Le forum rouvre ses portes, bon retour parmi nous !
Merci de privilégier les races autres que Tempestaire et Fée (hors scéna)

 

 [+18]Irrésistible ft. Balthier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

Irrésistible


ft. Balthier Barries




La chaleur étouffante, les lumières multicolores se partageant tour à tour la scène, la musique presque assourdissante mais entraînante à la fois, les regards avides des hommes ne manquant pas un seul de mes gestes... Tel est mon quotidien que j'ai choisi de plein gré. Je ne comprends pas pourquoi les mortels ont souvent honte de ce genre d'activité alors qu'au fond ils aiment tous ça, ou presque. Je veux dire, qu'y a-t-il de mal à ce qu'un homme puisse admirer danser une femme de son goût? Enfin bref. Je danse alors comme tous les soirs. La moitié de mes gestes sont guidés par automatisme, comme une routine. Par contre, l’autre moitié est dirigée par mon conscient afin que mes déplacements ne semblent pas trop robotiques. Ils doivent être suaves et envoutants pour charmer mes proies et ainsi maximiser mes revenus.

La danse «de groupe» se termine finalement et je vais donc dans ma loge quelques instants pour prendre de l’eau et reprendre mon souffle. Cela peut sembler être un métier facile et pas très exigeant, mais les muscles sont beaucoup sollicités pendant nos chorégraphies du coup cela est plus fatiguant qu’on ne le croit. Enfin, ce n’est que mon enveloppe charnelle qui est fatiguée. Alors que je profite de cette pause pour retoucher mon maquillage, je me remémore les cibles possibles que j’ai cru repérer dans le bar. Bientôt ce sera les séances individuelles alors je veux attaquer celui qui me rapportera le plus d’argent possible. Les choix sont multiples, je vais donc devoir aller choisir sur le terrain et voir lequel serait la meilleure victime. Je m’installe devant le miroir pour m’assurer que chaque détail est parfait avant de retourner dans la salle. Dès le début, mes yeux parcourent la pièce à la recherche de l’homme parfait. Il me semble avoir aperçu un visage familier pendant la danse de groupe, donc j’en profite pour le chercher en même temps de chasser ma prochaine proie.

Mes yeux se posent finalement sur le visage d’un des seuls magiciens que je saurais reconnaître en ce monde.  Un petit sourire amusé étire alors le coin de mes lèvres. Il a tendance à bien payer, et je ne m’ennuie jamais avec lui. Bien sûr j’ai des habitués, et celui-ci fait partie de mes favoris malgré qu’il soit bien différent des autres. Ce n’est pas seulement son argent qui m’intéresse chez lui. Sa compagnie est agréable et donc en plus de m’enrichir, j’ai l’occasion d’être divertie. Il faut dire qu’il est un sacré numéro. Il n’a aucune préférence, n’importe qui lui convient et il n’est donc pas difficile à satisfaire. Gardant une posture et une démarche pleine de confiance malgré ma tenue que certaines considéreraient comme gênante tant elle est dépourvue de tissus, je me faufile parmi la foule pour me rendre jusqu’à lui. Bien sûr d’autres hommes tentent de m’accrocher en chemin, mais à chaque fois j’arrive à m’excuser habilement en veillant à ne pas les vexer, avec une légère caresse ou tout autre geste qui garde leur désir en éveil. De plus, les autres danseuses couvrent mes arrières en prenant la relève pour les plus insistants, sachant que je suis habile pour choisir les bonnes cibles.

Arrivant finalement devant Balthier, je m’installe confortablement et sensuellement sur la table devant lui, posant mes jambes de chaque côté de lui pour le «coincer». Lui adressant mon sourire le plus charmeur et jouant innocemment avec une mèche de mes cheveux j’ouvre finalement la conversation.

«Bonsoir monseigneur, que me vaut l’honneur de votre royale présence en cette magnifique soirée?»

