Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Métamorphestaff
MESSAGES : 62
RACE : Métamorphe chat errant
MÉTIER/ÉTUDE : Rien

 Welcome to Selfocracy (jasper)


Jasper D. Clyde

nom | Clyde. C'est le nom de mes parents en tout cas, même si c'est pas spécialement celui auquel je m'identifie le plus.  
prenom | Jasper, surnommé "Jax". Mon second prénom, Daryl, est celui inscrit en premier sur ma carte d'identité. Jamais été mon favori.
âge | 25 ans.
race | Métamorphe chat errant. Si vous voyez une boule de poils noire, repoussante et maigre, c'est moi. Je suis à l'image de ma partie humaine, défaite, saignée à blanc. J'ai pas la volonté pour aller mieux, alors mon animal me suit, c'est pas le chat que tu vas caresser, c'est celui agressif à qui t'a envie de jeter des pierres.  
lieu et date de naissance | Durrow, dans ce beau pays qu'est l'Irlande, un 23 juin.
orientation sexuelle | Hétérosexuel. Jamais aimé que les femmes même si je me perds bien trop souvent lorsque j'arrive à tomber pour elles.
statut marital | Je suis repoussant, on ne me regarde même pas. Faut dire que je les insulte la plupart du temps. Alors je suis célibataire.  
metier/etudes | J'en ai pas. J'ai pas fait d'études parce que j'ai pas de fric et j'ai pas de boulot parce que je t'emmerde.
situation financiere | Je roule sur l'or, ça se voit au moins?  
organisation | Fuck that.  
ft | Ash Stymest (c)VOCIVUS


détails, anecdotes et caractère

T'es énervé, t'as la rage, tout le temps, à chaque seconde, chaque instant. Parce que t'es seul, t'es abandonné, et pour la première fois de ta vie tu sais plus quoi faire. T'as plus de but à part rester allongé dans la rue en attendant qu'on te donne assez de thunes pour te payer à bouffer. T'es prêt à exploser la gueule de n'importe qui s'approcherait d'un peu trop près sans sortir son portefeuille. + Tu t'es toujours dit que t'avais besoin de personne, que tu pouvais t'en sortir par toi même. Alors après avoir coupé les ponts avec tes parents, t'as essayé, mais t'es trop peu discipliné pour avoir n'importe quel boulot, t'étais pas loin d'envoyer se faire foutre tous tes patrons. Puis plus les tatouages arrivaient, plus c'était compliqué de trouver du boulot. Tu t'es retrouvé à la rue et puis ensuite la grande escalade, tu te relèves plus.  + T'as commencé à te tatouer le corps à 13 ans sans mettre au courant tes parents. Des potes que tu te faisais et qui s'amusaient pendant le week end, t'as de tout et n'importe quoi maintenant. C'est là que passait le principal de ton argent de poche également, faut dire la vérité. Et maintenant ... T'accepterais presque n'importe quelle aiguille que te proposerait n'importe quel mec de Dragon Alley. + Malgré tout, t'essaies d'éviter les flics, parce que t'as peur qu'on te renvoie à tes parents, t'as peur de pas avoir le choix, de devoir te barrer, et tu sais que ce serait catastrophique, tu sais que Heather est quelque part, que tu vas finir par la retrouver à Bray, mais s'ils te tombent dessus t'en auras jamais l'occasion. + Avec la monnaie que t'arrives à mettre de côté, t'as tiré quelques affiches pour les placarder dans Bray. Tu sais pas si ça va servir à grand chose, mais t'espères. Puis comme t'as pas de putain de téléphone t'as juste mis le nom d'une rue où tu passes le plus clair de ton temps. + Avec Heather, ça t'es arrivé de rêver, de te dire que tu braquerais bien une banque, parce que si t'es pas doué avec grand chose t'es plutôt sûr que tu serais pas mal bon un flingue à la main. Bien sûr c'est resté à l'état de projet, y a rien de tel qui s'est produit, mais ça fait du bien de rêver. + Ton totem, il est cassé. Même pire que ça, il est brisé. Mais il fait partie de toi, tu te sens parfois même plus lui que toi. T'as toujours été un méta avant d'être un homme, même si t'embrasses le succès ni avec l'un ni avec l'autre. Mais parfois ça soulage, tu préfères encore qu'on veuille te donner des coups de pieds que les continuels regards de pitié et de dégoût. + Tu jures comme un charretier, t'as le langage peu soutenu de ceux qui ont vécu la majeure partie de leur vie dans la rue, mais tu t'en fous. T'es d'ailleurs plutôt sociable avec ceux qui te ressemblent, ceux qui sont comme toi, à passer de rue en rue pour trouver de quoi subsister. Puis t'es un peu obligé, la population lambda elle se laisse pas beaucoup approcher alors si tu veux retrouver Heather, toi faut juste que tu saches chercher au bon endroit, et les pauvres, les perdus, les laissés pour compte, c'est typiquement eux qui ont la réponse, t'en es persuadé.  + Tu fumes et tu bois dès que tu peux mettre la main sur de la came, t'as pas la main pauvre à ce niveau là. Il y a quatre ans, t'es sorti d'une addiction à l'héroïne. Grâce à Heather, encore grâce à Heather. Elle t'a évité l'overdose, sans aucun doute. Tu l'as haïe, tu l'as insultée, tu l'aurais bien butée, mais c'est grâce à elle que t'es toujours en vie, parce qu'elle vous a permis de vous enfuir.  Tu lui dois bien de la retrouver en vie.+ Tu squattais la chambre d'hôtel de tes "potes" à un moment donné, mais ils se sont fait casser la gueule un jour où t'étais pas là et ils y ont jamais remis les pieds. Y en a un qui a toujours pas retrouvé ses dents. + T'es pas un grand fan des clébards, c'est peu de le dire. Mais faut dire que ça fait pitié alors des fois t'en trouves dans la rue et tu les adoptes pour un temps juste pour te faire un peu plus de thunes. + T'as vécu de sacrées merdes, ça t'a endurci, ça t'a éloigné des gens. T'avais déjà pas un caractère facile quand t'étais plus jeune, mais là c'est vraiment pire. +  Tu vois la plupart des gens sur leurs téléphones quand ils te passent devant, et parfois tu te dis qu'au moins, t'as cet avantage d'être dépendant à des trucs qui te font du bien, pas des machins électroniques à la con. + T'es connu des services de police un peu partout et des hôpitaux de Dublin pour y avoir fait plusieurs tours par le passé à cause de ton addiction. + T'aimes écrire. Parce que le stylo et le papier c'est encore le truc que tu peux trouver rapidement, t'as commencé pour tromper l'ennui et finalement t'adores ça, t'en as besoin pour pas sombrer totalement.


