Le vice et la luxure font de moi un renégat || feat Castiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Fée
Messages : 457
Age du personnage : 20
Race : Fée
Métier/Etudes : Etudiante en 2eme année d'orfèvrerie

« Ca n’a pas l’air d’être la grande forme Gaya … » soupire Steeve derrière son comptoir. Lani hoche la tête sans sourire, jouant habituellement avec son pendentif. Elle n’a qu’un seul client ce soir, un jeune qui commence à être habitué. Il l’a réservé par téléphone, d’un simple sms, à partir de 1h du matin. Aucune précision quant à son départ. A force de le côtoyer dans cet hôtel, Lani a commencé à la cerner. Il obtient tout, tout de suite. Ce n’est qu’après la 3eme passe qu’elle a remis son visage. Comment ne pas le reconnaitre alors qu’on entend parler de sa famille partout. Même s’il ne lui a pas donné son nom, elle n’est pas assez bête pour passer à côté de cela. Son mariage à fait la 2nde page du journal local et a eu son quart d’heure de gloire à la télévision. La pauvre femme doit avoir des cornes plus longues que celles d’un élan. « Sert moi un verre de Blanc je te prie. Et je vais bien, j’ai juste … mal aux jambes. » Pas la peine de s’étaler, Steeve tirera les conclusions qu’il souhaite. En réalité, Lani a passé la semaine à reprendre un sport qu’elle affectionnait particulièrement enfant : l’équitation. Le centre équestre se situant pas loin de Bray l’a accueillie mercredi pour une première remise en selle, puis aujourd’hui, pour un cours un peu plus vigoureux. Cela faisait 10 ans qu’elle n’avait pas mis les fesses sur un poney, alors un cheval. Bilan des courses, ses jambes lui font mal, elle a du mal à rester assise longtemps, des bleus marquent l’intérieur de ses cuisses et ce soir, elle doit assurer sa prestation de pute de luxe.

L’heure tourne pendant qu’elle sirote son verre. En bonne habituée des lieux, elle observe le bar de l’hôtel se remplir. Des hommes d’affaires, des couples en voyages, quelques autres femmes de joies… L’intendant de l’hôtel gère le business du sexe avec brio, n’incarnant pour autant pas la figure classique du mac attiré par le pognon. Il prend une petite commission, 10%, le reste il le gagne grâce aux clients qui louent les chambres et sont fidélisés. Dans le coin, le bouche à oreille fonctionne pas mal. Parfois il arrive même que des putes soient embauchées par un détective pour piéger des maris infidèles.
Une affaire qui roule en somme.

« Force et robustesse, » assène Lani au barman en quittant son siège. Elle lisse sa robe, vérifie son maquillage et prend la direction de l’ascenseur. Son client apprécie qu’elle soit déjà dans la suite lorsqu’il arrive. Ainsi soit-il. Possédant le pass magnétique, Lani se coule dans la peau de Gaya et pénètre la suite 501 de l’hôtel, située au dernier étage du bâtiment. Passé l’entrée, elle redécouvre avec plaisir le petit salon où trônent seau à champagne, flûtes et amuses bouche. Les canapés sont toujours impeccables. Elle laisse son manteau et son sac sur le siège et rejoint la chambre pour ouvrir la baie-vitrée. Gaya reste un moment sur la terrasse à contempler la vue qu’offre ce sixième étage. Ça ne vaut pas les roof-top de Paris ou New-York mais cela  a son charme. L’agitation sous ses pieds décrit bien un samedi soir dans la capitale Irlandaise. Les jeunes vont au resto, en boite, errent dans les bars, se bourrent la gueule, vomissent, prennent le taxi … Les plus riches la rejoignent. Lasse de ce paysage, la jeune femme rentre et s’avance dans la salle de bain. Baignoire, douche à l’italienne, serviettes en pur coton, tout le confort est là. Elle retire son rouge à lèvre, car il n’y a pas pire que des traces de carmin sur une chemise blanche pour un homme pratiquant l’adultère. Elle détache sa crinière et vérifie une ultime fois son arme favorite. La poudre que contiennent son pendentif et sa bague d’empoisonneuse risque de lui servir ce soir vu l’état de ses jambes.

La porte de la chambre s’ouvre, le bruit des pas d’un homme imprègne la pièce. Gaya referme le couvercle de sa bague et quitte la salle de bain. Elle s’appuie dans l’embrasure de la porte et plante son regard dans celui de son client. « Pile à l’heure, comme toujours. » ronronne Gaya en approchant de son client. Elle lève ses mains et s’empresse de le délester de son manteau, frôlant ses lèvres des siennes. « Laissez l’argent sur la commode. » Même s’il paye et peut prétendre ordonner tout ce qu’il veut, les billets, c’est Gaya qui les récupère à la fin de la soirée.

_________________
Tout conte de fées est issu des profondeurs du sang et de la peur.

(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le vice et la luxure font de moi un renégat || feat Castiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Vice de la Luxure, un personnage bien connus...
» Procès - Vice de procédure
» Les 4 chanteuses qui me font rêver
» Vendanges Vice Versa 2009
» Les jeux Japonais qui vous font envie !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: La mapmonde-