Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 Promenons nous dans les bois... [PV Javier C. Jairo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 171
Age du personnage : 30
Race : Métamorphe
Métier/Etudes : Sage femme.
Javier C. Jairo & Morrigan MacGuireft ▬ Emma MacGuire. (pnj)
Promenons nous dans les bois

"...pendant que le loup n'y est pas, si le loup y était, il nous mangerait..." Nos voix résonnaient à l’unisson, entre les arbres. Pour un mois d'hiver à Bray, la météo était plutôt clémente, ce qui était assez rare pour que je me refuse ce genre de sorties, avec Emma, qui pour je ne savais quelle raison avait un ver aux fesses aujourd'hui. Elle avait besoin de se dépenser, et il ne pleuvait pas. Alors on s'était habillées en conséquences, avec les bottes en caoutchouc pour la puce, et partit se promener dans la forêt de Cheslow, que je chérissais depuis ma tendre enfance. Bien-sûr, cela ne me dispenserait pas de me perdre sans une bonne boussole.

Je tenais donc la main de ma fille fermement, depuis notre arrivée. Je suivais le sentier décidément bien tracé par nos gardes forestiers, et tentais de ne pas m'en échapper. Sauf qu'enthousiastes comme nous l'étions à l'idée de nous dégourdir les jambes, nous avions du nous enfoncer bien trop loin, beaucoup plus loin que je ne l'aurais pensé dans les tréfonds de la forêt. Même gamine je ne m'étais jamais égarée jusqu'à cette portion. Je m'arrêtais quelques secondes pour observer aux alentours, m'arrêtant de chanter, et priais Emma de se taire aussi. Tout était silencieux. Cela était calme et apaisant mais en cette fin d'après-midi, cela conférait aussi une atmosphère assez angoissante.

Je relâchais la petite menotte puis autorisait la puce à faire une halte au pied de l'arbre juste derrière nous. Je pouvais ainsi garder un œil sur elle, pendant que je cherchais dans mon sac de quoi prendre un mini goûter et nous réhydrater. Belle erreur, que j'avais faite-là. Et je m'en voulais. Je n'étais plus débutante maintenant. Pendant ces quelques secondes, Emma avait mis à profit mon manque de vigilance pour s'éloigner dans la forêt. Je courrais pour la rejoindre, laissant là mes affaires, elle n'avait pas pu aller bien loin avec ses petites jambes.

********************************************************************************
Emma courrait comme une furie, sans avoir conscience qu'elle venait de jouer un énième tour à sa mère, comme elle le faisait ces derniers temps. Pour elle, il s'agissait de trouver le plus rapidement possible un endroit pour soulager son besoin de faire pipi, comme une grande, sans maman. Elle avait trouvé un buisson, permettant à la gamine de préserver sa pudeur, et s'était accroupie, après avoir baissée sa culotte pour se soulager. Sans être gênée par le fait qu'elle ne pouvait pas se ressuyer, elle avait remonté ses affaires et avait entreprit de retourner vers sa mère, qui avait du passer près d'elle sans la voir, pendant le court laps de temps qui avait suivi. Elle chercha son chemin, de plus en plus inquiète. Un peu paniquée, elle commença à sangloter quand elle remarqua qu'elle ne retrouvait ni sa mère, ni les affaires qu'elle avait laissé au pied de l'arbre où elles se reposaient.

-Maman... Maman...

Elle entendit du bruit, ce qui l'effraya encore plus mais la laissa muette de peur. Une créature la fixait alors que le jour s'assombrissait petit à petit, entre le couvert des arbres. Elle n'avait pas l'air menaçante, mais elle reconnaissait l'animal dont on lui rabattait les oreilles depuis sa tendre enfance. Était-elle en face du célèbre grand méchant loup des comptines, des chants ou des contes entendus au jardin d'enfant?  Il était pourtant si beau, ce "monstre" aux pelage noir et aux yeux verts. Elle avait envie de le caresser, elle s'approcha de lui, pas à pas, plus curieuse et intrépide que prudente. C'était un simple gros chien, il ne lui ferait aucun mal. Et il était si beau... C'était comme si quand elle avait fixé ses yeux, elle avait eu envie de l'approcher, comme si le danger n'existait plus.

-Emma!!! Emma!!! Où es-tu?
-Maman?

La petite interrompit son geste envers l'animal dont elle avait envie de caresser le museau pour se tourner en tous sens et tenter de retrouver sa mère.

-Emma? Emma?! Promis maman ne va pas te gronder, mais arrête de te cacher, d'accord?

