don't disguise the way you wanna love tonight - Gadreel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Gadreel & Spencer
Le souffle haletant, Spencer se laissa aller contre le comptoir tandis que Gadreel s’éloignait déjà d’elle à la recherche de ses vêtements. Pas de fausses caresses, pas de baisers pour terminer ce moment, elle appréciait à sa juste valeur ce fait. Une petite voix lui soufflait tout de même que cela ne durerait sûrement pas éternellement. Ça ne durait jamais. Au début, les mecs apprécianet la liberté de celle qui avait partagé leur lit, sa façon de foncer sans se poser de question, son manque de pudeur, pas de chichis avec elle. Malheureusement, rares étaient ceux capables de se contenter de ça. Soit elle ne revoyait jamais les types au-delà de la première nuit, une histoire sans lendemain, soit ils remettaient ça, plusieurs fois, et ils finissaient par vouloir plus, forcément. Comme si la possibilité d’enfermer l’oiseau dans une cage dorée leur donnait une véritable motivation. Quand ils voyaient que l’oiseau ne se laissait pas enfermer, et ne se laisserait jamais faire, ils tentaient d’insister. Certains devenaient violents, menaçants, d’autres suppliants, d’autres claquaient juste la porte en l’insultant. Elle devrait peut-être prévenir ceux avec lesquels elle partageait son lit ou le nom de couple : ça n’irait jamais loin dans le futur. Ce n’était que l’histoire de quelques temps, histoire de s’amuser, de profiter. Mais elle ne tomberait pas amoureuse. Sauf qu’elle ne le faisait pas, allez savoir pourquoi.

Pour le moment, elle profita encore quelques secondes de la vague de chaleur qui habitait son corps avant de récupérer à son tour ses vêtements. Elle balança son pantalon dans le couloir pour penser à le récupérer et le mettre au sale plus tard, et enfila simplement son t-shirt et sa culotte. Coinçant une mèche de cheveux derrière son oreille, la brune sortit deux bières du frigo et s’installa sur son canapé, invitant sans un mot Gadreel à faire de même. « Tiens, elle est bien fraîche. » Elle décapsula la sienne et jeta le bouchon dans un coin de la pièce. Même si elle risquait de se faire engueuler par ses colocs à cause du bordel qu’elle foutait. Avalant une gorgée de bière, elle détailla le profil du jeune homme. Ça faisait plusieurs fois qu’ils se voyaient et depuis leur première nuit, Spencer ne pouvait nier qu’elle passait du bon temps avec lui. C’était un bon coup au lit, ils rigolaient bien en-dehors de ça, et du peu qu’elle connaissait de lui pour le moment, elle se trouvait déjà pas mal de points communs avec lui, même s'ils ne parlaient pas vraiment, trop occupés à faire d'autres choses. Bordel, pourquoi les relations devaient-elles toujours être si compliquées ?

