[EVENT GENERAL] - COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING GOES DOWN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Messages : 438
Métier/Etudes : Je suis la Nature, je suis tout.
COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING

GOES DOWN  
« EVENT GENERAL »


COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING GOES DOWN

Une légère pluie s’abat sur Bray en ce dimanche matin. Les rues sont encore calmes, il est tôt, mais bientôt une agitation anormale viendra animées les rues de la ville. Les bâtiments portent encore les stigmates de l’incendie, afin que chaque habitant de Bray ne puisse ni oublier, ni tourner la page. Pourtant l’envie est bien là, chacun veut avancer, à son rythme, oublier les larmes et les cris et reprendre sa vie, lentement, comme il l’avait laissé quelques semaines plus tôt. Les défunts sont déjà là pour rappeler à tous l’instant tragique où tout à basculer, où ils ont trépassé, où ils ont disparus et même avec de la bonne volonté, personne n’arrivera jamais à les faire se relever, alors qu’il est possible de reconstruire, de restaurer, de replanter et de nettoyer. Et c’est exactement la volonté du Maire. Rebâtir Bray sur ses cendres pour offrir une nouvelle vie à ses habitants. Il est temps de se relever, de sécher ses larmes et d’agir. Déjà certains habitants ont commencé à mettre la main à la pâte. De-ci, de-là des collectes de fonds ont été organiser pour aider la ville à se relever. Et le Maire de Bray compte surfer sur cette idée. Une grande collecte de fonds va être organiser par la ville et rien de mieux que d’impliquer un maximum d’habitants pour que cela fonctionne.

Après l’incendie, le Maire de Bray avait mandaté des ouvriers pour nettoyer certaines façades de la ville, telle que la Bibliothèque ou le musée. Aujourd’hui, les bâtiments étaient comme neufs, plus aucune trace de l’incendie ne venait défigurer les façades. Mais il restait encore beaucoup de boulot pour remettre la ville sur les rails. Des ouvriers travaillaient sans relâchent pour rebâtir l’aile détruite de l’hôpital et réparer les nombreux dégâts qu’a subi l’université. Mais il fallait être réaliste, la ville manquait de fonds pour l’ensemble des travaux et l’aide financière qu’elle devait recevoir n’arriverait pas avec des mois, voire des années. Une réunion au sommet avait été organiser et une décision avait été prise. L’annonce d’un grand vide grenier avait été annoncer dès le lendemain. Les fonds récoltés serviraient pour payer l’ensemble des réparations. L’idée avait fait son bout de chemin et en ce dimanche matin, on voyait émerger de nombreuses maisons des habitants, chargés de cartons remplis à ras bord d’objets à vendre. La météo n’était pas très clémente mais elle promettait de s’améliorer au fil de la journée. Mais malgré la pluie, les habitants étaient décidés, aujourd’hui ils agiraient pour leur ville, ils vendraient et achèteraient pour récolter les fonds nécessaire pour reconstruire Bray. Le Maire avait annoncé sa présence au vide grenier et comptait remercier officiellement ceux qui avaient déjà contribuer à aider Bray. Policiers, pompiers, secouristes, médecins, infirmiers, bons samaritains, personne ne sera oublié.