Ton histoire, ta petite histoire


My mother told me not to go near mirrors
For it seems that one day
A young boy died through looking at himself for too long

Tu es né dans une maison chaleureuse, Clyde. Une mère et un père qui n’ont jamais vraiment roulé sur l’or mais qui étaient prêts à te donner tout ce dont tu aurais besoin. Ce n’était pas un miracle d’avoir un enfant pour eux, non. Ta mère n’en voulait pas, en réalité, persuadée que dans le monde actuel, c’était une mauvaise chose de mettre au monde alors que tant d’enfants vivaient déjà dans la merde. Mais parfois on ne choisit pas ce qui nous tombe sur le coin de la gueule, et elle a accueilli la nouvelle avec plaisir. Mariée depuis des années, elle était dans une situation stable et c’était suffisant. Maintenant que tu allais arriver, la seule chose à faire était de t’accueillir avec les bras ouverts. Et elle t’a aimé. Ton père également, même si tu as quelques problèmes à le croire maintenant. Il faut dire que tu ne leur as pas facilité la tâche, mais on y reviendra. Ils étaient fiers, tes parents. Parlaient de toi à tous leurs amis, montraient des photos dès que tu faisais quelque chose qu’ils considéraient exceptionnel. La première fois que tu t’es mis à quatre pattes, la première fois que tu as marché, ton premier mot … Tu sais, les amis chiants qui peuvent pas s’empêcher de parler de leur gosse dès que l’occasion se présente? C’était eux. Et quand t’étais encore qu’un gamin qui voulait tout faire pour leur plaire, ça allait. T’étais heureux à cette époque, même si tu ne t’en souviens pas vraiment. Pas de drame familial, pas de problèmes particuliers … Mais il a fallu que tu développes un sacré caractère de merde. Colérique, violent avec tes camarades de classe, t’es devenu imbuvable dès que t’as commencé à grandir. Tes parents, pourtant si aimants, ne savaient plus quoi faire avec toi. Ils ont tenté les méthodes douces, celles qui ne te feraient pas de mal, te punir de tout et n’importe quoi, mais rien ne marchait, tu finissais par les avoir à l’usure ou bien tu recommençais tes comportements à la con. Alors un jour, alors que tu devais avoir sept ou huit ans, tu t’es pris ta première rouste. ça t’a perturbé, faut le dire, ton père qui pouvait être si doux, le voilà qui montrait un côté de sa personnalité que t’avais jamais vu. Mais le fruit tombe jamais trop loin de l’arbre même si tu nierais tout. Au lieu de comprendre que tu faisais peut-être trop de conneries, t’as commencé à te séparer de tes parents. En colère contre ton père pour oser lever la main sur toi, t’en avais peur parfois, alors que l’homme, tout ce qu’il a jamais voulu, c’est que tu commences à l’écouter. En colère contre ta mère parce qu’elle supportait de te voir humilié. Ta fierté naissante en avait pris un coup. Et c’est sans doute aussi tôt que le nid d’amour a commencé à se transformer doucement en une prison que tu voulais quitter. Alors que soyons honnête, Clyde. C’est quand t’as suivi ta voie que tout a dérapé. Eux, ils voulaient juste te sauver, avant de comprendre que t’étais pas le genre de mecs qu’on sortait de l’eau, mais plutôt celui qu’on décidait de noyer.

