Je suis sous ton balcon ! {Jan+Nigel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 341
Age du personnage : 37
Race : Tempestaire d'orage
Métier/Etudes : Fleuriste
Je suis sous, sous, sous...
... sous ton balcon ! Comme Roméo, oh oh ! ••• Cette soirée avait définitivement ouvert une faille dans l'espace-temps. Quel était le pourcentage de chances pour que ce journaliste particulièrement malaisant soit aussi invité ? Pourquoi tu avais été invité, toi, d'ailleurs ? Le petit journaliste te tenait la jambe, il parlait trop, il semblait imbibé. Tu est resté poli, mais tu t'es éclipsé dès que tu as vu une ouverture. De toute façon l'ambiance ne te plaisait qu'à moitié, puis l'hôte ne remarquerait même pas ton absence. C'était quel genre d'idée de se rendre à une soirée à pieds ? Tu n'avais même plus froid. Tu as probablement eu peur de ne pas pouvoir conduire après, tu as préféré combattre le mal par le mal. De toute façon, tu n'aurais pas réussi à te garer.
Il faisait bon vivre à West End. Seulement, à pieds, la nuit, il y est facile de se perdre. Tes écouteurs dans les oreilles, la musique à fond, tes paupières encore alourdies par l'alcool, tes pas foulaient les petits chemins de gravier. Tu passais devant des bouts de maison, devant des bouts de lac. Heureusement, tu t'es rendu compte à temps que tu étais parti dans la mauvaise direction. Une fois sur le bon chemin il ne te fallut pas plus de temps pour arriver jusqu'à chez toi.

Tu as passé la porte, bu un grand verre d'eau, attrapé un allume gaz et grimpé à l'étage en prenant garde à ne pas réveiller ton chien. Un fois là haut tu enlevas ton pull et retournas ta chambre à la recherche d'un paquet de cigarettes. Tu savais qu'il était là, quelque part, tu utilisais ton ivresse comme excuse pour fumer. Dès demain tu ira courir, c'est ce que tu te répétais pour te donner bonne conscience. Tu as balancé ton téléphone sur ton matelas, tu t'es accoudé au rebord de ta fenêtre ouverte pour allumer ta clope. Tu aurais aimé profiter du silence de la nuit mais tu avais des acouphènes, comme après chaque soirée. Enfin, au moins tu pouvais apprécier le calme ambiant.
Ton regard absent papillonnait d'un arbre au sol à un autre arbre au p'tit journaliste. Merde. Tu plisses les yeux histoire d'être sûr. Il a vu que tu l'as vu. Tu te retournes. Mauvaise idée, en plus tu ne veux pas fumer à l'intérieur pour Perceval. Tu te tournes encore, le nez vers les nuages, l'air de rien. Faut croire que New York ça t'a donné le goût du risque.  
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Je suis sous, sous, sous...
... sous ton balcon ! Comme Roméo, oh oh ! •••  C'était un jour à marquer d'une pierre blanche, Jan avait osé boire un verre. Un verre d'alcool. Pourquoi avait il osé faire ça, même ? Pas compliqué, il s'était dit que ça pourrait peut-être lui donner un peu de courage. Comme s'il en avait besoin ! Eh bien dans cette situation, oui. Il se savait persévérant, mais il finissait bientôt par se dire à lui même de se calmer. À ce rythme, on allait l'accuser de harcèlement, non ? Ça n'avait pas été son but, loin de là, tout ce que voulait Jan c'était repartir sur de meilleures bases que les bases sur lesquelles il était parti avec ce joueur de rugby gallois qui venait d'être transféré. Ça l'intéressait, pour changer. Cet homme l'intéressait, même. Et il avait même pu avoir un interview, au grand bonheur du journaliste. Bonheur qui n'en n'aurait été que plus grand si l'interview s'était bien passée. Mais ce n'est pas grave, la preuve, Jan avait encore essayé de l'aborder ce soir. En même temps, il ne s'était pas attendu à le croiser à cette soirée où il peinait à se souvenir de ce qu'il y faisait.