Le temps avance, chacun c’est mis en place et déjà les rues sont bondées de monde. Le Maire est arrivé et il est prêt à faire son discours. Il fait face à ses concitoyens dans une tenue impéccable. “Bonjour à tous et merci d’être venus si nombreux à ce vide grenier. Comme annoncé, les fonds récoltés iront entièrement aux réparations de la ville et c’est donc un grand plaisir pour moi de vous voir tous ici, mobilisés et solidaires. Avant d’ouvrir officiellement ce vide grenier, je tenais à remercier tous les habitants de Bray qui ont risqué leur vie durant l’incendie et qui ont fait de leur mieux pour soigner et réconforter les blessés et leurs familles. Que ce soit les policiers, les secouristes, les pompiers, les médecins, les infirmiers et mêmes certains habitants, venus là pour soutenir nos professionnels. Merci également aux personnes qui se sont déjà mobilisés pour récolter des fonds, grâce à elles, Hope Park pourra redevenir ce parc qui nous tient tant à coeur et où il est toujours agréable de se promener. Nos pensées vont aux victimes et aux familles des victimes, jamais nous ne les oublieront… Encore une fois merci à tous d’être venu et j’annonce officiellement l’ouverture du vide grenier. Bonne journée à tous “ Le discours du Maire se termine et la journée peut enfin débuter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://u-legends.forumactif.org
Invité
Un vide grenier. Quelle jolie idée que celle-là. À peine arrivée à Bray, Aslinn s’était retrouvée dans une ville meurtrie. Suite à l’annonce de l’incendie, elle avait été guidée vers un gymnase où tout le monde était rapatrié. Blessés, comme personnes indemnes. Elle s’y était retrouvée seule, perdue, ne connaissant personne. À part un nom. O’Murchu. Cela lui avait semblé une bonne idée, de profiter de l’occasion pour chercher cette tante qu’elle ne connaissait pas, et dont elle connaissait seulement le nom de femme mariée. Mais en réalité, ça n’avait pas été très intelligent. Si elle avait pris le temps de réfléchir un peu, elle s’en serait rendu compte elle-même… Hélas, elle s’était de suite mise à la recherche de possibles cousins. Et en avait trouvés. Quelques-uns… Cinq, au total. Elle ne s’était pas attendue à cela. Et eux non plus. Ils n’avaient d’ailleurs pas manqué de lui faire remarquer que ce n’était pas le moment. Avançant vers le centre-ville, Aslinn leva les yeux au ciel. Ils comptaient des blessés et même une victime dans leur famille, et elle était arrivée, comme une fleur, se présentant comme leur cousine… Il n’était pas étonnant qu’ils aient réagi un peu froidement. Sauf Isleen. Même si Aslinn arrivait comme un cheveu dans la soupe, Isleen l’avait prise dans ses bras, lui donnant l’impression de ne plus être seule, après ces longues semaines de solitude pesante.

Depuis le jour de l’incendie et leur rencontre, Aslinn s’était mise en retrait. Ils avaient beaucoup à faire. Des blessés devaient se remettre. Puis, ils avaient dû organiser les obsèques de leur mère. Sa tante. Aslinn avait préféré les laisser tranquille. Bien sûr, elle prenait régulièrement de leurs nouvelles. Mais elle ne voulait pas les oppresser. Ils étaient à présent sa seule famille. Elle ne voulait pas se les mettre à dos.

Arrivée dans le centre, elle écouta le discours du Maire. Si seulement elle avait eu des biens à mettre en vente, elle l’aurait fait avec plaisir. Malheureusement, elle n’était arrivée à Bray qu’avec le strict nécessaire. Quelques vêtements, quelques livres auxquels elle tenait particulièrement, une photo de sa mère et elle. Rien dont elle pouvait se séparer. Qu’à cela ne tienne. Elle achèterait. Ainsi, elle participerait à sa façon à la reconstruction de la ville. Ses cheveux ondulant à cause de la fine bruine qui tombait encore mais ne durerait probablement plus longtemps, ses bras croisés sous sa poitrine, elle se mit à déambuler dans les rues, à la recherche de quelques petites choses que son maigre capital lui permettrait d’acheter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