People say that they are ravenous
That they hunger for perfect reflections
That their insatiable appetites can even kill

Si à l’époque tu t’es senti loin de tes parents, ça n’a rien à voir avec la suite. Tu te souviens du jour précis ou tout a dérapé. Ironiquement, tes parents pensaient que ça vous rapprocherait, quelque part. Le jour où ils t’ont avoué ta nature, leur nature. Eux y ont vu la preuve qu’ils te considéraient assez mature pour encaisser de telles informations, toi t’as juste vu le secret qu’ils avaient gardé sur un monde dont tu ignorais tout. Tu t’es senti perdu, trahi. Du haut de tes treize ans, tu ne savais plus vraiment quoi penser, quoi faire. Tu ne leur parlais plus, tu les ignorais alors même que tu vivais sous leur toit. Mais seulement parce que tu y étais obligé. T’étais sans doute ce qu’on appelle “ un enfant difficile”. Ce mot, il englobe tout et rien à la fois. Difficile. Tu te voyais pas comme injuste alors que tu l’étais. T’étais horrible avec tes parents, la crise d’adolescence commencée bien trop tôt, le caractère qui allait avec n’arrangeant pas. Tout ce que tu pouvais faire pour les emmerder, tu le faisais. Tu traînais avec des mecs pas fréquentables devant ton collège, souvent bien trop âgés, le genre de mecs qui n’ont rien à foutre de leur vie à part boire des bières et parler à des mineurs. Mais tu t’en foutais. Tu voulais vivre et t’avais l’honnête impression que c’était le seul moyen d’y arriver. C’est d’ailleurs l’un de ces perdus qui t’a fait ton premier tatouage, une phrase, un extrait d’une chanson de Eminem. On fait tous des erreurs dans la vie, et ce premier tatouage c’en était une belle. Tu l’as caché depuis, tu t’es trouvé con. Mais c’est grâce à ce mec là que t’as eu envie d’écrire. Parce que tu t’identifiais quelque part, énervé contre le monde, persuadé d’avoir une vie de merde alors que tu savais juste pas voir ta chance. Mais ces gars que tu as rencontré, ils ont fait beaucoup plus que te tatouer. Ils t’ont initié à un monde que tu connaissais pas. T’as fumé tes premiers joints avec eux, puis t’as pris ton premier rail de coke. Tes meilleurs amis, pour toi, ils l’étaient bien. T’étais sous speed quand t’as eu ta première transformation. T’as eu de la chance que ton animal soit pas une bête féroce, qu’on se le dise. Ton père, c’est un cerf. Majestueux, droit. Ta mère une colombe. Toi, t’es un chat de gouttière. ça t’a paru encore plus évident que t’avais rien à faire dans leur famille, pas vrai? Parce que tu lis chez eux ce que tu as envie de lire. Eux ils espéraient encore te sauver.