La voix était douce, et trahissait quelques sanglots de panique, bien plus que de la colère. On y perçait surtout de l'angoisse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Promenons nous dans les bois...

Morrigan & Javier

Il avait passé plusieurs années sous forme de loup, la vie en tant qu'humain lui manqué à l’époque alors que maintenant c’était son loup qui lui manquait. Se retrouver à quatre pattes, chasser le petit gibier, dévorer ces proies, dormir sur un lit de feuilles mortes ; on pourrait croire que ça n'est pas agréable, mais la vie en tant qu’animal est ce que tout le monde devrait vivre pour profiter du confort humain. Et puis un retour à la nature permettrait à certains de se rendre compte qu’il est important de prendre soin de notre bonne vieille terre mère.
Javier venait de s'enfiler un gros lapin et maintenant, il courait, vagabondait au cœur de la forêt. Il y passerait surement la soirée et peut être même la nuit si l'envie lui en prenait.
Les seuls bruits qu'il entendait été les battements de son cœur, le croassement des oiseaux, le vent dans branches presque nues. Les rongeurs commençaient à s'éveiller et à chercher de la nourriture et …. des voix ?! Le loup noir se stoppa, dressa la tête, les oreilles et renifla l’air.
Des humains, des voix d’enfants, proche, très proches de l’endroit où il se trouvait. Il repéra la direction où se trouvaient les enfants et partie dans la direction opposé mais il se retrouva vite face à une petite fille. Il fut surpris, saisi par l’instant, par le regard de cette petite humaine  ; elle le dépassait à peine avec ces bottes Reine des Neiges, son air presque pas effrayé et ces grands yeux innocents.
Javier ne pourrait jamais faire de mal à une enfant. Celle-ci tendit sa petite main vers sa gueule, il n'osait pas bouger, même s’il sait qu’il devrait fuir. Les rumeurs iraient bon train.
La seconde voix se rapprocha, il pensait qu’il s'agissait d’un enfant, mais non, c'était une femme, sa mere.
Jav’ tourna la tête en même temps que la petite, la forêt était dense à cet endroit, le soleil se couchait, même s’il n'était pas très tard, les cimes des arbres ne laissaient pas pénétrer la lumière.
Emma, d'après le prénom qu’il entendait, paniquait peu à peu, il pouvait le ressentir, il avança vers elle et lui donna de petit coup de museau pour qu’elle avance dans la direction où se trouvait sa mère. Mais  elle ne bougeait pas, elle appelait encore et encore sa mere. Celle-ci finirait par arriver où se trouvait sa fille qui avait agrippé le loup par le col.
Une jolie rousse fit son apparition, soulagée, mais ca ne durera pas, il voyait la panique dans ces yeux. Jav’ essaya de reculer mais Emma refusait de le lâcher.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 171
Age du personnage : 30
Race : Métamorphe
Métier/Etudes : Sage femme.
Javier C. Jairo & Morrigan MacGuireft ▬ Emma MacGuire. (pnj)
Promenons nous dans les bois

Il faisait de plus en plus sombre, et je me rongeais les sangs! J'avais entendu une faible voix. J'essayais de me diriger au son, mais c'était compliqué de m'orienter dans l'obscurité. Enfin, je savais que je me rapprochais, puisque la voix d'Emma se faisait de plus en plus distincte. J'ouvris grand la bouche quand je découvris la scène. Mon cerveau n'avait pas eut le temps de tout analysé, sinon, j'aurais laissé le bénéfice du doute à la bête, quoi qu'il s'agissait quand même d'un animal sauvage. Sa réaction pouvait être tout à fait imprévisible.

A la place, je palis, au point d'en acquérir une teinte fantomale en fixant ma petite. Pendant quelques secondes, je fus littéralement clouée sur place, mais bien vite, quand je réalisais que ma puce était agrippée au cou de la bête, mon sang ne fit qu'un tour, et le réflexe fut de retirer ses mains de sa fourrure, oubliant que le loup aurait pu très bien me mordre, trop concentrée sur l'idée de fuir au plus vite avec mon enfant.

Je devais la protéger. La petite protestais et bien-sûr, je ne l'écoutais pas:

-Mais non maman! Il est gentil!!! Je veux le caresser!!!

