Zach&Niamh ∆ Cheers !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité

Cheers
Tu te dévouais énormément au travail depuis l’incendie. Cela t’occupais l’esprit de servir des verres au Zanzibar, ça te changeais l’esprit de voir d’autres visages, d’entendre d’autres histoires et de voir que tu n’étais pas la seule à avoir souffert de l’incendie. Tu n’étais pas du tout la plus à plaindre mais malgré cela, tu avais du mal à réaliser que tu avais quand même perdu quelqu’un dans l’incendie. Ta mère n’avait pas été très importante pour toi mais tu comprenais que tu pouvais perdre n’importe quel membre de ta famille, et donc quelqu’un qui comptait pour toi cette fois. Tu passais tes journées et tes soirées au bar pour te faire de l’argent et pour ne pas passer du temps au manoir qui allait bientôt être rénové. Cela te faisait vraiment bizarre de ne plus dormir dans ta chambre qui avait été ravagée par les flammes. Tu avais perdu beaucoup d’affaires qui comptaient pour toi. Tu ne te sentais plus chez toi et surtout tu ne te sentais plus du tout en sécurité, c’est pourquoi tu fuyais le manoir et tu préférais te réfugier ici.
L’annonce dans le journal avait plutôt bien fonctionnée, il y avait souvent du monde à l’Happy Hour du Zanzibar vers 18h. Les gens te racontaient leurs histoires et tu essayais tant bien que mal de les comprendre, de les réconforter. Tu avais eu un lot de pourboire beaucoup plus important depuis l’incendie. Même si les habitants de Bray avaient beaucoup perdu, ils n’arrêtaient pas d’être généreux et surtout lorsqu’on les écoutait se plaindre. Tu étais devenue la psychologue du Zanzibar et tu aimais plutôt ça. Cela te permettait de te focaliser sur les soucis des autres. Tu avais toujours eu un certain don pour écouter les autres parler et personne n’avait du mal à se confier à toi, alors qu’à l’inverse tu étais plutôt fermée comme une huitre lorsqu’il s’agissait de parler de toi.
Aujourd’hui il y avait pas mal de monde mais ce n’était pas encore l’heure de pointe. Tu servais tranquillement les cocktails demandés mais il n’y avait pas grand monde au bar, les gens étaient plutôt dans la salle. Tes collègues étaient donc beaucoup plus occupées que toi, tu t’ennuyais presque seule derrière ton bar en attendant que les commandes arrivent pour les préparer. Tu te servais rapidement un petit verre, tu n’avais pas forcément le droit mais tu remettais toujours l’argent du cocktail dans la caisse pour qu’il n’y ai pas de soucis. Ça t’aidais à tenir et tu n’avais jamais eu de problèmes avec ton boss à cause de ça. Il arrivait que tu prépares une tournée payée par le patron pour les serveuses lors des grosses soirées difficiles pour qu’aucune ne lâche. C’était plutôt agréable de voir que le patron n’était pas un radin, près de ses sous et qu’il prenait soin de ses employées.
Un homme vint s’asseoir devant toi au bar, enfin un client pour toi ! Tu étais heureuse, tu arborais ton plus beau sourire en t’approchant de lui. « Bonjour, que puis-je vous servir ? » Tu avais normalement une bonne mémoire des visages mais le sien ne te disait rien du tout. « C’est la première fois que vous venez au Zanzibar ? Si oui je peux vous présenter rapidement les cocktails si vous voulez. » Tu vendais au maximum ta carte, le profit était tout de même important. Tu essayais d’être la plus souriante et la plus professionnelle car il y avait des primes pour les meilleures serveuses.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
L’une de ses journées où t’avais seulement envie de te saoûler et de cogner, cogner jusqu’à ce que plus rien d’autre n’existe que la face ensanglanté du pauvre homme sur lequel t’avais décidé d’épancher ta haine, ta rage. Parfois t’étais chanceux, tu tombais sur un qui savais se battre ou qui avais assez d’hargne pour cogné autant que toi, ces fois-là, tu t’en donnais à coeur joie, tu te défoulais autant que tu le voulais, parce que cogner sur un homme qui ne redonnais pas tes coups, c’était jamais super amusant bien longtemps. En fait, t’avais soit envie de cogner ou d’une femme. Peu importe, dans tout les cas, pour toi ça revenais au même. Ça revenais à te vider assez pour oublier où tu étais, pour oublier que t’avais fait ce choix stupide. Et cette envie qui t’envahissait subitement, elle venais principalement du fait que tu détestais resté trop longtemps au même endroit, tu détestait la routine, ce boulot que t’aimais bien parce qu’il te permettais de cogner, mais qu’au fond, tu détestait royalement parce que tu finissais toujours au même endroit, au même moment. La routine et toi, c’était loin d’être ton fort. T’aimais les surprises et l’action. Et même si t’étais content de t’être rapproché de ton frère, de ta soeur, mais surtout de ton frère, au fond de toi, tu te demandais parfois si c’était vraiment valable, si tout ça valait la partie de toi que tu tranchais. Si tout ça valait cette haine, cette rage, que tu ne semblait plus capable de contrôler totalement. Quand t’étais sur la route, à chasser en permanence, sans entracte ni moment mort, il te semblait plus facile de ranger le tout, de mettre ta rage de côté, de te sentir totalement sain. Mais depuis que t’avais arrêtez, t’avais qu’une envie, partir. Et cette envie te démangeait comme jamais, alors tu cognais, ou tu te trouvais une jolie femme avec qui finir la nuit.

