Amour&Mariage - Castiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Alys passa un dernier coup de pinceau sur ses lèvres pour sublimer la couleur de son nouveau rouge à lèvres. Elle s’observa dans le miroir, jugeant le résultat. Elle en fut assez satisfaite, sa robe noire, laissant apparaître son décolleté sous de la fine dentelle. C’était suffisant pour attirer l’attention. Elle repoussa toutefois une dernière mèche derrière son oreille, prit une grande inspiration et tourna le regard vers l’horloge. Si elle ne se dépêchait pas, elle allait être en retard. Son fiancé avait accepté de déjeuner avec elle afin de parler des derniers préparatifs du mariage. Une boule de stress lui monta à la gorge. Avait-elle peur qu’il n’aime pas ses idées ? En avait-il vraiment quelque chose à faire ? Si Alys avait réussi à attirer sa sympathie, du moins il semblait de plus en plus la tolérer, ils n’en étaient pas au stade du couple. Ils se contentaient de faire semblant aux yeux du monde entier. Ils étaient très doués à ce jeu-là. Beaucoup ne se posaient pas de questions sur la solidité de ce couple, quelques personnes s’étaient même aventurées à commencer cette si belle romance. La jeune Andorre ne pouvait qu’en être satisfaite, ayant fait le deuil d’un amour parfait avec Castiel, comme on pouvait le voir dans les films ou dans les romans qu’elle avait lu étant une jeune adolescente. Son téléphone sonna : un message de sa mère pour lui rappeler son brunch… Comme si elle pouvait oublier…

Le moteur de la voiture se mit à vrombir alors qu’Alys se garait près du restaurant. Elle avait acquis cette vieille voiture américaine quelques semaines auparavant. Il y avait encore quelques petits travaux à faire dessus mais c’était un véritable bijou. A son volant, elle se sentait comme une star de cinéma tel qu’Audrey Hepburn ou Elizabeth Taylor. Elle en était amoureuse et c’était un passe-temps qui n’appartenait qu’à elle seule. Elle descendit de la voiture et enfila ses talons. Si elle était capable de passer une journée, perchée sur ces derniers, elle ne pouvait pas conduire. C’était impossible. Elle tenta de regarder à l’intérieur du restaurant si Castiel était déjà arrivé. La patience n’avait jamais été une de ses grandes qualités et elle n’avait aucune envie d’attendre son fiancé. Pourtant, lorsqu’elle poussa la porte de l’établissement, il n’y avait aucun signe de son tendre futur époux. Elle ne put s’empêcher de soupirer. Le patron se dirigea immédiatement vers elle. La famille Andorre était des clients réguliers, qui ne regardaient jamais à la dépense. Autant dire qu’ils étaient chouchoutés. Elle échangea quelques mots avec cet homme fort agréable, qui l’installa à sa plus jolie table. Alys commanda un cocktail et fit en sorte de prendre son mal en patience. Pourquoi ne lui avait-elle pas demandé de venir la chercher ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humainstaff
Messages : 3778
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice

Le début de la journée avait été mouvementée. Castiel avait dû préparer son départ pour la Sibérie, et angoissait à l'idée d'oublier quelque chose. Si l'escapade avait été touristique, il ne se serait pas inquiété outre mesure, mais la situation était différente. Cette fois, il fallait mettre toutes les chances de son côté. La variété des membres du PTS et de l'OBCM était telle que ce serait un miracle qu'ils ne se tirent pas dans les pattes entre eux, alors la préparation était essentielle, histoire de pouvoir assurer une quelconque attaque s'ils en avaient besoin. Si ça n'avait tenu qu'à lui, le triton serait, bien entendu, resté à Bray, mais il avait malgré tout conscience de l'enjeu de la situation. Si les Dux Tenebris, qui qu'ils soient, mettaient la main sur le grimoire de Rosakov, et si la légende était vraie, ils embarquaient dans un futur bien sombre. Beaucoup de "si", mais une conclusion bien plus obscure encore, autant croire aux hypothèses pour ne pas se retrouver pris de court.

