Une bière s'il vous plait !! (Castiel & Hadley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Une bière s'il vous plait !!

« Castiel & Hadley »



Il y a des journées avec et des journées sans, aujourd'hui était très clairement une journée sans. Les yeux encore clos, je pouvais les sentir chaud et rougis par la fièvre. Une douleur aigüe me vrillait les tempes et sans m'en rendre compte, je serrais la mâchoire pour encaisser la douleur. Encore et toujours, elle était là, tapis dans l'ombre, attendant le bon moment pour frapper. Depuis mon accident de voiture et le début de mes visions, elle était ma compagne. Je ne la voulais pas dans ma vie mais visiblement elle ne m'offrait pas vraiment le choix, elle s'imposait, posait ses affaires et s'étalait sans vergogne dans le reste de mon corps. Mes muscles étaient tendus, supportant comme ils le pouvaient la douleur et la fièvre. J'étais épuisée, j'avais encore eu une nuit agitée. Mes visions arrivées pour le moment par flash, sans aucune clarté. Elles étaient soudaines et fugaces, je n'arrivais pas à les suivre, elles allaient trop vite pour moi. Trop de détails, trop d'informations, mon cerveau n'arrivait pas à suivre. Selon ma tante il faut que je sois patiente, que je travaille dessus, afin d'apprendre à les maitriser, mais c'est pour le moment au dessus de mes forces. Elles me fatiguent, survenant jours et nuits, sans crier gare. J'ignore quand elles arrivent, ni combien de temps elles peuvent durer. Ce ne sont que des flashs, visuels et auditifs. Le seul avantage de ces visions, c'est que j'ai la sensation, l'espace de quelques secondes, de retrouver la vue. Mais elles viennent aussi rapidement qu'elles repartent et avant que je n'ai eu le temps de réaliser quoi que ce soit, elles n'étaient qu'un mauvais cauchemar. Je me fais violence pour tendre le bras vers l'endroit où je suppose avoir mon réveil. Je mets quelques instants avant de le trouver, renversant tout ce qui était sur mon chemin. Je frappe dessus, l'appareil m'annonce qu'il est 14h14. Rien que ce geste m'a épuisé, vous imaginer, tendre le bras pour atteindre un objet et je suis déjà épuisée ... cela n'augure rien de bon pour aujourd'hui.

Je ne vis plus au manoir familial, je l'ai quitté récemment pour me mettre en colocation avec Athena, une jeune fée que ma tante connait. Ella n'était pas extrêmement emballée à l'idée de me laisser partir, mais son contrôle total sur ma vie ne pouvait plus durer, elle m'épuisait plus que mes visions. Je soupire, je me redresse lentement et je m'assois au bord de mon lit. Je ferme les yeux, plus par réflexe qu'autre chose. Maddie m'aurait dis que j'avais une tête affreuse, j'en suis persuadée. Maddie est une des employées de ma tante, qu'il ne m'aurait certainement pas laisser dormir aussi tard. Elle se serait invitée dans ma chambre, aurait tirée les rideaux, aurait été horrifié par l'apparence que j'aurais eu et serait allée me chercher un bon bol de soupe, pour me requinquer. Ensuite elle m'aurait choisi des vêtements, selon les directives de ma tante, m'aurait coiffée et maquillée, afin de me rendre regardable. J'aurais été une véritable poupée barbie dans ses mains. Sauf qu'elle n'est pas là et que je suis fatiguée de devoir cacher la vérité aux autres. Oui, j'ai une tête affreuse parce que je dors très mal. Mes visions ne me lâchent pas depuis quelques jours, sans que je ne les comprends pas, alors elles ne servent à rien. Je me lève et d'un pas hésitant, tente de retrouver le chemin jusqu'à la porte de ma chambre. Je me débrouille de mieux en mieux au niveau de la reconnaissance des espaces, en tout cas dans l'appartement et un peu dans le manoir. Je ne fais pas des progrès pharamineux, certes, mais c'est toujours ça de pris. Je me rends dans la salle de bain, je me prends deux murs mais je parviens malgré tout à mon but. Je prends une douche, longue et brulante. Je ressors propre et habillée d'un jean et d'un t-shirt sur lequel j'ai enfilé un pull noir un peu trop grand pour moi. Je ne peux pas me voir mais au vu de mes vêtements, j'ai un peu maigrie. Au vu de mon hygiène de vie, rien de plus normal, mais pour le moment je ne m'inquiète pas.