Pour une fois, tu ne finis pas à l’Ambush, cet endroit qui te plaisait tant parce que les hommes y semblait facile à s’échauffer, à vouloir tout détruire, t’aimais ça y aller lorsque ton sang s’échauffait. Et parfois c’était juste pour le spectacle, il y avais cette fille qui semblait vouloir se défouler autant que toi, cette fille qui se battait avec tant de hargne que cela compensait pour son manque de technique. Cette fille que tu te disais qu’elle ferais des ravages dans un ring de boxe, mais tu ne disait rien, tu te contentais d’observer. Et depuis quelques temps, elle venait de moins en moins souvent, en vrai, tu ne l’avais presque plus vu depuis quelques jours alors qu’auparavant elle foutait le trouble tout les soirs.

T’étais seul dans le bar, du moins, il t’y semblait. Tu te rendais directement au bar, un sourire à la jolie fille qui vient te voir. Tu ne pourrais visiblement pas finir ta soirée ensanglanté, mais peut-être aurais-tu de la chance autrement? Si ce n’était pas le cas, tu finirais probablement au gym, dans le ring, taper sur quelqu’un qui savait si prendre pouvais avoir ses avantages. Mais en vrai, tu finissait souvent tes soirées avec des jolies filles, mais tu savais pas trop comment tu t’y prennais, t’avais jamais réellement su. T’aimais rire, c’était peut-être ça, mais tu ne t’arrêtais jamais au pourquoi du comment, si t’était chanceux tu l’était, mais tu t’en faisait pas si tu ne l’étais pas. Un sourire qui apparut sur tes lèvres alors que tu t’assied sur l’un des tabourets.

“Coupable! Mais j’aurais dû venir plus tôt si j’avais sû que ce serait toi derrière le bar.”

En vrai, t’étais bon dans les vannes bidons, mais toi ça te faisait bien marrer, alors tu continuais, encore là, tu te disais que les femmes qui tombaient dans ton jeu devait sûrement être trop alcoolisée pour comprendre le sens de ce qu’il racontait, sinon elles ne te tomberaient probablement pas dans les bras.

“Ce que t’as de plus fort, c’est quoi tes choix?”