Enfin, elle arrêta de penser à ça pour le moment. Ses deux colocs n’étaient pas à l’appart pour l’instant et ne le seraient pas avant un moment, connaissant leur emploi du temps. Ils avaient donc le salon - et le reste de l’appart au besoin - pour eux tous seuls. « On se commanderait pas des pizzas ? J’ai vraiment trop faim. » Le sport, ça creuse. Des quelques fois où ils s’étaient vus, elle avait pu constater qu’il aimait vraiment beaucoup les pizzas. D’ailleurs, la première soirée qu’ils avaient passées ensembles, après que le bar ait fermé, tandis qu’ils marchaient dans les rues pour se rendre chez lui, ils s’étaient arrêtés pour s’acheter des pizzas qu’ils avaient mangées dans un parc, en plein milieu de la nuit. En attendant sa réponse, qu’elle ne doutait pas être positive, elle alla chercher le menu de la pizzeria en bas de chez elle qui livrait à domicile afin de faire son choix.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 196
Age du personnage : 23
Race : Sirène
Métier/Etudes : Charpentière pour l'entreprise familiale de construction de Voilier
Gadreel & Spencer
Ton souffle, haletant, hésitant, la sueur dans ton dos alors que tu t’éloigne d’elle, de son corps nue, alors que tu attrape déjà ton pantalon, l’enfilant aussi rapidement que tu l’avais enlever. T’avais pas envie de t’attarder, pour toi c’était qu’un coup, du bon temps, mais clairement pas plus, t’avais pas envie de t’attacher, pas envie d’aimer, pas alors que t’avais encore le parfum d’une autre dans ta peau, pas alors que t’étais toujours accroché au souvenir du passé. Et puis, Spencer, tu la trouvais jolie, en fait non, tu la trouvais plus que jolie, elle était bien roulée et t’étais toujours prêt à la prendre là où elle le voulait, quand elle le voulait. Parce que t’avais un faible pour les jolies brunes, et encore plus pour celle avec qui c’était aussi facile, sans complication. Mais tu savais aussi que ce serait qu’une question de temps, bientôt, très bientôt, tu le savais, il te faudrait lui parler, lui expliquer que t’avais pas envie d’une relation, que t’étais pas en amour et que ça allait pas changer. Malgré ses espoirs de faire passer le fuckboy qui était en toi en un sage garçon fidèle. Mais non, t’allais pas changé, y’en avait qu’une qui avait ce pouvoir et elle avait disparu depuis un temps maintenant. T’avais envie d’une relation simple, pas de complications, t’avais envie de trouver quelqu’un qui partageait ce sentiment, qui voulait rien d’officiel, que du bon temps, des éclats de rire entre deux baise, mais rien de grandiose, pas de grand amour, pas d’attente, mais ces petites bêtes là, ça s’attachait toujours, malheureusement. Il n’y avait jamais aucun moyen de passer outre, la conversation allait avoir lieu, plus tôt que tard.

Tu l’as regarda un instant, t’avais pas tant de classe Gadreel, on pouvait s’entendre là dessus. Huit ans dans l’armée et une adolescence dans les rues n’avait pas fait de toi un gentleman et loin de là, tu disais les choses comme elles étaient, crues, sans détour, ton humour était un peu dans le même genre. Capucine avait bien réussi à mettre un peu de classe en toi, mais après dix ans, il ne restait plus grand chose de ce qu’elle avait réussi à faire de toi. Et t’étais là, à la regarder, la détaillant du regard, te disant que tu serait probablement prêt pour un deuxième tour si elle en avait envie. Mais elle sortit de la bière du réfrigérateur, t’en donnant une et t’invitant sur le divan près d’elle. Ah non, la bière passerais clairement avant un deuxième tour, fallait bien t’hydrater un peu, non? Et puis, t’avais rien contre passé un peu de temps avec elle, c’était pas dans tes habitudes, t’avais plutôt tendance à baiser et partir vite et loin. Elles avaient moins tendance à s’attacher dans ses cas là, mais avec elle t’avait vite découvert que les rires étaient partagé, que certaines expériences étaient semblables, vous vous ressembliez plus que tu ne le pensais vraiment et c’était agréable d’avoir de la compagnie féminine qui comprenait un peu ton humour. Un rire alors qu’elle te proposait de commander de la pizza, tu pouvais pas dire non à cette chose délicieuse, cette pâte avec ses étages de sauce, de fromage et de viande. “D’la pizza et d’la bière, tu me prends par les sentiments!” Dans une autre vie, un autre monde, peut-être aurais-tu pu voir un avenir avec elle, mais dans cette vie-ci, tu pouvais même pas l’imaginer, tu pouvais même pas voir ta vie avec une autre que celle qui avait volé ton coeur des années auparavant, et même après une décennie t’étais incapable de l’oublier, incapable de passer à autre chose. Alors tu le savais, qu’il n'aurait jamais plus que du sexe et des rires entre vous, que la romance ne se développera jamais, que rien d’autre n’existeras, et ça t'allait, très bien même. Tant que ça restait de même pour elle, tant que ça allais pas plus loin pour elle, t’avais pas envie de gérer la peine d’amour d’une autre fille qui s'était accroché à toi alors que tu l’avais averti que ça ne pourrait pas aller plus loin.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Gadreel & Spencer
C’était con tout de même, qu’elle ne puisse s’en empêcher. Elle aurait pu se rhabiller, lui dire au revoir et refermer la porte derrière lui, ou remettre ça une deuxième fois - parce que très franchement, c’était un vrai plaisir de coucher avec lui et elle aimait vraiment se faire plaisir - et lui dire ciao. Mais non, elle lui avait offert une bière et lui proposait une pizza maintenant qu’ils étaient installés dans le soda. Spencer savait bien à quoi s’en tenir, de son côté, elle se connaissait par coeur et savait très bien qu’elle ne tomberait jamais amoureuse de lui, qu’elle ne voudrait pas d’une relation éternelle, et tout le tintouin. Mais les gars avec qui elle sortait, plus ou moins, ne le savaient pas forcément, et ce genre de comportement, ça entretenait le doute, et c’est ce qui lui créait des problèmes. Pourquoi m’invites-tu à rester si tu ne veux pas plus ? Pourquoi te blottis-tu contre moi ? Et pourquoi pourquoi pourquoi… Incompréhension. Mais ce n’était pas sa faute aussi, elle aimait bien ne pas se contenter de s’envoyer en l’air et de déguerpir. Quoi, une bière ça ne coûtait rien. Une pizza non plus. Est-ce qu’on était obligé de se faire des idées ?