Le jeune homme était tellement pris dans ses réflexions qu'il ne vit pas le temps passer. S'il n'avait rien eu de prévu ce jour-là, ça n'aurait pas vraiment été un problème, mais lorsqu'il vit son père entrer dans sa chambre, presque furieux de voir qu'il était encore là, ses engagements lui revinrent en pleine figure. Alys. Il allait être en retard, et ça n'annonçait vraiment rien de bon. Quelques mois plus tôt, sans doute n'en aurait-il rien eu à faire, mais ces derniers temps, il s'était promis des efforts. Et sans doute serait-ce la dernière fois qu'il aurait l'occasion de la voir avant le mariage, ce n'était pas quelque chose que Castiel pouvait facilement annuler. Il était d'ailleurs possible, vu l'heure, que la jeune femme soit déjà en route pour l'Ambrosia, alors que lui n'était même pas encore parti. Attrapant sa veste et les clés de voiture de sa mère, la sienne étant toujours en réparation après les coups provoqués par la clé à mollette de Cally, il dévala en trombe les escaliers, pour rejoindre le véhicule garé dans l'allée.

Le restaurant n'était pas très loin, c'est sans doute ce qui le sauvait, dans cette situation. Castiel ne mit que quelques minutes à le rejoindre et à se garer sur le parking. C'était idiot, mais il était toujours nerveux à l'idée de voir sa future femme. Il était pourtant habitué à jouer la comédie, il était un Ò Murchù, il avait ça dans le sang, la ruse, l'impassibilité, les faux-semblants ... Ce n'était pas comme si c'était nouveau. Plus le temps passait, cela dit, plus il s'y faisait. Sans qu'il ne l'admette, le triton était conscient que ses ressentis venaient probablement du fait que Cally n'était plus là, partie en Grèce pour une durée indéterminée. Loin des yeux loin du coeur, et quelque part, il priait pour que ce soit le cas, pour que cette situation inextricable se simplifie, ses sentiments passant de réalité à souvenir. Vivre une fausse histoire d'amour avec une femme qu'il ne connaissait qu'en surface était bien plus simple lorsque l'on ne pensait plus constamment à quelqu'un d'autre.

Poussant finalement la porte du restaurant, Castiel fit courir son regard sur la salle. Elle était déjà bien remplie, et alors qu'il allait se diriger vers le responsable pour savoir si Alys était déjà arrivée, il l'aperçut assise à une table. Un sourire avenant sur les lèvres, il s'en approcha. " Désolé de mon retard, j'espère que tu ne m'as pas attendu trop longtemps." Lui déposant un baiser sur la joue, le jeune homme finit par s'asseoir en face d'elle. Les démonstrations d'affection n'étaient pas vraiment populaires dans leur classe sociale. Sans doute était-ce un bien, la plupart du temps. Il attrapa tout de même la main qu'elle avait posé sur la table. Vu de l'extérieur et par les personnes habituées à l'Ambrosia, c'était un signe d'amour suffisant pour de futurs jeunes mariés, et ça ne demandait pas énormément d'efforts. " Avec notre départ imminent pour la Sibérie, je ne sais plus trop où donner de la tête. " Il adressa un sourire d'excuse à sa compagne. " Mais je suis là, je m'en serais voulu de faire attendre plus une si magnifique jeune femme. " Même s'il ne l'avouerait jamais, il le pensait réellement ... Dans ces bons jours, il arrivait toujours à se dire qu'il n'était pas tombé sur le pire des accords de mariage arrangé. Dans ces mauvais, c'était l'idée même du mariage arrangé qui lui donnait envie de vomir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Encore cinq minutes, pas une de plus. Alys regarda à nouveau sa montre puis son portable avant de soupirer. Son tendre futur époux se faisait attendre. Que pouvait-il donc avoir de si importants à faire pour la négliger de cette manière ? La jeune femme attrapa son verre et en but une grosse gorgée. Elle commença à se demander s’il l’avait oublié. C’était malheureusement fort probable. Il ne devait pas être enthousiaste à ce rendez-vous. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Mais la faire passer pour une idiote abandonnée c’était un autre problème. Elle se mordit l’intérieur des lèvres. Elle ne savait pas si elle devait être en colère ou triste que les choses se passent de cette manière. L’angoisse monta en elle. S’il ne se présentait pas à un seul petit rendez-vous qu’en serait-il le jour du mariage… Cette situation n’enchantait pas la jolie Andorre, mais elle ne pouvait rien y faire. Elle ne voulait pas le courroucer à nouveau en lui faisant les reproches qui lui brûlait les lèvres, pas maintenant qu’il faisait des efforts pour se montrer courtois voir affectueux avec elle. Alys attrapa son sac, prête à régler l’addition lorsqu’elle vit Castiel passer la porte du restaurant. Elle soupira de soulagement.

