Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 J'espère que t'aimes les légumes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Assis à une table vide du réfectoire, après une éprouvante mais enrichissante matinée de cours, Alsender s'apprêtait à déguster un délicieux repas, de la meilleure manière qui soit pour lui: seul, son casque sur les oreilles, un livre à la main. Bien que l'ouvrage qu'il tenait était tout sauf mince, et ne traitait pas d'un sujet des plus simples - la politique dans la littérature au vingtième siècle - il n'aurait pu paraitre moins sérieux. Tapotant joyeusement sur la table du bout des doigts, portant quelquefois sa fourchette à sa bouche sans même prendre la peine d'y mettre de la nourriture, sa mèche de cheveux verts lui barrant le front, il avait l'air d'un enfant distrait. Malgré les apparences, il était on ne peut plus concentré sur son livre; c'est pourquoi il ne remarqua pas la présence d'une jeune élève qui était venue s'asseoir à l'autre bout de la table quelques minutes auparavant.
Néanmoins, au bout d'un certain temps, il releva la tête pour saisir sa bouteille d'eau, et l'aperçut. Ses longs cheveux roux cachaient son visage du point de vue d'Alsender; mais il remarqua que sa main blanche et fine s'appliquait à tourner et retourner la nourriture dans son assiette à l'aide d'une petite fourchette, sans jamais y gouter. A en juger par l'odeur peu appétissante qui émanait de la cantine, le plat du jour n'était pas d'une qualité exceptionnelle. L'étudiant fronça les sourcils. Si elle ne mangeait pas, elle n'allait pas pouvoir suivre les cours de l'après-midi correctement... Elle avait l'air toute jeune, en plus. Et comme elle était seule elle aussi, pas d'âme charitable pour lui filer son morceau de pain ou sa compote.
Il jeta un œil à la nourriture qui lui restait. Des brocolis au sésame et au gingembre, qu'il avait préparé lui-même, un yaourt à boire à la vanille, et un petit pain au lait. Il n'avait pas entamé ses légumes, et n'avait pas touché à son dessert non plus. Une idée lumineuse germa soudain dans son crâne.
Il récupéra le couvercle de son tupperware et, avec sa cuillère restée propre, y disposa soigneusement les légumes comme il l'aurait fait sur une assiette. Puis, il essuya avec soin la bouteille en plastique un peu humide qui contenait le yaourt. Ça ressemblait un peu à ce qu'aurait pu faire une mère attentionné qui essayait de faire manger de la verdure à son rejeton, mais c'était plutôt joli, et, il fallait le reconnaître, très appétissant. Enfin, sans même se dire que l'inconnue pourrait trouver cette démonstration d'affection plutôt étrange ou même dérangeante, il retira son casque, saisit l'assiette improvisée et le dessert, et, sautillant plus qu'il ne marchait vers l'autre bout de la table, déposa le tout devant la demoiselle. Il avait un grand sourire enfantin; il se disait que ça allait sûrement lui faire plaisir.

-Tiens, c'est pour toi! C'est sûrement meilleur que les plats de la cafétéria. Ne t'en fais pas, j'y ai pas touché, et c'est frais de ce matin.

Pas la manière la plus normale de commencer une conversation, mais Alsender ne s'en rendit même pas compte. Il était juste content d'offrir un déjeuner correct à la jeune fille. Les yeux brillants, il resta planté là, à une distance raisonnable, attendant de voir si elle allait accepter ou pas - mais son refus n'était pas vraiment une éventualité dans son esprit. Après tout, il était pétri de bonnes intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Rozalyne Overland n'aimait pas vraiment la faculté, c'était pour elle un lieu surpeuplé où le bruit était quasiment insupportable. Il y avait certaines choses qu'elle aimait à la faculté, tout de même, les professeurs passionnés par leur matière et qui savaient rendre leurs cours intéressants ou encore le calme de la bibliothèque universitaire...Mais ce qu'elle détestait par-dessus était la cafétéria.

Elle détestait cette immense salle aux murs immaculés (enfin, ils l'ont été un jour mais ils sont tâchés, décorés de petits dessins ou même le plâtre qui les compose se fissure lentement), avec ces innombrables tables et ce maudit self-service, surveillé par une ou deux personnes en blouse blanche. C'est pourquoi, la jeune fille passait sans entrain son plateau sur le rail qui permettait à chacun de se servir.