Mais rien de bien concluant, une fois de plus. Mais comme on dit, jamais deux sans trois ? Et puis il avait l'impression d'être sur la bonne voie. Après, c'était peut-être à cause de ce verre. Il n'avait pas bu d'alcool depuis près de quoi, six mois ? Et puis il s'en foutait, on s'en fout aussi, c'était exceptionnel et il n'était pas prêt de recommencer. Ah bah non, parce que suivre ce Pryde, c'était bien plus intéressant. Non mais allez, juste une petite discussion sans remballage, ça ne pouvait pas être si compliqué. D'habitude ça se passait bien, quand Jan faisait des interview. Alors quoi, il ne supportait pas l'échec ? Bien sûr que si, c'est juste qu'il aurait les réponses qu'il voulait, un jour ou l'autre. Peut-être bien ce soir.

Il avait bien mis une dizaine de minutes à reconnaître le quartier où se rendait le sportif. Sympa, le quartier. Il y passait parfois pour aller au centre d’entraînement. Et il y a une forêt, pas loin. Il y était déjà passé. Alors les mains dans les poches, il avait continué de suivre le sportif en regardant plus les arbres dépourvus de feuilles avec la lune en arrière plan qu'autre chose. Super joli, il aurait du prendre son appareil photo.

Ah, bah il ne savait plus où il était maintenant. Plus de Nigel Pryde à dix mètres devant. Il avait peut-être juste halluciné à cause de l'alcool. Mais ce n'était quand même qu'un seul verre..  Eh bien, c'est pas trop grave. Maintenant qu'il était là, il pouvait se balader un petit peu. Et puis il était presque certain de ne pas avoir imaginé tout ça. Peut-être qu'il était juste rentré chez lui et que Jan avait raté ça. Oh, il ferait bien de retourner sur ses pas, alors. Mais comment savoir si c'était le cas ? Hm. Qui ne tente rien n'a rien, Jan avait décidé de retourner sur ses  pas. Et il avait bien fait, car il pu bientôt apercevoir un visage qui allait décidément, il y croyait, devenir familier. À une fenêtre. Son premier réflexe fut de lui faire un signe de la main, comme s'ils ne s'étaient pas croisés plus tôt dans la soirée. En plus, il l'avait vu. Tant mieux.

« Salut ! Je suis un peu désolé, je sais pas trop pourquoi je vous ai suivi, je devais m'ennuyer. C'était sympa la soirée, hm ? Et puis il fait bon dehors, maintenant. »

Superbe constatation Jan. Il fait bon dehors. Bah ouais, mais bon, il trouvait vraiment qu'il faisait bon pour la saison.. Et ça le faisait sourire. Ou bien c'était l'alcool, encore. Mais il en doutait toujours. Allez savoir.

« J'espère que je vous embête pas trop, au fait ? Parce que j'ai conscience d'être un peu insistant. Mais je pense que ça en vaut la peine. »

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 341
Age du personnage : 37
Race : Tempestaire d'orage
Métier/Etudes : Fleuriste
Je suis sous, sous, sous...
... sous ton balcon ! Comme Roméo, oh oh ! ••• V'là qu'en plus il voulait te parler. Il avait vraiment pas l'air fin, lui. Tu soupiras, plissas encore les yeux. Tu écoutais à peine ce qu'il bafouillait. Un retour de fumée dans l’œil, maintenant tu étais à moitié entrain de pleurer. Probablement le karma. Tu grommela un « Désolé, je ne parle pas le bourré. » des plus subtiles en te frottant frénétiquement les mirettes avec le poing. Puis tu baissas à nouveau les yeux vers lui. Faut dire que t'avais vraiment pas été gentil avec lui, la dernière fois. Cette interview, ce fut un désastre du début à la fin. Lui était plein d'enthousiasme, ça se sentait qu'il était passionné, il avait les yeux qui brillaient. A croire qu'il faisait l'interview de toute une vie. Et puis toi, Pryde le mal-aimable, Pryde le misérable, tu l'as envoyé balader question après question. Tu le trouvais trop intrusif, il te mettait mal à l'aise. Tu voulais bien parler de sport devant un dictaphone, mais parler de toi, de ton pays de Galles...

