Hello, darling. [MERAÜL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Inspirant doucement, le bouclé regarde autour de lui avant de vérifier les branchements de son micro. Puis, après avoir lancé un regard au barman, Merle se plante face au micro et attend que la musique démarre. Doucement, sa voix s'élève dans le bar, et il chante des chansons qu'il a apprit par cœur, certaines qu'il a écrit lui-même dans ses moments d'inspiration. Il se concentre et sa voix mélodieuse résonne à l'intérieur de l'Ambush. Certaines têtes se tournent vers lui, d'autres se contentent de finir leur verre. Mais pour autant, il attire de nouveaux clients. Fermant les yeux, il essaie de ne pas regarder les personnes qui lui font face, bien qu'il ne peut pas s'empêcher d'ancrer parfois son regard dans de joli yeux noisette qu'il a remarqué depuis un moment. Il est entré dans le bar, ce garçon qu'il a déjà remarqué plusieurs fois. Il lui a même adressée la parole une fois. Saül. Il se souvient de son prénom, gravé en son esprit. Ce garçon qu'il avait déjà remarqué à l'école plusieurs fois, avant de changer de faculté et de ne plus jamais le revoir par la suite. Refermant les yeux pour se concentrer à nouveau sur ses chansons, Merle enchaîne une dizaine de musiques à la suite, toujours accompagné par le petit orchestre du bar. Lorsque la dernière chanson se termine, il recule de quelques pas avant de se courber en deux face au public. Certains applaudissent, d'autres non. Jetant un regard au beau brun, Merle sourit doucement en le voyant applaudir et descends de l'estrade pour ranger son matériel.

Le public de l'Ambush est plus difficile à conquérir, mais il y arrivera, il le sait. Oh, pas qu'il ait des ambitions mondiale, mais il aimerait au moins se faire un peu plus d'argent. Une fois son matériel rangé dans son sac, Merle le fait passer par dessus son épaule et avance doucement vers le bar. Chanter lui a assécher la gorge, et il a bien besoin d'un petit quelque chose pour se rafraîchir. Passant une main dans ses boucles folles, le châtain s'assoit au comptoir et demande une bière avant de regarder autour de lui. Il cherche aussi discrètement que possible, ce brun aux yeux chocolat qu'il croise de plus en plus souvent. Peut-être qu'il le suit ? Se mordant la lèvre inférieure, Merle remercie le barman avant de boire doucement, prenant l'enveloppe qu'il lui tend avant de la ranger dans son sac. Cela lui permettra de finir le mois plutôt tranquillement, fort heureusement. Inspirant doucement en ne remarquant pas Saül, Merle finit par hausser les épaules et termine sa bière, se disant qu'il est sûrement parti. Tant pis. Une fois sa bière terminée, le châtain se redresse et paie la boisson, puis remet son sac sur son dos et se dirige vers la sortir du bar. Cependant, une certaine odeur capte son attention, et il fronce un peu les sourcils avant de se retourner, fixant Saül qui se trouve derrière lui. Il ne peut s'empêcher de rougir, baissant aussitôt les yeux avant de se mordre la lèvre. « Oh.. Bonsoir.. » Il déglutit, mal à l'aise et se triture les doigts, vraiment pas habitué aux rapports humains. Surtout pas avec un aussi beau garçon, il faut le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Attendant tranquillement que la petite famille sorte de la maison pour se diriger au restaurant, comme tous les jeudis soirs, le petit raton laveur se faufile entre les barreaux de la clôture pour finalement grimper jusqu'à la seule fenêtre d'entrouverte. Passant d'abord sa tête, puis ses pattes avant, il laisse ensuite son corps retomber vers l'avant et tombe mollement sur le lit avant de secouer son pelage grisonnant. C'est avec les yeux brillant qu'il cherche la chambre des parents, ouvrant leurs placards pour y trouver des bijoux. Le chat de la famille lui crache dessus et il s'empresse de lui jeter un collier en toc à la tête pour le faire fuir, chose qui ne se fait pas trop attendre. Soufflant fort, le raton laveur attrape quelques bijoux, connaissant désormais la valeur de nombreuses choses avant de ressortir de la maison. Il en a pour au moins cinq cent dollars là-dedans et c'est déjà ça. Partant à toute vitesse, il veille à ne pas être suivi avant de rentrer chez lui tranquillement, reprenant ensuite forme humaine. « Fiou. C'était aussi facile que de voler une sucette à un bambin. » Claque-t-il en pouffant de rire, se lançant des éloges avant d'aller se préparer pour aller dans un bar. Un spécial. Où joue un joli jeune homme qu'il aimerait bien mettre dans son lit, il faut l'avouer. Enfilant un jean assez serré ainsi qu'une jolie chemise de marque, le métamorphe s'empresse de sortir de chez lui pour se diriger tranquillement vers l'endroit voulu.

