la nappe blanche du bonheur. L’été, il s’en fichait complètement. Les vacances étaient une simple occasion de voir sa famille et sa mère n’allait pas miraculeusement guérir parce que les journées étaient plus longues. Lui-même n’allait pas trouver le courage de faire un test qui déciderait du reste de sa vie. En fin de compte, les problèmes majeurs de son quotidien étaient toujours aussi présents dans son esprit, quelle que soit la météo et l’ambiance estivale. D’ailleurs, les rues étaient bruyantes et les touristes beaucoup trop nombreux. La terrasse métallique de son café préféré était d’ailleurs bondée, ce fut avec une bonne dose de chance qu’il trouve une place assise et la table nécessaire à poser son ordinateur portable. L’ombre prodiguée par les larges parasols proposait une ambiance plus agréable que la chaleur étouffante qui régnait dans son appartement. Quelle idée de merdre de louer un appartement qui ne disposait même pas de l’air conditionné.

Un grand verre de thé glacé d’où s’échappaient quelques feuilles de menthe constituaient son principal rafraîchissement alors qu’il se concentrait sur le texte qui défilait sur son écran. Entre le boulot, son voisin craignos, sa famille et le sport, il n’avait pas encore eu le temps d’avancer sur sa thèse. Ah oui, et il y avait Meursault aussi. Alors qu’il allait fêter ses trente ans dans une semaine, il s’était dégoté un petit ami. Sa mère était heureuse, son frère avait perdu son pari et le copain officiel ne le faisait pas trop chier. C’était tout bénéfice pour sa vie sociale mais, pas pour sa vie professionnelle. Pour un caractère tel que le sien, c’était suffisant pour le faire grincer des dents.  Mais le sourire de sa mère valait toutes les nuits blanches nécessaires.

Alors que son verre était à moitié vide, une curieuse impression le fit lever les yeux de son écran, l’impression d’être observé. Pour une fois, il ne se trompait pas, une paire d’yeux était réellement fixée sur sa personne. Ce visage ne lui évoquait aucun souvenir mais, dieu seul savait que l’inverse n’était pas vrai. Comme si son instinct de survie s’était miraculeusement développé dans les dernières minutes, une mauvaise impression lui saisit les tripes, une impression qu’il n’arrivait pas correctement à décoder mais qui le mettait mal à l’aise. Comme si de rien était, il essaye de se reconcentrer sur son écran, espérant s’être trompé ou avoir mal interprété un regard, ça ne serait pas la première fois en plus.

panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tempestairestaff
MESSAGES : 92
RACE : Tempestaire (métal)
MÉTIER/ÉTUDE : Ex-Greffe du Tribunal d'Oakland, Ex-Taulard, Soldat de l'OBCM et Barman du Club SM de Bray. Niveau CV diversifié, on fait pas mieux.