"Athé ?! ... T'es là ?! " Criais-je en sortant de la salle de bain. Pas un bruit dans l'appartement, visiblement je suis seule. Je me dirige vers la cuisine, lentement mais surement. Aucun faux pas, cette douche m'a un peu réveillé. Je me fais couler un café et prend un cachet pour la tête. Je m'allume une clope que je vais fumer à la fenêtre de ma chambre, armée de mon café. Je prends mon temps, de toute façon ce n'est pas comme si j'avais beaucoup de choses à faire. Je devrais rechercher un travail, pour pouvoir payer moi-même mes factures et être totalement indépendante, mais pour le moment je suis un peu hors service, alors je laisse ma tante gérer tout ça, au fond je suis sûre que ça la rassure le fait que j'ai encore besoin d'elle. La douleur à la tête ne passe pas et je n'ai plus de poussière de fée. Je vais bientôt être en manque et j'ai suffisamment mal actuellement pour en rajouter une couche, alors je décide de me rendre en ville. J'appelle un taxi, que j'attends en bas de l'appartement. "The Drunk Mermaid, merci ! " La direction est donnée, je peux me reposer sur le siège et laisser le chauffeur me conduire au bar de Castiel. J'ai laissé un message à Gabriel pour une nouvelle dose, en attendant sa réponse, je vais boire quelques verres, ça va me faire du bien. L'alcool endort la douleur, non ? Je paie le taxi, et me rends dans le bar, armée de ma canne. Je bouscule quelques chaises qui ne sont pas remises à leur place, les gens n'ont vraiment aucune considération pour les Oracles. Je râle, je m'énerve mais je finis par arriver vers le comptoir où je décide de m'asseoir. "Une bière ... s'il te plait !! " Je sais qu'il y a quelqu'un derrière le bar, j'ignore qui mais je sais que je ne parle pas dans le vide. Je commence soft pour ne pas passer pour une grosse alcoolique, il n'est que 16h après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Humainstaff
Messages : 3792
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice
Une bière s'il vous plait !!

« Castiel & Hadley »



L'eau était claire, le temps paisible. Le soleil brillait, haut, dans le ciel, malgré la fraîcheur matinale. Castiel n'avait jamais été réellement touché par le froid, sans doute une partie de sa particularité de triton qui ressortait. Après tout, il était habitué depuis tout jeune à l'eau glacée du bassin, quand il ne s'agissait pas tout simplement de mers naturelles. Alors tous les jours, avant d'aller travailler, il passait par là, piquait une tête ou deux, se donnait l'impression de se trouver au fond de l'océan, pour en ressortir dans une forme olympique. Du moins c'est ce qu'il aimait à se dire, alors qu'il fallait bien admettre qu'il n'était pas le symbole même du sportif vegan et propre sur lui en toute occasion. Sportif, il l'était. Pour le reste ... Disons qu'il n'avait rien contre le fait de profiter de la vie, même si ça lui faisait risquer toutes les maladies possibles et imaginables. Le sport, c'était une façon de se pardonner lui-même sans doute. Sortant de la piscine d'un bond, se rendant compte de l'heure, il resta un moment exposé en plein soleil, le temps que sa queue s'évanouisse pour faire place à ses jambes. Il n'eut besoin que d'une poignée de minutes, puis se dirigea vers les vestiaires. Ce qu'il aimait avec ces horaires matinaux était qu'il était généralement seul du début à la fin. Non mais qu'il n'aimât pas la compagnie des gens, mais il préférait largement prendre le temps de la réflexion, et la présence de mouvements autres que les siens l'en empêchait. L'avantage qu'il avait sur beaucoup d'autres personnes était sa capacité à se lever tôt sans avoir besoin d'aucun réveil d'aucune sorte. Capacité que beaucoup lui enviaient, le sommeil n'étant pas quelque chose dont il avait besoin en outrance pour se sentir bien. Mais parfois, cette faculté l'handicapait. Comme aujourd'hui, par exemple. Son bar n'ouvrait que deux heures plus tard, c'était plus d'une heure avant que les premiers serveurs n'arrivent pour le tenir.

L'avantage d'être le patron, cependant, était qu'il n'avait pas à attendre comme un con à l'extérieur de l'établissement que quelqu'un daigne ouvrir pour qu'il puisse s'y engouffrer. Dès qu'il fut sec et préparé, il alla donc s'y poser, non sans passer par le Starbucks du refuge pour se prendre un latte. Avec les papiers qu'il avait à remplir et à envoyer, une charmante compagnie telle qu'un café ne se refusait pas. Il avait découvert à ses dépends que diriger un établissement, quel qu'il soit, n'était pas une partie de plaisir chaque jour de la semaine. Sans parler du passage de New-York au Refuge, qui nécessitait son lot de formalités. Il était encore assis à une table, au milieu du bar, lorsque les grilles se soulevèrent pour laisser entrer Tanya, une serveuse qu'il avait recruté quelques semaines auparavant. La saluant d'un geste avant de retourner sur ses comptes, Castiel ne prêta pas attention à l'affairement dont elle faisait preuve, et fut un peu déboussolé lorsqu'il vit les clients commencer à entrer. Jetant un oeil à sa montre, il grogna. Il n'avait pas fait la moitié de ses chiffres et il fallait déjà qu'il supporte le brouhaha des clients autour de lui. Mais ce n'était pas comme s'il n'avait pas l'habitude. Attrapant les papiers qui traînaient autour de lui, le jeune homme alla s'installer sur le comptoir, pour surveiller les faits et gestes de sa barmaid discrètement. Il avait bien un bureau qui lui permettait plus de calme, mais le fait est qu'il tenait à former lui même les nouveaux, surtout si Spencer n'était pas disponible. Elle était la seule en qui il ait suffisamment confiance pour jouer le rôle de second. Pour les autres, ils devaient juste s'assurer que le bar ne s'écroule pas par manque de professionnalisme.

