Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 Le Loup et le Chien (pv Maximax)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité



Ce fut une journée des plus ordinaires pour Dylan. Ce matin il est allé chercher un cadavre dans le métro. Un SDF, surement mort de faim, de froid et d'une maladie quelconque. Ce pauvre gars n'ayant pas de famille connue, Dylan se charge de tout le reste. Fossoyeur, ce n'est pas juste creuser des troues et rendre le cimetière présentable. Enfin, si peut-être, mais depuis le temps qu'il bosse dans cette boîte, le gamin a un peu plus de responsabilité.
Et après le boulot, il s'avance un peu dans la traque de sa prochaine victime. Une crapule qui bat sa femme et qui gagne sa vie en arnaquant des personnes âgées. Sa femme sera peut-être un peu triste les premiers temps, mais elle est jolie, elle trouvera quelqu'un d'autre sans problème, quelqu'un de mieux espérons-le. Il a assez de preuve contre lui pour attaquer dès maintenant, mais Jo aime jouer avec ses proies. Il est sadique, il trouve toujours le moyen de faire sentir à sa proie qu'il est traqué, que la mort est proche mais quand l'humain commence à vraiment avoir peur, il est trop tard et bim! Ce djinn est jeune, mais c'est un chasseur hors pair et une petite enflure. Une hyène qui se marre en regardant son repas, un chat qui joue avec une souris avant de la manger.

Bref, la nuit est déjà tombé quand il rentre chez lui. Devant la porte de l'immeuble, une partie de sa meute de chiens l'attend. Ils sont libres, quand il n'est pas là, il les laisse vadrouiller dehors, d'autres sortent juste le matin et le soir et restent dedans la journée.
Cet immeuble est vraiment pourri, juger insalubre, la moitié des appartement ne sont pas loués. Mais Dylan n'a pas besoin de plus et puis le propriétaire ne pose pas de question, tant qu'il a son enveloppe tous les mois, le reste il s'en fout, même le vrai nom du gamin ne l’intéresse pas.
Ce soir, un peu de spaghettis bolognaises, oui la viande de la sauce est en partie de la viande humaine. Il faut savoir diversifier la façon de la manger cette viande spéciale.
Dans son appartement, il n’y a pas grand-chose. L’entrée donne directement sur ce qui veut être un salon/salle à manger et cuisine ouverte. Il y a juste un canapé, une table basse et un meuble télé avec une petite télé. La cuisine est plutôt bien équipée, il aime manger et se faire plaisir donc c’est le seul endroit où il fait des dépenses. Et un petit couloir, décoré d’une barre de traction, donne sur trois portes, la salle de bain basique et surtout petite et deux chambres. Une pour les chiens, avec des coussins pour chiens, leurs gamelles et leurs jouets. Et puis enfin sa chambre à lui. Un lit, une table de chevet et un placard. Ce qui est bien quand on n'a rien, c’est que c’est ranger. Enfin, ce n'est pas le top non plus, il est loin d’être maniaque le gamin.
C’est claqué que ce soir-là, il s’est endormi sur le canapé en essayant de lire un livre. Oui en essayant, il s’endort toujours après une page, donc il ne va pas bien vite. Pourtant c’est une histoire de loup-garou et il adore ça. Bref, c’est avec le petit Jack Russell blotti contre lui qu’il s’est endormi paisiblement. Jusqu’à ce qu’il rêve qu’un gars frappe contre un mur avec un marteau, pourquoi il rêve de ça? Et puis il sent le chien se lever brusquement et aboyer en courant vers la porte, ce qui en réveil un autre qui vient lui aboyer dans l’oreille. Les deux plus gros n’ont pas l’air de s’inquiéter de cette agitation et dorment profondément dans leur pièce.

Putain Shenzi! Mon oreille!

Ouai Shenzi, cette chienne ressemble à une hyène et le roi lion à bercé son enfance alors son nom a vite été trouvé.
Une fois réveillé, il entend qu’on frappe à la porte. C’était pour ça le rêve du gars avec son marteau. Il a bien cru entendre une voix familière mais il n'est pas sur. Dès qu’il se lève, le petit Jester arrête d’aboyer et file dans sa chambre après que Dylan l’est légèrement poussé dans cette direction.

C’quoi c’bordel…

Dylan ne prend même pas le temps d’enfiler un t-shirt. C’est avec un vieux jogging qu’il va ouvrir la porte et en effet, c’est bien une voix familière qu’il a entendue derrière la porte. C’est Maxime qui est planté là avec son air des mauvais jours.

J’avais pourtant pas commandé d'fille pour ce soir.

