Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité

 Esoteric Surgery - Aoife


       
Flesh bodies mute and blinded, Roaming uncertain, lost, Infected misinformed, Releasing a black enormous insect out from the chest, Archaic form disease. Esoteric surgery a dissection of the soul, Unsuspected precise power on the wounded astral body, projected beam of light. Aoife & Joshua
       

       
Esoteric Surgery

       
Les journées d'hiver étaient tristes. Plus courtes elles laissaient rapidement place à la noirceur qui s'étirait avec indécence pour voler la place au jour. La tristesse ? Non, Joshua n’y cédait jamais. Selon lui, il s’agissait de fierté bien que certains auraient décrit cela comme de l’orgueil. En vérité il s’agissait peut-être d’un amour de lui-même qui surpassait le reste, en d’autres mots : son égocentrisme le sauvait de la peine. Les événements qui s’étaient joués dans sa vie familiale avaient été bouleversants sur bien des points mais il s'en moquait. Ou en tous les cas, il faisait tout pour s'en convaincre. Oh non, ce soir, il ne voulait pas y songer et il conservait une allure toujours aussi élégante qu’à son habitude, avec son costume d’un gris perle, ses cheveux d’un noir profond et son visage au teint mat, d’une douceur désarmante. Impassible. Souriant. Mystérieux. Charismatique. Et Joshua s'appropriait les nuits, conquérant leurs heures avec son éternelle arrogance. Le temps avait passé depuis qu'il avait obtenu ce poste au sein de la société et son assurance gagnait en ampleur, à mesure que son travail portait ses fruits. Parmi ses collègues, beaucoup l'admiraient, certains le jalousaient mais il attisait autant l'amour que la haine, jamais l'indifférence. Il était bien jeune pour accéder à un poste aussi important, à peine vingt-cinq ans et il brassait des millions.

Chaque jour, il prenait soin de rechercher de nouveaux clients parmi les établissements de luxe qui auraient eu besoin de faire appel à une société de sécurité. Cette société n'avait beau qu’être une couverture pour des activités frauduleuses, elle n'en était pas moins active et offraient ses services de manière tout à fait légale. Bien souvent, lorsqu'il avait envie de chiner ou simplement de se promener dans la ville, il en profitait pour visiter les établissements qu'il ne connaissait pas encore. Aussi, en cette fin d'après midi, il s'aventura dans le centre-ville dans le but de découvrir par lui-même les boutiques qui s'y trouvaient. L'une d'entre elle, plutôt singulière, attira son attention. Elle possédait une très large baie vitrée qui devait laisser rentrer le soleil en plein été et semblait assez mystérieuse. Que pouvait-on bien y vendre ? S'il s'agissait d'antiquités, cela aurait très bien pu l'intéresser puisque Joshua appréciait beaucoup l'art. Il y pénétra donc et le carillon d'entrée se fit entendre. A l'intérieur, il se trouva dans ce qui ressemblait à un salon de thé un peu ésotérique. Il inspira avec plaisir l'odeur d'encens qui se répandait dans l'air et s'avança posément en regardant autour de lui. Tous les objets qui se trouvaient sur les présentoirs lui paraissaient très étranges. Avec curiosité, Joshua avança sa main pour effleurer un attrape-rêve lorsque soudain, un bruit se fit entendre sur sa gauche.

« Il y a quelqu'un ? »

Il chercha une présence humaine, mais il semblait que le bruit qu'il venait d'entendre ne provenait que d'une pendule. Joshua s'en rapprocha, appréciant la mélodie jusqu'à ce qu'enfin, il aperçoive une jeune femme aux longs cheveux flamboyants apparaître de derrière une masse d'objet hétéroclites. « Oh désolé, je ne vous avais pas vue tout de suite. Bonsoir... » Il chercha à capter le regard de cette demoiselle mais en voyant la manière dont elle semblait fixer un point derrière lui, il cru comprendre qu'elle ne le voyait pas. Une aveugle ? Il s'avança alors un peu plus près, de manière à se placer juste en face d'elle pour ne pas la déstabiliser, cherchant ses yeux. Il agita doucement sa main devant elle en silence. Comment une aveugle pouvait bien tenir un magasin ? Si jamais un chapardeur décidait de mettre des objets dans sa poche, elle ne se rendrait probablement compte de rien. Il l'interrogea d'un ton léger, sans doute poussé par la curiosité. « Vous êtes toute seule pour vous occuper des clients ? »
       
(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oracle
MESSAGES : 129
AGE DU PERSONNAGE : 23
RACE : Oracle
MÉTIER/ÉTUDE : Gérante de magasin ésotérique

 Esoteric Surgery - Aoife


     

     

     
Joshua & Aoife

     
“Books are a uniquely portable magic.”  

     Entre deux clients, plutôt clairsemés en ce moment, vu le temps hivernal qui n'invite guère aux promenades, je range le magasin. Papa a accumulé un nombre incalculable de gadgets et autres objets indescriptibles, je trie ceux que je reconnais et mets de coté les autres, une amie m'aidera à déterminer leurs fonctions. Les bijoux ne sont plus tout à fait à la mode mais je les remettrais en vitrine malgré tout, on ne sait jamais, certains sont intemporels parait-il. Je ne saurais dire, je n'en porte pas moi-même, le bruit des bracelets qui s'entrechoquent me perturberait. Un collier ne me dérangerait pas mais je n'en ai jamais eu l'envie jusqu'ici. Un jour peut être, si j'en trouve un dont le dessin m'évoque quelque chose, qui sait. Les jeux de cartes et autres tarots seront vendus aussi, je l'espère en tout cas, ou offerts avec les livres associés, un geste commercial est toujours apprécié et la réserve va finir par déborder.