La jeune femme ne tarda cependant pas trop à recevoir un coup de téléphone, qu'il accueillit avec un regard désapprobateur. C'était déjà dommage que plus personne ne puisse se passer de téléphone, il fallait en plus qu'ils répondent sur leur lieu de travail. Il songerait sérieusement à les leur faire déposer dans une boîte à leur arrivée si ça continuait. C'était certainement l'hôpital qui se foutait de la charité, considérant qu'il ne pouvait se séparer du sien, mais pour sa propre défense, les appels qu'il recevait en journée étaient rarement dus à autre chose que le travail. Sortant de ses pérégrinations lorsque Tanya s'approchait de lui d'un air désolé, il se permit de lever un sourcil. " C'était l'école de mon fils, il est malade, il faut à tout prix que j'aille le chercher... J'en aurais pour une heure à tout casser, le temps d'y aller et de l'emmener chez sa nounou. Est-ce que ...  "  Castiel ne chercha  même pas à cacher son agacement, soupirant peut être même un peu exagérément. " Vas y, reviens quand tu peux." Voilà pourquoi il devait arrêter d'engager des mères célibataires. Ouais, c'était connard, mais d'un autre côté, il ne les payait pas pour qu'elles se tirent à l'autre bout de la ville au bout d'une heure. Pourtant, malgré le fait qu'il le pensait, il ne dit rien, alla déposer rapidement ses dossiers dans son bureau pour retourner au comptoir, mais en tant que barman cette fois. " Prends ton après-midi, on s'arrangera plus tard, je vais appeler quelqu'un d'autre pour m'aider au service. Occupe toi de ton fils." S'il ne disait rien, c'était parce qu'il connaissait l'histoire de Tanya. Son mari ayant rejoint les renégats, elle l'a fuit pendant des années avant de trouver le chemin du Refuge. Ils avaient vécu des temps difficiles et il ne voulait pas en rajouter derrière.

Alors qu'il commençait à se rhabituer au bar, il entendit un vacarme quelque peu significatif en face de lui. En général, quand on entendait les chaises se bousculer, on avait soit un mec qui devait arrêter de forcer sur la boisson, soit  un oracle. Le triton secoua la tête, se disant qu'il aurait dû penser à remettre les chaises en place. ça devait être loin d'agréable de se prendre tout le mobilier du monde en arrivant quelque part. Surtout qu'il l'aimait bien, Hadley. Il ne l'avait pas vu souvent, mais c'était le genre de personnes qu'on oubliait pas facilement. Castiel trouvait ça déjà assez admirable d'arriver à se faire à une condition avec d'aussi lourdes conséquences sans être né avec qu'il n'était pas celui qui jugerait les choix de vie de la demoiselle. Puis il fallait l'avouer, elle aidait pas mal son chiffre d'affaire. " Tiens, voilà, c'est devant toi." Joignant le geste à la parole, le jeune homme fit glisser la pinte en face de la brune. Elle semblait en avoir bien besoin. Ce qui était peut être inquiétant à cette heure de l'après midi. " Mauvaise journée?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Une bière s'il vous plait !!

« Castiel & Hadley »