Si tu ne pouvais pas avoir de batailles ni de femme, au moins t’aurais assez d’alcool pour oublier ton problème.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
Tu ne faisais que courir derrière ton bar pour préparer tel ou tel cocktail ou bien remplir des pintes de bières. Les gens avaient soif et tant mieux pour le bar ! Tu avais pris ton service assez tôt aujourd'hui donc tu avais de la chance de pouvoir finir dans à peine une heure. Tu travaillais beaucoup en ce moment et un peu de repos et de tranquillité te ferais le plus grand bien, tu irais peut-être te promener le long de la rivière. Cela te permettait d’oublier l’incendie, la mort de ta mère et toutes les autres histoires en cours, c’était une manière de t’échapper un peu, la seule que tu avais trouvé pour le moment.
Tu en avais marre de courir derrière le bar sans contact humain avec des clients. Tu remerciais tellement l’homme qui venait de s’asseoir au bar. Il avait l’air assez rochon mais tu ne te fiais rarement aux premières impressions. Tu lui avais demandé ce qu’il voulait boire et il avait l’air assez amusant au final. Un grand parleur à première vue qui aime draguer la première venue et essayer d’avoir ses faveurs mais ce n’était pas comme si c’était nouveau. Ce n’est pas la première fois que tu as ce genre de remarques un peu lourde et pas très fines de la part de gars souvent fortement alcoolisés. Tu répondais toujours en rigolant parce que pour toi c’était très amusant de rentrer un peu dans leur jeu, cela te faisait un peu de divertissement. « Tu vas donc revenir souvent j’espère ! Si tu essayes d’obtenir une ristourne avec ce genre de phrase à 2 balles je te préviens tout de suite que ça ne va pas marcher. »
Beaucoup utilisait ce genre de phrases de drague pour avoir un cocktail un peu moins cher, avoir un peu plus d’alcool dans leur boisson. Tu n’es pas naïve, tu appliques exactement la même technique depuis la nuit des temps. Il est impossible de te corrompre, tu résistes presque toujours à ce genre de propositions assez lourdes et déplacées. Il t’est arrivée uniquement une fois de finir ton service avec un client, mais pour ta défense c’était la période où Seth t’avait annoncé ton mariage forcé, donc tu as des circonstances atténuantes.
« Alors ce que j’ai à vous proposer c’est ma spécialité, un super bon cocktail avec de l’absinthe et de la vodka. C’est assez fort et je suis la seule à savoir le faire, tu ne le trouveras nulle part ailleurs ! Sinon des shots de chartreuse-vodka ? Tu n’as pas une tête à commander un petit mojito. » Tu essayais souvent de deviner les consommations et cet homme était plutôt le type de gens à prendre des shots et en boire plutôt pas mal ! « Alors notre charmeur il va prendre quoi ? » Tu aimais bien tacler gentiment tes clients dans la limite du raisonnable, surtout après le genre de phrase qu’il t’a sorti. Ce gars t’intriguait un peu, tu le trouvais assez charmant et amusant, heureusement qu’il était au bar tu pourrais en apprendre un peu plus à propos de lui le temps qu’il finisse son verre et qu’il reste au Zanzibar.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
Tu le vis bien qu’elle n’était pas impressionné par ta petite phrase d’introduction, tu le vis bien qu’elle rigolais simplement parce que t’étais un client, mais toi, ça ne te faisait pas grand chose, si t’étais capable de finir avec une jolie fille, tu ne te plaignais pas, mais tu le savais bien que tu n’avais aucun talent de drague, t’était complètement nul et tu faisais même pas l’effort de faire un effort, en fait, t’aimais bien le fait que les femmes qui couchait avec toi, ne le faisait pas parce qu’elle étais obnubilé par un charme sans fin. Y’avais rien qui t’énervais plus que les cris des filles surexcitées et des évanouissements faints. En fait, les femmes que tu recherchais, elle était plus dans la gamme de la demoiselle face à toi, un sourire au lèvres, près de la rigolade, mais pas naïve, pas prête de tomber dans les bras du premier venu qui lui faisait un charme pas très charmeur.

“Une ristourne? Moi? Jamais. Voyons, tu me prends pour qui?”

Ton sourire le plus innocent qui s’étire sur tes lèvres, un clignement, deux clignements. Tu voudrais bien avoir l’air d’un ange, mais avec la tête que tu as, tu avais probablement plus l’air d’un chasseur sanguinaire, ce que tu étais soit dit en passant. Tu aimais bien les ristournes, mais c’était rare que tu payais avec tes propres cartes, tu ne fraudais pas pour le plaisir de le faire. Tu le faisais rarement depuis que tu étais en ville, parce que l’on avais tendance à reconnaître les visages à force d’être dans le coin et t’avais pas spécialement envie de te faire prendre, mais tu n’étais jamais venu ici, tu pouvais bien donner le nom que tu voulais.  Alors l’argent, tu n’en avais pas grand chose à faire, ce n’était pas ton nom qui était endetté, ce n’était toi qui buvais ce soir, mais un certain Samuel Heathen. Tu ne le connaissais pas, tu ne l’avais jamais rencontré dans ta vie et tu savais que tu ne le rencontrerais probablement jamais, mais t’en avais pas grand chose à faire de bousiller sa vie. Tu éclata de rire lorsqu’elle te dit que t’avais pas la tête d’un buveur de mojito. En vrai, tu ne détestais pas, ce n’était pas super ton truc, mais ce n’était pas mauvais. Tu préférais plus fort et moins sucré par contre.

“Un appletini, s’il te plait.”

Un sourire en coin, un rire sur tes lèvres, prêt à se disperser dans l’ambiance froide du bar. Tu secoua la tête, ce rire s’échappant quelque peu.

“Sérieusement, je te prendrais bien ta spécialité. De absinthe, c’est bien ce que j’ai besoin ce soir.”

Pour oublier ta journée, ton travail, le fait que t’étais dans une ville, sans jamais bouger, sans jamais partir, t’étais pris au même endroit, toujours au même endroit, et toi, ça te rongeait peu à peu. Tu passais un regard sur la salle, vide. T’étais le seul client.

“‘C’est la folie furieuse ici! Tu dois être débordée! T’es sûre que tu ne veux pas un petit verre pour te mettre dans l’ambiance de fou? Je te le paye!”