Many are those among us who lose themselves in mirrors
Too many who only live for appearances

En fin de compte t’as fini par te barrer. Tu pouvais pas continuer à vivre avec des gens que tu comprenais pas, qui te comprenaient pas. Eux ils ont tout tenté, le jour où ton père a appris que tu te droguais, ça a été l’enfer. Ils ont tout fait pour tenter de t’en sortir mais toi tu voulais pas, parce que c’était ta vie, ton identité et que tu t’y sentais bien. Bien sûr c’était rien d’autre que du bonheur fabriqué, mais c’était le tien. Alors t’as décidé de partir. Quelque part, tu penses que ça a dû les soulager, tu te doutes pas des larmes de tes deux parents. Tu te doutes pas que le fait que t’aies jamais eu de frère ou de soeur ce soit juste une conséquence de ton putain de comportement de merde. Non, toi ce que tu as vu, c’est la liberté. Elle aussi fictive, t’es juste un accro de plus en réalité, et l’addiction ça va pas de pair avec la liberté. Tu savais pas quoi faire, t’avais pas beaucoup de ronds de côté, alors t’as créché chez ton dealer. T’as trouvé quelques jobs mais tu les as pas gardé longtemps. T’as jamais été bon avec l’autorité, c’est un fait. T’as pu avoir quelques journées de boulot payées, mais ça suffisait pas pour que tu te prennes un appart, et au bout d’un moment ça a même plus suffit à te payer tes doses. Alors t’as supplié ton dealer, tu t’es mis à genou, t’étais pathétique. Il fallait qu’il t’aide parce que sans lui t’avais rien, à la rue et sans moyen d’entretenir ton addiction, tu te sentais déjà mourir rien qu’à l’idée. Il a fini par céder, même si tu savais que ce serait pas gratuit. Il t’a parlé de son frère, celui qui habitait à Londres, il pourrait sûrement te faire bosser, et toi tu pourrais continuer à te pourrir la vie tout frais payés. C’était le rêve, du moins pour toi. Alors t’as accepté, t’aurais dit oui à n’importe quoi de toute façon. Même en sachant dans quoi tu t’embarquais, t’aurais cru pouvoir jouer au plus intelligent. Alors t’as embarqué clandestinement et t’es parti pour la capitale anglaise.

Aware that he is not the fairest of all, man is jealous and evil
And aware that he is not the ugliest of all, man is boastful and arrogant

Quand t’as posé le pied à Londres, t’es entré en enfer. Tu le savais pas vraiment au départ, tu l’as senti, Lysander, quand il t’a parlé du job. Il a voulu faire passer ça bien, et il savait le faire, avoir les gens avec des mots qui dissimuleraient la vérité. Il pouvait te donner un toit, de l’argent de poche, parce que ce n’était pas assez pour qu’on le qualifie de salaire, de la nourriture, et plus important encore, il pouvait t’assurer que tu n’aurais plus jamais à subir le manque. Faut pas se leurrer, c’est surtout ce dernier détail qui t’a donné envie de tout donner, d’y aller peu importait ce qu’il te demanderait. Et en échange … En échange tu devais faire des choses que t’aurais jamais pensé envisager. Il pouvait l’appeler comme il voulait, c’était de la prostitution pure et dure. Des hommes, des femmes, tu voyais de tout passer devant tes yeux. La première fois, ça a été dur. T’étais pas puceau, tu savais comment t’y prendre, mais ce n’était pas tant l’acte mais le contexte. Violé, tu l’étais, et tu l’as été encore après ça. Tu te sentais sale, tu te souviens même t’être mis à pleurer, seul dans ta chambre, après avoir passé une heure sous la douche comme si c’était suffisant pour enlever cette impression de saleté qui ne te quittera plus. T’as failli t’arracher la peau à force de frotter, ce soir là. Ces brefs moments de lucidité où tu te demandais ce que tu foutais là. Avant de te rappeler que sans Lysander, tu n’aurais rien. Tu ne serais plus rien. Tu n’étais pas toujours seul. Parfois, tu croisais d’autres “employés” de ton boss, des hommes, des femmes. Certains t’ont tellement pourri que tu peux te dire que t’en es ressorti plus dur, plus protégé. Tu t’es formé une putain de carapace, et au fur et à mesure du temps, tu te forçais à croire que tu ressentais plus rien lorsqu’on te touchait. Tu te disais que t’avais même plus envie de vomir, de leur dire d’aller se faire foutre et d’arrêter de foutre leurs pattes sur ton corps. Que t’avais plus envie de rien, en réalité. C’est Lysander qui a profité de cet état d’esprit. Lui il t’a donné une autre addiction, pour te soulager comme pour t’enfoncer. T’as jamais vu ta mort d’aussi près que le jour où t’es tombé dans l’héroïne. Et c’est précisément ce moment qu’a choisi Heather pour entrer dans ta vie. C’était une nouvelle dans le business, elle ne se droguait pas, ne buvait pas, était sans doute plus blanche que neige à son entrée. Tu ne savais pas encore ce que le boss avait sur elle qui la force à rester, et sans doute que c’était encore loin d’être assez. Vous vous étiez retrouvés ensemble plusieurs fois, et cette fois-là, elle avait décidé de t’embarquer avec elle. Tu ne sais pas ce qu’elle a vu en toi, pourquoi elle t’a choisi, sans doute pour t’éviter de mourir. Mais elle l’a fait. Tu sais, ça n’a pas à être comme ça. On peut changer les choses. Viens avec moi.

