Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 I'm not afraid of you. [MERAÜL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Merle & Saül ♥
Voilà deux semaines que le jeune homme n'a pas revu le beau chanteur du bar dans lequel il avait l'habitude d'aller depuis quelques mois. Il faut dire que depuis leur dernière conversation, Saül ne s'y est plus rendu, blessé par l'attitude du garçon, ayant l'impression de s'être fait berner. Il lui a tout de même avoué qu'il avait des sentiments pour lui, ils se sont même embrassés, jusqu'à-ce que le bouclé ne s'excuse avant de partir en courant. Jamais ô grand jamais, le métamorphe n'avait eu autant l'impression d'avoir été pris pour un idiot. Secouant vivement la tête en y pensant alors qu'il regarde la route, le camion de pompier retournant tranquillement à la caserne. Il n'écoute pas ses collègues parler et rire. Certes, ils viennent d'éteindre un grand incendie dans un immeuble, mais il n'est pas vraiment d'humeur fêtarde. Surtout pas quand il repense à Merle. Quel bel abruti. Comment a-t-il pu croire un seul instant que ce mec pouvait s'intéresser à lui. Il l'a fait espérer durant plusieurs soirées, qu'il pourrait se passer quelques choses entre eux, jusqu'à l'autre soir où il s'est barré en courant comme un traître. « Eh, Saül, tu m'écoutes ! Tu viens à la soirée ou pas ? » Sursautant, le concerné tourne la tête vers son collègue et fait la moue, annonçant soudainement qu'il est fatigué et qu'il préfère rentrer chez lui. Il ment, bien évidemment, mais il ne peut pas vraiment avouer à des humains tout à fait normaux qu'il préfère se transformer en raton laveur pour aller se balader en forêt pendant qu'il fait encore jour, tout de même ! Ce serait idiot. Et il ne veut pas mourir aussi bêtement.

Une fois le camion de pompier arrêté, Saül sort en vitesse et salue tout le monde avant de rentrer chez lui en vitesse, à pieds. Le garçon s'empresse d'aller se doucher, désireux de retirer cette odeur désagréable qui lui colle à la peau. Une fois propre, il ne prend pas le temps de se rhabiller et prend sa forme animal avant de lâcher un long soupire d'aise. Il sort par la terrasse et court à toute vitesse en direction de la forêt se trouvant à deux rues de son immeuble. Le raton laveur s'empresse de grimper dans un arbre, désireux d'être assez pour ne pas se faire pourchasser par d'autres animaux et commence à se balader un peu partout, heureux. Il ne se sent réellement libre que lorsqu'il peut passer ce genre de moments en forêt, sous sa forme animal. C'est assez particuliers, mais le garçon apprécie énormément sa condition et il n'a pas peur de se retrouver dans ce genre d'endroits en pleine nuit, bien au contraire. Il lui est même arrivé de s'endormir dans les arbres et de se réveiller à l'aurore, l'air de rien. Saül continue tranquillement son chemin et soupire d'aise en voyant une petite rivière s'écouler entre les arbres. Le beau châtain s'empresse de descendre du vieux chênes dans lequel il se trouve pour aller boire quelques gorgées d'eau, sans remarquer qu'un peu plus, le danger rôde. La mort le surveille. Le wendigo n'est pas loin.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Une journée calme et reposante, après un concert plutôt long la veille. Le beau bouclé n'est pas sorti avant trois heures du matin du bar, les cordes vocales fatiguées d'avoir tant chanter. D'ailleurs, il ne s'est réveillé qu'au moment du midi, son ventre le tiraillant tellement son estomac était vide. Il ne lui en pas fallu plus longtemps pour se précipiter dans sa cuisine et se préparer un bon repas bien frais. Puis, le reste de la journée n'a été que repos et chocolat chaud, avant de faire un peu de ménage. Jetant un coup d'œil au contenu de son congélateur, Merle en sort deux plats de côtes qu'il place dans son évier pour les faire décongeler, puis il soupire longuement avant d'aller s'habiller. Son congélateur est presque vide, il serait temps d'aller chercher de quoi le remplir. Une fois prêt, le garçon enfile sa capuche sur ses cheveux blonds, puis trottine vers le cœur de la forêt. A cette heure ci, c'est presque vide, il n'aura peut-être pas ce qu'il trouve. Le nez froncé, Merle sent l'être en lui s'impatienter, désireux de se mettre un peu de chaire fraîche sous la dent. Il le laisse finalement prendre possession de lui, s'enfermant dans une petite partie de son être, pendant que le Wendigo prends vie.