Glissant l’un de mes pieds le long de sa chambre, je prends sans gêne le verre se trouvant sur sa table pour en prendre une gorgée. Je dois avouer que j’aime bien jouer avec lui. Une proie facile mais divertissante à la fois.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Irrésistible


ft. Cassidy E. Strokes




Les pulsions et les désirs humains poussaient à de drôles de choses parfois. J'avais commencé à le constater depuis fort longtemps, depuis mon enfance en fait, lorsque j'avais surpris mes parents courir se cacher dans la voiture, un peu plus loin de notre campement du moment pour satisfaire une envie sexuelle aussi soudaine qu'imprévue au petit déjeuner alors que leur progéniture était en train de déguster ses céréales et de se chamailler. Mais ce ne fut que beaucoup plus tard que je comprenais pourquoi, quand je fus en âge de les découvrir moi-même. Qu'est-ce que cela me faisait à moi ? Je pensais au sexe pratiquement vingt quatre heures sur vingt quatre, j'allais dans tout genre de club pas très catholique, autant que je pouvais en trouver en Irlande, et surtout, je venais voir les jolies créatures qui se dénudaient pour les hommes avides de seins nus et de petites tenues vraiment très légères. Vous trouvez ça ridicule ? Moi aussi, et pourtant, je n'avais pas le choix. Ce soir là encore, je me trouvais au Dark Paradise, un endroit qui semblait m'appeler, ou c'était ma fixation, par la simple présence d'une danseuse. Cassidy E. Strokes, une Génie. Je savais son nom, parce que j'avais eu l'agréable et surprenante surprise de la découvrir lors de réunion à l'OBCM. C'était là que j'avais vraiment compris sa réelle nature et que j'avais appris son nom donc. Belle coïncidence. Depuis, chaque fois que je me trouvais en manque d'Anonyme, que j'avais besoin d'une présence magique et bienveillante à mes côtés, au lieu d'invoquer un autre Génie pour un micro temps, j'allais dans ce club, je me rincer l'œil et je profitais.

Posé à ma place, celle que j'occupais chaque fois que je venais ici, un verre de vin posé sur la table, les plus fins disent toujours que pour accompagner les plus délicats de mets, il faut un bon vin, rouge de surcroit, loin de moi l'idée que je puisse faire des danseuses mon repas, je voyais ce voyeurisme tel quel. Comme du vampirisme. Les hommes comme moi s'abreuvaient du corps, des tenues de ces belles danseuses, tandis qu'elles s'abreuvaient de notre argent et de notre besoin de les voir, de notre voyeurisme. Le chasseur chassé en quelque sorte. C'était surtout un cercle vicieux entre nous, tout ceux qui étaient ici, le patron y compris. Surtout le patron. Nous étions tous pour ainsi dire, dans le même bateau. Bref, à cet endroit, j'étais éloigné de tout le bruit, j'étais tranquille, j'avais suffisamment de musique pour ne pas devenir sourd, mais pas trop loin non plus pour ne pas louper une miette du spectacle des filles. Elles étaient toujours aussi superbe, toujours aussi belles, et de plus, elles dansaient avec énormément de grâce. Ce n'était pas la caractéristique principal, ici, on titillait le désir, personnellement, je repérais surtout leur grâce. Et j'attendais surtout que Cassidy vienne à ma rencontre. Chaque fois que je venais, j'avais droit à une danse, évidemment pas gratuite, mais j'avais les moyens. C'était bien pour ça que je venais ici, notamment parce que je faisais des économies d'électricité et de gaz grâce à la magie, mais ça, c'était tout autre chose. Elle m'avait vu. Nos regards s'étaient croisés, du moins, il me semblait, et je savais qu'elle allait venir  ma rencontre. D'une part parce qu'elle savait que j'adorais l'avoir comme danseuse, d'autre part parce qu'elle appréciait ma compagnie. Si ce n'était pas le cas, cela ferait un moment qu'elle m'aurait refiler à une de ses collègues.