« Tu sais que je pourrais appeler la police pour ça ? » Tu esquissas un sourire. « Un fêlé qui m'a suivi jusqu'en bas de chez moi... » Tu laissas tomber ton mégot. Il y avait un peu de vent, ta cigarette s'était presque fumée toute seule. Tu ne quittas pas le journaliste des yeux, le visage entre les mains. Tu t'en voulais quand même un peu d'avoir été aussi infect. Ça t'arrivait souvent, tu ne le faisais jamais exprès. Tu n'as jamais été bon pour rencontrer les gens, tu les trouvais toujours trop curieux. Alors tu te braquais, tu te refermais comme un bénitier en attendant que ça passe. En fait tu n'étais pas une fée, t'étais juste un énorme bénitier. Seulement, lui, c'était son métier d'être trop curieux. C'était injuste de s'en prendre à lui.

Tu frissonna un coup. L'alcool redescendait aussi vite que la température. Tu pointas ton allume-gaz vers lui. « Il fait froid. Monte si tu veux, la porte est ouverte. » Tu as fermé la fenêtre sur ses mots avant de la rouvrir seulement quelques secondes plus tard. « Et fais pas trop de bruit, Perceval dort en bas. Et si t'as l'intention d'enregistrer quoi que ce soit rentre chez toi. » Depuis la dernière fois il avait du comprendre que tu n'aimais pas ça, mais on n'était jamais prudent. Alors tu refermas ton carreau et tu attendis. Ta façon à toi de te faire pardonner d'avoir été aussi détestable. De toute façon tu étais plus fort que lui, même éméché tu avais une longueur d'avance s'il te cherchait des noises. Et si malgré tout il devenait ingérable, il te restait la poussière de fée.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Je suis sous, sous, sous...
... sous ton balcon ! Comme Roméo, oh oh ! •••  Hm ? Il était presque certain d'avoir entendu le mot "bourré". Mais Jan n'était pas bourré, Jan avait juste bu un verre. Et même s'il avait eu le temps d'en boire un deuxième, il ne l'aurait pas fait. Ça n'était même pas bon, il se souvenait même avoir grimacé. C'est que les effets de l'alcool commençaient à disparaître. Il le sentait, de toute façon. Et c'est bien, non ? Il serait un peu moins chiant comme ça. Avec un peu de chance.

« Mais je suis pas bourré, je vous assure, c'était juste un verre ! Et il était petit. »

En vrai il ne s'en souvenait plus, mais c'était pas grave. Il se connaissant, il n'en n'avait certainement pas pris un tonneau. Il serait en bien plus mauvais état, si ça avait été le cas.

Jan avait souri. Parce qu'il avait vu l'autre sourire aussi, et parce qu'il l'avait trouvé drôle sur le coup. Mais si la police arrivait vraiment, il sourirait nettement moins. Il ne voulait pas d'ennuis, vraiment pas, et c'était peut-être la seule chose qui le ferait abandonner. Un refus clair et net de communication de la part du sportif le ferait partir, parce Jan était quelqu'un d'un minimum respectueux, mais ça ne voulait pas dire qu'il abandonnerait forcément. La police, c'était pas la même chose. Mais il ne paniquait pas vraiment, il ne saurait par contre pas dire pourquoi.

« Vraiment ? Mais je vous veux rien de mal, promis ! C'était un.. Réflexe... Pas que j'ai pour réflexe de suivre les gens jusqu'à chez eux ! Mais voilà, je sais pas trop. »  

Qu'est-ce qu'il savait, au final ? Pas grand chose hm ? Ça ne lui enlèverait pas son sourire. Tout comme sa détermination, peu probable qu'il ne disparaisse un jour. Allez, c'est vrai qu'il avait exagéré. Ça se fait pas, de suivre des gens qu'on ne connaissait que très peu jusqu'à chez eux. Si ça lui était arrivé, il aurait eu peur. Vraiment peur. Mais ce qui est fait est fait, et il ne serait absolument pas étonné que le gallois ne lui dise de lui foutre la paix et de rentrer chez lui. Sauf.. Qu'il ne l'avait pas fait ? Oh, il ne s'attendait pas à ça, mais alors pas du tout. Il avait manqué de ne pas réagir du tout, d'ailleurs. Mais.. Si, il devait réagir, une telle occasion ne se représenterait certainement pas ! Avec un peu de chance, il pourrait tenter d'à nouveau discuter. Un peu plus calmement, parce que ça serait assez gênant d'encore se faire envoyer chier, quand même.