Aujourd'hui, n'était pas un bon jour. La nourriture semblait particulièrement peu appétissante et c'est avec tout le désespoir du monde que Rozalyne se saisit d'une assiette remplit d'une étrange purée verdâtre, et d'une viande en sauce trop grasse et trop cuite. A cela, elle dut ajouter une entrée -des carottes rappées natures, de toute façon elle ne les mangerait pas-, et un dessert -une sorte de salade de fruits qui semblait plongée dans un jus amer-. Et après seulement, elle put payer son repas, ce qui sachant qu'elle n'allait sans doute pas manger grand-chose résonnait un peu comme une arnaque, et emmener son plateau avec elle, vers une des tables. Malheureusement, aujourd'hui, elle mangeait à midi, ce qui signifiait que la cafétéria était envahie par les élèves et que toute les tables étaient prises.

Il fallut un moment à la rousse pour repérer une table qui n'était pas envahie par un groupe d'étudiants. A vrai dire, il n'y avait qu'un jeune homme, haut en couleurs, assis, et c'est sans doute pourquoi elle prit son courage à deux mains et alla s'y asseoir, aussi loin que possible du jeune homme. Ce dernier ne semblait pas avoir remarqué la présence de la métamorphe, ce qui l'arrangeait bien.

Pendant un très long moment, Rozalyne essaya de se convaincre qu'elle allait manger. Elle goûta, tripotant son repas du bout de sa fourchette sans grande envie, l'air profondément ennuyée. Comme toujours, elle était à moitié cachée derrière sa chevelure rousse, et son bras gauche, dressée entre elle et le reste du monde.

Mais bien sûr, cette barrière de fortune ne put la protéger, ni même la prévenir, de l'arrivée du jeune homme assis à sa table. Rozalyne sursauta en le voyant s'approcher d'elle, et elle fut d'autant plus stupéfaite en le voyant poser devant elle un couvercle de tupperware rempli de brocolis à l'air tout à fait délicieux et un yaourt à boire.

« Tiens, c'est pour toi! C'est sûrement meilleur que les plats de la cafétéria. Ne t'en fais pas, j'y ai pas touché, et c'est frais de ce matin. » dit alors le jeune homme, à quelques pas d'elle.

Elle le regarda un long moment, incrédule. Puis, elle fixa ce qu'il venait d'apporter et fit plusieurs fois l'aller-retour entre son plateau -écœurant- et le couvercle du tupperware -appétissant-. Elle n'aimait pas qu'on lui fasse de charité, elle détestait qu'on la prenne en pitié et elle n'aimait pas vraiment les gens non plus, en général. Mais son estomac eut raison de ses réticences, et finalement, elle hocha doucement de la tête à son intention, laissant tout sa stupéfaction quitter les traits de son visage, affichant un masque neutre.

« Merci, souffla-t-elle du bout des lèvres. Es-tu sûr que cela ne va te manquer ? » ajouta-t-elle, après un petit instant à fixer la nourriture.

Elle ne souhaitait pas qu'on se prive pour elle. Il n'empêche que le plat lui mettait l'eau à la bouche, et qu'au moins, cela aurait le mérite de remplir son estomac pour le reste de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Aslender avait remarqué la surprise sur le visage de la jeune fille, mais ne lui fit pas remarquer: cela aurait été impoli, sachant qu'ils se connaissaient depuis environ... Quarante secondes? On pouvait même dire qu'ils étaient de parfaits inconnus l'un pour l'autre. Ca ne l'empêcha pas de lui adresser son sourire le plus radieux lorsqu'elle hocha la tête - et c'était moins une expression de jeune adulte bien élevé que celle d'un gamin ravi.

D'une voix adorablement fluette qui donna tout de suite à Alsender l'envie de la serrer dans ses bras, elle formula un remerciement, puis, après un regard sur l'assiette-tupperware, lui demanda si sa nourriture n'allait pas lui manquer. Si, il allait sûrement avoir un peu faim plus tard, mais il ne lui restait plus beaucoup de cours cette après-midi... Il n'aurait qu'à se faire une salade de fruits en rentrant. Ou des gaufres. Est-ce qu'elle aimait les gaufres, elle aussi? Il faudrait qu'il lui en ramène, une fois...

-Pas du tout! Si je te propose, répondit-il sans hésiter, sans se départir de son attitude joyeuse. C'est tout pour toi!

Délicatement, il plaça devant elle les légumes, le yaourt et le pait au lait, poussant un peu l'assiette de nourriture de la cantine pour faire de la place. De près, ça avait l'air aussi peu ragoutant qu'au bout de la fourchette. Alsender avait beau manger à peu près n'importe quoi, pas sûr qu'il aurait pu goûter à ça, même par politesse.