M’enfin, Samuel le payais, pas toi. Tu pouvais bien te permettre d’être généreux quand ce n’était pas toi qui payais. L’ironie, le sarcasme, c’était ton domaine, mais en vrai, tu ne dirais pas non à une compagne de beuverie pour la soirée.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
Il y avait quelque chose chez ce gars qui te faisait plutôt rire, son côté charmeur à 2 sous, il essayait de se donner un genre comme beaucoup au bar et pour une fois le gars ne se dégonflait pas au premier tacle de ta part. Tu appréciais énormément les joueurs, pas ceux qui commandaient juste leur verre après avoir tenté de te draguer et partaient la queue entre les jambes avec leur pauvre petit verre juste après. Tu sentais qu’avec cet inconnu il y allait avoir un peu de mouvement, enfin un peu plus que d’habitude. Tu t’ennuyais quelques fois lorsqu’il y avait peu de monde comme aujourd’hui et tu remerciais les gens d’avoir envie de venir discuter à ton bar. Il s’enfonçait de plus en plus dans sa tentative de charme et tu aimais le voir patauger, se débattre pour ne pas couler. Il te faisait à présent une tête d’ange, on aurais dit un enfant qui essayait d’avoir de l’argent pour aller s’acheter des bonbons ! Tu lâchais un petit rire non pas pour te moquer mais parce que sa grimace ne ressemblait pas tellement à une tête d’ange et qu’il avait plutôt l’air d’un abruti. « Tu penses que tu vas réussir à me charmer comme ça ? Je te conseille vivement d’arrêter d’essayer d’avoir quelque chose avec cette tête là, ça ne fonctionnera sur aucune fille naïve et bébête qui pourrait te trouver séduisant alors sur moi c’est quelque chose d’impossible. » Tu avais tellement été face à ce genre de comportement depuis que tu étais devenue serveuse puis barmaid que tu avais pas mal d’expérience dans le recalage de personnes trop insistantes.
Il demandait un cocktail que tu ne connaissais pas, tu étais cependant toujours partante pour faire ce que tes clients demandaient. Avant que tu aies pu lui demander quelle était la composition de ce fameux choix il changea d’avis et pris ta spécialité. Tu étais heureuse de la faire pour la première fois aujourd’hui. Tu avais ta propre préparation à force de t’entraîner et tu avais mis ta petite marque sur sa préparation. Ce n’était plus le Triple Dragon version Zanzibar, non c’était le Triple Dragon de Niamh. « Journée difficile ? » Tu posais la question discrètement, peut-être qu’il avait besoin de se confier à une inconnue pour que ça aille mieux. En plus de tes talents en bar et service tu avais développé une très bonne écoute et tu savais très souvent comment réconforter les gens dans leurs soucis. Cela te faisais autant de bien qu’à eux, tu pouvais te focaliser sur les soucis d’autrui et oublier les tiens.
Tu préparais le cocktail, tu mélangeais les alcools, tu mettais le tout dans un verre en prenant soin de rajouter une petite tranche de fruit sur le côté de la coupe pour la décoration. Tu posais aussi un bol de cacahuètes devant ton inconnu. « Cela te fera 8€ pour le cocktail et les cacahuètes sont offertes par la maison. » Il se mit à blaguer sur le fait que le bar n’était pas encore très fréquenté. Certes il était tôt mais habituellement vous aviez plus de clients. Il te proposait un verre, tu ne buvais que rarement à cette heure-là mais aujourd’hui il n’y avait personne alors pourquoi refuser ? Tu acceptais volontiers de prendre un verre avec cet homme. Tu acceptais volontiers pour ne pas froisser au cas où il était important pour lui de te payer ce verre. Tu as déjà été face à cette situation où un client repartait mécontent après que tu ais gentiment refusé qu’il te paye un verre. « Merci beaucoup, c’est très aimable de ta part. » Tu te servais un petit Jagerbomb, cela te permettrait de te tenir un peu en forme grâce au rebdull et t’alcooliser légèrement. Tu t’appuyais légèrement sur le bar pour ne pas te fatiguer ce qui mettait une légère proximité avec ton client inconnu sans que la situation soit gênante. « Alors, j’ai le droit de connaître ton identité ou je vais continuer à boire un verre et m’alcooliser avec un charmant inconnu ? » Tu adorais jouer avec les hommes et en particulier celui là !

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
Tu t’en doutais que la grimace que tu faisais n’était pas du tout séduisante, mais tu n’étais pas le mec parfait, tu le savais, tu étais loin d’être le bourreau des coeurs de ses dames, non, tu était le genre de mec qui s’en sortait à coup de mauvaises blagues et de rires, le genre de mec qui tombait sur les filles qui aimait rire et qui riait de toi, de ton humour douteux. Parce que t’étais quand même drôle Zachariah, tu avais le coeur à la tâche, tu ne te prenais pas au sérieux, c’était peut-être ça qui faisait ton charme alors, c’était peut-être ça qui te rendais humain, attirant, parce qu’avant d’être le chasseur assoiffé de sang, tu es aussi un être passionné, un sourire imprimé en permanence sur tes lèvres, un rire qui éclatais à tout moment. Tu attirais la joie, le bonheur, même si toi même, tu n’étais pas certain d’avoir jamais connu un bonheur sans fin. Tu n’étais pas malheureux, non, mais tu n’étais pas non plus l’homme le plus heureux de tout le temps.