« J'arrive tout de suite. »

Et non, il n'avait rien pour enregistrer, c'est déjà à peine s'il réussirait à sortir son portable de sa poche. Même s'il ne s'y était pas attendu, il ne devait pas laisse la surprise prendre le dessus et juste saisir l'occasion. Alors Jan s'avança pour entrer, en prenant soin de ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller qui que soit Perceval. Il ne s'attarda pas à regarder autour de lui, c'était pas pour ça qu'il était venu, juste à repérer les escaliers pour les emprunter. Une fois en haut, il regagna le sourire qu'il avait perdu sous l'effet de la surprise.

« Merci beaucoup de m'avoir proposé de monter, désolé de m'imposer un peu comme ça mais.. Quand le sujet me motive, je n'abandonne pas rapidement. »

Du tout. Il n'avait pas prévu d'abandonner. Encore moins maintenant.

« C'est souvent que vous êtes invité à des soirées comme celle dont on sort ? »

Lui, ça dépendant. Parce qu'il n'était pas invité, la plupart du temps, uk s'arrangeait juste pour qu'on le laisse entrer. Parfois ça marchait, parfois pas. Il faisait avec, ce n'était pas ce qui l'intéressait de plus. Là, il peinait à cacher son enthousiasme, mais il était presque sûr que c'est ce qui avait agacé le sportif les fois d'avant.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 341
Age du personnage : 37
Race : Tempestaire d'orage
Métier/Etudes : Fleuriste
Je suis sous, sous, sous...
... sous ton balcon ! Comme Roméo, oh oh ! ••• Tu avais enfin allumé la lumière de l'étage, le refrain de Be true to your school tournait en boucle dans ta tête. T'aurais bien aimé apprendre à faire des harmonies comme celles des Beach Boys avec ton frère et tes sœurs, mais faut dire que ça n'a jamais trop été leur truc, pousser la chansonnette. Quoiqu'Eileen, ta sœur aînée, avait une très jolie voix. Tu avais les bras croisés quand il est arrivé en haut, le journaliste. Tu ne savais même plus comment il s’appelait, de toute façon il parlait tellement que tu étais incapable de te souvenir de tout. D'ailleurs, à peine en face de toi, voilà qu'il était à nouveau entrain d'enchaîner mot après mot. Pour rien dire, en plus. Avait-il seulement autre chose à baver que des phrases bateaux et des lieux communs ?

« Donc si je ne t'avais pas fait monter tu ne m'aurais jamais foutu la paix ? » Tes sourcils étaient froncés, tu avais certainement l'air plus contrarié que tu ne l'étais réellement. Tu soupiras et le regardas de haut en bas. Si jusqu'à présent il te semblait nettement plus court sur pattes que toi, vous faisiez en fait presque la même taille. Il te posa une question futile, comme celles que posent tous les journalistes, ce genre de questions qui te crispaient au possible. Tu ne pris pas la peine de répondre. Ça ne faisait que peu de temps que tu vivais ici, c'était ta première soirée dans le coin et tu avais un peu honte de ne pas être invité plus souvent. D'un geste tu l'invitas à s'asseoir sur ton matelas. Toi tu restais debout, tu rouvris ta fenêtre pour t'y accouder.