Alys accueillit Castiel avec un sourire. Il déposa un baiser sur sa joue, elle baissa les yeux comme une jeune femme amoureuse l’aurait fait. Du moins elle le supposait. Elle avait pensé aimer le jeune homme. Mais était-ce réellement le cas ? C’était un grand débat qui régnait en elle. « Ce n’est pas grave. » Répondit Alys d’une voix douce. Il était là. C’était le principal, autant essayer de passer un bon moment. C’était certainement l’un des dernier avec qu’elle ne le retrouve devant l’autel. Il lui attrapa la main, elle plongea son regard dans le sien. Ses bagages ? Bonne excuse. « Oh c’est vrai… Tu as réussi à préparer toutes les affaires que tu veux emporter ? » Alys haussa les épaules. Elle ne pouvait qu’accepter ses excuses. Il ne partait certainement pas de guetté de cœur, ou alors uniquement pour lui échapper… Ils avaient une mission. Alys devait rester sur place pour les derniers préparatifs du mariage. L’enjeu de la situation était important pour eux.

La jeune femme posa sa main sur celle de son compagnon, penchant légèrement la tête d’un air ingénue : « Tu es arrivé. C’est le principal. Tout est pardonné. » Elle ne releva pas le compliment, ne sachant s’il était sincère ou non. Alys avait séduit de nombreux hommes. Son charme ne laissait personne réellement indifférent. Elle glissa sa main hors de la sienne et s’empara du menu. « Je n’ai pas encore commandé. Juste une boisson pour t’attendre. Je meurs de faim. » dit-elle avec enthousiasme. La gourmandise était certainement son pire défaut. Sa mère lui reprochait souvent de s’empiffrer même en publique. Alys était condamné aux salades vertes en sa présence et à reluquer le plat de son père sous toute les coutures pendant l’ensemble du repas. Elle n’en avait que faire de l’avis de Castiel sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humainstaff
Messages : 3778
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice


La situation n'était pas facile. Que ce soit au niveau du PTS, qui demandait à Castiel beaucoup plus d'attention que d'ordinaire, ces derniers temps, alors qu'il ne faisait même pas partie des dirigeants - mais en être le fils ne devait pas aider, il devait bien en convenir - ou au niveau de sa vie privée, qu'il ne savait vraiment comment gérer. Il avait cette sensation que Cally ne reviendrait pas, et il ne pouvait décemment montrer qu'il en était presque détruit. Parce que personne, du moins personne dans le détail n'avait eu vent de cette relation, et pour le reste du monde, elle ne devait pas exister. Elle n'était qu'une tâche dans son univers, une crise d'adolescence bien trop en retard, une histoire sans lendemain. Alix également. Il devait arriver à se persuader que la seule bonne relation qu'il devait garder, c'était sa future femme, alors même qu'il n'avait eu, et encore aujourd'hui, pas la moindre envie d'arriver à la confirmation de cet amour qu'il n'éprouvait toujours pas. Il avait déjà mis du temps avant de faire le moindre effort, lui demander plus que cela, pour le moment, était au-dessus de ses propres moyens. Trop de choses se bousculaient dans son esprit, trop pour qu'il ne puisse même réfléchir à des solutions. Parce qu'il n'y en avait pas, seulement prendre sur lui et ne rien laisser paraître, parce que même si ça lui avait pris du temps, il avait réalisé qu'Alys, comme lui, n'avait pas demandé ce mariage, n'avait pas demandé à épouser quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, et s'il n'arrivait pas à lui rendre la vie un peu plus simple maintenant, il n'avait rien à espérer de leur future union.

