[EVENT GENERAL] - COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING GOES DOWN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Invité
Etait-ce parce qu'il y avait beaucoup de monde et que ce n'était pas le trip de mon meilleur ami ou était-ce parce que j'étais une vraie pile électrique et que ça avait fini par le gonfler ? Pour le coup je n'en avais aucune idée mais une fois que j'étais retournée au stand, Sanael s'était envolé. J'aimais à croire qu'il était parti faire un tour, prêt à rendre service à la veuve et à l'orphelin et qu'il reviendrait, les bras chargés de bricoles, qu'il ne garderait pas, mais qui avait pour utilité de ramener de l'argent à la collecte. Mais je rêvais éveillé bien entendu, Monsieur était certainement parti se terrer dans un coin, à attendre que ça passe, venant de temps en temps voir si tout allait bien pour moi, avant de repartir aussi vite. Il avait ses humeurs et il râlait très facilement pour un rien, n'aimant jamais rien, mais il n'avait pas forcément la vie facile. Etre un djinn n'était pas de tout repos, la douleur constante, l'idée de n'être pas maître de sa vie et de son destin, à toujours obéir à un magicien, qu'on apprécie ou non. Ils sont toujours dans l'attente de la fin du contrat, afin de retourner dans l'autre monde et même si l'idée de le voir s'en aller me brise le coeur, je me dis qu'il serait heureux et c'est ce qui compte au fond. Je songe à mon meilleur ami simplement parce qu'un homme est venu me demander si je savais où il se trouvait. Cet homme ne m'était pas totalement inconnu, je l'ai déjà croisé plusieurs fois et si je me fis à ce que j'ai entendu et surtout aux propos de Sanael, il me semble que c'est également un djinn et qu'il s'appelle Hamlet. Je lui offre mon plus beau sourire tout en faisant le tour du stand "Il était là avant que je parte écouter le discours du maire. Il ne doit pas être très loin à mon avis. Peut-être à un stand de buvette ou caché dans un coin ..." J'étais désolée de ne pouvoir lui offrir plus d'aide que ça, mais pour être honnête, je n'avais aucune idée de là où il pouvait être.

J'étais plutôt contente car il y avait beaucoup de monde, même s'il était encore tôt. C'était une bonne chose pour la réussite de cette collecte. Les gens avaient souffert de cet incendie et ils avaient vu leurs voisins, leurs amis, leurs collègues et de parfaits inconnus souffrir à leur tour, mine de rien ça ressert les liens et ça rapproche. C'est dommage de devoir en arriver à des événements aussi grave pour que les gens montrent un peu de solidarité mais c'était le problème des êtres humains, certains comme moi étaient prêts à déplacer des montages pour le plaisir d'aider les autres et d'autres devaient attendre des événements importants pour le faire. Mais au final tout le monde y mettait du sien, c'était ce qu'il fallait retenir. Une jeune femme s'approcha du stand. Je la trouvais très belle et très élégante. Je n'avais pas le souvenir de l'avoir déjà croisé à Bray mais ce n'était pas une ville minuscule, il se pouvait qu'on est jamais eu l'occasion de se rencontrer. L'avantage d'un stand comme le mien c'est que d'une part il est coloré, il est donc très voyant, surtout dans le gris ambiant et d'autre part, il y a des cupcakes et ça, ça attirait les foules et c'était exactement ce qu'il fallait. Le sourire aux lèvres, je m'empressais de répondre à sa commande. "Bonjour ! Mais bien sûr, avec plaisir. Je vous emballe ça tout de suite." Lui dis-je en m'exécutant. Je sortis un carton et je commençais à y ranger les 4 cupcakes à l'intérieur. "Ils sont frais de ce matin !" Lui précisais-je, non pas pour me faire plaindre ou montrer que je me suis levée tôt ou un truc du genre mais parce que je trouvais cela important de le dire, après tout c'était quand même le minimum. Déjà il y a une file qui se forme devant mon stand et cela me rend encore plus heureuse. Les gâteaux, cela met toujours du baume au coeur des gens, c'est imparable. La cliente suivante souhaite quelque chose avec plein de sucre et cochonneries dedans et je ne peux m'empêcher de rire "J'ai les cupcakes avec les licornes qui devraient vous plaire, ils sont colorés à l'intérieur et il y a du coulis de framboise ... sinon il y a les galaxies, avec des M&M's à l'intérieur, incontournable." Lui dis-je en lui souriant, tout en réfléchissant à ce qui pourrait convenir à sa demande. Une autre cliente souhaita des gâteaux au chocolat et j'appelais une des bénévoles pour qu'elle la serve "Je vais vous laisser aux mains de Sandra, elle se fera un plaisir de vous servir." Lui dis-je tout en attendant que la jeune femme devant elle ait le temps de faire son choix dans les cupcakes. Je n'aimais pas presser les gens, je trouvais ça fort déplaisant et je trouvais que la journée était là pour prendre son temps, profiter, sourire et rire et faire de nouvelles rencontres. C'était le début d'une nouvelle ère, il fallait garder le sourire. La dernière cliente (Alexis) fut rejoindre par une jeune femme qui visiblement était heureuse de la voir et je trouvais cela agréable d'être témoin de petits moments intimistes dans ce genre, ça donne foi en l'humanité ... même s'il ne m'en fallait pas beaucoup pour y croire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