Une fois sur place, Saül demande une Vodka menthe avant de s'installer sur une banquette, fixant le chanteur qui prend place sur la scène. Se mordillant la lèvre inférieure un instant, le raton boit quelques gorgées de sa boisson sucrée et alcoolisée avant d'écouter chacune des chansons du beau bouclés à la voix charmante. Il ne se retient pas de lui lancer des sourires et de le fixer dans les yeux au loin, voyant bien qu'il lui jette de temps en temps un regard. Applaudissant une fois le spectacle terminé, Saül soupire d'aise et se redresse, suivant le bouclé du regard. Il le regarde s'installer au bar et boire une bière avant de se diriger vers la sortie du bar. Fronçant les sourcils, Saül se lève aussitôt, déçu qu'il ne vienne pas de lui-même le voir et s'apprête à l'interpeller quand le jeune homme se tourne vers lui. Merle. Ce qu'il est beau. Il pourrait fixer son visage des heures durant sans jamais s'ennuyer. « Bonsoir. » Il sourit en coin en remarquant ses rougeurs et le fait qu'il se triture les doigts. « Tu pars aussi vite, je ne peux même pas t'inviter à boire un verre ? » Il demande, faisant une moue déçue avant de lui sourire à nouveau. « Je me répète, je sais, mais tu chantes vraiment bien, Merle. » Claque-t-il comme s'ils se connaissaient depuis des lustres. Oh, il aimerait bien. Cela voudrait dire qu'ils auraient déjà eu l'occasion de s'amuser dans un lit deux personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Se redressant doucement, Merle observe son public avant de leur lancer un faible sourire, se triturant légèrement les doigts avant de jouer avec son micro. Puis, prenant une courte inspiration, il les salue et descends doucement de scène, commençant à ranger son micro sans attendre. Quelques personnes s'approchent, le félicitant pour sa prestation, le complimentant sur sa voix mélodieuse. Ne pouvant s'empêcher de rougir, le garçon opine doucement et les remercie, modeste, avant de glisser ses affaires dans son sac à dos, refermant ce dernier. Merle regarde autour de lui, cherchant du regard le joli garçon qui l'a fixé un long moment pendant qu'il chantait. Frémissant en y repensant, le bouclé secoue doucement la tête puis se dirige vers le bar pour demander une bière, afin de se remettre de ses émotions. Oui, il n'y a rien à faire, ce public n'est vraiment pas facile. Mais bon, il aura eut au moins quelques compliments, et une enveloppe du propriétaire. Glissant cette dernière dans son sac, Merle inspire doucement et approche doucement le breuvage ambré de ses lèvres, buvant quelques gorgées délicieuses.