Le soir tombe doucement sur la forêt. Les bras et le visage couvert de sang, Merle est perché en haut d'un arbre, reprenant son souffle après sa course folle. Il est repu, et dans son tee-shirt qu'il a retiré, le tenant entre ses mains, le garçon tient la viande qu'il a pu ramasser avant d'avoir enfoui les ossements un peu partout dans la forêt. Les cheveux et les ongles remplis de terre, le garçon attend un peu avant de rentrer chez lui, posant la viande dans son frigidaire. Il la triera plus tard. Puis, se redressant, le garçon prend une douche rapide et enfile un tee shirt propre avant de ressortir dans la forêt. Il a besoin de prendre un peu l'air. La nuit n'est pas encore complètement tombée, et Merle s'approche doucement de la rivière. Il aime s'y arrêter, le soir, écoutant le bruit des oiseaux qui n'ont pas fuit sur son passage. Son odeur si spéciale a tendance à repousser les autres animaux, mis à part les charognards. Mais soit, il s'y habitue. Tot à coup, une odeur délicieuse lui parvient aux narines. Saül ? Plissant les yeux, le Wendigo regarde autour de lui, avant de remarquer un raton laveur qui s'approche doucement de la rivière pour boire. Se redressant un peu, le blond fixe la bestiole, reniflant de nouveau la douce odeur qui lui vient au nez. « Saül ? C'est toi ? » Il hausse un sourcil, surpris et papillonne des yeux en le fixant. Ben ça alors, si il s'attendait à le voir ici, et sous cette forme ! Peut-être qu'il se fait des idées. Mais l'odeur est similaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Merle & Saül ♥
Se balader en forêt a toujours été quelque chose d'apaisant aux yeux du jeune métamorphe. Depuis qu'il maîtrise le don offert par Mère Nature, le garçon ne passe pas deux jours sans se rendre en pleine nature sous sa forme animale pour profiter du calme, ainsi que de la faune et de la flore. Il apprécie grandement le fait d'être loin des autres humains, de ne plus entendre le vacarme assourdissants des grosses voitures polluants plus que nécessaire. Il apprécie également le fait de ne pas être tout le temps collé sur l'un de ses innombrables écrans d'objets électroniques en tout genre, bien qu'ils ne puissent pas vraiment s'en passer, dans le fond. Enfin, s'il avait toujours vécu comme un raton laveur, sûrement ne voudrait-il pas trop se transformer en humain, car ces derniers sont des êtres vils et cruels. Il n'y a qu'à voir le nombre d'incendie créent volontairement par des personnes dans le but de faire du mal aux autres, ou bien de s'amuser. Heureusement d'ailleurs que lui et les autres pompiers sont là pour aider les victimes du feu foudroyant. Il n'a pas peur d'être brûlé, ou même de mourir ainsi. C'est une façon héroïque de perdre la vie, bien qu'il ne veuille pas vraiment se retrouver six pieds sous terre, car même s'il se plaint très souvent, il aime vivre et profiter de chaque saison qui passe. Saül se plaît d'ailleurs à dire que la vie est un long fleuve tranquille ; dicton qu'il aime énoncer depuis qu'il est tout jeune.

