Glamourous Indie Rock&Roll - Alexis & Barty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Métamorphestaff
Messages : 1882
Age du personnage : 25
Race : Métamorphe (louve)
Métier/Etudes : Était externe en chirurgie mais occupe actuellement un petit boulot de secrétaire

Glamourous indi rock&roll
it's been a long time
Alexis commençait à être comme chez elle à l’Ambush. Depuis la dernière fois, depuis qu’elle avait salement amoché le nez d’un type qui s’était cru permis de lui mettre une main aux fesses, elle lisait du respect dans le regard des habitués qui avaient assisté à la scène, mais aussi dans ceux des autres clients, tenus au courant de tous les petits ragots par ceux qui passaient leurs journées entières dans le bar. Il courrait également une rumeur comme quoi le patron se baladait un bleu parce qu’il lui avait fait une proposition des plus juteuses mais aussi des plus indécentes - il ne voulait pas coucher avec elle, non, loin de là, simplement qu’elle se déhanche sur le bar quelques soirs par semaine. Il avait eu sa réponse, et la Samson était certaine qu’il ne tenterait plus d’approche de ce genre. Elle n’était plus la petite étudiante sortie de nulle part, venue prendre ce job parce qu’il fallait bien manger. Elle commençait à se faire sa place et, surtout, elle commençait à apprécier son taff. Au début, elle était devenue barmaid parce qu’il fallait bien payer les factures - gigantesques factures qui s’accumulaient, notamment du fait des soins de Seeley - et puis il fallait manger aussi. Et boire, et fumer. Ce qui était censé être provisoire durait depuis son retour de l’université maintenant, alors qu’elle avait son diplôme en main et la possibilité de bosser dans ce qu’elle avait toujours aimé. Mais non, elle restait ici.


Et maintenant qu’avec les clients ça commençait à se passer mieux - plus de respect, moins de défiance, ils voyaient également que la p’tite, comme ils l’appelaient, avait déjà battu de nombreux gars à des concours de boisson et ça, ça ça les impressionnait - elle sentait qu’elle allait y rester un moment. À quoi bon prendre un autre travail, plus stable, alors qu’elle ne connaissait plus la stabilité et que la projection dans le futur, très peu pour elle, merci. Quel futur, de toute façon ? Sentant que la morosité allait revenir à grand pas si elle se mettait à penser à tout ça, la brune se concentra sur la bière qui coulait dans la pinte qu’elle tendit à un vieux. Alexis sent qu’on lui tapote l’épaule et se retourne pour voir un collègue, un petit sourire aux lèvres et une enveloppe à la main. « T’as un admirateur Alex. » « Qu’est-ce que tu racontes ? » « Y a un type qui voulait savoir à quelle heure se termine ton service et maintenant, une enveloppe. Un admirateur chui sûr ! » Attrapant l’enveloppe que son collègue tenait en hauteur, Alexis lui tira la langue dans un geste très mature et pas du tout puéril puis se rendit dans ce qui leur servait de remise et de vestiaire pour ouvrir l’enveloppe en paix. Juste une heure et une adresse. Avec un petit soupir, elle glisse le papier dans son sac à main et retourne au bar où son collègue l’interroge du regard. Un geste de la main pour lui signifier que ce n’est rien, et elle reprend les commandes.


En réalité, ça la triturait. Elle ne voyait pas qui, dans son entourage, était du genre à lui faire un truc pareil, et elle croisait les doigts pour qu’un type avec qui elle avait couché récemment ne cherche pas à obtenir une relation stable avec elle. Non, tout mais pas ça. Ceci dit, elle en doutait. Les quelques types qui avaient voulu plus d’une nuit avec elle venaient au bar et tentaient de lui forcer la main à base d’argument tels que “Mais notre nuit était géniale !”. Ils faisaient pas dans la dentelle. Castiel ? Elle ne voyait aucune raison qui l’aurait poussé à faire ça. Il était plutôt du genre à débarquer chez elle avec de la vodka à la main ou a lui envoyé un sms pour qu’ils se rejoignent à la clairière. Eldarion ? Trop de flemme. Non, décidément, elle ne voyait pas, et comme elle ne ratait jamais une occasion de satisfaire sa curiosité, une fois son service terminé, sa voiture pris la direction indiquée sur le papier.


