Invité

 Never say never (Achille)

We're falling apart and coming together again and again. We're coming apart but we hold it together. Some things we don't talk about. Better do without. Just hold a smile. (@thefray // beerus)

Achille Darleen


Les commandes s'enchaînent dans un rythme effréné. Faut dire que c'est l'heure de pointe, tout le monde vient récupérer son café en même temps pour une petite pause détente. Ainsi, c'est le pic de production le plus important de l'après-midi, pas question de traîner ou de rêvasser. D'habitude, Darla ne rencontre aucun problème, ayant vite fait de suivre la cadence mais elle est particulièrement distraite à l'heure actuelle. En effet, dans vingt minutes, son rendez-vous devrait débarquer. Une rencontre anodine certes, pourtant la chasseuse ne peut s'empêcher d'être nerveuse et bien plus maladroite que les autres jours. Son tablier est trempé par le café brûlant, même les pointes de ses cheveux en sont recouvertes. Elle aurait mieux fait de prendre sa journée plutôt que d'accumuler les bourdes les unes après les autres. Par sa faute, les autres équipiers prennent du retard. Heureusement, les aiguilles finissent par se rejoindre, il est enfin 16 heures. Victoire, libération, salut. « C'est pas trop tôt. » Ni une, ni deux, l'irlandaise se rend dans les vestiaires pour se changer rapidement. Elle regrette presque d'avoir accepté cette entrevue. Quelle stupide idée non ? Cela fait quelques années que la geek qui réside au fond de son être est régulièrement en contact avec un autre individu partageant sa passion pour les jeux-vidéos. Sauf que pour la première fois depuis leur rencontre virtuelle, ils se retrouvent dans la même ville. Une aubaine ! Oui mais non parce que leur relation repose principalement sur des discussions banales qui ne concernent pas leur vie personnelle. En d'autres termes, la perfection. Et là, elle risque de tout foutre en l'air par curiosité ?

Darleen regarde sa montre, c'est trop tard pour annuler. Prenant une grande inspiration, elle finit par revenir dans la salle principale. Son regard parcourt alors les tables, cherchant à repérer une veste rouge. Afin de se retrouver plus facilement, ils se sont mis d'accord sur un code couleur. Pratique, n'est-ce pas ? Raison pour laquelle la chasseuse porte le gilet bordeaux de sa colocataire. Le sien étant au linge, il lui fallait bien en récupérer un. « Evidemment ! » Elle soupire en se rendant compte que trois personnes portent cette teinte. Comment rendre la tâche plus compliquée ou la situation plus gênante ? En plus, Darleen ignore complètement l'identité de son acolyte. Fille ou garçon ? La vingtaine ou la trentaine ? Grand ou petit ? Si c'est un vieux de 60 ans, elle va s'évanouir sur place. Après quelques minutes d'hésitation à refaire le monde à sa façon, son corps se dirige naturellement vers un individu en particulier. Il semble attendre quelqu'un alors avec un peu d'espoir, c'est le bon. « Est-ce que le pseudo Lincoln 77 te dit quelque chose ? » A la base, c'est l'un de ses frères qui raffole des jeux-vidéos mais en grandissant, il s'est tourné vers d'autres loisirs quand elle s'est intéressée de plus près à celui-ci. N'ayant jamais ressenti le besoin de changer le nom pour en mettre un plus approprié, il s'avère que les autres joueurs la prennent toujours pour un mec. « Non, tu ne vois pas de quoi je parle hein ? » A en juger sa réaction, il ne semble pas du tout saisir le sens de ses propos. A moins qu'il ne soit profondément surpris et regrette à son tour sa décision.


→ achille & darleen, coffee shop, mi-mai 2018.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

 Never say never (Achille)

Never say never
Darleen & Achille

« And if the birds are just all the words flying along, singing a song, what would they do ? If they just knew what they could do. »
Des jours de repos, Achille n’en possède pas beaucoup. C’était le jeu, quand on décidait de travailler dans un hôpital. Il faut dire qu’il avait aussi du mal à laisser ses jeunes patients derrière lui ne serait-ce qu’une journée, même s’il le faisait un peu plus régulièrement depuis qu’il vivait ici. Mais c’était principalement pour garder un œil sur sa jeune sœur, et pouvoir passer le plus de temps possible avec elle, même si cette dernière n’avait pas l’air franchement ravie. Cependant, elle ne lui en avait jamais fait la remarque. Certainement parce qu’ils étaient la seule famille qu’ils avaient l’un pour l’autre maintenant, et après les horreurs qu’ils avaient vécus, ils se devaient sans aucun doute de rester soudés. Le blond n’était pas certain de pouvoir supporter une violente dispute avec Ariane qui la ferait partir de la maison. Déjà qu’il avait du mal à ne pas s’inquiéter pour elle à chaque fois qu’elle se rendait sur le campus… Oh il se rendait bien compte qu’il était certainement trop parano. Mais il finissait toujours par se convaincre que s’il l’était, c’était bien pour une bonne raison. La protection de sa famille. Il avait promis à sa mère de veiller sur sa petite sœur, et c’était ce qu’il faisait.

