Morrigan [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Morrigan N. MacGuire

   
« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. »

   

Nom + MacGuire
   Prénom(s) + Morrigan, Nymeria
   Âge + 30
   Lieu et date de naissance + Bray, Irlande, le 11 janvier 1987
   Orientation sexuelle + Hétérosexuelle.
   Situation mamritale + Veuve
   Métier ou études + Sage femme.
   Situation financière + Normale à aisée.
   Race + Métamorphe Renarde
   Membre d'un conseil ? + []oui [XX]non (Conseil et sous-conseils ; si oui, n'oubliez pas de détailler dans votre fiche)

détails

   
+ Sous sa forme humaine, la vue de la viande lui provoque un certain dégoût, elle est donc incapable d'en manger, mais quand elle se transforme en renarde, sa nature reprend le dessus, et elle se rattrape en tuant parfois plus que nécessaire. C'est presque une faim incontrôlable.   + La nuit, elle dort toujours en t-shirt long, comme lorsqu'elle était enfant.  + Elle a un penchant prononcé pour la chasse quand elle est sous sa forme animale. + Certains épisodes de sa vie lui reviennent parfois comme des flashbacks mais en rêves. + Elle peut boire des litres et des litres d'alcool avant d'être complètement saoule.+ Elle adore se promener dans la nature, mais aussi dans la rue. + Quand elle est seule, il n'est pas rare qu'elle se balade nue quand elle est chez elle. + Elle rêve de changer de vie, de faire ses preuves à Broadway, mais elle ne peut se lancer dans une véritable carrière parce qu'elle a la frousse du changement. + Elle est assez maniaque au travail mais très bordélique une fois rentrée chez elle.+ Elle adore le refuge, s'y sent comme à la maison, mais parfois, elle aimerait bien faire un petit tour "dehors" sans que cela ne prête à conséquences. + Elle recherche son frère depuis qu'il a quitté la maison, quand elle avait 16 ans. Elle a quelque chose à se faire pardonner.   
caractère

   
Il paraîtrait qu'avant de rentrer dans cette voiture, j'étais la gentillesse et la joie de vivre incarnée comme si j'avais des choses à rattraper. Il paraîtrait que j'étais une bonne chasseresse, très rusée, un brin malicieuse, quand je me transformais. Il paraîtrait que j'étais sans tâches. Depuis mon réveil, on m'enjoint de reprendre cette vie qu'était la mienne en me récitant cet adage qui ne veut plus rien dire pour moi." Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" . Je ne me sens pas plus forte, je me sens déchirée, en milliers de morceaux. J'ai cette sensation d'être torturée constamment; qu'on m'enfonce des bouts de verre dans la poitrine chaque fois qu'on parle de la mort mon mari. Je me sens coupable. J'ai appris que j'étais au volant, quand c'est arrivé. Je ne suis pas la responsable de l'accident, mais c'est arrivé. Alors je me sens responsable de la mort d'une des rares personnes dont je me souviens après ma période de coma. Certaines choses sont revenues à la surface, mes sentiments pour lui, et l'avoir perdu est si douloureux... Même après deux ans. Je suis triste, déprimée, et en plus de cela, je me sens comme handicapée. Avec mes souvenirs, j'ai perdu une part de mon identité mais aussi ma capacité à me transformer. Je ne suis pas amputée, mais c'est tout comme. A côté de cela, la page de journal de mon frère ne m'aide pas à apaiser ce sentiment. On me dit forte, parce que je lutte pour réapprendre à vivre, mais je ne vois pas en quoi c'est être fort, et courageux, je n'ai juste pas le choix. Je me déçois, j'ai honte de moi, je ne suis pas un exemple pour notre clan. Je tiens bon, pourtant, sans doute parce queje suis bien entourée, sans doute parce que j'ai été sociable dans ma vie antérieure. J'ai cette impression d'être une personne et une autre à la fois. Je suis confuse. Je fais pourtant semblant, d'aller mieux, de jours en jours, car je n'aime pas qu'on s'inquiète pour moi. Est-ce que parce qu'une partie de ma mémoire est partie, ma personnalité s'est elle aussi fait la tangente? Je ne pense pas. Mais il m'est très difficile de me décrire moi-même. Pardonnez moi ce cynisme, mais il semblerait que toute cette histoire face de moi un fruit parfait de la société actuelle... Je suis juste l'image de ce que les autres renvoient de moi. Mais est-ce que je me sens fidèle à cette image? Pas pour l'instant. Je me laisse pourtant déterminer par les autres, je me raccroche à cette bouée de sauvetage, à cette manière dont ils me qualifient, me déterminent, parce que je n'ai que cela pour continuer à exister. Pourtant, parfois, quand tout va mal, je me surprends à sourire, ma mélancolie s'enfuit, quand Marlon passe et qu'on discute ensemble. Je suis d'ordinaire assez agitée mais sa présence me pose et m'apaise. Pourtant, je sens bien que cette colère latente qui gronde en moi ne demande qu'à sortir. J'en veux un peu à la terre entière, pour ce qui m'arrive, et malgré tout cela, j'ai parfois des sautes d'humeurs, comme des envies d'étrangler quelqu'un. Ce ne sont que des impulsions, je reste assez pacifique, en temps normal. Là encore, on dit de moi que j'étais ainsi, et très amicale,mais je n'aime pas ce que je découvre de moi jour après jours. Si la lettre de mon frère est vrai, j'ai cette sensation d'avoir aussi été une petite manipulatrice, quand on y pense. Une lâche, égoïste... Et c'est un peu comme cela que je me sens. Je suis à bout de souffle, à fleur de peau. Je suis parfois agressive, comme constamment sur les nerfs. Pourtant, au travail ces caractéristiques ne ressortent pas. Je sais rester zen, patiente, professionnelle et j'arrive à me dominer. C'est peut être à cause de cette volonté de donner le change... Qui suis-je, enfin de compte, si ce n'est une enfant perdue dans un monde glacé.  