❝ EVENT ❞Comme on and help until everything goes downJe serais bien restée au lit ce matin pour être honnête, afin de me reposer un peu de ces derniers jours, mais malheureusement le devoir m'appelait une nouvelle fois. Rien de vraiment fatiguant en soit, je ne devais pas faire un double service à l'Ambrosia ou un truc du genre, mais c'était le vide grenier de Bray et l'argent récolté servirait à réparer et nettoyer un peu les ravages de l'incendie. Par chance, notre maison n'a pas été touché par le drame, certainement trop éloigné du centre ville pour ça ... encore que ça ne voulait rien dire, d'autres maisons dans le quartier avaient été toucher ... il faut juste croire qu'elle était bien située et qu'ils avaient eu de la chance, voilà tout. C'était certainement la seule chance que j'avais en ce moment. Entre mon boulot qui me prenait beaucoup de temps parce que je devais faire sauter des services pour venir en aide à mon cousin en pleine crise. Kelan qui devait justement faire face à des problèmes au lycée et à ses crises de ... métamorphe ? J'avoue que je ne sais pas trop comment présenter les choses, c'est le premier métamorphe de la famille. Nous sommes tous des tempestaires, mais Kelan est adopté, on ne s'attendait pas particulièrement à ce qu'il soit un métamorphe et lui non plus d'ailleurs. Ma cousine que je devais surveiller comme le lait sur le feu et Hunter ... j'avais l'impression de devenir folle. Peut-être avais-je un peu chercher au fond, je ne sais pas. Je sais que j'ai un karma de merde, mais après tout, j'aurais pu dire non à mon oncle et ma tante et laisser mon cousin à Cork, virer ma cousine pour qu'elle apprenne un peu la dureté de la vie au lieu de lui offrir tout sur un plateau d'argent et ça m'aurais épargné la rencontre avec Hunter. Bon lui je le connaissais d'avant, mais on n'aurait pu jamais se revoir et ça aurait été bien. Au lieu de ça, je suis bonne poire et je cumule toutes les merdes. Si on rajoute à sa que ma meilleure pote a rencontré Hunter dans ses "bons jours" et que j'ai dû lui dire pour notre "petit arrangement", ça n'arrange rien à ma vie.

« Je vais au vide grenier ... tu viens avec moi ? » Demandais-je à ma cousine, encore au fond de son lit. Un sursaut, quelques mots bredouillés et un dégage bien senti avant de me jeter un oreiller dans la tronche. Non, visiblement elle n'était pas motivée à venir avec moi cette grande courge. Pour me venger de cet affront et de son désagréable accueil, je décidais me brancher mon réveil dans la cuisine et de le faire sonner dans une demi heure. Ca lui fera les pieds de devoir se lever pour l'étendre. Je le cachais pour qu'elle galère à le trouver et je partis de chez moi, le sourire aux lèvres. C'était une connerie mais j'étais fière de moi, même si ce sourire ne dura pas très longtemps. Une fois arrivée dans le centre ville, je le perdis assez rapidement face au monde qui se trouvait devant moi. Je n'étais pas une grosse asociale mais je n'étais pas fan de la foule. J'hésitais un instant avant de décider que je devais être une grande fille et aller au delà de ça. Prenant mon courage à deux mains, je m'engouffrais dans la foule et tentais de voir les stands de chacun. Ce fut celui de bouffe qui attira mon attention. En même temps c'était le plus coloré et celui où il y avait le plus de monde. Et une silhouette parmi la foule ne m'était pas inconnue. Alexis se trouvait à deux pas de moi, en train de se faire servir par une jeune femme. J'avais envie de rebrousser chemin, morte de honte de notre dernière rencontre, mais je savais que j'allais le regretter. Il fallait que l'on parle, c'était impératif ... Notre amitié n'allait pas se terminer maintenant, si ? En même temps je pouvais la comprendre, je n'aurais pas envie de parler à une catin ... Décidément que c'était le jour des efforts, je franchie les quelques pas qui nous séparer pour aller la rejoindre et je me plantais devant elle, tentant vainement un sourire qui ressemblait plus à une grimace qu'autre chose « Salut ... » Lui dis-je en tentant de faire croire que tout allait pour le mieux, avant que ma grimace s'affaisse et que je perde tout espoir de le revoir renaître. « Pitié ne me fuis pas sinon je sens que je vais me mettre à pleurer et on sait toutes les deux que je ne suis pas le genre à le faire devant les autres ... » Bon ok je n'avais pas prévu de dire ça mais c'était sorti tout seule, prise par les émotions du moment. Peut-être que la pitié marchera, sait-on jamais.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Event
come on and help until everything goes down
Alexis observa la blonde qui tenait le stand de pâtisseries, un sourire naissant sur son visage au fur et à mesure qu’elle voyait cette jeune femme, qui semblait être la plus heureuse du monde, servir diverses pâtisseries à des clients affamés. Elle et son stand étaient une petite bulle de bonheur au sein de laquelle la jeune femme se sentait un peu plus joyeuse que quelques secondes auparavant. Son sourire s’élargit pour saluer la blonde qui servait les gâteaux - et cupcakes ultra-colorés - et elle la suivit du regard pendant qu’elle lui servait deux grosses part d’un gâteau au chocolat qui avait l’air plus que délicieux. Les parts étaient énormes et firent immédiatement saliver la Samson. La blonde lui tendit une boîte cartonnée dans laquelle étaient enfermées les deux parts de gâteau.