Je suis à l'orée de ma journée alors qu'il est déjà 16h et la première chose à laquelle je pense c'est l'alcool que je vais ingurgiter. Et si ce n'est pas à l'alcool, c'est à la poudre de fée que je vais me glisser dans les narines. Une droguée, une vraie de vraie, pas de chichi, pas de faux semblant, je suis une camée. Je le suis depuis mes 18 ans, je lutte contre mes addictions depuis que j'y ai plongé dedans, ce n'est pas facile et visiblement je suis un cas perdu. Il suffit que je change d'environnement et qu'il m'arrive une tuile et il n'y a plus personne. Je suis un être faible, je suis bien contente que mes parents soient morts, au moins ils ne voient pas l'épave que je suis devenue. Je suis sincèrement désolée pour mes proches de me voir dans cet état là, je n'en suis pas fière mais je n'arrive pas à faire autrement. Je voudrais être différente, je voudrais être plus forte, plus endurante, pouvoir garder la tête haute, mais je n'y arrive pas, aux premiers ennuis venus, je m'effondre. J'ai essayé pourtant, j'ai lutté les premiers mois de ma condition d'Oracle. Je ne voulais pas offrir une image négative à ma tante et mon oncle. Ils m'avaient attendu tant d'années, je ne pouvais pas leur offrir le spectacle désolant d'une créature agonisante. Je devais tenter de leur faire honneur, de prendre la place que mes parents ont laissé derrière eux. Sauf que je ne suis pas eux, je ne l'ai jamais été et je ne le serais jamais. J'ai fini par le comprendre, grâce – ou à cause, au choix – à Gabriel. Il m'a ouvert les yeux, il m'a démontré que je faisais fausse route, il m'a accepté comme je suis, je ne peux que l'en remercier. Certains diront qu'il se sert de moi, mais je ne vois pas trop pourquoi. Je n'ai rien à lui offrir, alors pourquoi se servirait-il de moi ?

" Tiens, voilà, c'est devant toi." Entendis-je quand je demandais une bière. La voix de Castiel venait de résonner à mes oreilles. Je ne le connaissais pas très bien, j'avais vraiment craqué que récemment, mais depuis ma chute dans les abysses de la drogue et de la dépendance, je venais assez régulièrement et j'avais donc eu l'occasion de rencontrer plusieurs fois le patron du bar. J'ignorais à quoi il ressemblait, selon les rumeurs il était plutôt charmant, assez jeune. Moi je lui trouvais une voix agréable et il s'était toujours bien comporté avec moi donc je n'avais rien à lui reprocher. Je lui offris un sourire afin de lui remercier de m'avoir apporté ma commande aussi rapidement. Il aurait pu la faire trainer, après tout je suis aveugle, je ne pourrais pas être sûre qu'il l'aurait fait exprès. Je suis installée au comptoir, c'est plus facile pour moi, au moins je suis sûre d'être servie assez rapidement. A une table, il faut que je lève la main et que j'appelle, au gré du hasard, jusqu'à ce que quelqu'un daigne venir me voir. C'est assez désagréable et presque un poil humiliant, surtout quand j'attends longtemps. Je suis parfaitement consciente que je ne suis pas la seule cliente dans ce bar, mais c'est parfois à se demander s'ils ne le font pas exprès. Je sais qu'avec ce genre de réflexions, je vais finir par devenir parano, mais c'est plus fort que moi. Devenez aveugle et on en reparlera après. " Mauvaise journée?" Je tâtonne délicatement jusqu'à atteindre mon verre. Je sais d'expérience que de vouloir aller trop vite me fais faire des conneries. Combien de verres ai-je renversé en ne prenant pas garde ? Un nombre trop grand pour tenir le compte. Je porte le verre à mes lèvres, j'ai très bien entendu la question mais je m'accorde quelques instants de répits avant de raconter ma vie. Elle n'était ni glorieuse, ni extraordinaire, alors ça ne sert à rien de me précipiter dans les explications. Mauvaise journée ? Oh non, mauvaise vie, oui. Si ça ne s'arrêtait qu'à la journée, ça serait cool, mais j'ai l'impression que c'est ma vie que j'ai foiré en beauté. A croire que tout le monde a eu un manuel pour « Pour vivre bien, vivez heureux. Les douze étapes pour avoir une vie saine et équilibrée » par Mère Nature, sauf moi. Je ne sais pas, je l'ai paumé à ma naissance ou on m'a oublié, allez savoir. J'esquisse un léger sourire, je ne suis certainement pas la plus à plaindre, j'en ai bien conscience alors ne jouons pas inutilement sur la corde sensible. "Nuit difficile je dirais plutôt. " Dis-je dans un premier temps, avant de boire une nouvelle gorgée de ma bière. "Les visions me donnent des migraines et m'empêchent de dormir … Devenez Oracle qu'il disait ... " Dis-je en tentant une légère plaisanterie. Au moins je suis encore capable de faire semblant que ça va, que ma vie n'est pas un véritable champ de mines et que si quiconque souhaitait s'en approcher d'un peu trop près, il exploserait sans aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Une bière s'il vous plait !! (Castiel & Hadley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Un pti' sticker ? S'il vous plait ?
» Explication s'il vous plait ? O_O
» A genoux devant le seigneur Korlash !.. s'il vous plait.
» La carte, s'il vous plait !
» [RP Fermé] S'il vous plait, dessine-moi un Empire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Archives de UL V2 :: Les écrits-