J'entends le carillon de la porte et laisse quelques instants au client qui vient d'entrer pour s'habituer à la pénombre intérieure pendant que je récupère une pile de livres que je vais déposer derrière un comptoir encombré de tous les objets que j'ai décidé de remettre en vente mais que je n'ai pas encore rangés.

Je ne réponds pas à son premier appel, l'entendant se diriger vers la pendule qui trône non loin de moi et lui souris quand il s'excuse.

       

▬ " Bonsoir, je peux vous aider ?  "».

Sa première question m'arrache un sourire franc, elle n'est pas rare, il faut dire que ma cécité lorsqu'elle est remarquée a tendance à intriguer.

 

▬ " Je travaille seule, encore que les esprits me guident."».

Un petit sourire amusé et mystérieux laisse planer le doute sur la véracité de cette phrase. Après tout il faut bien que je fasse semblant d'être une diseuse de bonne aventure, c'est une partie de mon travail.

 

▬ " Vous voulez une tasse de thé pour vous réchauffer pendant que vous cherchez votre bonheur ? J'en ai préparé un aux épices qui est particulièrement agréable en cette saison, et qui chasse les rhumes dit-on. "».

Je me dirige vers le thermos, ma tasse est vide dans tous les cas et l'arôme épicé de ce thé m'enchante les narines, je crois que j'aime encore plus la sensation de chaleur sous mes doigts et la vapeur qui émane de la tasse que la boisson en elle-même. Je navigue sans difficulté entre les rayonnages que je connais par coeur mais je continue par habitude de faire claquer de temps en temps ma langue contre mon palais, au cas où un obstacle imprévu apparaitrait.

 

▬ " Vous êtes entré par hasard ou vous chercher quelque chose de précis ? Je peux peut être vous renseigner. Le magasin est une vraie caverne d'Ali-Baba, ça a ses avantages, mais il est parfois difficile de s'y retrouver."».

Un bric-à-brac serait sans doute plus près de la vérité, quoique tout soit très bien rangé, par nécessité autant que par gout de l'ordre. On trouve de tout dans cette boutique : de la "poussière de fée" qui n'est en fait que des paillettes de mica mêlées à un sable très fin, des pendules en cristal, des bijoux, de l'encens, des livres, des tisanes et thés et mille autre choses encore.

Une vision vient interrompre mon geste comme j'allais attraper le thermos, chancelant une seconde je porte ma main à mon crâne dans l'espoir de faire taire le tambourin qui y résonne désormais et soupire légèrement. Les Djinns sont de retour. Je n'avais pas vraiment besoin d'une vision pour savoir qu'ils allaient revenir, et celle-ci ne me donne guère d'avance car ils arriveront avant que le client ne soit parti. Au moins cela m'a-t-il permis de voir le client, si jeune dans son costume sérieux. Sortant un petit flacon d'huile essentielle de menthe poivrée d'une poche de ma manche j'en passe une goutte sur mes tempes.

 

▬ " Navrée, une migraine, de quoi parlions-nous ? "».

La perceuse qui me vrillait les tempes a disparu laissant place à une douleur plus lancinante mais aussi plus supportable.
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

 Esoteric Surgery - Aoife


       
Flesh bodies mute and blinded, Roaming uncertain, lost, Infected misinformed, Releasing a black enormous insect out from the chest, Archaic form disease. Esoteric surgery a dissection of the soul, Unsuspected precise power on the wounded astral body, projected beam of light. Aoife & Joshua
       

       
Esoteric Surgery

       
Le regard de la demoiselle était vide, dirigé vers un espace nébuleux comme s'il était happé vers des horizons invisibles. Étrangement, cela ne faisait qu'ajouter au charme éthéré qui se dégageait d'elle, assorti à la fraîcheur de ses sourires. A sa réflexion concernant les esprits, les lèvres de Joshua s'étirèrent dans un sourire spontané. Lui-même n'avait jamais réussi à croire à tout ce qui relevait du domaine de l'occulte et de l'immatériel. Bien qu'il possédait des pouvoirs qu'on pouvait qualifier de surnaturels, il gardait néanmoins une manière très cartésienne de voir les choses. Tout pouvait s'expliquer de manière scientifique, selon lui. Autant dire qu'il n'était absolument pas accoutumé à ce matériel étrange qui était disposé autour de lui. Il arqua un sourcil volontairement sceptique avant de réaliser qu'elle ne pouvait de toute façon pas le voir.

« Les esprits... évidemment. »

Si le ton de sa voix était clairement narquois, il ne se voulait pas moqueur, son but n'était pas de vexer cette jolie rousse. D'autant plus que son invitation était très sympathique et que la perspective de savourer un thé aux épices bien chaud était vraiment tentante. « J'avoue que vous me donnez envie. J'accepte le thé avec plaisir. » Joshua la suivit entre les rayonnages pendant qu'elle s'avançait d'un pas assuré, en dépit de sa cécité. C'était assez étrange de la voir déambuler avec autant de facilité malgré son handicap, d'autant plus qu'elle parvenait à se déplacer de façon très gracieuse. Joshua attarda son regard sur elle un moment, il était conscient qu'elle ne pourrait pas se rendre compte qu'il la dévisageait. « Pour vous dire la vérité, je suis entré complètement par hasard. Je ne connaissais pas ce magasin et c'est la curiosité qui m'a poussé à venir jeter un coup d’œil. Je dois reconnaître que l'usage de la plupart de ces objets m'échappe totalement... » Il devait bien reconnaître qu'elle disait vrai : ce magasin ressemblait à une caverne d'Ali-Baba remplie de choses mystérieuses. Il se demanda d'ailleurs comment une aveugle parvenait à s'y retrouver mais par politesse, il n'osa pas se résoudre à formuler la question.