La brune se détourna du stand et se décala pour laisser sa place à quelqu’un d’autre. Il y avait pas mal de monde qui se pressait autour des différents étals et elle en voyait déjà qui repartaient avec diverses choses sous les bras. Ce vide-grenier allait faire le bonheur de plusieurs personnes mais, malgré tout, ça ne parvenait pas à lui mettre vraiment du baume au coeur et, sitôt détournée de ce petit stand coloré, elle retrouva la morosité qui l’accompagnait depuis le début de la journée. Pensive, elle hésitait entre partir à droite ou à gauche quand une silhouette se planta devant elle. Scylla la salua d’un sourire un peu forcé et Alexis lui répondit avec un dans la même veine. « Hey… » Elle était belle, dis donc, l’amitié forte qu’elles avaient développée, toutes les deux. À les voir comme ça, on les aurait prise pour deux connaissances et non pas pour deux meilleures amies. Le piètre sourire que Scylla tentait d’afficher s’effaça et celui d’Alexis ne vécut pas plus longtemps.

Il y avait un malaise, un gros malaise entre les deux amies. En même temps, on ne vivait pas toujours une situation comme celle qu’avait vécue la Samson. Apprendre que sa meilleure amie et bien… Et puis elle aurait voulu la voir se battre contre ce sale type mais elle s’était écrasée comme si sortir de ce mauvais plan n’était même pas envisageable. Alexis s’était même demandée si ça ne lui plaisait pas, au fond, tout ça, avant d’effacer cette idée aussi vite qu’elle était venue. Elle refusait d’envisager la Maddox ainsi. La façade sereine de celle-ci se craquela en même temps qu’elle lâcha ce qui lui pesait sur le coeur. Alexis sentit ses yeux s’embuer et sa retenue à elle aussi s’évanouit. Elle fit un pas et enlaça la blonde au moment où un sanglot franchissait ses lèvres. La découverte du secret de Scylla n’avait pas eu lieu il y a très longtemps mais Alexis vivait les non-dits suite à cela comme si cela faisait des années qu’ils lui pesaient sur les épaules. « Je voulais pas te fuir, je suis désolée ! »

La scène devait être étrange pour ceux qui passaient à côté d’elle mais la jeune femme s’en fichait pas mal. Elle avait juste envie de serrer Scylla contre elle et de sentir qu’elle était toujours là, toujours pareille. « Si on allait plus loin pour éviter de pleurer devant tout le monde… »
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Invité

❝ EVENT ❞running wild and running freeQuand ma cousine s' approcha, je lui fis un peu de place à côté de moi pour qu' on puisse discuter tranquillement et pour qu'elle sente qu'elle était la bienvenue dans mon environnement.

« Ca va et toi? Oh si, Bray est ma ville, je me devais de participer. Et puis, j' ai de quoi faire avec les affaires de Asher. Ses parents ne veulent pas récupérer ses affaires et je ne vais pas les garder non plus. Alors au lieu de jeter, je me suis dit que ça pourrait pourrait aider pour financer la reconstruction. Une pierre, deux coups.»

Je lui désignais de la main la majorité des affaires masculines tout en lui expliquant. Je n' avais aucun problème à assumer que je me débarrassais des affaires de mon défunt mari. C' était un mariage arrangé, il n'y avait pour moi aucune valeur sentimentale dans ces affaires. Et sa famille n'en voulant pas, je n' allais pas stocker inutilement chez moi des choses qui ne ferait que me rappeler que pendant des années j' avais été mariée à un homme non choisi. Alors oui, en vendant ces affaires, je faisais un pas de plus vers ma liberté. Ou comment aider les autres tout en s' aidant soi-même.

« Merci c'est gentil, Aslinn. Mais n' aie pas peur d'en parler tu sais? J' étais mariée via un mariage arrangé, je n' étais pas amoureuse de mon mari. Ca me fait bizarre de ne plus le voir, car j' avais l' habitude de le cotoyer et qu' il était gentil. Mais je ne suis pas en deuil. Quand à ma mère, sa mort va créer un vide dans la famille, sans doute plus pour notre père que pour nous. Elle était notre mère et pour cela, sa mort reste un choc. Mais ce n' était pas une mère. Tu comprends ce que je veux dire? Je suis en deuil d' une représentation mais pas en deuil d' une relation. Ailee, ma jumelle, et moi nous sommes éduquées seules avec les valeurs de papa, et ensuite Ailee puis moi nous sommes chargés d' élever les petits. Alors, je te remercie Aslinn de ta gentillesse, mais ne t' inquiètes pas pour moi. Je ne souffre pas vraiment de ces deux pertes. Et puis, maintenant que ma mère est morte, ça fait de moi la figure maternelle restante. De manière officielle, je veux dire. C'est mon rôle de rester forte pour mes frères et soeurs.»