Comme la jeune fille n'avait pas semblé affectueuse outre mesure avec lui, il décida pour une fois de respecter son espace personnel et de repartir s'asseoir tranquillement à sa place. Malgré son ignorance relative du fonctionnement humain, il savait que quelques garçons de première ou deuxième années haranguaient régulièrement les jeunes filles seules à la cafétéria, et il ne tenait pas à passer pour l'un d'eux. Enfin, peut-être qu'il allait se mettre juste un peu plus près. Déjà, parce qu'il tenait relativement à son couvercle de tupperware, et surtout, parce qu'il aurait peut-être la chance de discuter un peu avec elle, et de faire de cette journée sympathique une journée formidable!

Un doute le pris soudain, et, au lieu de se diriger vers sa chaise, il fronça légèrement un sourcil en regardant la jeune femme, l'air un peu soucieux.

-T'es sûr que t'aimes, hein? Parce que je veux pas te forcer à manger des choses qui ne te plaisent pas.. Si t'en veux pas, je vais te chercher un truc au magasin d'à côté, ça me prend dix minutes si je cours.

Il ne plaisantait pas. Elle n'aurait eu qu'à hocher la tête et Alsender aurait cavalé jusqu'à la supérette la plus proche pour lui acheter tout ce qu'elle voulait. Et non, il ne se rendait même pas compte que les inconnus ne sont généralement pas aussi amicaux les uns envers les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Rozalyne restait quelque peu intimidée par le sourire, étincelant du jeune homme. Comment pouvait-il sourire ainsi ? La dernière fois qu'elle avait souri comme lui (sur l'injonction de sa mère adoptive, pour une photographie), cela lui avait donné une drôle de tête, comme si quelqu'un tirait sur ses joues pour la faire sourire, et cela ne lui allait clairement pas.

"Pas du tout! Si je te propose, répondit le jeune homme, sans se départir de son sourire rayonnant. C'est tout pour toi!"

C'était étrange tout de même cette générosité, non ? Les gens ne faisaient pas ça. Mais Rozalyne avait trop faim pour vraiment s'attarder sur cela, et puis, il n'avait pas l'air bien méchant, avec ses cheveux verts et sa bouille joyeuse. Cependant, elle l'observa avec une certaine nervosité alors qu'il déposait le couvercle devant elle et le yaourt, retenant un mouvement de recul. Elle n'aimait pas vraiment qu'on s'approche d'elle, Roza.

Elle ne répondit rien, et il s'éloigna un peu, comme pour retourner s'asseoir à sa place. Elle, pendant ce temps, restait là à fixer la nourriture devant elle, partagée entre son appétit et ses peurs, si habituelles. C'est peut-être pour cela qu'il s'arrêta et se retourna vers elle, comme pris d'un doute soudain :

"T'es sûr que t'aimes, hein? Parce que je veux pas te forcer à manger des choses qui ne te plaisent pas.. Si t'en veux pas, je vais te chercher un truc au magasin d'à côté, ça me prend dix minutes si je cours. " prononça-t-il, créant chez la rousse une véritable surprise au fil de ses mots.

Il existait vraiment des gens comme cela ? Prêts à rendre service ? En plus, il n'avait l'air de ne rien attendre en retour. Cependant, la métamorphe était plus que satisfaite parce qu'il avait déjà fait pour elle, aussi s'empressa-t-elle de le détromper, agitant maladroitement ses mains :

"Non, non, c'est bon, merci vraiment, dit-elle à toute vitesse. C'est vraiment...étonnant une telle gentillesse." acheva-t-elle, rougissante alors qu'elle se munissait de sa fourchette en plastique pour saisir un brocoli.

Elle la porta à sa bouche, et ne put retenir un petit soupir quand les saveurs explosèrent sur ses papilles, de manière délicate, ne froissant pas son palais délicat, bien au contraire. Rozalyne oublia momentanément la présence du jeune homme et savoura avec plaisir les délicieux légumes.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
A peine le jeune homme eut-il finit de formuler sa proposition que l'inconnue se mit à agiter les mains devant elle en signe de négation, visiblement gênée. Alors qu'elle refusait poliment, quoique d'une voix pressé et légèrement bredouillante, ses joues et ses tempes se couvraient de plaques rosâtres. Alsender se retint de sourire plus largement. Il ne voulait pas lui donner l'impression de se moquer d'elle, mais elle était vraiment adorable. Elle ressemblait plus à une lycéenne qu'à une étudiante, d'ailleurs. Il se demanda brièvement quel âge elle pouvait bien avoir; une petite vingtaine d'années, sans doute. Peut-être un peu moins? Enfin, ce n'était pas vraiment le moment de se poser ce genre de question.