Alors qu'il l'observait, il vit soudainement la demoiselle chanceler légèrement, comme si elle était prête à faire un malaise. Il fronça les sourcils, s'avançant jusqu'à la rejoindre mais elle semblait déjà se reprendre et il la regarda appliquer quelques gouttes d'un parfum mentholé sur les tempes. « Oh... vous êtes sûre que ça va ? » Elle évoquait une migraine et Joshua lui lança un regard interrogatif. « C'est censé apaiser la douleur votre lotion ? Vous me direz si ça marche... Mais en attendant, vous feriez sans doute mieux de vous asseoir un peu. » Non pas qu'elle avait l'air prête à s'évanouir mais après tout, Joshua n'était pas pressé. Il voyait des places confortables garnies de coussins, un peu plus loin, ils n'auraient qu'à s'y installer le temps de savourer le thé. Il s'approcha du thermos et remplit deux tasses qui se trouvaient à sa portée avant d'en tendre une à la rouquine. Soudain conscient qu'elle ne pouvait pas voir son geste, il effleura son bras de sa main libre. « Voici votre tasse. » Alors qu'il la lui donnait, il hésita à lui proposer son bras pour l'emmener jusqu'aux sièges. Il poursuivit sur un ton léger. «  Je serais pas contre le fait d'avoir vos conseils en matière de tisanes. Pour le reste, j'avoue que je ne suis pas trop branché sur les choses mystiques, c'est sans doute trop confus et irrationnel pour moi. Les lignes du destin, tout ça...» Il sourit légèrement avant de poursuivre. « Vous avez l'air de connaître ce magasin comme votre poche... Je ne sais pas si c'est maladroit comme proposition, mais si vous avez besoin de mon aide pour rejoindre les sièges, mon bras est à vous. »
       
(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oracle
MESSAGES : 129
AGE DU PERSONNAGE : 23
RACE : Oracle
MÉTIER/ÉTUDE : Gérante de magasin ésotérique

 Esoteric Surgery - Aoife


     

     

     
Joshua & Aoife

     
“Books are a uniquely portable magic.”  

     A en croire les pas précipités se dirigeant vers moi ma vision a été violente, enfin du moins la façon dont je me suis comportée l'a laissé entendre.  Les pas ralentissent comme je me redresse, je me compose un sourire rassurant en me retournant, la douleur est encore là et restera quelques heures mais la perceuse a laissé la place à un cœur qui bat à l'intérieur de mon crâne. C'est pénible, épuisant, douloureux mais supportable.

       

▬ " Oui oui ça va, j'ai hérité des tendances migraineuses de ma grand-mère, on s'y habitue, faute de choix. Et la menthe aide beaucoup oui, la douleur ne disparait pas vraiment mais devient tolérable. "».

Je l'entends servir le thé et accepte la tasse qu'il me donne, le parfum de la boisson monte à mes narines et apaise légèrement les pulsations de mon cerveau à l'intérieur d'un crâne devenu trop étroit. Ces migraines vont en empirant à chaque vision, et aucune vision  ne s'est vraiment révélée utile jusqu'ici. D'autant plus que changer l'avenir a un coût. A quoi bon connaitre le futur si on ne peut le modifier ? Ou si en le modifiant on ne fait qu'aggraver les choses ? Quel pouvoir idiot que celui d'être le témoin de choses immuables et terribles. Ou, pire encore, de choses insignifiantes. Mis à part le fait que cela me permet de "voir", ce qui est toujours un choc pour moi, je peine encore à bien comprendre mes visions à cause de cela, il m'est difficile de lier les stimuli visuels avec des idées, des mots, des sensations que je connais.

     

▬ " Merci. Le feu, l'électricité, les microbes, l'ADN.... Tout cela relevait de la magie ou de l'occulte autrefois. La magie n'est jamais que la science qu'on n'a pas encore comprise disait Arthur Clarke. Les huiles essentielles sont utilisées depuis la nuit des temps et comprises depuis fort peu de temps, et encore, de façon très incomplète. Les pendules, les lignes de la main, l'astrologie, les tarots, les auras.... Tout cela relève encore des contes de fées pour les scientifiques, mais qui sait ce que l'on découvrira dans quelques années.  "».

J'accepte son bras avec un sourire, je n'en ai pas vraiment besoin, mais c'est aimable à lui de proposer, et c'est toujours agréable d'être escortée ainsi jusqu'à un siège. Sans compter que cela me permet d'obtenir d'autres informations à son sujet, les battements de son cœur, la trame du tissu de son costume qui démontre une qualité certaine, son parfum. Tout indique un homme d'affaire, qui réussit. Et de ce que j'ai vu dans ma vision il n'est pas beaucoup plus vieux que moi. Je m'installe tout en le questionnant un peu :

   

▬ " Mais dites-moi, comment un homme aussi jeune est-il arrivé à une position de pouvoir s'il ne croit pas au destin ? Et de quelles tisanes peut-il avoir besoin ? "».