L'alcool est fort, même dans la bière – à son goût, du moins – mais il apprécie quand même cette légère sensation qu'il ressent alors que l'alcool se répand dans ses veines. Non, en effet il ne tient pas l'alcool. Mais il ne le crie pas sur les toits. Une fois sa bière terminée, Merle remercie le barman et paie sans plus attendre, glissant son sac sur ses épaules. Puis, alors qu'il se dirige vers la sortie du bar, il sent une douce odeur derrière lui. Hm, il la reconnaîtrait entre milles. Se retournant sans plus attendre, un peu brusquement, le Wendigo fixe le jeune homme à la peau mate devant lui, détaillant chaque partie de son visage. Bon sang ce qu'il est beau. Terriblement beau. Se mordillant la lèvre inférieure, il se redresse un peu et le regarde, rougissant lorsqu'il lui adresse la parole. « Vous.. Tu vas bien.. ? » Il souffle et se triture légèrement les doigts, véritablement mal à l'aise. Surtout en compagnie d'un aussi beau jeune homme qui lui fait autant d'effet. « Hm.. Un verre ? D'accord.. Oui d'accord. » Il souffle et lui lance un sourire timide avant de se diriger vers le bar sans plus attendre, ayant besoin de s'asseoir. Bon sang, il aurait presque des bouffées de chaleur. Et ces joues qui n'en finissent pas de rougir. Bon sang, il le complimente encore ! « Merci.. C'est gentil.. Saül, c'est ça ? » Il se mord la lèvre et le fixe, puis baisse doucement les yeux sur le comptoir en attendant qu'il s'installe, se grattant nerveusement la nuque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Saül essaie de se rapprocher un peu du jeune chanteur aux magnifiques cheveux blonds et bouclés. Il aimerait qu'il lui laisse une chance, car après tout, à chaque fois qu'ils se croisent, le blondinet trouve toujours une solution pour s'enfuir le plus vite possible, ce que le beau pompier ne comprend pas. Pourquoi faut-il toujours qu'il s'en aille aussi vite ? Il ne lui a pourtant rien fait de mal. Souriant doucement en s'approchant du garçon, il l'interpelle et tente d'engager la conversation. « Je vais bien, oui. » Il annonce, tout sourire, la voix mielleuse. Il remarque les rougeurs du jeune homme et ne peut s'empêcher de le trouver craquant. Il faut dire qu'il semble doux et calme ; tout son contraire, ce qui l'attire encore plus. Saül complimente le chanteur avant de lui demander s'il peut l'inviter à boire un verre. Il faut bien tenter une approche, non ? C'est en persévérant qu'on arrive à faire les meilleures choses et Merle l'intéresse tout particulièrement. Il ne peut pas abandonner. Pas aussi facilement. Non. Jamais. Se mordillant la lèvre inférieure, il attend une réponse de sa part, un peu nerveux, il faut l'avouer. Il n'a pas vraiment envie de se prendre une veste encore une fois. Ce serait vraiment déstabilisant et frustrant.

Souriant bêtement lorsqu'il l'entend dire oui pour un verre, le métamorphe suit l'homme qui hante ses nuits jusqu'au part et s'installe à ses côtés, sur un siège en cuir noir plus que confortable. Souriant grandement en l'entendant dire son prénom, le raton laveur hoche doucement de la tête avant de tiquer. Comment est-ce qu'il peut savoir ça ? Il n'a jamais eu l'occasion de lui dire comment il s'appelle. « Oui, c'est ça. Comment tu le sais ? Je ne te l'ai jamais dit. » Il papillonne des yeux avant de demander deux verres, la même chose que d'habitude pour lui, souriant au serveur. Il se tourne ensuite de nouveau vers Merle et le détaille du regard. « Tu m'évites la plupart du temps. Je n'avais encore jamais eu l'occasion de t'inviter à boire un verre, tu pars tout le temps à toute vitesse. » Il fait la moue, montrant ainsi à quel point il se trouve être vexé par ses agissements. Il aimerait savoir ce qu'il se passe dans la petite tête du bouclé. Il aimerait savoir s'il lui plaît ou si au contraire, il ne lui plaît pas. Il ne veut pas l'importuner, ni même attirer sa pitié. Il voudrait simplement apprendre à le connaître et entendre sa voix si agréable encore et encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Observant l'homme face à lui, Merle lui offre un doux et timide sourire avant de détourner le regard, sentant ses joues s'empourprer et son cœur louper un battement. Bon sang, pourquoi faut-il qu'il soit aussi timide ? A cause de sa nature, certes. Et de son faible taux de rapports avec les hommes. Hochant doucement la tête quand Saül lui annonce qu'il va bien, Merle lui répond par un sourire tout en frémissant au ton de sa voix. Bon sang, c'est dingue l'effet qu'il lui fait. Rougissant de plus belle quand il lui propose un verre, le bouclé s'installe au comptoir tout en plaçant son sac entre ses jambes, se mordillant la lèvre inférieure avant de demander une bière. Le Wendigo se sent légèrement nerveux, et souffle en sentant son ventre se tordre délicieusement. Roh bordel. Croisant et décroisant sans cesse ses jambes, il laisse ses doigts venir tapoter ses propres cuisses tout en portant son regard autour de lui, n'osant pas regarder le bel homme qui l'accompagne. Frémissant de nouveau quand Saül prononce son prénom, Merle lui sourit et boit une gorgée de sa bière avant de froncer légèrement les sourcils en l'entendant, ne pouvant retenir une mine déçue.