Bingo, elle arrivait droit devant moi ! Je me redressais aussitôt, du moins, légèrement, le coude appuyé sur l'accoudoir de mon siège et je la regardais venir à moi, de sa démarche si sensuelle et féline. Pas étonnant qu'elle ait du succès ici. N'importe qui pourrait la désirer, seulement grâce à son regard. Lorsqu'elle s'installa sur la table, bu une petite gorgée de mon verre, je la saluais d'un mouvement de tête et attendis qu'elle parle. J'aimais qu'elle engage la conversation elle seule. Je savais qu'ici, les clients ne pouvaient pas se permettre n'importe quoi, aussi, j'attendais d'avoir son aval, même si c'était dans un sens stupide puisque je savais que je pouvais faire ami-ami avec elle. Mais c'était mieux ainsi. Les femmes avaient le pouvoir et le contrôle dans ce lieu, il était pour moi évident de me plier à cette règle jusqu'au bout. Une fois qu'elle eut posé le verre, je l'attrapais à mon tour, pour boire exactement au même endroit qu'elle, sans la quitter du regard. Cassidy était toujours très taquine avec moi, et j'avais bien l'impression qu'elle aimait s'amuser avec moi. Je ne pouvais pas l'en blâmer. Encore une fois, c'était elle qui avait le pouvoir.

«Bonsoir charmante donzelle. Je passais par ici avec ma calèche, je me suis dit qu'elle serait galant de vous rendre visite au milieu de ces vils manants aux mains baladeuses.»

J'étais joueur aussi. Quand on me proposais un jeu, je participais, et je ne faisais pas qu'à moitié. Malgré mes propres désirs et ma frustration, je avais que nous n'avions pas droit de toucher, nous, les clients, que nous ne touchions qu'avec les yeux. Je devais reconnaître qu'avec Cassidy, c'était une longue épreuve douloureuse. Mais c'était aussi un soulagement, parce que ça présence me faisait du bien. Je venais ici pour oublier que Anonyme, Raphaël me manquait. Je venais ici parce qu'il n'y avait que des femmes. Je venais ici parce que je savais que le réel objet de mes désirs n'y était pas. Encore qu'il pouvait prendre la forme de ce qu'il voulait, mais bref. Parfois j'avais envie de la toucher, mais je me contrôlais, et je me moquais gentiment de ceux qui en était incapable. Reposant mon verre juste devant elle, j'avançais mes doigts jusqu'à ses chaussures, comme si j'allais caresser ses pieds, mais je me retenais au dernier moment et passais mes doigts sur mon visage. Comme pour lui montrer que j'étais plus que capable de me contrôler en sa présence.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Irrésistible


ft. Balthier Barries





Quand mon regard croise le sien, je vois une étincelle s’allumer dans ses yeux, mélange de désir et de plaisir de me voir. Ce simple changement d’expression m’arrache un sourire. Il n’y a rien de plus flatteur que de lire l’envie dans les yeux d’un homme, surtout quand celle-ci est dirigée envers notre personne. Toutes les femmes de ce monde, humaines ou surnaturelles, veulent se faire admirer et sentir qu’elles sont belles. Pas de façon vulgaire bien entendu, pas simplement avoir un beau cul ou une belle poitrine, mais se sentir belle de la tête aux pieds. Il faut dire qu’en tant que génie j’ai l’avantage de pouvoir jouer avec n’importe quel attrait de mon physique, me procurant ainsi le corps dont toutes les femmes rêvent. Je sais que d’une part c’est injuste pour les humaines qui n’ont pas cette chance, mais après tout faut bien qu’il y ait des avantages à être un génie coincé sur terre et de souffrir en permanence non? Donc je n’ai pas à culpabiliser, ma souffrance est bien pire que celle des femmes complexées. Ça peut paraître égoïste de penser ainsi mais c’est la vérité. Je ne dois pas toujours culpabiliser pour les quelques avantages que je peux avoir sur les autres, car eux aussi en ont sur moi, comme pouvoir vivre une vie normale et ne pas avoir mal dans tout leur corps sans arrêt.