Arrivée devant la maison, elle était certaine de deux choses : la bâtisse était pleine de charme et elle n’y avait jamais mis les pieds. D’ailleurs, il n’y avait aucune lumière, nulle part, elle semblait abandonnée si ce n’était la lueur fuyante dans le garage. Ignorant les règles élémentaires de prudence qui indiquent qu’il ne faut jamais se rendre dans le garage d’un inconnu à presque minuit, Alexis traversa le bout de jardin et frappa deux coups à la porte d’entrée du garage. Une voix lui dit d’entrer, ce qu’elle fit sans attendre, pour arriver dans une pièce vide de tout meuble, si on exceptait la table et les chaises de camping et les bougies qui éclairaient difficilement l’espace, avec un gars assis sur une des chaises, une bouteille de champagne lui dégoulinant sur les mains. La petite explosion produite par le bouchon qui saute l’avait un peu surprise mais maintenant l’étonnement avait cédé place à un grand sourire. « Barthy ? » Question purement rhétorique parce que malgré les années passées, elle l’aurait reconnu entre mille. Et qui d’autre que lui était capable de mettre en place une telle mise en scène ? S’approchant de lui pour le serrer dans ses bras, elle oublia le fait qu’il était dégoulinant de champagne. Entre eux, les bonnes manières et les convenances, ils s’en foutaient pas mal.

fiche by coula
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphestaff
Messages : 1882
Age du personnage : 25
Race : Métamorphe (louve)
Métier/Etudes : Était externe en chirurgie mais occupe actuellement un petit boulot de secrétaire

Glamourous indi rock&roll
it's been a long time
Barthy. Bartholomew Ó Maoilmhichi. Ou Chichi, comme elle l’avait toujours surnommé parce qu’elle avait toujours trouvé ce nom particulièrement imprononçable - non mais on a pas idée de s’appeler ainsi. Chichi c’était les vacances, le soleil et la chaleur, les rires, les conneries… Il venait passer ses vacances d’été - ou une partie du moins - à Bray avec ses parents. Peut-être qu’il s’agissait de deux familles de tempestaires, leurs parents respectifs étaient devenus amis, profitant des longues soirées estivales pour faire un barbecue. Pendant que les grands mangeaient et buvaient, que son frère retrouvait ses amis, Alexis restait avec Barth et ils passaient leur temps à faire toutes les conneries possibles et inimaginables. Ils étaient passés des bêtises d’enfants aux soirées adolescentes. L’alcool, les clopes, les soirées dont on ne souvient presque de rien. Avec toujours cette même constante : ils étaient impossibles à arrêter. Dès qu’ils étaient lancés sur une idée, ils allaient jusqu’au bout. Ils pouvaient être passablement insupportables en fait.


Pendant qu’elle va pour le serrer dans ses bras, le jeune homme se lève et la fait tournoyer dans ce grand garage vide à peine éclairé. Il la repose et la brune, tout sourire, attend que sa tête cesse de tourner pour fixer son regard sur son ami. Fidèle à lui-même, elle avait l’impression de le retrouver comme quand ils étaient adolescents, aussi fou, exubérant qu’il l’avait toujours été. Sans se départir de son sourire, il avait le don de la faire sourire en toute circonstance, par sa simple présence, au point qu’elle en avait parfois des crampes aux joues, elle l’écouta ménager son petit effet, intriguée, vraiment très intriguée, se demandant ce qu’il faisait ici. Cette maison n’était pas celle de ses parents, alors elle patienta, mais avec peine, attendant la suite. Qui ne tarda pas à tomber. Avec un petit cri de joie, elle lui sauta à nouveau au cou, renversant un peu de champagne au sol. « Oups, désolée » s’excusa-t-elle en riant et en attrapant le gobelet en plastique rempli de la boisson qu’il lui tendait.


Ils trinquèrent, yeux dans les yeux, et Barth lui expliqua un peu plus le pourquoi du comment avant que la curiosité naturelle de la Samson ne lui fasse poser la question. Elle fronça les sourcils, se demandant ce que voulait dire Barth par là. C’est vrai qu’il y avait pas mal d’événements étranges mais Alexis n’y faisait pas plus attention que cela. C’était peut-être une erreur, peut-être qu’elle aurait du s’intéresser un peu plus à son monde, mais depuis la mort de ses parents, elle en était tout bonnement incapable. « C’est génial Bath, on va être voisins ! Enfin, presque. Et cet endroit est génial, comme tu le dis si bien. Les pizzas encore plus, ceci dit. » Elle lui adressa un clin d’oeil et fit un pas en arrière, reculant pour mieux observer le jeune homme. Ceci dit, dans la pénombre, c’était pas chose facile. Agitant la main, elle augmenta la flamme des bougies jusqu’à ce que les ombres désertent le visage de son ami. « T’as pas changé ! » Acceptant sa proposition de s’asseoir, elle se laissa tomber dans une des chaises de camping, son sourire toujours accroché aux lèvres. « Quoi de beau ? Tu rigoles ou quoi, par où commencer… »