“Allez, brise tout mes rêves à grand coups de marteau! Sans coeur.”

Tu souriais toujours, un rire sur le bord des lèvres. Tu ne savais pas être sérieux, tu n’étais même pas certains que tu l’avais déjà été, autrement que lorsque tu chassais. Non, tu ne savais pas être sérieux petit Zachariah, même en Afrique, dans la jungle, tu avais eu un sourire aux lèvres, une mauvaise blague coincé dans le gorge, un rire qui éclatais. Tu avais trouvé un parfait partenaire, il était pareil à toi, vous aviez eu le don de vous retrouvez dans les pires plans, mais vous vous en étiez sortit, un sourire aux lèvres, tu aimais mieux en rire qu’en pleurer de toute manière.

“Nah, faut juste que je m’adapte à ma nouvelle vie.”

Ta journée avais pas été difficile, il y avais pas mal moins d’excitation dans la vie de garde du corps que dans celle de chasseur, tu voyais le même paysage tout les jours, la même chose, ça ne changeait jamais, et ça, et bien, ça te pesais, tu n’étais pas fait pour resté sur place, pour ne pas voir le monde, pour avoir une vie rangée, mais tu te disais qu’éventuellement, ce besoin que t’avais il allait partir, que t’allais t’habituer à cette vie qui était la tienne maintenant. Tu lui tendais une carte de crédit, ce soir, visiblement, tu étais un certain Conrad Yells, tu n’avais aucune idée de qui c’était, tu savais seulement que tu avais accès à sa carte de crédit et que celle-ci avait une marge assez grande. Tu faisais attention, tu n’allais probablement pas l’utiliser très longtemps, quelques jours maximum avant d’en prendre une nouvelle, mais tu savais bien qu’ici, en ville, tu devrais faire attention, qu’on allais finir par te reconnaître, que tu ne pouvais pas changer d’identité comme tu le faisais avant. Avant tu passais dans une ville avant de repartir automatiquement, tu n’avais pas peur que l’on te reconnaissent, tu était toujours une nouvelle tête. Mais ici, c’était une autre histoire, tu te disais bien qu’éventuellement tu devrais laisser de côté ton petit manège, surtout que maintenant tu avais un salaire, mais c’était presque devenu une dépendance.

“Je suis charmant maintenant? Mais je croyais que je ne pouvais probablement pas charmer personne?”

Tu riais de nouveau, tu n’avais absolument rien contre le fait de te faire appelez charmant par contre, au contraire, ça te faisait un baume sur le coeur.

“Conrad, et toi jolie demoiselle?”

