Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
MESSAGES : 79
RACE : Magicienne
MÉTIER/ÉTUDE : Chercheuse et professeur en médecine

 Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )


     

     

     
Kabukichô & Almath

     
“Witches seek the sacred knowledge the rest of the world has already forgotten.”   

      Nous continuons à discuter jusqu'à ce que notre destination soit atteinte. Je le savais fortuné, mais je n'avais pas vraiment imaginé à quel point. Nous avons devisé via Skype mais je ne l'ai encore jamais rencontré en personne. Et bien sur je suis loin d'être au point sur tout ce qui relève de l'étiquette en général, déjà en Irlande mais encore plus au Japon. Je vais partir du principe qu'il ne se vexera pas de mon ignorance, de toute façon il est un peu tard pour y remédier.

Je souris au commentaire de mon interprète et précise

       

▬ " La magie je ne sais pas, la médecine oui. Nous avons beaucoup en commun le professeur et  moi-même.  "».

Enfin il a mieux réussi que moi, clairement. Je ne suis pas moitié si riche qu'il en donne l'impression et il ne m'a pas frappée comme quelqu'un d'ostentatoire donc j'aurais tendance à croire qu'il est deux fois plus riche qu'il n'en a l'air. Au bas mot. Nous nous avançons dans l'allée et lorsque la voiture s'arrête je l'aperçois qui attend de nous accueillir. Je souris en l'apercevant. Nous ne sommes pas "amis", mais nous avons, donc, beaucoup en commun et avons beaucoup parlé, par lettre, à l'ancienne, et quelque peu par internet mais ni lui ni moi ne trouvions cela satisfaisant. Je le sais plus âgé que moi, en âge d'être à la retraite même s'il a choisi de ne pas en profiter. Je sais qu'il a des enfants et des petits-enfants, dont certains vivent avec lui. au vu de la taille de sa demeure cela a du sens, chacun doit pouvoir vivre indépendamment.

Je sors de la voiture et attrape mon sac et un porte-document contenant le plus précieux de mes grimoires. Etant davantage adepte des "échanges" comme celui-ci je ne possède pas autant de grimoires que d'autres magiciens, mais celui-ci m'a couté une petite fortune et continent de nombreuses formules que je n'ai jamais vu ailleurs.

Je salue le professeur et lui présente mon interprète avant de le féliciter sur la beauté de sa demeure. Nous entrons et dégustons un thé avant d'entrer dans le vif du sujet. Je lui tends le grimoire tout en expliquant ses origines, tant pour lui que pour Kabukicho

       

▬ "C'est le grimoire de la Sorcière d'Youghal, une célèbre sorcière Irlandaise. Enfin.... Florence Newton, a été reconnue coupable de sorcellerie et nommée ainsi, mais c'est en réalité  son amant qui pratiquait la sorcellerie. Et les faits qui lui sont imputés ne sont que pures coïncidences, comme souvent à l'époque. Mais le grimoire est passionnant."

Je m'emballe, comme toujours quand je parle magie, je ne précise pas que Florence était une réelle beauté et que c'est cela qui a été la cause des accusations, la veuve Jones était ravie que son mari soit décédé, elle le trompait d'après le journal du pasteur et juge, que j'ai apporté avec le grimoire. Mais elle a vu dans son décès une occasion de faire bruler vive la plus belle femme des environs. Par chance son amant a réussi à la sauver malgré le verdict mortel et elle a vécu une longue et heureuse vie à l'autre bout de l'Irlande. du moins je présume que tel est le cas, le pasteur déplorant, pour la forme, la disparition de la coupable avant que le châtiment n'ait pu être mené à bien.


     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 80
AGE DU PERSONNAGE : 38
RACE : Humain pur souche, je suis purement sceptique quant à l'existence du surnaturel - renforcé par ma foi catholique qui me mène à l'église tous les dimanches
MÉTIER/ÉTUDE : Propriétaire d'un hôtel, agent d'accueil, je gère le Kihashi Hostel, l'endroit parfait pour les magouilles, rempli de violence, mais au moins, personne ne vous pose de questions sur votre présence, pas même moi...

 Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )

Une fois face au propriétaire du grimoire que voulait découvrir Almath, je me fis introduire, et je le saluai à la japonaise, d’une façon dont j’avais perdu l’habitude, vivant depuis longtemps à Bray, mais que j’avais reprise dès que j’étais arrivé en ville. Après tout, j’avais vu beaucoup de gens, rencontré des membres de ma famille, donc mon dos s’était presque transformé en machine à se pencher automatiquement. Cependant, là où ce fut légèrement perturbant pour moi, ce fut d’entrer dans sa maison, et d’avoir un service de thé réellement à l’ancienne, à la traditionnelle. Même mes parents, attachés comme ils étaient à leurs racines japonaises, avaient abandonné toute idée de cérémonie de thé… Et là, j’en voyais une, sur une table où nous étions assis sur ces coussins durs, jambes repliées sous les fesses. J’avais l’impression de revenir à mon enfance, avec en plus cette discussion autour du grimoire que confia Almath au professeur.

Heureusement, je n’avais pas à faire la traduction orale, n’ayant pas été engagé pour ça mais bien pour la traduction du grimoire. Cependant, je trouvais cette explication tout à fait fascinante. Cela me pousserait presque à partager la passion d’Almath, un jour, pour ces livres de magie, qui faisaient tout de même un peu rêver. Si le quart seulement de ce que contenaient ces reliques du passé étaient vrai, alors ma conception du monde serait chamboulée !

Ah si je savais.

Enfin, après une discussion autour du grimoire d’Almath, il y en eut une nouvelle à propos de celui du professeur japonais. Il expliqua lui-même qu’il s’agissait d’un document venant d’une magicienne autrefois au service d’un seigneur durant l’ère Edo. Cela me permit au moins de situer que le japonais n’allait pas être trop différent, bien que j’allasse certainement devoir me souvenir d’anciennes formulations afin que cela soit compréhensible une fois traduit. Par ailleurs, il nous tendit l’ouvrage, que je pris avec précaution étant donné qu’il allait avoir l’air lourd et que j’allais probablement être celui qui le tripotera le plus.

« J’en prendrai grand soin. »

Je promis ceci au professeur, qui avait tout de même l’air de s’inquiéter un peu. Il sembla un peu rasséréné, alors il nous guida vers une pièce qui allait visiblement nous permettre de travailler au calme, surtout qu’au loin, j’entendais des cris d’enfants qui s’amusaient. C’était adorable, certes, mais pour se concentrer, c’était légèrement compliqué, en effet. Et une fois Almath et moi-même installés, j’ouvris soigneusement le grimoire, afin de faire comme on avait dit : je lui donne les titres rapidement des « chapitres », et elle décidera de ce qui l’intéressera le plus. J’attendis donc qu’elle soit prête, en me préparant moi-même : lunette ronde, longue chevelure réunie dans un chignon haut afin de ne pas être gêné.

« Alors, nous avons… Là, j’ai un chapitre de présentation de plusieurs… génies ? Je suppose que ça doit être ça le mot, il s’agirait d’esprits que ces dessins permettraient d’invoquer. Ils sont classés par spécialités, du soin, de la protection, de la… torture, et de l’enseignement. Des sortes de professeurs, de puits de savoir. Par la suite, nous avons… Des dessins à nouveau, classés par utilité aussi. Retenir le génie… »

Je continuai ainsi durant un long moment. Jusqu’à arriver vers la fin du grimoire, où je me rendis compte que ce n’était plus une continuité d’informations sur des dessins étranges ou des créatures, sortes d’esprits étranges. A vrai dire, cela semblait être une partie journal intime, comme un carnet de bord pour la tenue d’un génie…

« Juste à la fin, il y a l’auteur qui raconte qu’il a eu des problèmes avec un génie qui semblait… résister. Et qui explique de ce fait tout ce qui est arrivé. Ensuite, une écriture différente raconte la mort de l’auteur… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 79
RACE : Magicienne
MÉTIER/ÉTUDE : Chercheuse et professeur en médecine

 Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )


     

     

     
Kabukichô & Almath

     
“Witches seek the sacred knowledge the rest of the world has already forgotten.”   