❝ EVENT ❞running wild and running freeJe vérifiais une ernière fois que j' avais bien tout stocké. La totalité des affaires d' Asher tenaient dans ces 3 cartons. Le quatrième était emplie des miennes que j' avais ajouté. La mairie avait organisé un vide grenier afin de financer la reconstruction de la ville et d' aider les sinistrés qui avaient subi les ravages des incendies. J' étais de celles qui avaient eu, avec de la chance, son foyer qui était indemne. Les incendies avaient toutefois causé la mort de ma mère. C' était étrange à dire. Je n' avais jamais eu d' affection pour ma mère et même maintenant, je n' arrivais pas à m' imaginer avoir à fair son deuil véritablement. Mais il fallait avouer que ma famille avait de nouveau été amputée d' un de ses membres. Et peu de temps après, mon mari avait été assassiné. Là encore c' était un vide plus qu' un vrai deuil. Ca en faisait des bouleversements.
Alors quand j' avais vu ce vide grenier, j' avais décidé de participer. Mon mari étant mort et sa famille ne voulant pas récupérer ses affaires, j' avais décidé de les amener pour les vendre au vide grenier. Et j' avais mis également des miennes pour participer davantage. Il faut dire que ma conscience était quelque peu lourde après que j'ai tué Gaïa et ce même si c' était pour protéger mon frère. Alors peut être qu'en plus d' aider les sinistrés, j' espérais -égoistement- qu' aider me soulagerait un peu la conscience.
J' avais toute amené à Hope Park et on m' était mise à un endroit, vidant les cartons pour commencer à vendre et récolter les fonds. Je vis un peu plus loin une tête connue. Aslinn, la fameuse cousine nouvellement rencontrée. Elle était apparue dans nos vies pendant un moment difficile mais elle était de la famille. Depuis qu'elle était là, je tenais à veiller sur elle comme ma fratrie. Alors en la voyant, je ne pus m'empêcher de l' interpeller pour qu'elle vienne.

« Aslinn! Restes pas toute seule, viens là ma belle!»

Je lui fis un signe de la main pour qu'elle vienne me rejoindre au stand. Aslinn était de ma famille, je n' allais pas la laisser toute seule comme ça. Niamh et Casty étaient au fin de la Sibérie avec notre père, Logan et Phoebe n' étaient pas venus au vide grenier. J' étais la seule représentante de la famille. Peut être que comme ça Aslinn se sentirait plus rassurée. Il faut dire que lors de la première rencontre lors des incendies, ça avait été plus froid et je ne voulais pas qu'elle se sente exclue. J' attendis donc qu'elle me rejoigne au stand pour qu' on puisse parler et faire connaissance pendant que je tentais de revendre les affaires d' Asher pour la bonne cause.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Reconnaissant la voix de sa cousine, Aslinn s’immobilisa dans la foule et se tourna vers Eileen. Là où Castiel et Niamh avaient été étonnés et froids, Eileen, elle, l’avait accueillie à bras ouverts. Alors qu’elle-même devait être également étonnée et sous le choc, elle l’avait prise dans ses bras. Elle l’avait prise dans ses bras ! Alors que l’une de ses sœurs avait été blessée, que l’un de ses frères était blessé, elle l’avait prise dans ses bras ! L’incendie avait été dur pour Eileen. Car, à côté de cela, elle avait aussi perdu sa mère. Puis, quelques jours plus tard, son mari… Ca n’avait vraiment pas dû être facile pour elle. À moins… Que ce mariage ait été un de ces mariages arrangés dont sa mère lui avait parlé… Non, c’était ridicule. Ces mariages étaient une vraie tradition, quasi moyenâgeuse. Avec un sourire doux et sincère, elle avança vers sa cousine et la prit dans ses bras pour la saluer. « Eileen ! » Se reculant, elle observa sa cousine. « Comment vas-tu ? J’ignorais que tu venais au vide-grenier ?! » Baissant les yeux, elle se rendit compte qu’elle faisait bien plus qu’y assister. Elle participait à la vente ! Mais, s’il y avait là des affaires qui devaient être les siennes, il y avait aussi pas mal de choses… Masculines. S’agissait-il d’affaires appartenant à Castiel et Logan ou… ? « Je… Je suis désolée pour ta mère et… Ton mari. Je te l’ai déjà dit mais… Je suis sincèrement désolée. » Elle était venue aux cérémonies, lui avait déjà présenté ses condoléances, mais elle s’était fait discrète. Après tout, elle venait d’arriver. Elle se sentait un peu comme… Une intruse. Même si ces personnes étaient, à présent, sa seule famille. Et que, plus les jours passaient, plus elle ressentait l’absence de sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Je n'ai jamais été aussi excitée qu'aujourd'hui ... Bon ce n'est pas tout à fait vrai, je suis très souvent excitée, mais aujourd'hui, particulièrement. Quand le Maire a annoncé qu'ils allaient mettre en place un Vide-Grenier pour récolter des fonds pour reconstruire Bray, j'étais au bord des larmes tellement j'étais heureuse. Au fond de moi, égoïstement, je savais que j'étais une des causes de cette décision et j'étais très fière de moi, même si personne ne le crierait sur tous les toits, moi incluse. Mais c'était malgré tout agréable que toute la publicité qui avait été faite autour de ma petite action est permise de faire bouger les choses. C'est vrai après tout, mon but n'est pas de me faire de la pub, en soit je m'en contre fou royal, ce que je veux, c'est que ça fasse écho dans les coeurs des gens et qu'ils se décident vraiment à se bouger pour reconstruire Bray. Après tout, ce n'est pas que ma ville, je ne suis pas la seule à y être née, ça devrait être important pour beaucoup de monde de la revoir renaitre de ses cendres. Déjà que les gens participent à ma petite collecte de fonds, ça me touchais vraiment, je trouvais ça important et très réconfortant qu'il y avait un grand nombre prêt à donner un peu pour aider la ville à se remettre sur pied. Mais maintenant que je vois que le Maire lui même a décidé de faire quelque chose, c'est presque inimaginable.