fiche by coula
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphestaff
Messages : 1882
Age du personnage : 25
Race : Métamorphe (louve)
Métier/Etudes : Était externe en chirurgie mais occupe actuellement un petit boulot de secrétaire

Glamourous indi rock&roll
it's been a long time
Les jambes tendues devant elle dans une position aussi décontractée qu’il était possible de l’être, sa coupe de champagne coincée entre les doigts, ses yeux détaillant son vieil ami. Il avait vieilli, depuis le temps qu’ils ne s’étaient pas vus, et ça lui allait plutôt très bien. Elle avait du mal à se dire qu’ils ne s’étaient pas vus depuis des années, à peine parlé même. Pourtant, c’était comme s’ils s’étaient quittés la veille, sans avoir perdu une miette de la complicité qui avait bâti leurs relations à chacun des étés que Barthy venait passer ici avec sa famille, les rires toujours aussi naturels et sans qu’Alexis ne se sente le moins du monde gênée ou obligée de garder une certaine retenue avec lui. Comme il en avait toujours été entre les deux, en fait. En cet instant, la brune regretta de ne pas avoir donné de nouvelles, de ne pas avoir essayé de garder le contact après la mort de ses parents, mais le choc et la douleur avaient été tellement violents qu’elle avait eu du mal à ne pas simplement s’enfermer chez elle et à se laisser dépérir en attendant de voir ce qu’il allait se passer. Et puis, qu’importe les regrets, on ne pouvait les changer, mais il était là, en chair et en os, voisin d’elle d’à peine quelques rues, alors ils allaient avoir tout le temps de rattraper le temps passé.


La mention des pizzas la faisait vraiment saliver. Elle n’avait pas mangé depuis ce midi et il était bientôt minuit alors son ventre lui faisait bien comprendre qu’il fallait le nourrir, et plus vite que ça. De toute manière, elle n’aurait jamais dit non à une bonne pizza, surtout pas quand Barth lui annonçait avoir pris sa préférée. Pizza aux anchois et câpres, rien de plus salé mais qu’est-ce qu’elle aimait ça nom de dieu. « Depuis quand on est de si petits joueurs ? Une fois par semaine c’est bien le minimum ouais ! » Peu importe les soirées où elle bossait, qu’importe l’heure où elle finissait, elle aurait toujours le temps de le retrouver à la suite. L’avantage de finir à deux heures du mat (au plus tôt) c’est qu’elle avait rarement besoin d’être levée avant dix-huit heures.


Les années avaient passé à toute allure. Quand elle regardait en arrière, elle avait du mal à se dire qu’elle avait déjà terminé ses trois années d’études et que cela faisait déjà un an qu’elle était barmaid à l’Ambush. Et, bien entendu, que toute sa vie avait basculé depuis déjà quatre longues années. Quatre ans que tout avait pris un sens différent, que l’avenir n’avait plus aucun éclat, plus vraiment d’intérêt, et que seul comptait le présent. Quatre ans aussi, donc qu’elle n’avait pas parlé à Barthy. « Je te le fais pas dire, il passe à toute allure ! » Les questions la firent sourire et elle profita de ce fait pour masquer son trouble. La coupe de champagne aidait pas mal, masquant son visage le temps qu’elle buvait. Un petit rire devant l’insistance de son ami. Elle savait qu’il ne lâcherait pas le morceau sans avoir eu de réponses mais elle n’avait absolument pas envie de lui dire que ses parents étaient morts et que Seeley était dans le coma. En général, ça plombait plutôt bien l’ambiance. Alors elle éluda, comme elle savait si bien le faire. « Mon frère va bien. » commença-t-elle, sans vraiment mentir puisqu’au final, dans son état, il allait bien… « Je porte une culotte, et ouais, ni string ni boxer. Et un mec… ouah j’ai pas de mec depuis un bail Barthy. Pas de mec sérieux en tout cas, pas depuis… Maverick. Castiel ne compte pas. » La jeune femme n’avait pas besoin de détailler ni résumer l’histoire, Barthy avait été là quand elle avait commencé à sortir avec Maverick, il avait suivi le premier amour de son amie et aussi la fin brutale de cette histoire dont Alexis ne s’était toujours pas vraiment remise. Et Castiel, elle lui parlait tellement de son meilleur ami que c’était comme s’ils se connaissaient, au final. Elle avait beau avoir été officiellement en couple aux yeux de tous avec son meilleur ami, ils en avaient bien conclu tous les deux que c’était une erreur. Et depuis la fac, elle enchaînait plutôt les coups d’un soir et que les histoires d’une vie. Il y avait bien Eldarion mais ils étaient loin d'être un couple.