Je souris et déguste une gorgée de thé, lui laissant du temps pour répondre ou s'interroger. Dehors un corbeau croasse au loin, la rue est assez calme, plus encore que d'habitude, les djinns ne sont pas encore de retour mais ne sauraient tarder. Je tente de me détendre, décrispant mes épaules. Il n'y a rien que je puisse faire, et ils ne sont pas dangereux. Pas encore en tout cas. Mais je sais qu'ils ne tarderont pas à revenir, dans ma vision nous n'avions pas fini nos tasses de thé. Encore une vision d'une utilité plus que limitée, pour ne pas dire inexistante. Je savais déjà qu'ils allaient revenir, l'instant exact de leur retour était-il important ? A quoi s'amuse donc le djinns qui m'envoie ces visions ?
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

 Esoteric Surgery - Aoife


       
Flesh bodies mute and blinded, Roaming uncertain, lost, Infected misinformed, Releasing a black enormous insect out from the chest, Archaic form disease. Esoteric surgery a dissection of the soul, Unsuspected precise power on the wounded astral body, projected beam of light. Aoife & Joshua
       

       
Esoteric Surgery

       
Puisque la demoiselle avait l'air d'aller bien, Joshua se contenta d'un sourire poli qu'elle ne pouvait pas voir. Si le parfum de la menthe l'aidait, ce n'était certainement dû qu'à un effet placebo qui découlait de la confiance du malade dans le produit utilisé. C'était pareil pour tous les talismans ou autres objets magiques, la magie en tant que telle n'existait pas. Joshua songeait à tout cela en écoutant la voix au timbre agréable de la vendeuse. A mesure de ses mots, il fut obligé de reconnaître qu'elle ne manquait pas de répartie, ce qui le surprenait agréablement. Peut-être avait-il cette fâcheuse tendance à prendre les gens pour des idiots de prime abord, un réflexe tout à fait inconscient. Mais de ce qu'il en découvrait, les paroles de cette demoiselle n'étaient pas dénuées d'intérêt, tout au contraire, elle démontrait qu'elle ne faisait pas partie de ces naïfs qui gobaient n'importe quelle fable sans la moindre réflexion.

« Vous appréciez les auteurs de science-fiction, vous aussi, comme je vois. Ce n'est pas faux. Je ne me suis jamais penché sur l'étude des huiles essentielles mais le plus important c'est que ça fonctionne pour vous. Concernant la divination, j'ai un peu de mal à imaginer qu'on puisse découvrir une explication scientifique à ce sujet. C'est divertissant, en tous cas.»

Certes, Joshua trouvait amusant de savoir par exemple qu'il était du signe du lion, mais cela n'allait pas plus loin et il n'y croyait pas. Il avait ainsi offert son bras à la jeune aveugle et l'escorta jusqu'aux sièges, sa propre tasse dans sa main libre, pour qu'ils puissent s'y installer confortablement. L'ambiance était très agréable dans cette boutique, il ne pouvait pas prétendre le contraire, son calme et les parfums qui y flottaient ne pouvaient qu'inciter à la détente. Pourtant, à la question de la rousse, Joshua ne put s'empêcher de marquer son étonnement en la dévisageant.

« Une position de pouvoir... Je me demande ce qui vous fait penser ça de moi. Vous l'avez lui dans mon aura ? » Plaisanta-t-il, une lueur de curiosité dans le regard. Elle était aveugle et n'avait pas d'autre indice que sa voix pour le juger. Sans doute avait-il une tonalité d'homme jeune mais cela ne voulait rien dire. Il médita quelques secondes, le temps d'une gorgée de thé – qui se révéla excellent, sa chaleur adoucissant sa gorge – avant de lui répondre. « Je refuse de croire que notre destin est tracé d'avance. Cela voudrait dire que nous ne sommes que des marionnettes qui agissons selon un schéma pré-établi sans aucune possibilité d'en sortir ? Ce serait ridicule. » Le destin, un concept qui paraissait tragique quand on y pensait. Son jumeau et lui avaient été séparés à la naissance. Joshua avait vécu dans une riche demeure avec tout le matériel qu'il souhait et Zachary avait subi les privations, en étant ballotté d'une famille d’accueil à une autre. Qui aurait bien pu prédire cela ?

Il haussa doucement les épaules, son regard se promenant sur le visage de la vendeuse. « J'aime à croire que j'ai mérité ma position par mon travail et mes compétences. En fait, je suis directeur d'une société privée de sécurité. Et je suis encore jeune c'est vrai. » Il sourit, amusé malgré tout qu'elle ait pu deviner ces choses au bout de quelques minutes à peine. « Vous avez l'air très attentive... alors peut-être que vous pourrez deviner de quelles tisanes je pourrais bien avoir besoin. » Dit-il d'un ton badin. « Et à présent que vous connaissez mon métier, vous devinerez peut-être aussi que je ne suis pas rentré dans votre boutique totalement par hasard. » Si elle possédait réellement le don de voyance, peut-être pourrait-elle deviner sa fatigue derrière son assurance, sa peine derrière ses sourires. Le besoin de repos et de chaleur qui lui manquait. Les tisanes ne seraient pas de trop pour combler tout cela. Mais il ne croyait pas en la magie des oracles, cela n'existait pas. Joshua s'offrit une nouvelle gorgée de thé, s'adossant plus confortablement à son siège tout en se plaisant à laisser courir son regard sur la silhouette qui lui faisait face, délicate et gracieuse.

       
(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oracle
MESSAGES : 129
AGE DU PERSONNAGE : 23
RACE : Oracle
MÉTIER/ÉTUDE : Gérante de magasin ésotérique

 Esoteric Surgery - Aoife


     

     

     
Joshua & Aoife

     
“Books are a uniquely portable magic.”  