   
Histoire

   
   
Je tenais ce papier entre mes mains, et je pleurais et pleurais. Je devais avoir relu ce passage au moins des centaines de fois. L'émotion de recouvrer une partie de ma vie et d'enfin comprendre une partie des rêves traumatisants que je faisais depuis deux ans, suite à mon accident, sous forme de flashback, se mêlait à la tristesse et au sentiment de culpabilité qui me prenait à la gorge,  ainsi que l'idée d'avoir causé ce tort à une personne de mon sang, et d'en apprendre un peu sur cette personne. Finalement, on m'avait procuré cette page, une vieille connaissance à lui, sans doute. Je l'avais retrouvée déchirée, glissée dans ma boîte aux lettres, assez négligemment. Au début j'avais failli la jeter, pensant à un canular, et je m'étais pourtant résignée à la lire.  

"Salut, moi c'est Jaime, je suis née en Irlande, à Bray, et je crois qu'il est important que je couche ces mots sur le papier. C'est pas vraiment mon genre, d'écrire dans un journal, mais si jamais un jour je venais à disparaître, je voulais que Morrigan sache que je veille encore sur elle, que je l'ai toujours fait et que je continuerai jusqu'à mon dernier souffle. Mes jours sont désormais comptés, je sens que je me fais vieux, et que la maladie ne me laissera plus beaucoup de répit, à moins qu'un miracle ne se produise. Les médecins sont formels d'ici deux ans, tout au plus, ce serait fini. Ma nature de métamorphe ne me tient pas à l'abri de certaines maladies.

Morrigan, c'est qui? Une petite fille qui naquit en Irlande, comme moi, à l'ancienne, dans le lit conjugal de mes parents le 11 janvier 1987, maman avait insisté pour que cela se passe ainsi. J'étais assez âgé pour comprendre ce qui se produisait, j'avais exactement six ans depuis quelques mois quand elle est venue compléter la petite famille. Papa et maman s'étaient battues pour me donner une petite sœur, ils avaient beaucoup souffert. Et cette nuit là, maman aussi avait beaucoup souffert. L'accouchement ne s'était pas déroulé à la perfection, mais après de nombreux cris, de sang et de larmes, je pus serrer cette petite chose rousse, toute propre, et le nez un peu retroussée fraîchement nettoyée et enveloppée dans un linge chaud:

"Ne la fais pas tomber trésor...
-Oui maman... Pourquoi elle a déjà plein de poils sur la tête? Sur les livres que j'ai lu avec papa...
-Parfois c'est ainsi, les bébés naissent avec des cheveux, ils n'arrivent pas tous chauves...
-Et moi maman? Je suis arrivé comme ça?
-Non... Toi tu étais comme dans les livres..."