Un mot dans sa réponse le fit tiquer une seconde, et il pencha légèrement la tête sur le côté alors qu'elle finissait sa phrase, avec une petite moue de chaton. Étonnant? C'était normal d'être aimable avec son entourage, non? Est-ce que les personnes qu'elle fréquentait n'étaient pas aussi affables que lui? Il fronça les sourcils. Pour lui, être aussi accommodant et serviable, même avec les inconnus, relevait de la politesse la plus élémentaire. Néanmoins, même si cela l'avait un peu perturbé, il ne fit aucune remarque à ce propos. Et il oublia vite ses paroles quand il vit que la jeune fille semblait se délecter de la nourriture qu'il lui avait proposé, ce qui lui rendit son sourire. En plus de la joie de la voir manger autre chose que la nourriture de la cafétéria, il était assez flatté de voir qu'elle appréciait sa cuisine. Il avait rarement de l'occasion de préparer à manger pour les autres, et, même s'il le faisait indirectement, cela lui faisait très plaisir.

Il la laissa continuer son repas en paix, et se dirigea vers la place qu'il avait laissé pour récupérer ses affaires. Son livre était toujours ouvert sur la table, maintenu par son téléphone portable et son casque qu'il avait négligemment laissés trainer dessus. Il déverrouilla le mobile pour constater qu'il n'avait, comme d'habitude, aucun message, et il le remis dans la poche de son sweat-shirt. Puis, il replaça simplement son casque autour de son cou. Il avait vraiment envie de s'asseoir à côté de la jeune fille, mais il avait peur de la déranger; aussi, après avoir rassemblé son petit bazar, il se tint debout, à une distance raisonnable de sa place, en attendant qu'elle ait fini ses légumes. Dès que ce fut le cas, lorsqu'elle releva la tête vers lui, il fit deux petits pas qui ressemblaient plus à des sauts de chevreau joyeux vers elle, et lui demanda, toujours tout sourire, ses yeux bleu glacier illuminés par la perspective de connaître une nouvelle personne:

-S'il te plaît, est-ce que je peux m'asseoir en face de toi?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Si Rozalyne se perdit momentanément dans le bonheur de manger quelque chose d'aussi bon que ces légumes soigneusement préparés et assaisonnés, cela ne put être que bénéfique : habituellement elle n'aurait jamais laissé ce genre de choses se produire, elle se débrouillait seule et ne s'en plaignait pas. Mais la gentillesse du jeune homme ne semblait pas intéressée, et puis que voudrait-il obtenir d'elle ? Peut-être ses devoirs ? Mais ils n'étaient même pas ensemble en cours, non, c'était stupide. Encore moins son corps, elle n'était pas assez jolie pour cela, peut-être était-ce simplement pour ne pas rester seul. Ou peut-être avait-il eu pitié d'elle. C'est sûr qu'elle n'avait pas l'air très confiante, ni très bien dans sa tête, Rozalyne : elle se cachait continuellement derrière ses longues mèches rousses, gardait la tête basse et ses mains tremblaient toujours légèrement. Sa voix était très basse, bien que douce, et il substituait dans son timbre un très léger accent russe, qu'elle s'efforçait de garder discret, ne souhaitant pas répondre à des questions sur ses origines.

En tout cas, elle oublia totalement la présence du jeune homme, jusqu'à ce qu'il demande :

"S'il te plaît, est-ce que je peux m'asseoir en face de toi?"

Rozalyne eut un petit sursaut, afin d'hocher doucement de la tête, ne souhaitant pas paraître ingrate :

"Oui, oui...Excuses-moi...Tu étais là le premier, et tu m'as donné à manger, tu peux t'asseoir où tu veux."

Elle continua de manger, terminant doucement les légumes : c'était très bon, et elle avait rarement l'occassion de manger quelque chose de fait maison à la faculté. Au début, sa mère adoptive lui préparait un repas à emporter mais elle avait fini par cesser de le faire, en voyant que la moitié du temps, il finissait à la poubelle le soir, Rozalyne ayant préféré ne pas manger. L'entrée à la faculté avait été compliqué pour elle, et elle ne venait régulièrement à la cafétéria que depuis quelques semaines.

"Je...commença-t-elle, hésitante, avant de se reprendre. Je m'appelle Rozalyne, et toi ? "

Elle souhaitait faire connaissance avec lui, ne serait que pour savoir si son geste était vraiment désintéressé : s'il ne l'était pas, tant pis, elle s'en irait sans attendre, mais s'il l'était vraiment, alors, il était une personne intéressante et susceptible de bien s'entendre avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
J'espère que t'aimes les légumes !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hey Mon ami ! Tu aimes ça manger des patates ?
» J'espère que vous serez nombreux !
» J'espère passer un bon moment avec vous, ou quelque chose comme ça.
» est ce que tu aimes les films de gladiateurs
» Peter ♣ Tu m'aimes réel ou pas réel ? - Réel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-