Alors, il ne se souvient pas de lui. Il ne le connaît qu'en tant que gamin qui chante dans les bars. Soupirant tristement, le bouclé hausse les épaules avant de reposer son verre, avalant doucement sa gorgée de boisson ambrée. « Ben.. On était dans la même classe au lycée.. T'as pas beaucoup changé, et je me souviens de toi.. » Lui souriant d'un air timide, bien que déçu, Merle se gratte la nuque et fait tourner son verre entre ses doigts avant de reprendre plusieurs gorgées, soupirant d'aise. « Je suis désolé.. C'est juste que je bois pas beaucoup d'alcool, j'ai pas envie de finir bourré.. Ni de m'éterniser au milieu du bruit. J'aime bien le calme. Mais j'aime bien aussi me faire inviter par de jolis garçons comme toi. » Il sourit, rougissant de plus belle avant de boire quelques gorgées, poussant un doux soupire d'aise avant de fixer son verre de nouveau, légèrement mal à l'aise de nouveau. Il faut dire que c'est la première fois qu'il accepte de boire un verre avec un beau garçon, et il craint le déroulement de la suite de la soirée. Sait-on jamais, des fois qu'il le suivrait jusqu'à chez lui, comment lui expliquer qu'il n'a jamais fait l'amour malgré qu'il en ait envie ? Il ne veut pas faire ça.. Juste pour un soir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Saül tente de créer une certaine complicité entre lui et le magnifique chanteur de ce pub aux allures vintages. Il aimerait le connaître un peu plus, il aimerait qu'il lui accorde de l'attention. Il ne sait pas vraiment pourquoi il s'entête autant d'ailleurs, puisqu'il pourrait se trouver d'autres jolis garçons à qui faire la cour sans que cela ne soit aussi difficile qu'avec Merle. Inspirant doucement, le métamorphe demande au beau bouclé comment il connaît son prénom, après tout, il n'a pas encore eu l'occasion de le lui dire, puisqu'à chaque fois, ce dernier partait à toute vitesse sans lui laisser le temps de lui parler un peu plus. Remarquant sa moue déçu, Saül papillonne des yeux avant de hausser un sourcil. Ils étaient dans la même classe au lycée ? Cela remonte à plus de dix ans, en même temps, mais maintenant qu'il y réfléchit … Tiquant, le pompier se redresse et sourit. « Ah ! Merle, classe de première et de terminal ! Désolé … ça remonte à longtemps et … disons que tu ne te faisais pas vraiment remarqué, même si tu étais déjà très mignon à l'époque. » Il sourit doucement, amusé. S'il pensait pouvoir un jour craqué sur Merle Ponty, le garçon effacé ? Non. Mais il avait demandé à ses amis d'arrêter de l'embêter, car le garçon n'était pas méchant.

Saül se mordille la lèvre inférieure, se demandant si le jeune homme lui fait la tête et lui en veut de ne pas l'avoir reconnu. Il faut dire qu'il n'a pas gardé contacte avec les gens du lycée. C'est une ancienne époque qu'il aimerait plutôt oublié. Il n'est plus aussi jeune, et plus aussi stupide qu'avant. Perdant soudainement son sourire lorsque Merle lui annonce qu'il aime se faire inviter par de jolis garçons comme lui, Saül opine faiblement, soudainement déçu. Il se mordille la lèvre inférieure et termine son verre d'une traite. Il galère depuis des semaines, et tout ce que cet abruti arrive à lui sortir, c'est qu'il se fait inviter par d'autres mecs ? Déçu, le raton laveur se gratte la nuque. « T'es pas obligé de boire de l'alcool. J'aurais pu t'offrir un soda ou de l'eau, ça ne m'aurait pas dérangé, j'voulais juste qu'on discute ... » Il annonce sans le regarder. Pourquoi est-ce que c'est si douloureux ? Il ne comprend pas. Il n'a jamais ressenti cela. A croire qu'il se sent trahi, alors qu'ils ne se connaissent pas vraiment et que rien ne s'est jamais passé entre eux. « Tu t'fais souvent invité par d'autres jolis garçons ? » Il accentue bien sur les deux derniers moments, la voix amer. Il ne veut pas continuer à patauger comme un imbécile pour un mec qui se fout de sa tronche depuis trois semaines. Il ne veut pas être interrompu par l'un des hommes avec qui il aurait déjà bu un verre non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Inspirant doucement, Merle se pose sur le comptoir avant d'observer l'homme face à lui. Il le trouve beau, diablement