Même dans les moments les plus dramatiques on ne peut pas l’empêcher de sortir une blague de mauvais gout. Mais si elle vient frapper chez lui à cette heure-là avec cette tête, ce n'est pas juste par courtoisie. Il aurait certainement renvoyé n’importe qui d’autre, mais elle. Elle connaît cette adresse et il se peut qu’il lui ait dit un jour qu’en cas de problème elle pourrait venir frapper. C’est un petit con, mais un petit con avec une parole. Il se décale alors de l’entrée et lui fait un signe de tête pour l’inviter à entrer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

 

 
"Le Loup et le Chien"

 

Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile

 
 

 Ce soir, elle avait été de fermeture. Maxime détestait les fermetures. En général, elle s’arrangeait pour terminer son service en cours de soirée, histoire de rentrer accompagnée. Mais avec l’absente d’Alexis qui se faisait de plus en plus récurrente, c’était tombé sur elle. Non, elle n’en voulait pas à son amie d’avoir indirectement foutu un hypothétique plan d’un soir en l’air.  Mais ce n’était en rien pour arranger ses affaires. C’est à travers ses yeux à lui qu’elle voyait les gens défiler devant elle ce soir, là.  Son regard était avide, sa famine lui retournait presque les entrailles.  Kol avait une imagination très imagée ce soir et elle était aussi écœurée que lui affamé.  Elle avait tenté de tenir le coup, elle avait réellement essayé mais elle perdait le contrôle peu à peu et s’accrocher à la réalité devenait presque douloureux. « S’il te plait… », Mais il n’en avait rien à faire. Son rire résonnait dans son cerveau, il était fier de lui. Il ricanait devant les supplices qu’il lui imposait. Cruel, perfide, véritable fils de catin. Maxime avait fini par arracher son tablier le jeter en travers du bar, n’avait même pas prit la peine d’informer qui que ce soit. La jeune femme n’était pas certaine de pouvoir tenir une conversation et elle ne préférait prendre aucun risque. Donc, c’est elle avait filé à l’anglaise par la porte arrière de l’Ambush, se retrouvant dans une rue déserte. La brune s’était penchée en avant, inspirant longuement, les mains se resserrant autour de son estomac. Sa faim était insupportable. « Putain, arrête ça ! », il n’avait encore une fois même pas prit la peine de lui répondre. Il riait si fort, il se foutait de sa gueule. Elle perdait pied, il allait prendre le dessus sur ses sens, son corps, son âme. « Je te laisserai pas faire. », mais elle était à court de solution. Elle ne pouvait pas retourné dans le bar, elle ne pouvait pas non plus rentrer chez elle. Pas sans prendre le risque de blesser quelqu’un et elle ne pouvait pas le laisser faire, elle ne pourrait pas y survivre. La brune resserra un peu plus ses bras autour de son corps, grimaçant sous la douleur. C’était dans sa tête. Elle avait beau le savoir, ça ne faisait pas moins mal pour autant. Elle n’allait pas y arriver, elle n’allait pas s’en sortir. Il le savait, il savait qu’elle n’avait pas d’autres solutions. Il savait qu’elle n’était pas assez forte pour lui résister, pas ce soir. Elle regardait autour d’elle, cherchant naïvement autour d’elle quelques choses qui pourrait lui venir en aide.

Ce n’était que rues et déchets. Bâtiments insalubres. Quelques drogués. Quelques clochards.  Quelques proies. Non ! Kol était fort, il avait toujours été plus fort qu’elle. La seule et unique chose qui la sauvait encore, c’était lui-même. Sa volonté de la posséder entièrement, de réduire sa volonté et sa résistance à néant. Maxime avait conscience d’être encore en contrôle parce que Kol le voulait bien. Dylan. C’était son bâtiment au bout de la rue. Ses lèvres s’étirèrent en un petit rictus mais c’était lui qui souriait, pas elle. Il la défiait d’y arriver à temps. Ca l’amusait, il se jouait d’elle. La douleur se fit criante et elle ne pu s’empêcher d’hurler de douleur. « Vas te…faire..foutre. », Peina-t-elle à articuler entre ses canines de plus en plus allongés. Et d’un coup, elle s’était redressée et la seconde suivante elle courrait. Courrait si fort et si vite que n’importe qui aurait pu deviner qu’à ce moment précis. Cette course déterminait sa vie. La porte du bâtiment n’était pas fermée et elle n’osait même pas songer ce qu’elle aurait bien pu faire si tel avait été le cas. Elle grimpa les marches, s’aidant de ses mains. Ce n’était pas grave, tant qu’elle arrivait en haut des marches à temps. Elle ne savait pas si Dylan serait d’une grande aide mais il était sa seule solution. La seule personne qu’elle ne craignait pas de blesser car elle savait qu’il saurait se défendre face à Kol. Ca faisait bien plus longtemps que Dylan partageait son corps avec une entité des ténèbres et il l’avait déjà aidé plus d’une fois. Il était un ami même s’ils avaient choisi des chemins différents, même s’ils ne partageaient pas les mêmes opinions et ne choisissaient pas les mêmes options dans cette histoire. Et bien vite, elle s’était retrouvée à tambouriner à sa porte. « Dylan ! Dylan, s’il te plait, ouvres la porte ! », elle n’avait pas peur de réveillé les voisins. C’était différent, elle n’en avait rien à faire. Elle entendit quelques aboiements de l’autre côté de la porte et elle avait  frappé encore plus fort. Ses ongles... Non, ses griffes égratignant la porte très légèrement.  Quand la porte s’ouvrit enfin, elle manqua et de lui envoyer un coup de poing et de tomber en avant mais elle s’était rattrapé maladroitement à la chambranle de la porte.