Enfin bref, on ne va pas s’éterniser là-dessus. Certaines personnes auraient pu être frustrées que sa simple salutation à mon arrivée soit un hochement de tête, mais avec le temps je connais bien le jeune magicien et donc je sais parfaitement qu’il préfère me laisser faire l’entrée en matière pour que je puisse diriger le jeu. Un sourire amusé étire mes lèvres quand je le vois boire exactement au même endroit que moi. Pour plusieurs ce n’est qu’un détail qu’ils n’auraient probablement même pas remarqué, mais pour ma part je sais pertinemment qu’avec Balthier tout est calculé. Il est vrai que je m’amuse avec lui à attiser son désir, mais il fait la même chose avec moi et c’est ce qui m’amuse tout en me frustrant à la fois. Combien de fois n’ai-je pas songé à ce qu’il brise le règlement et que je sente alors ses doigts glisser sur ma peau, voire ses lèvres danser sur les miennes… Quoi? Les génies aussi peuvent être frustrés sexuellement! Et je ne me contenterais quand même pas d’un vulgaire homme rustre et sans classe. Le magicien n’est pas comme les autres, il dégage une aura qui me tente moi tout comme je dois le tenter à ce moment même. «Bonsoir charmante donzelle. Je passais par ici avec ma calèche, je me suis dit qu'elle serait galant de vous rendre visite au milieu de ces vils manants aux mains baladeuses.» Je suis contente qu’il embarque dans ma proposition de jeu, malgré que je ne sois pas particulièrement surprise, sachant qu’il est toujours le premier à vouloir y participer. Voyant alors sa main bouger, je baisse légèrement les yeux et affiche un sourire d’anticipation. Va-t-il vraiment craquer? Vais-je réussir à l’avoir aussi facilement? Juste avant de frôler ma peau cependant il redresse prestement sa main pour la passer dans son visage. Je relève alors mon regard vers le sien avec un sourire en coin. Je sais très bien qu’il n’est pas aussi dupe et naïf. Je dois cependant avouer que cela ne m’aurait pas déplu qu’il craque. Le sait-il que j’en ai envie tout autant que lui ou croit-il que je joue simplement la comédie? Dans ce métier on devient experte dans l’art de faire croire que l’on désire le client sans que ce soit réellement le cas. Cachant habilement ma déception, je reprends alors la parole. «Il s’agit d’un acte bien chevaleresque de votre part, il est vrai que ces vagabonds pourraient nuire à la pureté de mon corps avec leurs mains sales, mais je sais que vous n’êtes pas comme eux.» Je ne peux empêcher de rire un peu. Ma pureté? Je l’ai moi-même assassinée sans regret en prenant ce travail. Après tout je n’ai pas de corps à proprement parler, je dois simplement emprunter une enveloppe charnelle pour mon séjour sur terre, je me fiche de savoir s’il est pur ou non, tant que je peux m’en servir pour l’essentiel, comme gagner plein d’argent par exemple.

J’approche lentement mon visage tout près du sien et laisse glisser mon index le long de sa mâchoire jusqu’à arriver sous son menton pour le forcer à soutenir mon regard. Pas que je doute qu’il l’ait soutenu au contraire, mais simplement pour le tenter le plus possible. Il veut jouer à ce jeu? Eh bien moi aussi je suis joueuse, alors on jouera à deux. Nos visages sont si près que nos lèvres se touchent presque et que nous pouvons chacun sentir le souffle de l’autre. C’est une torture autant pour moi que pour lui, mais cela vaut parfaitement le coup. «Mais dites monseigneur, vous n’êtes pas simplement venus pour vous assurer de ma candeur je me trompe? Vous n’avez aucun secret à avoir pour moi petit cachottier. » Je ne romps pas le contact visuel et ne recule pas non plus, je veux le tester, je veux arriver à le faire céder, voilà mon objectif de cette soirée. J’ai été bien assez patiente, il est temps de l’achever et donc suffit la pitié.