Tu était mieux de te souvenir de ton nouveau nom pour la soirée, de ne pas échapper ton vrai nom, ça t’étais déjà arriver quelques fois, tu le savais, tu pouvais être un boulet parfois.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
Tu essayais de ne pas trop rire parce que premièrement ça ne se faisait pas de rire au nez du client mais aussi parce que ça voudrait dire que son comportement t’amusait et c’est exactement ce qu’il recherche, tu n’aimes pas donner aussi facilement la satisfaction que la drague marche sur toi. Tu veux le voir se débattre et galérer, c’est surement la partie qui t’amuses le plus dans le jeu de séduction. Le nombre de fois où tu joues la fille qui ne réagis pas à ce genre de gars ou alors la fille distante avec les gars en besoin d’amour pour qu’ils essayent un peu plus de t’avoir. Tu te régales, c’est vraiment ton petit plaisir personnel. Il te traitait de sans cœur, en un sens ce n’est pas forcément faux même si c’est aussi très loin de la réalité. A cause de ton engagement tu ne peux pas te permettre de ressentir quoi que ce soit pour quelqu’un d’autre que Maellyan, tu n’aimes pas ça mais tu sais que c’est inévitable alors autant ne pas te faire souffrir en t’attachant à un type bien avec qui tu pourrais passer une belle vie s’il n’y avait pas Maellyan. Tu savais que ton père te tuerait si jamais tu trompais ton mari et tu ne veux pas être prise dans un mariage alors que tu en aimes autre. Tu as fait ta petite coquille pour te protéger de cette horrible éventualité.
« Sans cœur ? Moi ? On peut parler de toi aussi, tu ne dois pas être mal. Combien de filles sont tombées sous ton charme avec ta, disons grimace et ont pleuré parce que tu ne les as pas rappelés le lendemain ? »
Tu le fixais dans les yeux avec un petit sourire, est-ce que tu avais raison et que ce gars était un parfait salaud comme les filles fragiles les appellent ou alors est-ce que tu te plantais sur tout la ligne et que sous sa tête d’ange ravageur il était au final un type bien ? Ton intuition te disait que ce gars-là allait bien t’amuser qu’il allait surement être le divertissement de ta journée, voire peut-être de ta semaine alors que ce soit un salaud ou un type bien après tout tu t’en fichais un peu. Il était qui il était et toi tu étais une sans cœur visiblement peu importait au final puisqu’il y avait très peu de chance qu’il revienne et que tu le recroises un jour.
« Ta nouvelle vie ? Tu es arrivé à Bray depuis longtemps ? »
Tu avais du mal à imaginer ceux qui arrivaient alors que la ville était ravagée, la plupart des constructions était seulement en cours de reconstruction et c’est tout, les arbres, la pelouse tout était grillé suite à l’incendie. Il était aussi peut-être venu parce qu’il avait perdu quelqu’un dans l’incendie et qu’il avait de la paperasse à faire. Ces derniers temps tu avais vu pas mal de nouvelles têtes et c’est ce que tu utilisais le plus comme possibilité pour la présence d’inconnus.
Il te tendait la carte pour payer la consommation, tu la bipais dans la machine avant de lui tendre la note. Tu préparais ensuite ton propre cocktail, le Jagerbomb n’est pas difficile à préparer et surtout avec ton habitude.
« Je n’ai pas dit que tu ne pouvais charmer personne ! Enfin si mais il y a toujours une ou deux filles stupides pour tomber dans le panneau non ? Il a toujours des filles stupides. »
Tu ne savais s’il riait parce qu’il était gêné ou alors qu’il savait que ton compliment était mal choisi. Comme tous grand dragueur il te complimenta en retour ce qui te fis sourire, tu dégageas une mèche de cheveux qui tombait devant ton visage et pris le plus beau sourire. « Alors comme ça tu me trouves jolie ? » Tu attendais sa réponse en faisant les yeux de biches et ton plus beau sourire mais intérieurement tu avais envie d’exploser de rire. Tu adorais singer ce genre de comportement. « Je suis Niamh. Alors dis-moi Conrad, tu restes longtemps à Bray ? Tu t’installes ici ? » Tu sirotais ton cocktail tout en essayant de garder le même sourire accroché à ton visage sans rire.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
“Très peu, je suis habituellement chanceux, je tombe souvent sur des femmes qui veulent la même chose que moi, une aventure d’une nuit, ni plus ni moins.” Et parfois tu ne l’étais pas, tu étais persuadé d’avoir laissé des filles esseulées, ces filles qui espéraient faire de toi l’homme qu’elles voulaient que tu soit, que tu reste près d’elles, tombe amoureux d’elles, tu les évitait comme la peste, mais il t’arrivais parfois de ne pas voir la différence, de tomber tête première dans le piège qu’elles tissaient autour de toi. Tu lâchais un rire, encore, tu l’aimais bien cette fille, elle avais de la répartie, et même si elle essayais tant bien que mal de ne pas rire, de ne pas semblé amusée, tu pouvais presque voir cette lueur dans ses yeux, et toi, c’était tout ce que ça te prenait. “Un mois seulement. Fraîchement arrivé! De la nouvelle viande? Tu en veux un morceaux avant qu’il n’en reste plus?”Un clin d’oeil, un nouveau rire, tu aimes ce jeu de séduction, même si tu n’as jamais réellement compris les règles, tu y est toujours allé à l’aveugle, un sourire permanent imprimé sur tes lèvres. Non, tu n’avais jamais été celui qui jouait consciemment, principalement parce que tu y allais toujours à l’instinct et parfois, tu te plantais royalement. Mais cette fois-ci, tu le savais, tu y prenais plaisir, parce que pour une fois, tu n’avais pas seulement envie de la mettre dans ton lit, non, tu avais seulement envie de passez une belle soirée, un rire ou deux, des vannes stupides, tu voulais seulement l’une de ses soirées où tu ne penserais pas au lendemain et à ta vie.