Humant les odeurs qui envahissent délicieusement ses narines, le raton laveur saute finalement de branches en branches pour descendre du grand chêne dans lequel il a grimpé quelques minutes plus tôt. L'animal s'empresse d'aller vers la rivière pour boire plusieurs gorgées, mourant de soif. Le métamorphe soupire longuement d'aise ensuite avant de tourner ses oreilles vers l'arrière en entendant du bruit. Il sursaute et se tourne vers l'inconnu, puis se crispe en remarquant qu'il s'agit-là de Merle. Merde. Pas lui. Cet abruti qui l'a repoussé l'autre soir alors qu'il lui avouait qu'il avait des sentiments pour lui. Hérissant le poil sans vraiment le vouloir, Saül recule avant de blêmir en l'entendant parler. Lui ? Quoi ? Comment peut-il savoir cela ? Il ne l'a dit à personne et veille toujours à ce qu'on ne le suive pas quand il vient en forêt. Tendu, le raton laveur part à toute vitesse dans le sens opposé, cherchant à récupérer ses vêtements. Est-ce qu'il les a vu plus loin ? Oh bon sang, non ! Paniqué à l'idée qu'un humain apprenne pour sa condition, Saül reprend forme humaine en grimaçant puis se rhabille à la hâte. Il rebrousse ensuite chemin pour retrouver le Wendigo, sourcils froncés. « Comment tu sais ça ? » Il contracte la mâchoire, tendu. Dans une autre vie, peut-être lui aurait-il fait part de son don. Mais il ne veut rien partager avec lui. Pas alors qu'il l'a fait tourné en bourrique et qu'il l'a laissé espérer bêtement qu'il pouvait se passer quelque chose entre eux. « Comment tu peux savoir pour moi, hein ? T'as intérêt à rien dire, j'veux pas qu'on me bute. » Il claque, un peu froidement, lui en voulant toujours pour la dernière fois.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Merle soupire d'aise, se redressant doucement avant de se mordre la lèvre, regardant doucement autour de lui. Bon sang, ce qu'il se sent bien dans la forêt. Certes, il vient de reprendre pleinement conscience, mais qu'il soit avec ou sans son Wendigo, il se sent toujours aussi bien une fois l'estomac bien remplit. Et maintenant qu'il est propre, sans cette odeur de sang autour et sur lui, il prend le temps d'aller se promener un peu dans la forêt alors que la nuit tombe doucement autour de lui. C'est agréable, et le frais de la soirée le fait frissonner délicieusement. A pas de loups, le Wendigo s'approche de la rivière et s'agenouille doucement, laissant courir ses doigts fins dans l'eau, tandis qu'il ferme les yeux. Hmm, bon sang, c'est si agréable. Il renifle les odeurs qui lui parviennent, toutes plus délicieuses les unes que les autres. L'hiver approche, mais l'automne est encore bien présent, entraînant avec lui l'odeur des noisettes et des champignons. Il adore toutes ces odeurs agréables, mais pour autant la solitude lui pèse. C'est horrible, indescriptible. Il a besoin de voir d'autres choses, de fréquenter d'autres personnes, mais c'est difficile, ça n'arrive pas souvent, à son plus grand malheur. Soupirant tristement, le bouclé regarde autour de lui.

Tout à coup, une odeur bien connue lui parvient aux narines. Saül. Il est dans les parages !? Se regardant rapidement, Merle vérifie qu'il n'a ni sang ni terre sur lui avant de remarquer le raton laveur qui s'approche pour boire, reniflant de nouveau. C'est de lui que vient l'odeur. C'est bizarre, pourtant, c'est celle de Saül. Fronçant le nez, Merle se redresse doucement, appelant son ami à voix haute avant de se crisper en le voyant partir à toute vitesse. Oh merde. C'est vraiment lui ? Pourquoi il le fuit dans ce cas ? Le cœur serré, Merle reste immobile avant de papillonner des yeux en voyant le beau brun revenir à lui. Pourtant, il lui semble tout à coup bien énervé. Tendu, il recule de quelques pas, ne comprenant pas pourquoi il s'énerve autant sur lui. « Je.. Ben.. Pourquoi tu t'énerves contre moi.. ? » Soufflant doucement, Merle baisse les yeux et se gratte la nuque avant de prendre une courte inspiration, haussant les épaules. « Ben, je sais pas.. J'étais pas sûr, mais j'ai senti ton odeur.. Et quand j'ai relevé la tête j'ai vu le raton alors que je me suis dis que c'était ptet toi.. J'avais raison ? C'est ton odeur.. Elle est différente des autres. » Il fixe piteusement le sol, se dandinant d'un pied sur l'autre tout en se grattant la nuque, mal à l'aise. Il ne le comprends pas, vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Merle & Saül ♥
