Do you tear you self appart to entertain like me ? feat. Edlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Ces derniers temps tout était vide. Plus rien n'avait d'importance. Ce que j'avais été con aussi. Il y avait une bonne raison pour laquelle je ne m'attachais à personne d'habitude. J'avais vu les ravages que ça faisait et maintenant je me sentais comme un con. Je pensais que j'étais assez fort que je ferai une croix dessus facilement. Mais je me réveillais encore en plein milieu de la nuit avec son nom au bord de mes lèvres. Lana. Cette putain de fille m'avait obsédé pendant des jours et des jours. Et putain, quand j'ai réalisé que c'était réciproque entre nous ? J'avais commencé à nager dans une sorte de bonheur débile… Et maintenant je m'en mordais les doigts. Elle était morte putain. Raide morte. Evidemment que j'avais fait un scandale à ce propos, évidemment que j'avais chercher à savoir. Mais personne dans cette putain de ville ne m'avait offert de réponse concrète.

Comment on pouvait en vouloir à Lana ? C'était une fille merveilleuse, haute en couleur et débordant d'une joie de vivre certaine. Tout mon opposé quoi, surtout maintenant. J'avais bien tenté de faire des recherches, j'étais bien sûr que la Dux Tenebris avait quelque chose à voir là dedans. J'essayais de relativiser, mais c'était dur et…. Et Ezeckiel avait disparut. En règle général je ne m'inquiétais pas trop pour mon jumeau, mais là… Ca devenait critique. Il ne rentrait pas tous les soirs, mais là ça faisait beaucoup de soir de suite qu'il ne rentrait pas et je connaissais assez mon frère pour savoir qu'il ne m'aurait jamais abandonné. Et il n'aurait jamais abandonné son chien-loup nn plus. Ce monstre le suivait toujours comme son ombre. Mais j'avais beau faire des recherches, poser des question personnes ne savait.

Le pire dans tous ça, c'est que je ne pouvais pas faire trop de recherches non plus. Je devais garder à l'esprit que j'étais toujours un criminel en cavale moi aussi. Evidemment, personne n'était au courant de ça a Bray, mais sait-on jamais. Si quelqu'un avait pour idée d'aller fouiller du côté des bases de données françaises. Heureusement, l'informatique c'était mon fort et j'étais affreusement doué pour effacer mes traces. J'avais d'ailleurs essayer de pirater les données de la ville et de la Dux Tenebris. Mais c'est qu'ils étaient bien protégés ces connards. Après un énième tentative, j'avais fini par tout envoyé en l'air. Ils me faisaient chier ces mecs. J'avais besoin de sortir.

Sans plus attendre je quittais le vieil appart que je partageais avec Ezeckiel et me dirigeait vers l'Ambush. A croire que mes pieds ne connaissaient que trop bien le chemin vers cet endroit. Il ne me fallut pas longtemps avant de me retrouver assis devant le comptoir à commander un premier verre. Je n'avais pas l'intention de me bourrer la gueule. Ce n'était pas dans mes habitudes, puis je n'étais pas particulièrement fan du goût de l'alcool. Après quelques minutes de passées à ruminer dans grande conviction, il fallait que je me trouver une occupation. Je ne pouvais pas rester à rien faire, sinon j'allais encore me torturer les neurones avec Lana et Ezeckiel… Il fallait que je trouve un moyen de me distraire.

En dehors de l'informatique, il y avait un autre truc pour lequel j'étais plutôt doué : faire chier. J'aimais les défis, j'aimais gagner, mais j'aimais aussi faire chier mes adversaires et les détruire. Récemment j'avais découvert un nouveau jeu dans le genre, tout aussi prenant, qui consistait à détruire les autres, ceux qui avait une vie parfaite et bien rangée. Je m'amusais à intervenir dans leur petites vies et tout retourner pour les abandonner soudainement et les laisser dans la merde dans laquelle je les avais foutu. Et pour ce soir, j'avais repérer la cible parfaite. Une de ses filles que j'avais rencontré pendant un court séjour à Paris avec mon frère. On s'était plutôt bien amusé tous les deux, je m'étais fait un plaisir de l'aider à se flinguer la santé. Et à la voir dans un trou pareil, il me semblait qu'elle était sans doute prête à recommencer. Un shooter plein à la main, je m'approchais de ma victime, me penchant vers elle, tout en posant le verre devant en lui disant dans un magnifique français :

- Comme le disait si bien Debbie Harry… « Un shot avant de monter sur scène et on assure »… Bon ok, il n'y a pas de scène ici. Mais c'est un bon moyen de commencer une soirée non ?