Elle avait beau brailler et se débattre, je la pris dans mes bras, et sans me retourner, sans un regard pour le loup, je me mis à foncer droit devant moi. Je ne savais pas du tout où j'allais, mais la peur avait pris le pas sur la raison, et c'était l'adrénaline, qui encore une fois, me donnait ce courage et mes "ailes". Je courrais, à en perdre haleine, abandonnant mes effets sur place, dans le but de mettre le plus de distance, entre l'animal et nous. Je ne m'arrêtais que lorsque mes poumons furent en feu et que mes jambes m'empêchèrent d'avancer plus avant. Je tombais sur les genoux, les jambes "coupées" par l’excès d'efforts et me retournais pour vérifier si j'avais semé l'animal. Les probabilités que ce soit effectivement le cas étaient des plus minces, mais un vague espoir montait en moi. Je pleurais, dorénavant, ma fille pleurant et tremblante, encore dans mes bras. Il aurait été bête de se faire dévorer ou déchiqueter par imprudence.

-Et dire que je pensais que ces bêtes ne vivaient plus par ici...

De mémoire, on n'en croisait plus dans les parages, et c'était assez miraculeux d'en avoir rencontré un. Cela le serait encore plus si nous en ressortions toutes deux vivantes, parce que j'avais du courir ainsi pendant même pas dix minutes, et un animal du genre était rapide et souvent rejoint par sa meute. Il était même bizarre que nous n'ayons pas encore été rattrapées et je m'attendais à voir bientôt le loup surgir d'entre deux buissons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Promenons nous dans les bois...

Morrigan & Javier

Le loup sentit se faire arracher les poils par les mains de la petite fille, elle trouverait sûrement des touffes de poils entre ses doigts. Instinctivement le loup grogna et se mit à hurler un magnifique Youuuuu. Il laissa une longueur d’avance à la mère et il leur emboîta le pas. Il voulait simplement les effrayer un peu, pas pour le plaisir, mais elle ne devait pas s’enfoncer autant dans les bois ; cela pouvait être dangereux si elle se perdait, les réseaux téléphoniques passaient très mals dans le coin, la nuit commençait à tomber et puis merde que faisait elle en foret avec une toute petite fille ?
Jav’ les rattrapa rapidement, il pouvait entendre le souffle court de la mère, les pleurs de la petite et … de la mère aussi. Il dévia sur la gauche pour ne pas se faire repérer tout de suite lorsqu’elles s'arrêtèrent pour reprendre leur souffle.
des flashback du passé firent irruption dans sa tête, des traques qu’il avait mené auprès des cibles qu’il devait éliminer pour son job de tueur à gages, encore plus loin dans sa mémoire, du temps où il faisait partie du Centre, la terreur qu’il infligé à ses victimes, le goût de leur sang dans sa gueule, les cris de ces cibles… Là, il n'était pas en mission, il était en mode décontracté et il devait le rester. La vue d’Emma l’attendrissait.
Javier devait prendre un décision ; soit les effrayer encore plus, mais il n'était pas certain que la mère tienne le coup, elle avait déjà l’air bien choquée. Faire en sorte de se montrer en loup docile ? Emma adorerait surement, vu la façon dont elle s'était agrippé à lui. Mais ça ne serait pas les aider pour l’avenir ; toutes les créatures sauvage ne sont pas des Méta’ au bon fond. Il lui restait l’option de muter, et de les ramener en lisière de la forêt.
Il hurla une nouvelle fois, longuement, et prit la direction opposé, rapidement pour retrouver ces vêtements. L’Homme prit la place du Loup. Il se vêtit rapidement et revient sur ces pas pour retrouver la mère et la fille.
Il se devait de les aider, il était impossible pour lui de les laisser dans une telle angoisse, surtout que la nuit tombait bien rapidement au fil des minutes qui s’écoulaient.
Jav’ finit par arriver s’approcher d’elle, il pouvait les sentir, sentir leur peur, cette odeur qui avait un fumé si particulier, une odeur âcre et musqué à la fois. Il fit de grand pas vers elle, mais était encore à quelques mètres.
Hola ! Vous êtes perdues ? lança t il à travers la nuit. C’est dangereux ma ptite dame dans le coin. Surtout la nuit. Les gardes forestiers ne peuvent pas tout quadriller. Il arriva à leur hauteur. Tout va bien ? La seule façon pour lui de convaincre la mère était de se faire passer pour un garde forestier, sinon, elle risquerait de le prendre pour un serial-killer. Qu’il était presque.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Promenons nous dans les bois... [PV Javier C. Jairo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» promenons-nous dans les bois...
» Promenons nous dans les bois, tant que le loup n'y est pas ...
» [JDR & GN] Par l'association Promenons-Nous Dans Les Bois
» Promenons nous dans les bois...
» Promenons-nous dans les bois...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-