      Le grimoire qu'il me propose en échange a, lui aussi, une histoire ancienne et prestigieuse. C'est le cas de la plupart des grimoires intéressants, même s'il y a surement eu de par les époques et le monde des gens comme moi, des inconnus discrets dont les grimoires sont pleins de sorts plus puissants qu'il n'y parait. Comme nombre de magiciens j'écris en effet mon propre grimoire, une sorte de mémoire de tous les sorts que j'ai pu voir, de ceux que j'ai testé et des autres. Une façon de garder tout ce que j'ai appris. J'ai une excellente mémoire (et un très bon appareil photo, ça aide) et la main sure, recopier les runes ou mémoriser les formules n'est donc pas un souci. Je me plais à croire qu'un sorcier le découvrira un jour et le lira avec autant d’intérêt que je lis ceux que je trouve. Enfin encore faudra-t-il que ce soit un "bon" sorcier, fort peu de sorts d'attaques ont réussi à trouver leur chemin vers mon grimoire, je les laisse aux autres. Je me concentre sur la connaissance, le soin et la protection.

Nous commençons la lecture, j'observe à coté de mon interprète les runes qui ornent les pages. Elles sont si différentes des nôtres que je réussis rarement à deviner de quoi parle le sort avant qu'il ne me le dise. C'est étonnant réellement. Cela porte à croire  que les génies et djinn ont une nationalité d'origine, même si cela ne se voit pas quand on les invoque. Moon a beau avoir l'air asiatique je ne l'ai pas invoqué avec un sort étranger. Il faudra décidément que j'apprenne à invoquer l'un de ces génies, comprendre s'ils sont différents des nôtres et en quoi.

       

▬ " Concentrons-nous sur les enseignants s'il te plait. C'est dans ce domaine que j'ai le plus d'expérience et que je ferais le plus facilement des parallèles utiles.  "».

Quant à la fin.... C'est un cas classique. Il n'est pas rare qu'un magicien surestime sa puissance et invoque un djinn qu'il ne peut maitriser. Je prends le temps de l'expliquer à mon interprète, après tout il n'y croit pas et appréciera surement le "conte".

       

▬ " Une sorcière n'a pas, techniquement, de pouvoir magique. Je ne remue pas mon nez pour faire la vaisselle ou une baguette magique pour soigner une blessure mortelle. Les formules et runes permettent d'invoquer un Génie qui est ensuite à notre service. Lui a des pouvoirs magiques plus ou moins importants. Et....Et bien il n'est pas toujours ravi d'être invoqué. Donc si on dessine mal l'une des runes, si on n'est pas assez clair sur un ordre, si un seul détail nous échappe... Ils tendent à se retourner contre nous et à l'emporter.".

Pour ma part c'est un risque que je prends peu, n'invoquant quasiment que des génies et prenant très vite la peine de leur demander leur avis. Ça en a surpris plus d'un déjà, mais je les ai renvoyé dans leur monde, quel qu'il soit, dès qu'ils ont manifesté leur inconfort dans le notre. Je sais que notre monde ne leur convient pas, mais je sais aussi que malgré tout certains l'apprécient, Moon entre autre, à cause des sucreries dans son cas. D'autres apprécient de partager leurs connaissances, ou de découvrir les humains. Peu importe leurs raisons, certains acceptent de rester. Il me faudrait trouver un sort d'invocation qui ne leur impose pas de venir, mais jusqu'ici je n'ai rien vu de tel. Peut être devrais-je l'inventer ?

       

▬ " Au final les sorciers ne sont que des humains comme les autres qui ont fait assez de recherches pour maitriser un élément naturel potentiellement dangereux. Des chimistes du surnaturel donc, en quelque sorte. Enfin si l'on croit en tout cela bien sur. Mais je crois que la magie est une science qu'il nous reste à découvrir et étudier. Comme le feu, l'électricité, l'électronique ou encore le nucléaire ont pu sembler l'être avant leur découverte. ".