 Truth begins in lies. | Chester & Maxwell





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Putain ce que tu adorais l’été. Les autres saisons aussi, sauf l’automne, mais celle-là a une place toute particulière dans ton cœur en mille morceau. Lubrique, tu as l’air d’un touriste alors que tu n’as jamais quitté ce bled depuis que tu t’y es installé avec ta sœur. Tu as troqué ton ensemble bleu pour un classique jean tee-shirt, et tu ne crains pas de rouiller à cause ce foutu crachin irlandais parce que le soleil cogne. Chaleur; hm copain. Tu deviens un peu un Pokémon de type feu et métal. Si-si-si, les plus doués s’en souviennent. Ces connards de toboggan exposés en plein soleil qui donnent l’impression de perdre une couche de peau à chaque glissade dessus. Les gamins les plus téméraires osent s’y aventurer, puis se mettent à hurler comme des fillettes parce que leurs petites mains fragiles se retrouvent calcinées, et toi ça te fait rire. Bien fait ! Ils n’ont pas qu’à être aussi cons ! Ça fait quoi … Trois jours que tu sèches le boulot pour profiter de cette ambiance si particulière, mélange de zizanie et de bonheur. Tu n’as pas envie de marcher à l’ombre, et telle une diva, tu tends les mains, tu laisses exploser ta joie. “C’est trop bien ! - OUI !” Parlerais-tu à toi même ? Qui sait ? En attendant, les gens te regardent bizarrement, mais tu n’en as rien à carrer. Parce que tu dois bien avouer que pour te rincer l’oeil et viser ton prochain casse-croute, y a pas mieux que les tenues estivales. Prédateur, ton menton se rebaisse, et ton regard à le malheur de se poser sur une petite demoiselle qui semble avoir vu un monstre. “Quoi ? Qu’est-ce que t’as ? Tu veux ma photo ? Dégages, t’es moches !” C’est gratuit. Tu as évité de justesse la glace à l’italienne qui a fusé vers toi, il semblerait que tu l’es vexé. Tu t’en fous, tu tires même la langue en faisant une grimace avec ton oeil. “Loupé ! Apprends à viser !” Gamin, l’astre solaire tape méchamment là-haut, mais as-tu vraiment eu un comportement d’adulte jusqu’ici ? Hm non. Pas du tout même. Elle ferait mieux d’abandonner, parce que t’es pas celui qui va craquer le premier. Et ça, elle l’a compris puisqu’elle tourne les talons. Ton ricanement d’hyène résonne, c’est ta petite victoire du jour. Le petit point qui te met de bonne humeur, un peu comme une bonne branlette matinale. Par contre, qu’est-ce que ça t’a donné soif ! Tu lèves les yeux sur le côté, fixant un point fixe random dans le ciel. Tu aimerais bien boire un truc, mais quoi ? Surtout que tu n’as pas envie de payer, un barman qui paye une conso’, c’est la loose. Notons cette logique assez étrange qui tient malgré tout la route, tu hoches la tête, approuvant tes propres pensées chaotiques. Tu te souviens qu’il y a un bar avec une petite terrasse sympa à deux pas d’ici. Tu vas consommer, puis tu vas trouver un pigeon pour payer à ta place. Ouai, ça te semble un bon plan. Tes bons coureurs, puis si jamais tu peux toujours tricher. Avec tes grandes pattes, t’avances ta carrure de crevette abandonnée sur la plage en direction de ladite terrasse. Tu ne manques pas de t’affaler lourdement sur le siège, et poser tes pieds sur la table. C’est pas chez mémé ici ! Ah bon ? Pourtant, t’es chez mère-grand partout. T’aurais pu être encore plus désagréable et siffler le serveur si tu n’avais pas tilté sur une tête un peu plus loin. Badaboum, la bonne humeur s’était écroulé, ton sourire avait pris une teinte lubrique. C’est marrant, il ressemble au vieux qui accompagnait Pudding. Il a les mêmes traits. Argh, rien que ça, ça t’agace. Il t’agace, surtout son petit air condescendant. Allez, vendu ! Il allait prendre pour … Pour on-ne-sait-pas qui, mais il allait avoir le mérite de te servir de distraction le temps qu’on t’apporte à boire. Tes doigts se crispent, diriger vers sa table, puis tu lèves subitement la paume vers le ciel. En échos à ce geste, la table se lève subitement, dégageant tout ce qui était posé sur elle. Ah t’es content, ça y est. Tu te remets à rire de plus belle, peu inquiété de savoir si y avait d’autre personne pour vous regarder. A en juger par le cri de surprise, oui, il y en avait. Une femme vu le ton suraigu. Ou un travesti qu’a pris option corde vocal en allant se faire couper les bijoux de famille. Comme ça te suffit pas, il a fallu que tu remettes le couvert. Cette fois-ci, c’est sur le côté que ta main avait basculé, et ton index désigné la baie vitrée. Tout comme la table un peu plus tôt, la chaise sous ses fesses avait suivi la direction de ton doigt et elle s’était dérobée pour aller se coller à la fenêtre en bousculant tout sur son passage. Comme tu es joueur, c’est presque mignon ma foi.

(c) SIAL ; icons tweek ✩



_________________


astra; bb — Wanna join me ? Come and play ! But I might shoot you, in your face. Bombs and bullets will, do the trick ! What we need here, IS A LITTLE BIT OF PANIC ! ;; @unknow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain
MESSAGES : 131
RACE : Humain
MÉTIER/ÉTUDE : Neurologue à mi-temps, doctorant sur le reste

 Truth begins in lies. | Chester & Maxwell




Truth begins in lies.