     J 'écoute ses arguments avec attention. Je peux les comprendre, la notion de destin en général est assez difficile à cerner, au fond chacun d'entre nous a sans doute une définition différente du terme. J'esquisse un sourire lorsqu'il mentionne l'aura, ce n'est pas quelque chose que je perçois, mais je suis sans doute plus attentive que d'autres au ton de la voix et à l'assurance qu'elle dégage, ou non. On exprime, volontairement ou non, tant de chose grâce à une intonation, au choix de ses mots. Sa voix sourit, la plupart du temps, mais je n'ai pas besoin de le voir pour savoir que ses yeux ne sourient pas autant, le sourire de sa voix est forcé, peu naturel. Pas pour s'attirer la sympathie comme certains pourraient le faire, pour sembler aimables, je crois qu'il l'est naturellement. Non je crois qu'il sourit pour se mentir à lui-même autant qu'à moi.

       

▬ " Le destin est une notion complexe, chacun y voit ce qu'il a besoin d'y voir. Pour ma part je crois que certaines choses sont destinées à nous arriver, mais que la façon dont on décide de réagir nous appartient. D'une certaine façon cela concilie les deux notions, destin et libre-arbitre. Je devais naitre aveugle mais c'est la façon dont j'ai vécu ce handicap qui a fait de moi celle que je suis aujourd'hui. La divination peut permettre de savoir ce qui vous arrivera, mais pas la façon dont vous réagirez, cela vous appartient."».

Je déguste une nouvelle gorgée de thé, épicé il réchauffe mon corps transi par la pluie continue. Dehors les Djinns sont de retour, je viens d'en entendre un clamer sa présence d'un cri d'oiseau. Je ne sais pas pourquoi ils prennent toujours cette apparence, un rat ou un chien serait moins étrange par ce temps, mais ils semblent préférer les oiseaux. J'ai lu que c'était pour pouvoir voler, que ça leur rappelait leur forme naturelle, mais je peine à croire qu'une prison de chair et d'os soit moins close lorsqu'elle prend la forme d'un oiseau. J'ai tressailli à ce cri, je repose ma tasse d'un geste un peu brusque et serre mes bras autour de moi comme pour me réchauffer ou me protéger. Mais je me reprends bien vite et retourne à la conversation en cours comme si de rien n'était.

     

▬ " Pour ce qui est de votre position, votre costume de qualité vous trahit, et puis tout en vous respire une certaine forme d'assurance, celle des gens ambitieux qui ont réussi. Votre ton de voix, votre façon de marcher et de vous tenir. Une assurance que vos interlocuteurs doivent toujours remarquer assez rapidement je n'en doute pas, j'ai juste été un peu plus lente que la moyenne. C'en est presque intimidant, enfin, je présume que ça l'est pour nombre de gens.»


Je n'ajoute pas que je devine que ce n'est qu'une façade, une très bonne façade. Quelques hésitations imperceptibles l'ont trahi dès son entrée, ou peut être est-ce sa réaction à la notion de destin, je ne saurais dire exactement. Sans être vraiment capable de lire les auras, il faut bien avouer que je me fie grandement à une forme d'intuition que je ne suis pas toujours capable d'expliquer ou de comprendre.

Je le jauge un instant avant de répondre à sa demande pour les tisanes :

   

▬ " Pour les tisanes.....Je vous recommande la mélisse en soirée pour mieux dormir, l'avoine en journée donne de l'énergie et chasse la mélancolie. Vous pouvez aussi gouter le romarin qui remplace avantageusement le café dit-on, et la fleur d'oranger, idéale contre toute forme d'anxiété. »

Je ne reparle pas de sa société de sécurité, pas encore, mais j'avoue que l'information m'intrigue, il faudra que j'y revienne d'ici peu. Quels services pourrait-il proposer ? Seraient-ils efficaces contre les djinns et les tensions à venir ? Nul besoin d'être oracle pour deviner que les événements à venir ne seront pas des plus joyeux. Et puis quels seront ses tarifs ? Certes la boutique de vraie magie à l'arrière me permet de vivre confortablement mais on ne peut pas dire que je roule sur l'or, je ne suis pas sure du tout de pouvoir me permettre le luxe d'une protection extérieure. Mais cela ne coute rien de se renseigner, après tout.
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

 Esoteric Surgery - Aoife


       
Flesh bodies mute and blinded, Roaming uncertain, lost, Infected misinformed, Releasing a black enormous insect out from the chest, Archaic form disease. Esoteric surgery a dissection of the soul, Unsuspected precise power on the wounded astral body, projected beam of light. Aoife & Joshua
       

       
Esoteric Surgery

       
Non, Joshua ne croyait absolument pas au destin et on ne lui retirerait pas cette certitude ancrée dans son crâne si aisément. Malgré tout, il retirait un certain plaisir de cette discussion, en dépit de son thème si fantasque, parce que la demoiselle qu'il avait en face de lui parvenait à rendre le sujet intéressant. Peut-être était-ce dû au choix de ses mots, à la tonalité de sa voix, à sa beauté qui n'avait rien de vulgaire ou de tape à l’œil comme l'étaient tant d'autres filles qui l'entouraient. Elle s'exprimait de manière simple, souriante, sans chercher à imposer ses idées. Joshua songea que sa cécité lui avait peut-être permis de développer cette modestie naturelle, dont étaient si tristement dépourvues les jolies femmes, la plupart du temps. Bien-sûr, il ne la connaissait pas, mais il appréciait toujours la première impression qui se dessinait en quelques minutes lors d'une nouvelle rencontre, et celle-ci était tout à fait plaisante.