Je souris légèrement, confuse de parler encore autant et le laisse retrouver les chapitres qui m'intéressent. Pendant qu'il traduit je recopie les runes, comparant sans cesse l'original et mon dessin afin d'être sure de ne rien modifier.
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 80
AGE DU PERSONNAGE : 38
RACE : Humain pur souche, je suis purement sceptique quant à l'existence du surnaturel - renforcé par ma foi catholique qui me mène à l'église tous les dimanches
MÉTIER/ÉTUDE : Propriétaire d'un hôtel, agent d'accueil, je gère le Kihashi Hostel, l'endroit parfait pour les magouilles, rempli de violence, mais au moins, personne ne vous pose de questions sur votre présence, pas même moi...

 Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )

Je notai donc qu’elle voulait se concentrer sur les enseignants, pour ensuite lui expliquer ce qui se disait sur ce côté journal intime du grimoire. C’était assez impressionnant comme histoire – je n’y croyais pas une seule seconde, cependant, Almath si. Sa façon de parler avait quitté le domaine de l’hypotéthique, pour aller dans la foi pure et dure. Cela me faisait vraiment bizarre, comme si elle invoquait réellement des créatures, pour leur soutirer des services. Je n’y croyais pas, mais elle… C’était comme si c’était une réalité, vraiment. Qu’elle s’était vraiment trouvée face à eux. C’était intéressant, mais plus ça allait, plus j’avais une impression que… Que je loupais quelque chose. Ainsi, durant son laïus sur les esprits, leurs invocations, et une précision sur les pouvoirs des sorciers, je m’étais montré légèrement circonspect. Difficile de ne pas la prendre pour une folle sur le coup, mais enfin… J’allais rester l’esprit ouvert.

J’avais donc hoché la tête avec un petit sourire, montrant que j’entendais bien ce qu’elle m’expliquait, pour ensuite me remettre au boulot, pour un temps qui allait être plutôt long. D’un côté, il y avait moi qui prenait les traductions des chapitres qu’elle m’avait demandé – le travail d’une bonne journée, heureusement que nous étions partis au matin – et peut-être même du lendemain, si elle comptait revenir pour terminer. De l’autre, il y avait elle qui recopiait les dessins avec une exactitude qui me laissait légèrement pantois. Enfin, je me concentrai surtout sur mon travail, heureux de pouvoir mettre en marche mon cerveau. Ce fut parfois compliqué et j’eus à utiliser internet pour traduire certains caractères, mais dans l’ensemble, j’étais plutôt content de moi, pour un boulot tout de même à l’arrache.

Et après plusieurs heures penché sur le travail, je finis par me redresser, m’étirant, craquant pratiquement chaque os rouillé de mon corps, à rester dans cette position. J’avais besoin de prendre l’air un peu, de boire un peu.

« Almath, j’ai terminé l’avant-dernier texte. Je vais prendre l’air un peu, ça te dit ? »

J’avais commencé à marcher dans la pièce, élançant mes bras pour retrouver toute ma motricité. J’avais oublié combien le fait de rester quasi immobile, à écrire, faisait mal au corps dès qu’on s’animait de nouveau. Cela me rappelait aussi quand ma femme se moquait de moi car on aurait dit que je marchais comme un petit vieux après des heures posé sur les fesses. D’ailleurs, je me rendis compte que j’avais des fourmis dans ma jambe droite, vu que j’avais croisé mes jambes pour être plus à l’aise.

« Ca ne ferait pas de mal de nous aérer, je pense… »

J’ignorais si elle était comme moi à se plonger dans le boulot jusqu’’à tout oublier, mais en tout cas ça y ressemblait. Juste, après ces années à bouger partout, je n’étais plus aussi endurant et j’étais donc présent pour lui rappeler que le corps avait besoin de sortir de cette pièce histoire de mieux fonctionner par la suite. Sans compter qu’elle devait avoir une crampe à la main, d’avoir dessiné tout ce temps.