beau. Mais c'est un humain. Enfin, un humain à l'odeur bizarre, mais c'est un humain. Alors, il ne doit pas trop s'approcher de lui, au risque qu'il finisse dans son estomac comme d'autres avant lui. Pinçant légèrement les lèvres à cette réflexion, se disant que Saül ne mérite pas tellement de finir en chair à pâtée, Merle se gratte un instant la joue puis termine sa bière d'une seule traite, comme pour se donner un peu de courage. Il grimace légèrement face au goût amère, puis observe son ancien camarade de classe qui paraît soudainement gêné. Moui, ben lui au moins, il se souvient de lui. « Hmm, en effet c'était ça.. » Il se redresse un peu, lui offrant un sourire gêné avant d'observer son verre vide, sentant un malaise presque palpable entre eux. Brr. Il devrait peut-être rentrer. Tentant tout de même de faire un effort, Merle lui explique timidement qu'il aime se faire inviter par lui, tentant de lui glisser un compliment. Mais Saül n'a pas l'air ravi du compliment, et inspire doucement en haussant les épaules. « Je veux bien discuter avec toi, comme on le fait tout de suite.. Ca ne me dérange pas, au contraire.. » Il sourit et se mord la lèvre.

Pour autant, Saül n'a pas l'air ravi du tout. Soufflant, Merle fronce le nez en l'entendant, avant de comprendre. Abruti. « Non. Jamais. T'es le seul « joli garçon »  qui m'invite. » Il inspire, ne cachant pas sa froideur et fouille dans se s poches pour en sortir quelques pièces afin de payer son verre. Puis, se levant, Merle l'observe un instant. « Je vais rentrer, c'était sympa. A plus, sûrement, joli garçon. » Il le fixe un instant, tout de même vexé par ses sous-entendus, avant de prendre son sac et de se diriger vers les toilettes. Il se soulage rapidement, n'ayant qu'une envie, celle de rentrer chez lui pour manger. Son estomac vide commence à le tirailler, ou alors est-ce le sentiment amer que lui laisse Saül ? Non mais il le prend pour qui, un gigolo ? C'est bien la première fois qu'il se fait inviter, il essaie de lui faire des compliments – et Dieu sait ô combien c'est difficile quand on a aucun contact humain depuis des années. Mais bon, si la soirée se déroule ainsi, c'est qu'ils ne sont pas fait l'un pour l'autre. Et puis de toute façon, il ne doit pas se laisser attendrir par les humains. Rien qu'à voir la seule fois où il a tenté de faire l'amour avec un homme. Il s'était à peine déshabillé qu'il était déjà mort et à moitié mangé. Il est incapable de se retenir, et il ne veut pas manger ce garçon qui lui plaît tant. Pas encore. Soufflant doucement, Merle sort des toilettes et prend la sortie du bar, adressant un regard à Saül. Ce qu'il est beau, tout de même, cet abruti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Saül ne peut s'empêcher de dévorer du regard le beau garçon aux cheveux bouclés et dorés. Il le trouve tellement beau, tellement attendrissant et il faut avouer que sa voix enchanteresse ne le laisse pas de marbre. Il se mordille la lèvre inférieure en se demandant ce que cela doit être lorsqu'il gémit de plaisir durant une partie de jambes en l'air avant de secouer doucement la tête. Non. Non. Non. Il ne doit pas penser à ce genre de choses. Donc … Ce chanteur était dans sa classe au lycée. Merle Ponty. Il s'en souvient maintenant. Il était ce garçon que tout le monde jugeait bizarre et mystérieux, mais Saül n'a jamais pensé ainsi. Il le regardait parfois intensément et il lui est même arrivé d'en parler à son ancien meilleur ami avant que ce dernier ne lui dise de changer d'idées ; on n'approche pas les gens bizarres. Pourtant, après toutes ces années, le métamorphe regrette. S'ils s'étaient rapprochés plus tôt, peut-être que les choses seraient beaucoup plus simples à l'heure qu'il est ? « Tant mieux, ça fait un moment que je veux te parler, j'aime bien ta voix. Et puis, tu es sympathique et agréable. » Il lui sourit à son tour, espérant ne rien faire foirer. Il faut avouer qu'il a toujours été un peu maladroit en ce qui concerne la drague. Il ne sait jamais comment s'y prendre, puisque tous les êtres humains sont différents. Et puis, en général, il n'a pas vraiment besoin de faire le premier pas.