Et malgré qu’elle soit essoufflé, pliée de douleur et au bout de sa vie. Le commentaire du jeune homme parvint à lui arracher un sourire et elle sut que cette fois-ci, c’était bien elle qui souriait. Enfin, peut être que non mais ça l’amusait aussi.  Dylan avait toujours le mot pour la faire rire. Quand il s’écarta légèrement pour l’inviter à entrer. Son corps s’était tendu, ses jambes semblaient vouloir la porter vers les marches. Kol voulait qu’elle rebrousse chemin, il voulait qu’elle s’en aille mais elle ne voulait pas, elle ne pouvait pas !! « Aide moi », avait-elle murmuré, usant de ses dernières forces pour s’approcher de lui. « Ne le laisse pas m’avoir.. », continua-t-elle sur le même ton. Elle avait l’impression de lui avouer un secret. Et la seconde suivante, elle s’était agrippée à lui. Elle avait besoin de lui, elle avait besoin qu’il l’aide maintenant plus que jamais. Et elle avait plongé sur ses lèvres sans dire bonjour, sans lui demander la permission. Elle avait besoin de ressentir quelques chose, une émotions, quelque chose qui n'était pas cette faim, ce besoin de dévaler les escaliers et d'aller éviscérer quelqu'un.


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Dylan l’a prouvé à de mainte reprise, tant qu’on ne le cherche pas, il a un calme à toutes épreuves. Un gars peut se faire égorger devant lui, il restera calme. Il fera sans doute la peau à l’égorgeur, mais il ne laisse pas emporter par la panique. C’est inutile et ça fait faire des choses stupides. Il est déjà assez stupide comme ça, pas la peine d’en rajouter.
Avoir une fille qui vient frapper chez soi et qui vous fait un bisou en guise de bonjour, faut avouer que ce n'est pas mal. C’est que ça lui donnerait presque envie de se poser avec quelqu’un. Histoire que ce genre de situation soit moins dramatique.
Dylan ferme la porte derrière la jeune femme. C'est bien, le seul voisin qui la est au fond du couloir et c'est un drogué. Ce gars est défoncé H24 alors même s'il voit un wendigo avant de rentrer chez lui, ce n'est pas super grave. Et son autre voisine et repartie pour 3 mois de prison donc, pour le moment elle n'est pas très envahissante.

T’inquiète pas ma belle, il ne fera rien ici.

Le brun prend Maxime dans ses bras et la porte pour l’éloigner de la porte d’entrée.
En vrai, une bataille de wendigo ne doit pas être belle à voir. Et il n’y a aucun doute que le djinn de Max est plus ancien que celui de Dylan, donc surement plus puissant. L’avantage de Dylan et Jo c’est qu’ils savent comment unir leurs forces pour être plus fort. Et comme avec les humains, l’important c’est d’être sur de soi. Dylan a déjà eu affaire à Kol et il s’en est plutôt bien sortie.
Le jeune homme va la déposer sur le canapé et s’assoit à côté d’elle.

Ca fait combien de temps qu’il a pas mangés?

Oui lui, Dylan sait que Max ne veut pas manger d’humain, mais de temps en temps il doit bien arriver à prendre le dessus pour manger ce qu’il veut lui aussi. Plus la bête aura faim, plus elle sera dure à maitriser. C’est peut-être le truc le plus compliqué à accepter quand on devient ce qu’ils sont, mais il faut y passer. Le jeune homme en est persuadé, pour qu’elle aille mieux, faut qu’elle accepte de vivre avec la bête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

 

 
"Le Loup et le Chien"

 

Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile

 
 

 Ouais, elle avait bien conscience de se servir de Dylan dans l’histoire mais elle savait qu’il ne lui en tiendrait pas rigueur. Il l’avait même laissé s’accrocher à lui, l’embrasser sauvagement, sans raison aucune. Non, il l’avait tout bonnement laissé faire, l’avait même ensuite prit dans ses bras, fermé la porte d’entrée et l’y avait consciencieusement éloigné. La brune essayait de ne pas lutter contre cette étreinte alors que chaque muscle de ses membres lui criait de le faire. Dylan savait exactement de quoi est-ce qu’elle avait besoin d’être sauvée. Il n’avait pas besoin qu’elle lui explique pour qu’il comprenne que Kol l’incitait à repartir aussi vite, qu’il la torturait pour obtenir la chair humaine dont il ne semblait vouloir se passer. Dylan lui avait dit de ne pas s’en faire et l’avait même tenté de la rassurer en lui assurant que son djinn ne fera rien ici. Elle voulait très certainement le croire sur parole. Mais Kol ricanait encore. Et quand elle s’était laissé installer sur le canapé, il ne manqua pas de lui faire comprendre qu’elle ne devait pas prendre ses aises. La douleur était insupportable, ses griffes prenaient de plus en plus en longueur, à mesure que le contrôle lui échappait. La porte semblait toujours aussi proche et ce n’était parce que l’appartement du jeune homme n’était que très peu spacieux. Elle glissa sa main dans cette de Dylan, la serrant fortement pour garder un point d’encrage avec la réalité.