Un petit rire, elle lève sa bière avant d’en boire une gorgée. « Les sentiments, c’est le plus important ! » Et merde, mais pourquoi elle sort des conneries pareilles ? Vraiment, des fois, elle se rend bien compte qu’elle cherche, qu’elle tend le bâton pour se faire battre. Histoire qu’il ne voit pas ses joues rosirent sous l’agacement qu’elle faisait elle-même naître chez elle, la brune se détourna pour attraper son téléphone portable qui se trouvait sur une des tables de chevet accolées au canapé. « Bon moi je prends une napolitaine, et toi ? » La jeune femme haussa un sourcil, attendant la réponse à sa question. Quand Gadreel lui annonça qu’il prendrait une texane, elle composa le numéro qu’elle connaissait par coeur, à force, passa commande, donna son adresse et remercia le type qui allait préparer leur commande.

Un petit silence s’installa pendant qu’ils sirotaient leur bière, chacun perdu dans ses pensées. Spencer hésitait, les mots lui brûlaient les lèvres. Elle avait envie de dire qu’il ne devait pas se méprendre, qu’elle ne serait jamais plus qu’une pote avec laquelle il couchait, une amie tout au plus, mais que jamais ils ne sortiraient ensembles. Elle n’avait pas eu beaucoup de petits amis, des types qui lui donnaient envie d’essayer, mais ça ne marchait jamais, on n’enfermait pas l’oiseau dans une cage et ça ne plaisait jamais. La jeune femme devrait poser les bases directement, mais même les rares fois où elle avait eut le courage de le faire, ça n’avait pas fonctionné, les gars croyaient toujours être celui qui pourrait la faire changer, comme la petite fille sage persuadée de pouvoir faire changer le bad boy. Sauf qu’elle ne changeait pas. Alors elle avait fini par ne plus rien dire et attendre que la catastrophe avance. C’était dommage, elle aurait aimé tomber sur plus de gars avec qui ça se passait bien, avec qui tout était simple et ça se finissait sans problèmes. Sauf que ça ne lui était arrivé que deux fois, et qu’elle n’y croyait plus vraiment.