Lorsque Merle le complimente, Saül ne saisit pas vraiment le sous entendus du jeune homme. Non. Il voit plutôt le mal dans sa phrase, comprenant ainsi qu'il boit souvent des verres avec d'autres garçons. Blessé, se disant qu'il patauge comme un idiot depuis plusieurs semaines pour rien, le raton laveur montre sa frustration et fait la moue. L'homme qu'il convoite semble soudainement bien froid et le pompier se crispe. Il le regarde payer le verre qu'il était censé lui offrir et papillonne des yeux, ne comprenant pas vraiment ce qu'il se passe. Il est en train de le repousser et de lui faire comprendre qu'il vient de foutre en l'air sa seule chance ? Saül déglutit et l'écoute alors que le bouclé est désormais debout. « … A plus ... » Il répond simplement, blessé, le cœur douloureux. Jamais encore on ne lui avait fait pareille chose. Le métamorphe tapote des doigts sur la table avant de payer son verre, le terminant d'une traite. Il ne peut pas le laisser partir comme ça ! Il ne lui a pas clairement dit d'aller se faire foutre, alors … Peut-être espère-t-il qu'il va le rattraper ? Saül souffle fort et passe une main dans ses cheveux. Têtu, il soutient le regard de Merle et attend que ce dernier soit sorti pour le rattraper en vitesse. Il lui attrape le bras et le tourne vers lui avant de poser ses lèvres contre les siennes avec délicatesse. Il reste un instant comme ça, avant de reculer son visage légèrement. « Je suis désolé si je t'ai blessé toute à l'heure … J'avais mal compris ta phrase … Tu me plais, Merle. Énormément. » Avoue-t-il soudainement avant de se mordiller la lèvre inférieure, nerveux et mal à l'aise. Où est donc passé son côté enjôleur et sûr ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Déçu par le fait que Saül ne se souvienne pas de lui, Merle fait la moue et inspire doucement avant de finir sa bière d'une traite. Puis, relevant son regard clair vers celui du beau garçon à la peau mate, le bouclé hoche doucement de la tête en l'entendant et souffle doucement. « J'ai un peu de mal avec le contact des autres, mais ça me fait plaisir que tu m'ais invité. Ta compagnie est agréable aussi.. » Il sourit faiblement, tentant de se décrisper et de lui retourner un compliment un peu plus osé. Pourtant, Saül ne le saisit pas et Merle fronce les sourcils en entendant sa réflexion. Alors pour lui, il agit comme une pute quoi ? Vexé, le blond fouille dans son porte monnaie avant d'en sortir quelques pièces, payant son verre au compte rond. Puis, rangeant son porte monnaie dans son sac, Merle se lève et le bascule sur son dos avant de saluer en vitesse le brun à ses côtés, filant sans plus attendre aux toilettes. Quel connard. Ruminant dans sa barbe, le blond se soulage rapidement avant de se laver les mains, puis de se passer un coup d'eau sur le visage. Bon sang, la soirée se termine bien mal. Secouant doucement la tête, Merle se redresse avant de sortir, filant sans plus attendre vers la sortie du bar.