The mirrors distort us, they hatch outsized egos inside us
Selfish. Self-centered

Elle avait mis longtemps à te convaincre. Toi t’étais parti pour rester ta vie là-bas, tout simplement parce que t’étais de toute manière pas sûr de tenir encore bien longtemps. Tu mourrais jeune, tu le savais. Mais quelque part, t’avais cet instinct de protection. Si tu te sauvais pas toi, tu pourrais la sauver elle. T’as emporté toutes les doses d’héro que tu pouvais avec toi. Lysander vous traquerai de toute manière quoi qu’il arrive. Alors autant qu’il le fasse avec une bonne raison. Puis tu ne pouvais pas vivre sans, pour être complètement honnête. Vous saviez que si vous deviez vous enfuir, ça devait être en pleine journée. Parce que la nuit, vous aviez des comptes à rendre, tout le temps, toujours. Vous vouliez partir, mais sans savoir comment faire. C’est sans doute tes mauvaises fréquentations qui ont permi le miracle, Clyde. T’as pu vous procurer de faux papiers, de l’argent nécessaire pour le voyage également, tout ça parce que t’as revendu quelques unes de tes doses. Tu pensais pas que ça marcherait. T’étais même persuadé du contraire, et t’en étais pas mécontent, toi tu voulais mourir alors que Heather voulait vivre. Pourtant vous êtes arrivés à Dublin. Vous avez trouvé un appartement vide et vous vous êtes installés. C’est pas si compliqué de trouver où vivre quand on sait où chercher, c’est Heather qui te l’a appris alors que toi t’avais jamais vraiment vécu dans la rue. Mais tu savais que ça pouvait pas durer éternellement. T’as épuisé ton stock d’héroïne en quelques semaines, vous galériez de plus en plus à trouver de quoi manger même si la petite brune qui te servait de compagne de route savait comment s’en procurer. Vous aviez faim, soif, vous étiez fatigués. La chaleur de l’été n’aidait pas non plus. Puis tu t’es retrouvé sans rien. Tu sais pas combien de temps t’as mis à te sevrer. Quelques jours, quelques semaines de plus? T’es passé par des phases de dépression, de douleur incommensurable, tu l’as pourrie, ton amie, tu sais même pas pourquoi elle est restée alors qu’elle aurait très bien pu partir pour tenter de se sauver elle, alors qu’il était clair que tu ne voulais plus être sauvé. Les sueurs froides, la raideur des muscles, les crises d’angoisse … Maintenant tu t’en souviens plus vraiment, c’est flou pour toi tellement que ça paraît loin. Mais ça ne l’est pas tant que ça. C’est juste là, sous ton nez. Tout ce qu’il te faut c’est rechuter, juste une fois. Et le jour où ça arrive, tu sais que tu seras totalement perdu, et pour de bon cette fois.

This is what they are reflecting from mankind
Why help someone if his misfortune allows us to advance?

Bray. Tu pensais pas te perdre de nouveau dans un trou paumé d’Irlande. Et pourtant te voilà. C’est pas comme si tu l’avais choisi. Pour une fois, vous aviez décidé de vous éloigner de Dublin. Voir autre chose, faire comme si tout allait bien, comme si vous étiez pas juste deux SDF à la recherche d’un but. Mais vous étiez ensemble et parfois cette idée semblait suffisante pour éviter de penser au reste. Et on vous a parlé de cette ville. Ou le surnaturel est roi, où vous serez à votre place. On vous l’a pas dit comme ça, certes, mais c’est ainsi que vous l’aviez entendu. Pourtant, rien ne s’est passé comme prévu. Vous étiez dans la forêt, cachés, pour éviter d’attirer l’attention sur vous, puis t’es allé chercher à manger. Quand t’es revenu, y avait plus que le sac de Heather et aucune trace d’elle. Tu savais qu’elle n’était pas partie. Quelque chose lui était arrivé, et t’es bien décidé à trouver quoi. Tu la sauveras comme elle t’a sauvé alors que tu voulais simplement te laisser crever.