Peu désireuse d’approfondir le sujet famille ou petit copain, la brune allait lui retourner les questions quand on frappa à la porte du garage. La Samson se leva d’un bond, ravie de cette diversion providentielle et du fait que les pizzas étaient là, plutôt que prévu, ce dont son ventre se réjouissait. « Pizzas ! » Elle accompagna son ami jusqu’à la porte, bien trop alléchée par l’odeur qu’elle pouvait déjà sentir.

fiche by coula
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Métamorphestaff
Messages : 1882
Age du personnage : 25
Race : Métamorphe (louve)
Métier/Etudes : Était externe en chirurgie mais occupe actuellement un petit boulot de secrétaire

Glamourous indi rock&roll
it's been a long time
Les deux cartons de pizza dans les mains, Alexis laissa son ami payer et refermer la porte pendant qu’elle retournait s’asseoir, son ventre gargouillant de plaisir à la seule odeur qui se dégageait des boîtes. Ils se comportaient toujours pareil tous les deux, même après deux ans sans se voir ni se parler, avec un je m’en foutisme des conventions assez flagrant. S’il y avait bien quelqu’un avec qui elle ne s’était jamais pris la tête, c’était bien Barthy. Il y avait une foule d’exemples pour illustrer ce fait. Quand ils se retrouvaient chez l’un ou chez l’autre, ils ne demandaient pas avant de prendre un truc dans le frigo, s’ils sortaient et que l’un payait, l’autre ne lui sortait pas trois milles “mais non laisse, t’es sûr ?” mais plutôt un “merciiii”. En fait, ils faisaient comme s’ils étaient chez eux ou avec un double de soi-même avec lequel il n’y avait pas besoin de se poser de question. Dans une relation moins équilibrée, l’un aurait pu se sentir lésé, mais c’était tellement donnant donnant entre eux et sans qu’ils aient besoin d’y réfléchir, c’était si naturel, qu’ils n’avaient jamais fonctionné autrement. Dès que Barth se fut assis, elle lui tendit sa pizza et pris une part de la sienne. « Bon’app ! Et les pizzas, t’es parfait ! » Dire que ça lui faisait plaisir c’était un doux euphémisme. Ils se tapèrent dans la main, leurs parts de pizza tanguant dangereusement, avant de les dévorer à pleines dents. « Putain c’est bon, ouais, ça résume parfaitement. »


Il y eu un petit silence pendant qu’il savourait leur première part de pizza puis la discussion reprit de plus belle. Avalant ce qui lui restait de champagne pour se rincer la bouche pleine de sauce tomate et d’anchois, Alexis eut un petit rire. « C’est prétentieux si je dis que j’ai déjà des mecs qui font la queue pour me demander mon numéro ? » Son rire augmenta. C’était la réalité, pourtant. Bon, ils ne faisaient peut-être pas la queue, mais elle n’avait aucun problème pour obtenir le numéro d’un gars et encore moins pour finir la nuit avec lui. Le problème était pas là. Il était ailleurs, plus profond, plus enfoui tout au fond d’elle. Le problème il était qu’elle ne voulait rien de plus, qu’elle ne pouvait pas avoir plus qu’une relation d’un soir avant de s’enfuir à toutes jambes, encore plus si le gars lui faisait comprendre qu’il aimerait bien un peu plus. Mais en effet, ils n’étaient pas à la hauteur. Pas à la hauteur du seul dont elle avait jamais été amoureuse, pas à la hauteur de ses souvenirs, de son rire, de leurs étreintes, de leur complicité… Et le problème était que personne ne le serait jamais.