La question de Dylan la prit au dépourvu. Elle ne savait pas bien pourquoi mais c’était toujours le cas. Elle lui avait déjà dit qu’elle ignorait totalement tout ce qui avait en rapport avec la nutrition de Kol. Il lui refusait l’accès à sa mémoire et elle lui en remerciait même. Elle ne savait pas si elle avait déjà tué et elle s’en portait très bien de cette manière. « Je sais pas. », finit-elle par lui dire, resserrant un peu plus sa main dans la sienne. La douleur que Kol lui imposait était insoutenable, sa mâchoire se crispa, retenant un hoquet de douleur. Dylan n’était pas le seul à connaitre son secret mais il était le seul qui pouvait la comprendre, le seul qui savait réellement ce que ça signifiait. Et même s’ils n’avaient pas la même relation avec leurs djinn ou encore les mêmes points de vue sur le fait de se nourrir d’êtres humains. Il était la seule personne à qui elle pouvait se raccrocher, le seul qui la comprenait, le seul qui savait. Et c’était ce qui les avait rapprochés. L’obligeant à fermer les yeux sur son régime alimentaire qu’elle exécrait. C’était toujours un sujet houleux entre eux mais ils étaient liés. Attaché à ce même putain de mat, sur ce même putain de bateau ! « Il a tellement faim... », Ses veines semblaient prendre feu, son estomac ravagé par l’incendie. Elle baissa les yeux en sentant sa main quitter celle de Dylan. Les écarquilla ensuite en la voyant remonter lentement le long du bras du brun. Ce n’était pas de son chef !! Cette réalisation faite, elle assistait à présent à sa propre s’enroulant tel un reptile autour de sou de son ami. Horrifiée de son acte, incapable de reprendre le contrôle. C’est de son autre main qu’elle s’aida à détacher sa main de son cou. « Putain, je voulais pas…», elle gardait sa main meurtrière contre sa poitrine. « Tu devrais m’attacher. », elle ne voulait pas lui faire de mal, elle ne voulait faire de mal à personne !


 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ce soir il a vraiment l’impression d’être face à lui-même il y a 4 ans. Cette irrésistible envie de chasser, de sentir la chair se fissurer sous ses ongles et mordre à pleine dent dans le bras d’un humain qui tenterait en vain de se débattre. Céder à ces pulsions primitives de chasseur. Comme elle, lui aussi a eu peur de tout ça. Et aujourd’hui voilà où il en est. Contrairement aux apparences il n’est pas fier d’être devenue un prédateur, mais si c’est le prix de sa liberté et bien qu’il en soit ainsi.

Dylan la laisse serrer sa main autant qu’elle veut, même si… aïe! Elle a de la force quand même cette petite. Refermant la main sur la sienne sans pour autant serrer lui aussi, mais juste pour lui faire sentir qu’il est là pour elle.
Mais au bout de quelques secondes cette main se déplace et voilà qu’elle essaie de l’étrangler. Dylan contracte les muscles de son cou en grimaçant. Elle a de petites mains, mais les griffes au bout de ses doigts rattrape bien ça. Il essaie d’attraper les doigts de la jeune femme pour qu’elle lâche prise pendant qu’elle aussi s’aide de son autre main pour lâcher.
Une fraction de seconde le regard de Dylan change. C’est avec un regard particulièrement noir qu’il se met à fixer les yeux de Max. On peut presque entendre un grognement s’échapper de sa bouche alors que la main autour de son cou lâche difficilement prise.

Te mêle pas de ça, je gère.
Tu gères rien du tout gamin, laisse m…

Maxime, enfin Kol lâche enfin prise. Dylan secoue la tête. Jo’ n'est pas loin, il ne veut pas laisser le djinn en face s’en sortir comme ça. On ne touche pas à son hôte comme ça sans en payer le prix. Ce corps c’est sa maison et on s’en prend pas à sa maison.

Tu n’p…

Dylan prend une grande inspiration et se concentre pour gérer la bête en lui qui a bien envie de montrer les crocs

Tu n’peux pas rester comme ça indéfiniment. J’vais pas te garder attacher dans mon salon jusqu’à la fin des temps! Faut lui donner ce qu’il veut pour le calmer. Je sais que tu veux pas, mais tes pas obliger d'faire du mal aux gens pour lui donner un minimum.

Bon, pour Kol il ne sait pas trop, mais c’est vrai que Jo' ce qu’il aime le plus dans le fait de manger de l’humain, c’est la chasse. Mais il y a peut-être une solution, pour que Kol est ce qu’il veut, sans que Max ait du sang sur les mains.

Je t’ai d'jà dit, qu’ici tu pouvais avoir accès à tous, sans avoir besoin d'te salir les mains. Je sais qu’c’est dur, mais c’est c'que tu es maintenant.
Y’a qu’dans les films que les vampires peuvent vivre sans boire de sang humain, dans la vraie vie, faut s’adapter.