Code by Joy

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Être ici était une tentation des plus douloureuses, je pourrais d'ailleurs m'épargner cette souffrance en allant ailleurs, à la rencontre de femme qui me donnerait leurs corps pour de l'argent d'une toute autre façon, mais c'était une extrêmité que je me refusais, pas question de me réduire à ce point. Je préférais contenter mes yeux, mais me frustrer encore plus, sans doute du masochisme. Quand j'étais face à Cassidy, c'était une vraie torture, parce qu'elle prenait son rôle très au sérieux, enfin, c'est ce qu'il me paraissait, et usait de tous ses charmes pour me mettre dans tous mes états. Enfin, c'était ce que je croyais jusqu'à ce soir, j'étais loin de me douter que ce soir allait vraiment être une des plus grandes tentations de toute ma vie. Elle n'avait pas bougé d'un pouce, mais son regard restait fixé sur moi et le petit jeu continuait, flattant ainsi mon égo pour mettre en avant sa fausse innocence. Oh oui, je ris avec elle, sachant très bien que la seule innocence qu'elle pouvait avoir été celle qu'elle feignait. Sans compter qu'il était difficile à croire qu'une danseuse ici soit pure et innocente. Un travail comme celui-ci nécessité quelqu'un qui n'avait pas froid aux yeux et qui n'était pas timide, cette situation n'existait que dans les films américains, et pas vraiment les meilleurs.

Cassidy se pencha alors vers moi, approchant son visage du mien, et lorsque je sentis doigt sur ma joue, je frémis. Ce n'était pas la première fois qu'elle me touchait, elle ne se gênait jamais pour le faire, mais cette fois, je sentais que c'était différent des autres. Peut-être parce qu'elle avait rapproché son visage si près que je sentais son souffle sur mes lèvres et que je ne pouvais détacher mon regard du sien. Le jeu allait être beaucoup plus intense et mes pulsions étaient mises à rude épreuves. Qu'est-ce qu'elle faisait ? Elle se doutait très certainement que si elle continuait comme ça, je ne pourrais pas m'empêcher de franchir la limite qu'il ne fallait justement pas franchir. Ce à quoi je m'étais raccroché quelque part en venant ici. Avant ma salive, je pris une profonde inspiration avant de répondre du bout des lèvres :

"- Et bien... au risque de vous surprendre et de vous décevoir, belle demoiselle, je ne suis pas si différent de ces vagabons libidineux. Je suis venu pour vous voir... et pour satisfaire le désir de mon regard sur votre corps magnifique."

Je me flattais quelque part de ne pas avoir de réelles préférences féminines, Cassidy serait capable de s'en servir pour jouer avec moi. Quelque chose en revanche me chiffonnait. Pourquoi jouait-elle ainsi avec moi ? A moins que je ne me fasse des idées, elle tentait de me faire craquer, dans quel but ? Elle savait que je payerais correctement, quel que soit le résultat de cette rencontre. Voulait-elle jouait avec moi, dans un sens beaucoup plus manipulateur ? Ce... que je faisais avec à peu près tout le monde ? Non, elle n'avait pas de raison de le faire. Je ne lui avais rien fait de mal, elle ne pouvait pas me reprocher quoi que ce soit, surtout que je traitais plus que correctement Anonyme, lui laissant plus de liberté qu'il ne devrait en avoir. Était-ce pour une autre raison ? Est-ce que c'était réellement un jeu ? Je me posais trop de question, son souffle de plus en plus chaud sur mon visage n'aidait pas à ce que je puisse réfléchir correctement.

"- Vous semblez particulièrement heureuse de me voir, Miss Strokes. Auriez-vous quelque chose à me demander ? Ou cherchez-vous à voler ma bourse en détournant mon attention ?"

Je tentais de reprendre un peu de contenance, mais j'avais la gorge sèche, très sèche. Rompant finalement le contact visuel, j'attrapais mon verre pour boire plusieurs petites gorgées bien que je sentais son regard de braise sur moi. Il allait être vraiment compliqué de retenir mes impulsions et de penser correctement si elle restait ainsi proche de moi. Ceci dit, mes mains se rapprochaient un peu, sans pour autant la toucher. Une torture, disais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Irrésistible