Alors qu’elle allait orienter la discussion vers lui, avide d’en savoir plus sur ce qu’il avait fait durant deux ans, il la pris de cours en désignant le garage d’un large geste de la main. Un nouveau rire qui la secouait, un fou rire même qui la gagna lentement, la boîte de pizza sur ses genoux tressautant faiblement. Elle se calma pour pouvoir lui répondre. « T’as aucune idée des études que j’ai faites hein ? Décoratrice d’intérieur, mon pote. Bon est-ce que ça compte vraiment vu que j’ai jamais exercé ? En tout cas je serais ravie d’être ta coach et pour un tarif hyper préférentiel s’il te plaît. »
fiche by coula
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Glamourous Indie Rock'n'Roll
#Alexis & Barty
Ouais, y'a pas photo, l'avoir ici, trinquer du bon champagne dans des gobelet en plastique à la lueur de bougies, installés dans deux vieux fauteuils de brocanteur face à une table de camping, et manger des pizzas de chez Gino...c'est me sentir chez moi. Un peu comme si c'est seulement maintenant que je m'installais "officiellement", maintenant qu'elle est là, qu'elle m'a dit qu'à partir de maintenant je ferais partie de sa vie, son quotidien, et qu'on pourrait reprendre puissance mille toutes nos conneries d'ado, en étant adultes. Adultes... parfois je me dis que j'en suis tellement loin...et d'autres, je réalise que je vais ouvrir mon propre studio, ici... le grand écart. Mais heureusement qu'on faisait le même grand écart, tous les deux.

On attaque nos pizzas tout en discutant, et j'éclate de rire, la bouche à moitié pleine, me retenant d'en cracher un peu sur la table - ouais, on dirait pas que j'ai été si bien élevé et que j'ai un peu fait partie de la haute. Si ma mère me voyait, elle aurait honte- quand elle me dit que les mecs font déjà la queue devant chez elle. J'attrape le gobelet et fais descendre la pizza à coups de champagne avant de rire de nouveau.

Mais non trésor, c'est juste l'exacte vérité et rien de plus! Tu mérites d'avoir une cour de prétendants prêts à tout pour obtenir un simple regard de ta part, genre à se jeter sous un camion pour que tu leur dises simplement bonjour. Nan nan ça m'étonne pas!

Je souris, attaquant une autre part de pizza et lui demande son aide pour s'occuper de cette bâtisse. Alors oui elle a pas coûté très cher, vu le coin, mais y'a quand même quelques travaux et de l'aménagement. Histoire de passer de "cottage vieillot anglais'' à "baraque super cool d'un producteur de musique dans le vent". Ouais ça en fait du chemin mais il faut bien ça! Et ma part de pizza retombe dans son carton quand elle me dit qu'elle a fait des études de décoratrice d'intérieur.

Tu déconnes? Mais tu m'as rien dit saleté! Nan mais...C'est sérieux? Vraiment? C'est juste...trop parfait! La vache! T'es trop parfaite ma belle, exactement ce dont j'ai besoin dans ma vie et surtout dans cette baraque!

Je la regarde en souriant comme un débile. Après toutes ces années, elle arrive encore à me surprendre et à m'étonner, moi qui pensais que c'était plus possible. Je reprends ma pizza, les doigts commençant à être poisseux de fromage et de tomate, et je termine ma deuxième part, la mangeant déjà moins comme un goinfre. Je hoche la tête quand elle me propose de me resservir du champagne, et la bouteille est déjà terminée. Heureusement j'en ai une autre, vu que la soirée ne fait que commencer...

Finalement, une fois une moitié de pizza engloutie je soupire, refermant le carton et m'asseyant plus profondément dans le fauteuil super confortable, m'essuyant les mains à une serviette en papier.

Putain...une bonne chose de faite!

Je termine mon gobelet et tape dans les mains avant de me relever.

Faut que je me bouge sinon je vais m'endormir. Allez viens, je te fais visiter.

Je prends sa main et veut l'aider à se relever avant de la trainer à ma suite.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Glamourous Indie Rock&Roll - Alexis & Barty
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Super Nintendo] Rock'n Roll Racing
» Elvis, le roi du ROCK'N'ROLL
» [EXCLU] Fullplay : Rock 'N' Roll Racing (Super Nintendo)
» Rock N Roll Fortress
» [Estim] Rock n roll racing Snes FAH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-