J'ignore tout de cet homme, je ne suis pas très politique et j'ignore même qu'il est le magicien de mon meilleur ami. A mes yeux c'est un politicien comme un autre, qui fait son temps à la mairie jusqu'à ce qu'un autre prenne sa place. L'avantage cette fois-ci, c'est qu'il est assez jeune, ce qui change du précédent qui était un peu grabataire à mon goût. C'est bien beau de vouloir continuer à faire de la politique, mais à un certain âge, il faut savoir laisser sa place. Au départ, cet homme n'a pas plus d'intérêt à mes yeux que ses prédécesseurs, mais j'avoue que là avec le vide grenier, il marque des points. Tout l'argent récolté ira à la reconstruction de la ville, un geste exceptionnel de la part des habitants de Bray s'ils jouent le jeu. J'ai tellement hâte de voir si ça va fonctionner que je suis levée tôt et que je suis une des première à remplir mon stand. Pas d'objet à vendre pour ma part, je reste dans ma marque de fabrique qui est les cupcakes. Je pense qu'il y aura suffisamment d'objets à vendre en tout genre, de quoi manger ira ravir les plus gourmand. Je vois lentement la ville se remplir et je suis hyper heureuse de voir les gens se mobiliser pour la bonne cause. Je suis au premier rang pour écouter le discours du maire. Je rougis en l'entendant parler de moi. Oh bien entendu il ne cite pas mon nom, ce qui ne me dérange pas le moins du monde, mais je sais que c'est de moi qu'il parle et ça me touche. Je ne fais pas ça pour la reconnaissance mais je suis heureuse que mon action, à petite échelle, à permis de faire bouger les choses au sommet de la hiérarchie. J'espère que je croiserais Aenor aujourd'hui, c'est un peu grâce à elle que tout cela est possible, son article a certainement fait parler de lui et sans son aide, peut-être que la mairie ne se serait pas mobilisée pour sauver la ville ... enfin je l'ignore, j'aime à croire que même sans nous, ils auraient fait ce vide grenier, mais certains de mes amis ont des doutes. J'applaudis le discours, puis je retourne à mon stand, prête à vendre un maximum de cupcakes pour aider au mieux à récolter des fonds.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Le vide-grenier, c'est le gros événement de ce mois-ci. Y en a pas assez des trucs comme ça à Bray. Depuis que je suis là, j'ai dû assister à une demi-douzaine de machins du genre, et célébration de ça, et marche funéraire de ci ... Personnellement, je commence à en avoir marre. Mais il paraîtrait que l'organisation adverse pourrait faire un mouvement, et que, dans le même temps, je sois obligé de faire la surveillance. Ils parient sur le mauvais cheval, les champions. Je suis peut-être officiellement des Dux Tenebris, mais leur guerre, elle me fait rire. Personne se bat, y en a trois et quelques animaux qui meurent, et ça se regarde entre deux assiettes pour savoir qui va chopper le plus gros bout de viande. On savait se battre à l'époque. On avait des armées faites de milliers d'hommes, on marchait sur les villes comme si elles n'étaient faites de rien. Alors l'incendie "ravageur" ... C'est juste une blague. J'en ai déjà allumé un plus gros en voulant lancer un avertissement. Je crois sincèrement que ma nature commence à me rattraper. Je ne vois plus les choses comme j'ai pu le faire. Je n'essaie plus de me mettre à la place des humains, cette méthode là n'a rien donnée. Je ne veux pas me sentir enfermé sur Terre. Lorsque ma mission sera terminée, je rentrerais au bercail, et si Eldarion ne brûle pas tous les livres portant mon nom qu'il a en sa possession, je serais capable de trouver un moyen de revenir et de le hanter jusqu'à sa mort. Que j'aurais sans aucun doute provoquée.