Alors elle fit ce qu’elle faisait à chaque fois, elle oublia simplement que ça finirait comme ça finissait toujours, et décida de profiter de l’instant présent. Elle passait du bon temps avec Gadreel et c’était sûrement égoïste, mais elle préférait en profiter le plus possible plutôt que de gâcher la chose en mettant les choses au clair. Étendant les jambes devant elle et croisant les pieds sur les genoux de Gadreel - elle était chez elle après tout - elle lui adressa un grand sourire. « Tu veux faire quoi pendant qu’on mange les pizzas ? Regarder un film, papoter… ? »
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 196
Age du personnage : 23
Race : Sirène
Métier/Etudes : Charpentière pour l'entreprise familiale de construction de Voilier
Gadreel & Spencer
Un rire, une gorgée, et une phrase qui te laissa glacé, qui te fit automatiquement te taire, ton corps qui se contracte, qui s’arrête, en suspens. T’allais pas pouvoir ne pas y passer, t’allais devoir avoir la fameuse conversation, t’allais devoir lui parler. Parce que tu ne pouvais pas la laisser s’attacher, tu ne pouvais pas avoir dans les bras une autre fille en larmes, ou une autre folle qui te suivait partout. Habituellement, tu étais bon, tu étais capable de détecter les premiers signes, ceux qui te donnait des frissons dans le dos, t’avais appris il y avait longtemps, t’avais appris de tes erreurs en fait, tu t’étais emmêlé les pinceaux, les pieds dans des histoires plus compliqués que nécessaire quand tu n’étais jamais prêt à plus, quand tu ne voulais jamais vraiment plus. Dès que les sentiments embarquent, dès que l’amour entrait en jeux, le jeu n’en était plus un, le plaisir n’était plus que purement animale, purement satisfaisant. Et pour toi, toi qui n’avait jamais réellement été capable d’aimer, toi qui avait connu l’amour qu’une seule et unique fois, toi qui serais incapable d’en aimer une autre, parce que tu l’avais dans le sang, tu l’avais dans tes veines, même après tant d’années, même après une décennie. T’étais incapable de passer à autre chose, toi, l’homme volage, t’étais incapable de ne plus la voir dans tes rêves, de ne plus imaginer son odeur, son visage, de ne plus la voir à chaque coin de rue. Elle te demandais comment tu voulais ta pizza, et tu répondit vaguement, distraitement, une pizza texane, peu importe, tant que les ingrédients principals y étaient, tu les aimais tous de toute façon, cette addiction que t’avais… Clairement tu pourrais ne manger que ça pour le restant de tes jours et tu serais probablement l’homme le plus heureux de la terre. Une gorgée de ta bière, le goût amer dans ta bouche, tes pensés ailleurs, un instant, alors que tu te demandais vraiment si tu préférais avoir cette conversation avant que la pizza ne débarque ou après. Il y avait des chances que tu ne puissent même pas toucher à une pointe si tu le faisais avant, et t’avais clairement envie d’avoir une pointe de cette orgasme alimentaire dans ta bouche.

Et puis, elle s’installa, ses pieds étendu devant elle, sur tes genoux, te demandant ce que tu avais envie de faire. Tu te figea complètement. Fuck. T’allais pas l’avoir ta pizza finalement, désolé de te le dire. Tu déposa ta bière près de toi, pris ses pieds entre tes mains et les déposant à côté de toi avant de te tourner vers elle. “Écoute fille. Je sais qu’on as du plaisir ensemble et tout, mais je n’ai pas de sentiments pour toi et je n’en aurais jamais. Je ne sais pas ce que tu recherche avec tout ça, mais ça ne seras jamais, mais jamais rien d’autre...” Tu soupira, incertain de comment continuer. Tu avais l’habitude pourtant, de faire ce genre de discours, de long en large, sans aucun problème, t’étais direct, tu mettais directement les points sur les i, tu ne laissais rien à l’interprétation, mais cette fois-ci tu ne savais absolument pas comment t’y prendre parce que t’avais vraiment eu l’impression qu’elle était sur la même longueur d’onde que toi. Elle n’avait jamais prolongé le contact non-nécessaire après l’acte, elle n’avait jamais parlé de sentiments, jamais agit d’une manière ambivalente, jusqu’à aujourd’hui. Et sérieusement, t’avais vraiment eu l’impression d’avoir trouvé la compagne temporaire idéale, celle avec qui tu pouvais rire mais qui n'allait jamais plus loin, tu détestais avoir à mettre un terme à tout ça. Surtout avant que la pizza n’arrive.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
don't disguise the way you wanna love tonight - Gadreel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shooting Love 2007 (Naomi) Exzeal & Shmups Skill Test
» Jim carrey (What is love)
» I know I can be what I wanna be
» love and hate
» [Vidéo] E.L.A. in Love at First Byte à voir absolument !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Archives de UL V2 :: Les écrits-