Je me souviens encore de cet instant, elle dormait paisiblement, et je savais déjà que j'avais grande envie de la protéger. D'ailleurs, nous grandissions en étant très fusionnels, faisant les 400 coups ensemble. Cela a été dur à chaque changement d'école, et de ne pas pouvoir la protéger quand elle était en classe. Mais j'avais toujours fait en sorte que des amis plus jeunes viennent me raconter ce qui se passait. Même de loin, je veillais sur elle. Même aujourd'hui, je veille encore sur elle.

Brillante, elle avait toujours été brillante, responsable et réfléchie. Du moins, jusqu'à l'adolescence, jusqu'à sa première transformation, qu'elle vécut très mal. Cela a du se produire quand elle avait 14 ans, je ne sais plus très bien. Je sais juste que malgré mes efforts pour la raisonner, elle fit bêtises sur bêtises, comme si cela allait changer le fait qu'elle se transformerait en renarde sous le coup des émotions. Elle le savait pourtant, on ne lui avait jamais caché sa nature, notre nature. Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs, parce qu'elle avait passé son temps à le nier. Il n'y avait pas de quoi avoir honte. Mais non, mademoiselle aurait préféré se transformer en louve, ou en tigresse, des animaux plus "nobles" selon elle.

C'est après avoir mené ma petite enquête que je compris mieux me sens de ses paroles. Ses fréquentations... Elle traînait avec un groupe de filles peu recommandables, dont l'une était une métamorphe hyène. A partir de cet instant, Morrigan n'en fit qu'à sa tête. Ces nanas lui bourraient littéralement le crâne, en plus de la faire boire comme un trou. Un soir, elles l'entraînèrent dans une petite ruelle pour fumer des substances pas très recommandées. Elle fit un tel boucan d'enfer en rentrant que je fus instantanément réveillé. Heureusement, les parents étaient partis pour leur anniversaire de mariage et je la pris en charge. Avec un peu de chance, ils n'en sauraient rien. Finalement, avec le recul, ce n'était pas une si bonne chose de la couvrir à chaque fois auprès de mes parents... Mais j'étais faible, je le suis toujours, j'éprouvais encore et toujours ce besoin de la protéger. Et elle le savait, et elle en profitait. Je jouais aussi son jeu, car je ne voulais pas que mes parents si conservateurs et stricts, apprennent ce qu'était devenue ma soeur. Qu'ils découvrent le pot aux roses, tout ce qu'on leur avait caché depuis deux ans.

"Qu'est-ce que tu as encore fait?! Pourquoi tes vêtements sont tâchés de sang? Que... Tes yeux...! Tu as fumé?"

Je me souviens l'avoir passée au crible. Elle s'était montrée docile, quand je lui retirais ses vêtements pour les passer à la machine, quand j'avais inspecté ses bras couverts de traces de piqûres et que je l'avais fais passer sous la douche. C'était une chose de la nettoyer quand elle avait trois ans, avec l'aide de maman pour superviser la baignade, mais devoir faire ainsi alors qu'elle devenait clairement femme de jours en jours, cela était déroutant. J'ai fais abstraction, et l'ai couchée dans son lit, puis allait faire un tour pour brûler ses vêtements. Je ne savais pas ce qui c'était passé, et je n'étais pas sûr de vouloir le savoir. Pourtant, le lendemain, quand on déclara la mort d'un de ses camarades de classe dans d'atroces circonstances, je vis Morrigan paniquée. Shootée comme elle l'était, elle ne pouvait se souvenir de rien, non?

-J'ai des flashs de la nuit dernière... Je ne sais pas... Il était venu nous rejoindre... Scott le coincé... Puis y'avait ce couteau, ce sang... Je me souviens de tout ce sang... C'est horrible... Je sais même pas comment ça c'est produit... Je crois que je l'ai...