« C'est une façon intéressante de voir les choses. Les événements seraient donc inscrits dans les astres, les lignes de la main ou les cartes... mais nous pourrions y réagir d'une infinité de manière ? Si c'est le cas, j'aurais une question à vous soumettre. Admettons qu'on me prévienne de la venue d'un accident terrible, je serais donc en mesure de l'éviter. Et dans ce cas là, la prédiction serait... fausse. Avouez que c'est tordu. »

Il ajouta ces mots dans un léger sourire taquin, amusé par ce débat, bien qu'au fond de lui, il ne pouvait s'empêcher de dériver vers des pensées plus graves. Que se serait-il passé si un oracle l'avait prévenu de la mort de son père adoptif, aurait-il pu l'empêcher ? Et si on lui avait appris qu'on lui ferait un gosse dans le dos, aurait-il pu s'éloigner de cette fille et éviter cette grossesse non désirée ? Que se serait-il passé s'il avait appris plus tôt l'existence de son frère jumeau, aurait-il pu le rencontrer et se rapprocher de lui avant qu'il ne soit trop tard et qu'ils ne soient plus que des étrangers l'un pour l'autre ? Tout cela était ridicule. Joshua soupira légèrement en buvant une gorgée de ce thé si revigorant.
Au même moment, à l'extérieur du magasin, un oiseau poussa un cri perçant, d'une tonalité assez lugubre. Il vit la vendeuse tressaillir et changer de visage pendant quelques fractions de secondes, comme si elle était soudainement effrayée. Il l'observa avec une certaine perplexité avant qu'elle ne reprenne tranquillement le cours de la conversation et que ces mots, plutôt flatteurs, le fassent sourire légèrement. Sans fausse modestie, il devait bien reconnaître la véracité de cette description, même si personne avant elle ne la lui avait détaillée d'une façon aussi directe. Haussant un sourcil, il hocha la tête doucement.

« Mon but n'était pas de vous intimider, en tous cas. »

Tout en reprenant une gorgée de thé, il écouta la jeune femme lui recommander certaines tisanes en fonction des besoins qu'elle lui devinait et Joshua resta silencieux un petit moment, troublé malgré lui avant d'expulser un léger rire. « C'est toujours le problème des gens ambitieux : le stress. » Et même s'il parvenait à le gérer dans sa vie professionnelle, au niveau personnel, c'était assez catastrophique. Il dévisagea un moment le visage fin de la demoiselle aux yeux toujours voilés de mystère. Qu'elle devine son niveau d’anxiété ainsi que sa fatigue, en généralisant les tourments auxquels tous les jeunes loups ambitieux étaient confrontés, c'était une chose. Par contre, l'évocation de la mélancolie ne put que le toucher, car il était persuadé de réussir à la masquer parfaitement, autant aux autres qu'à lui-même. Néanmoins, il chassa rapidement son trouble. Tout cela n'était rien, juste des tisanes, juste des sachets de plantes séchées qu'elle vendait à des tas de gens, tous les jours. Il reprit, ses lèvres toujours agrémentées d'un mince sourire.

« Tout cela me semble parfait. Vous pourrez me faire un paquet avec ces tisanes, vous m'avez conquis. »

Et c'était la vérité car sa façon d'évoquer ces différentes saveurs était très tentante, tout comme la chaleur et le gout agréable du thé qu'il savourait à l'instant même, profitant de sa charmante compagnie. « Ils auront peut-être moins de charme lorsque je les boirai tout seul, mais je penserai à vous en les découvrant. » Ajouta-t-il, d'un ton plus chaleureux, tout en l'observant, sans se départir d'une certaine curiosité. Elle s'était tendue suite à ce cri d'oiseau, de la même manière que lors de cet accès de migraine. Puisqu'elle lui avait fait part de ses impressions le concernant, il se permit d'en faire de même.

« Est-ce que votre migraine s'apaise un peu ? J'ai eu la sensation que vous étiez crispée, il y a une seconde... Ecoutez, je ne veux pas paraître indiscret ou me mêler de ce qui ne me regarde pas mais, vous m'avez dit que vous étiez seule pour vous occuper de ce magasin. N'importe qui à votre place serait inquiet, surtout avec tout ce qui se passe en ce moment. Sans vouloir m'imposer, j'aimerais vous proposer mon aide. Est ce que cela vous intéresserait ? »

Si elle paraissait avoir une très bonne maîtrise d'elle-même, cette migraine et ce léger sursaut laissaient croire tout de même à une certaine nervosité. Se sentait-elle en danger ? Joshua n'était pas ce genre de commerciaux qui forçait le client, d'autant plus que ce magasin était assez modeste en comparaison des grands hôtels, boite de nuit et autres boutiques de luxe avec lesquelles il travaillait. Mais ce magasin ésotérique et sa vendeuse avaient attisés sa curiosité. Alors, pourquoi pas...
       
(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oracle
MESSAGES : 129
AGE DU PERSONNAGE : 23
RACE : Oracle
MÉTIER/ÉTUDE : Gérante de magasin ésotérique

 Esoteric Surgery - Aoife


     

     

     
Joshua & Aoife

     
“Books are a uniquely portable magic.”  

     L'argument qu'il utilise est un des plus connus, plusieurs réponses existent, de toute façon aucun de nous ne prétend connaitre LA Vérité avec un grand V, la seule et l'unique. Nous tâtonnons, devinons, tentons de comprendre des forces qui, pour l'instant nous dépassent.

       

▬ " A ce sujet il y a plusieurs écoles. Certains pensent que vous pouvez l'éviter, mais qu'il y aura un coût. D'autres pensent que comme Laïos, le père d'Oedipe, vos actions pour éviter la prophétie ne feront que la renforcer. Pour ma part je pense que cela dépend de la force de la prophétie. Je ne suis qu'une cartomancienne, ce que je vois peut être évité, même si on ignore ce qui arrivera à la place, ce n'est pas toujours mieux. L'oracle de Delphes était bien plus puissante, ses prophéties ne pouvaient être évitées, seulement renforcées par vos actions. A dire vrai dans son cas c'est l'existence de la prophétie qui lui donne vie.  "».