C' était étrange d' évoquer Ailee. Je n' avais pas souvenir qu' on en avait véritablement parlé à Aslinn. Pourtant il le faudrait bien un jour, elle était sa cousine après tout. Un jour, oui, on lui en parlerait. Mais sans doute pas aujourd'hui. Mais je voulais malgré tout qu' Aslinn comprenne notre contexte familial pour qu' elle ne se sente pas gênée de me parler malgré la mort de ma mère et de mon mari. De toute façon, il aurait bien fallu lui expliquer rapidement comme ça fonctionnait dans notre famille puisque c' était aussi un peu la sienne.

« Tu veux rester avec moi et m' aider à tenir le stand?»

Ou l' art de détourner la conversation tout en offrant la possibilité de nouer davantage un lien avec cette cousine qui était encore inconnue il y a peu. Comme quoi, il y avait eu au moins quelque chose de bien à tirer de ces foutues incendies.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité

❝ EVENT ❞Comme on and help until everything goes downJe n'avais pas envie d'être ici, bien trop honteuse pour vouloir m'afficher en public, mais j'avais trop bon coeur pour rester terrer dans ma honte. Alors j'étais sortie, sans chercher à savoir si j'étais présentable ou non, sans chercher à être particulièrement élégante, ce n'était pas le but. J'étais venue acheter quelques articles et je repartirais pour broyer du noir chez moi. J'aimais à penser que ce n'était pas le départ de Hunter de la ville pour quelques jours ou semaines - il avait été assez vague sur le sujet - qui m'attristait mais plutôt la situation avec Alexis. Mais la vérité c'était qu'il y avait peut-être un mix des deux. Je ne sais pas ce qui tourne pas rond chez moi, parce qu'Hunter est capable d'être méprisable au possible, arrogant, violent et méchant, mais en même temps, il lui arrive aussi d'être doux et passionnel. C'est assez étrange et difficile à expliquer. Mais quand on est que tous les deux, il peut-être quelqu'un d'autre et étrangement, j'aime cette autre personne. Mais bien évidemment la magie s'envole toujours tôt ou tard quand il rentre de nouveau dans son rôle de grand blondinet qui n'a peur de rien. Et quand il explose ma bulle de bien être, j'ai envie de lui exploser la tronche ... Mais pour le moment je n'ai pas envie de penser à lui, j'ai l'impression qu'il est comme une drogue et que j'ai besoin de me sevrer et ce départ est plutôt une bonne chose, pour nous deux je pense. J'ignore ce qu'il va faire hors de la ville, ni avec qui, mais je m'en fous, je fais ma vie, il fait la sienne. Et pour le moment, ma vie est un véritable bordel et il est temps que je fasse un peu de rangement, histoire d'y voir un peu plus clair. Et je vais commencer par Alexis, ma meilleure amie. Je déteste l'idée qu'elle puisse m'éviter ou me détester. Si je la dégoûte elle, alors je dégoûterais n'importe qui et je n'aurais plus d'espoir .... Par chance - ou malchance, au choix - je la croise dans les rues de Bray, durant le vide grenier. Elle est au stand de pâtisserie et je la reconnais bien là.

« Je suis désolée » Furent les premiers mots que je réussis à sortir juste après m'être effondrée. Oui parce que j'avais tenté de garder mon calme, de me montrer digne et forte mais ça avait été un vrai échec. Je ne suis pas faite pour ce genre de chose, je ne suis pas assez forte, j'ignore comment font les autres pour rester de marbre mais là, en cet instant, imaginer ma meilleure amie me fuir me brisait le coeur. Peut-être que c'était quelque chose qu'on apprenait mais j'avais zappé le cours visiblement. Je ne voulais pas que notre histoire se termine, elle était si belle, si forte, si rafraichissante et si rassurante. On était des tempestaires et ça, ça représentait beaucoup pour moi. J'ai toujours connu que ma famille, du coup ça fait étrange de se dire que ma meilleure amie l'est aussi et que nous n'étions pas au courant, comme quoi le hasard fait bien les choses. Mon visage enfouie dans le cou d'Alexis, je m'effondrais littéralement. J'aurais dû garder mes larmes, être forte, sauf que je ne savais pas faire. La situation me pesait trop, depuis trop longtemps et le fait de ne pouvoir en parler à personne me blessait beaucoup. Et puis la façon dont la révélation c'était déroulée était vraiment difficile à concevoir. J'avais tout perdu en une fraction de seconde : ma vie sociale, ma crédibilité et mon honneur. Merci Hunter. Quand Alexis proposa de s'éloigner de la foule pour pleurer ailleurs et surtout s'expliquer, parce que finalement on n'avait pas vraiment eu l'occasion, m'allait et je suivis Alexis jusqu'à trouver un coin un peu plus tranquille. Il y avait encore du monde, mais moins densément, ce serait un peu mieux. Je tentais d'éponger mon visage, je devais ressembler à rien. Fort heureusement c'était la journée idéale pour s'afficher en panda, après tout n'était-on pas ici pour penser aux familles des victimes et pour aider la ville à se reconstruire ? Alors certes ça n'avait rien à voir et je me sentais un peu honteuse d'être si égoïste, mais au point où j'en étais ... « On n'a pas vraiment eu l'occasion de se reparler depuis ... 'fin depuis l'autre jour ... » Il fallait se jeter à l'eau, ce qui était plus facile à dire qu'à faire au final. Je me raclais la gorge, tentant vainement de garder contenance, mais c'était peine perdue. Je ne servais définitivement à rien. « Je suis désolée pour Hunter. Je ne pensais pas qu'il débarquerait de cette façon et s'en prendrait à toi ... » Au fond je me voilais la face parce que c'était du Hunter tout cracher. Je le rejette donc il me le fait payer et moi j'encaisse comme une cruche sans rien dire. Je suis désespérante. Et pour quoi au final ? Une fille qui n'en a rien à foutre de mes sacrifices et qui pense qu'à une chose, se retrouver une dose. Mais au fond, j'aime à me dire que je fais ça aussi pour Kelan, qu'il a le droit d'avoir une adolescence tranquille sans devoir se soucier des problèmes de sa soeur. Il a déjà tellement à faire avec les siens ...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 438
Métier/Etudes : Je suis la Nature, je suis tout.
COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING

GOES DOWN  
« EVENT GENERAL »


COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING GOES DOWN

Elle court, elle court depuis des dizaines de minutes, sous sa forme animale. Un jaguar magnifique dont le regard n'est que la personnalisation de la panique qui agite son corps. Elle se sait poursuivie, elle se sait sur le point de mourir, elle se sait aussi bloquée dans ce corps, incapable de redevenir humaine. Du moins elle le croit. Elle ne se souvient de rien, seulement de la cage dans laquelle elle est enfermée depuis des semaines. Cette cage dont elle a réussi à s'enfuir, où ce fut l'impression qui lui eut été donnée. Elle se souvient de l'homme qui la gardait, sans pour autant pouvoir mettre de nom sur ce visage. Si elle avait su qu'entrer dans cette organisation lui donnerait un ticket pour l'enfer, sans doute aurait-elle réfléchi à deux fois. Mais il était trop tard. Elle ne voulait pas mourir, elle ne l'avait jamais voulu. Alors elle fuyait, comme si elle avait le diable aux trousses. Parce que pour elle, c'était le cas.

Le vide-grenier battait son plein, elle entendait l'agitation. C'est tout naturellement qu'elle se dirigea donc vers le bruit. Quelqu'un pourrait la sauver des dangers qui la poursuivaient, elle en était persuadée. Le fait même qu'elle se trouve sous une forme que personne ne pouvait comprendre ne lui effleura plus l'esprit alors qu'elle passait le portail de Hope Park. Elle voyait pourtant les gens se reculer, pousser des cris d'effroi qui auraient pu lui glacer le sang si elle avait été en état de réfléchir. Mais elle, elle ne vit rien, elle courrait, jusqu'à le voir, ce stand lumineux, cette nourriture exposée aux yeux de tous. Elle vit le rose dans les cheveux de la vendeuse, sentit son estomac se retourner de n'avoir pratiquement rien avalé depuis qu'elle était enfermée. Et l'animal prit le dessus sur l'humain. Elle se sentit émettre un grognement, voyant la vendeuse comme une menace, voulant à tout prix remplir ce vide, diminuer sa faim. Mais elle était sur le chemin. Avec un feulement, le jaguar s'élança sur Lana Armyanskova, bousculant et détruisant tout ce qui se trouvait sur son passage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://u-legends.forumactif.org
Invité
La jolie vendeuse aux cheveux roses, une des seules connaissances positives de notre ami commun, ne sait absolument pas où il se trouve. C'est bien ma veine ça ... C'est pas que je veux particulièrement le trouver, Sanael, c'est un enfoiré, un peu comme moi, en vérité. C'est pas qu'on peut pas se blairer, au final c'est même pas ça le problème, c'est juste qu'on est de la même espèce et que les djinns entre eux, c'est jamais vraiment tendre. Mais le fait est que j'ai besoin de le trouver, et ça me fait royalement chier qu'il se la joue Finding Nemo. Mais bon, qu'est ce que je peux y faire à part attendre là voir s'il se pointerait pas faire un petit coucou à sa pote? Je vais pas lui courir après, j'ai un peu de fierté quand même. ça pourra toujours attendre. J'observe du coin de l'oeil les personnes présentes au vide-grenier. Certes je ne voulais absolument pas aller en Sibérie, mais je suis certain qu'ils s'éclatent un peu plus que moi ... Du moins je l'espère. Pour ma part, je suis obligé de me farcir les scènes à l'eau de rose de série B, les retrouvailles familiales et les rencontres hasardeuses. Le bon côté des choses, c'est que mon magicien ne semble pas avoir voulu faire partie du spectacle, et j'en suis, croyez-moi, le plus heureux. Je ne sais pas vraiment combien de temps j'attends là, appuyé contre un arbre, non loin du stand. Les minutes passent tandis que je me plonge dans mes pensées, notamment concernant Sloane, partie sans doute révoquée. Vaas, parti également, on ne savait où ses envies de wendigos l'avaient mené. Je n'ai jamais été si impatient de partir, d'être révoqué enfin. Je suis pas un sentimental, loin de là, ça me ferait presque gerber les émotions. Mais faut dire qu'être entouré ça aide à supporter ce train de vie. Et là, j'ai plus personne à qui me raccrocher. Et se parler à soi-même, ça va bien cinq minutes.