“Parce qu’en plus de ne pas avoir de charme, je peux seulement avoir les filles stupides? Insulter les clients, c’est une nouvelle technique de drague peut-être?” Tu ne le prenais pas mal, tu en riais en fait, parce qu’elle n’avait pas totalement tort, il y avait toujours des filles assez stupide pour tomber dans le panneau, pour voir en toi plus que tu ne pouvais leurs données, même si habituellement tu mettais cartes sur table bien avant de les amener dans ton lit, tu n’aimais pas donner de faux espoirs, mais surtout, tu savais que d’une manière ou une autre tu finirais probablement ta vie seul, vieux garçon dans ton taco roulant, c’était la vie que tu voulais de toute façon, tu ne croyais pas vraiment à l’amour, tu ne l’avais pas réellement vu chez tes parents, et si c’était ce que tes frangins avaient partagés, tu ne voulais pas y toucher, même de loin. Alors tu te tenais loin, de tout ce qui s’approchait d’une relation qui durait plus longtemps que le temps d’une nuit. Tu éclatait de rire devant sa question, sa mimique, et toi, tu fis des grands yeux, jouant le jeu. “Pas comme ça non, on dirait bambi terrorisé par une voiture.” Tu lui fit un nouveau sourire en riant. Elle t’amusais, ce qui était déjà assez rare en soi. Tu avais tendance à rire, beaucoup, souvent, mais en général tu riais des autres, de tes propres vannes, les autres riaient rarement avec toi. “Quelques temps oui, du moins, trop longtemps. Et toi, tu viens du coin?” Parce que si cela n'avait été que de toi, tu serais déjà parti, tu ne serais pas resté plus que quelques nuits, mais voilà que tu étais là depuis déjà trop longtemps, tu le sentais, bientôt l’appel de la route se bousculerais dans tes veines. Tu pris une gorgée de ton cocktail, la première, un instant tu ferma les yeux, putain que c’était fort n’est-ce pas? Une légère grimace, un nouveau sourire, c’était ce que tu avais de besoin, un cocktail assez fort pour passer une meilleure soirée.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers

Tu riais, les femmes qui veulent un coup d’un soir, certes il y en a certains, comme toi par exemple. Mais il y avait un nombre incalculable de femmes qui avait tout de même du mal avec ce genre de comportement et il avait dû tomber sur quelques-unes d’entre elles. « Et selon toi je suis quel type de femme moi ? Celle d’une aventure d’un soir ou pas ? » C’était en quelque sorte une question piège, oui tu étais une femme d’un soir fiancé alors tu ne respectais aucunes règles. Au fond ce gars était le genre de gars que tu aimais pour avoir un peu de compassion pour une nuit, enfin quelques heures avant de partir discrètement.
« Un mois ? Ah oui tu es vraiment de la viande fraiche à Bray ! » Il te fit un clin d’œil, ce charmeur, tu riais. « Un morceau ? Je suis sûre qu’il ne reste pas les bons morceaux, je suis difficile tu sais, et j’aime bien choisir en première. » 1 mois qu’il était là, vu sa personnalité il avait déjà dû proposer son morceau de viande à la moitié des jeunes femmes de Bray et certes passer après d’autres ça tu t’en fichais tu aimais en faire baver à ce gars alors non tu n’allais pas du tout lui donner satisfaction aussi rapidement. Il en était hors de question. Tu étais le contraire d’une fille facile, les gars qui arrivaient à t’avoir étaient vraiment des personnes persévérantes.
Tu riais. « Je n’essaye pas du tout de te draguer là et ne le prend pas mal enfin ce n’est pas une insulte à proprement parler. Mais c’est vrai que pour ton égo ça doit être dur quand je te dis que tu arrives à avoir seulement des filles stupides. » Tu étais même relativement gentille et peu insultante avec lui, habituellement quand tu n’étais pas aussi amicale avec les dragueurs. Mais aujourd’hui tu étais de bonne humeur et tu avais envie qu’on te fasse un peu la cour et tu avais envie d’avoir quelqu’un pour parler. Tu étais tellement de bonne humeur que tu étais rentrée à fond dans son jeu et tu t’amusais avec lui. Il te traitait de Bambi avec la grimace que tu avais essayé de faire. « Bambi terrorisé par une voiture ? Je pense que nous n’avons pas vu le même dessin animé ! Dans le mien c’était plutôt à cause d’u chasseur que bambi était terrorisé. » Tu ne connaissais pas du tes classiques Disney, c’est toujours quelque chose dont tu as eu horreur petite les histoires de tout fini bien la princesse avec le prince ce genre de choses mais tu connaissais tout de même les bases. « En tout cas on peut dire qu’il va falloir qu’on s’entraîne pour nos grimaces. » Aucun de vous deux ne pouvait espérer draguer correctement en sortant des têtes horribles. Tu n’avais pas vraiment besoin de grimaces pour avoir des personnes dans ton lit et surtout avec le mariage approchant à grand pas. « Pourquoi trop longtemps ? Tu n’aimes pas Bray ? Oui je viens du coin c’est le moins qu’on puisse dire, je suis née ici, j’ai grandi ici et je prends des cours par correspondance, je n’ai jamais quitté cette ville. Ca doit être bizarre pour quelqu’un comme toi qui trouve que tu restes trop longtemps dans une ville. » Tu étais une fille de la ville c’est vrai, tu n’avais pas envie d’étaler le fait que tu aimerais partir et devoir donc expliquer tous les soucis qui concernaient ta famille. Tu ne voulais pas envie parler aujourd’hui, une gorgée te ferait oublier tes problèmes familiaux, non disons deux.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Cheers
Une aventure d’une soir, au fond, tu te demandais si elle était bien ton genre de fille, si elle acceptait les aventures d’une nuit seulement ou si elle était plus le genre de femme qui cherchais de quoi sur le long terme. Tu te disais qu’elle cachait bien son jeu, attirant seulement un certain type de mec entre ses filets. Elle avait l’expérience, elle avait l’avantage aussi, une femme avait toujours l’avantage sur l’homme, elle n’avait pas besoin d’aller vers l’homme, habituellement c’était l’inverse. Elle n’avait qu’à choisir. “Et bien. Je tenterais de dire oui, mais tu es assez difficile pour faire croire l’opposé et faire fuir les pauvre gars qui n’ont pas l’habitude de se faire revirer de bord.” Tu en avais quelques peu l’habitude, disons que ta technique de drague n’étais pas vraiment la meilleure, tu avais eu ton lot de verres au visage et de gifles. Tu avais un avantage, tu avais tendance à persévérer.