Mais aujourd’hui, il s’était accordé une petite distraction. Certainement pas bien longue, de toute façon, il repartait travailler le soir même, et il devait dîner avec sa sœur. Mais il avait bien besoin de se changer les idées, et quoi de mieux que de rencontrer une personne avec qui il conversait depuis des années. Oh, bien entendu, il avait hésité, et même longuement, avant d’accepter cette invitation. Mais il s’était dit qu’il n’avait rien à perdre, à rencontrer cette personne dans un lieu public pour échanger un café. Enfin, peut-être sa dignité en portant une veste rouge. Ouais, il n’était pas forcément fan de cette couleur, et il avait dû fouiller dans les tréfonds de son armoire pour trouver une veste de cette couleur. Sa sœur l’avait même charriée sur un possible rencard en le voyant faire, qu’il avait, bien sûr, totalement démenti. C’était pas un rencard, juste des… Gens qui allaient se rencontrer.

Et il s’était pointé au café, et surtout au comptoir, pour se commander une boisson. Une bonne grosse dose de caféine non diluée dans du lait et totalement pure. Ça, c’était bien la seule chose qu’il n’avait pas réussi à retirer de son alimentation, même s’il essayait d’avoir une vie aussi seine que possible. Le café restait sa faiblesse, et son seul moyen de tenir ses nuits de garde à l’hôpital. Il regardait ensuite autour de lui, à la recherche de la personne qu’il attendait. Fille, garçon, il l’ignorait parfaitement. Mais il ne tarda pas à le savoir en surprenant une conversation non proche de lui. Pas qu’il écoutait aux portes ou quoique ce soit, mais ça lui était monté aux oreilles, et il avait reconnu le pseudo qui sortait des lèvres de la jeune femme. Légèrement amusé, il se dirigea alors vers elle, et cet homme qui ne comprenait clairement rien à ce qui était en train de lui arriver. « Si tu cherches Hercule64, tu ne t’adresses pas à la bonne personne. » Autant lui éviter de se tourner encore plus en ridicule, la pauvre. Même s’il était un peu étonné de découvrir une fille, étrangement. Si sa sœur verrait ça, elle serait certainement en train de lui hurler rencard à l’oreille. Heureusement qu’il ne lui avait pas dit où il allait.
(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Invité

 Never say never (Achille)

We're falling apart and coming together again and again. We're coming apart but we hold it together. Some things we don't talk about. Better do without. Just hold a smile. (@thefray // beerus)

Achille Darleen


Un silence de plomb s’installe rapidement. Un silence gênant. De toute évidence, il ne semble pas comprendre les propos à son encontre, lui lance un regard exprimant toute l’ignorance qui le foudroie à l’instant. Quelque peu embarrassée par la situation, Darleen lui répond d'un sourire embarrassé à défaut de pouvoir se volatiliser et disparaître sur place. Elle s’apprête à déguerpir le plus vite possible quand une voix la stoppe net dans son initiative. La remarque de l’individu l’incite à se retourner pour découvrir un visage inconnu. Voilà son rendez-vous. Partagée entre soulagement et nervosité, la serveuse ne sait pas vraiment quelle émotion l’ébranle le plus. Néanmoins, le regard doux qui émane de sa personne parvient immédiatement à la calmer. « Merci… d’avoir mis un terme à ce moment atroce. » Elle lui adresse un sourire sincère, hésite à tendre sa main pour se présenter avant de se restreindre, oubliant que ce n’est en rien une rencontre conventionnelle. Anxiété quand tu nous tiens. « Je suis Darleen mais tu peux m’appeler Darla. »  La plupart des gens optent pour le surnom, seuls ses frères persistent à la nommer par son prénom, refusant de faire comme tout le monde. Evidemment. « Tu veux qu’on reste ici ou qu’on aille faire un tour ? » Ignorant s’il attend sa boisson ou s’il souhaite s’aérer, la question lui paraît légitime. Puis, il faut dire que les premières minutes sont particulières, ne sachant pas quoi dire, quoi faire, hormis éviter la file indienne qui se presse pour récupérer sa commande.

Il se trouve qu’elle se trouve en plein milieu, gênant le flux abondant qui tente de circuler malgré sa présence. « Pardon, excusez- moi. » Elle finit par se décaler pour éviter de se retrouver carboniser par du café brûlant et manque presque de trébucher sur le pied d’une chaise. « Désolée, je ne suis pas très à l’aise, c’est la première fois que je rencontre un autre joueur… » Autant lui dire la vérité au lieu de prétendre avoir une assurance inexistante en la matière. Non pas qu’elle soit naturellement timide, ne présentant d’habitude aucun problème pour aborder des inconnus et s’infiltrer progressivement dans leur vie mais c’est différent. Ils se connaissent depuis des années, ont partagé des moments rien qu’à deux dans une sorte de bulle impénétrable. Au point de créer une relation spéciale mais principalement virtuelle. Aujourd’hui, ils se retrouvent face à face, sans pseudo, sans avatar, sans écran. Simplement ensemble, à l’épreuve de cette réalité qui n’épargne personne. « En vrai je veux dire. »  Ce n’est pas la peine de préciser mais elle se sent obligée de le faire, sans vraiment savoir pourquoi. Obligée de caser un mot, un geste, un regard, afin de ne pas laisser le hasard prendre le dessus. « C’est drôle je ne t’imaginais pas comme ça. » Malgré tous les efforts du monde pour éviter de se faire une idée de lui, elle n’est pas parvenue à y résister. Processus indépendant de sa volonté capable de fonctionner par ses propres moyens.


→ achille & darleen, coffee shop, mi-mai 2018.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

 Never say never (Achille)

Revenir en haut Aller en bas
 
Never say never (Achille)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Archives :: Les écrits-