Je m'apprête à partir, Sanael ne montrant toujours pas le bout de son nez, lorsque des cris m'alertent, à l'autre bout du parc. Je fronce les sourcils, essayant de voir plus loin que ne me le permets pas vision d'humain, mais sans succès. Me cachant dans un coin, je prends mon envol, soudain transformé en corbeau, pour prendre de la hauteur. C'est là que je le vois. Le félin. Un jaguar, si ma vision ne me trompe pas, qui se précipite sur le vide-grenier. Avec de la hauteur, j'ai une assez bonne idée de sa trajectoire, et ça ne me plaît vraiment pas. Si je ne suis pas spécialement lié  aux autres Dux Tenebris, Lana est une des seules qui me paraît assez pure et pas encore gâchée par l'envie de pouvoir que ressentent pratiquement tous les humains. Alors voir cette bête s'élancer vers elle, ça ne me fait pas vraiment plaisir. Du coin de mon oeil perçant de volatile, je vois s'élancer Sanael, qui n'était apparemment pas bien loin . Je sais qu'il fera tout pour sauver cette fille, et mon boulot à moi, c'est de lui faciliter la tâche.

Lorsque le jaguar arrive à un point réellement menaçant, je m'élance, un écran de fumée m'entourant, se propageant sur toute la scène, formant un dôme autour de Sanael, Lana, le jaguar et moi. Je ne sais pas vraiment si d'autres ont été pris à l'intérieur, mais je n'ai pas vraiment le temps d'y réfléchir, aussi, je reprends ma forme humaine, pour me concentrer sur le maintien du dôme. S'il y avait bien une chose sur laquelle tous les Surnaturels s'accordaient, c'était l'importance du maintien du Secret. Un métamorphe qui surgit devant les Dux ? Not good for business, if you know what I mean. J'espère sincèrement que Sanael ne mettra pas longtemps, plus le temps passe, moins je suis sûr de pouvoir maintenir mon illusion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
J'étais sur mon petit nuage en cet instant. En dehors de l'absence de mon meilleur ami, tout allait pour le mieux. Les ventes fonctionnaient très bien et j'aimais l'idée que cet argent aille à la reconstruction de la ville. C'était peut-être un peu narcissique de ma part de me dire que un peu grâce à moi, cette ville allait renaitre de ses cendres. Je ne le faisais absolument pas pour me mousser et rester dans l'ombre ne me posait aucun problème, mais malgré tout, mon égo était flatté par cette petite victoire. J'étais un être humain, même si je n'étais pas une personne très vantarde, j'avais malgré tout quelques défauts et même s'ils étaient moins prononcés que certains, l'idée de pouvoir marquer mon époque me plaisait bien. Oh bien entendu j'étais loin de me douter de ce qui se profilait à l'horizon et que si je devais marquer les esprits ce serait par ce qui allait se produire sous peu et que malheureusement, je ne serais plus là pour y assister. Mais pour le moment tout allait pour le mieux. Sanael pointerait j'espère assez rapidement le bout de son nez pour que l'homme à mes côtés, Hamlet, puisse s'entretenir avec lui. Ce serait quand même dommage qu'il est fait tout ce chemin pour rien. Les cris qui retentirent quelques instants plus tard me surprirent. Que se passait-il ? Qu'un s'était blessé ? Il y avait un autre incendie ? J'espérais que ce n'était rien de grave, mais la panique qui commençait à se propageait autour de moi me faisait penser qu'il se passait quelque chose et que ce n'était rien de bon.

Au début je resta un peu perdue, ne sachant pas quoi faire. Comme beaucoup de gens autour de moi, je tentais d'observer l'endroit où les cris provenaient, mais je me rendais compte qu'ils se rapprochaient et qu'un nouveau vent de panique s'abattit sur nous. Les gens commencèrent à s'écarter à quelques mètres de moi et je compris assez rapidement pourquoi. Un jaguar était lancé à pleine vitesse sur la foule et visiblement sa trajectoire passait vers mon stand. Etait-ce moi, sous le choc, qui hallucinait ou ce jaguar m'avait pris pour cible ? Je restais là, fixée sur mes deux jambes, n'étant plus capable d'esquisser le moindre mouvement. Ce jaguar me regardait et je le regardais à mon tour, terrifiée. Soudainement un dôme de brouillard s'abattit autour de moi et mon prénom retentit à quelques pas de moi. "LANAA ... couches toi !!" Mon regard bleuté dériva vers la silhouette qui fondait sur moi pour me mettre à terre. Je mis quelques instants avant de comprendre que c'était Sanael qui venait de se jeter sur moi pile au moment où le jaguar bondissait pour m'attaquer. Mon souffle fut couper sous le choc et mon coeur commença à battre à toute rompre. J'étais sous le choc, paniquée et je n'étais plus capable de réfléchir correctement. Je n'étais définitivement pas une guerrière ...