ft. Balthier Barries





Je dois avouer que moi-même je me demande parfois si le jeune homme en face de moi aime se faire torturer. Je veux dire, tous les autres hommes qui viennent ici tentent de franchir la limite permise et nous demandent souvent de partir avec eux pour pouvoir exploiter notre corps sans les restrictions du bar, mais Balthier lui n’a jamais fait de telle proposition. Chaque fois que je l’ai vu il a agi en parfait gentleman, ne posant aucun geste déplacé et jamais sans demander plus que ce qu’il m’est permis de lui donner. Certaines personnes pourraient croire que c’est parce que je ne l’attire pas, mais je sais que le problème n’est pas là. Je vois son désir pour moi dans ses yeux brûlants d’envie, je le sens chaque fois qu’il effleure mon corps sans jamais le toucher, je l’entends dans sa voix quand il s’adresse à moi et je devine aussi dans chacun des frissons qu’il a au moment où je pousse l’audace jusqu’à le toucher, sans que ce soit des contacts très explicites. Je ne fais que caresser sa joue que je le vois frissonner à nouveau, me faisant ainsi sourire. Je sais tout l’effet que je lui fais et j’adore en jouer. Mais alors, pourquoi ne tente-t-il jamais de dépasser la frontière? Cela reste encore et toujours un mystère à mes yeux malgré ses nombreuses visites. Il faut avouer que le magicien semble être un sacré spécimen, je ne crois pas qu’il en existe deux comme lui et c’est justement ce qui le rend intéressant. Un homme dont j’arrive à attiser le désir sur un claquement de doigt mais qui pourtant me reste inaccessible.

Le simple fait de le voir ainsi inspirer profondément m’indique qu’il fait des efforts pour ne pas craquer.  Monsieur est-il respectueux des règles à ce point? Malgré son obstination, je ne perds pas de vue mon objectif d’avoir raison de lui. D’un côté c’est par orgueil personnel, réussir à faire céder un homme semblant si résistant serait une fierté personnelle, mais il y a aussi un certain désir de ma part dans ce défi. Balthier n’est pas le seul à se faire brûler vif dans notre petit jeu. Sa façon d’être distingué et insolent à la fois est diablement attirante même pour une génie comme moi qui a vu passer bien d’autres hommes. Même si mes souvenirs de mes précédentes invocations restent flous, je ne me souviens pas avoir croisé une personne comme lui par le passé, ce qui rend le jeu d’autant plus intéressant. :«Et bien... au risque de vous surprendre et de vous décevoir, belle demoiselle, je ne suis pas si différent de ces vagabons libidineux. Je suis venu pour vous voir... et pour satisfaire le désir de mon regard sur votre corps magnifique.» À cette réponse plus que sincère, je ne peux m’empêcher de sourire. Pense-t-il vraiment que j’aie pu croire qu’il soit un véritable prince charmant? :« Cela ne me surprend pas du tout My Lord et cela me déçoit encore moins. Après tout, je sais que vos intentions ne sont pas louables depuis le moment où vous avez mis les pieds ici pour la première fois. Mais malgré le fait que vous ayez des penchants peu catholiques cela ne fait pas de vous un goujat.» En effet, parmi tous les clients et même parmi les clients réguliers, il est le plus respectueux de tous. Il n’a jamais essayé de me faire ou de me forcer à faire des choses séparées et même les autres danseuses enviaient le fait que je puisse avoir un client si agréable qui paie aussi bien. En somme, je me fais payer une bonne somme tout en ayant droit à de la bonne compagnie.

« Vous semblez particulièrement heureuse de me voir, Miss Strokes. Auriez-vous quelque chose à me demander ? Ou cherchez-vous à voler ma bourse en détournant mon attention ?» Cette fois je suis véritablement surprise par ses paroles et mes sourcils se froncent alors légèrement pendant que ma tête s’incline sur le côté, faisant cascader mes boucles rousses. Je dois même avouer que je suis un peu vexée qu’il croit que j’agisse ainsi pour lui exiger quelque chose, et surtout dans le but de lui voler encore plus d’argent. Il est vrai qu’il doit payer pour mes services, puisqu’il vient me voir dans le cadre de mon travail, mais j’ai cru qu’avec le temps une certaine confiance, voire une certaine amitié s’était installée entre nous. Jamais je ne lui ai demandé plus que ce qu’il me donne, jamais je n’ai cherché à l’exploiter et encore moins à le voler alors pourquoi croit-il que je vais le faire maintenant? Ne voulant pas m’énerver contre lui par cette atteinte à mon estime, je prends un moment pour relativiser la situation et trouver la réponse la plus adaptée à ses insinuations. Je le vois alors boire beaucoup de vin et malgré que je sais que cela est dû sur l’effet que je lui fais, cela ne m’arrache qu’un petit sourire en coin. Il faut avouer que ses sous-entendus m’ont plutôt refroidie. Je finis par lui répondre finalement :« Je suis heureuse à chaque vous que vous daignez me visiter voyons, votre présence m’est toujours agréable… Depuis le temps que l’on se connaît je ne me doutais pas que vous me pensiez capable de faire une telle chose. Je ne me souviens pas avoir déjà exigé plus que le montant que vous êtes gré de me donner à chacune de vos visites, et au grand jamais je n’oserais vous voler.» Je lui souris alors. Malgré le petit froid s’étant installé, j’éprouve toujours le désir de faire monter la pression. Je pousse donc l’audace jusqu’à descendre de la table pour aller m’asseoir à califourchon sur les genoux de mon client. Tant que c’est moi qui pose le geste, il n’y a aucune interdiction. Je penche à nouveau la tête et lui adresse un regard faussement innocent :« Ai-je vraiment l’air si vicieuse et mal intentionnée que cela?»