J'étais désemparée de la voir aussi agitée... De la voir remuer dans tous les sens, de commencer à se frapper la tête contre l'armoire de la salle de bain, de se prendre la tête entre les mains, on aurait dit une vraie folle, et son visage baigné de larmes... Je ne pouvais que la couvrir, non? A l'époque, et jusqu'à à peine quelques jours auparavant, je pensais qu'elle l'avait fait qu'elle avait tué ce garçon... Jusqu'à ce que mon avocat vienne me voir en prison pour m'annoncer qu'ils avaient du nouveau sur l'affaire, qu'une personne c'était désignée coupable, que je pouvais recouvrer la liberté après 14 ans de prison.

Oui, parce que je suis parti de la maison, quand j'ai appris tout cela. Je me suis accusé moi-même de ce meurtre, auprès des parents, pour la protéger elle. Mes parents voulaient que j'aille me dénoncer, mais bien que je veuille protéger ma soeur, lui éviter la prison, cela ne voulait pas dire que je n'étais pas effrayé pour autant à l'idée de rencontrer l'univers carcéral. J'étais encore jeune. Je disparus un moment, fuyant la maison familiale, avant de me rendre aux autorités, de peur que l'enquête ne finisse par se tourner vers ma soeur, de peur qu'elle se dénonce elle-même. J'avais conscience qu'à nous deux, nous entachions la réputation du refuge,mais il fallait que cela cesse. Je pris juste deux trois mesures préventives pour qu'on surveille ma soeur à ma place.

Et aujourd'hui encore je ne lui en veux pas. Je suis fière d'elle, de ce qu'elle a accomplit, depuis ce qui s'est passé. Aujourd'hui encore plus, maintenant que je sais qu'elle s'était trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment, à l'époque. Elle a grandit, abandonné ses mauvaises fréquentations, pour se racheter, sans doute. Je l'ai vu faire des études poussées, et à ce qu'on m'a dit, c'est devenue une sage femme très douée et vouée à sa cause. Dommage qu'elle ait perdu son mari en cours de route. C'était un peu pour cela qu'elle s'est mariée avec, et qu'elle s'est installée à New-York avec lui, dans un nouveau refuge. Deux ans de mariage, et il a fallu que tout tombe à l'eau. Après un regrettable accident de voiture. J'espère que cela ne la fera pas replonger dans ses addictions.

Je lui fais confiance, elle a de la ressource. Elle continue ses cours de chants, oui, oui, je suis encore sa vie de loin, après 14 ans de détention. Elle est sans doute triste maintenant, mais elle saura retomber sur ses pattes. Quoi que... Je ne sais pas exactement ce dont une personne amnésique est sensée se souvenir, après un coma de six mois. Est-ce qu'elle sait d'ailleurs qui je suis, si j'existe? C'est un peu pour ça que j'aimerais que mon journal lui tombe entre les doigts pour qu'elle en apprenne un peu sur sa vie. J'aurais pu lui envoyer une lettre, cela aurait été sans doute plus commode... Mais j'ai préféré lui déposer dans sa boîte aux lettres, je ne veux pas qu'on me retrouve, qu'elle me recherche. Si d'aventure elle se souvient de moi, je ne crois pas qu'elle apprécierait de se trouver face à l'être décharné que je suis devenu. "

Je ne reconnaissais pas dans cette description de moi, de cette personne qui avait joué avec la vie d'autres personnes, cette menteuse, qui manquait de courage pour faire face à ses propres responsabilités. Il s'était laissé accusé à ma place, et je n'avais rien dit, et même si je n'étais pas la meurtrière, comme il le révélait dans cette lettre, qu'étais-je pourtant devenue. J'avais refait ma vie, sans état d'âme, je m'étais même mariée. C'est l'une des rares choses que je savais de ma vie d'antan, grâce à ces amis que je m'étais faite en arrivant à New-York. Apparemment, cela n'avait pas été facile mais j'avais réussi à me lier à des gens, d'après les témoignages. Comment ais-je pu vivre ainsi... Et ... Et est-ce que ce papier est authentique? Pourquoi ne m'aurait-on pas dit que j'avais un frère, que j'avais commis de telles choses? On m'avait dit, à mon réveil que je venais d'Irlande, on m'avait retracé les grandes lignes de ma vie depuis que j'étais arrivée ici, ce que j'aimais faire, mes passions, mes ambitions, que mes parents étaient morts deux ans avant mon mariage, qu'ils n'avaient pas connus mon époux, que j'étais arrivée avec lui, qu'il était aisé, et qu'il ma laissé un petit pactole dans un testament. Jusque là, j'ignore encore tout un pan de ma vie...