Mother told me not to go near mirrors
Because it would seem that the more we look in them
The more our ears stop listening and our eyes stop seeing
That the world continues to revolve around us


Welcome to Selfocracy.

Paroles: Loïc Nottet - Selfocracy



Salut salut ! Moi c'est pseudo/prénom et je débarque du haut de mes âge ans. J'aime oui tu aimes quoi ?, je déteste dis nous tout ? et on me dit souvent que quoi ?. On me verra dans les parages fréquence de connexion. Je suis fier(e) de dire que j'ai découvert le forum grâce à personne, site... et d'ailleurs je le trouve ton avis sur le design, codage, touuuut. Je suis un inventé/scénario et puis je tenais à terminer en vous disant que balance la sauce ! Une toute dernière chose: avoir un rp d'intégration avec l'un de nos parrains: Oui/Non



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphestaff
MESSAGES : 3097
AGE DU PERSONNAGE : 40
RACE : métamorphe (étalon noir)
MÉTIER/ÉTUDE : Voleur, dealer, chômeur, plein de truc en "-eur"

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Fout pas des boules de poils partout où j'te colle mon pied au cul (re-bienvenue )

_________________


astra; bb — They don't look very human like. Now I wish that I could find my clothes. Bedsheets and a morning rose. I wanna wake up, can't even tell if this is a dream. How did we end up in my neighbors pool ? DON'T THREATEN ME WITH A GOOD TIME ;; @tweek&vocivus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Humain
MESSAGES : 239
AGE DU PERSONNAGE : 25
RACE : Humaine
MÉTIER/ÉTUDE : Secrétaire

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Je veux un lien ! Genre je suis sûre que Blair apporte à manger à ta version féline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphestaff
MESSAGES : 62
RACE : Métamorphe chat errant
MÉTIER/ÉTUDE : Rien

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Mes boules de poils ils t'embêtent
Merci les copains

Et avec plaisir pour le lien Blair, je dis pas non à de la bouffe, même si c'est des croquettes dégueu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasseur
MESSAGES : 229
AGE DU PERSONNAGE : 31
RACE : Chasseur sanguinaire
MÉTIER/ÉTUDE : Inspecteur de police

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Il te manquait Ash ? Tout comme le combo Ash/Cara ?

Rebienvenue parmi nous sweetie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphestaff
MESSAGES : 62
RACE : Métamorphe chat errant
MÉTIER/ÉTUDE : Rien

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Ouais c'est Zecke 6.0 en vrai (mais oui, Ash me manquait )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasseur
MESSAGES : 229
AGE DU PERSONNAGE : 31
RACE : Chasseur sanguinaire
MÉTIER/ÉTUDE : Inspecteur de police

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Oui, je m'en étais doutée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Djinn
MESSAGES : 343
RACE : Djinn
MÉTIER/ÉTUDE : s'occupe de la maman de Maxwell

 Welcome to Selfocracy (jasper)

re-bienvenuuue
Moon aussi donnera à manger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fieldofheroes.forumactif.org/
avatar
Magicien
MESSAGES : 188
RACE : Magicienne
MÉTIER/ÉTUDE : Médecin généraliste dans un cabinet privé

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Aaaaah le voilàààà
Bon bah j'suis bonne pour bugger quelques jours sur ton avatar, mais tkt ça va bien s'passer, amuse toi bien avec Jax
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Féestaff
MESSAGES : 2186
AGE DU PERSONNAGE : 33
RACE : Fée
MÉTIER/ÉTUDE : fossoyeur, chercheur au compte des Dux Tenebris, écrivain, criminel et scientifique déviant à ses heures perdues

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Encore bienvenue chez toi et bon courage pour boucler ta fiche
J'aime le clochard, le feat et le nom mais tu le sais déjà

_________________

Passe le point de non-retour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 Welcome to Selfocracy (jasper)

Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome to Selfocracy (jasper)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» baisse ta culotte, c'est moi qui pilote ▬ jasper.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les passeports :: Les habitants officiels-