Si le triton ne pouvait pas réellement éprouver des sentiments qui n'étaient pas là, il espérait simplement que le temps les lui ferait éprouver. Il n'était pas comme son père, en ce sens, il avait besoin de ressentir, et parfois il le faisait trop vite, parfois trop lentement, mais il n'avait plus qu'à croire que c'était possible. Pour ne pas retomber encore une fois dans cette révolte qui ne mènerait sa famille qu'au malheur. Il ne partait pas gagnant alors même qu'il n'arrivait pas à être à l'heure à un simple rendez-vous, mais il essaya tout de même, à force de sourires, de faire comprendre à Alys à quel point il était désolé. Son esprit partit de nouveau vers la Sibérie alors que la jeune femme se renseignait sur ses bagages. Il n'avait aucune envie de partir, préférait de loin rester dans sa ville natale qui, de son côté, semblait partir en guerre. être ici pour pouvoir réagir si quelque chose se produisait. Mais le grimoire ... Ce n'était pas de ces situations où l'on pouvait se permettre d'en rater le départ. Il n'avait pas le choix, s'ils voulaient avoir une chance d'empêcher les Dux Tenebris d'annihiler une partie du surnaturel, si telle chose était bien possible, bien entendu. " Plus ou moins ... Sans savoir contre qui on devra se battre, c'est un peu compliqué de prendre exactement ce dont on aura besoin. Mais nous nous sommes partagé les tâches avec Niamh, à deux je pense que l'on couvre pas mal de possibilités. " Avec deux chasseurs dans la famille, ils ne partaient pas totalement perdants, mais les Dux, s'ils étaient aussi réfléchis qu'ils en avaient l'air, ne devaient pas avoir hésité tant que ça non plus avant de demander de l'aide à ceux, en théorie, qui détestaient autant qu'eux les Surnaturels, à savoir les chasseurs.

Mais il n'était pas là pour ça, ni pour y penser. C'était sans aucun doute la dernière fois que la Andorre et le Ò Murchù se verraient avant le mariage, il serait donc inconvenant de ne parler que du travail - officieux, comme travail, mais travail quand même. En réponse à Alys, Castiel sourit, sans répondre. Attrapant également le menu, il remarqua qu'à l'instar de la jeune femme, son estomac commençait également à le rappeler à l'ordre. Il ne prenait pas le temps d'avoir de vrais repas, ces derniers temps, et un gros mangeur comme lui finissait souvent par en souffrir. " Je n'aurais pas dit mieux. Quelque chose de particulier te fait envie? " Si, dans leurs familles, les convenances voulaient qu'on ne mange que très peu pour privilégier la discussion, et n'en déplaise à son père, Castiel n'avait pas toujours le nez dans l'assiette de sa voisine, et ne s'empêchait pas, de son côté, de prendre ce qu'il voulait. " Une bouteille de vin pour aller avec le repas? " Le vin et la nourriture... On s'habituait vite aux festins de famille lorsque l'on savait comment les rendre plus supportables. " Comment se sont passé tes examens? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Personne n’aurait pu douter de la véracité des sentiments qu’éprouvaient Castiel pour Alys et vice versa. Ils étaient bons comédiens. S’il est facile de feindre un intérêt pour quelqu’un, en tentant simplement de s’intéresser à sa journée, aux détails insignifiants de son existence. Il s’agit d’une toute autre histoire lorsqu’il s’agit de sentiments, d’amour. Si la jeune femme portait une certaine affection à son fiancé, elle avait eu de nombreuses fois la preuve que ce n’était pas réciproque. Elle faisait des efforts, elle voulait faire en sorte que les choses se passent bien, dans la mesure du possible. Elle ne pouvait pas annuler ce mariage, il ne le pouvait pas non plus. Elle s’efforçait à rendre l’évènement agréable, il s’en fichait, ne montrant un peu d’intérêt uniquement en publique. Au moins, elle pouvait se consoler avec le changement d’attitude de Castiel. Il semblait avoir prit la résolution de tolérer sa présence et de ne plus se montrer désagréable. C’était un bon début. Peut-être celui du compromis constant que serait leur mariage.