Je souris tristement en pensant à la tasse que ma mère  a cassé, ma toute première vision qui s'est réalisée justement parce que je l'avais vue. Et je pense à mon père dont j'ai pu détecter la maladie bien plus tôt mais que je n'ai pas pu sauver. Je me demande si la vie n'aurait pas été plus simple pour lui sans cette vision. Il faut dire que les soins contre le cancer sont agressifs et douloureux, sa fin de vie a été un calvaire même s'il a vécu quelques années de plus. La pointe de nostalgie dans sa voix me pousse à ajouter d'un ton doux :

     

▬ " Pouvoir lire l'avenir n'est pas le don que l'on croit, le modifier a un coût.  Je sais parfois ce qui peut être, mais j'ignore quelles alternatives existent et comment choisir la meilleure. Si dures que soient les circonstances que vous auriez voulu deviner, croyez-moi, les connaitre n'aurait pas arrangé les choses. Je l'ai découvert à mes frais. ".

Je chasse ces pensées sombres d'un léger mouvement de tête et ajoute d'un ton plus léger :


     

▬ " Ce ne sont que des théories et des légendes, bien sur, les différents scientifiques qui se sont penchés sur la question n'ont jamais réussi à établir de règle universelle. Ils s'accordent à dire que certains ont une perception différente du monde, mais cela s'arrête là le plus souvent. Du moins la partie sérieuse et vérifiable de leurs théories.  "».


Je hoche la tête quand il accepte les tisanes et souris pour répondre à ses "excuses" quant à l'intimidation. J'ai tout ce qu'il a choisi en stock dans la réserve et lui préparer sa commande ne sera pas bien long lorsque la conversation sera terminée. Mais ce n'est pas encore le cas, à son tour de m'examiner sous toutes les coutures et de chercher à me comprendre.

   

▬ "La migraine est le prix de la connaissance de l'avenir, elle ne partira pas de sitôt, mais j'ai l'habitude de vivre avec elle, on ne s'entend pas si mal finalement elle et moi.   "».

Je souris, personnaliser la douleur est un bon moyen de ne pas la haïr, de se souvenir de son rôle premier, celui d'alarme. C'est la façon qu'à mon corps de me rappeler que les visions ne sont pas tout à fait naturelles, pas tout à fait saines. Et de me rappeler que modifier l'avenir ne sera ni aisé ni gratuit si je décidais de m'y essayer. Comme une mise en garde permanente. Elle avait un rôle à jouer tout comme moi, simplement j'ignore encore le mien.


J'ignore s'il est magique ou non, je choisis donc mes mots avec soin tandis que j'ajoute, pour répondre à son offre :

 

▬ " Je suis surement plus sensible que la plupart des gens aux tensions qui sont apparues en ville. J'ai l'impression d'être observée. Je ne suis  pas sure que vous puissiez faire grand chose contre cela, même si j'avais les moyens de vous demander de l'aide.   "».

Ce dont je doute quelque peu, on ne devient pas dirigeant d'entreprises à son jeune âge en étant généreux à l'excès, sa compagnie ne fonctionne que si les client paient le prix juste pour leur protection, ce que je comprends tout à fait, après tout c'est un commerce comme un autre, au lieu de vendre des bijoux et des tisanes il vend du temps et de l'énergie voilà tout.
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

 Esoteric Surgery - Aoife


       
Flesh bodies mute and blinded, Roaming uncertain, lost, Infected misinformed, Releasing a black enormous insect out from the chest, Archaic form disease. Esoteric surgery a dissection of the soul, Unsuspected precise power on the wounded astral body, projected beam of light. Aoife & Joshua
       

       
Esoteric Surgery

       
Joshua avait écouté avec attention les réponses de la cartomancienne qui s'exprimait toujours de façon si posée et agréable. Inclinant la tête avec intérêt, il savourait sa tisane tout en méditant sur les  personnages qu'elle citait et qui prouvait l'étendue de sa culture sur le thème. Grand amateur de littérature, il avait eu l'occasion d'étudier la mythologie grecque et ne put qu'approuver ces références. Lorsqu'elle poursuivit, développant sa façon de concevoir les risques des prédictions, il crut ressentir un voile de tristesse l'envelopper, elle aussi. Impression qu'elle lui confirma dans la suite de ses paroles. Visiblement, connaître l'avenir ne l'avait pas aidé dans sa propre vie. Pourtant, elle reprenait d'un ton plus léger qui convainquit Joshua de ne pas s'attarder lui non plus sur ses propres tourments. Il lui rendit son sourire et poursuivit, après une légère hésitation.

« Je suppose que toutes les légendes ont un fond de vérité. »

Et si sa migraine était ce coût à payer en échange de ses dons de voyance, il songea que sa cécité en était peut-être un autre. En tous les cas, ce trouble qui s'était inscrit sur son visage n'était pas anodin. Si Joshua répugnait à croire aux dons de voyance, persuadé que son destin n'appartenait qu'à lui seul, il était bien placé pour savoir que le surnaturel faisait partie du monde et plus particulièrement à Bray. Quand il lui proposa son aide, il ne faisait que la sonder, mais il semblait de plus en plus évident que ce n'était pas d'un service de sécurité "normal" dont elle pourrait avoir besoin. Elle rejetait d'ailleurs son offre, avec la même politesse sereine. Il se dégageait d'elle beaucoup de dignité dans son apparence de fragilité. Nul doute qu'elle ne faisait pas partie de ce genre de personne qui demanderait ouvertement de l'aide. Néanmoins, elle lui confiait ce qui paraissait la déranger depuis le début de la conversation : elle se sentait observée. Et Joshua savait que les forces obscures qui régnaient en ville n'étaient pas visibles par le commun des mortels ce qui laissait présager pas mal de choses. En y songeant, il fronça légèrement les sourcils, envisageant la situation avec plus de sérieux.