En parlant de wendigo, je me demande brièvement si Jordi va pointer le bout de son nez. J'aimerais bien. Ce serait une bonne distraction, et Vaas seul sait à quel point j'en ai besoin depuis le départ de Sloane. Elle a sans doute dû être révoquée. C'est une possibilité qui n'est pas seulement le fait d'hypothèses hasardeuses, chez nous les djinns. Je ne la sens plus nulle part. Après avoir passé des mois à  courir après des chimères, à avoir 'impression de devenir fou, la voyant partout, la ressentant dans chaque coin de la ville ... Elle a totalement disparu. Je sais qu'elle n'est pas partie de son plein gré. Si elle l'avait fait, elle aurait au moins tenté de me planter une fois, c'est un peu comme ça qu'on  fonctionne. Mais le fait est que je n'ai plus aucune raison d'être ici, maintenant, si ce n'est la volonté de mon magicien. Et je risque de le lui reprocher longtemps. Errant dans les allées du vide-grenier, je m'arrête devant un stand de cupcakes. Ce n'est pas tant pour les gâteaux - les djinns ne mangent pas - que parce que j'ai reconnu les cheveux roses. Je jurerais l'avoir déjà vue lors de réunions des Dux Tenebris. Un sourire franchit mes lèvres. " Hey, tu saurais pas où je peux trouver Sanael par hasard?" La règle d'or, si tu trouves pas un djinn, essaie donc d'en chercher un deuxième. J'ai pas confiance en lui, on s'est affrontés quelques fois, mais je pourrais supporter n'importe qui maintenant. N'importe qui de mon espèce, s'entend.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il pleut sur la ville en ce dimanche, comme pour rappeler que ce n'est pas tant un jour de fête qui va se dérouler d'ici peu dans le centre-ville. Maxine a le coeur gros en songeant encore à ce que la ville à subi. Certes, elle n'a perdu personne et n'est donc pas forcément une des personnes à plaindre mais les gens en larmes, elle les a vu défiler devant elle. Certains qu'elle connait un peu, d'autres étant de parfaits inconnus mais qui lui ont laissé une trace dans l'esprit. C'est bien simple, cela fait quelques temps que son sommeil s'en ressent, qu'elle se sent épuisée moralement parfois. Elle n'en montre quasiment rien, identique à elle-même mais il suffirait parfois de peu se dit-elle. Les gens ont été un peu tendu dernièrement, se sentant moins sécurisés et elle peut comprendre leurs appréhensions. Non personne ne peut oublier l'incendie. Elle encore moins quand elle croise les familles ayant perdu des proches, elle salue d'un hochement de tête respectueux les gens qu'elle croise. Elle est là depuis un petit moment, en uniforme. Elle n'est pas tellement la pour participer à l'événement mais plutot pour veiller à ce que tout se déroule correctement, sans anicroches. C'est important lors d'événements de ce genre qui rassemble un grand nombre de personnes. Elle est un peu là pour l'image surtout parce qu'elle espère qu'il n'y aurait aucun souci durant cette journée. Pourquoi y en aurait-il ? Les gens sont impatient de trouver des fonds pour reconstruire la ville, pour amoindrir l'impression de voir partout un Bray souffrant, brulé.  Le maire entame son discours basique de politicien... elle n'en écoute pas vraiment les mots. Les remerciements lui passent carrément au dessus de la tête, ce ne sont là que des politesses visant à montrer sa bienveillance au peuple. Une introduction à l'événement pour ne rien dire concrètement, si ce n'est que ce vide-grenier à pour but de générer des fonds de soutien suite à l'incendie. Tout çca tient en une seule phrase en fin de compte. Maxine marche sereinement le long des stands restant au maximum à distance des promeneurs du dimanche. Elle observe les gens, les étals. Tout est aussi calme qu'un dimanche après-midi pluvieux. Espérons qu'ils ramassent tout de même assez de sous pour pouvoir avancer les réparations au maximum. Ce serait une super bonne nouvelle pour tous. Une juste récompense des efforts de chacun. Maxine essaie de rester très concentrée sur ce qu'il se passe autour d'elle même si elle ne peut s'empêcher de penser à quelques collègues qui doivent se les geler à l'Est... Pas des collègues de la police évidemment. Non, elle pense aux DT principalement : mi-sérieuse, mi-amusée, elle se dit qu'ils devraient peut-être en abandonner quelques uns là-bas, ca leur ferait pas de mal. Enfin ce n'est pas sincère, elle préfère que tout le monde rentre entier... pendant qu'elle est tranquillement là à surveiller sans participer à un magnifique vide-grenier pluvieux mais solidaire.
© Great Thief
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fée
Messages : 486
Age du personnage : 20
Race : Fée
Métier/Etudes : Etudiante en 2eme année d'orfèvrerie
Il est 9h du matin à l’orée de la forêt. La ville s’éveille doucement tandis que dans la maison entre falaise et arbres, une jeune femme dort encore. Son sommeil est agité, son corps tourne et vire sous les draps. Ce n’est pas la chaleur lourde qui la torture, mais plutôt ce qu’il se passe dans sa tête. Un être classique serait pris pars la tourmente de cauchemars. Ce n’est pas son cas. Neeve se bat pour prendre le dessus et ne pas devenir cette femme au comportement effroyable assoiffé de sang. Adsila est manipulateur et adore jouer avec son hôte. Ce matin, alors que la jeune femme ouvre les yeux le front trempé de sueur, il la laisse gagner.