"Calmes toi. Je suis là. Tu restes ici, je m'occupe de lui. Tu restes caché." Je ne sais pas d'où il sortait mais mon meilleur ami avait compris bien avant moi que ce jaguar m'avait prise pour cible. Pourquoi moi ? Je n'en avais aucune idée, peut-être était-ce ce trop plein de couleurs qu'il ne supportait pas, je l'ignore. Je n'avais jamais vu un jaguar de ma vie mais j'avoue que même si j'aime la nature, je n'aspire pas des masses à le voir de plus près. Mais Sanael était là alors je ne craignais rien. J'étais certes très naïve mais à mes yeux, rien ne pouvait m'arriver si mon meilleur ami était là. Après tout, c'était un djinn. Je hoche la tête, encore incapable de parler et je le vois bondir vers le jaguar qui faisait déjà demi tour, conscient qu'il venait de rater sa cible. Je n'avais encore jamais eu l'occasion de découvrir les pouvoirs d'un djinn et là j'assistais au combat entre mon meilleur ami et le jaguar et au talent d'Hamlet. Car je compris assez rapidement en tournant mon regard vers lui qu'il était à l'origine du dôme. Pourquoi avait-il fait ça ? Je n'en avais aucune idée mais il devait avoir une bonne raison pour ça, j'en suis persuadée. Des boules de feu jaillir des mains de Sanael. Je m'accroupis derrière la table renversée. N'importe quoi ou n'importe qui pourrait m'attaquer dans le dos, je ne le remarquerais même pas, bien trop occuper à observer Sanael combattre le jaguar. Visiblement ce dernier n'était pas très emballé par l'idée de mourir et se défendait corps et âme. La bataille était impressionnante, je n'en revenais d'assister à une telle violence. Pour moi, il était évident que mon meilleur ami faisait ça pour me protéger, ce que j'ignorais c'était que cette violence avait toujours fait partie de lui ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Tu te rendais au vide grenier, tu avais pas mal d’affaires que tu avais triés pour ceux qui pouvaient en avoir besoin et ainsi financer les réparations. Tu avais quelques cartons et une boîte Tupperware où tu avais des brownies chocolat-noisette que tu avais fait pour les personnes qui avaient une petite faim. Tu aimais beaucoup faire de la cuisine alors autant en faire profiter les habitants de Bray. Il y avait déjà pas mal de personnes dans les rues de Bray et à Hope Park, tu étais visiblement un peu en retard, tu avais traîné sur la route et maintenant il fallait trouver une place pour t’installer. Ce n’était pas quelque chose de très dur, il n’y avait que quelques stands donc tu t’installais à la suite de ceux qui étaient déjà en place.
Tu déballais assez rapidement tes affaires, il y avait pas mal de choses différentes. Il y avait en grande partie ce que tu avais dans ton ancien appartement avant l’incendie. Celui que tu partageais avec William avant votre rupture, il était temps pour toi de te débarrasser de toutes les choses que tu avais gardé, tu avais tourné la page, tu avais à présent fait ton deuil de vote relation, oui ce ne fut pas si long que ça étant donné que tu n’avais pas grand-chose à faire de ce garçon. Tu sortais ce qu’il avait laissé chez toi, des vêtements, des décorations en rapport avec la danse et un peu de mobilier. Il y avait largement plus d’objets qui lui appartenaient que des tiens. Tu venais principalement te débarrasser de ses affaires.
Ton stand était enfin près, tu avais mis une pancarte avec les prix qui étaient tous compris entre 1 et 5 euros, tu ne te voyais pas vendre plus cher les babioles que tu avais sur ton stand et tu proposais des parts de gâteaux à toutes les personnes qui passaient devant toi. Tu avais prévu un petit stock, tu ne voulais pas proposer seulement quelques parts. Tu attendais tranquillement derrière la table qui te servait de stand sous la pluie en espérant que quelqu’un vienne te voir. Tu ne reconnaissais aucun visage pour le moment et tu te sentais un peu extérieure, pas dans ton élément mais ce n’était pas cette situation qui t’empêchais de garder un grand sourire.