Il aurait pu choisir mieux comme exemple que les vampires, mais c'est le plus simple qu'il est trouvé. Le jeune homme parle dans le vide, il en est sur. Tant qu’elle ne sera pas prête à accepter cette partie de la créature que le djinn la fait devenir, elle refusera de l’écouter. Mais il ne peut pas lui dire que ça va passer, que ça ira mieux demain. C’est faux. Il finira qui qu’il arrive à prendre le dessus et plus il mettra de temps pour y parvenir, plus il fera de dégât une fois le contrôle prit. Dylan lui a déjà dit et lui répétera surement encore.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

 

 
"Le Loup et le Chien"

 

Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile

 
 

 Maxime était horrifiée face à ce qu’elle avait laissé ce parasite faire.  Elle ne revenait pas de ce qu’elle avait pu laisser Kol infliger au brun. Sa main pressait farouchement son autre main contre sa poitrine. Son regard rivé sur les perles pourpres qui défilaient le long de la peau de porcelaine du jeune homme. Elle avait le cœur au bord des lèvres alors qu’elle peinait à chasser les pensées de Kol. Le djinn trouvait ce spectacle délectable, ça lui mettait l’eau à la bouche et bien malgré elle, elle se retrouvait à se lécher les lèvres. Le bruit presque animal qui s’échappa de la gorge de Dylan l’avait amené à relever le regard vers les siens. Si sombre en cet instant. Elle n’avait de peine à entrevoir la rage du monstre qui habitait son ami et quand elle l’entendit dire à quelqu’un de ne pas s’en mêlait parce qu’apparemment, il gérait. Elle comprit qu’elle était dans le vrai. La situation lui semblait déjà critique mais il semblerait aussi que ça allait qu’en empirant. Instable. Elle voyait Dylan essayer de reprendre consistance, inspirer longuement puis reprendre la parole. Et quand il parla, elle fut bien déçue. Déçue, parce qu’il lui disait qu’il ne comptait pas l’attacher et qu’elle devait autrement dit céder aux besoins de Kol. Elle avait froncé les sourcils à ses mots. Elle ne voyait pas ce qu’il voulait dire en lui disant qu’elle n’était par contre pas obliger de faire du mal aux gens pour donner un minimum à Kol. Qu’est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Les désirs de Kol étaient plutôt voraces et pour lui, il était tout à fait question de faire du mal aux gens ! « Si, bien sûr que si ! Tu ne vois donc pas qu’il n’aspire qu’à ça ? Attaches moi, assommes moi, s’il le faut mais il n’y a pas d’autres solutions ! » Kol voulait qu’elle succombe à ses désirs assassins, qu’elle s’abandonne à ses besoins meurtriers et elle ne pouvait pas céder à la tentation de le satisfaire. Même si cette douleur finissait par la tuer, elle ne pouvait pas, c’était hors de question !

Le brun avait continué en luis disant qu’il lui avait déjà dit qu’ici, elle n’aurait pas besoin de se salir les mains. Qu’il savait que c’était dur mais que c’était ce qu’elle était maintenant. Il imagea ensuite en lui disant qu’il n’y avait que dans les film que les vampires vivaient sans se nourrir de sang humain et que dans la vrai vie, c’était différent. Quoi les vampires, ça existe ? Elle n’en avait jamais entendu parler. Mais ce n'’tait pas la question. Ce n’était pas le plus important dans ce qu’il venait de lui expliquer. « Quoi ? Tu veux dire que tu veux m’amener un gars pour me rassasié ? Je comprends pas où tu veux en venir, Dylan et je crois que tu n’as pas compris que je m’y refusais ! », à peine avait-elle fini sa phrase que la douleur venait de nouveau lui tirailler les entrailles et elle fut contrainte d’hurler encore une fois. Son regard allant de nouveau s’égarer sur le cou meurtris du brun. Son corps s’était redressé, prêt à lui bondir dessus. Elle luttait, elle luttait de toutes ses forces. Les dents serrées, la mâchoire crispée. « Il..faut…que..tu m’attaches… », il devait le faire maintenant avant qu’il ne soit trop tard. Mais la seconde suivante, elle voyait son corps grimper au-dessus de celui du brun. Ses jambes de part et d’autres du corps du brun, ses mains tirant les cheveux du brun en arrière pour lui dévoiler sa chaire ensanglanté. Et elle songea que peut être, il était déjà trop tard. Elle tentait de reprendre le contrôle mais elle n’arrivait qu’à figer ses mouvements quelques instants. Le temps suffisant, elle espérait pour que Dylan puisse s’en sortir vivant. Kol voulait qu’elle lui fasse du mal, il jubilait de voir qu’elle était incapable de s’empêcher de lui en faire. Les larmes défilaient silencieusement sur ses joues alors que ses lèvres se retroussaient sur ses crocs acérés… Elle l’avait directement conduit à Dylan, elle été responsable de ce qu’IL allait faire au brun. Il allait finalement réussir à lui arracher un être à qui elle tenait… Non, Dylan pouvait se défendre, il devait se défendre! Kol ricanait encore et encore et bientôt, son rire pouvait s'entendre à travers ses propres lèvres...



 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Les paroles de la jeune femme lui prouvent une fois de plus qu’elle veut toujours se battre contre la moindre parcelle du djinn en elle. Il ne peut pas et ne veux pas la forcer à aller contre sa volonté.
Dylan peut parfaitement comprendre qu’elle ne veuille pas se mettre à ce qu’elle pense être du cannibalisme. Pourtant ça n’en est pas vraiment vu qu’ils ne sont plus humains, en partie.

Et toi j'crois qu't'as toujours pas compris c'que t'étais.