J’ai un sourire sur le visage et je n’ai nullement envie de meurtre. Au contraire, mon estomac réclame des céréales au chocolat. Je n’ai pas ressentis cela depuis des semaines. Chaque matin, je me retrouve au fond de ma boite crânienne à regarder le monstre s’activer avec mon corps. J’ordonne à mes jambes de sortir du lit et à mon corps de se lever. Il y a anguille sous roche, Adsila ne m’a pas laissé un matin à moi sans demander de contrepartie. Pourtant, je ne le sens pas essayer d’influencer mes choix. Chaussons aux pieds, je fais divers tests, allant à la cuisine puis au salon, dégustant un petit déjeuner copieux devant la télévision. Aucune réaction. Personne n’est là pour nous observer alors j’en profite. Je lui parle en me brossant les dents, en me savonnant sous la douche, en me maquillant sans miroirs… Aucune réaction. La matinée est un peu plus avancée lorsque je sors, sereine, prendre mon courrier. Oh c’est vrais, le vide grenier ! Je ne pensais pas qu’Adsila me laisserai y mettre les pieds, pourtant il semble avoir disparu de ma tête. Peut-être qu’il s’est passé quelque chose cette nuit ? J’en doute, mais je commence à me dire que je vais sans doute pouvoir passer une journée presque normale.