« Perceval c'est mon chien. » Tu t'allumas une deuxième cigarette. Tu n'avais toujours pas lâché ton allume-gaz. « Il est vraiment vieux, c'est pour ça que je voulais que tu fasse attention à ne pas le réveiller. » Tu souris. « C'est nul comme nom, hein ? C'est ma sœur qui a choisi. Moi je voulais l'appeler Cosmo Brown, tu sais, comme dans Chantons sous la pluie. » Tu marquas une pause, tes yeux ne se détachaient pas de la fumée de ta clope. « Mais après réflexion, c'est peut-être pire que Perceval. » Tu haussas les épaules et regardas enfin le petit journaliste. C'était tout ce qu'il aurait ce soir comme anecdote personnelle. C'était tout ce que tu avais choisi de partager. Comment tu aurais appelé ton vieux chien. C'était l'information que tu lâchais toujours en premier, celle qu'il était la plus facile à énoncer. Et puis tu la trouvais suffisamment révélatrice de qui tu étais, de ce que tu aimais. Vouloir affubler son chien du nom d'un personnage de film c'était ridicule, ça te ressemblait bien.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Je suis sous, sous, sous...
... sous ton balcon ! Comme Roméo, oh oh ! •••  Il était bel et bien chez Nigel Pryde, ce n’était pas une drôle d’hallucination due à l’alcool. Eh bien il en était plus que content, c’est un fait. C’était très probablement visible, quoiqu’il faut dire que Jan avait souvent l’air content donc ça ne devait pas énormément changer. Pourtant, il n’oserait pas dire que c’était un jour comme les autres, ce n’était absolument pas le cas. Il aimait beaucoup, quand il avait de telles opportunités à saisir.

« Hm, exactement. Quitte à passer pour un taré, autant tout dire. »

Jan ne se considérait pas comme étant « taré » ou quoi que ce soit d’autre. Il était juste prêt à plein de choses pour atteindre les objectifs qu’il se fixait. Et il ne voyait pas pourquoi il aurait à changer, il n’avait pas encore eu trop de soucis à cause de ça. Ça en dérangeait certains, ça ne gênait pas d’autres. Ça avait l’air de ne pas particulièrement faire plaisir au sportif gallois, mais Jan n’était pas sûr du tout d’avoir une seule  fois fait quelque chose qui pourrait occasionnellement le faire monter dans son estime. Au moins, il lui avait permis de s’asseoir. C’était déjà ça, et Jan n’allait certainement pas refuser. Il commencerait presque à fatiguer. Mais pas assez pour ne pas écouter attentivement ce que lui disait l’autre homme. Peut-être qu’il n’aurait pas de réponse à  la simple question qu’il avait posé, ça ne l’empêcherait pas de prêter autant d’attention à la réponse qu’il ne l’aurait fait avec une autre réponse.

« C’est pas moche, je trouve. Mais Cosmo Brown aurait été plus original, puis c’est une belle référence. Vous avez qu’à prendre un second chien. »

Faut pas se compliquer la vie, hein.D’ailleurs, histoire d’être sûr de ne pas se compliquer la vie, lui n’avait pas d’animal. Ce n’est pas pour autant qu’il n’aimait pas les chiens, il les avait toujours trouvés mignon et plus sages que les chats, ce qui est loin d’être une mauvaise chose.

« Je suppose que vous aimez beaucoup ce film, pour avoir voulu appeler votre chien ainsi ? En même temps, je ne connais que peu de gens qui ne l’apprécient pas. Peut-être parce que je n’ai jamais eu l’idée de leur poser la question. Ou bien c’est plutôt les films musicaux en général, que vous aimez. »

Il émettait des hypothèses. D’habitude, il préférait les faire dans sa tête, afin de ne pas passer pour un débile monsieur je-sais-tout tout en se trompant lourdement. Mais l’alcool, dont les effets étaient en train de partir, devait jouer un rôle là-dedans. Ca passerait bientôt, pas de quoi s’inquiéter. Il préférait en rire, ce qu’il n’avait pas tardé à faire.

« Et c’est un chien de quel race, Perceval ? »

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Je suis sous ton balcon ! {Jan+Nigel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AURELIA ★j'suis toute nue sous mon bikini.
» Je suis tout nu sous mon tablier
» Je suis sûre qu'une personne sensible se cache sous ce masque si froid, non? [Jae Soo ♥]
» [hf] bataille des canonnières - je suis sur un bateau
» [Tuto] Créez une autoroute sous votre ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Archives de UL V2 :: Les écrits-