« Si vous m'en disiez plus, je pourrais moi-même déterminer si je suis capable de vous aider ou non. Vous avez dit tout à l'heure qu'il était difficile de choisir la meilleure alternative pour éviter un événement. Si vous m'en disiez davantage sur la prémonition qui vous trouble, nous pourrions réfléchir ensemble à la manière de la contourner. Deux esprits valent mieux qu'un pour faire le meilleur choix. Et ce serait un plaisir pour moi de débattre encore avec vous sur les différentes lois qui régissent les prophéties.»

Tout en achevant sa tasse de thé, il l'observa, curieux de savoir si elle se laisserait aller à se confier à lui plus en profondeur. Dans ce contexte de méfiance, il savait qu'il était difficile de poser des mots sur les événements surnaturels qui ébranlaient la ville. Le maintien de l'anonymat des créatures magiques était nécessaire pour leur propre bien, c'était pour cela et pour préserver leur liberté que l'OBCM avait été créée. Et de son coté, Joshua lui-même ne pouvait pas non plus prendre le risque de se dévoiler à une inconnue. Comment pourrait-il justifier qu'il souhaite aider cette demoiselle gratuitement, par simple bonté d'âme ? Il reposa sa tasse avant de poursuivre.

« Je comprend que vous n'ayez pas les moyens de payer des services de sécurité. Mais ça ne nous empêche pas de discuter sur le plan personnel. Vous m'avez l'air fine psychologue. Et moi, je dispose d'un bon réseau. Alors si vous me parlez de vos intuitions, ça pourrait m'aider à repérer les gens louches qui rôdent dans le quartier, c'est toujours bon à savoir dans mon job. De mon coté, je pourrais vous conseiller et vous dire si vous avez des raisons de vous inquiéter. »

Un bon deal ? On verrait ce qu'elle en penserait.
       
(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oracle
MESSAGES : 129
AGE DU PERSONNAGE : 23
RACE : Oracle
MÉTIER/ÉTUDE : Gérante de magasin ésotérique

 Esoteric Surgery - Aoife


     

     

     
Joshua & Aoife

     
“Books are a uniquely portable magic.”  

     Je l'écoute en silence, sa proposition est intéressante, mais pour qu'elle fonctionne encore faudrait-il que j'ai une vision utile, or ces derniers temps à part un vague pressentiment qui n'a rien de surnaturel, je suis plutôt aveugle, enfin davantage que d'habitude disons.


       

▬ " Rien de clair ou de concret je le crains, juste un vague pressentiment, mais trop vague pour que je puisse le situer. Comme une vague sensation de malaise avant d'être réellement malade et de savoir exactement ce qu'on a. Bref je crains que la conversation sur ce sujet ne tourne vite en rond, faute d'informations utiles.  "».

Je hausse les épaules, si ça se trouve je m'en fais pour rien. Je me doute que l'avenir me donnera raison toutefois, Bray est un carrefour pour les créatures magiques et les soucis semble-t-il. Mais je ne peux rien faire tant que je n'ai pas une vision un poil plus utile que le prochain client qui entrera.

     

▬ " Mais si mes talents peuvent vous être utiles n'hésitez pas à demander. Et s'il me venait une idée plus précise de mon souci, je n'oublierais pas de faire appel à vous, si vous me laissez vos coordonnées bien sur. "».

Connaitre l'avenir doit être utile quand on travaille dans la sécurité, il est plus facile de déjouer une attaque si on sait qu'elle doit se produire, non ? Et puis proposer ne coute rien, bien que je ne sois pas totalement sure d'être utile, maitrisant mal mes visions. Mais je progresse un peu, j'en ai de plus en plus quand je "lis les cartes" aux gens. Ou alors je ne maitrise rien mais mon don se développe, je ne saurais dire. Toujours est-il qu'à force la migraine est devenue une compagne du quotidien et que mes visions sans être essentielles ou sans changer de vies sont de plus en plus nombreuses.

     

▬ " Navrée de n'avoir mieux à offrir, la lecture d'avenir n'est pas tout à fait une science exacte, la psychologie non plus, même si je ne m'en sors pas trop mal comme vous l'avez remarqué. Dans l'absolu cela m'intéresse, je crains juste de n'avoir, pour l'instant, rien à vous apporter. Mais cela pourrait changer. "».

Avec toutes les tensions environnantes nul doute que mes visions allaient bien finir par se révéler utiles ou mes pressentiments se vérifier. Je ne pouvais pas être simplement paranoïaque, ce n'était pas vraiment mon genre, plutôt le contraire. Donc cette sensation de malaise avait une cause, que je ne la connaisse pas ne la rendait pas moins réelle, juste plus effrayante.

   

▬ " Je présume qu'avec les tensions actuelles votre commerce est florissant ? Je veux dire... Il y a un tel climat de peur autour de nous que ceux qui en ont les moyens doivent venir demander vos services, non ? Je sais qu'au magasin les gri-gri de protection et les tisanes anti-stress ont de plus en plus de succès depuis quelques temps. "».
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

 Esoteric Surgery - Aoife

Revenir en haut Aller en bas
 
Esoteric Surgery - Aoife
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Archives :: Les écrits-