« Ca va la main, au fait ? La mienne est un poil engourdie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 79
RACE : Magicienne
MÉTIER/ÉTUDE : Chercheuse et professeur en médecine

 Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )


     

     

     
Kabukichô & Almath

     
“Witches seek the sacred knowledge the rest of the world has already forgotten.”   

      Le grimoire est passionnant, ces runes, ces schémas. Je pourrais passer des heures, des journées, des semaines même à l'étudier. D'ailleurs je suis bien partie, semble-t-il. Comme toujours lorsque je me plonge dans le travail la notion de temporalité m'échappe. Il faut avouer que c'est un concept purement humain et totalement manufacturé. C'est pourquoi je m'amuse en science fiction de voir tous ces livres qui parlent de remonter le temps et de ne surtout rien changer par crainte de le détruire. Comme si le temps pouvait être détruit, surtout par quelque chose d'aussi insignifiant au final que l'histoire humaine, quand bien même on parle de l'Histoire avec un grand H, les guerres mondiales, les épidémies de peste, le Titanic... Qu'importe cela pour le temps ? Ou plutôt, à quoi sert le temps, en quoi cela serait-il si grave de le détruire, qui en serait affecté à part nous ? Dans ces livres avec le temps s'écroule l'univers, mais honnêtement à moins que vous ne remontiez le temps pour éviter le big bang... Ou éventuellement la première cellule sur Terre comme dans un livre de Douglas Adams... Détruire le temps, changer le passé, cela ne pose aucun souci dans la trame complexe et riche qu'est l'Univers. Bref je m'égare, quand mon interprète me propose de prendre l'air j'ai l'impression de ne travailler que depuis quelques minutes. Mais en interrompant mon geste je remarque que ma main est raide, que le soleil a tourné et que nous avons travaillé déjà un bon moment. Une pause sera donc salutaire et je hoche la tête avant de poser mon crayon pour le suivre.

       

▬ " Engourdie aussi, je n'avais pas remarqué, j'ai une certaine tendance à me perdre dans le travail.  "».


Honnêtement si mon corps ne me rappelait pas à l'ordre par des grondements d'estomac à réveiller un mort, je crois que j'en oublierais de me nourrir. Ce n'est pourtant pas faute d'être gourmande.

       

▬ " Comment se passe votre plongée dans le monde surnaturel ? On est bien loin d'Harry Potter, pas trop déçu ? "».


Je souris légèrement, je me souviens l'avoir été, à l'époque, mais j'avais 10 ans alors j'avais des excuses. Je rêvais de marcher dans un jardin en voyant les fleurs s'épanouir derrière moi (notez que déjà on sent l'incohérence, voir derrière soi étant compliqué) comme dans certains livres. Bref j'avais des rêves de gamine de 10 ans. Ça et soigner les gens par la force de ma volonté. Je le fais finalement mais la science, la magie et un travail acharné restent nécessaires, ce que je n'avais pas prévu. Sans compter que je n'ai pas de remède miracle aux maux du monde... Bref à 10 ans j'étais déçue. Aujourd'hui je suis émerveillée par tout ce que j'ai appris et plus encore par tout ce que j'ignore encore. La magie est un sujet tellement complexe, je crois bien que je n'en ferais jamais le tour. C'est peut être ça que j'aime le plus à son sujet.

Nous nous dirigeons vers le jardin, de l'air frais venu de l'extérieur nous feras du bien. D'autant que, comme le reste de la maison, l'endroit est magnifique. Apaisant il appelle à la relaxation et à la méditation. Mais tous les espaces verts ont cet effet là sur moi, donc je ne suis pas objective.


▬ " Vous aviez raison, il fallait faire une pause. "».

