Life is the art of drawing without an eraser - Spencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité




Life is the art of drawing without an eraser

Spencer & Athénaïs

Dans ton sac, tu tires ton carnet de croquis et ta boite de crayon. Quand tu viens dans ce bar, tu ne peux pas t’empêcher de vouloir dessiner. Ici, t’es inspirée, par les gens, par l’ambiance. C’est ici que tu pratiques le mieux ton art. Ton regard parcourt attentivement la pièce. Tu n’attends personne, quand tu viens ici c’est toujours seule, c’est ta façon de t’évader. Un fin sourire naît alors sur tes lèvres quand ton regard se pose sur la barmaid. Tu ne l’as encore jamais vu, sans doutes est-elle nouvelle. Tu prends ton temps pour la détailler. Ses yeux, son regard quand elle est concentrée sur son travail. Ses lèvres qui bougent alors qu’elle donne une commande à un client. Ses mains, ses doigts fins qui s’occupent de nettoyer un verre. Oui tu la dévisages, tu n’as pas honte, tu assumes pleinement pouvoir être attirée par les femmes mais elle, c’est différent, elle dégage quelque chose en plus. Alors dans t’en rendre vraiment compte, ton crayon s’active sur ta feuille de papier vierge. Vierge avant que les premiers coup de crayon noir ne soient donnés. Tu t’appliques, tu ne regardes presque pas ta feuille. Tu veux juste saisir à la perfection les traits de son visage, de son corps derrière le comptoir de ce bar. Ton crayon s’active, une légère grimace déforme tes traits alors que tu te concentres. Lorsque tu dessines, tu es appliquée. Tu veilles à faire les choses bien, bien plus quand c’est pour ton propre plaisir que dans le cadre de ton travail. Pour ce dernier ça reste une obligation là c’est juste pour toi, pour elle, pour prendre du bon temps et oublier. Qui tu es, ce que tu es aussi. Cette… comment t’a-t-on appelé déjà ? Tempestaire. Oui une Tempestaire. Tu ne sais pas trop ce que tu dois comprendre là dedans, juste que tu n’es pas une fille comme les autres. Non, loin de là même et tu dois apprendre à faire avec car si tu sais que tu es différente depuis ton plus jeune âge, c’est devenu bien trop réel depuis que tu as osé entrer dans ce bar il y a plusieurs mois déjà. Avant ça, t’étais juste Athénaïs, la voleuse qui dessine quand elle veut s’échapper de la réalité. Une réalité bien pourri, bien trop souvent. Revenant à toi, tu portes ton regard sur le papier devant toi et un maigre sourire naît sur tes lèvres. Tu as réussir à faire quelque chose de beau avec un modèle en mouvement, pas de plus évident. Tu lui jettes un dernier coup d’oeil et te lève. C’est maintenant ou jamais alors tu prends ton sac, dans lequel tu glisses ta boite de crayon et tu pars t’assoir sur un tabouret au bar. Tu attends qu’elle vienne à toi, tu restes quelqu’un de discrète qui ne va pas s’imposer d’elle-même. « Un verre d’eau avec beaucoup de glace s’il vous plait. » Tu souris à la jeune femme. Elle est proche de toi et ça te permet de saisir un peu mieux les subtilités de son visage et de comparer avec ce que tu as fait. Alors quand tu es sûre de toi, tu poses ton carnet sur le bar et tu lui tends pour qu’elle prenne connaissance de ton oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Athénaïs & Spencer
Fin d’après-midi, le bar n’était pas rempli à craquer mais il l’était suffisamment pour que les conversations, les gens, les rires, les bruits de verre qui s’entrechoquent créent l’atmosphère que Spencer aimait tant. Pendant qu’elle discute avec un client assis au comptoir, ses doigts effectuent les gestes machinaux qu’elle a l’habitude de faire et de refaire à longueur de temps : poser le verre retourné, appuyer pour que l’eau jaillisse, attendre trois secondes, l’essuyer, le ranger, et continuer ainsi de suite. La Tempestaire avait beau être bordélique chez elle, ce qui faisait crisser ses colocataires qui n’aimaient que moyennement retrouver ses affaires un peu partout dans l’appart et qui ne pénétraient même pas dans sa chambre de peur de se prendre une étagère de livres sur la figure, au bar, tout devait être rangé au millimètre près. Elle s’étonnait elle-même.

Spencer adorait les fins de journées comme celle-ci, quand la population du bar est la plus hétéroclite possible. Les gens qui étaient allés faire un tour à New-York rentrent chez eux et s’arrêtent boire un coup, ce qui explique la présence d’une famille dont les enfants ont tous le nez plongé dans leur chocolat chaud, les travailleurs qui viennent se détendre de leur journée de boulot avec une bonne bière, quelques personnes dont la journée n’est pas finie et qui ont installé leur rendez-vous ici, des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes, oui, la population du Refuge était bien représentée. Attentive au moindre détail, la jeune femme regarde constamment la salle pour inscrire les traits des clients, c’est comme ça qu’elle est parvenue aussi vite à reconnaître les habitués et à les rendre plus qu’heureux en les appelant par leur prénom et en leur servant leur boisson préférée avant qu’ils ne la demandent.

Les verres propres et rangés, Spencer jeta un coup d’oeil rapide à la salle et repéra une nouvelle tête au comptoir. Avec un sourire, elle termina la discussion avec l’homme avec lequel elle parlait jusque là et s’avança vers la jeune femme. « Qu’est-ce que je vous sers ? » demanda-t-elle en souriant. Si elle ne se trompait pas, sa cliente était précédemment assise dans la salle, mais comme les commandes se faisaient au comptoir et qu’il n’y avait aucun service, les gens se déplaçaient toujours. Pas le choix, s’ils voulaient boire quelque chose. Notant sa commande, elle s’exécuta, attrapant un verre haut pour le remplir à moitié d’eau, son pouvoir s’amusant à amener l’eau qui coulait jusque dans le verre qu’elle tenait dans la main, et à moitié de glace, espérant qu’il y en aurait assez. Spencer fit glisser le verre jusque vers la jeune femme, un sourire toujours accroché sur ses lèvres. « C'est pas très courant de voir quelqu’un venir ici pour boire de l’eau. » Elle avait l’air gentil, pas du genre à s’imposer puisqu’elle avait attendu que Spencer la voit et ne l’avait pas interpellée pour passer commande.

Attrapant l’argent qu’elle avait fait glisser vers elle, la Aindreis revint avec la monnaie et ne cacha pas sa surprise quand celle qui lui faisait face ouvrit un carnet de dessin sur le comptoir et le lui tendit. Intriguée, elle l’attrapa et reconnut immédiatement la personne délicatement et si bien dessinée sur la feuille. « Ouah… Tu es vraiment douée… » C’était comme si le dessin était animé d’un peu de vie, Spencer se voyait en plein mouvement, souriant à un client tout en travaillant, et elle pouvait presque voir les lignes bouger pour continuer l’histoire. « Et tu fais des portraits vraiment flatteurs. » lâcha-t-elle en riant.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
 
Life is the art of drawing without an eraser - Spencer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» City Life sur Macbook ?
» city life edition 2008
» [Half-Life] Jumping Aera
» Half Life 2 Survivor vers 1 & 2 (Taito Type-X+)
» [Résolu] Ravenous Trap + Capacité dredge (life from the loam)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Archives de UL V2 :: Les écrits-