La conversation se fit rapidement et assez simplement. Une escapade peu réjouissante était organisée par le PTS, d’une grande importance. Si Alys était très impliquée habituellement dans le parti, cette fois elle était totalement accaparée par les préparatifs du mariage. Ils discutèrent donc des préparatifs du jeune homme. Elle l’écouta attentivement, l’enviant même d’une certaine manière. Elle chassa cette idée. Etait-elle en train de devenir folle ?! Elle était très bien chez elle. Elle lui fit un petit sourire qui se voulait inquiet. Sa seule véritable inquiétude était qu’il ne revienne pas. Et que la cause ne soit pas à cause d’un accident fatal. Bien qu’elle ne souhaitait pas que quelque chose ne lui arrive. Elle ne supporterait pas d’être abandonnée après les sacrifices qu’elle avait fait pour cette union. « Fais tout de même attention à toi. » se contenta-t’elle de répondre d’un air plus détachée qu’elle ne l’aurait pensé.

Maintenant que le retard du jeune Murchù était officiellement pardonné, ils allaient pouvoir commander. Alys s’empara du menu et en parcourut les pages. Elle avait une faim de loup et attendait que voir une assiette se glisser sous son nez. « Je ne sais pas trop. » Elle devait penser à sa robe de mariée. « Je pense me laisser tenter par un croque monsieur miel truffes. » Soit l’un de ses plats favoris. Elle lui retourna aimablement la question, avant de rire alors qu’il demandait s’ils prenaient du vin. « Ma mère te dirait avec son air indignée qu’il est impensable de s’en priver ! » Elle leva les yeux au ciel. « Je préfère me contenter d’eau pour ma part. J’avoue que… Je ne suis pas fan de vin. Mais ne te gène pas. » Elle prenait toujours un verre pour faire bonne figure mais le champagne avait plus d’intérêt à ses yeux. Ses examens ? Alys regarda Castiel quelques secondes, surprise, avant de se rendre compte de ce dont il parlait. Ils n’étaient pas sur la même longueur d’onde. Elle n’avait pas vraiment eu le temps de réviser ou de s’y intéresser pleinement. « Bien. Comme toujours. Je pense obtenir une note plus qu’acceptable. » Comment pouvait-il en être autrement ? Alys n’échouait jamais. « J’ai hâte de pouvoir reprendre le chemin de l’hôpital et de ne plus me perdre sous les livres et les révisions. » Le serveur arriva pour prendre leur commande. Elle laissa Castiel prendre les choses en main. Il y eut un silence de quelques secondes… « Le retour est prévu pour quand exactement ? » La véritable question n’était pas difficile à deviner : allaient-ils se revoir ou non avant le mariage ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humainstaff
Messages : 3778
Race : Humaine pour le moment
Métier/Etudes : Actrice


La tête ailleurs, comme si Castiel n'était pas vraiment là, trop perdu dans ses pensées. C'était, quelque part, bien compréhensible, avec ce qu'il se passait ces derniers mois à Bray. Si personne n'osait mettre de nom sur les événements, beaucoup avaient déjà compris qu'il s'agissait, ni plus ni moins, de la prochaine guerre mondiale. Le genre de guerre dont personne ne sortirait indemne, puisqu'elle impliquait des forces bien plus puissantes que celles précédemment mises en oeuvre. On ne se battait plus contre un même mal, on se battait pour des idéologies qui n'avaient pas lieu d'être, pour une liberté, pour pouvoir faire ses propres choix. C'était dangereux de laisser l'opposition ne serait-ce que prendre un pas d'avance. Et pourtant, ils avaient eu de la chance d'avoir accès aux mêmes informations qu'eux. Ils auraient pu se trouver dans une position que personne ne désirait réellement. Le genre de position qui n'était pas enviable. Et c'était toujours possible. Si les Dux Tenebris mettaient la main sur le grimoire avant eux, ce serait un cataclysme d'horreurs. Si Castiel, comme les autres, n'avait aucune véritable idée du pouvoir de ce livre, il pouvait s'en faire une vision plus ou moins précise, le genre de scénario catastrophe que l'on évite d'imaginer de trop près. Avec un soupir qui n'était dirigé vers personne en particulier, le jeune homme revint à la situation actuelle. Il aurait bien le temps de s'inquiéter de la mission lorsqu'il serait dans l'avion, le train et la voiture. Pour le moment, il était encore dans sa ville natale, avec un autre événement à gérer. Comme s'il n'en faisait pas déjà assez.