Quand la jeune femme se redresse, Dylan commence à sentir l’adrénaline qui monte en lui. Shenzi, un de ses chiens est resté dans la pièce et elle aussi se lève, les oreilles en arrière elle se met à se déplacer comme pour trouver le bon angle d’attaque.
Bon et ben voilà, un combat de wendigo… et ben c’est parti! Le jeune homme n’a pas vraiment le temps de réagir et subit le premier assaut, se défendant du mieux qu’il peut. Il essaie de la repousser mais sans grand succès. Kol contre Dylan, faut croire qu’il ne fait pas le poids le gamin. Heureusement Max arrive à ralentir l’attaque, le temps que l’Écossais sorte lui aussi son arme fatale. Et puis Shenzi aussi viens à son aide en attrapant le bras de la jeune femme pour la tirer en arrière. Tout ça fait que Dylan arrive à repousser son adversaire. Le chien ne reste pas dans les parages plus longtemps, son instinct lui dicte que le chef de meute devrait bien gérer pour la suite. À moins que ce soit juste son instinct de survie qui lui souffle que c'est une mauvaise idée en fait de rester là.
Le jeune homme s’en sort en faisant une pseudo roulade sur le côté. Accroupi par terre, il peine un court instant à se relever, ses mains trembles et…

À mon tour! Lance le jeune avec une voix un peu plus rocailleuse que sa voix habituelle. Un murmure inaudible se fait faiblement entendre et puis celui qu’il surnomme Jo se lève.
Le regard sombre, une dentition composée à 70% de canines et BOUM! Une droite qui vise l’estomac de la miss, histoire de lui couper le souffle et l’appétit aussi. Ce n'est pas un truc de wendigo de mettre des droites en même temps ce n’est pas pratique de fermer les poings quand on a des griffes. Mais Dylan a appris à J’ a sortir des sentiers battus. Surprendre l’adversaire avec des techniques qui ne sont pas prévues. Même quand la bête prend le contrôle, elle écoute la conscience de l’humain pour tirer le meilleur des deux.

Tu es sur que tu veux te battre contre moi hein? C’est une mauvaise tactique!

Tiens, ça c’est le côté trop sur de lui de Dylan. La différence, c'est que, même face à une fille possédée, le gamin aurait horriblement de mal à lever la main sur une fille. À moins que la fille soit championne de boxe et qu'elle soit plus lourde que lui. Jo lui, il s'en fout. Femme, homme, enfant, vieux... On lève la main sur lui, il riposte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

 

 
"Le Loup et le Chien"

 

Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile

 
 

 Qu’elle n’avait pas compris ou qu’elle ne souhaitait absolument pas le comprendre. Kol devait bien avouer que le jeune homme qui lui faisait face n’était pas totalement stupide. Pourtant, ce n’était pas son apparence qui dirait le contraire. Il avait une tête de con et ça en général, ça n’annonçait rien de bon. Mais il devait bien avouer qu’il n’avait jamais fait que plaider en sa faveur. Il avait toujours encouragé son hôte à lui offrir volontairement ce qu’il voulait, qu’elle se plie docilement à ses désirs. C’était presque admirable de sa part et c’était presque aussi dommage qu’ils en arrivent là. Kol avait de l’expérience de l’âge. Maxime était loin d’être le premier être humain qu’il avait l’opportunité de possédé. Et même si la jeune femme pensait qu’il lui faisait une faveur en ne lui arrachant le contrôle, ce n’était pas lui qui allait lui faire croire le contraire. Mais sa fierté lui permettait tout de même de rester réaliste et objectif. Maxime était forte et tant qu’il ne parviendra pas à  la faire plier, il sera condamné à rester dans l’ombre et la restriction de son hôte. Et ça, c’était hors de question. Kol était gourmand, Kol était fier et quand il voulait quelque chose, il ne la voulait pas à moitié. Et une possession partielle, ça ne l’avait jamais intéressé. Et ce serait mentir que de dire que voir la jeune femme souffrir autant ne lui faisait pas prendre son pied. Kol était patient et il savait que tout venait à point à qui savait attendre. Il avait agrippé les cheveux du jeune homme, il n’allait pourtant pas sans savoir que lui aussi partageait son corps avec un djinn. Mais c’était à Maxime qu’il souhaitait inculquer quelques choses ce soir et les dommages collatéraux, ce n’était pas trop son problème. Mais elle continuait de lui résister cette putain de peste et l’effet de surprise n’était plus son avantage. Il fronça les sourcils en sentant des crocs se refermer autour du frêle petit poignet de Maxime. Rien de bien méchant mais la distraction fut suffisante pour que Maxime s’écarte pour afin de laisser Dylan lui échapper. Il avait attéri sur le cul et quand il avait voulu punir l’objet de sa distration, il fut bien embêter de voir qu’il avait déjà filé. Oh, qu’il ne s’inquiète pas trop. Une fois qu’il en aurait fini avec son maître, il allait très certainement suivre. Il grogna légèrement, Maxime commençait réellement à l’agacer. Elle était à l’affut, elle ne relâchait rien, elle voulait lui reprendre le contrôle et ça ne faisait que ralentir ses mouvements. Quelle petite peste. Sa volonté aussi féroce que lui vorace.