Je ne l'avais pas réalisé avant de prendre le temps de le faire, mais c'était nécessaire, la fatigue me tombe dessus sans prévenir maintenant que la concentration du travail s'estompe. Je soupire, ferme les yeux un instant et respire profondément. Je suis épuisée. Mais je sais que cela ne durera qu'un moment, d'ici peu la soif de découverte reprendra le dessus.
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MESSAGES : 80
AGE DU PERSONNAGE : 38
RACE : Humain pur souche, je suis purement sceptique quant à l'existence du surnaturel - renforcé par ma foi catholique qui me mène à l'église tous les dimanches
MÉTIER/ÉTUDE : Propriétaire d'un hôtel, agent d'accueil, je gère le Kihashi Hostel, l'endroit parfait pour les magouilles, rempli de violence, mais au moins, personne ne vous pose de questions sur votre présence, pas même moi...

 Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )

LEARNING IS NOT ATTAINED BY CHANCE it must be sought for with ardor and diligence.Je constatai qu’il était réellement temps que je signale qu’une pause était nécessaire… J’avais la sensation de trouver un miroir en décalé dans le temps de moi. Une sorte de copie de l’homme qui travaillait à en oublier tout le reste. Est-ce que c’était quelque chose de courant dans le monde, ou bien juste de Bray ? Cela m’amusa, et je répondis même à sa question avec un certain entrain :

« Très loin d’Harry Potter, ça oui ! A se demander qui avait raison au final, Rowling ou bien ce livre, ou peut-être aucun des deux. Mais ça reste intéressant malgré tout, c’est un pan de l’histoire japonaise que mes parents ne m’auraient certainement jamais raconté. »

A mon sens, ce n’était probablement aucun des deux, mais enfin, je me prêtais au jeu. Je me sentais comme lorsque je travaillais sur ces textes anciens de geste, ces histoires de troubadours sur les exploits de chevaliers, émerveillé par les histoires, mais n’y croyant pas un seul instant. Tout comme ces histoires de samouraï que mon père me décrivait avec force d’imitation et de bruits, allant parfois jusqu’à récupérer son vieux Katana de famille et me montrant des mouvements que je ne pourrai probablement plus faire aujourd’hui, puisque je n’avais pas pratiqué depuis longtemps.

La suivant dehors, je récupérai tout de même la théière de thé, heureusement thermos, avec deux tasses, histoire de pouvoir boire quelque chose. Une fois arrivé dehors, face au jardin, je n’eus qu’à m’asseoir sur le bout de la terrasse plate en bois, après avoir retiré les chaussons d’intérieur. Heureusement ma plante des pieds ne touchait pas totalement le sol, je n’aurai pas à les relaver avant de remettre les chaussons. Et Almath semblait bien contente d’être sortie.

« J’ai souvent raison. »

J’avais pris cet air assez suffisant, plus pour la plaisanterie qu’autre chose. Puis, après avoir servi la tasse de thé et l’avoir tendue à Almath, je m’en pris une, pour ensuite regarder un peu dans le vide. J’aimais beaucoup ce voyage, finalement. Ce qui aurait dû être un simple mariage devenait extrêmement intéressant, d’autant plus que mon cerveau continuait à tourner, et que j’avais la sensation que mon imagination était de retour. Car tout ça, ce grimoire, cette histoire de femme sorcière qui s’est laissée porter à aller trop loin dans la magie… Ca pourrait tellement être une idée pour un nouveau roman, une suite dans cette saga que j’avais commencée, publiée, puis abandonnée avec ma séparation avec ma femme, deux ans auparavant. Je me sentais vraiment bien. Et je tins à en remercier cette femme rencontrée par hasard dans l’avion.

« Vous savez, j’ai publié des livres, en Irlande. Une petite série d’aventure sur un samouraï… Il y a quelques années, j’ai arrêté d’écrire. Et puis tout ça, cette traduction, le fait de remettre mon cerveau en marche, et de lire ça… Mon imagination revient. Du coup, je tiens à vous remercier. Vous, et aussi le hasard qui nous a mis dans le même avion ! »

J’eus un léger rire. Si je n’avais aucune tenue, j’aurais pris des feuilles déjà et commencé à écrire.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )

Revenir en haut Aller en bas
 
Learning is not attained by chance, it must be sought for with ardor and diligence. (Kabukichô )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: La mappemonde-