Cela ne faisait que quelques minutes que tu étais arrivée au vide grenier quand des hurlement se firent entendre. Tu ressentais que quelque chose d'anormal était en train de se passer, ce n'était pas vraiment des cris de joies mais plutôt des cris de peur et de détresse. Les cris se rapprochent de plus en plus de l'endroit où tu te trouves, en voyant une ou deux personnes courir tu comprends que tu as raison, quelque chose d'anormal se passe. Vous aviez été récemment touché par un incendie mystérieux et maintenant encore un nouvel évènement qui allait encore faire du mal aux habitants de Bray. Tu n'as eu que très peu de temps avant d'apercevoir une bête noire arriver et se jeter sur la jeune fille qui tenait le stand à côté du tien. Ton premier réflexe fut bien sûr de te jeter sous la table de ton stand pour te protéger mais la suite fut assez floue. Tu avais vu une sorte de brouillard étrange envahir la zone où tu te trouvais, tu étais d'abord désorienté, tu n'avais aucune idée de l'origine de cette fumée qui se trouvait à présent à quelques centimètres de toi.
Tu voyais clair, la fumée formait une zone, un cocon où tu étais enfermée. Tu ne savais pas pourquoi elle t'avait aussi englobée cette zone mais tu décidais de ne pas bouger, il y avait surement la bête pas loin d'ici. En tournant en douceur et sans un bruit la tête tu aperçus une scène qui ne t'étonna pas tant que ça, la vendeuse était aussi dans la zone avec toi ainsi qu'un jaguar et deux autres hommes. Cette scène aurait pu être traumatisante pour beaucoup mais tu connaissais l'existence des créatures surnaturelles, il ne te fut que peu de temps pour percuter que parmi eux il y en avait au moins 2, le jaguar et la personne responsable de la zone.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Je n'ai jamais été le genre à m'inquiéter, à paniquer. Plutôt sûr de mes pouvoirs et du fait qu'ils pouvaient me sortir de n'importe quelle situation, la seule fois où j'ai frôlé la mort d'assez près pour prendre conscience que j'étais loin d'être invincible fut le jour où j'ai décidé de prendre la défense de quelqu'un d'autre. J'avais donc une excuse, ce n'était pas de ma faute. Les métamorphes ne suscitaient en moi que très peu de sentiments négatifs, je n'avais jamais rien eu contre eux, il n'y avait aucune raison que ça change. Mais je ne comprenais pas. J'en avais rencontré d'autres, qui n'avaient rien de sauvage. Bien sûr, ils se transformaient en boule de poil, mais bon, je peux me transformer en pigeon, c'est pas pour ça que je vais m'amuser à chier sur les passants. Mais ce jaguar ... C'était différent, je pouvais le sentir, et j'étais certain que Sanael le pouvait aussi. Malheureusement, on ne pouvait pas passer vingt minutes à y réfléchir, trouver ce qui n'allait pas, où Lana finirait très vite par en payer le prix. Si je ne la connaissais pas personnellement, je savais à quel point elle était importante pour Sanael, alors qu'il semblait ne s'intéresser à personne. D'un côté je me dis qu'elle doit valoir le coup, de l'autre qu'il ne valait mieux pas qu'il lui arrive quoique ce soit, on a tous vu ce que le djinn peut faire lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens et de sa bonne humeur, alors en colère, je vous laisse imaginer le tableau. Si moi je crains pas grand-chose, je suis pas sûr que Bray survivrait à un deuxième incendie. Et encore ce serait la version soft, il serait capable d'assassiner un à un tous les habitants de cette ville, peu importe ce qu'en dit son magicien, quitte à subir les tortures qui suivrait.

Une fois le dôme créé autour de nos têtes, je m’autorise un regard vers Lana, que je vois cachée sous la table. Au moins, elle n’a rien d’une personne suicidaire. D’autres stands sont enfermés dans le dôme, beaucoup trop à mon goût, mais je ne pouvais pas laisser trop peu d’espace à  Sanael, sans compter qu’il n’est pas fait de fer, si quelqu’un veut traverser, il le pourra, même si une épaisse fumée noire, vu de l’extérieur, ne doit pas donner réellement envie. On ne savait jamais, l’être humain est bien trop étrange parfois, c’est un fait. Et si quelqu’un traverse, il faut que je sois capable de l’intercepter tout en gardant le contrôle du dôme tant que je le peux. J’observe le combat qui se déroule un peu plus loin. Si les pouvoirs des djinns sont grands, il mettra tout de même un peu de temps avant de venir à bout de la bête, j’en suis persuadé. Autre le fait qu’il s’agisse d’une métamorphe, elle est paniquée, ça se voit dans ses yeux. Donc infiniment plus dangereuse. Mon regard intercepte un mouvement sous les tables, non loin de l’endroit où se cache la jeune fille aux cheveux roses. Fronçant les sourcils, je m’approche, faisant attention au maintien de mon illusion, pour voir, cachée, une autre jeune femme.

“ Tout va bien les filles? Restez cachées, ne sortez pas tant que je vous l'ai pas dit. “

Je ne sais pas si elle comprend tout ce qu’il se passe, je ne sens pas l’aura surnaturelle de toutes les créatures, surtout de ma propre espèces, ce qu est déjà un plus par rapport aux trois quarts des autres Surnatuels. Je m’en contre fous un peu, à dire vrai, le seul problème c’est qu’elle risque de nous mettre des bâtons dans les roues si elle panique, et ça, ce serait bien de l’éviter. J’entends un grognement et vois le corps humain de Sanael projeté au sol. Son bras est couvert de sang. ça a beau être un djinn, il risque d’être diminué.

“ Et puis merde …”

Le dôme s’affaiblit un peu alors qu’une boule de feu jaillit d’entre mes doigts pour se diriger vers l’animal. J'arrive à la toucher au mollet, mais ce n'est pas suffisant, la bête se relève au bout de quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT GENERAL] - COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING GOES DOWN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-