Il s’était redressé. Ce corps était faible, trop fragile. Il ne le caractérisait en rien. Mais quand il s’était redressé son élégance naturelle contrastait bien avec la maladresse enfantine de la jeune femme. Un fin rictus étira ses lèvres quand le djinn du jeune homme se décide enfin à se montrer. Ca faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus eut l’occasion de le revoir et on ne pouvait pas dire qu’il lui avait manqué. « Je suis curieux de voir ce que tu as dans le ventre.. », sa voix était aussi différente. Douce et dur à la fois. Chaque mot résonnant tel une mélodie enchanteresse. Il était évident qu’avec la lenteur que la résistance de Maxime faisait subir à ses mouvements, il lui aurait été impossible de s’écarter de la trajectoire du point du djinn. Et même s’il l’avait voulu, il devait bien admettre qu’il ne l’avait pas vu venir. L’air sembla quitter ses poumons tandis qu’il perdait l’équilibre et s’écroulait au sol tel un vulgaire pantin. Ce corps était faible, fragile. La douleur éveillait un peu plus la conscience de son hôte, lui donnait quelques choses à quoi se rattacher. Il avait le souffre coupée et surement une côte ou deux endommagées. Il toussa plusieurs fois pour reprendre son souffle et finit par éclater de rire une fois mission accomplie. Les mots de l’autre djinn l’amusaient. Il croyait véritablement qu’il n’avait aucune chance contre lui. La fierté, c’était bien ce qui le perdrait. Et pour seule réponse, il s’était relevé. « Tu as raison. », avait-il simplement répondu, s’approchant lentement de lui. Il n’avait pas peur, il ne craignait rien ni personne. « Tu n’es pas mon ennemi. », plus que quelques centimètres les séparaient. « Je ne veux pas me battre contre toi. » Fourbe, cruel, manipulateur. Maxime hurlait à ce djinn de ne pas lui faire confiance, qu’il devait l’assommer tant qu’il le pouvait encore. Mais personne ne l’entendait, la pauvre. Il fit doucement glisser le dos de sa main sur le torse nu du jeune homme. Elle pouvait comprendre ce que Maxime lui trouvait, physiquement, il n’était pas si mal. Mais il avait une tête de con qu’on ne pouvait pas louper. « Je voulais simplement reprendre le contrôle, tu peux comprendre, je pense. », sa main glissait toujours le long de son torse et finalement, sa main s’arrêta. Puis de nouveau ses traits s’étaient durcis, son petit sourire agaçant au coin de ses lèvres. Maxime voulait qu’elle arrête, voulait l’arrêter. Mais sa main se retournait déjà et ses griffes se plantaient dans l’abdomen du brun. « Mais je t’ai aussi dit que je voulais voir ce que tu avais dans le ventre. », Le bruit de sa peau se déchirant sous son assaut lui mit l’eau à la bouche. « Ce n’est pas contre toi. » et ça ne l’était vraiment pas ! Les amis de Maxime la rendaient forte. C’était mathématique, logique. Il allait pour enfoncer ses griffes plus profondément mais la petite peste parvint à lui faire lâcher prise. « Je suis… désolée… », Elle recula de quelques pas. Son regard allant de la main au torse du jeune homme. Tous deux ensanglantés. Mais elle savait que cette blessure n'était pas mortelle, qu'il allait s'en sortir. Mais ce n’était pas Dylan en face d’elle, elle pouvait le voir à sa posture, à ce regard si caractéristique. « Fais ce que tu dois faire. », protéger Dylan, ça voulait dire… Kol n'arrivera pas au bout de son dessein, elle ne comptait pas le laisser faire. Mais c'était tellement dur, ça faisait tellement mal. Lui résister n'était que souffrance. Et ses côtes, putain...



 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ce sourire, à croire que les djinns aiment sourire comme ça. Enfin pour le moment Jo a plus l’air de montrer les dents que de sourire.
Dylan n’aurait pas voulu frapper si fort sur la jeune femme. Mais il n’a pas vraiment réussi à gérer sa force, il ne la contrôle plus pour le moment.
Il n’est pas son ennemie? Ni se battre contre lui? Et puis quoi encore? C’est vrai que presque égorgé quelqu’un c’est très amical comme geste. Pas besoin de faire ça pour prendre le contrôle du corps de Max. Ce n'est pas sa présence qui l’en empêche. Si?
C’est donc littéralement qu’il veut voir ce que le gamin a dans le ventre. Le jeune homme a quand même un mouvement de recul quand il sent les griffures mais c’est trop tard. L’Écossais passe sa main sur son torse et il se met à lécher le sang sur sa main en lâchant une espèce de rire semblable à celui d’une hyène.

Haaa, les humains! Vous êtes tellement… sentimentaux!

Une phrase qui peut aller pour le désoler de la petite. Mais s’il dit ça, c’est à cause Dylan au fond qui lui hurle une solution. Quelque chose pour arrêter le djinn en face sans avoir besoin de blesser la jeune femme. Si ce n’était que lui, Jo aurait déjà sauté sur son adversaire et serait en train de le lacérer. Mais Dylan refuse qu’une telle chose arrive et il faut avouer que cette personne vivante peut servir. Si Max et Kol pouvaient apprendre à vivre ensemble, ils pourraient faire une meute avec d'autres wendigo. Ce n'est peut-être pas simple à faire quand même, ils voudraient tous être le chef de meute donc ça serait brouillon.