Je posais le papier sur la table de la cuisine, et quittais la chaise sur laquelle j'étais en train de me morfondre depuis une bonne heure. J'accusais simplement le coup, mais une chose était sûre, je devais en apprendre davantage sur tout ça. Et il ne me restait que mon frère pour en arriver là. Et mes flashbacks. Il fallait que je retrouve ce dernier membre de ma famille. Je me sentais handicapée depuis trop longtemps et j’espérais grâce à lui qu'un déclic se produise, car bien que je sache que j'étais une métamorphe, cela faisait tout de même depuis l'accident que je n'arrivais plus à me métamorphoser.

Je composais alors le numéro d'une de mes connaissances:

"Allo Marlon... Est-ce que tu crois que tu pourrais venir... J'ai besoin d'aide..."

Encore une fois, je n'étais pas bien dans ma peau, et maintenant que j'avais appris l’existence d'un tueur en série, je commençais à me poser de sacrées questions, à cause de cette lettre. Est-ce que je souffrirais de troubles de personnalité? Et si c'était moi qui tuait ces gens?
   

   
Codes pour le staff

   

   
Code:
<pris>Debora Ann Woll</pris> ► Morrigan N. MacGuire

   
Code:
<pris>Morrigan N. MacGuire</pris> ► Renarde
   

   
Salut salut ! Moi c'est Nynymeria et je débarque du haut de mes 32 ans. J'aime les grenouilles, je déteste la pluie qui mouille et on me dit souvent que je suis trop bavarde. On me verra dans les parages 1 fois par semaine.. Je suis fier(e) de dire que j'ai découvert le forum grâce à facebook et d'ailleurs je le trouve que cette refonte du fofo est pas mal même si je vais avoir un peu de mal à m'y faire et que je flippe sa race. Je suis un inventé et puis je tenais à terminer en vous disant que c'est la fêteee!!!! !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1350
Age du personnage : 38
Race : Fée
Métier/Etudes : Assistant social
Morriiigaaaan :D !!
Re-Bienvenuuuue sweety
Bon courage pour ta fiche :D !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 394
Age du personnage : 20
Race : Fée
Re bienvenue ma belle :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chasseurstaff
Messages : 887
Race : Chasseuse
Morrigan
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Merci, vous êtes adorables. Je pense que je vais d'ores et déjà vous demander un délai pour la fiche car je ne pourrai pas faire ça avant jeudi, ou ce week end.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chasseurstaff
Messages : 887
Race : Chasseuse
Pas de soucis pour le délai, tu as jusqu'au 10 mars pour finir ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tempestairestaff
Messages : 1443
Age du personnage : 25
Race : Tempestaire d'eau douce
Métier/Etudes : Co-gérante dans une galerie d'art et petite trafiquante en tout genre. "Demandez, j'ai" est ma devise !
Re-bienvenue parmi nous ma belle

_________________
I'm lost in my head
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 155
Race : Méta' Ours Brun
Métier/Etudes : Mécanicien
Re-bienvenue Officiellement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphestaff
Messages : 1830
Age du personnage : 25
Race : Métamorphe (louve)
Métier/Etudes : Était externe en chirurgie mais occupe actuellement un petit boulot de secrétaire
Coucou Je viens aux nouvelles vu que malgré le délai tu n'as toujours pas terminé ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Bonjour.

Désolée je voulais passer prévenir en plus hier et j'ai carrément pas pu. On a eut pas mal de prépa pour un événement qui s'est déroulé aujourd'hui, et je n'ai pas eu la possibilité de passer. Est-ce que je peux encore tirer sur la corde puisque maintenant tout ça va se tasser, please, et juste demander du temps jusqu'à demain soir ou lundi soir?

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Morrigan [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» En combien de temp l'avez vous terminé ?
» Période d'essai terminée : Gray
» [Terminé] Event # 27 - Nightmare Castle - Astuces
» [MORRIGAN]
» Lily Evans [Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Archives de UL V2 :: Les présentations et anciens scénarios-