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La belle prit assez mal mes paroles alors que moi-même je n'avais pas réalisé le double sens qu'il y avait dedans, ou du moins le sens que prenait ma question quand on n'était pas dans ma tête. La boulette. Cassidy était touchée, peut-être vexée, lançant un froid entre nous, si bien que la tension sexuelle retomba quelque peu, au moins, j'allais pouvoir réfléchir correctement à présent. Me redressant et avalant ma salive, j'allais pour m'expliquer, mais avant même d'avoir le temps de tourner sept fois la langue dans ma bouche avant de prendre la parole, la belle s'était installée sur mes genoux, sans la moindre gêne. Oui, alors non, rectification, je n'allais pas pouvoir réfléchir finalement, pas alors qu'elle était aussi proche de moi, pratiquement collé contre mon torse, dans cette tenue si légère. Posant mes mains sur les accoudoires de mon siège, pour éviter d'avoir de mauvais gestes, du moins déplacés et me raclait encore la gorge pour la regarder dans les yeux.

"Je... Non, ce n'est absolument pas ce que je voulais dire. C'était une plaisanterie. Mauvaise, je vous l'accorde. J'étais simplement curieux de votre rapprochement plutôt surprenant, différent de d'habitude. Et, ahem... c'est toujours le cas. Que me vaut donc un tel privilège ce soir ?"

La situation allait devenir très délicate si Cassidy décidait de rester comme ça, sur mes genoux, surtout que même en faisant des efforts surhumains, je ne pouvais m'empêcher de poser le regard sur ses formes, sa poitrine, ses hanches, ses cuisses, tout ce que je pouvais reluquer de ce... côté-ci. Bon, elle ne s'en serait probablement pas offusquée, ce serait étant puisque c'était justement le but. Ceci dit, je ne pus m'empêcher de passer la main dans ses cheveux, ses magnifiques boucles rousses, les repoussant sur une épaule pour pouvoir voir son cou. J'avais fait en sorte de ne pas toucher sa peau, même si j'en mourrais d'envie, d'autant plus maintenant qu'elle était si proche. Fermant les yeux, je basculais la tête en arrière, luttant contre mon propre désir, essayant d'imaginer de nombreuses choses peu ragoûtantes pour ne pas me retrouver avec honteuse érection, qui ne ferait sans doute que flatter l'égo de Cassidy sur mes genoux, mais qui ne ferait que me faire perdre un peu plus le contrôle et de la crédibilité. Sans compter que je voyais plus cela comme une défaite dans notre petit jeu plutôt qu'autre chose. Et je ne supportais pas de me montrer aussi faible.