Il était déjà difficile de faire montre d'un enthousiasme feint du début à la fin lorsqu'il s'agissait de rendez-vous. Parce que ce n'était au départ que le contrat qu'il avait passé avec son père, avant que le mot " fréquentation" ne se tourne vers celui de "mariage". Un mot que le triton n'avait jamais spécialement aimé, d'ailleurs. Mais il était encore plus difficile de montrer de l'intérêt pour une situation qui, dans le contexte actuel, lui semblait risible. Encore heureux qu'ils ne discutent pas encore de la décoration des tables et du choix du gâteau, parce qu'avec toute la meilleure volonté du monde, le jeune homme ne se sentait pas capable du moindre jeu d'acteur. Ou pas des plus réalistes, du moins. Il sourit en retour à la jeune femme, comme s'il appréciait sa tentative d'inquiétude. Il fallait qu'il arrange les choses, ce ne serait pas une situation vivable, si elle venait à perdurer, et malgré toute la mauvaise foi dont il pouvait parfois faire peur, même avec lui-même, il s'en rendait compte. " Ne t'en fais pas, je n'ai encore jamais rien vu que je ne pouvais combattre. " Avec le don attribué à son espèce, ce n'était pas réellement étonnant. Et même sans cela, il aurait pu se targuer d'être un excellent chasseur, si seulement ce fait lui avait apporté la moindre fierté, ce qui n'était pas le cas.

Castiel avait cet autre problème en société - oui, les plus handicapants ne semblaient pas être suffisants - il n'était jamais capable de choisir. Pour les décisions les plus importantes, celles qui le menaient inévitablement à une place de leader garanties ... ça allait, il s'en sortait même plutôt bien. Mais celles anodines comme le choix d'un plat, c'était une autre histoire. Comme s'il pouvait amèrement regretter un choix malheureux, alors que la pire chose qui puisse lui arriver serait de ne pas vraiment apprécier le repas - même les maux de ventre étaient proscrits, dans un bâtiment comme celui-ci. " Je pense que je vais pencher pour le tartare de boeuf et son risotto aux cèpes. " Il paraissait que le saumon passait mieux en tartare, mais étant donné sa nature, le triton n'avait jamais réellement mangé de poisson. ç'aurait été comme manger un cousin, d'une manière un peu trop tordue  à son goût. Avec un sourire, il hocha la tête. Il avait personnellement bien besoin d'alcool. Comme très souvent ces derniers temps, et les verres de trop ne le menaient jamais à très bon. Pourtant, il décida de prendre une bouteille, au cas où la jeune femme changerait d'avis en cours de repas, et en profita pour commander leur repas, en remerciant le serveur d'un geste de la tête. Le sujet dériva vers les examens de la jeune femme, car elle était encore au milieu de ses études. Il acquiesça cependant. Durant toutes ses années d'étude et de stage, il ne se languissait que de travailler. Depuis que le métier auquel il aspirait lui avait été enlevé par son père, il n'avait plus le même empressement à se lever tous les matins. " Je comprends. Mais il faut se dire que c'est essentiel. Une fois tous tes diplômes obtenus, tu pourras vraiment faire ce que tu aimes, et le faire bien. C'est l'essentiel. Tu as le matériel pour devenir la plus réputée de la ville, il ne faudrait pas décevoir cette attente. " Il disait cela d'un ton humoristique, reproduisant son père, et sans doute les parents d'Alys sans vraiment le prendre au sérieux. On lui avait rabâché ce genre de discours toute sa vie, il connaissait la chanson par coeur, malheureusement. Mais il reprit vite son sérieux. " Dans un mois et demi, quelques jours avant le mariage."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Amour&Mariage - Castiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Texte de faire part de mariage
» Mission Classique : Mariage Fermier [Toutes plateformes]
» "Amour sucré" nouveau jeu ....
» [RP] Mariage d'Espoire d'Amilly et Jean Zwyrowsky
» Mariage de Gian5 et Lionix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-