Il adresse au passage un regard au beau brun qu'il vient de quitter précipitamment, tout de même prit d'un léger remords. Non. Il se fout de lui, ça ne sert à rien. Et de toute manière, ça ne peut pas aller bien loin, cette relation. Détournant ensuite le regard, le Wendigo se précipite hors du bar et accélère le pas une fois dehors, rabattant sa capuche sur sa tête en se mordant la lèvre inférieure. Il n'aime pas traîner tard dans les rues. Et puis, il commence à avoir vraiment très faim. Sursautant tout à coup quand il sent qu'on lui attrape le bras, le Wendigo se retourne, prêt à frapper avant de reconnaître Saül et son odeur particulière. Oh bon sang. Il n'a pas le temps de s'expliquer qu'il sent les lèvres du brun s'écraser contre les siennes. Rougissant aussitôt, Merle ne sait pas comment agir et papillonne des yeux en le fixant avant de déglutit, complètement figé face à lui. « Je.. Je vais pas boire avec pleins de mecs, t'es le premier ! Alors arrête de penser ça ! » Fronçant les sourcils, il se défend légèrement avant de se mordre la lèvre inférieure, le fixant dans les yeux, nerveux. « Tu me plais aussi.. C'est juste.. C'est compliqué.. » Il rougit et se mord la lèvre, se grattant nerveusement la nuque avant de le fixer dans les yeux.iller la lèvre inférieure, nerveux et mal à l'aise. Où est donc passé son côté enjôleur et sûr ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Saül ne comprend pas vraiment l'attitude du beau garçon qu'il a invité pour boire un verre quelques minutes plus tôt. Il a toujours essayé d'être sympathique et souriant avec lui. Il ne pensait pas à mal, ni même à le sauter dans les toilettes publics de ce bar aux couleurs sombres. Le métamorphe désirait simplement faire connaissance avec le chanteur, mais visiblement, c'est raté, puisque ce dernier semble très remonté contre lui. Le raton laveur baisse les yeux, déçu et blessé par le fait d'être repoussé par le garçon qui hante ses journées et ses nuits depuis plusieurs semaines. Il n'a pourtant rien dit de mal, si ? Il a simplement mal interprété l'une de ses phrases, ce n'est pas la mort tout de même ! Soufflant fort, Saül secoue la tête, puis paie son propre verre avant de jeter un regard en direction du beau bouclé. Il ne perd pas de temps pour sortir du bar et le jeune pompier se lève aussitôt de son tabouret. Il fronce le nez, réfléchissant quelques secondes avant de grogner. Il doit tenter le tout pour le tout. Il n'a pas à avoir peur de prendre une gifle ou d'être repoussé. Il n'a rien à perdre. Rien du tout. Il sera juste blessé durant quelques semaines avant de finalement s'en remettre si le Wendigo lui dit d'aller se faire voir. Enfin, c'est ce qu'il pense. Si on le repousse, il devrait s'en remettre facilement pas vrai ? Mais si ce n'est pas le cas, comment pourrait-il faire ? Il ne va pas lui courir après toute sa vie. Il doit mettre les choses au clair, et vite s'il ne veut pas être encore plus blessé qu'il ne pourrait l'être ce soir si les choses tournent mal.

Sortant du bar à la hâte, désireux de rattraper cet homme qui le perturbe tant, Saül lui attrape finalement le bras et le tourne doucement vers lui pour se pencher et l'embrasser avec douceur. Un long frisson le parcourt tout le long de l'échine alors qu'il recule quelque peu son visage de celui du beau bouclé. Il s'excuse, puis lui annonce sans réfléchir qu'il lui plaît. Beaucoup. Énormément. Un peu trop même. Merle hausse la voix et le raton laveur hoche doucement de la tête. « Je sais, je sais … Excuse-moi, je ne voulais pas te blesser .. » Il se mordille la lèvre inférieure, nerveux, puis sent son cœur se serrer lorsque le garçon lui annonce qu'il lui plaît aussi, mais que c'est compliqué. S'imaginant tout un tas de choses, Saül passe une main dans ses cheveux et inspire. « T'es déjà en couple ? Si c'est ça, je suis désolé … J'aurais jamais dû t'embrasser ... » Il baisse les yeux, tendu. Bon sang. Il ne peut décidément pas s'attacher à quelqu'un de déjà pris. C'est idiot et mauvais. « Explique-moi, Merle … Pourquoi tu me fuis à chaque fois que j'essaie de t'approcher ? » Il relève doucement les yeux vers le concerné, désireux d'avoir enfin des explications. C'est vrai après tout. Dès qu'il tente de l'approcher, le garçon part aussi vite qu'il le peut. C'est à croire qu'il ne lui plaît pas vraiment, sinon, qu'est-ce qui pourrait bien le retenir de passer un peu de temps avec lui ? Il ne l'a jamais froissé ou même draguer de manière mauvaise, il a toujours essayé d'agir de manière courtoise et douce pour ne pas le faire fuir. Alors il ne comprend pas. Comment peut-il tout faire foirer en agissant de la sorte si Merle l'apprécie également de son côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Hello, darling. [MERAÜL]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Clos ] Rénovation Darling!
» ● BCL ● call me, darling (y)
» (famille wagner) i have a bad surprise for you, darling!
» e-darling : dale mervault - coldhands ?
» Hi darling, call me Mizuki ! :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-