Pour une fois, je mets de la musique dans la maison. D’habitude, le monstre n’aime pas ça et me le fait bien comprendre. J’ai toujours besoin de garder ma concentration pour lutter, juste au cas où. Ma matinée se déroule un peu de façon anarchique. Pendant 10 minutes je prends soins de moi, j’hésite devant ma penderie en chantonnant, heureuse de pouvoir sortir sans crainte. Puis la demi-heure d’après, je pleure sur le lit à me dire qu’Adsila me prépare un mauvais coup, qu’il va battre ma conscience quand je serai dans la foule et me fera me comporter comme une trainée. Une fois mes canaux lacrymaux à sec, je suis en colère, et me persuade que je dois vivre ma vie au mieux, et que si je me prive parce qu’il y a un risque autant me suicider tout de suite. Or, jamais je ne cèderai à la facilité, je débusquerai ce foutu Djinn et l’anéantirai !

Déterminée, vêtue d’une robe printanière et d’une veste de blaser, je conduis jusqu’en ville et me gare au parking des employés du musée. Le vide grenier à lieu en centre-ville, non loin de mon lieu de travail. Je n’ai porté à vendre, mes babioles me tiennent à cœur et le reste, je jette ou donne rapidement. J’aime pas être encombrée. Par contre, j’ai dans mon sac assez d’argent pour acheter un étal entier. Dans le malheur de Bray, je n’ai pas été touchée par l’incendie. Ma maison est bien loin de la ville et moi, j’étais en voyage à Dublin. J’ai déjà donné de l’argent pour retaper un peu la ville, mais entre faire un gros chèque chez moi tant qu’Adsila me fou la paix et l’envoyer par la poste, ou être en ville, avec les gens, et acheter des choses au for et à mesure, je préfère la seconde option. Je me balade sous la bruine quand j’apperçois un stand à cupcake.

"Bonjour," souris-je en jetant un œil aux gâteaux. "Je vais vous en prendre 4. Deux rouges et deux chocolats s’il vous plait."

_________________

Tout conte de fées est issu des profondeurs
du sang et de la peur.

