Un rendez-vous manqué. [PV SHUSHURA]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Humain
Messages : 54
Age du personnage : 27
Race : Humaine lambda
Métier/Etudes : Aide soignante
Je me baladais dans les rues de Bray, faisant du lèche-vitrine avec Emma quand cet homme fort sympathique nous avait abordé, l'air en détresse. J'avais fais ce que je pouvais pour cet étranger un peu perdu parmi nous, je n'étais pas partisane pour les laisser se dépatouiller seul comme le feraient certains de mes cruels compatriotes. Il m'avait remercié chaleureusement, et donné une carte. Il voulait me remercier autour d'un verre ou d'une tasse de thé, je n'avais qu'à l'appeler pour fixer le rendez-vous dans la semaine.

J'avais poliment refusé, mais l'homme m'expliquait qu'il venait d'arriver ici il y a peu, que son pays natale était le Japon, qu'il ne connaissait pas grand chose à nos mœurs mais qu'il était venu pour travailler ici. C'était rare, mais je me doutais à quel point l'intégration devait lui-être alors difficile. Et il me le confirma d'office. Toutefois, même s'il avait un accent fort prononcé et que la prononciation de l'anglais laissait encore à désirer, il avait su se faire comprendre. Il ne voulait pas de rendez-vous galant, et soulagée, je lui avais expliquée que ce n'était pas non plus ce que je recherchais. Je n'étais pas rentrée dans les détails, volontairement.

J'étais rentrée à la maison, avait posé la carte de visite avec les coordonnées de l'homme sur le meuble où je déposais mes clés, puis oublié quelque peu cette histoire, quand plus tard dans la semaine Emma, ma fille, tendit la carte à sa grand-mère en jouant à la marchande. Elle comptait la payer avec. Maman me gardait parfois la puce même quand je n'allais pas travailler, pour que je puisse prendre une heure pour moi-même. Elle avait insisté sur ce point, et je n'avais pas eu mon mot à dire. Pendant ce temps il n'était pas rare que je m'adonne à la lecture, à la danse ou à une sortie quelconque, mais dans ces moments là je ne m'absentais pas plus d'une heure, je ne voulais pas abuser de la gentillesse de ma mère qui veillait sur ma fille déjà bien assez souvent quand j'étais au travail.

Quand je revins de mon escapade à la bibliothèque, là encore elle me convainquit d'appeler l'homme, et c'est comme cela que je me retrouvais à l'attendre, ce samedi soir, dans un pub. Je sais bien qu'elle avait dans la tête de me caser, mais j'avais décidé en mon fort intérieur que c'était fini de m'attacher à d'autres hommes depuis que le mien m'avait quitté il y a trois ans de cela pour une autre. Ce n'est pas que je n'y croyais plus mais je ne voulais pas m'embêter avec une romance. Je n'avais de toute façon pas la tête à ce genre d'histoires, même d'un soir. Alors bien que je sois élégamment vêtue ce soir, je ne comptais pas ramener mon "nouvel ami" ou quelconque autre personne dans mon lit cette nuit.

Je faisais le pied de grue depuis une demie heure, quand je commandais mon premier verre au bar. Je commandais le second, un quart d'heure après, en consultant ma montre. Je patientais, je sais que le traffic peut être encombré, qu'un travail prends du temps, qu'il n'a peut-être pas pu appeler pour me prévenir bien que je lui ai laissé mon numéro. Je lui laissais toutes les excuses possible mais au bout de deux heures d'attente, l'agacement me gagna, et il me fut de plus en plus difficile de lui passer son retard.

-Aide un pauvre touriste... ou immigré... Peu importe, aide les gens et... voilà comment on te le rend... Un lapin... tsss...

Mon ton était plutôt désabusé, et surtout les 6 verres d'alcool que j'avais bien tenu jusque maintenant commençaient à me remonter au cerveau. Je n'étais pas pleine comme une barrique, mais j'en avais assez pour devenir une carpette qui se lamente. Sans prêter la moindre attention à ses voisins ou voisines de comptoirs.

-Bon, j'attends encore 5 minutes et après... Je rentre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphe
Messages : 594
Age du personnage : 39
Race : métamorphe (étalon noir)
Métier/Etudes : sef : sans emploi fixe