Tu ne pu t’empêcher d’éclater de rire lorsqu’elle insinua que tu n’avais déjà plus tes bons morceaux, elle n’avait pas vraiment tord en fait, tu avais eu ton lot de femme depuis ton arrivé, c’était tout ce qui te restais, tout ce que tu avais sur lequel tu avais encore une peu de contrôle. “Est-tu entrain de dire que je suis un homme facile qui distribue ses morceaux à la première venue?” Un rire de nouveau, une gorgée de plus de ton breuvage, tu l’appréciais bien cette fille, elle te faisais rire, répliquais coup sur coup à tes blagues douteuses, elle n’avait pas froid au yeux et étrangement, tu te disais que si elle avait le même caractère que maintenant, à la chasse, elle te ferais une bonne partenaire. “Ce coup au coeur. Mon égo surdimensionner vient de prendre un coup énorme.Tu veux le réparer peut-être? Vu que c’est toi qui vient de le massacrer?” Bambi, tu n’avais jamais vu le film, non, jeune tu étais déjà trop occupé par la chasse pour avoir le temps de regarder un dessin animé, déjà tu aimais la violence et les films d’actions, déjà tu avais cette graine de folie qui c’était inséré dans ton crâne, comme pour ton frère, pour tes parents, ta soeur. Vous étiez tous un peu timbré en fait, seulement, tu le cachais mieux que le reste de ta famille, parce que d’une façon ou une autre, tu savais que c’était mal, tu savais que cette graine, elle ne pouvait que grossir, et que si tu ne l’as contrôlais pas, tu finirais comme le reste de ta famille. “Un chasseur, une voiture, peu importe, ça finit par le tuer. Non?” Un chasseur, un moment tu te demandais comment elle réagirait si elle savait que tu en étais un, mais pas dans le même sens que dans ce dessin animé, non, toi tu chassais les monstres, les créatures.

Un rire de nouveau lorsqu’elle insinua que vous devriez vous pratiquez. Elle avait tout de même raison, si tu faisait cette face à la première venue, elle s’enfuirait probablement en courant, très loin de ton lit. “Tu vas pouvoir être ma partenaire d’entraînement, vu que tu es la seule qui as vu mes grimaces, tu ne voudrais pas qu’une fille fasse un malaise face à une grimace dont je n’ai aucun contrôle. Au moins, toi t’as l’habitude maintenant.” Elle te laissa perplexe un instant, tu n’avais jamais compris ceux qui se plaisait dans une routine qui ne changeait jamais, restant dans la même ville toute leur vie. Probablement parce que tu avais été élevé en nomade, tu n’avais connu que ça. “Je n’ai pas l’habitude de rester plus que quelques jours, voir quelques semaines dans la même ville en fait. Et ce n’est pas que je n’aime pas la ville, elle as son charme dans la catégorie carbonisé. Je sais surtout pas comment tu fais pour supporter de rester tout le temps dans la même routine.”
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Zach&Niamh ∆ Cheers !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» :cheers: Cl8
» Jhordan • alarechercheduntitrequitue
» Comment imbriquer des bâtiments ?
» Enquête : Comment avez-vous découvert ce forum ?
» -- Etablissement Zach'S, Venez crée votre propre marque --

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► URBAN LEGENDS ::  :: Les écrits-