Avoir été repéré sous sa forme animale ne le rassure pas énormément, surtout qu'il s'agit de Merle, ce garçon qui lui fait tourner la tête depuis qu'il l'a entendu chanter et qui ne semble pas s'être attaché à lui. C'est bien dommage, pourtant, car il était sincère et désireux de créer quelque chose de sérieux, pour une fois. Ce n'est pas dans ses habitudes de faire le premier pas, ni même de s'accrocher à une personne, pourtant, il a essayé longuement avec le Wendigo, sans pour autant voir un quelconque résultat, au contraire. Ce dernier l'a repoussé alors qu'il venait de lui avouer ses sentiments. Quoi de mieux pour se sentir mal à l'aise et attristé durant plusieurs jours ? Quel idiot. Lui qui pensait qu'il lui plaisait. Il s'est trompé comme un débutant et c'est pourquoi il ne voulait pas que le chanteur apprenne pour sa condition. D'ailleurs, comment a-t-il pu deviner ? Il ne s'est pas transformé sous ses yeux. C'est bizarre. Et il ne peut s'empêcher de se dire que quelque chose cloche. Est-ce que c'est un chasseur ? Est-ce qu'il s'est rapproché de lui dans le but de lui ôter la vie ? Comme s'il avait choisit de naître avec cette faculté. De toute façon, il ne peut faire de mal à personnes sous la forme d'un raton laveur. Du moins, pas directement. Certes, il vole des bijoux, mais il faut bien qu'il paie son loyer, non ? Bon sang. Le voilà qui perd l'esprit alors qu'il s'arrête finalement derrière un arbre pour reprendre sa respiration. Le petit animal ferme un instant les yeux avant qu'il ne se transforme, retrouvant finalement sa forme humaine.

Saül enfile ses vêtements à la hâte, puis rejoint en vitesse le beau bouclé, sur les nerfs. Il est également effrayé. Il ne veut pas mourir. Ni mettre son secret en danger. Alors, lorsqu'il arrive à la hauteur du joli garçon, le métamorphe s'énerve, haussant légèrement la voix. La réaction de Merle n'est pas vraiment celle à laquelle il s'attendait et le jeune Rosenthal fronce les sourcils. Quoi ? A-t-il déjà oublié ce qu'il lui a fait ? « Oh j'en sais rien. Parait-il que tu m'as laissé espérer qu'il pouvait se passer quelque chose entre nous avant de me planter comme un imbécile inutile et inintéressant. » Avoue-t-il, lui en voulant énormément pour cela. Il ne s'était jamais confessé de la sorte, sûrement est-ce pour cela qu'il l'aie pris très mal. Il a senti son odeur ? Elle est différente des autres ? Il se crispe et recule d'un pas en le fixant. « Comment tu pourrais reconnaître des odeurs aussi facilement ? » Il papillonne des yeux, réfléchissant. Bon. Il n'est pas humain, ça, c'est sûr. « T'es pas humain. » Il lance, surpris, mais également intéressé, avant de se rappeler que Merle l'a abandonné l'autre soir. « J'peux pas te faire confiance. Pas après c'que tu m'as claqué alors que je me suis ouvert à toi. T'es comme les autres. Tu m'as laissé espérer bêtement une chose qui ne pourrait jamais arriver. » Il souffle et tourne la tête, les mains tremblantes. Et s'il dit à tout le monde qu'il se transforme en raton laveur ? Il ne ferait pas cela, n'est-ce pas … ?

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm not afraid of you. [MERAÜL]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ephyre Maddyson Rose - Are you afraid ?
» GENESIS • « La mort a pour moi le visage d’une enfant au regard transparent. »
» alekseï - come on, don't be afraid.
» i'm not afraid to take a stand | Tybalt
» (atlas) ~ i won't be afraid as long as you stand by me.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-