(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING GOES DOWN
ξ event

Ce sont des dimanche tel que celui-ci qui donne envie de rester au lit toute la journée, un chocolat chaud avec de la chantilly dans les mains et supernatural sur le grand écran. Mais rester enfermer chez moi qu'il pleuve ou pas m'oppresse. Et puis de toute façon pluie ou pas, Aujourd'hui c'est le vide-grenier pour la ville. Le maire ayant d'organiser cet événement pour lever des fonds pour réparer les dégâts causés par l'incendie d'il y a peu.
Et bon, même si les vide-greniers ne sont pas mon délire, là c'est un cas spécial et c'est pour la bonne cause. Alors je vais passer la-bas et acheter des trucs… Bon même si je n'ai besoin de rien et ne suis pas fan des trucs genre objets de déco, mais pour la bonne cause.. J'peux bien acheter quelques trucs.
Une fois sur place, j'écoute le discours du maire. Bien trop long à mon goût et je finis par décrocher légèrement. J'écoute distraitement la fin du discours en jetant un coup d’œil autour de moi. Au loin je repère un stand qui m’intéresse plus que tout : un stand de cupcake. Je sais déjà ce que je vais faire lorsque ce discours sera terminé ! D'ailleurs, je suis couper dans mes pensées par des applaudissements auxquels je joins les miens. Une fois terminée je ne m'attarde pas plus longtemps et vais directement à ce stand qui me fait de l’œil depuis que je l'ai vu.
Je m'approche donc en souriant et attend que la personne devant moi termine de prendre sa commande. J'observe la jeune femme  qui vend ses cupcake terriblement alléchant. Elle possède des cheveux d'un rose flamboyant et même si je ne ferais jamais une telle couleur je trouve ça hyper audacieux ! Et plutôt cool, pour tout dire. D'ailleurs, en regardant le visage de cette fille je ne peux dire qu'une chose : wouah. La classe incarnée avec un brin de folie. Et rien que pour ça, je trouve déjà cette fille cool. Et puis, elle fait des cupcakes quoi. Ça suffit amplement à m'acheter. D'autant plus que ses cupcakes, de couleurs si varié donne vraiment envie ! Si je m'écoute je pourrais m'enfiler tous les stocks de son stand je crois...
« Je vais aussi en prendre deux au chocolat ! Et deux… Je sais pas, celui avec le plus de sucre et de cochonneries dedans ? »
Je souris à cette demoiselle amusée. Ouai, tant qu'il y a du sucre ou des trucs style oréo je suis comblée. En fait, du moment que c'est bien gras et que ça fait bien grossir j'adore ça!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Event
come on and help until everything goes down
Alexis se sentait… triste, ouais, c’était le mot. Triste et seule. Assise sur une chaise pas vraiment confortable, elle lisait le journal à voix haute. Le reposant, une fois fini, elle observa longuement la face endormie de Seeley. Il semblait paisible et on avait l’impression qu’il allait se réveiller une fois sa sieste terminée. Une sieste qui durait depuis de longues années et qui semblaient ne jamais devoir se terminer. La Samson venait ici tous les dimanches pour lui parler, lui raconter les derniers événements et lui confier ce qu’il se passait dans sa vie. Aujourd’hui, elle avait commencé par lui parler de Niamh et de Castiel, ses meilleurs amis, partis à l’autre bout du monde, en voyage. Elle était contente pour eux parce qu’ils allaient pouvoir se sortir un peu de Bray mais ils lui manquaient atrocement. Puis elle avait ensuite parlé de Scylla. Scylla qu’elle aimait de tout son coeur, une amie en or, dont elle avait appris le terrible secret il y a peu. Depuis, elle faisait l’autruche, elle avait envie de la voir mais elle n’osait pas lui envoyer un sms. Et dès qu’elle sortait de chez elle, elle regardait partout pour voir si elle n’était pas dans le coin. Pourtant, elle ne lui en voulait pas, si tant est qu’on puisse lui en vouloir pour un choix dont elle était la victime. Elle ne lui en voulait pas et Scylla restait sa Scylla. Mais… elle ne savait pas pourquoi, Alexis n’arrivait pas à faire comme avant. Peut-être parce qu’elle s’en voulait de ne pas pouvoir l’aider, peut-être parce que la regarder et savoir ce qu’elle endurait c’était dur… Elle n’en savait rien, elle savait juste que c’était lâche, comme réaction, et que Seeley lui aurait sûrement dit d’aller la voir. Puis elle lui avait lu le journal. Et elle venait de terminer. « Je vais te laisser, il y a le vide-grenier, pour aider ceux qui ont tout perdu dans l’incendie, alors je dois y aller. » Alexis se leva, l’embrassa sur le front et quitta l’hôpital, la mort dans l’âme. Voir son frère lui faisait souvent du bien mais, des fois, comme là, ça la plongeait juste dans une morosité profonde.

Le vide-grenier n’était pas loin, elle y fut en quelques minutes et elle se mit à flâner entre les étals. Elle n’avait pas vraiment les moyens de s’offrir beaucoup de choses mais si elle pouvait dépenser un peu d’argent pour aider ceux qui n’avaient plus rien, elle le ferait. Elle avait déjà donné des vieux meubles qui prenaient la poussière dans le grenier pour que quelqu’un les vende pour elle. Alexis s’arrêta devant un tréteau où était installé une dame qui vendait des gâteaux et des boissons, des gâteaux fait maison par les habitants de Bray, sûrement. Un euro la part et un euro le verre. Alexis s’approcha, un petit sourire forcé aux lèvres. Elle n’avait pas vraiment envie de sourire, la maintenant tout de suite, mais faire la gueule n’aurait pas servi à grand chose non plus et les gens autour d’elle n’étaient pour rien dans son humeur. « Je vais vous prendre deux parts de gâteau au chocolat, s’il vous plaît. » Deux parce qu’elle se disait qu’elle allait peut-être voir un ami, une connaissance, et qu’elle pourrait partager avec lui un morceau de pâtisserie. Sinon, et bah, ce serait tout pour elle.
© wild bird
   
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT GENERAL] - COME ON AND HELP UNTIL EVERYTHING GOES DOWN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-