"Cette position est très délicate, belle demoiselle."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Irrésistible


ft. Balthier Barries




Je sais bien que Balthier n’est pas une personne mal intentionné et qu’il n’avait probablement pas réellement voulu m’accuser de voleuse par ses paroles, cependant il était difficile de bien prendre ce genre de remarques. Par mon métier plutôt atypique et mal perçu par la majorité des gens, il n’est pas rare que je me fais ainsi mal juger par les gens, mais que cela vienne de Balthier me touchait davantage puisque c’est quelqu’un que j’apprécie bien. Ne voulant pas croire qu’il doutait vraiment ainsi de moi, c’est pour cela que je me suis tout de même assise sur lui pour continuer le petit jeu tout en me convaincant que ce n’était qu’un malentendu. Aux excuses du magicien je me sens alors soulagée et me détend à nouveau, effectivement il ne s’agissait que d’un quiproquo. Un sourire sincère étire alors mes lèvres. Le pauvre est simplement confus et cherche la raison pour laquelle je suis si provocatrice avec lui ce soir. Pour garder le mystère je me contente simplement de hausser les épaules, ce ne serait plus amusant si je lui révélais mes véritables intentions.

«J’ai simplement envie de m’amuser. Est-ce un crime? Et puis cela ne semble pas te déplaire alors pourquoi m’arrêter?»

Je lui adresse mon sourire le plus charmeur. Je sais bien qu’il y a des choses bien plus séductrices chez moi, particulièrement mes formes plutôt généreuses sans être exagérées, mais un beau sourire n’est jamais à négliger pour rendre un homme totalement dingue. Je remarque d’ailleurs qu’il ne se gêne pas pour admirer le tout, mais cela ne me dérange pas et me fait au contraire plaisir. Il n’y a rien de plus flatteur que de savoir que notre corps plait à quelqu’un. Alors que je m’attends à ce qu’il garde ses mains posées sur les accoudoirs, je suis surprise de sentir l’une d’elle se glisser dans mes cheveux. Cela m’arrache cependant un autre sourire, fière de voir qu’il cédait peu à peu. Même si ce geste est agréable, mon corps ne peut s’empêcher de vouloir plus. Je veux sentir sa main glisser sur ma peau et retirer le peu de vêtements que je porte, mais nous savons tous deux que c’est interdit dans ce lieu. Pour être franche, ce qui me retient vraiment est le fait que j’ignore si Balthier me désire vraiment à ce point. Je l’ai souvent vu venir regarder, mais jamais il n’a tenté d’aller plus loin avec les danseuses, même lorsque celles-ci lui proposaient des séances «privées» en dehors du bar. En lui avouant mes véritables envies, j’ai peur d’essuyer un refus et de perdre cet étrange lien que nous partageons. Cependant, si je ne me lance pas il est certain que je n’ai aucune chance… En l’entendant faire la remarque de notre position délicate, je ris légèrement et penche la tête pour lui adresser mon air le plus innocent.

«Mais je suis bien là… Pas vous?»

Je sais bien que cela fait déjà plusieurs minutes que je suis avec lui. Même s’il est vrai que nous passons un moment relativement agréable et amusant, je risque de faire des clients mécontents si je m’attarde trop. Je ne veux pas y mettre fin mais je sais que je n’ai pas réellement le choix. Me mordant la lèvre, je prends un moment pour accumuler mon courage et va finalement murmurer à son oreille.

«Il faut que j’y aille avant de faire trop de jaloux… Normalement je devrais finir le travail dans une heure environ donc si tu souhaites continuer ce petit jeu tu n’as qu’à m’attendre.»

Je sais que cette proposition est très risquée, mais après tout depuis quand j’ai peur de prendre des risques? Comme on dit qui ne tente rien n’a rien. Si j’ai envie de plus alors je dois le dire. Cela ne me ressemble pas de réfléchir aux conséquences avant d’agir, alors ressaisis toi Cassy. Il est temps d'arrêter de jouer et de passer aux choses sérieuses. En me reculant je fais alors exprès pour que mes lèvres effleurent délicatement sa joue puis je me retire de ses genoux à contre cœur avant de marcher jusqu’à mon prochain client. Tout est entre les mains du magicien maintenant, tout ce que je peux faire est d’attendre et d’espérer qu’il partage les mêmes envies que moi.

HRP : Je suis profondément désolée pour l’attente! Le temps a passé à une vitesse folle

Code by Joy

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[+18]Irrésistible ft. Balthier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charge irrésistible
» [Règles][HElfes] Livre de hoeth et Pouvoir Irrésistible
» Teclis
» Tactica: version 1.0
» Bande de Bretonnie pour Mordheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-