Au final, le jeune garçon saute quand même même sur Max, mais ce n’est pas pour lui lacérer la peau, mais autre chose. Quoi? Mais! C’est le bouton du pantalon de la jeune femme qui vient de sauter. C’est ça la solution de Dylan, quelques petites galipettes! Ça marche pas mal pour calmer le djinn de Maxime.
Bon par contre, pour tout ce qui est préliminaire et petit câlin, Jo est quand même une bestiole qui est du genre à aller droit au but. Même si Dylan n'est pas loin, ce n'est pas la même chose tous les deux. De toute façon, de la bestialité il va en falloir, Kol ne va pas se laisser avoir si facilement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

 

 
"Le Loup et le Chien"

 

Look for the girl with the broken smile
Ask her if she wants to stay awhile

 
 

 Maxime avait retrouvé le contrôle. Assez longtemps pour s’excuser, suffisamment longtemps pour dire au djinn de Dylan de faire ce qu’il avait à faire pour protéger Dylan. Elle ne voulait pas lui faire d’avantage de mal et c’est presque écœurée qu’elle l’observa se lécher les doigts après avoir récolté un peu de sang sur son abdomen sanguinolent. Kol, lui, était comme fasciné par ce spectacle et elle dut se faire violence pour ne pas se foutre à quatre pattes pour aller panser la blessure du brun avec sa langue. Ce fut à son tour d’avoir un mouvement de recul quand le djinn reprocha aux humains d’être aussi sentimentaux. Elle n’était pas en pleine capacité mentale mais elle comprit assez vite que ce soir, c’était Dylan ou elle. Jo ou Kol. Elle ne voulait pas mourir mais elle préférait encore ça qu’éviscérer le brun. Ils n’étaient pas toujours d’accord et parfois même, elle avait envie de lui en coller une ou deux mais il avait une réelle importance à ses yeux. Elle tenait véritablement à lui et ça, Kol le savait. C’était bien pour cela qu’il en jouait, qu’il prenait le risque de s’en prendre à un autre djinn qui lui n’accusait aucune résistance de son hôte. Enfin, elle le voyait quand même hésiter. Elle assistait à une discussion silencieuse entre les deux individus qui lui faisait face et elle n’avait pas besoin d’être Einstein pour savoir que c’était de son sort qu’ils discutaient. ‘Tu vois, lui il n'hésiterait pas à te donner la mort’, la voix suave de Kol rebondissait dans son crâne. Moqueur, il la narguait.  Il voulait qu’il lui laisse le contrôle pour qu’il puisse les défendre mais elle résistait. Non, Dylan ne lui ferait pas de mal, si ? ‘Il t’a quand même bien amoché, déjà.’, elle lui hurlait de se taire. Non, elle savait qu’elle pouvait avoir confiance en lui et ce n’était pas Kol qui lui fera croire le contraire. Mais pouvait-elle faire confiance à son djinn ? Ca, bien sûr que non. Elle fit un nouveau pas en arrière mais bien vite, elle buta contre le bord du canapé. Putain, pourquoi ça devait être aussi petit, ici ?

Et il avait bondi sur elle. Le poids du jeune homme la fit basculer en arrière et c’est bien son canapé qui accusa le choc. Dieu merci. Mais elle n’eut pas bien le temps de comprendre ce dont il était question qu’elle apercevait déjà son pantalon descendre le long de ses fines cuisses. Quoi, maintenant ? Kol comprit avant elle et il n’avouera jamais ouvertement mais il trouvait que cette tête de con avait de la ressource. Les mains de la jeune femme allaient instinctivement se charger du jogging de Dylan. Ce n’était pas la première fois qu’ils baisaient. Pas la première fois qu’elle l’effeuillait de ses vêtement mais là, ce n’était pas Dylan. Ou alors peut être que si ? Elle n’en avait aucune idée, elle savait juste que c’était une solution qui avait toute ses chances. Elle avait enroulé ses jambes autour de la taille du brun. Une de ses mains, agrippant son épaule pour le garder contre lui. L’autre, appuyant sur sa blessure pour le repousser. C’était brutal, animal mais ça l’excitait. C’était vital. Elle nicha son visage dans le cou du jeune homme, léchant la blessure que Kol lui avait affligé un peu plus tôt. Et ça l’excita d’autant plus. Ce gout métallique sur sa langue l’invita à aller presser son bassin contre celui du jeune homme. C’était malsain, c’était plaisant. Kol tentait de repousser le brun mais le gout du sang semblait le distraire et bien malgré lui ou elle, il/elle semblait encore plus en appétit. « Arrache la moi… », elle parlait bien évidement de sa petite culotte alors que sa main quittait le dos du jeune homme pour le débarrasser de son boxer. Ses griffes déchirant la peau du brun au passage. La douleur, le désir, le besoin, tout se mêlaient..



 
Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Loup et le Chien (pv Maximax)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» chien sauvage nain ?
» Loup solitaire et souvenir de jeunesse
» Loup-garou : l'Apocalypse
» Un grand méchant loup !
» Rp avec un loup garous (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-