Il y avait de ces sentiments qu’on ne savait pas expliquer, qui avaient la fonction d’alerte qui venaient titiller un instinct de survie primitif. Un étrange sentiment de malaise s’instillait pernicieusement, lui tordant les entrailles. Peu enclin à écouter ce que son instinct lui criait, à savoir qu’il ferait mieux de déguerpir au plus vite de cet endroit, il attribua cette sensation à la chaleur et décida de se reconcentrer sur l’écran de son ordi. Les heures de travail ne manquaient pas et un moment supposé de détente se transformait en heures supplémentaires. Le stress intrinsèque ne s’était pas encore complètement imposé mais, ce n’était qu’une question de temps, de court terme même. Plongé dans sa lecture, il en fut arraché lorsque son ordi sursauta, ou plutôt la table. Un verre en éclats sur le sol et une table qui défiait toutes les lois de la gravité. Son instinct de survie plus motivé à ne pas perdre un nouvel ordinateur qu’à sauver la mise de son enveloppe charnelle, il rattrapa l’appareil par l’écran juste avant le choc avec le sol en briques. Il n’avait pas vraiment le temps de réfléchir et un cri aigu s’éleva, sous fond de rire sonore. Une fois l’écran rabattu, il s’intéressa à tout ce qui se passait devant lui. N’étant pas le seul à avoir étudié les lois de la gravité, beaucoup d’autres regards étaient fixés sur cette table hantée. Halloween ce n’était pas pour tout de suite, qu’est-ce que c’était que ce bordel. Il n’eut pas le temps de verbaliser son incompréhension qu’il se retrouva bien trop vite sur les rotules alors que sa chaise où son derrière était installé moins d’une seconde plus tôt avait décidé de rejoindre la blague et de voler jusqu’à la fenêtre.

Là, les regards intrigués s’étaient multipliés par trois alors que certains sortaient déjà leur téléphone et que les murmures grossissaient. Cible bien involontaire des regards, il se releva frotta d’un geste mécanique la poussière sur son pantalon avant de ramasser son ordinateur et de le caler sous son bras, ne faisant décidément plus confiance au matériel environnant. Si toutes ces conneries étaient une tentative de publicité du café, ça allait péter. Cette hypothèse-là, c’était l’œuvre de toute sa rationalité qui essayait désespérément de reconstruire un puzzle à partir de pièces qui n’allaient aucunement ensemble. En fond, comme un bruit blanc, toujours cette sensation de malaise, cette alarme qui le fit se retourner longtemps vers celui avec qui il avait échangé un regard. Son air dément ajouta une dose de folie à la situation et il ne put s’empêcher de le fixer comme s’il avait la moindre chose à faire avec cette histoire de mobilier volant. S’il savait … Mais encore une fois, il ne savait pas réellement décoder cette expression, sans doute se moquait-il de sa mésaventure. Pour seule réponse, Maxwell leva les yeux au ciel avec ce petit sourire narquois qui allait si bien avec son air hautain. Sans doute n’était-il pas dans la meilleure des positions mais, c’était de l’ordre du réflexe chez lui.

Le contact fut rompu par un des serveurs qui lui demanda si tout allait bien, visiblement plus perturbé que lui par ce phénomène. Comme pour reprendre contenance, rapporter un peu de réalité et se rassurer, il traita le pauvre homme comme s’il était responsable de la situation alors que les regards commençaient à se mêler de nouveau de leurs affaires.


panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 Truth begins in lies. | Chester & Maxwell

Revenir en haut Aller en bas
 
Truth begins in lies. | Chester & Maxwell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Truth or Dare ? » feat. Hareton Blitswick
» Ra's Al Ghul Batman Begins (Liam Neeson)
» Life begins at Night - Fangtasia spotlight
» Aliens vs Predator: The Hunt Begins
» [Web] Bionicle.com : mise à jours de l'été 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Coconut Grove-