UN RENDEZ-VOUS MANQUÉ
morrigan & shura

Une soirée de plus dans ce bar. Il faut dire que Shura l’aimait bien. Il y avait toujours deux-trois petits couillons à venir mordre à l’hameçon quand il s’agit de s’éclater à coup de marijuana. Mais pas ce soir malheureusement, c’était relativement calme d’ailleurs. Sans doute avait-il trop vendu la veille et que ses clients n’avaient pas eu le temps d’écouler leurs stocks en 24h. Tant pis, ça en fera plus pour lui. Il jouait avec son verre, le faisait tourner sur lui-même alors que celui-ci commençait à être vide. Le whisky ballottait au grès de la valse du contenant qu’il menait du bout du doigt tandis que le barman semblait être de mèche avec lui. Il se penchait légèrement en sa direction, sentant bien que l’alcool commençait à le faire piquer du nez. Le secouant un peu en tapotant sur son épaule, le junkie quarantenaire avait relevé soudainement la tête, ouvrant à peine ses yeux. Le vieux manitou de ce taudis lui conseillait de rentrer chez lui, mais le brun hochait la tête négativement. « Non, j’attends quelqu’un ». Ça aurait été bizarre aussi que Shura se donne de la peine en public pour rester éveillé sans bonne raison. Apparemment, un pauvre type aurait besoin de lui pour faire passer des marchandises en dehors de la ville. Bon, sur le moment, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus intéressant. Mais quand il avait vu tous les zéros promis après un cinq sur un chèque, c’était difficile de ne pas refuser.
Le brun s’était alors redressé sur son tabouret, respirant un bon coup et bruyamment. Le mieux pour ne pas s’endormir, c’était de se concentrer sur les alentours en espérant qu’il n’y ait pas une rechute en matière de fatigue. Il regardait autour de lui, constatant –enfin- qu’il n’était pas seul à ce comptoir comme le dernier des poivrots. Du moins, il avait surtout remarqué que cette rousse poireautait depuis trop longtemps en silence pour être très discrète. Sans rien dire, Shura s’était contenté de faire la moue, levant les yeux au ciel. Il ne pouvait pas s’en empêcher, il trouvait ça terriblement ridicule. Comme s’il allait craquer et lui faire un commentaire dans le but d’entamer une conversation pour combler une attente commune … « Tu m’en ressers un, et remets un verre à la rouquine ». Bon ok, question volonté et détermination, il faudra repasser.

Il avait du temps à tuer après tout. Ses râlements lui avaient fait étirer un sourire sarcastique et désuet, faisant l’effort de ne placer aucuns commentaires au sujet de sa complainte. N’étant pas originaire de la ville, il faisait aussi partit de la masse ‘’immigrée’’ dont elle se plaignait de la ponctualité. Un souci de prince charmant ? Il ne se lassera pas de le penser : ridicule. Elle lui avait sûrement donné ce qu’il lui fallait et il avait pris le premier train pour partir de cette ville. Sans mentir, il y songeait de moins en moins. Qui sait ? Peut-être une belle rencontre qui le retenait ici ? Une, car on ne peut pas dire qu’elles se bousculent au portillon. Il n’avait jamais eu autant d’emmerdes que depuis qu’il avait foulé le pavé de Bray. A croire qu’ils se sont tous passés le mot pour crécher ici et former une méga-magouille suffisante pour faire sauter le monde. Shura ne vacillait pas, il flanchait tout juste, bien trop fier pour paraître fier. Même ivre, il avait cette démarche noble, presque intimidante à tel point que son animal totem faisait échos dans son ombre. « Autant rendre les dernières minutes moins chiantes que les deux premières heures, qu’est-ce que t’en dis ? ». En échos à sa proposition, le barman avait déposé le nouveau verre de la  rouquine pour ponctuer l’invitation de Shura. Ce dernier s’était redressé un peu, faisant craquer sa nuque. C’est que sa tête commençait à devenir lourde à force d’attendre le nez rivé sur le comptoir.

Elle avait beau être encore inconnue à ses yeux émeraude, il n’allait pas la vouvoyer pour autant. Il n’aimait pas utiliser le-vous pour s’adresser aux autres. Et quand il le faisait, généralement, c’est par pur volonté de se montrer sarcastique. La seule personne qu’il avait vouvoyé jusqu’ici était son père et son parrain, par preuve de respect cette fois-ci. Mais vu qu’ils n’étaient plus de ce monde dorénavant, difficile de trouver aussi symbolique pour qu’il daigne à se montrer aussi respectueux qu’il l’avait été avec ces deux personnes. « T’attends qui pour grogner autant devant ton verre si ce n’est pas indiscret ? ». Est-ce que la réponse l’intéressait vraiment ? Non, pas du tout même. Chacun ses soucis, Shura en avait déjà suffisamment à gérer pour s’occuper de ceux des autres. Disons plutôt que c’était une question visant à entamer la conversation d’une manière ou d’une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un rendez-vous manqué. [PV SHUSHURA]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les rendez vous de l' Histoire : Koursk
» Dans l’attente d’un rendez-vous officiel
» Gredins, rendez-vous à Craon !
» Rendez-vous journée 9 (du mercredi 29 juin au jeudi 7 juillet)
» Rendez-vous chez le cardiologue | Maël & Micah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Flashback-