J'adressais mon plus beau sourire à mon interlocutrice. Ca faisait un moment qu'on c'était vu, je n'étais pas sûr qu'elle se rappelle de moi, mais ce n'était pas bien grave. Il faut dire que là dessus j'avais une bonne mémoire. J'oubliais rarement les personnes que j'avais rencontré au court de ma vie. Ce qui pouvait s'avérer utile parfois. Dans tous les cas, même si elle ne se souvenait pas de moi, je ne me priverai pas pour lui rappeler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


   Do you tear yourself appart to entertain like me ?
   FT. Aidan G. River

   
Edlyn avait passé la pire journée de sa vie depuis la mort de son frère. Alors qu’elle s’était dirigée vers la maison de son enfance, son père en sortit accompagné d’une petite fille. Edlyn se stoppa net, la petite fille courrait en riant tandis que l’homme la poursuivait en souriant, une femme sortit à son tour de la maison pour leur annoncer que le repas était prêt. La demoiselle resta figée devant cette vision, l’homme souleva la petite fille dans ses bras et ses yeux croisèrent ceux d’Edlyn, elle distingua une réaction subtile dans les yeux émeraudes avant de s’enfuir en courant.

Comment la vie pouvait-elle être ainsi injuste ? Son père qui lui avait gâché la vie avait refait sa vie, il était heureux avec une nouvelle famille alors qu’elle était réduite à avoir le cœur brisé par la mort de son frère, le corps abîmé par les cicatrices reçus de ce même homme. Refoulant larmes de rages menaçant de couler, Edlyn pénétra dans le premier bar se trouvant sur son chemin.

La demoiselle s’assit au bar en commandant un shot de vodka. Alors qu’elle fixait le verre, quelqu’un s’assit à côté d’elle, n’y prêtant pas attention elle continua à contempler son verre jusqu’à ce que son voisin ne s’adresse à elle… …en français… La voix la fit sourire…Aidan… Celui qui lui avait permis de devenir celle qu'elle avait voulu être depuis si longtemps, celui qui l'avait "créer"... La demoiselle en gardait de plutôt bons souvenir...Mais son sourire disparut rapidement, il l’avait abandonné à Paris, seule après les conneries qu’ils avaient faites ensemble, la laissant se débrouiller toute seule, il était parti sans un mot. Elle répondit alors dans un français teinté d’un léger accent avec son plus beau sourire


"C’est rare de croiser quelqu’un qui parle français ici…Vous vous êtes perdu ? "

Oh non, elle n’allait pas lui donner le plaisir d’être reconnu, elle allait réfléchir à une vengeance pendant qu’il était là, voilà qui promettait d’être amusant.


   
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Apparemment mon interlocutrice ne se souvenait pas de moi. Quoique, étrangement, j'étais presque sûr qu'elle en faisait exprès. Attendez, un sourire pareil… On ne l'adresse pas à n'importe quoi. Quoique, après elle était peut-être juste du genre très souriante et joyeusement étonné de trouver quelqu'un qui parle français au fin fond de l'Irlande. A vrai dire, je ne connaissais pas Edlyn des masses. Nous avions juste passé un peu de temps ensemble à Paris. Je le temps qu'on prépare et que nous fassions notre coup avec Ezeckiel et on était repartis. Du coup, c'était possible qu'elle en fasse exprès de ne pas me reconnaître en guise de vengeance. Les femmes sont complexe vous savez. On ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre avec elles.

Je me mis donc à rire à sa question qui semblait si innocente. Mais je savais très bien que mon interlocutrice n'était pas aussi innocente qu'elle ne le laissait croire. Je fis mine de jeter un regard au alentour avant de lui répondre :

- Perdu ? Je ne pense pas. Je crois même que je suis exactement où je devrais être.

J'affichais un grand sourire qui était loin d'être très rassurant on ne va pas se le cacher. Je crois que si je devais comparer mon sourire avec celui d'un personnage, ce serait sûrement le sourire du chat de Cheshire tiré l'Alice au Pays des merveilles. Il avait beau sourire sans cesse, ce n'était pas pour autant qu'il était vraiment heureux. Au contraire, son sourire semblait plus moqueur et plein de malice qu'autre chose.

- Vous ne pensez pas ? Vous et moi, assis dans un bar miteux dans un quartier pourris… Ca ne vous rappelle pas des souvenirs ?


Je parlais sans perdre mon sourire. Si elle voulait jouer à ça, il n'y avait pas de problèmes. J'étais un très bon joueur et je ne perdais jamais. Pas que j'étais forcément doué, mais parce que j'étais près à tout pour arriver à mes fins. Je n'avais pas peur de tricher et de frauder. Si mon interlocutrice se souvenait de moi, elle devait bien savoir qu'il en fallait bien plus pour me stopper que quelques paroles innocentes. J'étais une plaie. Toutes les personnes de qui je m'approchais finissaient par être contaminer et par sombrer petit à petit. Ou plus précisément, je les tirais subtilement vers les ténèbres et les fins fond des enfers. Et le pire ? C'est que j'aimais faire ça. Gâcher la vie des autres pour ensuite disparaître. Pire que la peste. Un vrai démon je vous dis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Do you tear you self appart to entertain like me ? feat. Edlyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Do you tear yourself apart to entertain like me ? - AURA
» L'appart de moi et mon chéri: Perfectrain
» Appart Officiel
» Mon appart avec que du rare.; :) !
» Appart "Chambre d'exorcisme" de Centina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-